AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 #1473 - Le début de la fin du monde connu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: #1473 - Le début de la fin du monde connu Dim 15 Juin 2014 - 1:50

LE DÉBUT DE LA FIN DU MONDE CONNU

MATHYS & LINUS


Mathys n’aimait pas trop se retrouver sans Linus, il regardait souvent dans la direction qu’il avait prit, puis il se concentrait sur le policier ou plutôt l’enquêteur, il eu un petit sourire quand il lui dit qu’il aimait lui aussi la confiture de fraises et il mettait toujours du cheddar avec. « J’peux pas manger de beurre d’arachide, c’pour ça que mets du fromage. J’mets le fromage jaune en tranche, y’a juste lui dans l’frigo. » Le petit se mettait un peu plus à l’aise en parlant de trucs pas important, comme ce qu’il avait manger ce matin. Ce qu’il avait regarder comme dessins animés, il répondit : « Dragon ball Z sont super forts et y’en a qui peuvent voler et envoyé des trucs avec leur mains… » C’était une série qu’il aimait beaucoup, il aimait aussi d’autres séries comme celle de super-héros, comme batman ou encore justice league. « Vous avez déjà regardé.  » Il le vouvoyait comme c’est ce que son papa lui avait dit de faire avec les adultes et avec son père il discutait jamais rien, sinon il se faisait frapper.

Il avoua à l’homme que son papa n’était pas content quand il est entré, il voulait savoir pourquoi son papa était pas content. Il haussa les épaules. « Je sais pas… il était pas content, il sentait pas bon. » Il voulait dire par là qu’il sentait l’alcool, la drogue… il savait pas comment le dire. Puis il ajouta : « Il criait quand il est entré, j’avais peur… » Il se mis à trembler alors qu’il aimait pas parler de ça, il le regardait puis il regardait ses pieds, sa peluche. « Il a… enlevé sa ceinture et j’ai voulu me cacher dans le placard… mais… » Il arrivait pas à parler, il se mis à trembler encore plus et se leva pour aller rejoindre Linus, il avait trop peur, il voulait pas continuer.

Linus il parlait avec la dame, il arriva alors que Linus et la dame semblait avoir fini enfin aucun des deux parlaient au moment où il arriva et il couru dans les bras de Linus tremblant et ne larmes. « J’veux pas continuer… Linus. » Il était en boule contre Linus, il voulait plus parler, il aimait pas ça. Le vieux monsieur l’avait suivit, l’enquêteur et regardait Linus, lui faisant comprendre, qu’il devait continuer de parler à Mathys. Mais Mathys il avait trop peur, il aimait pas parler de ça.

°°°°°°°°°°°°°

Elle notait tout ce qu’il lui disait, comme quoi l’enfant l’avait appeler, qu’il était arrivé il y a moins d’une heure, qu’il était un ami de la famille, du père. Elle notait sans dire de commentaire, amis la suite n’était pas pour lui plaire, après tout elle était mère de famille, elle ne frapperait jamais un enfant, son enfant peut importe la raison. Alors quand elle lui demanda comment était Julian à son arrivé, qu’il frappait Mathys elle eu un frisson qui lui parcouru la colonne vertébrale. Surtout quand elle entendit la précision de celui-ci. Une ceinture c’était déjà dur, mais avec la boucle. Elle ne pu faire autrement que de se renseigner sur l’état de l’enfant, peu importe ce qu’on pouvait dire d’elle, elle n’était pas sans cœur.

« Il va bien? Vous avez vérifié qu’il n’avait rien de casser ? Il faudrait pensé à l’amener à l’hôpital pour s’en assurer. On devra aussi prendre des photos pour le dossier. » On pouvait souvent voir des photos dans les cas des crimes impliquant de la violence ou encore de viol qui pouvait laisser des marques. Elle dut prendre un moment pour remettre ses idées en place, afin de poursuivre, pensant à ses enfants, qui aurait pu vivre la même chose, jamais elle ne le pardonnerait à son mari qu’il lève la main sur l’un de leur enfant.

« Qu’avez-vous fais une fois ici ? » Elle voulait tout les détails, qu’elle notait au fil de la réponse de celui-ci, prenant elle même les notes, comme elle aimait que les choses soient fait à sa façon, comme elle aimait. Elle était une femme perfectionniste, très perfectionniste, peut-être un peu trop.

C’est une fois qu’elle eut fini de notez qu’elle vit l’enfant arrivé et ne dit rien, elle regardait cet enfant, qui avait beaucoup trop souffert alors qu’il est si petit, si jeune. Elle se leva et dit : « J’ai fini pour l’instant M. Chatwood, mais on va devoir vous posez d’autres questions plus tard. » Si elle avait fini, l’autre enquêteur, était loin d’en avoir fini avec Mathys, qui avait pas réussit à dire quand choses, alors que c’était bouleversant pour lui, qui est si jeune.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Linus O. Chatwood
Maître Jedi
1296 $
04/11/1982 $
1296 messages
Mensonges : 1296
Anniversaire : 04/11/1982


MessageSujet: Re: #1473 - Le début de la fin du monde connu Dim 15 Juin 2014 - 10:23



Le début de la fin
du monde connu

Ft. Mathys H. Abberline



Ça semble pourtant bien se passer. Mathys est une p'tit gars bien courageux pense Powell. Il répondait aux question de manière tout à fait convenable. Il avait vu des adultes plus confus après ce genre d'événements. Il aurait aimé que ça puisse continuer, mais quand Mathys commence à révéler, sans qu'il lui pose explicitement la question, ce qui s'est passé, Powel se dit que c'est plus facile qu,il ne l'avait prévu. Mais soudainement, le gamin bafouille, hésite et se met à trembler. Quand il se lève et sort en trombe de la cuisine, Powel devine qu'il a perdu le contact. Il ne fait rien pour le retenir, c'est inutile. Ça ne ferait que terrifier le gamin d'avantage. Michael Spencer laisse passer le gamin et les deux hommes se regardent, pensifs.


°°°°°°°°°°°°°


Linus avait toujours considéré Wilcox comme une peau de vache tyrannique. Faut dire qu'à l'époque il n'était pas dans un état adéquat pour comprendre toutes les subtilités de la femme flic. À l'époque, ses enfants étaient tout jeunes et maintenant, ça devait être des adolescents. Linus comprit à son air inquiet que la santé et l'état du garçon la préoccupait. Sa réplique est cinglante, sèche et désagréable.

- Non, bien sûr que non il ne va pas bien. Il n'a rien de cassé, mais son ère est mort juste après qu'il l'ait frappé. Non, il va pas bien, réplique-t-il. Son ton s'adoucit pourtant. Mais il n'a rien de cassé.

Il n'avait pas pensé ni à l'hôpital, ni aux photos. Mais oui, ce sera nécessaire, pour le dossier. Il hoche la tête. tout ça prenait une tournure qu'il n'aimait pas. Machinalement, il cherche de la main son paquet de cigarette, dans la poche de sa chemise. Il n'y est pas. Un rapide coup d'oeil et il le repère, salement amoché près de la table de salon écrasée.

- Je pense que Julian était dos à moi quand je suis entré. Ouais, je pense que c'est ça parce que je lui ai passé le bras autour du cou pour le tirer en arrière, dit-il en mimant le geste, machinalement. Il a essayé de me faire lâcher prise et je l'ai lâché. Oui, il avait bien fait, du moins pour ce coup là. Pour le reste, il n'était pas trop certain s'il avait agit pour le mieux. Après, Julian a complètement oublié Mathys, et il s'est jeté sur moi. Julian a la force d'une crevette normalement, mais là, en crise, il était survolté. Il a réussit à me basculer sur la table, là. Heureusement que c'était de la camelote, mais ça m'a sonné un peu...

Et soudainement, une masse blonde fond sur lui. Par réflexe, il s'avance sur le fauteuil et le réceptionne en douceur. Mathys se blottie contre lui.

- J’veux pas continuer… Linus.

Wilcox annonce qu'ils reprendront plus tard. Mais Linus n'en a pas terminé, lui. Et il ne croit pas que ce soit la meilleure des choses que Mathys garde tout ça.

- Faudra pourtant que tu leur racontes tout ce dont tu te souviens. Allez, raconte à Monsieur Powell tout ce qui s'est passé.



Spoiler:
 




© Leeyarom°"°

______________________________

Linus Owen Chatwood

PAINT IT BLACK
I look inside myself and see my heart is black
I see my red door and must have it painted black
Maybe then I'll fade away and not have to face the facts
It's not easy facing up when your whole world is black
- Rolling Stones

I remember but I can't forgive : (AuAg)3Hg2


Dernière édition par Linus O. Chatwood le Ven 20 Juin 2014 - 3:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: #1473 - Le début de la fin du monde connu Dim 15 Juin 2014 - 16:34

LE DÉBUT DE LA FIN DU MONDE CONNU

MATHYS & LINUS


Mathys n’avait pas de mal à parler de ce qui s’était passé avant la mort de son père, ça lui dérangeait pas, mais ensuite, parler de pourquoi il était en colère, mais aussi de ce qui était arrivé, il ne pu s’empêcher de se sauver pour aller rejoindre Linus qui avait raconter une partie de l’histoire à la dame qui l’interrogeait. La femme s’était levé à l’arriver de celui-ci pour les laisser disant à Linus qu’il allait recommencer. Seulement Mathys blottit dans les bras de celle-ci, il ne voulait plus parler, il ne voulait plus parler de ce qui était arrivé. Powell avait fini par les rejoindre faisant comprendre du regard à Linus qu’il avait besoin d’en savoir plus.

Mathys s’était blottit dans les bras de Linus, il ne voulait pas bouger, il ne voulait pas parler, mais Linus l’encourageait à parler. Il le regarda puis il lui demanda : « Faut vraiment ? J’aime pas ça… » Il se redressa un peu puis il dit : « Tu reste avec moi? J’veux tu reste… » Ça le rassurait de parler en présence de celui-ci, ainsi il pourrait le protéger s’il y avait un problème. Bon le policier s’installa sur le canapé juste en avant d’eux pour demander à Mathys d’y aller à son rythme, de parler de ce qu’il voulait, il était pas obliger d’entrer dans les détails, le petit s’appuya contre Linus et serrait le chandail de celui-ci avec sa petite main et osait pas regarder l’enquêteur.

« Quand il est rentré il était fâché, il était pas content… il arrêtait pas de crier et il a enlever sa ceinture et a enroulé le bout autour de sa main… et il m’a frappé avec la boucle… » Le petit se frotta les yeux, il avait mal au dos, il se sentait pas bien à parler de ça, il détestait parler de ça. « J’ai pris le téléphone et j’me suis caché dans le placard pour appeler Linus comme il m’a montré… il frappait dans la porte et criait.. » Le petit prenait des pauses pour essayer de mettre en place ses pensées et arrivé à parler comme ça lui faisait mal d’en parler. « Il a défoncé la porte et il m’a attraper et frapper sans arrêt… » Des larmes coulaient le long des joues de l’enfant totalement effrayé et tremblant dans les bras de Linus. « Il me faisait mal et Linus est arriver et l’a attraper pour m’aider… après je sais pu... désolé... » Il essayait de se rappeler ce qui était arrivé, il essayait, mais sans y parvenir, tout était flou… « J’suis aller me cacher sous mon lit et Linus est venu me rejoindre et m’a soigné… »

L’enquêtrice était revenu avec un appareil photo comme elle avait dit à Linus elle souhaitait prendre des photos des blessures pour les mettre au dossier. Mathys comprenait pas pourquoi elle avait ça puis il compris que c’était pour lui, il fit non de la tête, il aimait pas ça montrer son dos et surtout que son t-shirt était à nouveau humide à cause du sang, à cause des mouvements rapides, brusque qu’il avait fait en se levant pour aller rejoindre Linus. Il regarda Linus et lui demanda : « Faut vraiment ? » Il le ferait pour Linus, mais il aimerait mieux pas, il ne voulait pas décevoir Linus, il ne voulait pas qu’il soit fâché contre lui et décide de partir parce que Mathys n’était pas gentil. Mathys se frotta les yeux pleins de larmes et il retira son t-shirt avec l’aide de Linus comme ça lui faisait mal, il vit le sang sur celui-ci et il le lâcha au sol, il était resté dans les bras de Linus, sur les genoux de celui-ci, n’osant pas le quitter. Malgré les soins son dos n’était pas beau à voir, si les enquêteur trouvait cela dégoutant, effrayant, il ne laissèrent paraitre aucune émotion pour ne pas effrayer ou inquiéter Mathys qui était déjà bien assez secoué comme ça.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Linus O. Chatwood
Maître Jedi
1296 $
04/11/1982 $
1296 messages
Mensonges : 1296
Anniversaire : 04/11/1982


MessageSujet: Re: #1473 - Le début de la fin du monde connu Lun 16 Juin 2014 - 0:22



Le début de la fin
du monde connu

Ft. Mathys H. Abberline



C'était peut-être un peu dur de sa part d'obliger Mathys a tout raconter tout de suite, mais il estime que c'est nécessaire, pour passer à autre chose. Pourtant, il ne savait pas ce que le passer à autre chose pouvait impliquer. Il avait déjà une idée derrière la tête, mis c'était qu'une idée et pour le moment c'était totalement abstrait. Il n'était pas certain que ce soit une bonne idée et il n'était pas certain non plus que ce soit une bonne chose. Mais l'idée faisait son chemin et il ébauchait déjà sa stratégie, si stratégie il avait besoin.

Le récit de Mathys était terrifiant, mais Mathys dévoilait les faits avec une sincérité courageuse. Et Linus connaissait bien, jadis, cet état d'hystérie paranoïaque dans laquelle avait été plongé Julian. Il se souvenait de l'état dans lequel il pouvait lui-même se mettre. Il se souvient que Hetty en avait fait les frais à plusieurs reprises. Mais elle n'avait pas cinq ans à l'époque. Ça n'excuse rien, mais elle était capable de se défendre parce que Hetty a toujours été une petite blonde belliqueuse et qu'elle avait du répondant. Et elle l'est encore.

Mathys termine de raconter les faits, de son point de vue, tandis que Wilcox arrive avec l'appareil photo pour les clichés des blessures de Mathys. Oui, il le faut vraiment. Linus aide Mathys à retirer, encore une fois, son t-shirt avec une délicatesse toute paternelle et tandis que Wilcox prend les photos, Linus poursuit le récit, là où il l'a laissé avec Wilcox.

- Il a réussit à me renverser, puis il s'est jeté sur moi, dit-il, pensif se remémorant ce qui s'est passé. Je l'ai repoussé avec mon pied... dit-il, hésitant. À vrai dire je lui ai carrément envoyé mon pied dans l'estomac et je l'ai poussé... là où il est tombé... il s'est pas relevé. Il a convulsé puis il a cessé de bouger. J'ai appeler les secours, puis j'ai appliqué le RCR jusqu'à l'arrivée des ambulanciers... et je suis allé rejoindre Mathys. Il lève les yeux vers Wilcox et Powel et se renfrogne. Après, vos gars étaient là, conclut-il.

Une ambulancière ayant assisté à la prise de photos s'approche pour examiner Mathys. Linus hoche la tête, pour approuver l'intervention, mais vu la réticence de Mathys à vouloir quitter ses bras, le garde sur ses genoux le temps de l'examen sommaire. L'ambulancière examine Mathys, puis l'informe qu'elle va poser des petits pansements sur ses plaies dans le dos.

- Depuis quand tu sais qu'il frappait son fils ? demande Powell qui n'a soudainement plus vraiment l'air d'un adorable grand-papa.

Linus lève les yeux sur Powell et le dévisage un moment, avant de baisser les yeux sur le gamin sur ses genoux.

- Depuis que j'ai vu Mathys la première fois.

Et il lut toute la désapprobation dans le regard de tous les intervenants présents.


Spoiler:
 



© Leeyarom°"°

______________________________

Linus Owen Chatwood

PAINT IT BLACK
I look inside myself and see my heart is black
I see my red door and must have it painted black
Maybe then I'll fade away and not have to face the facts
It's not easy facing up when your whole world is black
- Rolling Stones

I remember but I can't forgive : (AuAg)3Hg2


Dernière édition par Linus O. Chatwood le Ven 20 Juin 2014 - 3:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: #1473 - Le début de la fin du monde connu Lun 16 Juin 2014 - 2:10

LE DÉBUT DE LA FIN DU MONDE CONNU

MATHYS & LINUS

La voix de Mathys était faible et parfois il devait prendre des pauses et il reniflait et s’essuyait les yeux alors que les larmes coulaient, ça lui faisait de la peine de parler de tout ça. Il devait parler de cette journée qui était horrible, des plus horribles alors qu’il avait juste envie d’aller se cacher dans sa chambre sous son lit avec sa peluche qu’il avait oublié dans la cuisine d’ailleurs. À la place de serrer la peluche il serrait le chandail de Linus qui était tout froissé maintenant, pleins de plis et humide aussi à cause des larmes de l’enfants qui était appuyer contre celui-ci. Mathys évitait les regards quand il parlait, il ne voulait pas voir la pitié ou encore qu’il soit en colère, son père avait sûrement une raison pour être fâché comme ça non ? Enfin c’est ce qu’il pensait et il était sur que c’était de sa faute.

Mathys avait réussit à parler de tout ce qui était arrivé, il aimait pas ça, mais ça lui avait fait beaucoup de mal de dire ça, il tremblait puis il écoutait les paroles de Linus alors qu’il lui racontait ce qui était arrivé ou plutôt il racontait au agents ce qui était arrivé, de ce que Mathys ne se rappelait pas. Puis il vit l’appareil photo et il du retirer et Linus l’avait aider à retirer son t-shirt et il lui faisait prendre un position afin qu’elle puisse prendre des photos de son dos, ses épaule et il avait aussi une marque sur l’avant bras, bien rouge/mauve/bleu où son père l’avait agripper pour le faire sortir du placard.

Il vit ensuite une femme approcher elle avait un petit sac avec de l’équipement pour le soigner et il se blottit contre Linus ne voulant pas qu’on le touche, mais Linus le tenait un peu pour le rassurer surement et faire en sorte qu’une personne dont c’était le métier puisse l’examiner et il gémis quand elle le toucha, c’était très sensible, il avait mal, très mal et il serra le chandail de Linus dans sa main alors qu’elle lui expliqua qu’elle allait mettre des petits pansements sur ses plais dans le dos. Elle avait nettoyé les plaies pour mettre de la gaze et ensuite mettre un pansement, pas un petit pansement avec des dessins, plutôt les gros pansements brun solides que l’on retrouvait dans les centres hospitaliers. Il avait presque le dos recouvert de pansements, son père n’y avait pas été de main morte! Vraiment pas! Quand elle eut fini elle pris de la pommade pour en mettre sur les bleus de celui-ci et donna le tube à Linus. « Il faudra changer les pansements matin et soirs et le faire voir un médecin pour être sur que rien ne s’infecte et tout guérisse bien. » Mathys se serra contre Linus, le seul en qui il avait vraiment confiance.

Il fut surpris par la question de l’enquêteur, puis il regarda Linus et il sentit la tension monter alors que l’autre enquêteur, la dame ajouta : « Et t’as rien fait? Tu as laissé Mathys ici, avec son père alors qu’il le frappait ? Contacter la police t’as pas effleuré l’esprit ? » On pouvait sentir le désaccord dans la voix de celle-ci, qu’elle n’arrivait pas à croire qu’il avait été assez stupide pour laisser un enfant avec un père violent. Mathys trembla en l’entendant parler comme ça à Linus et pour le défendre il dit : « Il m’aidait… il était gentil. J’veux qui reste avec moi… » Mathys releva la tête vers Linus et se colla à celui-ci, il avait hâte que ceux-ci partent, il aimait pas ça, il aimait pas qu’on s’en prenne à Linus qui avait été gentil avec lui, qui l’avait protéger et toujours aider comme il pouvait.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Linus O. Chatwood
Maître Jedi
1296 $
04/11/1982 $
1296 messages
Mensonges : 1296
Anniversaire : 04/11/1982


MessageSujet: Re: #1473 - Le début de la fin du monde connu Mer 18 Juin 2014 - 4:26



Le début de la fin
du monde connu

Ft. Mathys H. Abberline



Attentifs à ce que l'infirmier faisait à Mathys, les soins, il tentait tant bien que mal de ne pas avoir l'air trop tendu et pour une rare fois, il n'affichait pas son air arrogant et impérial de grand génie. À sa manière imposante, il faisait profil bas, bien que par la force des choses, toute l'attention soit sur lui. Il était tout de même soupçonné d'avoir tué Julian Abberline. Pas volontairement, sans doute, quoique ça n'était pas certaine non plus que ce soit si involontaire. Après tout, Linus n'avait-il pas défendu Mathys ? Peut-être avait-il finit par user du seul moyen définitif pour libérer Mathys ? C'est la réflexion que se fait Powell. Les Chatwood ont passé leur enfance et leur adolescence à faire des mauvais coups en ville. Ça s'est parfois mal passé, mais de là à commettre un meurtre. SI Chatwood avait parut choqué, craintif, affolé, ou même agressif, il aurait pu penser qu'il avait des remords. Mais il était d'un calme désarmant. Toute son attention était concentrée sur Mathys. Il hoche la tête, calmement, lorsque l'ambulancier lui explique ce qu'il doit faire. Mais cet état ne dure pas.

Il a bien senti le regard désapprobateur des deux enquêteurs et même des infirmiers. Mais les accusations et surtout les reproches enflamment son esprit. Quoi ? Ils l'accusent d'avoir rien fait ? Il pose sur Wilcox un regard éloquent. Comment elle ose lui dire ça, elle. Elle, surtout. Surtout elle. Mathys se serre contre lui et proteste. Linus, enroule ses bras autour de Mathys et il se lève. Il déplie son cent quatre vingt centimètres et l'oppose au mètre soixante dix de Wilcox. Il a tout de même le garçon dans les bras et il n'est pas près de le lâcher.

- Et j'ai rien fait ? Moi j'ai rien fait ? Et vous, Wilcox ? Vous avez fait quoi ? Vous saviez, tout le monde savait que Julian était un toxicomane et personne n'est venu se renseigner. Moi, j'ai rien dit à la police, parce que vous n'auriez pas fait grand chose de plus que moi, sauf expédier Mathys en famille d'accueil. Il recule, parce qu,il se sait beaucoup trop menaçant, bien que sa voix soit calme. Je suis pas certain d'avoir fait le bon choix, ni les bonnes choses, mais j'ai tenté quelque chose. Et il se dégage du cercle des enquêteurs. On va te trouver un autre t-shirt, d'accord Mathys ?
- On va appeler un travailleur social et...
- Non. Pas question.
- Le temps de l'enquête, Mathys doit...
- Je resterai avec Mathys.
- On va quand même faire venir un travailleur social, réplique Powell, calme, parce qu'il faut suivre les procédures.

Moui, les procédures.


Spoiler:
 

© Leeyarom°"°

______________________________

Linus Owen Chatwood

PAINT IT BLACK
I look inside myself and see my heart is black
I see my red door and must have it painted black
Maybe then I'll fade away and not have to face the facts
It's not easy facing up when your whole world is black
- Rolling Stones

I remember but I can't forgive : (AuAg)3Hg2


Dernière édition par Linus O. Chatwood le Ven 20 Juin 2014 - 3:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: #1473 - Le début de la fin du monde connu Mer 18 Juin 2014 - 18:30

LE DÉBUT DE LA FIN DU MONDE CONNU

MATHYS & LINUS

Mathys écoutait la conversation sans vraiment tout comprendre tout cela était perturbant pour cet enfant d.jà malmené par la vie. Il n'a pas eu la vie facile, toujours son père sur le dos, frappé, rabaisser. Linus fut la seule personne qui l'a vraiment aidé au cours de sa vie. Jamais personne ne s'était soucié de lui avant, tout le monde ignorait ce qui se passait dans cette petite maison qui aurait bien besoin de rénovation. Alors, quand Mathys entendant les policier dire qu'il n'a rien fait, qu'il aurait dû prévenir la police, il n'approuve pas leur parole, il aurait eut bien plus peur si Linus prévenait la police, comme il disait, Mat se serait sûrement retrouvé dans une famille d'accueil et qui sait si cette famille n'aurait pas été pire que son père ? Son père avait commencé à prendre conscience de ce qu'il faisiat, mais aujourd'hui, il était redevenu l'homme d'avant le retour de Linus. Mathys passa ses bras autour du cou de Linus afin de se tenir à lui, appuyant sa tête contre le creux de l'épaule de celui-ci, où il se sentait en sécurité, à l'abris des méchants. Quand Linus lui parla d'aller chercher un autre t-shirt, il hocha la tête pour répondre « D'accord. » Il était content de quitter les policiers qu'il n'appréciait pas trop, qui s'en prenait à Linus. Ils avaient dit qu'il appellerait un travailleur social, mais Linus affirmait qu'il allait rester avec l'enfant, ce qui le rassura, mais ils étaient souhaitaient suivre les procédures donc ils allaient malgré tout appeler un travailleur social. Mathys toujours dans les bras de Linus se retrouva ensuite dans sa chambre pour prendre un autre t-shirt comme les deux derniers qu'il avait portés aujourd'hui était tâché avec son sang.

Mathys descendit des bras de Linus pour aller chercher un autre t-shirt dans son placard, il s'y cachait parfois quand son papa était trop en colère, mais c'était surtout sous son lit qu'il se cachait comme Linus l'avait fixé au sol, lui assurant ainsi une protection plus solide. Mathys pris un t-shirt bleu ciel avec un dessins sur le devant, c'était un logo tout joli pour les enfants. Une fois sont t-shirt enfilé il alla rejoindre Linus sur son lit. Il s'allongea sur son lit avec la tête sur la cuisse de Linus, il était épuisé par sa journée, qui bien que pas terminé était très éprouvante pour un petit bout comme lui. Parler de ce que son père lui faisait, les policiers... tout ça l'épuisait.

Il se mis de façon à avoir le visage vers le haut pour regarder Linus, puis il pris parole. « Il va faire quoi le travailleur social ? Il va pas m'amener dans un autre famille.. hein? J'vais pouvoir rester avec toi ? » Le petit se frotta les yeux, qui se fermait tout seul afin de les garder ouvert, de faire partir la fatigue. Il respirait lentement, le stress diminuait quand il était juste avec Linus, pas comme un peu plus tôt avec les policiers alors que Linus devait sentir son coeur battre à tout vitesse. « Y vont resté combien de temps ici ? Les policiers.. » Il préférait être seul avec son Linus. Puis il se redressa réalisant qu'il avait pas sa peluche. « Lapino ? » Il avait pas été chercher loin pour le nom, il avait choisi le premier nom qui lui était venu à la tête. .« Je l'ai oublié en bas j'crois... » Il osait pas aller le chercher par contre, pas seul du moins, passer tout seul devant ses policiers, enquêteurs et le travailleur social qui allait arrivé, non il irait le chercher quand tout ce monde sera parti....

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Linus O. Chatwood
Maître Jedi
1296 $
04/11/1982 $
1296 messages
Mensonges : 1296
Anniversaire : 04/11/1982


MessageSujet: Re: #1473 - Le début de la fin du monde connu Ven 20 Juin 2014 - 4:58



Le début de la fin
du monde connu

Ft. Mathys H. Abberline



Mais Linus ignore les enquêteurs avec le flegme glacial dont il est coutumier. Va pas se faire chier à se laisse dire quoi faire. Il va attendre le travailleur social et lui dire ce qu'il en pense. Mathys dnas les bras, il retourne à la chambre de Mathys. Personne d'autre, aucun policier n'est entré pour le moment. Linus referme la porte avec une colère contenue. Elle claque à peine tandis qu,il dépose Mathys sur le sol. Il sent le mal de tête poindre. Il a horriblement envie d'en griller une, mais il se retient. Il tâte pourtant sa poche, à la recherche de son paquet. Il ne l'a toujours pas. Il sent le manque de nicotine et autres substances et c'est peut-être pour ça qu'il réagit si mal. Il s'assoit sur le lit, parce que la seule chaise disponible est taillée pour un enfant de 5 ans.

les coudes sur les genoux, il se masse les tempes quelques secondes avant de se redresser et de s'asseoir bien au fond du petit lit, le dos appuyé contre le mur. Il aurait besoin de réfléchir, mais il est en manque de nicotine, de goudron ou d'autres trucs du genre. Et il ne peut pas réfléchir convenablement, parce qu'il n'a pas toutes les données en mains. Il se doute que si on lui permet de s'éclipser comme ça, avec Mathys, c'est uniquement parce que Michael Spencer est là, sinon, on serait moins conciliant. Ils seraient peut-être même déjà au poste. Vu ses antécédents, ça n'aurait surprit personne. Mathys grimpe à son tour sur le lit, une fois qu,il a enfilé un nouveau t-shirt, puis il se blottie contre lui, la tête posée sur a cuisse. Il lève ses grands yeux sombres dans le regard de glace de Linus, qui s'adoucit aussitôt. Il ne sait pas trop quoi répondre à Mathys. Il a l'impression qu'il y a répondu, sans y répondre, des tas de fois.

- Je... je sais pas trop, Mathys... Ça répondait à pas mal toutes les questions de Mathys. Ce que je sais c'est que je vais faire tout ce que je peux pour que tu sois bien, ok ? Il hoche la tête. Pour vrai, il sait pas trop. Pour commencer, je crois qu'il vont devoir déterminer si c'est ma faute ce qui est arrivé à ton père. S'ils trouvent que c'est ma faute, Monsieur Spencer s'occupera que tout se passe bien pour toi, ok ? C'est mon oncle. C'était un flic avant, maintenant, il a des tas de chiens. Il esquisse un sourire. Un de ses rare sourire. Même avec Mathys, Linus reste souvent très sérieux. amical et paternel, mais sérieux. Tu sais, en plus, je vais me faire gronder par ma femme. Elle voulait pas que je traîne avec Julian. alors je venais ici en cachette. Elle ne sera pas contente de l'apprendre. Faudra que je trouve un truc pour qu'elle soit pas fâché longtemps. T'as une idée ?

Il essaie tant bien que mal de changer les idées de Mathys.

© Leeyarom°"°

______________________________

Linus Owen Chatwood

PAINT IT BLACK
I look inside myself and see my heart is black
I see my red door and must have it painted black
Maybe then I'll fade away and not have to face the facts
It's not easy facing up when your whole world is black
- Rolling Stones

I remember but I can't forgive : (AuAg)3Hg2
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: #1473 - Le début de la fin du monde connu Ven 20 Juin 2014 - 12:51

LE DÉBUT DE LA FIN DU MONDE CONNU

MATHYS & LINUS

Mathys se sentit mal au début en regarder Linus dans les yeux, il semblait dur, mais il fut rassuré en les voyant se radoucir, l’enfant posait peut-être les mêmes questions, mais c’était parce qu’il avait peur, il était perdu, effrayé, il avait besoin d’être rassuré et même si Linus tentait de le rassurer il avait beaucoup de mal à croire que tout allait bien se passer. « Mais c’est pas ta faute. » Pourquoi ils pourraient penser qu’il était le coupable, ce n’était pas le cas, il l’avait protégé. « Tu m’as protégé… » Par contre quand il parla que quelqu’un d’autre s’occupe de lui, un monsieur Spencer qui était un ancien flic et qu’il avait plein de chiens. Mathys aimait bien les chiens, même s’il en avait pas. « Un tas de chien? Vraiment beaucoup ? J’aime bien les chiens… j’aimerais ça en avoir un, mais papa il veu.. voulait pas. » Il devait en parler au passé maintenant. Mathys se frotta un peu les yeux, fatigué, mais il se mis à réfléchir à une idée comme il lui parlait du fait que sa femme n’allait pas être contente qu’il voyait Julian, il fut surpris, pourquoi il le faisait si elle ne voulait pas qu’il voit son papa. « Pourquoi tu venais si elle voulait pas ? » Il comprenait pas que c’était pour lui qu’elle venait, parce qu’il voulait veillé sur lui. Bref, une idée pour que sa femme ne soit pas fâché, il se redressa pour s’asseoir à l’indienne. « Tu pourrais lui faire un souper romantique ? C’est ce qu’on dit hein ? Sinon lui donner un cadeau? Tout le monde est content que il reçoit un cadeau, non ? » Lui il était bien content quand il recevait un cadeau de Linus, enfin quand il a reçu sa peluche, sinon sa papa lui a jamais donné de cadeau, il a jamais fêté son anniversaire… On ne s’est jamais vraiment occupé de lui. Il regarda Linus et il dit : « Désolé… j’voulais pas que t’es des problèmes quand j’t’ai appelé. » Il se disait qu’il aurait du faire comme avant, il aurait du faire comme d’habitude et endurer, mais peut-être que c’est lui qui serait mort dans ce cas, son père avait été tellement violent cette fois qu’il serait mort ou sinon inconscient, très mal en point.

Mathys ajouta : « Vais dire que c’est ma faute… c’est moi qui t’a appelé… parce que j’avais peur. » Il se frotta encore les yeux et s’allongea… « J’ai mal à la tête… » Il s’était cogné la tête quand tout était arrivé, il en avait pas parler, à cause de tout ce qui était arrivé, il avait peut-être un commotion ou encore une petite plaie à la tête, mais qui ne se voyait pas à cause de ses cheveux, il ferma les yeux, épuisé, mal et il ne pris pas de temps avant de s’endormir tout prêt de Linus, dos à lui, il avait la tête qui tournait un peu, mais dormir lui faisait du bien, tout était calme, du moins avant les cauchemars. Il n’entendit pas cogner à la porte, le travailleur social qui demandait à parler à Linus. Il n’entendit pas Linus sortir pour aller parler avec le travailleur social. Il se mis à bouger dans son sommeil, il se mis à pousser des petits gémissements de peur alors qu’il revivait le moment encore en encore dans son cauchemar, seulement dans son cauchemar Linus n’arrivait pas.

Il se réveilla en sursaut, en sueur alors qu’il tremblait et remarqua un peu de sang sur son lit, un des pansement devait être imbibé de sang et devait être changer, regardant autour de lui, il ne vit pas Linus, il eut peur que celui-ci soit parti et il se leva rapidement pour se diriger vers la porte. « Linus ? » Il ouvrit la porte et ne vit pas de policier, tout était tranquille, il descendit à l’étage, le corps de son papa n’était plus la, il restait qu’une trace de sang au sol quand son père s’était cogné la tête ou encore c’était son sang à lui. Il voyait plus de policier, il ne voyait personne. « Linus ? » Il se dirigea vers la cuisine et vit Linus seul, il fut soulagé et courra vers celui-ci pour se serrer encore lui, alors qu’il était tout tremblant encore à cause du cauchemar et en sueur aussi à cause du cauchemar. « J’pensais t’étais parti… t’étais pu dans ma chambre. » Il ne savait pas si Linus l’avait entendu crier en se réveillant une fois le cauchemar trop violent.


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Linus O. Chatwood
Maître Jedi
1296 $
04/11/1982 $
1296 messages
Mensonges : 1296
Anniversaire : 04/11/1982


MessageSujet: Re: #1473 - Le début de la fin du monde connu Dim 22 Juin 2014 - 8:06



Le début de la fin
du monde connu

Ft. Mathys H. Abberline



Bien sûr que c'était sa faute. Il aurait du faire comme les enquêteurs ont dit. Il aurait du appeler la police bien avant. tout ça ne serait pas arrivé. Julian serait probablement en prison, ou en centre, mais il serait vivant. Et Mathys risquerait probablement de se retrouver également en famille d'accueil. Julian était un type bien... enfin, relativement bien, avant. C'était déjà un drogué avant même la mort d'Errol, mais il était marrant. Il aimait faire la fête et c'était une excessif. Excessif, c'est probablement ce qui a attiré Linus... il y a 10 ans.

- Ouais, mais parfois en croyant qu'on fait bien, on fait pas toujours bien. C'est ce que l'enquête va déterminer. Il sourit. Ouais, Oncle Michael élève des chiens. Pour les flics. Il fait aussi le dressage des chiens. Il adore les chiens et les chiens l'adorent. Julian il était pas capable de s'occuper de lui, ni de toi. Il aurai pas assumé un chien. C'était mieux de pas en avoir.

Oui, pourquoi il était venu quand même s'il savait que Liz ne voulait pas, hum ? Parce que Liz avait peur qu'il soit faible et qu'il retouche à la drogue. C'était tentant, toujours à lui faire de l'oeil, à lui rappeler à quel point l'effet peut être délicieux et surtout engourdissant. Oui, l'engourdissement était merveilleux. Mais le réveil était douloureux, tellement douloureux. Si l'engourdissement lui manque, le réveil, ça ne lui manque pas. Pas du tout. Au contraire, s'il résiste à l'engourdissement, c'est parce qu'il ne supporterait pas le réveil. Il se souvient à quel point il était mal au réveil, quand il commençait à ressentir le manque.

- Je venais parce que je pensais que c'était ce qu'il fallait faire. Enfin, elle l'aurait pensé aussi, mais elle aurait fait les choses autrement et je connaissait ton père, je pensait que c'était mieux comme ça. Mais je sais pas si j'avais raison. Oui, je pourrais lui faire un souper romantique. On en a pas vraiment fait depuis... longtemps... un cadeau aussi... c'est une bonne idée...

Liz, il devrait l'appeler... mais il faudrait pour ça qu'il retrouve son cellulaire... et son paquet de cigarette... ses cigarettes en premier... parce que sinon, il ne sait pas du tout comment ça se passera au téléphone. Elle sera furieuse et avec raison, mais il ne le dira surement pas.

- Tu m'as pas causé de problèmes. Il s'en cause déjà bien tout seul. Il s'est toujours causé des problèmes tout seul. Et c'est pas ta faute Thys, je t'avais dit de m'appeler, tu l'as fait. C'est bien, c'est comme ça. Tu n'auras plus peur de ton père. Oui, il devait parler à Lizbeth. Et bientôt. Faut te reposer, Thys. Ça été beaucoup de peur et la peur, c'est épuisant. Et il en connait un rayon là-dessus, sur la peur et l'épuisement.

Mais il n'ajoute rien, il laisse Mathys se reposer et en même temps, il réfléchit, jusqu'à ce que le policier ouvre délicatement la porte et lui fasse signe que le travailleur social est arrivé. Avec une infinie précaution, Linus se lève et va rejoindre le travailleur social. Et ils discutent. Linus ne sait pas trop s'il a fait bonne impression sur le type jovial ou si c'est parce que M. Spencer a fait la proposition, mais le travailleur social a décrété que ce serait mieux pour Mathys si Linus restait avec lui, pour le moment, le temps que tout soit décidé, le temps de trouver la mère du petit ou de la famille. Oui, ce soir, il allait rester ici, chez Mathys et demain serait un autre jour. On lui remet son cellulaire et il voit que Michael a laissé un message pour Lizbeth. Bon, au moins, elle savait que tout allait bien. Il demande également à Michael de dire à Hetty d'appeler Candy, pour l'ouverture de demain matin, ou de la faire elle-même, après tout, il s'en fiche.

Tandis que tous les flics et autres intervenants se préparent à partir, Linus remet la main sur son paquet de clope et c'st avec un soulagement qu'il en grille deux coup sur coup. Lorsqu'il rentre à l'intérieur, il est seul. Seul avec Mathys du moins. C'est la fin de l'après-midi et le début de soirée s'annonce. Le plein de nicotine fait, il a l'impression de mieux respirer et surtout de mieux réfléchir. Et sa première constatation, c'est que cette maison est un véritable foutoir. La maison d'un junkie quoi. Il fouille les placards, les armoires, tout est négligemment vide. Il n'arrive même pas à dénicher des draps propres pour changer le lit de Julian ni même trouver une couverture pour squatter le divan du salon, ce qui en même temps, le répugne de penser pouvoir dormir, si ce n'est se reposer au salon. C'est quand même là que Julian est mort. Il passe à la cuisine et se laisse tomber sur ne chaise et, remarquant un cendrier sur la table, hausse les épaules et s'allume une troisième cigarette en moins de 30 minutes.

Il en est là dans ses réflexions, il en est là dans son cheminement de pensées lorsque Mathys le rejoint et se blottie contre lui. Mathys lui dit qu'il croyait qu'il était parti, qu'il n'était plus dans sa chambre.

- Non, je ne suis pas parti, dit-il en prenant une dernière bouffée sur sa cigarette et en l'écrasant dans le cendrier. Il recule la chaise et laisse Mathys grimper sur ses genoux. Tu t'étais endormi et le travailleur social voulait me parler. Il a dit que pour aujourd'hui et demain, je vais rester avec toi. On va voir au jour le jour ce qui va se passer, parce que personne le sait pour le moment. Il jette un coup d,oeil à son cellulaire, jeté sur la table. Il devrait au moins envoyer un message à Liz, même si Michael a déjà tout raconté. Demain, on va aller à l'hôpital, parce qu'ils ont dit qu'ils doivent t'examiner pour savoir si tout va bien. Ils vont aussi encore te poser des questions, probablement des question que t's répondu aujourd'hui, mais faudra y répondre. Encore et encore s'il le faut, d'accord ?

Tandis qu,il résume la journée du lendemain à Mathys, il pianote d,une main un message pour Liz.

© Leeyarom°"°

______________________________

Linus Owen Chatwood

PAINT IT BLACK
I look inside myself and see my heart is black
I see my red door and must have it painted black
Maybe then I'll fade away and not have to face the facts
It's not easy facing up when your whole world is black
- Rolling Stones

I remember but I can't forgive : (AuAg)3Hg2
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: #1473 - Le début de la fin du monde connu Dim 22 Juin 2014 - 13:59

Le petit l’écoutait, alors qu’il pensait que Linus avait rien faire de mal, mais il avait raison autant pour ça que pour le fait que Julian n’aurait pas pu s’occuper d’un chien, qu’il était mieux qu’il n’ait pas eu un chien. « Il lui aurait peut-être fait mal… aussi. Comme il me faisait mal… » Le petit baissa les yeux puis il releva la tête et demanda : « Tu crois j’pourais voir ses chiens un jour ? » Il parlait des chiens de Oncle Michael, il aimait les chiens et s’il était dresseur de chien, Michael, c’est chiens devaient être gentil et il n’aurait pas  avoir peur à d’eux.  « Il a beaucoup de chien ? Y’en a combien ? » Le petit était curieux et ça faisait du bien à celui-ci de parler d’un sujet qui n’avait rien de stressant, ça l’aidait à se détendre et se calmer, à lui changer les idées un peu.

Mathys lui avait demandé pourquoi il était venu, il compris pourquoi, quand celui-ci lui expliqua. Il pensait fait bien, il pensait qu’elle ne savait pas ce qui se passait, qu’elle aurait sûrement fait les choses autrement, elle ne l’aurait peut-être pas empêché d’aller voir Julian et Mathys. Mais bon, Thys lui proposa des idées un souper et un cadeau et il fut content que celui-ci lui dise que c’était de bonne idée. « J’peux lui faire un carte si tu veux ! » Il voulait l’aider, il ne voulait pas que la femme de celui-ci soit fâchée. Donc il ferait tout pour aider Linus pour que sa femme soit contente.

Il le regardait alors qu’il s’en voulait, il se disait que c’était de sa faute, même si Linus lui disait que ce n’était pas de sa faute, qu’il avait fait ce qu’il lui avait dit de faire de l’appeler s’il avait peur. C’est vrai il n’aurait plus peur de son papa, mais il avait peur de ce que d’autres pourrait lui faire, voir Linus qui avait déjà été violent avec Julian, s’il était gentil avec lui, il pourrait malgré tout se fâcher contre Thys et s’en prendre à lui, comme Julian le faisait. C’est vrai qu’il était épuisé, alors quand Linus lui dit de se reposer, l’enfant hocha la tête et il ne pris pas beaucoup de temps pour s’endormir, alors qu’il était épuisé… c’est vrai que la peur épuisait.

Il n’entendit pas Linus se lever et sortir de la pièce, il dormait, il ne savait pas ce que Linus fumait, qu’il était sortit de la maison pour fumer, qu’il avait parlé avec le travailleur social. Que le travailleur avait décidé qu’il serait mieux pour Mathys de rester avec Linus du moins pour l’instant, il avait confiance en Linus, du moins il se laissait approcher par  celui-ci alors autant le laisser avec quelqu’un qui pouvait l’approcher pour l’instant.

Mathys s’était réveillant en sursaut alors qu’il avait fait un cauchemar, comme toujours, il dormait très mal et souvent il dormait sous son lit où il se sentait un peu plus en sécurité, mais parfois il se réveillait en sursaut et se cognait la tête contre son lit. Mais bon, il aimait mieux dormir là que dans son lit où son père avait un accès facile à celui-ci. Son père l’avait déjà réveillé en l’agrippant et le frappant, alors que sous son lit il ne pouvait pas faire ça.

Mathys était soulagé de savoir qu’il n’était pas parti, il se sentait tellement effrayé en ce moment, il avait peur, tout cela était perturbant pour lui. Il toussa un peu, à cause de la fumée de cigarette, mais malheureusement c’était quelque chose auquel il était habitué, la maison pouvait se retrouver remplis de fumée à l’occasion, alors on peut dire que ce n’était pas la première fois qu’il respirait de la fumée de cigarette. Il s’assit sur les genoux de Linus et s’appuya contre le torse de Linus alors qu’il écoutait les paroles de celui-ci, comme quoi il allait rester avec Linus durant les jours à venir enfin des deux prochains jours, mais pour la suite il ne savait pas, ça allait être jour le jour… « J’veux pas aller dans une famille d’accueil… j’ai peur. Si elle ne m’aimait pas ? Comme mon papa… et elle me faisaient du mal elle aussi? » Ou encore ferait comme sa mère et partirait sans jamais donné signe de vie. Puis, il écoutait Linus lui parler de ce qu’il allait aller à l’hôpital demain afin de le faire examiner pour savoir si tout allait bien et qu’on risquait de lui poser encore des questions, encore en encore, mais qu’il devait y répondre peut importe le nombre de fois qu’on lui poserait. Il hocha la tête « Tu vas rester avec moi à l’hôpital ? » Il se doutait qu’il pourrait pas rester quand on lui poserait des questions. « On fait quoi maintenant ? » Le petit préférait ne pas parler encore de la police, il avait pas aimé parler de ce que son papa lui faisait, il sentit son ventre gargouiller, il avait rien manger depuis le matin, depuis ses toasts confiture et fromage, alors on peut dire qu’il avait faim, mais il savait qu’il y avait pratiquement rien dans les armoires, ça serait pas la première fois qu’il ne mange pas beaucoup durant une journée… il se frotta les yeux alors qu’il regardait Linus pianoter sur son cellulaire.  


Dernière édition par Mathys N. Abberline le Mer 9 Juil 2014 - 2:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Linus O. Chatwood
Maître Jedi
1296 $
04/11/1982 $
1296 messages
Mensonges : 1296
Anniversaire : 04/11/1982


MessageSujet: Re: #1473 - Le début de la fin du monde connu Dim 6 Juil 2014 - 0:33



Le début de la fin
du monde connu

Ft. Mathys H. Abberline



Non, Julian n'aurait jamais pu s,occuper d,un chien. Encore moins d'un gamin, mais comme il était le seul qui avait remis les pieds à l'hôpital... Julian était le père, Maxime l'avait reconnu, mais elle elle n'était pas retournée chercher le bébé. Julian, lui, l'avait fait. Julian était le seul à qui Linus avait répondu, par mail, par textos. Il avait du pour Maxime. Il avait su qu'elle n'en voulait pas. Linus avait dit à Julian de ne pas faire l'imbécile, que c'était un bébé, qu'il devait prendre ses responsabilités. À cette époque, il avait lui-même encore quelques problèmes ou du moins, il s'en sortait lentement. Il se souvient avoir dit à Julian d'être clean depuis quelques jours avant d'aller chercher le bébé. Il ne sait pas s Julian l'avait fait, mais Linus avait demandé à son père de trouver de quoi fournir Julian en trucs de bébés de base. Jeff les avait laissé bien en vue pour Julian, sans jamais s'y montrer.

- Julian avait du mal à s'occuper de lui même... dit-il surtout pour lui-même. Oui, oncle Michael sera ravi de te présenter ses chiens. Il en a actuellement une quinzaine, ce sont des juvéniles. Il en a 5 tout le temps. Trois femelles et deux mâles.

Michael Spencer était très fier de ses reproducteurs. C'étaient de belles bêtes et ils étaient doués. Les meilleurs.

- Oui, une carte, ou un dessin, elle va adorer, dit-il, sincère, mais sachant que lui, il ne s'en sortira pas aussi facilement.

Il aura à s'expliquer avec Lizbeth, ça c'est certain.

D'ailleurs, un peu plus tard, dans la cuisine, après avoir grillé trois clopes coup sur coup, il reçoit le texo réponse de son épouse et il n'y répond pas tout de suite. Il ne sait pas quoi répondre pour que ça ait l'air de l'agacer un peu. Il a autre chose à réfléchir que de marquer sa contrariété à la contrariété de sa femme. Il trouvera plus tard... ou alors... il trouvera plus tard.

- Ouais, t'as raison, la famille d'accueil, c'est pas vraiment la meilleure idée, surtout qu'il y en a peut-être une qui pourrait être plus adéquate, dit-il plus pour lui-même que pour Mathys. T'en fais pas, je vais laisser personne te faire du mal encore. C'est promis.

Et Linus avait apprit à ne pas faire de promesses, parce qu'il croyait être incapable de les ternir, surtout celles qui comptaient. Sauf avec Lizbeth. À Lizbeth, il était prêt à promettre tout ce qu'elle veut et tenter de les tenir.

- Oui, je resterai avec toi tant qu'il le faudra, à l'hôpital et tant que le juge ou le travailleur social n'aura pas rendu de décision.

Il hoche la tête. Ouais, qu'est-ce qu'ils pourraient faire ? Bonne question... Difficile d'y répondre. Ce que lui voudrait bien faire au départ, c'est un ménage de fonds en comble de ce taudis. À commencer par la chambre de Julian et de Mathys, du moins, changer le lit, trouver de la vaisselle propre, la salle de bain, aussi, ce serait un minimum...

- Tu veux faire une carte ou un dessin pour Lizbeth ? Ça lui ferait plaisir, je crois. Et moi j'en profiterais pour donne un coup de ménage dans ce taud... maison.

Au moins ça permettrait à Lizbeth de venir le temps qu'il est consigné ici. La perspective de ne pas pouvoir sortir d'ici le trouble un peu. Il se demande si c'est parce qu'il ne peut pas la rejoindre quand il veut qu'il a soudainement besoin de l'avoir à ses côtés.

© Leeyarom°"°

______________________________

Linus Owen Chatwood

PAINT IT BLACK
I look inside myself and see my heart is black
I see my red door and must have it painted black
Maybe then I'll fade away and not have to face the facts
It's not easy facing up when your whole world is black
- Rolling Stones

I remember but I can't forgive : (AuAg)3Hg2


Dernière édition par Linus O. Chatwood le Dim 6 Juil 2014 - 6:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: #1473 - Le début de la fin du monde connu Dim 6 Juil 2014 - 1:28

Mathys eu un petit sourire alors qu’il était impressionner par le nombre de chiens ! « Toi tu en as un chien ? » Il ne pense pas avoir entendu Linus parler du fait qu’il avait un chien, mais bon peut-être, Mathys rêvait d’en avoir un, mais il se doutait que ça ne serait jamais possible. « C’est beaucoup quinze chiens !! Ils sont gentils ? Je pourrais les caresser ? » Il aimerait beaucoup caresser les chiens, jouer avec les chiens de tonton Michael « Je pourrais leur lancer la balle ? » Ça lui faisait du bien de parler d’autres choses, de parler de quelque chose qu’il aimait, de chiens, il avait toujours voulu en avoir. Enfin bref, il s’était fait à l’idée, mais peut-être que ça pourrait changer avec Linus, mais bon, il ne savait pas ce qui allait arriver de lui…

Le petit était content que l’idée lui plaise, il ne comprenait pas le fait que c’était plus compliqué et que Linus aurait plus de difficulté à se faire pardonner que Mathys, bien que Mathys n’avait aucune raison de se faire pardonner, il n’avait rien fait, il était une victime. Une victime bien trop jeune, qui avait vécu des choses qu’aucun enfant, être humain ne devrait vivre… se faire battre, son père l’aurait peut-être tué si Linus n’était pas arrivé, Julian n’était pas dans son état normal quand il est revenu.

« Quelle qui pourrait être plus… adéquate ? » Le petit n’avait jamais entendu se mots encore c’est pourquoi il demanda ensuite : « C’est quoi adéquate ? » Il est un enfant faut lui laisser une chance quand même ! Il voulait comprendre, il aimait apprendre, il écoutait toujours bien en classe, même s’il n’osait pas poser de questions trop timide. « Merci. » Ça le rassurait, il le croyais et espérait qu’il tienne sa promesse. Le petit aimait beaucoup Linus, même si parfois il avait un peu peur de celui-ci, il avait peur de le décevoir, peur de le fâcher en disant quelque chose qui fallait pas.

Le petit eu un petit sourire rassuré alors qu’il avait peur de se faire abandonné par Linus, mais celui-ci le rassura en lui disant qu’il ne l’abandonnerait pas, tant mieux, il ne voulait pas se retrouver avec des inconnus, il hocha la tête rassurer par les paroles de celui-ci. Il demandait ensuite ce qu’il pourrait faire et Linus lui proposa de faire des dessins alors que lui ferait un peu de ménage.

Le petit garçon hocha la tête il voulait bien faire un dessin. « D’accord ! » Il alla chercher des feuilles et des crayons pour revenir dessiner dans la cuisine. S’installant à la table il se mis à genou sur la chaise enfin d’être un peu plus grand et il se mis à dessiner, il fit quelques dessins, durant plusieurs minutes. Puis après un moment alors qu’il a fait trois dessins pour Lizbeth, un pour Linus et même un pour Michael, tonton Michael avec pleins de chiens dessus, il montait à l’étage pour entendre du bruit dans la chambre de son papa. Il s’arrêta au pied de la porte pour dire : « Papa il voulait pas que j’entre dans sa chambre… j’peux t’aider ? » Il aimait pas trop rester seul en bas, il avait peur que des policiers reviennent et le prenne alors que Linus était en haut et il pouvait l’aider à faire du ménage ça le dérangeait pas.

Le jeune garçon sentit son ventre gargouiller, puis il demanda : « On va pouvoir manger tantôt ? » Il avait faim, mais il voulait pas non plus le déranger, il pouvait l’aider pour que ça aille plus vite, pour qu’ils puissent manger, le petit mis une main sur son ventre qui faisait du bruit.


Dernière édition par Mathys N. Abberline le Mer 9 Juil 2014 - 2:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
-S
Sith sans humour
169 $
169 messages
Mensonges : 169



MessageSujet: Re: #1473 - Le début de la fin du monde connu Mar 8 Juil 2014 - 18:50

J'entrais dans la maison discrètement, me dirigeant vers les bruits avant d'apercevoir le sale gamin. Je lui intimais le silence d'un doigt levé contre mon masque et lui tendait un petit sachet d'une poudre blanche accompagné d'un petit mot. Je demandais au gamin de remettre ça au menteur dans la pièce à côté et repartais. Il n'aurait plus qu'à comprendre que la menace ne venait pas toujours de là où on le pensait.

Sûr que c'est l'endroit idéal pour lui ?
-S
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: #1473 - Le début de la fin du monde connu Mer 9 Juil 2014 - 2:29

Mathys entendit du bruit dans la maison, il était dans l'escalier pour aller attendre Linus à l'étage comme celui-ci lui avait dit qu'il allait venir. Il se figea quand il vit quelqu'un, avec un masque, il trembla alors qu'il avait envie de crier, mais la personne, l'homme ou la femme, lui fit comprendre de garder le silence et lui donna un petit sachet de poudre blanche, le petit se demandait c'était quoi, mais osait pas parler. Il y avait aussi un petit mot que l'enfant ne pris pas la peine de lire, quand la personne s'éloigna il courra pour aller rejoindre Linus et se réfugié dans ses bras, il tremblait alors que sa voix aussi était tremblotante. « Y'avais quelqu'un... avec un masque... » Il lui montra le sachet et le mot, mais restait coller contre celui-ci effrayé. « C'est quoi ? » Il se demandait c'était quoi la poudre blanche.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: #1473 - Le début de la fin du monde connu

Revenir en haut Aller en bas
#1473 - Le début de la fin du monde connu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Kamil Nil'Bhrissau
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Les Eldars noirs.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: The Town :: East Lewiston :: Quartier résidentiel :: Gun Club Road & 29th Street-