AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 #3041 + Au feu ! Ft. Moïra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Alter Ego
Sith sans humour
93 $
93 messages
Mensonges : 93



MessageSujet: #3041 + Au feu ! Ft. Moïra Lun 18 Juil 2016 - 10:23

Ça va tellement brûler que tu vas briller !



Ça crapote, ça crapote !

Il y a quelques essais techniques puis ça se laisse prendre une grande bouffée avant que la fumée lui ressorte par les narines. C'est drôle. Ou ce serait presque drôle si ça ne voulait pas juste rejoindre le quartier d'à côté et foutre la merde. Pas de chance, les jambes de ça, ne le porte pas vraiment jusqu'à destination et ça s'écroule sur le gazon d'une petite maison. Ouais bon, à cette heure ça dort ou ça sort mais c'est sûrement pas là à regarder son jardin. Ça a tout le temps de rouler dans l'herbe en espérant que le vent le relève. Y a pas à dire, ça il a beaucoup d'espoirs mais aucun rêve ! Ça ne sent même pas l'odeur de l'alcool dans lequel il se roule. Il aurait dû faire gaffe avant de renverser la bouteille !

Quand ça est debout et qu'il a arraché le gazon sec pour se relever, il voit de la fumée à terre. Ouais en fait ça s'en fout ! Ça ne lui vient pas à l'idée qu'il n'y a pas eu de pluie depuis trop longtemps et que l'accélérateur est au sol. Ça hausse les épaules et se barre parce que ça, il a sommeil et il reviendra demain en essayant d'atteindre une autre maison. Sauf que ça, ce qu'il ne sait pas c'est que demain, il n'y aura peut-être plus de petite maison et de gazon sec. Une fois tourné l'angle, ce que ça ne voit pas c'est le feu. Et le feu, ça bouffe tout sur son passage !

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: #3041 + Au feu ! Ft. Moïra Mer 17 Aoû 2016 - 18:26

Elle était épuisée. Si épuisée qu'en arrivant chez elle, trois heures plus tôt - aux alentours de 20h - elle n'était ni passée par la douche, ni par la cuisine pour rassasier son ventre affamé. Non, elle était directement montée se coucher, sa lourde pochette à l'épaule. Elle l'avait laissé presque tomber sur le pas de la porte de sa chambre, et en enlevant ses chaussures avec désinvolture, puis ses chaussettes et son jean, elle s'était laissée choir sur son lit comme une masse. Le contact tant désiré avec son oreiller lui permit de tomber dans un sommeil profond dès que le temps de somnolence (sept minutes) fut écoulé. Elle rêvait.

Moïra n'était pas le genre de fille à sortir ou que ce soit, même les vendredis soirs. A cette heure avancée de la nuit, juste avant le changement de jour, les autres de son âge devaient se trémousser sur une piste de danse ou boire jusqu'à l'ivresse. Cela la répugnait, et puis de toute manière elle était trop introvertie pour ce genre de trucs. Elle préférait mille fois mieux un bon bouquin ou un film, sur un canapé, en compagnie d'un bol de sucreries, ou de pop-corn salé. Mais ce soir, la semaine l'ayant épuisé, elle n'en fit rien. Et en général, dans ces semaines de trop plein, qui la rendait inerte le Vendredi soir, rien ne pourrait la réveiller. Ou presque.

Il est toujours étrange de considérer qu'un rêve est souvent lié à l'entourage d'une personne endormie. Un enfant qui rêve, ou qui cauchemarde, de tomber d'un immeuble, se réveille pour découvrir qu'il a seulement chuté de trente centimètres : la hauteur de son lit. Ce fut bien souvent le cas pour Moïra. Se faire attraper par un monstre, qui n'était que sa soeur qui la réveillait pour aller à l'école ; danser avec son coup de cœur du moment, enfant, alors que seules les couvertures s'enroulant autour d'elle l'accompagnaient dans son lit. Quoiqu'il en fut, Moïra ne s'en doutait jamais.

Et cette nuit, bien heureusement, elle rêvait de son père. Elle détestait vraiment ce rêve. Toujours le même. Elle le connaissait par cœur. C'était comme un film favoris, dont on connaissait les paroles sur le bout des doigts. Et elle allait bientôt se révei-... Et bien non. Pour un fois, le rêve continuait.
Elle ne connaissait pas cette partie de l'histoire. Du rouge, du sang. Il l'attrape, et il la griffe. Ses bras lui brûlent, et elle hurle. Il s'en prend à son cou, son joli cou de poupée, et elle suffoque.


Elle ouvrit les yeux et elle les refera presque automatiquement quand elle se rendit compte que l'air était laiteux, presque. Ce n'est pas normal, pensa-t-elle, prise de panique. Et la toux qui survint n'était pas du à la force de son père. Non. La fumée.

Il n'y a pas de fumée sans feu.


Un rictus s'écrase lourdement sur ses lèvres, et elle geint, désespérée. Il avait trouvé mieux qu l'étrangler. Il l'avait retrouvée, et il avait fait de sa maison son tombeau.


Elle se releva la seconde d'après, et sur ses jambes encore fragiles elle dévala les escaliers de la petite maison et déboucha sur l'entrée. Quelque chose clochait. Sinon l'air gris, rien ne semblait désordonner. Comme si elle était encore en train de rêver. Mais la fumée la brûlait vivement, et elle sut qu'elle n'était plus dans son lit. Elle se jeta sur la porte, et elle dut se raviser pour prendre les clés sur le petit buffet d'occasion.

La serrure était bloquée. Elle sentait déjà l'agonie la prendre et le premier sanglot la secouer. Elle jeta un œil par la petite fenêtre en poussant le lourd rideau et elle ne décida plus d'essayer de sortir par la porte principale. Le jardin était en feu.

Elle poussa un cri et recula avant de tomber sur les fesses. Elle regarda de tous côtés, sachant pertinemment qu'il n'existait pas ici de porte de derrière, et qu'aller en haut signerait sa perte. Alors elle rampait, lapant les derniers extraits d'air pur, jusqu'à la cuisine. De là, au-dessus de l'évier, la fenêtre donnait sur un mur de brique accolé à la maison sur lequel elle pourrait grimper et s'échapper.

Mais avant, le téléphone. Il était en haut.
Revenir en haut Aller en bas
#3041 + Au feu ! Ft. Moïra
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: The Town :: East Lewiston :: Quartier résidentiel :: Lindsay Creek Drainage & 11e Avenue-