AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Sam 21 Mai 2016 - 17:44


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE


Le front niché contre son épaule, Cole trouvait encore le moyen d'esquiver ses compliments. Qu'à cela ne tienne. Lorcan lui en ferait d'autres. En attendant, il se sentait rougir un peu plus de s'être ainsi laissé aller à son plaisir sans la moindre retenue. Les mauvaises langues diraient que deux ans d'abstinence avaient éveillé ses bas instincts sexuels. Sauf qu'il n'en était rien ! C'était juste que... Cole. Il tirait malgré lui chaque ficelle, chaque corde sensible du jeune homme. Le poussant malgré lui, à s'abandonner à ses bras. Il y avait si longtemps que Lorcan n'avait plus ressenti ça. Le plaisir farouche de se donner à quelqu'un. Il en adorait chaque parcelle. Des moments tendres et câlins, à la débauche obscène qui le faisait s'empourprer après coup.

Cole releva finalement son visage, rencontrant sur son chemin les lèvres de Lorcan le temps d'un baiser lent et délibéré. Le jeune homme se laissa embrasser paresseusement, un tout petit peu reconnaissant que son tout nouvel amant ne se sente pas... il ne savait pas trop. Effrayé, peut-être. Tant par ses élans au lit, que par ses confessions qui, d'accord étaient peut-être avouées sous le coup de l'orgasme, mais hé, peut-être que non.

« Je n'ai aucune idée de ce que tu m'as fait aussi ... pour être tout à fait honnête mais ... » Lorcan le contemplait sans rien dire ni réellement déduire. Il flottait toujours sur son nuage de bien être post coït, et n'avait pas tellement envie d'en redescendre pour le moment. « J'ai vraiment l'impression d'avoir trouver ma place, et crois moi, je ne pensais pas que cela arriverait un jour ... »

Le jeune homme poussa un léger « Hm ? » pour l'inciter à continuer, mais Cole le bâillonna d'un baiser, puis d'un « Plus tard. » qui se voulait lourd de sens. Lorcan le sentait, quelque part dans les neurones qui remontaient timidement à la surface, sans avoir envie de pousser la réflexion plus avant. Il murmura un simple « D'accord. » afin de lui signifier qu'il avait reçu le message et que cette partie de là de la conversation était close. « Peut-être que c'est le destin. » dit-il en se laissant retomber contre son torse. Il cala son visage quelque part vers sa clavicule, alors qu'il pensait à haute voix. « Peut-être que c'est autre chose. » car il avait tant de questions sans réponses. Tant de révélations à faire lui aussi,restées muettes de peur de perdre Cole. Inconsciemment, Lorcan se serra davantage contre lui, embrassa la ligne de son cou toute proche de ses lèvres. « Tout ce que je sais, c'est que là maintenant je me sens vraiment vraiment bien. »

C'était tout ce qui comptait pour le moment. Ça et peut-être aussi le mélange de fluide qui séchait sur sa peau et qui devenait vaguement inconfortable. « Quoi que je me sentirais encore mieux avec toi sous la douche. » proposa t-il en relevant un sourire plein de malice sur Cole. « Promis c'est pas une ruse pour te violer. J'ai toute la nuit devant moi pour ça. Et tu sais que je suis un garçon sérieux quand il est question de se laver. J'ai pris un bain avec toi. Entièrement nu ! Et je t'ai pas sauté dessus ! » Il pouffa de rire et lui déposa un baiser sur le nez. « Tu me devrais au moins une médaille en chocolat pour ça. Parce que le combo Toi + Nu + Hyper adorable, ça m'a vraiment donné une meilleure idée du concept des chaleurs. »

Il lui sourit, amusé et... et bien heureux. Puis il se décolla de Cole pour se remettre debout et l'inviter d'une main à saisir la sienne. « La salle de bain est juste à côté. » dit-il en désignant brièvement la porte d'un coup d’œil. « Et y a encore plein de choses que je veux faire avec toi ce soir. » Cole lui avait promis de ne pas le laisser dormir, et Lorcan entendait bien obéir aveuglément à sa requête. En attendant, il voulait apprendre à le connaître, même juste un petit peu et sans aborder les sujets qui fâchent. S'amuser avec lui sous la douche, ou encore lui offrir le massage qu'il lui avait promis. Et s'il devait entrecouper toutes ces étapes de sexe et de douches... c'était un bonus qu'un homme épanoui ne se refusait sous aucun prétexte.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Dim 22 Mai 2016 - 15:20


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE



Là, blotti tout contre lui, mes bras passaient autour de sa taille, et son parfum enivrant mes narines, j'étais à ma place. Bien. Serein.

Et il semblait que ce soit pareil pour lui, alors que ses mots m'arrachaient un léger frisson en courant dans un souffle sur ma peau. Je laissais ma tête se penchait suffisamment sur le côté pour déposer un baiser sur sa temple. Il n'était pas le seul à se sentir dans cet été mais si il était un homme de mots, j'étais bien plus souvent un homme d'actions. Parce que les mots m'échappaient, me rendaient maladroits et confus. Parce que j'étais submergé par l'émotion et que ma gorge était peut être un peu trop noué pour m'exprimer correctement. Je savais que si j'avais fait bien des progrès pour m'exprimer, le chemin était encore bien long pour moi de pouvoir dire tout ce que je ressentais, désirais au moment même où je le ressentais, désirais. Mais il m'aidait et pour cela, il avait toute ma reconnaissance.

Un rire courant le long de ma gorge, entre l'amusement et le soulagement alors qu'il prenait conscience de nos corps un peu trop sali par nos exploits.

Je devais admettre éprouver un certain soulagement à ne pas avoir à quémander la douche, même si j'appréciais réellement l'instant, et l'intensité et le réconfort de l'avoir au creux de mes bras. Que je savourais pleinement de pouvoir l'avoir encore à moi seul de manière égoïste. Je ne me leurrais pas sur sa vie au quotidien, et je savais qu'avec ses enfants, ces moments seraient éparses, rares et surtout précieux.

Secouant la tête, j'acceptais sa main et m'en servais pour me relever, en profitant pour déposer un léger baiser au coin de ses lèvres. Parce que je n'avais aucune envie de me restreindre ou de me priver. Si je n'avais pas les mots pour exprimer ce que je voulais, j'avais au moins la capacité de le laisser entendre dans ce genre de démonstrations d'affections. Je finissais par laisser mes lèvres courir le long de sa mâchoire, sans pour autant me laisser enivrer par ce feu passionnel qu'il embrasé en moi, même si la concentration était difficile, nos deux corps nus encore étroitement entrelacé par mes soins.

- J'ai pas de médaille en chocolat ... Dis je en interrompant le baiser, et en plongeant mon regard dans le sien. Reprenant la conversation interrompu par mon impulsion indomptée. - Mais peut être pourrais je envisager une autre sorte de récompense. Je laissais mes doigts glissaient sur la peau de sa nuque pour descendre dans le creux de sa clavicule, courant jusqu'à l'arrondi de son épaule. Stoppant ma course en déposant un court baiser sur l'endroit, après y avoir laisser mon nez glissait dans un geste tendre.

- Je n'ai aucune idée si je peux te faire la même promesse et garder mes mains pour moi ... Parce que si j'avais émis quelques réticences au préalable sur l'aspect physique de notre relation je devais admettre que maintenant que j'avais lâché la bride, j'avais du mal à ne pas le toucher, le sentir contre moi, trembler, vibrer au rythme de nos baisers. Pourtant sa remarque, bien qu'innocente, était néanmoins bien lourde de souvenirs. Je refusais que le poids de la culpabilité d'être aussi peu stable détruise notre bulle de bonheur, mais il enlaçait mon torse d'une bande si serrée que ma gorge semblait manquer d'air.

Je reprenais pied, en laissant mes yeux se perdre dans le brun chaleureux lui faisant face, offrant un sourire intime et bienveillant à l'égard de l'homme qui faisait battre mon coeur.

- Merci ... Un aveu murmuré à voix basse entre nous. Il y avait tout un tas de bonnes raisons pour moi de le remercier, et il n'en avait pas le moindre début d'idée mais j'entendais bien lui montrer ma gratitude et ma révérence. Il était mon miracle auquel je ne croyais pas. Je m'emparais de sa main, et la portait à mes lèvres pour déposer un baiser sur le haut de ses phalanges.

Je brisais le moment un peu trop intense, en me reculant et indiquant la porte de la salle de bain.

- Viens que je te frottes le dos ... avant de rajouter à son oreille, dans un murmure qui n'était plus tendre, mais vibrant de ce désir qu'il m'inspirait. - J'ai bien envie de voir quel goût aura ta peau alors que l'eau coulera dessus ... Peut être même devrais je prendre soin de bien laver le moindre centimètre de ton corps personnellement ...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Lun 23 Mai 2016 - 21:39


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE


« Surtout ne promets jamais un truc pareil ! » s'agita Lorcan alors que Cole arborait une petite mine confuse, de chiot mal-aimé. Non sérieusement. Pourquoi garder ses mains pour lui quand Lorcan était clairement ouvert à toutes les propositions et surtout celles d'ordre sexuelles. Oui, monsieur, surtout celles-là. Ce n'est pas parce que lui essayait d'y aller un peu plus doucement pour Cole, que Cole devait lui rendre la pareil. Non non, pas besoin !

Et puis sans qu'il comprenne bien pourquoi, son outrageusement torride invité le remercia. De quoi ? Il ne savait pas, mais lui faire remarquer semblait vaguement inadéquat. Toujours amoureusement pressé contre son corps, Lorcan le regarda prendre sa main et en embrasser lentement les phalanges. Il sourit, touché par le geste, par l'infinie tendresse cachée juste là dans chaque geste qui exprimait bien plus que le mots, et qui lui donnait une envie folle de l'embrasser.

Il allait mettre son plan à exécution, mais Cole murmura à son oreille, lui arrachant d'impitoyables frissons – bon sang, il venait de s'épuiser au lit et il avait déjà envie de lui.

Encore.

« Espèce de sale tourmenteur. » roucoula Lorcan tout près de son visage alors qu'il s'écartait. « Ça serait une belle récompense de me laver. Mieux que la médaille en chocolat. »

Ses prunelles rieuses le contemplèrent une demi seconde. L'idée de se sentir Cole, ses mains – oh ses mains qui savaient lui faire tellement de bien... Non ! Stop. Douche, ils devaient prendre une douche. Lorcan se colla une baffe mentale et fit volte face, entraînant Cole avec lui direction la salle de bain.

Comme le reste de la maison, la salle de bain était spacieuse. La douche, une vaste cabine de verre entièrement transparente, était bordée de trois serviettes différentes. « Celles là c'est celles des garçons. » confia Lorcan en désignant les deux autres serviettes, plus petites et au motifs colorés. « Même si ils me piquent la mienne parce qu'elle est plus grande. » Il ouvrit la cabine, y entra à reculons sans lâcher Cole des yeux, le fit enter à sa suite. « T'as de la chance dans ton hôtel, au moins t'es sûr de pas tomber sur ta serviette déjà mouillée par quelqu'un d'autre. »

Et il avait bien assez parlé de ses fils ! Lorcan enclencha l'eau directement sur sa tête, glapit parce qu'elle était tiède comme tiède-froide, avant de se mettre à squatter le jet sans vergogne dès qu'elle se réchauffa. « Si tu veux l'eau chaude, faudra me passer sur le corps. » le défia t-il en l'éclaboussant  pour lui faire goûter un tout petit peu de chaleur, mais pas assez pour laver ce torse définitivement souillé par ses soins. « Je retire ce que j'ai dis, j'ai pas du tout envie de te laver. T'as l'air d'une star du porno après une scène torride. Et ta co-star, c'était moi. » le titilla Lorcan très emballé par son idée de scénario... à laquelle s'en greffait une autre, tout aussi délirante. « Ou alors, c'est pour ça que tu voyage ! Tu fais du porno. Du... porno itinérant. Ça existe ? » Un rire innocent roula hors de sa gorge, et Lorcan attira Cole à lui. Tout doucement, et sans vraiment se pousser pour lui offrir un peu d'eau, mais celle qui coulait de lui commençait déjà à rincer son torse. « Si t'en faisais, je serais obligé d'en faire avec toi. Et de te suivre dans ta roulotte de star du X. » dit-il en embrassant affectueusement ses lèvres, parce qu'il plaisantait mais qu'il y avait un message implicite caché entre les lignes. Qu'il ne voulait pas le perdre, qu'il était prêt à le suivre si Cole voulait... non s'il devait, s'il devait vraiment quitter la ville. C'était un peu fou et irréfléchi. Lorcan avait sa famille ici, et les garçons, mais il y avait longtemps qu'il n'avait plus réellement de vie à Lewiston.

Il se mordit la lèvre et perdit son regard dans les yeux de Cole, sur son torse, qu'il caressa de ses mains, chassant les dernières traces de semence, puis plus bas le long de sa cuisse tatouée. « C'est quoi ton nom de scène ? » demanda t-il un peu bêtement en relevant le nez vers son visage. « El dragon caliente ? » tenta t-il avant d'ajouter pour faire bonne mesure. « Quoi ? Tu m'as jamais dis ce qu'il voulait dire ton dragon. C'est une supposition comme une autre. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Ven 27 Mai 2016 - 16:16


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE



Et si l'instant aurait pu être propice à une prolongation, le jeune homme face à moi, faisait volte face pour me traîner jusqu'à la salle de bain.

Je me stoppais un court moment, frappé encore par cette sensation étrange de déjà vu que j'avais bien trop souvent sans pouvoir l'expliquer mais je ne me laissais pas m'empôrter dans la tourmente de pensée qui aurait pu me dévorer bien rapidement distrait par Lorcan qui balbutiait sur les serviettes et ses enfants, m'arrachant un sourire attendri avant de le suivre dans la cabine de verre.

Secouant la tête alors qu'il me privait d'eau tout en me narguant avec son corps recouvert de gouttes d'eau glissant le long de son épiderme. Un spectacle pour le moins savoureux et qui me laissait en admiration. Ma langue passant sur ma lèvre inférieure dans un geste à peine conscient. La gourmandise d'un plat tout autre que la nourriture m'envahissant.

Bien vite repoussé cependant par sa théorie, m'arrachant un semi cri d'outrage.

Mon visage devait être peint du masque un peu blessé d'une telle hypothèse à mon égard. Je n'étais guère apte à comprendre ce qu'il y avait de très sexy dans un métier comme celui là. Vendre son corps pour de l'argent, un souvenir presque amer dans ma bouche. Je savais et avait compris qu'il n'était pas intéressé que par mon corps mais l'évocation d'un métier pareil ne pouvait pas être sans faire remonter à la surface, la désagréable sensation de n'être qu'un vulgaire objet de plaisir aux yeux des autres. J'avais conscience qu'il plaisantait, et ne le retenait pas contre lui. Pourtant, j'avais du mal à apprécier la touche d'humour qui devait s'en dégager. C'était peut être la raison pour laquelle je me raccrochais plus à ses derniers mots qu'à tout le reste, laissant mon regard glissait sur mon tatouage.

- Renaissance et chaos ... Je finissais par remonter mes yeux pour les plongeait au coeur de l'ambre. - Le dragon a une signification ambivalente, et c'est ce que je ressentais à ma sortie de l’hopital. Une deuxième vie qui n'avait pas le moindre début de sens.  Je laissais une de mes épaules se hausser dans un mouvement nonchalant avant de rajouter avec indifférence - Et puis c'était le seul motif assez gros pour recouvrir une bonne partie de mes cicatrices. Je n'allais pas non plus entrer dans tous les détails de ce qui s'était passé. La discussion était longue, lourde et certainement pas à avoir dans une cabine de douche.

Je déposais un léger baiser sur ses lèvres pour clore le chapitre.

Je finissais par me pencher suffisamment pour me saisir d'un gel douche, et en mettre un peu dans le creux de ma main.

- On avait pas parlé de te laver ? Un léger sourire en coin, et je me servais de ma main libre pour le faire pivoter de manière à avoir son dos face à moi.

Je commençais par frotter mes mains l'une contre l'autre, de manière à faire naître de la mousse du gel et pouvoir l'appliquer sur les muscles remuant doucement sous l'épiderme de ses omoplates. Il avait une silhouette délicieuse, des épaules larges et une taille fine néanmoins. Sans être trop musclé, il était dessiné de manière suffisante.

Je laissais mes mains effleuraient d'abord ses épaules, son dos, avant de me rapprocher suffisamment pour glisser mes bras autour de sa taille et atteindre son torse, son ventre, son entre jambe. Prenant le temps pour redécouvrir la sensation de son corps sous mes mains. Une pointe de sensualité glissait dans cette douce exploration, et une bouche nomade errant sur la peau de son cou dans de légers baisers attentifs.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Mar 31 Mai 2016 - 20:43


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Sam 4 Juin 2016 - 15:46


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE



Je ne pouvais nier que j'avais aisément diverti le jeune homme en caressant son corps de façon ambigu et ne me contentant pas de le laver cliniquement.

Mais ce n'était pas tant une technique diversion que mon propre besoin de sentir son corps vibrait sous le mien comme un instrument sous les doigts de son musicien.

Les sons plaisants émanant de sa bouche attisait ma propre faim et je ne me faisais pas prier pour obéir à ses ordres, enroulant mes doigts dans une caresse intime, laissant mes hanches roulaient à la rencontre des siennes dans une danse lascive, le frottement insuffisant et pourtant satisfaisant.

Nos lèvres se rencontrant dans un baiser improbable, un échange de nos souffles plus qu'un réel baiser appuyé mais qui ne faisait qu'accroître cette connexion indéniable entre les deux parties. Je rendais autant que je recevais et je ne pouvais empêcher le sourire trônant sur mon visage de saboter un peu le baiser, les baisers. Je ne pouvais pas réprimer la bonheur qui courait dans mes veines, rien qu'en le sentant entre mes mains. Et je savais qu'il ne m'en tiendrait nullement rigueur, pas alors qu'il m'abreuvait du délicieux son de ses gémissements.

Il était encore si détendu par notre précédente étreinte qu'il me serait si simple de reprendre ma place en lui, de le faire mien encore et encore mais sa main trouvait une option toute aussi satisfaisant, m'arrachant ce râle bien distinctif qui signifiait que je l'accompagnais dans la douce tourmente qui nous envahissait. Le courant électrique remontant le long de mes cuisses.

Je ne perdais cependant de vue, mon propre besoin de le satisfaire.

Court et intense, nous parvenions à joindre ce même état de béatitude presque simultanément.

Je le taquinais encore un peu alors qu'il devenait trop sensible avant qu'il ne m'échappe pour me faire face. Un sourire narquois et satisfait peint sur mon expression en le voyant dans cet état de débauche et de satisfaction. Une fierté à être celui qui le mettait dans cet état, et taquinant un peu sur son laxisme soudain à me laisser profiter moi aussi du jet d'eau.

- Mission accompli alors ... Un sourire plus doux accompagnant ma respiration instable alors que je passais sous l'eau non sans avoir volé un dernier baiser sur ses lèvres, gonflés par les abus que je leur avais fait subir depuis que je m'autorisais finalement à les cueillir avec gourmandise. Une main glissant sur sa hanche, et quittant la peau à regret pour me laver rapidement, empruntant ses produits et me retrouvant bizarrement jovial à l'idée de porter la même odeur que lui pour l'espace d'un moment.

Débarassé de la couche de sueurs et de semences recouvrant mon épiderme, je lui cédais la place, mon corps, pas assez coopératif pour entamer une autre opération pour le laver, j'avais bien peur de ne pas être assez résistant pour me resteindre à ne pas vouloir plus de ses caresses, et malgré mes efforts pour tenter de mettre la sensation de côté ma jambe n'était pas sans se rappeler à mon bon souvenir sans remords. Je l'observais néanmoins, mes pupilles probablement dilatés par le désir. Par ces émotions tellement intenses qu'il faisait naître en moi. C'était un peu effrayant mais en même temps, je n'avais aucune envie de me restreindre sur ce point là.

Je sortais de la douche à sa suite, et me servait de la serviette qu'il me tendait pour l'entourait autour de ses épaules et dans un geste affectueux, le séchait même si ce n'était pas sans une pointe de regret de voir les gouttes disparaître de sa peau par un autre moyen que ma langue courant le long de son corps.

Je me séchais rapidement à mon tour, et entourait mes reins de la serviette de coton, n'ayant pas vraiment prévu une autre tenue et dans un tel état de domesticité que je n'avais pas spécialement envie de me glisser de nouveau dans mes habits choisis avec soin pour cette sortie. Je laissais mes doigts glissaient entre les siens, la faim de lui adoucit par la tendresse et l'affection grandissante, je déposais un chaste baiser sur ses lèvres.

- Puis je rester cette nuit ? J'avais était tellement perdu dans ce tourbillon de luxure que je n'avais pas consciemment posé la question, ou en avait oublié la réponse. J'avais envie de m'endormir avec lui, tout comme le besoin de me réveiller à ses côtés. Cependant sa vie n'était pas sans certaines obligations qui ne m'autoriserait probablement pas le luxe de le faire à longueur de temps, pour ce soir, cependant c'était une option que j'avais envie de saisir avec égoïsme.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Mar 7 Juin 2016 - 15:29


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE


« Mission accomplie alors... » le taquina Cole, non sans lui voler un baiser auquel Lorcan réagit à peine. Le cœur y était ! Et ses lèvres remuèrent avec toute la force de sa volonté, mais ses traîtres de muscles protestaient contre le moindre mouvement superflu. D'une main encore un peu fébrile, le jeune homme effleura le torse de son amant, rien qu'un contact furtif et léger, mais dont il craignait de ne plus pouvoir se passer durant trop longtemps.

Il avait encore les yeux brouillés de plaisir lorsque Cole commença à se laver, et le contempla avec adoration. Le petit froncement de ses sourcils tandis qu'il inspectait l'étiquette de son shampoing, comme si ça lui demandait vraiment de se concentrer, ou qu'il se demandait s'il allait plutôt sentir le pamplemousse ou bien le shampoing à la guimauve que les garçons lui avaient fait acheter la semaine dernière. C'était presque irréel, d'observer Cole dans cette grande maison qu'il ne partageait plus qu'avec ses fils, et Lorcan le couvait d'un regard à la fois désorienté et attendri tout en se laissant porter par la tendresse inhérente à ce moment.

Puis Cole termina de se laver, se recula pour lui laisser la place. Lorcan le retint, du bout des doigts pour avoir le loisir de l'embrasser à son tour, de sentir sa présence et de l'effleurer tout en refaisant un rapide passage sous le jet d'eau. « Voyeur. » reprocha t-il gentiment en relevant ses prunelles joueuses sur le regard sombre de Cole qui ne le lâchait pas. Il passa ses mains sur son corps exagérément lentement. « Si tu m'avais pas tellement épuisé, je te donnerais de quoi te rincer l’œil. Assez pour nourrir tous tes moments solitaires à partir de ce soir. »  Son sourire défiant et amusé se mua en un rire léger et il captura son visage entre ses mains pleines de mousse. « Même si j'compte bien faire en sorte que t'en aies de moins en moins ! »

Ça n'allait pas être facile. Entre son travail et les garçons, Lorcan était l'archétype même du père célibataire débordé. Mais il était aussi un esprit roublard, et prêt à toutes les ruses pour grappiller quelques heures auprès de Cole s'il fallait en passer par là. Et – mon dieu, il faisait déjà des projets d'avenir. D'avenir immédiat, certes, mais d'avenir quand même ! Avec un homme qu'il ne connaissait pratiquement pas ! L'espace d'une seconde, Lorcan se perdit dans son regard, totalement déboussolé par ses propres réactions, par chaque part de lui que Cole ranimait à la vie sans même en avoir conscience. Puis il l'embrassa, se colla contre son corps, l'incitant à le prendre dans ses bras, une dernière fois avant de sortir de la douche, mais une fois nécessaire pour refaire le plein de lui et planquer sous le paillasson toute la culpabilité qu'il examinerait plus tard, lorsqu'ils se quitteraient.

Une vague d'air frais vint attaquer sa peau dès que Lorcan fila hors de la cabine. Frissonnant et nu comme un ver, il attrapa rapidement une serviette pour Cole et sourit lorsque ce dernier la lui passa autour des épaules. « Quand je dis que t'es un gentleman. » roucoula le jeune homme en se dandinant de bien-être sous ses caresses. Il y avait la serviette entre les mains de Cole et sa peau, et c'était tragique, mais Lorcan comptait bien y remédier toute la nuit.

« Puis-je rester cette nuit ? » demanda finalement Cole, à un Lorcan plus sec mais dont le regard était gravement hypnotisé par... Cole. Cole en serviette et à moins d'un mètre de lui. « Hm-hm. » répondit-il sans réfléchir, avant de se repasser la question, et de secouer la tête. « Je veux dire, oui ! Bien-sûr ! Tu... » Quand même, cette gouttelette qui lui filait entre les pectoraux était tellement distrayante. Rah ! Couché libido, couché ! Le jeune homme papillonna des yeux. « Tu veux des vêtements ? Pas que je meurs d'envie que tu rhabilles, mais je crois que c'est ce que qu'on propose dans ce genre de cas. »

Il n'en savait rien actuellement. Lorcan n'avait jamais accueilli d'homme chez lui, et son histoire avec James s'était écoulée trop naturellement et beaucoup trop jeune pour que ce genre de considération ait-eu le temps de venir sur la table. Dans le doute, il le mena dans la chambre à sa suite, face à son placard, rejeta en bloc l'idée de lui passer quelque chose qui avait appartenu à James parce que non, et en tira un pantalon de pyjama un peu trop large et qui avec le temps, lui tombait sur les hanches. « Tu seras adorable là-dedans. » s'amusa Lorcan en le lui tendant. « Je dois m'habiller aussi ? » demanda t-il un peu penaud. « Je suis à peu près sûr que je peux te masser sans te violer non plus. Si tu veux toujours un massage. » Il lui chipa rapidement un baiser, incertain de ce qu'il fallait faire ou pas et de ce qui mettait Cole à l'aise ou non. Il avait envie de lui demander de lui parler de lui, mais n'osait pas. Cole était si secret, et leur rendez-vous sous le sceau du secret et des non-dits bien que ce dernier ai brièvement évoqué ses livres, et cette colère qu'il portait en lui.

Cette colère dont Lorcan ne savait rien.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Mer 8 Juin 2016 - 17:23


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE



J'avais les yeux rivés, ses cheveux mouillés collant légèrement son crâne et son front. Une image adorable qui attachait un sourire permanent sur mon visage.

La fascination était tellement prenante que j'oubliais mes mots à peine ceux ci ayant franchi mes lèvres. Même si la réponse semblait positif et faisait naître cette petite vague de contentement. J'aurais le luxe de baigner dans la chaleur de son corps, et probablement le luxe d'une séance tendre au petit jour avant que la réalité de la vie ne reprenne ses droits.

Je hochais mollement la tête alors qu'il me proposait des vêtements. Je n'étais pas spécialement débordant de pudeur, pas après avoir du être lavé par des étrangers à l'hopital. Mais comme il le disait si bien cela faisait parti des convenances que la norme exigeait probablement.

Je le suivais donc, admirant la vue de ses muscles se mouvant légèrement sous la peau de son dos alors qu'il cherchait de quoi me vêtir. Mes ongles s'enfonçant dans la chair de ma paume pour éviter de me laisser aller à toucher avec envie et désir. Nous n'étions pas encore prêt pour un round de plus et même si c'était une vanne qui s'ouvrait, je ne devais pas abuser au point que cela en devienne inconvenant, ou que les tables tournent et que je fasse avec lui ce que j'avais peur qu'il fasse avec moi, un peu avant. Mais le sang battait avec vitesse dans mes veines, rugissant de passion.

J'acceptais l'objet offert avec un simple sourire de remerciement, cherchant à détourner l'attention de mes oreilles bien trop chaudes sous le compliment. Adorable n'avait jamais fait parti des critères que je me serais appliqué en temps qu'être humain. Pas comme lui. Je n'avais pas les traits malicieux, souriant et doux de l'homme face à moi.

Une épaule faussement décontracté se levant dans un geste tout aussi faux de nonchalance, je feignais une indifférence.

- Fais comme chez toi ... Un sourcil et un sourire démarquant un certain humour. - Après tout tu y es. La plaisanterie était lamentable au plus haut point mais bizarrement je ne me sentais pas vraiment embarrassé, il semblait ne pas vraiment s'offusquer d'un humour quasi inexistant dans ma personne malgré sa tendance à la plaisanterie beaucoup plus naturelle.

Un vague regard autour de la chambre, cette sensation fébrile et étourdissante. Je n'avais pas vraiment pris le temps de noter correctement les détails lors de ma première excursion dans les lieux mais je ne pouvais m'empêcher de noter ... certaines choses qui me rappelait avec familiarité certains de mes écrits. J'étais persuadé qu'il y avait quelque chose mais je n'arrivais pas à mettre mon doigt sur quoi. Nos discussions sur la destinée se remémorant à mon esprit, l'espace d'un moment. Avais je fait ses rêves dans le but de me guider jusqu'à lui ? L'avais je deviner avant même de le connaître ? Je n'avais aucune réponse malgré les nombreuses questions mais je n'avais pas non plus envie de m'apesantir sur tout cela alors qu'il m'offrait de manière si mignonne un massage que ma jambe apprécierait certainement.

- Je n'aurais coeur à dire non d'avoir tes mains sur mon corps de nouveau mais ... Je redressais la main qui tenait le pyjama dans sa direction. - N'est-ce pas contre productif pour moi que de revêtir cela ? Une moue malicieuse à son attention, je me penchais pour déposer un baiser sur sa joue, sur son nez, ses lèvres et finir avec juste nos souffles séparant nos bouches. - Ou est-ce la peur de ne pas pouvoir résister si nous sommes tous les deux nus ? J'agitais mes sourcils dans une grimace un peu ridicule, ne savant pas vraiment ce qui me poussait à devenir si joueur quand il était avec moi.

Un nouveau baiser, sage et chaste.

- Dis moi comment tu me veux ?
Et le sourire frôlant mes lèvres avaient la teinte de l'homme qui savait parfaitement la connotation que pouvait avoir ma requête. Je me laissais guider jusqu'au lit, pour me mettre dans la position le plus pratique pour lui, frôlant son avant bras un court moment avant de dire d'une voix infiniment plus douce. - Parle moi de toi ... tes enfants. Parce que j'avais envie de le connaître profondément, parce que je voulais découvrir cet homme sous le moindre de ses aspects mais aussi parce que je voulais éviter de penser à ce qu'il allait faire, à ne pas paniquer de me sentir en position de faiblesse, si vulnérable et cassé. Je ne voulais rien qui puisse entacher ce rendez vous qui se révélait jusque lors si parfait.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Jeu 9 Juin 2016 - 17:33


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE


S'habiller. Ce n'était clairement pas dans ses intentions ! Mais Lorcan était prêt à ce petit sacrifice si c'était un genre de … de norme, qu'il était supposé respecter. Dieu merci, Cole l'invita à faire comme chez lui, et le jeune homme menaça de fondre en lui rendant son sourire complice. Il capta ensuite son regard qui s'égarait dans le reste de la chambre, et le suivit un instant en se demandant ce qu'il pouvait bien y trouver d’intéressant. Ce n'est pas comme s'il avait laissé traîner des photos de James. Lorcan s'était montré particulièrement vigilant sur ce point : la vérité attendrait qu'ils soient tous les deux prêts.

Il ravalait sa culpabilité lorsque Cole refusa le port du pantalon et se mit à l'embrasser partout sur le visage. « Si tu m'embrasses comme ça je vais avoir du mal à résister. » plaida Lorcan, totalement coupable. Cole était tout près de lui, son souffle sur ses lèvre un assassinat de la retenue, et il est bon de rappeler que l'homme portait en tout et pour tout une serviette. Serviette dont Lorcan effleurait les bords, mi-étreinte, mi-menace de la faire tomber à ses pieds, tout en rendant un dernier baiser à Cole.

« Dis moi comment tu me veux. »

Lorcan esquissa un demi-sourire espiègle. « Tout entier. » Tout en le repoussant sur le lit, le faisant efficacement tomber sur le dos. « Et rien qu'à moi. » ajouta t-il en se hissant à califourchon sur Cole, désormais allongé. Il se pencha pour venir butiner gentiment ses lèvres, puis hocha la tête lorsque son amant lui demanda de parler de lui et des garçons. « Tiens, les voilà. » dit-il d'abord, en attrapant le cadre posé sur son meuble de chevet.

Il le présenta à Cole. Sur le cliché, Zach et Nate posaient fièrement devant les lions du zoo de Boise. C'était une journée ensoleillée de la fin de l'été dernier. Un de ces jours, rare et lumineux, où ils avaient ri aux éclats et s'étaient émerveillés devant les animaux comme une vraie famille. Comme s'ils ne souffraient pas tous de l'absence de James dans leur vie.

« Nate dort toujours avec l'énorme lion en peluche qu'il m'a fait acheter ce jour là. » Les deux avaient été intenables dans la boutique. Nate courait partout  en pépiant dans tous les sens comme un oisillon surexcité, pendant que Zach n'avait tenu en place que grâce aux faux serpents beaucoup trop réalistes en caoutchouc qu'il avait effleuré avec un mélange de fascination et d'effroi. Lorcan grimaça au souvenir. Aux nombreux souvenirs en fait. Parce que Zach lui avait fait acheter cette immondice, et que comme Nate avait traîné son lion partout dans la maison, il avait fait de même avec son serpent. Lorcan ne comptait plus le nombre de fois où il avait frôlé la crise cardiaque en tombant nez à nez avec l'infect bout de caoutchouc au détour d'un coussin du canapé, ou planqué entre les draps de son lit.

« Zach aurait été copain avec Médor le serpent. » remarqua t-il tout en descendant du bassin de Cole pour avoir accès à sa jambe. « Et il me harcèle pour avoir un chien. Un chien, tu te rends compte ? » Il releva rapidement les yeux vers Cole là-dessus. « Soyons clair, j'adore les chiens. Le meilleur ami de l'homme et tout ça. Mais est-ce que j'ai le temps de m'occuper d'un chien ? Nope. » Après une dernière et fervente négation de la tête, il retourna à sa tâche. « Dis moi si je fais quoi que ce soit qui te gêne, ou qui te fait mal. »

Les doigts de Lorcan remontaient lentement sur sa jambe, s'arrêtant sur la cicatrice qui recouvrait sa cuisse. L'opération avait laissé une marque profonde et probablement endommagé une partie des nerfs. Il songea que Cole ne devait pas aimer qu'on le touche à cet endroit, et qu'en dehors des médecins, il était peut-être la première personne à approcher ses blessures de si près. « Zach est du genre turbulent. » poursuivit-il malgré tout. Assz naturellement parce qu'il adorait parler de ses fils, et aussi pour que Cole se relaxe alors qu'il pétrissait la peau, tâtonnait, cherchant les muscles et les bons gestes pour les détendre. « C'est un petit garçon de 6 ans, aventureux et qui n'a peur de rien. Un cow-boy dans l'âme, et je te raconte pas le nombre de balles de base-ball que j'ai du aller récupérer chez les voisins. » Et de vitres cassées qu'il rembourserait quand le morpion serait en âge de mettre assez de force dans ses home run. « Il était temps que sa jambe guérisse. Il en avait marre de son plâtre, il s'énervait et il me faisait des colères pas possibles, j'ai cru qu'on allait devenir dingues lui et moi. Ou bien que j'allais céder, et lui offrir son chien pour avoir la paix. »

Heureusement, Lorcan avait tenu bon. Il avait échappé au chien, et Zach était redevenu l'adorable petit cow-boy sportif suivit partout par son petit frère comme une espèce de poisson-pilote toujours scotché à son flanc. Lorcan sourit malgré lui, et confia tout en demeurant concentré sur son massage. « Ils me rendent fou parfois. Deux petits garçons en bas âge, et deux boules d'énergie comme eux.... » Il secoua la tête avec cette drôle d'exaspération attendrie qui voulait dire que peu importe les galères, son monde tournait autour de ses enfants. « On fonctionne bien tous les trois. »

Ils avaient appris à bien fonctionner tout les trois. Et Lorcan aurait envoyé se faire foutre tous ses détracteurs. Ceux qui disaient qu'un père seul n'arriverait jamais à élever convenablement deux enfants. Zach surveillait Nate plus souvent qu'il ne le devait à son age, et si Nate balançait son frère à la moindre connerie, c'était aussi sa façon de s'assurer qu'il ne lui arrive rien. Tout le monde veillait les uns sur les autres, ce n'était pas parfait, mais c'était eux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Sam 11 Juin 2016 - 18:00


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE



J'avais accepté la photo qui avait atteri devant mes yeux. Glissant sur le visage déjà bien familier de son cadet que j'avais rencontré, me stoppant sur l'aîné que je n'avais vu que de très loin. La couleur de cheveux plus foncé que son père et son frère trahissant probablement la génétique de son autre père. Les questions auraient pu franchir mes lèvres mais je ne me sentais pas vraiment d'entendre parler de l'amour de sa vie, pas maintenant. Pas alors que je l'avais pour moi seul et concentrer uniquement sur ce qu'il éprouvait à mon égard. C'était lâche mais raisonnablement humain pour ne pas qu'on me blâme.

L'écouter me parler de ses enfants m'aider aussi à oublier le contact de ses mains sur ma chair. Je ne pouvais pas dire que je n'appréciais pas le massage mais ca aurait été mentir que de m'exposer de manière si vulnérable ne touchait pas une corde sensible qui me vaudrait peut être de me renfermer si je ne me focalisais pas sur autre chose.

Je l'encourageais à poursuivre son récit avec de légers bruits de consentement.

Enregistrant les informations qu'il me délivrait. Sur ces enfants, ceux que j'espèrais pouvoir rencontrer un jour.

Lorcan semblait tendrement agacé par son aîné de ce que je pouvais entendre mais je m'abstenais bien de tout jugement, qui étais je après tout pour donner mon opinion sur ses enfants, ou sa façon de se comporter avec eux. Non, vraiment je n'avais aucunement le droit de partager mon point de vue sur les valeurs, même si je me souvenais d'un appel entre nous, où Lorcan avait semblé privé son aîné pour le plaisir du dernier. Je me demandais un court moment si c'était parce qu'il ressemblait probablement à son père disparu que Lorcan le punissait inconsciemment.

Peut être en apprendrais je un peu plus mais j'étais stoppé alors que Lorcan me parlait de ma jambe.

Le crispement involontaire de mes muscles, j'acquièçais de manière mécanique, l'émail de mes dents grinçant légèrement.

Une chance pour moi, il reprenait le parti de parler de son fils, et je notais encore une fois que les bêtises de son aîné semblait être son sujet de prédilection, me faisant froncé légèrement les sourcils. J'étais pourtant bien à court de mot et j'étais sans conteste ravi de le voir faire un monologue sans que j'ai besoin de réagir.

Je faisais de mon possible aussi pour nier la douleur sourde grondant dans mes muscles alors qu'il en défaisait péniblement tous les nœuds accumulés dans la journée. Je laissais mes paupières se clore et laissait le son de sa voix me bercer un petit peu, même si je prêtais néanmoins attention à ses propos.

- Je suis sûr que vous vous débrouillez très bien, Lorcan. Le murmure était une affirmation sûr alors qu'il finissait par conclure. Il avait probablement eu son lot de mauvaises langues mais j'étais certain qu'il faisait de son mieux, tout en gérant le deuil qu'il portait. Un pincement au coeur, je doutais un court moment de ne jamais avoir une place dans ce petit noyau solide. Voilà, presque deux ans et demi qu'ils vivaient de cette manière. Comment la venue d'un étranger pourrait être perçu par des enfants si jeunes. C'était un gros blanc, insolvable.

Et c'était encore plus évident maintenant que je n'avais pas mon mot à dire, je ne voulais pas le faire se sentir mal.

Je voulais que le sujet redevienne peut être un peu plus léger, c'est pourquoi je laissais mes yeux lui faire de nouveau face, un court sourire sur les lèvres.

- C'était vraiment une bonne journée avec toi ... J'espère que nous aurons l'occasion de recommencer assez rapidement, mais ne t'en fais pas, je te l'ai dit, je comprends que tu as une vie plus chargée que la mienne. Vois y un avantage, je n'ai pas vraiment de boulot fixe et peut me rendre disponible quand tu l'es.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Lun 13 Juin 2016 - 18:49


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE


Cole avait tout l'air de somnoler. Comme un très gros chat qui se détendait enfin sous les doigts experts de Lorcan. Le jeune homme ne pouvait pas s'empêcher de sourire de le voir ainsi détendu et confiant. Rien n'était simple avec Cole, et il avait eu peur que ce dernier se referme comme une huître à son contact. Au contraire, il avait les paupières closes et acquiesçait d'une voix pâteuse de bien-être à ses péripéties avec les garçons.

Lorcan était donc occupé à tâter un méchant nœud lorsque son gros chat somnolant redressa la tête pour lui sourire. « C'était vraiment une bonne journée avec toi ... J'espère que nous aurons l'occasion de recommencer assez rapidement, mais ne t'en fais pas, je te l'ai dit, je comprends que tu as une vie plus chargée que la mienne. Vois y un avantage, je n'ai pas vraiment de boulot fixe et peut me rendre disponible quand tu l'es. »

Le jeune homme eut une moue entre le sourire et l'interrogation. « Tu veux dire que tu vas caler tes horaires d'écriture sur mes horaires de travail et d'obligations paternelles ? » Ce qu'il venait de dire résonna à ses oreilles et c'était... presque trop. Tout ça, pour lui. Alors qu'il ne disait même pas toute la vérité à Cole. Lorcan baissa le nez sur sa cuisse. Son sourire ne le quittait pas, même s'il culpabilisait un petit peu. « Si j'étais pas aussi content de t'entendre dire ça je te dirais que je le mérite pas. » avoua t-il d'une petite voix.

Sauf qu'il avait totalement envie ! C'était mal. Il abusait de la gentillesse incroyable d'un homme qui faisait tout pour le revoir, et il n'arrivait même pas à s'en empêcher. « J'ai envie de te revoir aussi. Le plus possible. »

Sans un mot supplémentaire, Lorcan abandonna son massage. Tout en laissant traîner sa langue le long de la cuisse de son amant, il remonta son bas-ventre, mordilla un mamelon et chemina jusqu'à la gorge goûtant ainsi cette peau sur laquelle se trouvait encore leur odeurs mêlées, jusqu'à atteindre la bouche de Cole qu'il embrassa. A nouveau à quatre pattes au dessus de Cole, Lorcan lui sourit. Quelques secondes, il se contenta de plonger son regard dans le sien, se noyant dans la clarté de ses yeux.

« Tu vas devoir réapprendre à aimer ton téléphone, Cole Hawkins. Parce qu'à partir de ce soir, j'vais te noyer sous les messages. Dès que j'aurais envie de te voir ! »

Leurs corps ne se touchaient pas, mais il s'en fallait de peu. Lorcan résistait à l'envie de se laisser retomber sur lui dans une attaque câlin qui exprimerait tout ce qu'il n'arrivait pas encore à dire avec les mots. Il en avait déjà dit beaucoup. Qu'il était à lui. C'était ainsi qu'il se sentait : à sa place et heureux. « Et t'as intérêt de faire de même : Lorcan j'ai envie de te voir. Lorcan rejoins moi dans ma chambre d'hôtel. Lorcan on peut se voir cet après-midi ? Je te promets de plus jamais te poser de lapin. » Il secoua la tête avec ferveur et posa la main sur son cœur. « Non, jamais jamais. Sauf... urgence de vie ou de mort, ou sale coup de -S. Mais on a qu'à avoir un code pour ce genre de situation foireuse. Un truc super imaginatif comme... S.O.S ! Voilà, si je te dis S.O.S, c'est qu'il se passe vraiment un truc grave et que je peux pas venir. » Lorcan eut un rire futile au creux des lèvres. « J'ai l'impression de dire ça comme si on vivait dans un film. » Et c'était un peu le cas dans le fond. En tout cas, il leur était arrivé assez de merdes abracadabrantes pour qu'il s'imagine parfaitement dans un second rôle d'cateur du genre série b dramatique.

Finalement, le jeune homme céda à sa pulsion première. C'est à dire épouser le corps sous le sien, et s'enivrer langoureusement dès lèvres de Cole parce qu'il ne l'avait pas fait tout le temps de son massage et que c'était beaucoup trop long à son goût. « Tout ça pour dire, que t'es officiellement embringué dans une relation avec moi, et que tu vas voir ce que c'est d'embarquer dans la folle vie d'un Blythe. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Dim 19 Juin 2016 - 13:25


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE



Un petit sourire sur les lèvres, mes mains avaient trouvés tout naturellement leur place sur ses hanches alors qu'il était remonté à mon niveau.

L'écoutant avec une sorte de contentement au fond de l'estomac, le bout de mes doigts traçant lentement les muscles de son dos.

Je ne savais pas si j'aurais beaucoup de facilité à faire le genre de choses qu'il demandait, ce n'était pas que je n'avais pas envie de le revoir bien au contraire, comme je lui avais murmuré j'avais toutes les intentions du monde de le revoir mais je devais admettre que je savais que son emploi du temps était beaucoup moins flexible que le mien et je n'avais aucune envie de devenir une complication de plus dans sa vie. Je voulais être une bonne chose pour lui, je voulais pouvoir lui offrir un havre de répit. Mais j'acquièsçais pour ne pas lui faire perdre son expression détendu.

Et je ne tentais de ne pas laisser la contrariété s'affichait sur le mien alors qu'il évoquait ce monstre rodant dans les ombres de la ville. Mais je ne pouvais pas dissimuler complètement mon inquiètude alors que mes doigts s'enfonçaient légèrement dans sa peau comme pour me rassurer de sa présence.

Ses lèvres distrayaient suffisamment mon esprit, et c'était avec un sourire de nouveau sincère que j'accueillais ses derniers mots.

- Et considère moi officiellement ravi d'y être. Je levais légèrement la tête pour cueillir ses lèvres dans un doux baiser avant de rompre ce dernier, et laissait une expression malicieuse prendre place sur mon visage - Que dirais tu d'une petite sieste régénératrice avant que je continue à rayer ma longue liste de chose que j'ai envie de faire avec toi, ce soir ... J'agitais mes sourcils de manière un peu trop grotesque avant de faire en sorte de le rouler sur le bon côté pour moi pour que je puisse le prendre dans mes bras, et inverser pour une fois cette tendance à ce qu'il soit celui qui soit à l'extérieur, parce que ce soir c'était à propos de lui, et je voulais le protéger et prendre soin de lui au maximum.


TERMINE

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Elizabeth K. Ashe
Maître Jedi
1263 $
12/05/1978 $
1263 messages
Mensonges : 1263
Anniversaire : 12/05/1978


MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Mar 2 Aoû 2016 - 15:27

Archivé.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot]

Revenir en haut Aller en bas
ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

 Sujets similaires

-
» Fer à repasser
» Hommage bien mérité à Gérard-Pierre Charles un grand mapou
» Des nouvelles de Fuveau !
» 29 fevrier !12 Janvier DEUX DATES DE + ,18 MAI UNE DATE EN MOINS ! QUELLE HONTE
» nouveau laby ror et tot la solution pour le parcourir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: Saison 2 :: archives sujets terminés et abandonnés-