AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 Night ○ Eli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Night ○ Eli Lun 27 Juin 2016 - 9:40

La pulpe de mes doigts frôlant avec douceur la succession d'arêtes rugueuses, me laissant enivrer de leur odeur d'encre et de vieux papiers.  

Novembre 2016
Le retard semblait à présent, faire parti intégrant de ma misérable existence. Pendant que les autres s'évertuaient à partir de ces murs le plus rapidement possible, moi, je m'attelais à la lourde tâche de rattraper plus de deux semaines de retard dans mes devoirs et mes cours.  Mon coeur se serrait de plus en plus alors que petit à petit, je voyais les gens se lever de leur chaise avec hâte, et partir sans regarder derrière eux. Bientôt, je m'enfonçais dans les linéaires de la bibliothèque du lycée afin de ranger les ouvrages empruntés et chercher mon bonheur dans une autre allée, mais je fus éprise d'une passion inexplicable pour un roman à la couverture défoncée par le temps. Les reliures étaient sales et décousues, tandis que le semblant de cuir qui en composait la protection semblait partir en lambeaux. Je caressais les reliefs de la couverture du bout des doigts afin de m'imprégner de leur histoire, et pensais aux nombres de gens incalculables qui avaient fait la même chose que moi dans le passé. Au dos, aucun résumé n'apparaissait, mais il me suffit d'observer les premières pages pour être conquise par l'ouvrage. Je tournais les pages durcies par le temps et jaunies par l'humidité. Le prologue me prit au coeur tandis que l'odeur qui émanait de l'objet m'anesthésiait la tête.  

Je repris mes esprits après avoir terminé le dix septième chapitre, lorsque j'entamai le moment où le héros découvrait la véritable identité de celle qui partageait sa vie depuis quelques années maintenant. Où il découvrait qu'il avait épousé une femme qui était censé être morte, une femme fantôme qui se cachait sous l'identité d'une autre. Et alors que j'en arrivais à la confrontation du couple, les lumières s'éteignirent d'un seul coup, me coupant le souffle, prise soudainement d'une sorte d'effroyable stress qui me bloqua la respiration un instant. Et alors que je tentais d'amoindrir ma suffocation, j'entendis la porte se verrouiller malgré mes râles presque inaudibles, mais qui me demandaient plus d'efforts que nécessaire habituellement. Des perles de sueurs suintaient le long de mon visage tandis que l'effort m'exténuait. Je n'étais pas de celle qui pourrais aller dans un concert de métal et screamer comme les plus grands de ce monde. Il était donc inutile de crier, il fallait juste attendre. Alors j'attendais.

Le sommeil vint me quérir avec brutalité tandis que je me détendais, assise sur la moquette et adossée contre l'étagère remplie de livres. Je me prenais à rêver d'une fameuse nuit qui avait marqué mon existence à jamais. J'avais onze ans, et la fièvre s'était éprise de moi comme l'amour s'attaquait à un coeur jusqu'à le trouer. Carl m'avait sorti du lit durant la nuit, suite à des larmes qui brûlaient ma peau. Il me porta en frôla ma peau délicate, sa main droit dans mon dos, sa main gauche à plat sur mes fesses juvéniles. Il s'était assis dans le sofa du salon, tandis qu'il me mettais dos à lui, assise sur ses genoux devant un dessin animé qu'il aimait regarder avec moi. Il touchait mon front perlant d'une fièvre insoutenable, mais l'homme qui fût une figure paternelle, lui, avait une fièvre qui était loin d'être naturelle. Ses doigts se baladèrent sur ma jambe alors que concentrée sur la télévision, mes sens se trouvaient en stand by. Il commençait alors à écarté mes cheveux de ma nuque, et déposait ses lèvres moites sur le creux de mon cou. Je pleurais, mais ce n'était pas des larmes dues à la maladie. C'était plus des larmes de souffrances inexprimées. Muettes. Je me souviendrais toujours de lui, toujours.

La sonnerie de mon téléphone m'extirpa de mon "cauchemar". Il faisait extrêmement noir, mais mes yeux s'habituaient très vite à la situation, tant et si bien qu'en observant l'écran de mon téléphone, j'eu du mal à pouvoir lire l'heure. Il était tard. Vingt et une heures s'affichaient. Je me relevais afin de récupérer mes affaires, et sortir de la pièce. Cependant, rien ne s'ouvrit. j'avais beau pousser, tirer, rien y faisait. Je me retrouvais piégée. Je soufflais, je pestais, puis finalement, décida d'allumer la lumière. Peut-être que quelqu'un dans les locaux verraient ma présence ainsi, bien que ma mini Austin aurait déjà dû alerté les passants. Je décidais donc de continuer mes devoirs, afin de ne pas perdre plus de temps. J'étais prisonnière d'une bibliothèque, alors autant trouver avantages de la situation.

Night. Par Marnie
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Eli S. Hales
jeune apprenti
260 $
02/04/1980 $
260 messages
Mensonges : 260
Anniversaire : 02/04/1980


MessageSujet: Re: Night ○ Eli Lun 27 Juin 2016 - 14:42

Night

MARNELI


Shaheen allait être tout seul ce soir et ce n’était pas la chose la plus marrante pour lui, car il allait s’emmerder. Tout court et pour sûr ! Il avait bien fait de penser à recharger son téléphone et même son I-Pod au cas où...! Elizabeth n’était pas là pour ce soir et même la nuit. Ce n’était pas la première fois qu’elle était vraiment absente et cela rendait le français bien triste. Elle n’était pas aimable peut-être, mais il l’appréciait bien et il savait qu’elle était la voisine d’Anders. C’était assez amusant de voir à quel point le monde pouvait être tout petit et qu’ils possédaient des connaissances en commun. Eli soupira et prit les écouteurs pour les mettre à ses oreilles. Il écoutait pas spécialement une musique avec les paroles, il ne savait pas trop parce que cet I-Pod n’était pas du tout à lui. Il l’avait trouvé par terre dans une rue et il avait cherché le propriétaire en vain. Finalement, c’était comme si on le lui avait donné et il préférait le garder pour lui. Juste que l’ancien propriétaire avait des goûts musicaux assez étranges et il aimait bien le découvrir. Il avait un penchant pour la musique électronique et métallique. Eli préférait largement le pop ou encore le rock. Il découvrait les autres genres parce qu’il n’osera jamais l’avouer : il ne savait pas comment ajouter de la musique dans cette petite boite, surtout qu’il avait un ordinateur mais qui ne possédait pas Deezer ou I-Tunes.

Avec la musique étrange dans les oreilles, limite à se demander si ça sortait tout droit d’un film d’horreur. Eli se balada dans les couloirs du lycée avec une boite à la main. Il marchait dans le noir comme d’habitude, il connaissait très bien les couloirs et où il allait. Il avait l’habitude et puis ce serait plus marrant. Ça lui procurait des sensations, de l’adrénaline avec la musique d’horreur aux oreilles. Il devait remplacer quelques ampoules dans le lycée et il avait mémorisé le plan en tête. Il devait aussi veiller à ce que les lumières soient bien toutes éteintes. Il faisait son boulot comme d’habitude et il avait hâte de rentrer chez lui, retrouver Teresa. Il avait un petit sourire aux lèvres, il s’imaginait comment il l’accueillerait à la maison ou inversement. C’était pour sûr qu’ils auront le chat à leur côté qui réclamera leur attention. C’était malsain d’être en colocation avec la femme sur qui il avait tiré, encore plus quand ils se faisaient passer pour un couple devant toute la ville. Eli pouvait remercier Anthony d’avoir crée un document qui prouvait qu’ils étaient réellement mariés. Il n’en avait pas encore parlé à Teresa, mais c’était au moins ça, au cas où s’il y avait des curieux qui iraient aller voir jusqu’à l’administratif.

Le pire dans tout ceci, c’était qu’il était tombé amoureux d’elle et il n’arrivait pas à se raisonner. Encore plus pire, c’était qu’il avait entendu une rumeur comme quoi il sortait avec une étudiante... S’il avait joué la carte de «rumeur infondée» qui a bien marché, il doutait que ça marchera encore plus longtemps. C’était pour ça qu’il avait arrêté de voir Abigail, c’était mieux pour eux deux et elle n’avait pas cherché à le contacter à nouveau. Il avait compris maintenant quel était son but, elle avait une sorte d’obsession pour Anders Weiss. Il ne comprenait pas pourquoi et franchement, il hésitait à en parler à l’écrivain.

Ses pensées furent interrompues parce qu’il venait de voir de la lumière. Elle n’était pas allumée tout à l’heure. Il s’en rappelait très bien, il était passé devant et il avait bien vu cette porte de la bibliothèque fermée et sans lumière. Quelqu’un venait de s’infiltrer dans cette pièce... Eli sortit les clefs et tourna la serrure. Il regarda un peu la pièce et elle semblait être vide. Il ne regardait pas derrière les étagères et il avait peur de se retrouver embarqué dans une histoire de cambriolage. Ce n’était pas grave dans le fond, c’était bien de voler les livres, au moins ça prouvait qu’il existait encore des jeunes qui avaient un intérêt pour les bouquins au lieu des télés. Il éteint tout de suite la lumière, espérant que cela suffira pour faire peur à la personne qui finira par se manifester. C’était peut-être une simple élève enfermée, victime de mauvaises blagues. Il entendit un bruit derrière les étagères et avait la désagréable impression qu’il a perturbé la personne en éteignant la lumière. Alors il la ralluma et vint prudemment vers la source de bruit. Il fut surpris de trouver une adolescente avec une bouteille derrière elle, les affaires sortis pour faire ses devoirs. « Alors là ... On me l’a jamais faite celle-là. Une adolescente enfermée dans la bibliothèque, qui travaille à ... Vingt-et-une heure ?» Avec ce commentaire, il ne se doutait pas qu’elle allait réagir maintenant et en n’étant pas forcément contente bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Night ○ Eli Mar 28 Juin 2016 - 14:09

La pulpe de mes doigts frôlant avec douceur la succession d'arêtes rugueuses, me laissant enivrer de leur odeur d'encre et de vieux papiers.  

Novembre 2016
Tournant les pages de mon manuel avec violence, je tentai de trouver la réponse à une question posée pour le devoir de biologie que je devais rendre le surlendemain. Cependant, j'avais beau tourner le livre dans tout les sens, rien de miraculeux ne m'apparaissait, comme si aucune réponse ne convenait, comme si cette question n'avait finalement aucun sens. Je griffonnais quelques phrases sur mon pack de feuille A4 grands carreaux avant de souffler longuement. J'arrachais le bout de papier sans scrupule avant de la froisser et la déchirer en mille morceaux. Mais bon dieu qu'est-ce que je foutais là ?! Je me prie alors à remplir le papier d'un seul et même mot, qui, selon la manière de l'écrire, prenait une toute autre allure. Débile débile débile débile. Je remplie plusieurs pages comme ça, sans réfléchir, recouvrant l'intégralité du papier de ce mot sinistre d'une encre noire étincelante.

Mais alors que j'admirais mon œuvre avec rage, la lumière s'éteignit peu après avoir entendu la porte s'ouvrir avec fracas. Déstabilisée, je laissais tomber mon stylo sur le sol, et me redressant, me cogna le dos contre les livres bien alignés dans les étagères. C'est alors que la lumière revint, et qu'un homme bien plus âgé qu'un lycéen ordinaire se posta devant moi. Les sourcils froncés, j'attrapais mon stylo et le rangea dans mon sac, suivi de près par mon bloc notes, puis le lança sur mon épaule. Mon regard suivit celui de l'inconnu, qui s'arrêta quelques instants sur Jack. Je me raclai la gorge puis attrapa celui-ci afin de le cacher un peu plus derrière moi, puis il ouvrit la bouche afin de blaguer sur la situation. Je me renfrognais encore plus. " En même temps si la bibliothécaire était pas aussi conne, elle vérifierait si des adolescents étaient encore là avant de s'empresser d'aller se bourrer la gueule au bar tellement sa vie est déprimante et vide de sens. " J'attrapais tout les livres dont j'avais besoin ainsi que le roman à moitié dévasté que j'avais commencé quelques heures auparavant puis le plaça délicatement dans ma besace. " Et puis j'allais pas attendre qu'un gars du troisième âge comme vous vienne me sortir de là alors que je peux tirer avantage de la situation pour bosser mes cours. "

Je soufflais longuement, aspirant l'oxygène de ma canule bruyamment afin de reprendre mon souffle, mon élan de colère venait de m'asphyxier sans que je ne puisse faire quoi que ce soi, et bien trop fière pour montrer ma détresse de l'instant, je ne voulais pas montrer mon "désespoir" et ainsi inspirer la pitié de ce gars aux yeux de cocker. Cependant, alors que je reprenais lentement mon souffle, le cadran de Jack m'annonça qu'il ne me restait plus énormément de temps avant d'être à court de ma petite drogue rien qu'à moi. Jack ne devait pas mourir. Jamais.  Soupirant, je me tournais de nouveau vers l'homme aux yeux de cocker puis m'avança lentement vers lui, les lèvres pincées, soudainement bien moins sûre de moi. " Jack est presque vide... Je ne pourrais pas rentrer chez moi s'il est vide. Vous pouvez le remplir ? Ma soeur a fait le nécessaire pour que l'infirmerie en soit toujours pleine à craquer... au cas où..."

De toute façon, il devait se rendre à l'évidence qu'il n'avait pas le choix, après tout, yeux de cocker devait avoir autre chose à faire que d'être témoin d'une mort affreusement douloureuse. Je me tournais donc et lui fis signe de me suivre. Les couloirs semblaient bien différents de nuit, alors qu'ils étaient plongés dans le silence, le vide et l'obscurité. Seuls le bruit de mes pas, et les roulettes de Jack brisaient ce silence étrange. Je me pointais devant l'infirmerie, puis m'appuya contre le manche de la bonbonne. " J'espère que vous savez faire... Parce que moi pas. "

Night. Par Marnie
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Eli S. Hales
jeune apprenti
260 $
02/04/1980 $
260 messages
Mensonges : 260
Anniversaire : 02/04/1980


MessageSujet: Re: Night ○ Eli Mar 28 Juin 2016 - 22:08

Night

MARNELI


Eli ne connaissait pas la personne, il ne l'avait jamais vue et autant pour dire, elle l'intriguait. Elle possédait une bonbonne et respirait le contenu, son regard s'était trop longuement attardé sur cet objet. Il n'avait pas remarqué qu'elle rangeait ses affaires, il n'avait pas non plus remarqué la couleur de ses cheveux et quels vêtement elle portait. Il s'était tellement attardé sur cette bonbonne. Il s'était très vite repris et avait tenté de détendre l'ambiance à sa façon. Il n'avait jamais vu une étudiante comme elle, en train de travailler à cette heure dans cette bibliothèque comme si rien n'était. Elle n'était pas aimable, elle insultait déjà la bibliothécaire et Eli eut un triste sourire. Il connaissait l'histoire de cette pauvre femme et il se doutait qu'elle non. " Les lycéens connaissent aussi l'heure de la fermeture de la bibliothèque, je suis sûr que vous n'avez pas tout de suite remarqué qu'elle vous a enfermée. Et c'est normal qu'elle a une vie dénuée de sens, elle a récemment perdu son mari." Oui, sa vie était vide de sens et tellement déprimante. C'était comme ça, il n'était pas celui qui pourrait l'aider, en réalité peu de personnes voudraient l'aider ! " Et dormir sur la table ? Sans manger ? Sans couverture ? Avec les bouquins ? Sans prévenir les parents ? C'est quand même un peu triste comme soirée... " commenta-t-il tranquillement, avec un sourire amusé aux lèvres.

Il remarqua le malaise chez la lycéenne, elle respirait trop bruyamment et il comprit tout de suite que quelque chose n'était pas normal. Il espérait qu'elle n'allait pas faire une crise, il savait la gérer mais il ne voulait pas avoir à le faire. Il ne voulait pas que ses souvenirs se réveillent et qu'il se retrouve paralysé. Elle regardait sa bonbonne, plus précisément l'indicateur de l'oxygène. Elle avança vers lui qui fronça les sourcils. " Jack ? " Il regarda un peu la bonbonne et ouvrit la bouche, il venait de comprendre qu'elle aussi donnait les prénoms aux objets. Ce Jack là était presque vide et Eli hocha silencieusement la tête. Il la suivit, ferma la bibliothèque à clef après avoir éteint les lumières et veillé à ce que ce soit bien rangé. Elle connaissait comme lui le chemin pour aller à l'infirmerie et elle s'arrêta devant la porte. Elle n'était pas déstabilisée par le noir et c'était assez amusant. Le Français sortit à nouveau les clefs pour ouvrir la porte de l'infirmerie pendant que la lycéenne peu sûre d'elle pose la question. " Oui, ne vous inquiétez pas. Je l'ai fait assez souvent. Je pourrai vous l'apprendre au cas où si vous tombez sur quelqu'un qui ne saurait pas le faire... Vous avez de la chance que vous soyez tombée sur moi." Il sourit tristement plus pour lui même que pour elle. Au moins, il n'était pas désagréable et il ouvrit la porte de l'infirmerie. Ils entrèrent ensemble et il alluma la lumière. Il examina la pièce et laissa la jeune lycéenne chercher de quoi faire remplir la bonbonne. " Ça me brûle de vouloir poser la question sur ce qui vous est arrivé, mais je ne vais pas vous le demander parce que cela ne me regarde pas. Vous avez eu de la chance que je sois venu vous ouvrir, vous auriez ne pas pu passer la nuit ... Vous n'avez pas pu contacter vos parents ? "


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Night ○ Eli Mar 28 Juin 2016 - 23:08

La pulpe de mes doigts frôlant avec douceur la succession d'arêtes rugueuses, me laissant enivrer de leur odeur d'encre et de vieux papiers.  

Novembre 2016
Il me parla de la bibliothécaire, du fait qu'elle avait perdu son mari il y avait peu. Qu'elle n'avait plus d'existence. Je me pinçais les lèvres, elle ne méritait peut-être pas toute cette haine, mais malgré tout, elle avait la chance de pouvoir vivre, et continuer à faire en sorte que sa vie s'améliore. Moi, j'attendais la mort, j'attendais depuis toujours. Je n'ai jamais réellement vécu. C'était comme ça, la vie. Il me parla ensuite du fait d'être si tard, seule, sans prévenir personne.... Je soufflais sans lui répondre. Je ne savais trop quoi répondre de toute façon. Alors je gardais ce que je savais pour ma pomme, je souhaitais juste en finir avec la pénurie de Jack.

Tout en me proposant de m'apprendre à remplir Jack moi-même, si par hasard, dans un futur proche, je ne tombais pas sur quelqu'un d'aussi débrouillard que lui, il ouvrit la porte de l'infirmerie. Yeux de cocker avait finalement beaucoup d'attraits intéressants. Je me pinçais les lèvres sans prononcer le moindre mot, la douleur se faisait sentir dans ma poitrine. C'est avec des yeux larmoyants que j'acquiesçais d'un rapide coup de tête affirmatif. Une fois dans l'infirmerie, il me laissa trouver de quoi ressusciter ma bonbonne, et une fois que j'eu trouvé le nécessaire. Je posais ce dont j'avais besoin aux pieds de l'homme, puis m'installa sur l'un des lits tout en observant en silence mon accompagnateur.

Il brûlait d'envie de me poser la question, d'ailleurs, il ne s'en cacha même pas. Cependant, il ne demanda aucune explication, forcer la main ne semblait pas faire parti de ses principes de vie. Pour ça, je devais reconnaître qu'il avait toute ma gratitude. Il affirma que sans lui, je n'aurais pas pu passé la nuit. J'en étais consciente, mais aurait-ce été vraiment mauvais ? Au vu de la situation, cela n'aurait fait qu'écourter ma vie, et pour tout avouer, cela n'aurait peut-être pas été une mauvaise chose. Je restais silencieuse, encore. Observant les traits intriguant du visage de mon interlocuteur. C'est alors qu'il me demanda si je n'avais pas pu contacter mes parents. Je retins un râle de douleur.

La dernière fois que j'avais vu ma mère, c'était à la morgue, là où Carl me montra sa dépouille reconstituée aussi bien qu'ils avaient pu le faire. Quant à mon père, je ne connaissais pas même le son de sa voix, je ne connaissais pas son odeur, ni même son nom. Alice m'avait parfois raconté quel genre de père il était, et je ne pouvais m'empêcher de jalouser ma soeur pour ce lien père fille que je ne connaitrais jamais. Mais encore une fois, c'était comme ça la vie. Quant à mon beau-père, la dernière fois que je le vis, c'était lorsque son cadavre jonchait sur le sol, et que je ne ressentais aucune tristesse pour lui, ni même pour sa mémoire ou sa famille. Le dernier contact que j'avais eu avec lui, c'était mon crachat sur sa pierre tombale. Il aurait pissé sur ma tombe s'il avait pu, ou alors, il aurait fait bien pire. Il aurait souillé ma tombe de sa semence répugnante.

Je me raclais la gorge, qui soudainement, semblait être étroite et plus asséchée que d'habitude. " Je... Toutes les figures parentales que je possèdent ne sont plus de ce monde. Et, la seule que j'ai connu, c'est à cause d'elle que je suis dans cet état alors... je préfère ne pas prendre de risque inutile en appelant qui que ce soit. " Je penchais la tête sur le côté, observant longuement les yeux de mon interlocuteur qui semblaient s'être embrumés depuis que nous étions arrivés ici. Peut-être lui rappelais-je quelque chose de douloureux ? " Vous pouvez oser poser la question. Je sais que c'est intriguant. J'en tiendrais pas rigueur. "
Night. Par Marnie
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Eli S. Hales
jeune apprenti
260 $
02/04/1980 $
260 messages
Mensonges : 260
Anniversaire : 02/04/1980


MessageSujet: Re: Night ○ Eli Jeu 30 Juin 2016 - 7:34

Night

MARNELI


Elle s'installa sur le lit alors qu'il examinait tout de suite le matériel qui suffisait à recharger la bonbonne. Il fronça les sourcils un peu concentré sur ce qu'il faisait en posant des questions à la jeune fille histoire de la savoir si elle était toujours consciente. Il l'entendait faire une grosse respiration et il comprenait que ça pouvait être douloureux, il avait déjà vu son frère en souffrir et avoir eu besoin plus ou moins la même chose qu'elle. C'était étrange que personne ne s'était inquiété de son absence et qu'un technicien qui travaillait ici pour les ampoules soit celui qui la libère. Il eut très rapidement la réponse et fut de plus en plus intrigué... Une personne lui avait fait cela, ce n'était pas de naissance alors ? Eli se retenait quand même de lui demander parce que c'était le genre de chose qu'elle devait répéter, expliquer à tout le monde un nombre incalculable de fois. Il se rappelait de son frère qui était décédé, il avait fait une escapade durant la nuit et était revenu plus malade et il était mort quelques jours plus tard. Cette pensée l'empêcha de déglutir assez facilement et se reprit à la voix de la jeune fille. Elle était seule, comme lui. " Ça vous est arrivé à cause d'une personne ? Elle vous a intoxiqué ou blessée ?" demanda-t-il finalement après qu'elle l'ait permis. Eli attendit la réponse et était prêt à l'écouter en même temps qu'il prépara les bonbonnes avec un fil pour les relier et recharger Jack. Il la prévint du regard qu'il allait commencer et il sortit son outil pour visser et tout cela. " Normalement, c'est un truc d'ambulancier tout ça et j'en suis pas un. C'est juste parce que j'ai connu quelqu'un qui était un peu près dans la même situation que vous. Quoique par rapport à lui, vous vous en sortez mieux. Vous voulez un verre d'eau ?"


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Elizabeth K. Ashe
Maître Jedi
1263 $
12/05/1978 $
1263 messages
Mensonges : 1263
Anniversaire : 12/05/1978


MessageSujet: Re: Night ○ Eli Mar 2 Aoû 2016 - 15:16

Abandonné, verrouillé et archivé.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: Night ○ Eli

Revenir en haut Aller en bas
Night ○ Eli
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Wednesday Night Raw # 60
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte
» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: Saison 2 :: archives sujets terminés et abandonnés-