AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 Le Fantôme de l'Opéra [Cole]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Le Fantôme de l'Opéra [Cole] Lun 29 Fév 2016 - 23:43



   
   Cole & Shayanne
   Le fantôme de l’Opéra

L
e réveil était souvent quelque chose de difficile pour la jeune blonde. Il lui fallait pas moins de dix minutes pour s’extirper de son lit tellement la douleur était intense par instant. Et en ce jour si étonnant, Shayanne avait presque réussi à se lever sans trop de grimace et de sueur froide. Accompagnée de sa canne, elle s’était dirigée vers la salle de bain, clopi clopant. La douche était, contrairement au levé, quelque chose d’agréable, qui détendait lentement ses muscles crispés par l’effort. Malgré les dizaines d’opérations, la journaliste gardait des séquelles à vie sans parler des cicatrices qui couraient sur sa peau blanche. Les personnes valides ne pensaient pas aux efforts quotidiens des autres qui étaient à mobilité réduites. Elle mettait toujours plus de temps que les autres, que ce soit pour marcher, s’allonger, se relever ou s’habiller. Shayanne détestait son corps, se voir ainsi diminuée était sans doute la chose la plus insupportable au quotidien.

Mais, chaque jour, chaque fois qu’il était nécessaire, elle se dépassait. Encore. Toujours. Elle ne savait jamais où elle arrivait à puiser ses forces qui semblaient tellement inépuisables. Mais depuis le décès de James, ce n’était plus pareil. Elle n’arrivait plus à aller de l’avant avec autant de facilité, d’envie et de force. Bien sûr, la journaliste se tenait debout chaque matin, accomplissait son métier, toutes les petites choses du quotidien mais l’envie n’y était plus. C’était presque devenu un automatisme. Et cette journée ne faisait pas exception, elle soupirait longuement en attachant ses cheveux blonds en un chignon lâche, laissant quelques mèches passer de l’élastique. Vêtue de sa petite robe noire, elle mit le collier que lui avait offert James pour ses vingt et un ans. C’était une pierre rouge entourée d’un morceau d’or blanc qui s’entrelaçait au niveau de la chaine. Shayanne tenait énormément à ce simple bijou qui représentait toute une amitié.

Une fois prête, la belle attrapa son sac où se trouvait son ordinateur ainsi que sa canne. Elle attrapa son manteau qu’elle enfila rapidement avant de quitter la maison familiale. La jeune femme marchait d’un bon pas malgré son handicap, elle détestait être en retard. C’était un horreur insupportable pour la blonde. Mais, le destin ne cessait de jouer avec ce brin de femme qui ne cessait de se montrer le plus courageux possible. Le vent venait parfois caresser son visage, mordant ses pommettes légèrement maquillées. Elle se sentait bien, parfois, elle saluait des gens qu’elle reconnaissait. Ça s’annonçait être une belle journée. Elle ne se doutait pas qu’au détour d’une ruelle, Shayanne allait voir un fantôme. La demoiselle tourna après la fleuriste, comme tous les matins mais, elle s’arrêta immédiatement. Cette démarche. Ce visage. Le sang quitta la tête de la demoiselle qui devint pâle comme un linge. C’était impossible. Devant elle se tenait James. Ou son sosie parfait. Mais, le pauvre bougre n’était plus de ce monde ! Claudiquant, Shayanne s’approcha de l’inconnu à la ressemblance si troubante. « James ? C’est toi ? »
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Le Fantôme de l'Opéra [Cole] Jeu 3 Mar 2016 - 18:03



LE FANTÔME DE L'OPÉRA

Shayanne & Cole


Sortir était une épreuve pénible, je préférais largement la sécurité des quatre murs qui me servaient de demeure et de lieu de travail. Je n'avais malheureusement plus de cigarettes et j'allais devoir faire l'effort d'affronter le monde. Je sentais déjà l'anxiété me gagnait. La chose était devenu encore plus aiguisé depuis les agressions psychologiques que j'avais subi de la part du maître chanteur, et je sursautais à chaque fois que mon portable vibrait dans ma poche comme un enfant. Je me sentais si stupide mais je ne pouvais me résoudre à changer tout simplement de numéro. Parce qu'il y avait dans ses chantages, une chose que je ne pouvais pas passer sous silence et prétendre ne pas existait. J'aurais préféré qu'il s'en prenne à moi mais c'était le lot des gens sans coeur, il s'en prenait à des personnes sans défense. Une satisfaction sadique et perverse les comblant, j'aurais volontiers tué de mes mains cet être immonde si j'en avais eu l'occasion.

J'enfilais ma veste, après avoir enfilé des fringues qui attireraient un peu moins les regards que mon vieux jogging et rien d'autres. Jean tee shirt, banal, classique, passe partout. Je priais pour que ma jambe me laisse parcourir la distance car je manquais d'exercice à me terrer comme un animal. Je ne prenais néanmoins pas la peine de me coiffer avec soin, et enfilait des chaussures. Dehors, je tentais de calmer la crise de panique qui menaçait de me submerger et tentait de me faufiler comme le fantôme que je désirais redevenir. Avant de tomber ici, tomber sur Lorcan, j'étais bien heureux de vivre dans l'ombre. Je n'avais pas besoin de rien de plus. L'homme sans identité qui se suffisait à lui même. Je ne parvenais pas à ignorer mes questionnements mais les taisait, ou plutôt préféré les taire. J'avais déjà bien trop à gérer avec ces sombres affaires de corbeau malfaisant sans en rajouter une couche sur mes cauchemars quotidiens me rendant un peu insomniaque.

Je sortais du bureau de tabac, me stoppant pour sortir une cigarette et la glissait entre mes lèvres, quand une femme m'interpellait avec une expression abasourdi sur le visage. Je fronçais les sourcils et la scrutait de haut en bas avec interrogation. - Non, pas James ... Ma voix avait une tonalité graveleuse au vu du peu d'usage que j'en faisais et parce que j'étais inquiet, angoissé. Mes yeux se stoppaient sur le pendentif qu'elle arborait, l'observant un long moment, avant de relever les yeux vers elle. Ce pendentif avait une ressemblance avec celui de l'informaticienne qui aidait à l'occasion le protagoniste de mes livres. Étrange. Mon visage néanmoins ne trahissait pas mon trouble, et restait stoïque, vide de toute expression, presque menaçant. Une habitude qui faisait que les gens avaient tendance à m'éviter plutôt qu'à m'aborder. Elle avait du se méprendre en m'apercevant de dos. J'allumais ma cigarette, et tirait une bouffée avant de demander de manière mécanique - Je peux vous aider ? Parce qu'elle ne partait pas vraiment comme elle aurait du le faire en voyant mon visage et réalisant son erreur. Cela avait tendance à me rendre terriblement mal à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Le Fantôme de l'Opéra [Cole] Dim 6 Mar 2016 - 18:20




Cole & Shayanne
Le fantôme de l’Opéra

C
e visage, cette mâchoire carrée et ces cheveux noirs comme la nuit. Elle ne pouvait être en train d’halluciner, c’était impossible. La jeune femme essaya même de se pincer discrètement pour voir si Morphée ne lui faisait pas des surprises. Elle serra entre ses doigts blanchis par l’effort le pommeau de sa canne avant de se mordre la lèvre. Shayanne savait que c’était très mal poli de fixer les gens de la sorte, sa grand-mère l’aurait sans doute engueuler comme du poisson pourri mais là, cette pensée était terriblement loin d’elle. Cet inconnu qui se tenait là, cigarette à la bouche, il était le portrait de James, un portrait identique au point que même elle, la meilleure amie ait l’impression de retrouver un fantôme. « Je… Pardon… Vous ressemblez tellement à mon meilleur ami. » Elle était pâle comme un linge, si pâle qu’elle ressemblait presque à un fantôme. La route se mettait lentement à tanguer, elle dût fermer les yeux un moment pour tenter de ne pas perdre pied. Sa canne dérapa sous son poids et la blonde perdit l’équilibre.

Combien de fois avait-elle rêvée cette scène ? Elle le retrouvait là, par hasard et il se mettait à se moquer de sa peur, de ce qu’elle avait pu croire. Mais c’était impossible. C’était purement incroyable. La jeune journaliste n’en revenait pas et le masque de bonne humeur qu’elle portait perpétuellement était fendillé, craquelé. On pouvait voir doucement mais sûrement les yeux tristes, le regard plein de culpabilité de la demoiselle. Si James était partit, c’était à cause d’elle. Lorcan lui avait assez répété cette simple phrase alors qu’ils ne savaient même pas que c’était finit pour l’homme. Elle tremblait, comment était-ce possible de tomber sur le sosie d’une personne si chère à son cœur dans une ville comme celle-ci ? C’était étrange, tellement déstabilisant et perturbant. Puis, toutes ses pensées se stoppèrent net lorsque le corps frêle et fatigué de Shayanne entra en contact avec le sol assez lourdement. Elle se retrouva le cul sur le trottoir, sa canne encore désespérément vissée dans sa main. Son dos la lançait terriblement, comme s’il s’était cassé à nouveau. Mais son cœur lui faisait encore plus mal que son corps. Elle avait envie de pleurer mais rien ne venait, rien ne sortait de ses yeux tristes et désespérés. La jeune femme posa à nouveau son regard sur celui de l’inconnu qui ressemblait à James. Elle se mordait presque à sang la lèvre inférieure. Le liquide carmin coulait lentement sur son menton, glissant dans son cou avant de venir tâcher sa chemise. Incapable de bouger, de se relever seule, elle restait assise sur le marbre du sol, perdue et perturbée. La belle savait de toute façon, qu’elle ne pourrait se redresser seule et qu’il lui faudrait une aide pour s’asseoir sur un banc avant d’attendre que cela passe. Mais, c’était bien loin de ses préoccupations actuelles. Il n’y avait que James dans son esprit. James et son fantôme qui fumait en sortant du tabac.
WILDBIRD

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Le Fantôme de l'Opéra [Cole] Jeu 10 Mar 2016 - 16:49



LE FANTÔME DE L'OPÉRA

Shayanne & Cole


La jeune femme semblait en proie à une attaque de panique, et je ne savais pas vraiment comment gérer cela, je devais l'admettre je n'étais pas armée pour ce genre de rencontre et passait une main sur ma nuque, signe évident de mon embarras soudain. Les syllabes franchissant ses lèvres m'interpellant, un frisson légèrement désagréable courant le long de la colonne vertébrale. Je devais admettre que j'avais bien noté quelques regards en coin déroutants depuis mon arrivée en ville. Des regards que j'avais largement évité de scruter ou même d'analyser. Je n'avais aucun désir de mettre des mots sur ces derniers mais il était flagrant que la jeune femme était sous le choc, et je ne pouvais pas le nier. Une part de moi tremblant légèrement à l'avertissement de ses traits fins. Je ne savais pas qui j'étais après tout ... Et le cours de mes pensées se stoppant radicalement alors qu'elle s'affaissait sur le sol, tel une poupée à qui ont venait de couper les fils. Un pantin désemparé aux grands yeux clairs remplit d'une tristesse considérable.

Je me figeais, laissant le mégot de ma cigarette tombait sur le sol, pris d'un instinct de fuite inconsidéré avant de me ressaisir, et m'accroupir pour me retrouver à sa hauteur. Il y avait quelque chose de particulièrement déstabilisant dans cette rencontre, mais je ne pouvais pas en toute bonne conscience là laissé ainsi. J'ignorais quels maux la rongeait, mais j'avais fini par noter la canne, et je ne pouvais que savoir combien ne pas avoir la maîtrise de son corps pouvait être un obstacle dans le quotidien. - Vous allez bien ? Vous avez besoin d'un médecin ? Le ton de ma voix n'avait rien de désagréable mais ne dénotait aucune chaleur. J'étais encore bien plus réticent à l'idée de côtoyer des étrangers depuis ses messages de menace que j'avais eu. Cela pouvait être n'importe laquelle des personnes que j'avais croisé en ville. Peut être était ce une grande mascarade vouait à me faire devenir fou. - Je ... peux appeler quelqu'un si vous avez besoin ? C'était évident que j'aurais pu lui poser plus de questions, mais il y avait des chemins que je n'avais aucune envie d'emprunter, trop de conséquences et j'étais incertain de vouloir les emprunter. Il n'y avait aucune chance que je retrouve mon passé ici, après tout mon dossier n'avait jamais fait mention de cette petite ville et si je n'avais pas pris un bus sous le coup de l'impulsion, je n'aurais probablement jamais mis les pieds ici. Une main dans ma poche se crispant sur la boite orangé qui contenait mes propres médicaments, j'aurais pu lui en proposer mais elle devait probablement avoir son propre traitement et je n'avais pas vraiment les connaissances nécessaires pour interférer. Je secouais légèrement la tête, et proposait une main pour l'aider à néanmoins se relever, ne pouvant garder plus longtemps la position accroupie qui avait tendance à tirer sur ma jambe de manière un peu douloureuse. Crampes réelles ou fantômes, elles empoisonnaient assez mon quotidien pour ne pas que je les tente plus qu'elles n'étaient déjà présente.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Le Fantôme de l'Opéra [Cole] Jeu 10 Mar 2016 - 17:28




Cole & Shayanne
Le fantôme de l’Opéra

I
l ne pouvait pas être en vie… Après cette annonce digne d’un cataclysme, Shayanne avait fait joué tout son réseau, secouant le plus de monde possible pour voir si c’était la vérité, si James était réellement décédé. Et chaque interlocuteur lui avait confirmé la chose. Alors, elle avait fini par se résigner. Mais la vie était tellement étrange que, devant elle se tenait son meilleur ami ou du moins son sosie. Elle n’en revenait pas, battant des cils pour voir si ce n’était pas un mirage. Mais non, ce type, c’était le portrait plus que craché de son défunt compagnon de route… Assise au sol, elle eut du mal à réagir aux questions de cet inconnu si perturbant. Ses yeux bleus n’exprimant que stupeur, que cette impression d’avoir vu un fantôme. « Je… Pardon… » Shayanne faisait son possible pour retenir ses larmes. Ce type devait la prendre pour une folle mais c’était le cadet de ses soucis. Elle eut un léger sourire, reprenant peu à peu contenance, essayant de paraître plus neutre que perdue.

« Pouvez-vous m’aider à me relever, s’il vous plait ? » Cela lui faisait tellement bizarre de devoir lui dire vous. Mais elle ne laissa rien paraître, essayant de se redresser du mieux qu’elle pouvait tout en s’aidant du mieux possible de sa canne qui en avait tellement connue, des chutes. La demoiselle tendit sa main pour avoir l’impulsion nécessaire afin de se remettre sur pied. Une fois ceci fait, elle grimaça un peu, l’onde de choc de son atterrissage au sol résonnant encore dans sa colonne vertébrale. Elle eut un sourire gêné, détestant demander de l’aide. Shayanne désigna sa canne d’un signe de main, soupirant légèrement. « Pardon, mon corps ne me permet que peu de liberté. » Elle ne fit pas d’autres commentaires là-dessus. C’était quelque chose dont elle n’aimait guère parler. Comme si cela influençait forcément le jugement des gens à son sujet. Et elle détestait ça. Réellement. « Excusez-moi pour… ça… Vous ressemblez tellement à un ami… »

La blonde se gratta un peu la nuque avant de grimacer légèrement. Elle allait avoir du mal à se lever de son lit le lendemain matin mais c’était presque le cadet de ses soucis. Cet homme là, présent devant elle, l’intriguait bien plus que ce qu’elle ne pouvait imaginer. Elle sentait que l’espoir naissait à nouveau et cela ne lui plaisait pas. Si c’était James, il l’aurait forcément reconnu. Ils se connaissaient tous deux par cœur. Elle ne pouvait pas concevoir qu’il puisse l’oublier de la sorte. Même ses yeux n’avaient pas la chaleur habituelle du regard de James. James… « Vous… Êtes ici depuis longtemps ? » Il fallait qu’elle sache, pour sa survie, pour le bien être de son cœur et de son cerveau.
WILDBIRD

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Le Fantôme de l'Opéra [Cole] Mer 16 Mar 2016 - 16:25



LE FANTÔME DE L'OPÉRA

Shayanne & Cole


La jeune femme me laissait mal à l'aise, incapable de pouvoir faire quelque chose mais quand elle me demande de l'aide pour se relever, c'était une chose que je pouvais effectivement faire pour elle, et je lui tendais la main, l'aidant à retrouver un équilibre nécessaire sur ses deux jambes. Je faisais un vague signe de la main dans sa direction, ne cherchant guère des remerciements, ce n'était pas le but de la manoeuvre et je devais admettre que pouvoir aider quelqu'un cela faisait un peu de bien. Je devais admettre mes propres incapacités paralysantes qui me laissait le plupart du temps dans une position de faiblesse qui n'avait rien d'agréable. J'avais fait du mieux que je pouvais, seul pendant ses deux années, mais les gens ne voyaient pas vraiment au delà des handicaps apparents, partant d'une bonne volonté, ils finissaient souvent par vous diminuer sans le vouloir. Alors pouvoir tendre la main à quelqu'un, inverser un peu les positions mais ce n'était pas pour autant que je ne savais ne pas que ne pas m'étaler était la meilleure option

Je laissais mon épaule affichait un geste vague alors qu'elle s'excusait encore pour sa méprise, je devais admettre que je ne lui en tenais pas rigueur. Mais quelque chose me rendait perplexe, c'était la violence de sa réaction à cette ressemblance, et je préférais ne pas entrer dans le débat, inconfortable et l'idée de la faire fondre en larmes en lui rappellant une mauvaise dispute entre eux était loin d'être mon idée du moment agréable. J'enfonçais mes deux mains dans les poches de ma veste et mon regard retombait sur le bitume à défaut d'autre chose à faire. Je devais probablement continuer mon chemin mais son regard ne me quittait pas et me poussait dans l'embarras. Je ne pensais pas à une tentative d'approche furtive, mais la question suivant me laisser des doutes, et je relevais le regard vers elle, plissant légèrement les yeux. - Je ...  depuis quelques mois ... Les rouages de mon cerveau tournait à fond et je me mordais la lèvre.

- Je voudrais pas me montrer grossier ...
Mais autant établir dès le départ, la vérité non. Après tout, je ne pouvais pas non plus changer totalement, et dire ce qui me passait par la tête, était un réflexe particulièrement encré, même si cela faisait de moi quelqu'un qui n'avais pas grand idée des conventions sociales. - Si c'est une tentative d'approche, je suis flatté mais ... Il y a déjà quelqu'un dans ma vie. Ce n'était pas un mensonge, je ne savais juste pas à quel point cela était une relation ou pas pour le moment. Il y avait beaucoup trop de complications depuis les débuts pour déterminer quelque chose mais pour une fois, je pouvais me permettre d'arrêter des avances potentielles sans être désagréable du à mon inconfort.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Elizabeth K. Ashe
Maître Jedi
1263 $
12/05/1978 $
1263 messages
Mensonges : 1263
Anniversaire : 12/05/1978


MessageSujet: Re: Le Fantôme de l'Opéra [Cole] Sam 7 Mai 2016 - 13:53

Abandonné, verrouillé et archivé.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: Le Fantôme de l'Opéra [Cole]

Revenir en haut Aller en bas
Le Fantôme de l'Opéra [Cole]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Effondrement en Haiti: de la mairie au propriétaire de l'école .
» Nashville - Rappel du Club École -
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» Des actions pour le maintien des filles à l'école

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: Saison 2 :: archives sujets terminés et abandonnés-