AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 #1008 • Can someone rescue me ? ft. Linus O. Chatwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
messages



MessageSujet: #1008 • Can someone rescue me ? ft. Linus O. Chatwood Dim 8 Mai 2016 - 14:42


« Help me, I've fallen on the inside and all the men in cloaks trying to devour my soul »

MUSE ▬



1022 mots,

HRP
Voilà pour toiii ♥


En arrivant à Lewiston, tout d’abord, tu n’y aurais pas cru. Du moins, pas tellement.

Dans l’état dans lequel tu avais débarqué t’avait pourtant assuré que tu ne pourrais jamais te mêler à eux. Ni à qui que ce soit d’autre sur cette fichue planète. Désespérée, effrayée, sur tes gardes. Voilà ce que tu avais été, et étais toujours, d’ailleurs. Alors pourquoi lui avais-tu immédiatement fait confiance, à ce Nigel ? Nigel. Comment déjà… ? Ha oui, Chatwood. Oui oui, c’est cela.

Tu n’en sais rien, à vrai dire. Ça avait été trop rapide. Et puis, si cela se trouvait, tu avais juste eu besoin de ne plus être seule, après tout ce temps. Et qui d’autre qu’un garçon comme lui pouvait faire l’affaire ? Ils sont tous étranges, ici, avec leurs regards soupçonneux et parfois vides, creux. Ils semblent tous attentifs à quelque chose, à Lewiston, depuis ton arrivée, et tu ne sais pas réellement pourquoi. Peut-être que tu ne leur inspire pas confiance. Il faut dire que tu ne les regarde pas tellement différemment. Toi aussi, tu es toujours piquée. Tu regardes toujours derrière toi, et ça doit les vexer. Tant pis, ça ne te dérange pas tant que ça, au final. Etre seule, ça a toujours été ton truc. Depuis des années, hein ? Chicago ne t’a jamais vu entourée. Seulement de tes parents. Et encore…
Les autres sont les pires, et c’est ce que tu penses vraiment. Ils sont aveugles. Toujours plus aveugles devant la détresse des autres. Ou alors, s’ils ne sont pas spectateurs pleins de cécité, ils sont coupables. Destructeurs, et démoniaques. C’est fou ce que tu les hais, tous ces gens, en fait. Tu te moques bien de leur plaire ou pas. Toi, ce que tu veux, c’est continuer à vivre, hein ?  Tu ne le feras que pour toi, et pour elle. Hannah vivra à travers toi, tu t’en aies fait la promesse, n’est-ce pas ?


Mais alors, pourquoi ? Pourquoi ce jeune homme ? Qu’est-ce qu’il avait de si différent des autres ? Tu n’en sais absolument rien, mais tout te pousse à dire qu’il lui ressemble. Le même sourire maladroit, et qui cache quelque chose. A l’époque, Hannah aussi passait sous silence sa détresse. Et toi aussi tu l’avais fait, trop petite pour faire quelque chose. Alors vous aussi vous souriiez. Parce que ça n’avait été que votre seul choix.
Mais à côté de ça, il t’inspirait la même chose qu’elle t’avait inspiré plus tôt. De ce qu’elle en savait, le Chatwood avait quitté la fac. Du coup, il devait avoir un ou deux ans de plus que toi, pas plus. Et, si Hannah était comme toi, elle paraissait cependant plus grande, plus forte, et moins stupide que toi. Si elle était seulement née une heure avant toi, elle avait toujours paru être l’aînée de deux ans au-delà de ta propre mentalité. Malheureusement, tu as appris qu’être plus fort, plus indépendant, et peut-être meilleur dans la vie ne te laissait parfois aucun autre choix que de perdre, et de céder.

Mais Nigel était là, lui, à Lewiston. Il avait l’air gentil, mais elle savait qu’il couvait quelque chose. Habitante depuis peu, tu ne saurais avancer quoi que ce fut de certain, mais son état n’était pas anodin. Et tu as peur, terriblement peur. Parce que la vie semblait vouloir encore prendre quelqu’un qui incarnait la gentillesse. Cela te torture, tu y penses jours et nuits, depuis que vous vous êtes rencontrés. Pas comme elle. Tu ne lui veux pas le même destin. Alors tu feras tout pour l’aider.

•••

Le nord de Lewiston, c’est là-bas que tu te rends. Chez lui, chez le Chatwood. Il ne sait pas que tu viens, tu l’as un peu prévenu en retard, par sms. Mais tant pis. Ça te tourmente, il faut que tu en saches plus. Tu feras tout pour dévier le sort qui l’attend. Tu le sais, tu le sens. Si tu ne fais rien, il finira comme Hannah. Ho, non. Jamais.

Ta vieille bécane, qui a un peu voyagé dans le pays, s’arrête dans grincement peu gracieux. Tu fais tâche dans cette partie-là de la ville. Tout semble propre, joli, sage, calme. De plus, le ciel est bleu, l’été s’annonçant dans à peine un mois, et les nuages semblent avoir déserté la ville sur des kilomètres alentours. Toi, au contraire, tu es une tempête, dans son bolide des années quatre-vingt-dix, rouillée et crasseuse, avec des milliers de kilomètres au compteur, et les roues un peu usées. Il faut d’ailleurs que tu en changes. Mais pour le moment, tu laisses ton vieux pick-up sur le bord de la route, et tu balances ton sac sur ton épaule. Tu regardes le petit papier blanc où est griffonnée l’adresse à la hâte, à l’encre de plume noire, et tu longes le trottoir, tranquillement. Tu fais une petite centaine de mètres dans ta robe de printemps et ton blouson en jean, avant de traverser la route plane et vide en claquant tes sandales rousses et de trouver la maison recherchée. Au moins, tu ne t’es pas trompée. Le nom de famille est inscrit en lettre limite calligraphiées sur la boîte aux lettres, et ça te fait sourire amèrement. Ton père avait essayé de faire la même chose, quand tu étais jeune. Ça n’avait pas rendu aussi joli.

Peu importe.

Tu ranges ta natte derrière ton épaule et relève tes lunettes de soleil. Tu avances dans le jardin, et tu montes les quelques escaliers, avant de sonner. Tu es nerveuse, et c’est normal. Tu as peur, et tu t’invites un peu chez Nigel à l’improviste. Tu grimaces un instant avant de décider que tu ne jouerai pas le rôle de cette petite Moïra effrayée. Il allait falloir que tu sois confiante, précise, et astucieuse. Alors, juste avant que la porte ne s’ouvre, tu fais ce sourire-là. Celui qui lui ressemble, et tu redresse les épaules en arrière. Tu respires, lentement, mais sûrement, et la porte s’ouvre. Ton sourire disparait.

MOÏRA ▬ Ha ! Euh… Bonjour. Je ne suis pas chez Nigel Chatwood… ? J’ai dû me tromper de maison, désolée…

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Linus O. Chatwood
Maître Jedi
1296 $
04/11/1982 $
1296 messages
Mensonges : 1296
Anniversaire : 04/11/1982


MessageSujet: Re: #1008 • Can someone rescue me ? ft. Linus O. Chatwood Dim 8 Mai 2016 - 20:01

Can someone rescue me ?

moira & linus

all you'll feel is pain and suffering


Sieste d'après-midi pour Iggy. C'est bien, une vraie tornade. Le « terrible two » qu'ils disent, n'est-ce pas ? Eh bien elle a déjà commencé. Non, à tout, tout le temps. Même ce qui lui plait, elle dit non, mais elle veut tout quand même. C'est pour cette raison qu,une fois qu,il s'est assurée qu'elle dort, il va s'affaler sur le canapé et, durant de longues secondes, goûte à l'oisiveté. Mais, c'est pas son genre. Il est du genre à s'ennuyer assez rapidement. Mais il n'a pas l'intention de faire quoi que ce soit. Alors il s'étire le bras et saisit sa guitare, soigneusement rangée derrière le canapé, à portée de main, mais hors d'atteinte de celles d'Ingrid. Il reste tout de même affalé sur le canapé, pas question de s'y mettre sérieusement, il ne fait que courir ses doigts sur les cordes, répétant une mélodie toute personnelle. Une mélodie juste pour lui.

Jusqu'à ce qu'il soit interrompu par la sonnette. Il n'avait pas entendu frapper... qui use de la sonnette en premier ? Si cette personne réveille Ingrid, il va la lui confier le reste de l'après-midi. Si cette personne l'a réveillée, tout ce qu'il méritera, c'est de passer le reste de l'après-midi avec une furie de presque deux ans. Il dépose sa guitare sur le canapé, bien calé contre les coussins et il se lève. Peut-être que Nigel a oublié ses clés. C'est bizarre à quel point c'est toujours la première chose à laquelle il pense, même si Nigel n'a jamais particulièrement oublié ses clés... pourquoi ? Bonne question...

- T'as pas tes cl... C'est pas Nigel. Ce sourire. Vendeuse. Hum... La petite impression sympathique ayant pu émaner de Linus devient de glace, comme le regard qui se pose sur la jeune femme. Oui. Non, répond-t-il à ses deux questions, mais sans préciser, le ton sec. Une amie de Nigel ? Le benjamin ne serait pas content s'il était trop désagréable avec ses amies. Il a un hochement de tête et recule d'un petit pas. Non, vous ne vous êtes pas trompée, il habite bien ici, mais il n'est pas encore rentré. Cete fois, il recule et lui ouvre le passage. Ne faites pas de bruit. Le gremlin dort et si vous la réveillez, vous vous devrez faire avec.

Il ne prend pas la peine de rester dans l'entrée pour refermer la porte. Déjà, la maison des Chatwood tranche avec celles du reste de la rue. Nettement plus vaste, plus luxueuse. L'intérieur, c'est pareil, tout respire le luxe et la richesse. Excepté les jouets d'enfants, rose en majorité, mais aussi des petites voitures et des super-héros, qui trainent dans le salon. On se serait attendu à y voir une femme de ménage, mais non. Il n'y a que lui, du moins quand Lizbeth n'est pas là. Linus, qui n'est pas du genre à changer ses plans pour une visite inopinée retourne à sa tâche actuelle. À savoir gratter sa guitare, mais cette fois, il s'assoit et ne se vautre pas comme il l'était. Après tout, il y a de la visite.

- Nigel n'est habituellement pas en retard, excuse-t-il Nigel, de son ton onctueux semi britannique.

______________________________

Linus Owen Chatwood

PAINT IT BLACK
I look inside myself and see my heart is black
I see my red door and must have it painted black
Maybe then I'll fade away and not have to face the facts
It's not easy facing up when your whole world is black
- Rolling Stones

I remember but I can't forgive : (AuAg)3Hg2
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: #1008 • Can someone rescue me ? ft. Linus O. Chatwood Mer 15 Juin 2016 - 12:41


« I'll be there as soon as I can, but I'm busy mending broken pieces of the life I had before... Before you. »

MUSE ▬



592 mots,

HRP
Désolée, limite d'accessibilité à mon PC, et pas d'inspi TT


Malaise. C’est tout ce dont tu es capable de ressentir à ce moment précis. Son odeur moite et pénible te colle au cœur et te donne parfois des frissons désagréables, et la grimace que tu en tires ne peut que la trahir. Les commissures de tes lèvres, qui s’étaient entraînées à sourire aimablement, ne peuvent s’empêcher de tirer vers le bas, un peu inquiète. En fait, tu ne t’y étais pas du tout attendue. Nigel avait donc un frère. Tu hausses imperceptiblement les épaules, un peu perturbée, et visiblement incapable de faire quoi que ce soit sinon fixer les épaules et la nuque dudit frère. Immobile, tu observes non sans gêne les alentours de la pièce. Les doigts entremêlés, tu ne sais que faire de ta peau.

C’est étrange, pourtant. L’odeur qui règne dans la maison te rappelle vaguement quelque chose. Ton nez se fronce. Ton cœur s’y plait, et pourtant, tout au fond de lui, ça fait mal. Comme une image à double sens, les murs de cette maison te soufflent un souvenir presque effacé. Mais qu’est-ce ? Tu croirais reconnaitre les couleurs chatoyantes d’un foyer sur les murs, mais c’est encore différent de ce que tu as connu. Parce qu’en fait, tu n’es pas chez toi. Ni dans ta maison, là-bas, à Duluth, ni à celle que tu habites, ici, à Lewiston. C’est une maison, belle, chaleureuse, vivante. Mais ce n’est pas chez toi.

MOÏRA ▬ Je suis désolée d’arriver comme ça. Je–… Je ne savais pas que Nigel avait un frère. Hum… Euh, désolée.

En fait, tu ne sais que dire, sinon te fondre en excuses. Après tout, tu débarques un peu à l’improviste, sans savoir au préalable si Nigel allait être ici ou non. Et s’il lui était déjà arrivé quelque chose ? Ton sang ne fait alors qu’un tour, et il se glace. Si bien que, droite comme un piquet, tu hoquettes. Alors, pour couvrir ton embarras soudain, tu tousses, comme si ta salive avait salement empêché ta respiration de prendre libre court à son combat dans tes poumons. Tu déglutis, et tu te remets à observer.

L’accueil n’est pas très chaleureux. Tu le sais, tu le déranges. Ta mine se fait encore plus inquiète. Le silence est lourd, et ton souffle qui le brise de temps à autre semblent crier à tes tympans. Tu respires donc plus calmement, au limite de l’étouffement. Soudain, tes yeux se posent sur la caisse. Ne pas l’avoir remarquée plus tôt était un affront. Tu la fixes, encore et encore, puisque l’homme ne semble pas bouger. Tu restes dans l’entrée, mais de là, tu la regardes, enchantée.

Tu aimes beaucoup la musique. Ça te détend, ça te déstresse. En général, tu enfonces tes écouteurs dans tes oreilles du matin au soir, quand tu sens que ça ne va pas, et tu bois la musique. Presque littéralement. Avec elle, tu oublies la plupart des choses mauvaises. Ça te permets d’être inspirée, et tu produits, encore, encore et encore. Ça t’empêche d’y repenser. De repenser à Hannah et ses mauvais jours, ça t’empêche de repenser à ton père, et à la prison, non loin. C’est magique, en fait, la musique. Tu prends une inspiration, et tu souffles comme hypnotisée. Nigel ne vient pas. Tu te réveilles.

MOÏRA ▬ Ha ! Euh… Vous jouez ? De la guitare, je veux dire…

Tes lèvres esquissent un sourire. Un artiste, lui aussi ? Tu fais un pas en la direction du salon, puis tu te ravise en restant plantée là. Ha. Tu n’es pas chez toi, rappelle-toi.



Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Linus O. Chatwood
Maître Jedi
1296 $
04/11/1982 $
1296 messages
Mensonges : 1296
Anniversaire : 04/11/1982


MessageSujet: Re: #1008 • Can someone rescue me ? ft. Linus O. Chatwood Dim 19 Juin 2016 - 17:57

Can someone rescue me ?

moira & linus

all you'll feel is pain and suffering


Pour Nigel, Linus fait attention pour être un peu moins froid et un peu plus agréable avec ses amis. Si ce n'était que de lui, il ne laisserait entrer personne, mais Nigel est plus sociable que lui et il ne veut pas non plus isoler son cadet parce que lui, il n'aime pas les gens. Enfin, il n'aime pas les gens qu'il ne connait pas. Si cette fille est venue ici pour Nigel et que Nigel aurait du se trouver ici, il ne veut pas que Nigel croit qu'il est méchant avec tout le monde. Si, il est désagréable avec tout le monde... Mais il ne veut pas faire peur aux amis de Nigel pou qu'il se retrouve seul ensuite. Pourtant, Linus n'aime pas entendre que Nigel n'a pas parlé de lui. Mais il comprend.

- Hum... je suppose que je suis pas le frère dont on bavarde... dit-il, le ton sombre et il retourne s'asseoir sur le canapé et reprend sa guitare.

Elle, elle reste dans l'entrée. Il la dévisage quelques secondes. Il doit vraiment l'inviter à entrer plus loin que la limite du tapis à l'entrée ? Avant qu'il n'ait pu inspirer pour le lui dire, elle lui pose une question. S'il joue de la guitare ? Naaaaan, il fait juste en avoir une sur les genoux pour frimer. Il a un bref reniflement qui accompagné par un nez en l'air et un rictus, aurait tout l'air du pur mépris. Mais le visage fermé de Linus n'indique rien de la sorte. En apparence.

- Oui.

La conversation aurait du s'arrêter là. Parce que c'est normalement ainsi que se terminent les conversation avec Linus. Une monosyllabe, habituellement une négative, et un regard glacial à donner envie de se cacher derrière un mur. Elle a amorcé un mouvement pour entrer, mais elle semble avoir changé d,idée. Il ne va quand même pas la laisser planter debout dans l'entrée. Si ? Il hésite. Mais Nigel ne serait pas particulièrement content. Linus se fiche habituellement de décevoir les gens. Il a déçu tout le monde de toute manière. Mais étrangement, il essaie de rattraper les choses avec Nigel. Pourquoi ? Parce que c'est le seul frère qu'il a. Le seul qu'il lui reste. Et étonnamment, pour Linus Chatwood, ça compte. Et aussi un peu parce que l'intérêt semble manifester au sujet de la guitare attise également son propre intérêt.

- Tu peux entrer. Une seconde de flottement. Et venir t'asseoir. Une autre seconde,d de réflexion cete fois, à se demander s,il ne ferait pas mieux de la laisser au salon et d'aller à la cuisine, ou ailleurs... peut-être pour éviter ce malaise. Tu joue, toi ? De la guitare je veux dire. Ou autre.

Parce que tenir une guitare sans en jouer, c'est assez bizarre, il laisse courir ses doigts sur les cordes, entamant l'introduction de Silent Lucidity de Queensryche.

______________________________

Linus Owen Chatwood

PAINT IT BLACK
I look inside myself and see my heart is black
I see my red door and must have it painted black
Maybe then I'll fade away and not have to face the facts
It's not easy facing up when your whole world is black
- Rolling Stones

I remember but I can't forgive : (AuAg)3Hg2
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: #1008 • Can someone rescue me ? ft. Linus O. Chatwood Dim 31 Juil 2016 - 13:25


« I'll be there as soon as I can, but I'm busy mending broken pieces of the life I had before... Before you. »

MUSE ▬



400 mots,

HRP
C'est chiant d'être malade .-.

Il y avait comme un goût affreusement amer dans sa phrase. Un frère dont on ne bavarde pas. Tu esquisses un sourire – ressemblant plus à une grimace – malgré toi. Après tout, tu n’étais pas non plus une sœur dont on pouvait dire beaucoup de choses.
Tu es vraiment désolée pour lui. Ce n’était pas de la pitié, ou même encore de la compassion. Non, tu sais, très pertinemment même, ce qu’il sous-entend. Ton cœur te fait mal et tu baisses les yeux sur le sol. Tes sandales te semblent trop étrangères pour être les tiennes et ça te dérange. Tu relèves la tête. Tu fais rouler tes épaules et repousse une mèche de cheveux défaite derrière ton oreille.

Blanc.

Tu peux entrer et venir t’asseoir.

Tu t’exécutes comme un robot. Tu t’assieds, droite comme un piquet, les mains ramenées sur tes genoux découverts, et tu regardes son frère. Nigel n’arrive toujours pas. Tu regardes ses longs doigts effleurer les cordes de la guitare, et tu écoutes un instant avant de réaliser qu’il venait de te poser une question. Tu perds la minuscule risette qui s’était formée d’apaisement sur tes lèvres et tu le fixe dans les yeux.

MOÏRAOh, euh, non, je ne joue pas d’instrument. Ou peut-être seulement du triangle, fis-tu en grimaçant de ton inexpérience en la matière. Mais je dessine et je peins. J’étudie là où Nigel étudiait à l’université. Je suis en Art.

Et il commence à jouer. Ton corps se détend à vue d’œil. Tu aimes beaucoup la guitare, à défaut d’être l’instrument arrivant en troisième position dans tes préférences – le piano et le violon le dépassant de peu. Tu ne connais pas le morceau, mais tu apprécies. Tu en fermes presque les yeux, mais tu restes très attentive à l’arrivée peut-être prochaine du cadet.

MOÏRAEt, vraiment, t’excuses-tu pendant un moment sans musique, je suis désolée. Nigel ne savait pas que je venais. Je n’avais pas pensé qu’il serait absent. J’avais quelque chose d’important lui demander.

Tu revois les yeux profonds de ton ami – qui n’était pas de si longue date pourtant – et tu espères te tromper. Mais tu savais que l’espoir était déjà vain.
Tu regardes fixement cet homme à nouveau, les doigts se resserrant sur le tissu fleuri de ton habit. Tu déglutis. Il doit le savoir, lui. Certainement.

MOÏRAExcusez-moi de demander, mais… Tu inspires calmement, très inquiète. Nigel, il est malade, n’est-ce pas ?




Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Linus O. Chatwood
Maître Jedi
1296 $
04/11/1982 $
1296 messages
Mensonges : 1296
Anniversaire : 04/11/1982


MessageSujet: Re: #1008 • Can someone rescue me ? ft. Linus O. Chatwood Mar 2 Aoû 2016 - 19:18

Can someone rescue me ?

moira & linus

all you'll feel is pain and suffering


Elle ne semble pas très à l'aise. C'est normal, se dit-il. Elle vient voir Nigel, qui est adorablement gentil et d’agréable compagnie et elle tombe sur Linus, qui est tout le contraire. Pourtant, il essaie de ne pas être trop désagréable, mais il sait que ça ne fait pas de lui quelqu'un d'agréable compagnie. Elle ne joue d'aucun inattention, ou presque, mais elle semble apprécier l'entendre. Enfin, il le croit… plus ou moins. Elle prétend ne savoir jouer que du triangle. On peut certes en tirer moins de son, mais ça ne signifie pas qu'il est à négliger.

- Le triangle ce n'est pas si facile si on n'arrive pas à tenir le rythme.

Ce n'est pas un sourire. Enfin, peut-être, mais elle n'y voit aucune joie. Ce n'est pas non plus une expression qu'il semble habitué à porter. Contrairement à sa cousine qui, elle, a un sourire permanent sur les lèvres.

- Tu dois avoir beaucoup d'imagination, dit-il sans se soucier que ça pourrait être mal interprété. Et pourtant, Ça l'intéresse. Tu es plutôt réaliste ou abstrait ? interroge-t-il sans que ses doigts ne cessent de pincer les cordes. Hum… je vois. Je ne sais pas exactement quand Nigel devait rentrer si vous ne vous étiez pas fixe de rendez-vous. Je peux lui envoyer un message ? propose-t-il, serviable tout de même. Jusqu'à ce qu'elle lui pose une horrible question.

Ses doigts cessent de pincer les cordes et il lève un regard glacial sur la jeune femme. Si Linus avait eu la capacité de manifester ses pensées à ce moment là, sans doute que Moira aurait été pétrifié sur place, puis éclatée en un milliards de minuscules géants, et donnent réduite en poussière.

- Ce n'est pas à moi de bavarder de son état de santé avec toi, dit-il du ton heurté de celui à qui on vient de rappeler un destin funeste. C'est à lui de voir avec toi s'il veut en parler.

Son regard bleu glacier fixe la jeune femme sans coller. Sa mâchoire se serre. Il lui demanderait volontiers une gifle juste parce qu’elle le lui rappelle. Il n'en avait pas besoin. Il n'en avait pas envie.

______________________________

Linus Owen Chatwood

PAINT IT BLACK
I look inside myself and see my heart is black
I see my red door and must have it painted black
Maybe then I'll fade away and not have to face the facts
It's not easy facing up when your whole world is black
- Rolling Stones

I remember but I can't forgive : (AuAg)3Hg2
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: #1008 • Can someone rescue me ? ft. Linus O. Chatwood

Revenir en haut Aller en bas
#1008 • Can someone rescue me ? ft. Linus O. Chatwood
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bôn Nouvèl: IFAD USD 10 million rescue package for farmers in Haiti
» rescue Jack Russel
» RESCUE Caniche moyen de 6/7 ans a rejoint le paradis
» Rescue
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: Saison 2 :: archives sujets terminés et abandonnés-