AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 La loi de Murphy ♦ Anders

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
messages



MessageSujet: La loi de Murphy ♦ Anders Mer 8 Juin 2016 - 18:06


La loi de Murphy

Anders et Lorcan


Des heures.

Ça faisait des heures que Lorcan était empêtré dans de vaines recherches.

Ses yeux papillonnaient et les élans de son cœur le tiraillaient douloureusement. Il n'était pas un détective, et sans doute que s'il en avait été un, Lorcan aurait été particulièrement mauvais. Il ne savait pas ce qu'il cherchait, ni combien de lièvres il courait en même temps. Trop. Trop de pistes vaines. Il soupira et se prit la tête entre ses mains.

Qui était réellement Cole Hawkins ?

Un ancien militaire, né au Texas à Talahassee s'il en croyait la carte d'identité qu'il lui avait subtilisé, ainsi que la décharge honorable qu'il avait visualisée rapidement dans sa chambre de motel. Un homme mystérieux, qui taisait son passé, et oh comme Lorcan maudissait ce passé, cette part insaisissable qui, il le savait, s'abattrait tôt ou tard sur leur fragile idylle.

Car il ne pouvait ignorer les faits. Tous les faits.

La ressemblance de Cole et de James. Ce sosie présent, ici, à Lewiston, et qui se sentait inexorablement attiré par Lorcan. Aimanté, comme si un lien invisible les reliait l'un à l'autre.

Le destin. C'était une belle hypothèse. Celle que le jeune homme avait le plus envie de croire. Celle qui avait un goût de conte de fée qui se termine par ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants...

C'était les enfants le problème. Son attache à la réalité, l'ancre qui retenait Lorcan lorsque, dans un élan d'égoïsme, il manquait de fuir cette bibliothèque, de se réfugier dans les bras de Cole quitte à s'en brûler les ailes, le laisser lui arracher ses ailes et le garder à lui à tout jamais. Si seulement.

Si seulement –

Il ne pouvait pas. Parce qu'il était un père, et qu'en tant que tel, vivre dans le rêve était un luxe qui ne lui était pas permis. Alors il baissa les yeux sur les documents qu'il avait rassemblé, et là au coin de l'acte de naissance de son époux, Lorcan retrouva l'envie de pleurer.

Putain. James...

Il refoula ses larmes et se leva de sa table pour se mettre en quête de ce dont il avait besoin : le registre des naissance de 1987. James n'avait pas de jumeau, car il l'aurait dit à Lorcan. James ne lui mentait jamais, pas pour les choses importantes. Mais, et s'il n'avait jamais été mis au courant ? Et si Cole Hawkins avait appris sa filiation avec les Kingsley ? Un homme à l'identité fausse, auquel on aurait menti toute sa vie, et qui venait ici à Lewiston, chercher qui il était. C'était une théorie. Une parmi les cinquante autres qui lui fourmillaient dans la tête. C'était tiré par les cheveux, mais au point il en était était, Lorcan se contentait du probable.

Il se stoppa dans les couloirs de bois et de papiers, inspectant les reliures classées par années. Plus on remontait dans le passé, plus les registres remontaient en hauteur dans les étagères. Coup de trafalgar du karma qui le haïssait ces temps ci, ou manque de bol, 1987 était haut. Vachement haut. Plus haut que son mètre quatre-vingt. Et plus encore plus haut que ce qu'il pouvait grappiller sur la pointes des pieds et les bras levés.

Lorcan se demanda pourquoi on construisait des étagères pour géants quand clairement, personne ne mesurait deux mètres cinquante de haut. A part le géant vert. Et sa montagne de frustration personnelle, plus haute que l'Everest. Car oui, à cet instant, le gentil infirmier envisageait sérieusement la possibilité de poignarder quelqu'un à coup de stylo à bille pour se passer les nerfs.

A la place, il avisa la bibliothèque bourrée de bouquins, et avec toute la force de sa détermination furieuse, grimpa d'un pied sur la première étagère. Puis la seconde. La troisième. Tarzan aurait été fier de lui. Le registre de 1987 était à portée de main ! Tel un ouistiti sous adrénaline, Lorcan tendit le bras pour attraper son précieux. Il y était presque, il – « Eeeep ! »

L'étagère tombait ! De tout son poids et avec celui de Lorcan que la gravité emportait en arrière, la bibliothèque percuta l'autre bibliothèque, juste en face, dans un boucan de tous les diables. Lorcan se sentit choir de son perchoir improvisé, tomba sur le dos dans un « Ouff ! » qui lui coupa la respiration, et rampa à toute blinde, hors du massacre, avant qu'une pluie de registres s'abatte violemment sur sa tronche.

Groggy, sous le choc, et assis sur ses fesses, son précieux registre de 1987 serré contre son buste, Lorcan assista impuissant au vacillement de la DEUXIEME bibliothèque. Ce qui n'était qu'un vague penchage sur le côté façon Tour de Pise, se mua comme au ralenti en un gigantesque effet domino. C'était toute la section archives qui ployait sous l'effet de sa seule connerie. C'était le feu d'artifice du Jour de l'Indépendance, c'était toutes les détonations d'un régiment d'artillerie qui explosaient en même temps dans un vrombissement à faire pleurer un larsen. C'était un massacre sans nom, et Lorcan eut juste le temps d'apercevoir un homme – en espérant qu'il fut le seul dans ce coin peu fréquenté de la bibliothèque – au milieu de la tourmente, et de crier dans un élan de panique.

« ATTENTION ! »


Dernière édition par Lorcan Blythe le Ven 10 Juin 2016 - 0:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: La loi de Murphy ♦ Anders Mer 8 Juin 2016 - 20:17

La loi de Murphy
Anders & Lorcan
date ► 12 juin
La liste.
Anders avait commencé à faire la liste avec Grace et il avait continué à la remplir tout seul après. Sa meilleure amie l'avait encouragé à faire au moins un des points et il venait de faire la chose dont il ne pensait absolument en être capable. En plein milieu de la journée, Anders Weiss était dans la bibliothèque de la ville. Grace avait raison, il ne fallait pas se forcer à faire ce qu'il fallait faire pour la liste. Cela venait tout seul et l'envie d'entrer dans cette bibliothèque était venue comme ça. L'écrivain n'avait pas résisté à l'appel aux livres, même s'il allait plus souvent au fingertips avant la disparition de Samuel. La bibliothèque était réputée pour posséder les archives ouvertes au public et ce serait tourner le dos à cette opportunité de consulter quelques registres. Anders appréhendait sa venue et finalement s'était décidé d'entrer, parce qu'à cette heure, il y avait peu de monde. L'écrivain se fit discret quand il entra et prit soin de ne pas se retrouver près de quelqu'un. Cela tombait bien, il n'y avait pas grand monde dans la section des archives qui pourtant était une mine d'or pour les recherches. C'était un peu décourageant, cela voulait dire que les personnes ne prenaient pas la peine de chercher.

Cependant, l'écrivain n'était pas sûr de ce qu'il faisait, mais il se disait qu'il pouvait barrer une ligne de la liste. Une chose était faite : entrer dans une bibliothèque. Au départ, il était sorti pour les courses rapides et il était passé devant. Avec les retrouvailles avec Jared, Anders avait eu une petite idée pour son livre et pour avoir une base, il avait besoin de connaître quelque chose sur la famille Gallagher. Il passa devant l'étagère et regarda les années, il se gratta le menton en cherchant 1970. Il remarqua que moins c'était récent, les reliures étaient rangés plus haut. Anders lâcha un soupir, il alla au milieu, entre les deux étagères sans se douter ce qui se passait à côté. Il entendit quelqu'un lâcher une exclamation alors que l'écrivain prenait le registre et le feuilletait espérant trouver ce qu'il cherchait. Il entendit un choc lourd, cela le déconcentra et releva son regard, interrogateur et passablement agacé qu'un malin trouble la tranquillité dans la bibliothèque. Ce regard ne dura pas longtemps quand il entendit quelqu'un hurle un attention et que l'étagère devant lui bouge.

- ... Oh Sch...

Pas le temps de lâcher un juron en entier, il ne devait pas rester là. Anders referma vite le registre et essaya en courant d'être hors de portée de cette étagère, mais il y avait les bouquins qui tombaient sur lui et il s'en prit un sur la tête. Il lâcha un premier râle de douleur. Déséquilibré par le coup, il fit un pas vers l'étagère qui le frappa à nouveau sur la tête. Il lâcha un autre juron de douleur et il tomba alors qu'il était presque hors de portée. Il se retrouva étalé par terre, il sentait les bouquins tomber sur les jambes. Quelques secondes étaient passées après cette chute et il osa enfin penser, ressentir quelque chose... Il ressentit des sensations très désagréables qu'il aurait aimé ne pas retrouver : la douleur au dos et l'impression que son crâne allait exploser. Anders remarqua que seulement ses jambes étaient coincées dans les livres et l'étagère. Il était à moitié sorti de là. Le meuble n'était pas complètement au sol, il était soutenu par l'autre étagère qui était aussi tombée. En réalité, il y en avait beaucoup qui étaient tombées... Au moins, il n'était pas coincé par ces meubles, juste par les registres qu'il n'aimerait pas abîmer davantage. L'écrivain prit sur lui et se tira pour se sortir de là grimaçant de douleur pour son dos. Il s'allongea au sol et lâcha un gros soupir. Il ferma un moment les yeux pour essayer de se concentrer à autre chose que la douleur et il entendit les pas qu'il ouvrit pour observer la personne qui était au dessus de lui.

- ... Vais bien... dit-il sèchement quelques secondes après avoir analysé la personne.

Il se redressa doucement en grimaçant de douleur et resta dans la position assisse. Oui, il allait bien, il prétendait toujours aller bien pour éviter toute interaction avec une personne et ce n'était pas gagné. Il allait avoir de l'attention, vouloir de lui faire un rapport d'incident pour expliquer ce qui s'était passé de son côté alors qu'il n'avait rien vu venir. Il était juste venu pour consulter les archives ... La loi de Murphy, il ne fallait pas chercher plus loin...

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: La loi de Murphy ♦ Anders Lun 13 Juin 2016 - 18:26


La loi de Murphy

Anders et Lorcan


C'était une catastrophe.

Le temps que Lorcan lève ses fesses, le type se prit un bouquin en pleine poire. Puis l'étagère. L'étagère ! Bon sang, ça devait faire un mal de chien – et assommer son homme aussi, parce qu'il tomba, littéralement, comme un vieux sac par terre. Coté bibliothèque, c'était toujours la foire et l'homme-sac se retrouva coincé sous une tonne de registres. C'était juste ses jambes, ce qui était déjà bien, non ?

Lorcan se consolait comme il pouvait.

Ses fesses levées du sol, il clopina le plus vite possible jusqu'à l'homme, allongé par terre. Oh bon dieu, il était inconscient ? Lorcan le reluqua, à deux doigts du massage cardiaque, du bouche à bouche, ou de n'importe quoi qui aurait pu le ranimer, heureusement l'homme marmonna un « Vais bien... » et Lorcan inspira un bon coup de soulagement.

« Vous êtes sûr ? » Il se laissa tomber à genoux à côté de lui. Repoussa consciencieusement les quelques bouquins encore appuyés sur ses jambes et le dévisagea comme s'il lui était poussé une deuxième tête. « Parce que vous avez pas l'air. »

Ce n'était pas seulement son air pas franchement engageant. L'homme venait de se ramasser une étagère en pleine figure ! « Vous avez mal quelque part ? » Il l'aurait volontiers palpé de partout pour s'assurer qu'il n'avait pas une jambe cassée ou un gros trou dans le crâne, et l'envie lui chatouillait drôlement les mains. « Votre tête, ça va ? » Il ne manquerait plus qu'il ait une commotion. Tout d'un coup, Lorcan réalisa combien il venait de se mettre potentiellement dans la merde. A toute vitesse, il demanda. « Vous avez des nausées ? Votre nom, c'est quoi ? »

Faîtes qu'il n'ai pas de nausées. Faites qu'il ne se sente pas non plus désorienté, sachant c'était des symptômes de commotion cérébrale, et que si c'était le cas, il n'allait pas pouvoir le laisser repartir comme ça. Si le Saint Patron des causes désespérées jetait un œil à la scène, il devait se bidonner de là haut. Lorcan espérait seulement être tombé sur quelqu'un de... et bien quelqu'un de pas trop rancunier.

Sauf s'il n'avait rien vu de la scène.

Oh mon dieu, c'était malhonnête. Il était le pire. Lui, il était ce genre d'homme à s'en tirer comme un opportuniste sans assumer ses élans de détective option ouistiti ? Non. Il ne devait pas. Il aviserait, plus tard. En attendant, il mitrailla sa pauvre victime de quelques questions supplémentaires. « Vous voulez que j'appelle une ambulance ? Vous sentez toujours vos jambes ? »

Lorcan, un infirmier rassurant... sauf quand il paniquait.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: La loi de Murphy ♦ Anders Mar 14 Juin 2016 - 10:12

La loi de Murphy
Anders & Lorcan
date ► 12 juin
Il hocha la tête.
Un mouvement qu'il regretta aussi rapidement qu'il l'eut fait, cela ne l'aidait pas à stabiliser la vision du sol. Il referma les yeux et espérait que cela ira mieux quand il les ouvrira à nouveau. Et bien sûr que non, cela n'allait pas mieux. Il ignora le jeune homme qui s'assit à côté de lui, il essayait en réalité parce que la façon dont il le dévisageait était très dérangeante. Il adopta un air blasé quand le constat tomba, il n'avait pas l'air d'aller bien. Il était au courant, merci et il n'avait pas besoin de quelqu'un à ses côtés. Pas un inconnu rectifia-t-il rapidement dans ses pensées... Il avait vu assez de personnes aujourd'hui et il n'avait pas envie d'aller à l'hôpital. Anders grimaça encore de douleur, il fit le constat lui même sur les endroits douloureux en dehors de la tête et de son dos. Il essaya d'ignorer les questions du jeune homme, bien qu'il avait la sensation qu'il n'allait pas abandonner aussi facilement. Il allait rétorquer que sa tête ira mieux s'il arrêtait de parler avant d'être assailli par des questions à la vitesse de l'éclair qui le perdit.

- Quoi ? Il n'avait pas bien entendu les questions qu'il était un peu perdu. Il soupira en fermant les yeux. Écoutez, je me sens étourdi et confus. Mais ça passera... C'était un progrès qu'il réponde enfin.

Anders se massa les tempes parce que ça lui faisait vachement mal à la tête. Se prendre une étagère n'était pas une expérience à retenter, c'était douloureux et instinctivement, il porta la main sur la zone douloureuse et grimaça au toucher. Il regarda la main et parut un peu soulagé de pas y voir du sang. Au moins, il ne s'était pas ouvert le crâne.

- Rendez-moi un service. N'appelez surtout pas l'ambulance.

Il bougea doucement les jambes pour se mettre sur les genoux, il comptait se relever mais la tête tournait trop et son dos le bloquait que ça le dissuada de faire toute action. Au moins, il avait répondu à la question de l'homme pour les jambes. Oui il les sentait toujours même si elles étaient douloureuses. Il soupira, il ne voulait pas que l'homme appelle l'ambulance. Anders n'avait pas envie de retourner à l'hôpital, voir du monde. Il en avait déjà assez vu et il ne voulait pas être gardé en surveillance pendant vingt-quatre heures là-bas.

- Vous savez ce qui s'est passé ? Hmpf...

Il plaça par réflexe la main sur son dos qui lui faisait à nouveau mal et cela l'énervait. Anders était calmement énervé, il venait d'aller mieux avec son dos et il se prenait déjà une bibliothèque en pleine tête. Qui lui faisait mal. Il regarda les étagères tombées et vérifia du regard s'il n'y avait pas une autre personne coincée dans les livres.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Elizabeth K. Ashe
Maître Jedi
1263 $
12/05/1978 $
1263 messages
Mensonges : 1263
Anniversaire : 12/05/1978


MessageSujet: Re: La loi de Murphy ♦ Anders Mar 2 Aoû 2016 - 15:43

Archivé.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: La loi de Murphy ♦ Anders

Revenir en haut Aller en bas
La loi de Murphy ♦ Anders
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Loi de Murphy [FB 1623 PV Adrienne Ramba] [HOT]
» (m) cillian murphy ✈ libre
» Eluveitie
» Recherche attaquants défensifs
» Murphy frappera trois fois... [PV Letha]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: Saison 2 :: archives sujets terminés et abandonnés-