AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Invité
Invité
messages



MessageSujet: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Lun 18 Avr 2016 - 18:05


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE



Après avoir raccroché avec Lorcan, j'avais été à la réception pour demander les renseignements nécessaires. Passer un coup de fil ou deux pour m'organiser et c'était la raison pour laquelle je me dirigeais le matin de notre rendez vous vers un concessionnaire local qui faisait aussi de la location de véhicule. Si j'avais pensé opter pour un véhicule pratique, je ne pouvais mes yeux s'empêchait de revenir sur l'Aston Martin exposait dans le garage. Je m'offrais peu de chose, mais je devais admettre ce modèle noire convertible de DB9 me laissait découvrir que j'avais moi aussi des plaisirs purement terre à terre. Reste de mon ancienne vie disparu ou nouveauté de l'écrivain qui était né des cendres de ma mémoire. Peu importait, je signais rapidement le contrat de location, et si c'était un peu cher, j'avais le loisir d'avoir assez d'argent pour me l'offrir. J'avais peut être amoindri à quel point mes livres se vendaient bien à Lorcan mais les chèques que ma maison d'édition m'envoyait reflété une réalité indéniable. Je serrais la main du vendeur, et me permettait de m'offrir le luxe d'un tour de la ville dans le véhicule avant de retourner à l'hôtel pour me préparer.

A quinze heure tapante, j'arrivais devant la maison de Lorcan et inspirait profondément, les nerfs à fleurs de peau. Je jetais un coup d'oeil dans le rétroviseur avant de me dire qu'il m'avait vu dans bien pire état. Les vêtements que je portais était pratique comme je lui avais conseillé. Un jean noir et un henley bleu marine à manche longue. Je laissais les lunettes de soleil prendre place sur le haut de ma tête, malgré le temps que j'avais pris pour leur donner un semblant de tenue.

Avoir trente ans et se rendre à son premier rendez vous avait quelque chose de terriblement ridicule mais je ne pouvais empêcher le sourire d'être l'occupant premier de mon visage.

Je sortais de la voiture, et m'avancer les mains dans les poches, arrivant à hauteur de la porte et appuyant sur la sonnette. L'attente aussi longue que courte paradoxalement. C'était cette fameuse théorie de la relativité du temps d'Einstein, je supposais.

La porte finissait par s'ouvrir pour découvrir le visage délicieux de l'homme qui avait captivé mon attention dès notre première rencontre. - Hey ... Une teinte de timidité au fond de ma gorge, je tentais néanmoins d'afficher une nonchalance que j'étais bien loin de ressentir. J'en profitais pour glisser mon regard sur ses vêtements et notait avec soulagement qu'il avait suivi mes conseils. Je finissais par remonter mon regard dans le sien et lui offrait le luxe d'un sourire large, j'avais eu très peu d'occasion de le faire depuis notre rencontre. Toujours contrarié par des imprévus. - J'avais raison, tu es toujours sublime. Un petit regard complice dans sa direction, je finissais par me reculer d'un pas.

- Ni calèche, ni tandem ... J'espère que tu ne seras pas trop déçu sur le moyen de transport sur lequel je me suis rabattu pour notre rendez vous.
Et je prenais même le luxe d'afficher une moue narquoise en me décalant légèrement pour désigner la voiture. Je n'étais pas arrogant par nature, et la voiture n'était définitivement pas la mienne. Il était même fort possible qu'il n'ai pas le même coup de foudre que moi mais je ne pouvais nier la légère part de fierté qui m'envahissait. Peut être aussi parce que je me rendais compte que je n'avais jamais eu le luxe de faire valoir grand chose sur moi depuis notre rencontre. Je jetais un petit coup d'oeil à la voiture. - C'est une pure merveille à conduire, je vais regretter devoir la rendre ... Et oui, c'était une préoccupation bassement matériel mais je m'en fichais un peu. Ce n'était pas le pire côté de moi que je lui exposais pour être totalement honnête.



Dernière édition par Cole Hawkins le Lun 9 Mai 2016 - 20:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Mar 19 Avr 2016 - 18:08


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE



Lorcan tournait en rond dans le vaste salon tout en inspirant profondément pour se calmer. Puis il s'assit et offrit un sourire au poisson rouge, gagné la veille à la pêche aux canards par son cadet, barbotant tranquillement dans son bocal. C'était un bel après-midi de début de printemps. Les cris des garçons en train de jouer l'avaient réveillé en fanfare. A peine ses paupières ouvertes, il avait consulté son téléphone. Avec délectation, il avait relu les derniers messages. Ceux, qui après leurs enfantillages à propos de leur premier rendez-vous, avaient des airs de confessions affectueuses.

Toute la maison avait vibré d'une énergie positive. Après le déjeuner, il avait emmené les garçons chez ses parents. Tout avait été vérifié et re-vérifié pour qu'ils ne manquent de rien, et que lui dispose de tout le temps qu'il avait convenu d'accorder à Cole.

Parce qu'il avait envie d'être avec lui. Il avait envie de donner une chance à leur histoire, même s'il n'avait aucune idée de comment elle se déroulerait. Contrairement à leur première entrevue dans la forêt, le jeune homme n'avait planifié aucun coup tordu. Non non non. Cette fois-ci, il ne mènerait pas l'enquête. Le doute demeurait présent, chevillé à son âme à cause de toutes ces coïncidences qui ne pouvaient pas décemment en être. Lorcan avait choisi de les ignorer. Une part de lui était folle de joie ! Encore plus, maintenant que Cole semblait s'ouvrir à lui. A eux.

La carillon de la sonnette le tira soudainement de ses pensées. Lorcan s'élança à la porte avec l'impression que tout son corps palpitait. Et Si Cole revenait sur sa décision ? Et s'il décidait de remettre leur rendez-vous à plus tard et qu'il passait seulement le prévenir ? Une pointe de stress l'aiguillonna tout à coup, immédiatement éclipsée par l'apparition de Cole dans son champ de vision. « Hey... » « Bonsoir. » lança t-il, un fin sourire aux lèvres, et le cœur battant un peu plus vite. Super-Canon dans toute sa super-canonitude avait chaussé une paire de lunettes de soleil. Ça lui donnait un style fou. Du genre atrocement séduisant de par sa décontraction calculée. Puis, histoire d'être tout à fait certain que Lorcan allait se dissoudre là dans son porche, l'homme dégaina son sourire breveté à faire fondre un iceberg. « J'avais raison, tu es toujours sublime. »

Oh mon dieu. Okay, il allait s'évanouir. Non ! Pas tout de suite ! Il avait un tout un rencard à tenir. Ciel, ça n'allait pas être de la tarte. Ça bloblotait sévère au niveau des genoux, mais Lorcan tint bon. A lieu de se liquéfier surplace, il rendit à Cole un sourire complice. « Bien sûr que t'avais raison. J'ai toujours su que t'avais un sixième sens pour faire des compliments. » le taquina t-il. Et – tiens, Cole reculait. Pourquoi il reculait ? Lorcan avait totalement prévu de se pendre à son cou comme il l'avait promis la veille !

« Ni calèche, ni tandem ... J'espère que tu ne seras pas trop déçu sur le moyen de transport sur lequel je me suis rabattu pour notre rendez vous. » Un sourcil froncé, il suivit le geste de Cole jusqu'à – « Oh la vache ! » La voiture – non, ce n'était pas une voiture. C'était un char des Dieux. Une Aston Martin à la ligne racée, entièrement noire et lisse. Les mauvaises langues auraient pu dire que peut-être que Cole compensait pour quelque chose, mais clairement, après avoir testé la marchandise Lorcan était formel. Aucun besoin de compenser.

Bon sang.

« C'est une pure merveille à conduire, je vais regretter devoir la rendre... » « La rendre ? » s'exclama Lorcan, alors qu'il explorait la bête, une main effleurant sa carrosserie. « J'suis totalement prêt à ce qu'on devienne Bonnie et Clyde si c'est pour voler une bagnole comme ça ! On dirait une... une panthère. Une très grosse panthère. En métal. Si elle se mettait sur le dos je lui grattouillerais la carlingue. » Visiblement, pour le remercier d'être la crème des hommes, Jésus avait décidé de le faire entrer dans Sa lumière. Ou dans celle de Cole. Lorcan ne savait pas ce qu'il avait fait pour mériter la voiture et l'homme qui allait avec, mais il était bien décidé à vivre ce moment à fond !

Encore sous le choc, il se sépara de la voiture pour rejoindre son propriétaire. « Si t'essaie de me faire oublier toutes les choses que tu m'as dit hier soir, c'est vraiment bien tenté. » commença t-il en nouant ses mains autour de sa nuque. « Mais c'est peine perdue. » Il sourit, et de sa nuque glissa ses doigts dans ses cheveux. Finalement il s'approcha, quelques petits centimètres séparaient leurs corps. Ses yeux brillants de ne le quittaient pas, happés par sa présence et par cette assurance nouvelle qui émanait de Cole. « Je suis déjà amoureux de ce rendez-vous. » confia t-il un ton plus bas. Puis il déposa ses lèvres sur les siennes dans un bref baiser, tendre et au goût de remerciement. Rien qu'une pression de ses lèvres destinée à maquer son affection. Il n'était pas certain d'en avoir le droit. A cet instant, Lorcan ne réfléchissait pas, écoutant simplement son instinct et cette envie vraiment écrasante de l'embrasser qui le tenaillait depuis la veille.

Une fois le baiser rompu, il eut un sourire discret alors qu'il baissait le nez. « Alors tu vas me dire où tu comptes m'emmener ou tu vas me faire languir jusqu'à la dernière seconde ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Mar 19 Avr 2016 - 19:04


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE



Si je ne peux empêcher un sourire fier de fendre mes lèvres, personne n'est là pour me juger, même pas Lorcan qui a déjà filé en direction de la voiture.

Je pourrais presque être jaloux de l'attention qui lui porte si je ne partageais pas le même sentiment que lui à l'égard de cette alliage de métaux aux allures royales. Je le suivais de manière discrète et ne pouvait m'empêcher de penser que cela aurait été bien tentant. Peut être que ... Oui peut être que je pourrais faire une chose stupide comme m'acheter une voiture de luxe avec mon argent. Le gaspiller dans une futilité qui pourrait me faire plaisir. J'avais vécu de manière si détaché de la réalité que j'avais fini par oublier la notion.

Mais depuis qu'il était entrée dans ma vie, je réapprenais tout cela.

N'en demeurait pas moins que j'étais déjà bien ravi que mon entrée fasse son effet, et ce n'était peut être pas signe de la suite mais en tous cas, j'avais au moins visé juste en ce qui concernait notre moyen de locomotion. J'avais déjà hâte d'avaler les kilomètres sur l'asphalte au volant de cette merveille.

Lorcan finissait par revenir vers moi, et je lui offrais un sourire en coin. Même si je sentais une petite boule d'appréhension pointer le bout de son nez à ses propos. Je n'allais pas mentir, m'exprimer derrière un téléphone était nettement plus facile pour moi qu'en face à face. Je n'avais pas la pression de son regard sur moi quand j'avouais ces petits bouts de vérités en ce qui le concernait. Mais en voyant le ravissement trônait sur son minois, en sentant ses mains venir se poser sur ma nuque, je ne regrettais pas mes aveux et tentait de feindre une indifférence, ou plutôt une acceptation de ce que j'avais avouer la veille au soir.

Mon coeur s'emballant rapidement à la proximité de son corps tout contre le mien, à ses doigts se perdant dans ses cheveux et si je devais avouer une certaine maladresse de ma part dans ses démonstrations d'affections, c'était avec un certain naturel que mes bras venaient entouré sa taille pour faciliter son approche.

Une chaleur diffuse dans mes veines alors qu'il se déclarait déjà amoureux du rendez vous et que ces lèvres venaient se poser tout contre les miennes dans un baiser simple mais me laissant avec une légère difficulté respiratoire. Malgré mes propos à son encontre, je n'avais aucune difficulté à apprécier son contact. Non, c'était tout autre chose qui me terrifiait mais l'idée d'un rendez vous me donnait un peu plus confiance en moi même si j'étais loin d'exulter la stabilité. Je savais que ce serait une bonne journée pour moi, moralement parlant. Sans avoir à recourir à des substances artificiels.

Mes doigts glissaient le long de son dos dans un léger va et vient, juste pour prolonger un peu le contact alors qu'il semblait aussi impatient qu'un enfant.

Et si j'aurais pu lui donner le programme, je devais admettre que ce jeu que nous avions instauré était tout aussi plaisant. Je reculais ma tête, juste suffisamment pour que je puisse plonger mon regard dans le sien, lui offrant une expression malicieuse.

- Je suis un spécialiste pour te faire attendre ... Laisse moi savourer mon plaisir jusqu'au bout.
Je lui offrais un court sourire avant de me pencher à mon tour pour déposer un léger baiser, complice et amusé. Je finissais par rompre baiser et étreinte néanmoins avant de désigner la voiture. - Cependant, on a de la route et un horaire à respecter. Je désignais la voiture du menton avant de m'approcher pour lui ouvrir la porte, exagérant un peu l'acte en mimant une courbette dans sa direction. Je ne savais pas vraiment son opinion sur les manières et j'étais même un peu incertain si c'était une bonne chose à faire quand on avait un rendez vous avec un homme mais c'était quand même une volonté de ma part. Je refermais la porte derrière lui et monter du côté chauffeur, tournant la clé, le moteur vrombissant discrètement.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Le voyage se déroulait dans de bonne condition jusque là, échangeant des banalités alors que je laissais mon regard dérivait sur lui de temps à autre. Une musique choisi par ses soins en fond sonore, le confort de la voiture ne laissait pas les kilomètres devenir trop pénible. Je finissais par prendre la sortie pour arriver à Ahsahka. Devenant de plus en plus nerveux alors que nous nous rapprochions de l'endroit où j'avais prévu de l'emmener pour la fin de cette après midi. Si cela faisait partie du rendez vous, ce n'était pas la seule étape à mon programme. J'espérais juste ne pas m'être trompé sur mon choix et que cela lui plaise.

Nous passions la petite ville pour nous perdre dans sa banlieue un court moment avant de finir par arriver sur la route d'Orofino, juste à la sortie d'Ahsahka. Je tournais à droite dévoilant le panneau de notre destination : Muleshoe Paintball Park.

Petit coup d'oeil nerveux dans sa direction avant de garer l'Aston sur le parking, laissant assez de distance pour éviter d'avoir une voiture à côté de sa carrosserie irréprochable. Je mettais le moteur à l'arrêt et me retourner vers lui,  une boule au fond de ma gorge asséché.

- Surprise ... J'avais conscience que ce n'était pas l'endroit le plus romantique du monde mais j'avais trouvé l'idée plutôt sympa, même si je devais admettre qu'il mettrait probablement mon choix sur le compte d'un passé militaire dont je ne me souvenais pas. Peut être qu'inconsciemment c'était ce qui m'avait poussé à ce choix, mais ce n'était pas comme ci j'avais les réponses. - J'ai emporté des fringues pour se changer si mon option te tente, je ne voudrais pas que les tâches de peinture gâche le reste de notre rendez vous. Et voilà que je commençais à blablater comme un adolescent nerveux.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Mer 20 Avr 2016 - 16:08


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE


« C'est vrai que pour me faire attendre... » titilla Lorcan, un sourire espiègle aux lèvres. Là dans ses bras, le jeune homme se sentait diablement bien. C'était un miracle, mais Cole ne le rejetait pas. Au contraire, il avait délicieusement refermé ses bras autour de sa taille, et se penchait pour l'embrasser à son tour. Le cœur de Lorcan bondit dans sa poitrine. Chacun de ses doutes céda sous l'intensité de ce bref échange, et il hissa une main sur le visage de Cole, l'emprisonnant de ses doigts comme pour le retenir quelques secondes de plus.

Puis Cole, le relâcha, désignant la voiture. « Cependant, on a de la route et un horaire à respecter. » Lorcan tiqua. « Un horaire ? » Tout en s'avançant côté passager. Il s'étouffa un rire à la courbette de Cole et s'engouffra dans le siège. « Un homme qui a des manières auprès d'un autre homme, c'est le millésime de la galanterie.T'es en train de me rendre la tâche vraiment difficile pour te trouver des défauts monsieur Gentleman ! »

***

Lorcan se posait mille et une questions. Ils étaient attendu. Ça voulait dire que Cole leur avait pris un rendez-vous. Où et pour quoi ? Il avait tenté tant bien que mal d'obtenir des réponses mais son chauffeur était une vrai tombe. Une tombe sexy. Vraiment ferme et virile.

Où est-ce qu'il en était ?

Ah oui, le trajet. Donc, Lorcan s'était montré particulièrement bavard. Entre théories, fredonnement en chœur avec la radio et l'adoption du poisson rouge, le jeune homme était remonté comme une pendule. Il ne pouvait pas s'empêcher de toucher Cole, d'effleurer sa cuisse, de joindre ses doigts aux siens lorsqu'il en avait l'occasion, et de contempler son profil qui se découpait dans le soleil de la fin de l'après-midi. Et s'il avait eu l'air détendu pendant les 40 première minutes, sa crispation soudaine n'échappa pas à l’œil aguerri de Lorcan la fouine.

Ils arrivaient. Enfin ils arrivaient ! Dans... dans un parc de paintball ?

La mâchoire de Lorcan tomba d'un étage. « Surprise ... » annonça Cole en se garant, et surtout, en sondant sa réaction. Comme s'il venait de faire la connerie du siècle. « J'ai emporté des fringues pour se changer si mon option te tente, je ne voudrais pas que les tâches de peinture gâche le reste de notre rendez vous. » Le reste. Il y avait donc une suite de prévu, nota Lorcan tout ouïe au moindre indice que Cole laissait filer sous le coup de la nervosité. Il dirigea vers lui un petit sourire de serpent, particulièrement ravi de le faire poireauter à son tour dans l'attente de son verdict. « J'sais paaaas... » le nargua t-il gentiment. « Du paintball, c'est pas hyper romantique... » Quel sale petit menteur ce Lorcan. Il déployait des trésors de self-control pour s'empêcher de lorgner sur le terrain. Se mordillant la lèvre, il contempla avec amusement la déconfiture de Cole pendant au moins 5 bonnes secondes, avant de retirer sa ceinture et de se pendre à son cou pour lui embrasser la joue. Avec plus d'enthousiasme que de douceur, mais qu'importe. Lorcan était en joie ! « Sérieusement ? Évidemment que ça me tente ! »

Il le relâcha la-dessus et bondit hors de la voiture tel un suricate à l'affût. C'est qu'entre son métier et ses enfants, il n'avait pas tellement le temps de se dépenser. En deux ans, Lorcan avait rejeté toute forme de loisir. Et de toute façon, il n'y avait pas grand monde qui se serait joint à lui pour une partie de paintball. Cole avait l'art de le surprendre, et de viser dans le mille du même coup. « J'arrive pas à croire que t'ai pensé à ça. » scanda t-il en faisant le tour de la voiture pour le rejoindre. « T'es juste... le type le plus imprévisible de la galaxie. J'adore ça. » Non Lorcan. Ne pas déjà l'embrasser encore. Il le remercierait, ça oui. Après l'avoir canardé de peinture. « Avoue que c'est ton côté militaire qui ressort. » Puis il réalisa tout à coup. « Tu vas tellement me mettre une raclée ! Hé mais, t'avais quel grade au juste dans l'armée ? Et t'as toujours ton uniforme ? Parce que, j'ai jamais testé, mais il est pas trop tard pour que je me découvre une faiblesse pour l'uniforme de militaire. »


Dernière édition par Lorcan Blythe le Mer 20 Avr 2016 - 17:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Mer 20 Avr 2016 - 17:43


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE



La peur arrivait vite alors que Lorcan semblait incertain de la destination pour laquelle j'avais opté ou tout du moins c'est ce qu'il semblait laissé entendre.

Enfin c'était avant qu'il me saute dessus en mode ninja et me déstabilise suffisamment que je me retrouve un peu absourdi, encore entrain de m'inquièter de mes choix. Il semblait qu'il m'avait joué un tour et que finalement je n'avais pas opté pour la solution la plus déplorable en ce qui le concernait. L'étau qui semblait broyer mon torse et m'empêcher de respirer se dégagea rapidement après ca et j'avais de nouveau le sourire sur les lèvres.

Je finissais par le suivre dehors alors qu'il optait rapidement pour se détendre les jambes. Je m'étirais légèrement, mes muscles un peu engourdi par cette conduite. Je n'avais pas vraiment l'habitude de conduire de longues heures et ma jambe n'avait pas forcément apprécié les mouvements mais je savais le rendez vous un peu sportif, et je devais admettre avoir abusé un peu d'antidouleur par anticipation de ce que j'avais prévu pour nous deux. Je lui jetais un coup d'oeil et ne pouvait m'empêcher de me dire que cela en valait la peine.

Je ne pouvais nier l'élan de fierté alors qu'il me couvrait d'un compliment, ou tout du moins cela y ressemblait fortement si j'en croyais son adoration évidente pour mon idée. J'étais vraiment soulagé maintenant et je pouvais enfin me détendre et profiter du rendez vous jusqu'à ce qu'on arrive à la suite en tous les cas.

Enfin je le pensais.

Parce que comme je l'avais prévu, il avait déduit que cela venait de mon passif de militaire sauf que ... Je n'en avais aucune idée. Et il y avait beaucoup trop d'interrogation. Le sujet était délicat et je me rendais compte qu'il me fallait lui dire la vérité sur moi. Sur l'incident, sur mon réveil à l’hôpital. Mais j'étais peut être un peu terrifié de s.a réaction qui plus est, je voulais vraiment passé un bon moment et ne pas alourdir l'atmosphère en rappelant combien j'étais une abomination. Non, ce n'était pas ce que je voulais, pas aujourd'hui, pas alors qu'il souriait avec tant de liberté.

- Pour la raclée, je n'en suis pas certain. J'offrais un sourire indécis avant de lui offrir la seule information que je pouvais, l'information qu'on m'avait communiqué quand on m'avait appris mon identité à l'hopital, détournant le regard. - J'étais sergent dans les marines.

J'allais en direction du coffre, retirant un sac à dos avant de revenir vers lui, le posant au sol et m'accroupissant pour l'ouvrir, m'occupant les mains.

- Si on disait qu'on ne parle pas de mon passé militaire aujourd'hui. Je finissais par relever les yeux, une petite moue suppliante sur le visage. - Promis, je te parlerais de moi mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui, j'ai envie de m'amuser et profiter de ta compagnie sans ressasser des choses pénibles, d'accord ?

Je finissais par me redresser en lui tendant un vieux sweat et un vieux jogging, la taille serait peut être pas la bonne mais je n'avais pas voulu vendre la mèche en lui demandant de venir avec un change au rendez vous. J'avais sorti un attirail similaire pour moi, et sans pudeur je me débarrasser de ma chemise actuelle pour enfiler le vieux sweatshirt. Il n'y avait pas grand monde dans les parages, j'avais demandé une exception et nous avions le champ pour nous, le gérant acceptant de fermer plus tard pour qu'on puisse en profiter à loisir. Nous arrivions alors que les gens rentraient chez eux.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Jeu 21 Avr 2016 - 17:48


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE


Lorcan exécuta une moue d'excuse. « Rien ne nous oblige à en parler. » déclara t-il, un rien penaud. Un petit sourire comblé avait tout de même fleuri sur son visage parce que Cole n'avait pas fuit. Il ne s'était pas refermé. Il lui avait souri, et donné son grade. Lorcan s'était senti frémir à l'idée et – peut-être qu'il développait une faiblesse pour les militaires. Tout ça, c'était entièrement de la faute de Cole.

Non content de lui ouvrir un tout nouveau champ de fantasmes, ce dernier farfouillait dans son sac à dos. Lorcan l'épiait un rien perplexe alors qu'il lui tendait des vieilles fringues plutôt moches si on lui demandait son avis. Il les porta à son visage et changea instantanément d'avis. Elles portaient l'odeur de Cole. Lorcan les inspira comme s'il s'envoyait le meilleur rail de coke de la galaxie et reporta ses pupilles pétillantes d'appréhension sur l'ex-sergent – ça ne devait pas être si excitant ce grade militaire, sauf que ça l'était totalement – qui retirait sa chemise.

« Oh mon dieu. » s'écria Lorcan d'une petite voix suraiguë. Il était en admiration. Il avait le droit d'y laisser une octave ou deux ! « Par s'amuser, tu veux dire là ici au milieu de parking ? » Il n'était pas prêt. Il n'était tellement pas prêt pour ça ! « Parce que j'aurais bien aimé... enfin tu vois, une chambre. Un peu d'intimi – » Pause. Connexion des neurones entre eux. Lorcan occupé à tripoter nerveusement le vieux sweat jeta un œil aux gens autour d'eux qui désertaient les lieux. Le terrain était entièrement vide. A l'exception de Cole et lui. « Attends. » retour sur les abdos parfaits de Cole. « Mon dieu Cole, comment tu veux que je réfléchisse avec tes abdos sous le nez ? Tu t'es regardé ? Parce que moi je te regarde et crois moi que j'ai bien envie d'aller explorer cette contrée. » Dire qu'il n'avait exploré cette zone de ses mains qu'une seule et unique fois. Et que cette unique fois remontait à des mois ! En deux mots : horrible gâchis. « Et pas avec les yeux. Avec mes mains. Ou ptêtre ma langue. » suggéra t-il un. Sa voix s'était faite plus intime, plus chaude et le sourire émerveillé qui ourlait ses lèvres depuis le début de leur petit trip avait prit une teinte semi-arrogante.

Son regard accrochait le sien. Puis de ses yeux, il traça le contour de sa bouche ferme, presque accessible, s'il osait... Mais ce n'était pas le moment. Pas encore. Lorcan avait initié bien des pas vers Cole. Il était si proches l'un de l'autre. Mais c'était à Cole de prendre les initiatives. En attendant Lorcan pouvait se satisfaire de ce jeu de séduction. A son tour, et en le quittant des yeux le moins possible, il retira son t-shirt et déboutonna son pantalon. Cela ne fit que lui remettre en mémoire leur nuit passée ensemble... Il sourit et enfila le pantalon de jogging à la place de son jean. « Si je ne te connaissais pas si bien, je dirais que tu fais exprès de me faire un strip tease rien que pour me déconcentrer. » murmura t-il avec amusement. Pas tellement le genre de Cole pour ce qu'il en savait. Quoique que son hérisson si mignon c'était montré sous des dehors plus joueurs depuis leur dernière entrevue.

Avec une nonchalance calculée, il passa le sweat, un peu large au niveau des épaules, que Cole lui avait passé. « Si tu commence à me connaître tu sais que je me vengerai tôt ou tard. » promit le jeune homme avec une patience qui lui ressemblait si peu. Ce n'était pas nouveau, Cole le faisant attendre, désirer chaque chose. Lorcan en avait été profondément frustré. A présent, l'expectative d'une revanche le séduisait plus que de raison.

En attendant, il avait une bataille à mener. Sergent dans les marines ou pas, Lorcan ne comptait pas se laisser intimider par un grade sexy en diable. « Alors ? » scanda t-il une fois prêt avec une fausse impatience. « Prêt ? J'ai tellement hâte de recouvrir tes abdos parfaits de mon épaisse couche de peinture. » Souriant à sa propre connerie, il observa une nouvelle fois le terrain. « Dis moi, t'as réservé tout le terrain pour nous deux ? » Il revint à Cole, un rictus de chat devant un bol de crème coller aux lèvres. « Ça veut dire pas d'arbitre ? Les contacts physiques sont permis ? » Il espérait que oui. Il allait tellement adorer jouer à chat avec Cole.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Jeu 21 Avr 2016 - 18:30


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE



J'étais soulagé de voir qu'il acceptait sans broncher ma décision de ne pas parler plus de mon passé. Cela aurait été normal de sa part de vouloir savoir avec quel genre de type il entamait une relation et lui même avait été plutôt franc sur son passé mais je devais admettre que je n'avais pas envie que son regard sur moi change trop vite. Je n'étais pas certain de la façon dont il réagirait à cette absence de vie.

Mon regard remontait sur lui alors qu'il poussait un cri aïgu et je fronçais les sourcils mettant un court moment à comprendre son fil de pensée, et la chaleur envahissait le haut de mes oreilles. Je n'avais pas envie qu'il me prenne pour une personne cherchant la petite bête alors que j'avais clairement émis mon désir de prendre du temps. Je sentais la gêne m'envahir un peu mais je refusais de me braquer alors qu'il énonçait clairement ses désirs. Je comprenais que cela faisait partie de sa nature, et qu'il n'entendait pas exploiter mon corps pour me jeter après. Je travaillais sur moi pour ne pas laisser transpercer mon inconfort et lui offrait un sourire intimidé.

Le désir clairement imprimait dans chacun des traits de son visage, ma gorge s'asséchait et je m'abstenais d'ouvrir la bouche au risque de créer un autre malentendu involontaire. Je me contentais d'enfiler le sweat, lui jetant un regard rapide alors qu'il se dévêtissait pour enfiler la tenue. Je laissais mes yeux glissaient sur son corps, et je pouvais sentir cette même soif m'envahir. Cependant, j'étais capable de ne pas laisser cette envie me guidait. Non, je voulais qu'il me connaisse, je voulais qu'il m'associe à autre chose qu'un confort physique. Qui plus est, même si les gens quittaient les lieux, ce n'était pas une raison pour se livrer à une séquence indécence en public. Je déboutonnais mon propre pantalon avant d'enfiler le vieux jogging me retrouvant dans une tenue qui était certes moins glamour mais nettement plus confortable.

Une main sur la nuque, je l'écoutais flirter avec une certaine inquiètude mais sans me départir d'un léger sourire ne voulant pas le repousser alors que c'était tout sauf ce que je désirais. Je m'inquiètais de trop le faire attendre par moment, il avait cette lueur au fond des yeux, cette faim insatiable et j'étais celui qui refusais la dernière part de gâteau. Etais je si brisé ? La peur me tenaillait de manière consternante. J'appréciais ce que nous partagions, et même si j'avais du désir pour lui, j'appréciais d'apprendre à le connaître avant de me jeter tête baissé dans le côté charnel de la relation.

- Les règles sont là pour notre sécurité ... J'employais un ton de voix faussement sévère. Je n'avais pas vraiment peur mais je m'amusais à le taquiner comme il avait pu le faire avec moi. Moue d'un adulte réprimant un enfant avant de lui offrir un large sourire amusé trahissant le fond de ma pensée.

- Allons y, avant que tu ne prévoies déjà mon extermination ... Je me laissais aller à glisser un bras autour de ses épaules pour le guider vers l'entrée où je prenais le matériel nécessaire à la partie. Répartissant armes et munitions entre nous. Je regardais le jouet un court moment, tentant de trouver un semblant de familiarité mais qui ne venait pas. C'était si troublant que certaines choses me laisse plus cette impression fantôme que ce qui était visiblement une grande partie de ce blanc qui rongeait mon esprit. Comme le regard de Lorcan, pensais je alors que nos yeux se rencontraient.

- Prêt à accepter ta future défaite ?
Je lui offrais un sourire presque narquois, et ne comprenait même pas l'impulsion qui me prenait. Je découvrais qu'apparemment j'avais l'esprit de compétition dans certaines circonstances. L'avoir dans ma vie était une bénédiction me faisant en découvrir un peu plus sur moi même alors que je m'ouvrais à lui. Il n'en avait aucune idée mais pour cela il aurait probablement une éternelle gratitude de ma part.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Ven 22 Avr 2016 - 17:07


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE


« Les règles sont là pour protéger ta vertu. » rectifia Lorcan, taquin. Un bras autour de ses épaules le guida ensuite vers leur matériel de guerre. Le jeune homme se laissait volontiers entraîner. Cole n'avait pas rien dit du tout avant tout ça. Pas un mot sur son petit jeu de séduction improvisé au milieu du parking. Par contre, Lorcan avait capté son regard, luisant de convoitise, posé sur sa silhouette dénudée. Et c'était une victoire en soi ! Cole se montrait si réservé. Si peu enclin à revendiquer son attirance. Le jeune homme grappillait chaque instant. Chaque moment volé.

Bien-sûr, ils savaient qu'ils se plaisaient. Ils l'avaient exprimé par des mots, or Lorcan était attaché au ressenti. Il se raccrochait à l'instant présent pour ne pas penser au passé. Et il n'avait pas fait mystère de son amour pour James. Leur relation était inégale en tout point. Cole – il le savait – voulait supplanter James. Pas le faire disparaître. Le repousser, juste assez pour réclamer sa place sur le devant de la scène. Et dieu sait qu'il lui faudrait chasser ses craintes, faire preuve d'une bonne dose de certitude, ainsi que de la force de la passion pour éclipser le souvenir éclatant de celui qui avait fait vibrer Lorcan.

Il en était capable, réalisa le jeune homme en rencontrant son regard. Cole avait eu le goût de l'évidence. Et ce depuis le début. Les choses s'étaient complexifiées entre temps, mais il restait cet homme qui s'était laissé porter par ses désirs, et qui avait comblé Lorcan comme seul James savait le faire. « Prêt à accepter ta future défaite ? » « Ma victoire. » le défia t-il une fois encore. Sur ces mots, il enfila son masque de protection et chargea son lanceur. « Tu regarde le tien comme si tu savais pas quoi en faire. » le taquina t-il, parce qu'il l'avait bien vu observer l'arme d'un air dubitatif. « J'suis sûr que c'est comme les vrais. Juste plus léger et à la portée d'un innocent père de famille. Tu devrais vite retrouver tes marques Rambo. »

Lorcan, en plus d'un caractère bien trempé et d'une propension certaine à l'esclandre, nourrissait un faible pour la compétition. Tous les coups bas étaient bons pour déstabiliser l'adversaire. Rien n'était plus jouissif qu'une partie bien truquée. L'honneur et tout ça, c'était pour les perdants. Ou les bons joueurs. Sans surprise, il n'était ni l'un ni l'autre ! « Qu'est-ce qu'il y a à gagner ? » demanda t-il subitement. « Quoi ? Faut bien une motivation ! Un gage ou quelque chose ! Pas que botter les fesses d'un ancien militaire ne va pas déjà astiquer grandement mon ego, mais je dis jamais non à un p'tit bonus. » Il cligna des yeux à travers son masque. Il pouvait voir les rouages s'activer dans la caboche brune de Cole. Histoire de le délester temporairement de cette lourde responsabilité, et parce qu'il était un garçon généreux, il ajouta. « On va dire que le prix sera dévoilé à la fin. Ça te laisse le temps de réfléchir à un truc qui vaut le coup. Comme par exemple... me laisser conduire ton Aston Martin le temps d'un petit tour en ville. Je dis ça, je dis rien hein ! »

Et là dessus, il fila au pas de course, direction l'autre bout du terrain. Sur le chemin, il se tourna une dernière fois pour lancer par dessus son épaule. « Bonne chance quand même ! » Bonne chance. Tu parles. Si son lanceur pouvait s'enrayer, Lorcan en aurait le premier ravi ! En attendant, il s'était contenté de lui piqué un chargeur en douce. Un en moins pour Cole, ça en faisait un de plus pour lui et autant de billes à lui coller dans la tronche pour gagner son tour au volant du bolide de luxe !

Tricheur jusqu'au bout des ongles, mais tout excité par le challenge, il alla se réfugier bien en sécurité, derrière un gros boudin en attendant que la partie soit lancée.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Sam 23 Avr 2016 - 17:19


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE



Lorcan avait l'assurance du futur vainqueur et même si j'aurais aimé prouvé le contraire, ce n'était pas une certitude. Je n'avais jamais fait une partie de paintball dont je me rappelais et je n'avais aussi nul souvenir de mes actions en tant que militaire mais difficile de lui dire sans entrer dans les détails de mon passé. Celui même sur lequel j'avais émis mon désir de ne pas parler, pas aujourd'hui en tous les cas. Je le laissais donc filer se réfugiait alors que j'enfilais ma visière. Je me devais de remporter cette partie pour une autre raison que l'ivresse de la victoire, plutôt pour celle de la récompense à donner aux vainqueurs. J'avais beau être écrivain, j'avais l'imagination plutôt limité quand il s'agit des interactions de la vie réelle.

Aucune règle vraiment défini, je partais dans une direction opposé à la sienne, bien évidemment je savais une chose, il me fallait le prendre à revers et le surprendre avant qu'il ne me surprenne.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Haletant, je me réfugiais derrière un arbre. Je n'avais aucune idée depuis combien de temps nous avions commencé la partie. Mes poumons étaient en feu, mais la pression de l'exercice avait quelque chose de réconfortant. Une sensation qui me faisais me sentir vivant. Réel. Une notion qui ne m'était pas souvent donné. J'avais bien souvent l'impression de n'être qu'une personnage fictif de plus sortie tout droit d'un de mes carnets couverts d'encre.

Avec un sourire, je constatais les tâches de peinture qui ornait mes vêtements. Si j'avais eu un peu de mal au début, tous ses réflexes m'étaient revenu avec spontanéité et j'avais presque repris le dessus trop rapidement. Les médecins m'avaient souvent parlé de la mémoire des muscles et de ses conséquences. C'était comme pour la conduite, avec un peu de pratique tout ses apprentissages oubliés sembler revenir sans pour autant qu'on ne m'offre la clé ouvrant la porte de mes souvenirs.

Nous avions décidé de donner la victoire à celui de nous deux qui surprendrait son adversaire à bout portant. Cela nous avait permis de faire durer le jeu plus longtemps que ce à quoi il se serait réduit à deux personnes cherchant à se tirer dessus. Mon dos plaqué au bois, je laissais mes sens scrutaient le moindre bruit m'indiquant sa présence. Il m'avait presque eu lors d'une embuscade prêt d'une vieille cabane à l'abandon, mais j'avais été sauvé par une maladresse et le bruit d'une chute de ferraille.

Le soleil commençait à se coucher, le ciel prenant des teintes orangées et je savais que nous devrions bientôt finir si je voulais ne pas être en retard pour la suite de ce que j'avais prévu, mais je devais admettre que je m'amusais dans l'instant simple du jeu.

Je finissais par sortir de ma cachette alors que je surprenais sa silhouette non loin, furtive. Je laissais mon cerveau établir un plan dans ma tête, visualisant le parcours pour arriver à lui sans qu'il ne me voit le premier. Une fois, certain de ma trajectoire je me faufilais, avec le plus de discrétion possible pour arriver derrière lui. Encore deux pas rapide, et j'encerclais sa taille d'un de mes bras alors que ma seconde main remontait l'arme contre son échine. - Echec et mat ... Un rire léger m'échappant, je ne tirais cependant pas la décharge de peinture, ayant peur de le blesser de si près. C'était certes un jeu mais les balles étaient plutôt douloureuses si les précautions n'étaient pas prises. - Alors quel est ma récompense ? Le son de ma voix était malicieux tout contre son oreille.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Sam 23 Avr 2016 - 19:15


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE


A bout de souffle, Lorcan s'essuya le front de sa manche, y répandant une grosse trace de peinture. Ça faisait des heures qu'il crapahutait dans les bois. Ses réserves de billes s'amoindrissaient. Canarder Cole de loin, c'était facile. L'approcher, c'était une autre paire de manches. De plus, il l'avait perdu de vue. Plaqué contre l'écorce d'un arbre, il risqua un énième coup d’œil.

Il ne termina pas son tour d'horizon. Un bras puissant l'avait saisi à la taille. « Echec et mat ... » La pression du canon au creux de ses reins comme une promesse. Une menace de faire feu s'il se tortillait pour contester la victoire. En mauvaise posture. Vaincu. Pas encore officiellement. Cole riait et ça faisait bondir son cœur de l'entendre si libre et sauvage. « Alors quel est ma récompense ? » souffla t-il, rien sinon narquois tout proche de son oreille.

« Je n'ai pas d'Aston martin à te prêter. » émit-il, la respiration saccadée, le corps encore contracté sous son assaut. Serré entre ses phalanges, son lanceur était chargé. Prêt à faire feu sur une cible qui se tenait derrière lui. Aucun moyen de viser, Cole capterait le moindre de ses mouvements. Alors lentement, comme au ralenti, il colla son bras armé à son torse. « Je pourrais peut-être... » souffla t-il, tournant son visage vers l'homme qui le tenait. « Te masser la jambe après tout ça. » Une tension palpable s'était élevée entre eux. La bouche de la proie fit une courte pause à quelques millimètres de celle de son prédateur, déplaçant son arme entre chaque mots, suivant la ligne de son torse pour le contourner lentement. Si lentement. « Ou te donner le baiser du vainqueur. » Un pression infime. Celle du canon de son arme contre le torse de Cole collé à son dos. Un sourire carnassier étira ses lèvres tendres. « Si tu gagnes. »

La menace, non plus dissimulée. Il pouvait faire feu maintenant. Il ne le faisait pas. Leur lèvres continuaient à s'effleurer, leurs souffles courts se mêlaient. Lorcan joignit ses prunelles à celles de Cole, lourdes de l'effort qu'il faisait pour ne pas bouger, pour ne pas épouser son corps comme son instinct le lui dictait. Une part de lui désespérait, quémandait plus. Plus de contact. Une autre retirait une joie féroce de cette situation. De ce contrôle sur cet homme extraordinaire qui le tenait tout autant sous son emprise. Chacun pouvant mettre fin au jeu. Aucun capable de s'y résoudre.

Après de longues secondes de ce défi silencieux, Lorcan brisa le silence d'une voix rauque. « Si tu gagnes, qu'est ce que tu attendras de moi ? » le questionna t-il. Il remua à peine son bassin pour le sentir lui, ou le canon de l'arme pressé contre son dos. Il n'aurait su le dire. Sa main libre s'accrocha convulsivement à l'avant bras de Cole serré autour de son ventre. Il voulait savoir. Savoir ce que Cole espérait au plus profond de son être. Il voulait qu'il lui dise. Qu'il lui montre. Qu'il le prenne. Qu'il le garde. Qu'il le répare. Parce que Lorcan était brisé depuis si longtemps. Qu'il le chérisse. Et alors... alors il le chérirait en retour. « J'ai besoin de toi. » murmura finalement Lorcan, un peu éperdu par l'émotion qui le tenaillait, mais avec résolution. « Si tu savais Cole, tout ce que je pourrais t'offrir. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Sam 23 Avr 2016 - 21:42


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE



Mon corps alerte alors que la proximité du sien se faisait si flagrante, son visage se tournant vers moi. Ses mots, un doux murmure dont les consonnances se faisaient ressentir par les expirations de son souffle. Ses traits épuisés, mais peint d'une certaine satisafaction, cette trace de peinture sur son front et la sueur applatissant les quelques mèches sur ce dernier. C'était vraiment une vision à ne pas manquer et à mémoriser. Le sens de ses mots, lourd d'une importance que je ne pouvais pas comprendre. Distrait, hypnotisé, je laissais la distance s'amenuisait entre nos visages.

Aucune émotion vindicative alors qu'il me tenait à son tour en joue ... Cela n'avait plus aucune importance. Il n'y avait ni vainqueur, ni perdant. Juste cette sensation. Familière et distante à la fois. Et j'aurais pu laisser mon esprit d'écrivain avouait que je me sentais à ma place avec lui, dans mes bras. Les secondes s'égrénaient lentement et pourtant trop rapidement. La peur de briser cette bulle ténue courant le long de mes veines. Je savais pertinement ce que je désirais, ce que je voulais.

Une clarté qui chassait tous les nuages qui s'étaient mis sur notre chemin jusque lors. Mes yeux glissant de son regard de miel à ses lèvres, pour refaire le chemin inverse.

Ses doigts se crispant dans ma chair, m'encrait à la réalité du moment.

La fragilité et la tension de ce moment m'étouffant de son intensité, mais une chose était sûre, j'étais bel et bien perdu. Desespérement entrain de m'éprendre de cet homme. L'éternelle question de ce que pouvait être l'amour m'avait toujours paru abstraite. Même après avoir passé des mois à lui tourner autour, à le fuir pour mieux le retrouver. Mais à ce moment, c'était une réponse. Je savais que si le temps m'était donné, je pourrais tomber follement amoureux de lui.

Mes paupières se fermant un court moment, mon front se posant légèrement sur le sien malgré nos postures. Je sentais l'émotion m'étranglait alors qu'il m'offrait bien plus que je n'étais certain de mériter en vérité. Non, je n'avais pas besoin d'autre chose que de ce genre de moment. Je voulais pouvoir combler la fragilité qui se glissait sous ces quelques mots. j'ai besoin de toi. Je finissais par laisser tomber mon arme, déclarant probablement forfait mais ce n'était plus une priorité alors que mon bras, libre à présent, venait rejoindre le premier autour de sa taille.

- Je veux ...
Le son de ma voix résonnait avec une touche étrange, tremblant, presque cassé. J'étais probablement le perdant à présent que je n'avais plus de quoi le menacer mais je savais qu'il était nécessaire de prononcer les mots suivants. - ton futur ... Parce que je ne pourrais jamais effacé son passé, je ne le voulais pas, je savais que cet homme qu'il avait perdu avait formaté l'homme qu'il était maintenant. Mais je jalousais égoïstement de vouloir envahir ses pensées pour les jours qui suivraient, les mois et peut être même les années si la chance nous était donné.

J'aurais pu en dire plus long mais mes mots m'avaient bien souvent fait défaut, alors je préférais laisser mes actes en dire plus que je n'aurais su l'exprimer en finissant de franchir ses quelques millimètres et cueillir ses lèvres tout contre les miennes. Pas dans un baiser chaste pour le saluer, mais dans un baiser teinté de la passion, du désir qu'il m'inspirait. Malgré les positions peu pratique, je me laissais enivrer par ce fruit délicieux alors que ma langue réclamait un accès pour venir caresser la sienne. J'oubliais l'espace d'un instant tout le reste, tous les doutes, les angoisses. Je ne voulais que vivre pour ce baiser et les sensations qu'il faisait naître en moi. Le désir sain et naturel d'un homme pour un autre. Ce n'était qu'à bout de souffle que je finissais par rompre le baiser mais restait tout contre sa bouche pour murmurer avec certitude.

- Et je te promets que je ne vais pas me mettre à paniquer dans cinq secondes ... Un petit air chaud s'échappant de mes lèvres alors qu'un rire léger ponctuait ma phrase. Parce que je voulais prévenir tout mauvais souvenir de notre dernière réelle étreinte dans la forêt. Parce que je voulais lui prouver que je pouvais être pour lui ce dont il avait besoin. Parce que je voulais lui montrer combien j'avais besoin de lui moi aussi même si je ne savais toujours pas l'exprimer correctement.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Dim 24 Avr 2016 - 10:17


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE


Lorcan pressait son front contre celui de Cole. Les yeux clos, il ne fit qu'entendre son arme tomber au sol. Tous ses sens focalisés sur l'homme qui le tenait dans ses bras. Avide de son toucher, de la moindre réponse à l'aveu qu'il venait de formuler. « Je veux... » souffla Cole, tout près de ses lèvres. Les siennes s'entrouvrirent en retour. Comme pour le presser de formuler sa requête. Il avait besoin – tant besoin de Cole. Dans son entièreté. De ses bras serrés atour de sa taille, de son odeur masculine mêlée de la terre de la forêt, de la chaleur de son souffle qui s'échouait contre sa langue. « Ton futur... » Ses paupières s'entrouvrirent, rencontrant celles affectueuses de Cole un instant. Rien qu'un instant. Avant que Cole ne l'embrasse.

Lorcan frémit en réponse. Il n'avait pas beaucoup de marge de manœuvre dans ce baiser. L'angle était approximatif, les bras de Cole un étau dont il était le prisonnier volontaire. Comme s'il le maintenant en place, auprès de lui. A sa place, murmura une petite voix dans son esprit enfiévré. Lorcan ouvrit davantage la bouche pour lui céder le passage et s'entendit gémir autour de sa langue. « Cole... » appela t-il faiblement, avant que ses lèvres ne reprennent possession des siennes. Malgré lui, il relâcha son arme. Sa main libérée se hissa le long de la nuque de Cole, amplifiant l'embrassade alors que tout son corps se pressait contre celui de cet homme qu'il adorait.

Lorcan ne sut exactement combien de temps avait duré ce baiser, mais il avait le goût de trop peu lorsque Cole le relâcha pour promettre contre sa bouche. « Et je te promets que je ne vais pas me mettre à paniquer dans cinq secondes... » Un rire un peu haletant s'échappa de ses lèvres rougies par leur échange. Lorcan avait l'esprit un peu brouillé d'un mélange de désir et de joie pure. Parce qu'il en mourait d'envie, il manœuvra dans les bras de Cole – sans séparer son corps du sien parce qu'il n'était tellement pas question qu'il le laisse s'échapper à plus d'un centimètre de lui – pour lui faire face et diriger vers lui une moue à la fois comblée et suppliante. « Reste avec moi ici et maintenant. » demanda t-il avec un demi sourire. « Dans cinq secondes, ce sera le futur. Je serai toujours dans tes bras. » Le jeune homme se sentit rougir à l'aveu à peine dissimulé. Il plongea son regard dans le sien, comme une nouvelle supplique. « Et les cinq suivantes. Et encore celles d'après. » Et pour la première fois depuis ce qui lui semblait être une éternité, il l'embrassa. Un baiser lent, dans lequel il voulait prendre tout son temps pour faire valoir ces très très longues cinq secondes, léchait ses lèvres, les suçait, frôlait sa langue de la sienne. « Autant que tu voudras de moi. »

Ses mains fébriles reposaient sur le torse de Cole. Une contraction de ses doigts infime trahissant sa crainte. Sa peur d'être rejeté. Lorcan baissa le regard un instant. « Je n'arrive toujours pas à croire que tu te sois trouvé sur mon chemin. » dit-il sans plus le regarder. « J'ai l'impression qu'on a pris mon cœur et qu'on l'a mis dans des montagne russes. » Il eut un petit rire à l'image. C'était exactement ce qu'il ressentait pourtant. Cette joie teinté de crainte. De terreur parfois, lorsque -S entrait dans la partie. « Quand je suis avec toi, je me sens tellement heureux. Et parfois... » Timidement, Lorcan redressa ses yeux luisants d'appréhension et d'affection dans les siens. « C'est comme si je te connaissais depuis toujours. » Il ne savait pas comment c'était possible. A quel moment cette intimité s'était tissée entre eux, au delà de la simple apparence qui l'avait poussé dans les bras de Cole la toute première fois.

Un peu décontenancé, il jeta un œil à leurs armes tombées dans l'herbe. Lorcan eut un rapide retour retour à la réalité et statua tout à coup. « J'ai perdu. » Et ça ne le dérangeait plus du tout. « Je déclare officiellement forfait. T'as gagné. » Retour sur Cole. Lorcan lui livra un sourire complice. « J'ai envie de te le donner, mon futur. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Dim 24 Avr 2016 - 15:02


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE




Lorcan se tournant dans mes bras, je réinstallais mes bras de manière à laisser une de mes mains se posaient au creux de ses reins et lui offrait un sourire qui je l'espérais laisser entendre le bonheur courant dans mes veines. Je me perdais à contempler ses traits, ravi de le voir radieux et je ne pouvais retenir la bouffée d'affection qui gonflait mon torse alors qu'il me parlait. C'était une réponse sans en être une mais c'était juste ce dont j'avais besoin, je suppose.

Et j'appréciais le baiser qu'il me rendait à son tour, savourant le moment, glissant une main le long de son dos pour finir sa course sur sa nuque, approfondissant l'instant. Refusant peut être même inconsciemment de le laisser partir. Peut être aussi pour savourer ses cinq secondes et les suivantes. Je ne pouvais nier cette puissante attraction qui m'aimantait à lui mais je n'avais aucune envie de la laisser me paralyser par ses conséquences. C'était la raison pour laquelle mes mains le gardait prisonnier tout contre moi même quand nos lèvres se séparaient.

J'avais tout autant de peine que lui à croire à l'infime chance qui nous avait réunis cette nuit là, et celle de Noël. Des hasards qui m'avaient conduits à cet instant précis. Rien n'était simple mais tout était d'une relative évidence. J'avais les mêmes sensations que lui et c'était un miracle en soit que de trouver quelqu'un capable d'éprouver la même tempête terrassant tout sur son passage de par sa force. Un ouragan qui aurait pu me terrassé si je n'avais pas cette ancre dans ce regard sombre qui m'attachait à la réalité.

- Moi aussi, j'ai cette impression, tu sais ... Et si il savait combien ce simple aveu, revêtait une importance déroutante pour moi. J'avais tout oublié de ma vie, TOUT. Et pourtant, j'avais l'impression qu'il avait toujours été là à m'attendre. Bien évidemment, c'était ridicule. Si Lorcan m'avait vraiment connu, il me l'aurait dit. Et il ne m'aurait probablement pas laissé seul pendant deux années à m'interroger mais j'avais cette impression étrange qu'il était ce fantôme qui avait hanté mes rêves dès mon réveil, celui qui hantait mon héros de roman. Peut être était ce une étrange prémonition ... J'étais plutôt d'une nature septique mais dans son cas, j'avais comme l'impression qu'il m'était destiné depuis toujours et que tout ce que j'avais subi jusque là n'était que pour me guidait vers lui, et me le faire comprendre avec férocité. Je laissais ma main quittait sa nuque pour glissait sur sa joue, mon pouce caressant sa pomette avec tendresse. Un sourire fin sur les lèvres, je me laissais totalement noyé dans l'instant avant qu'il ne finisse par nous sortir de notre transe.

Je laissais mon regard se posait sur nos armes à mon tour, et esquissait un sourire avant de reprendre le chemin de son visage. Mes dents s'enfonçant dans ma lèvre inférieure pour diminuer la force de mon sourire alors qu'il m'offrait dans un élan de sincérité ce que je désirais plus que tout. Je déposais un léger baiser sur ses lèvres, scellant le marché avec affection.

- Qu'est-ce que tu dirais de nous déclarer ex aequo dans cette défaite ?
Je laissais ma main glissait de sa hanche pour fouillait dans la poche de mon pantalon et sortir les clés de la voiture que j'avais loué. - J'obtiens ton futur et toi le droit de conduire l'Aston ? Le sourire que je lui envoyais été malicieux alors que j'agitais les clés devant son visage, mon autre main toujours posé sur son visage. L'envie stupide de lui donner encore un baiser pour mémoriser toutes ses moues adorables qu'il était capable d'avoir.

J'avais tellement envie de tout découvrir sur lui, et il venait de me promettre que j'aurais le temps de le faire.

- Je te guiderais jusqu'à l'étape suivante de ce rendez vous ? D'ailleurs ... La nuit est entrain de tomber ce qui me fait dire qu'on devrait peut être passé à la suite avant que le propriétaire regrette d'avoir céder à la pression d'ouvrir plus tard pour nous à titre exceptionnelle. Mais finalement, je ne résistais pas à l'impulsion de me laisser à aller à un autre baiser avant de vraiment le diriger vers la sortie.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Dim 24 Avr 2016 - 17:58


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE


Lorcan ne se posait aucune question sur cette histoire de destin qui les unissait l'un à l'autre. Non madame. Il se pouvait qu'il ai évoqué le sujet en premier. Oui, et alors ? Tout le monde fait des erreurs ! Surtout Lorcan, et encore plus quand il se retrouvait submergé par l'ivresse du bonheur. Un baiser torride et voilà que sa jeune gorge trop bavarde laissait filtrer des infos cruciales – et pour rappel – top secrètes. Hey, il n'était pas complètement stupide. Cole détenait la pièce manquante. Le morceau du puzzle qui éclairerait tout le reste. C'était une évidence. C'était limpide. Clair comme de l'eau de roche.

Lorcan ferma donc le robinet avec toute la force de sa volonté. Aucun puzzle ne serait résolu pendant son rencard. C'était non. Juste non.

Et Cole qui se mordait la lèvre comme si ça suffisait vraiment à retenir son sourire. Adorable. Ce type était adorable. Lorcan l'aurait embrassé pour le forcer à relâcher cette malheureuse lèvre captive, mais ce dernier le prit de vitesse. « Qu'est-ce que tu dirais de nous déclarer ex aequo dans cette défaite ? » « Mais t'as gagné, t'étais le premier sur – » intervint le jeune homme, avant de fermer la bouche et d'ouvrir de grand yeux émerveillés alors que Cole faisait tinter les clés  de sa voiture sous son nez. « J'obtiens ton futur et toi le droit de conduire l'Aston ? »

Ses bras, tels les deux mini-missiles à têtes chercheuses de pompons de ses fils, chopèrent jalousement les clés serrées entre ses dix doigts. « Ça me va ! » Lorcan passa de son trésor à Cole. S'il s'écoutait, il lui aurait roulé une pelle d'enfer tant son cadeau lui faisait plaisir. Hélas, Cole parlait. C'était tragique pour ses projets de bécotage, mais diablement intéressant pour la suite de sa soirée. « Tu vas devoir me dire où on va ! » s'écria victorieusement le jeune homme, parce qu'il était comme ça, toujours prompt à souligner l'évidence. Cole, comme si quelqu'un – au hasard Lorcan – lui avait retiré son anneau de chasteté buccal, revint l'embrasser. « Mon dieu. » roucoula Lorcan dans un rire. « Je réalise pas encore que j'ai le droit de t'embrasser tout le temps. J'ai tout le temps envie, mais maintenant tu me prends de vitesse ! » Joignant le geste à une volonté féroce de se scotcher à Cole, il alla se greffer contre son flanc alors que ce dernier l'emmenait vers la sortie.

Et le trajet du bois jusqu'au parking fut long. Tellement long et savoureux. Lorcan ne pouvait pas s'empêcher d'arrêter Cole pour l'embrasser tous les deux mètres. Il jetait des regards exaltés partout autour d'eux. Manque de bol, il n'y avait pas un chat. Personne pour voir qu'ils étaient ensemble. Ici, il pouvait s'exhiber autant que possible ! A Lewiston hmm, et bien.... non. « Quand tu dis que le propriétaire a cédé à la pression d'ouvrir plus tard pour nous, tu veux dire que t'as juste – insisté au téléphone en lui promettant un gros paquet de fric ou bien... Tu sais. Je ne t'estimerais pas moins si tu m'avoues que tu l'as menacé dans son sommeil avec un couteau pressé sur sa carotide. » il n'y croyait pas vraiment. Enfin, peut-être un tout petit peu ? Qu'est-ce que ça voulait dire qu'il soit en train de ronronner au bras d'un possible serial killer, et ce avec un volontariat éhonté ? « Ce que je veux dire, c'est si t'as des pulsions. Des pulsions assassines que tu injectes dans tes bouquins, et que t'as vraiment vraiment besoin d'écrire pour tuer personne de manière régulière, je suis prêt à l'entendre. »

Ses prunelles très concernées par les besoins de Cole se retrouvèrent de nouveau happées par l'Aston Martin. Lorcan marqua une pause, histoire de graver ce moment dans sa rétine à tout jamais, et rectifia sa dernière phrase. « Disons que je serai prêt à l'entendre dans 5 minutes. » Il gratifia Cole d'un sourire flamboyant et fila se changer en quatrième vitesse pour mieux se jeter au volant de son précieux cadeau.




« Poin poin poin poin poiiiiiiin ! Poin, poinlinpoinpoiiiiiin ! Poin pouilinpouinpoiiiiin ! »

Lorcan écrasa l'accélérateur. L'Aston Martin manqua de déraper un court instant dans un crissement de pneu bientôt étouffé par le rugissement du moteur qui le propulsa tel une balle sur la route déserte. « Suffit d'imaginer la tronche de -S en dessous de la pédale, ça donne vachement envie d'accélérer ! » brailla le jeune homme avec entrain par dessus la musique. Le compteur remontait à une vitesse affolante après son virage serré, sans que le bolide de luxe ne paraisse en souffrir. La voiture était conçue pour répondre à tout les besoin de son conducteur, qu'il s'agisse de parader dans les rues de Lewiston, de planquer le cadavre d'un innocent propriétaire de terrain de paintball (théorie que Lorcan prendrait la peine de vérifier APRES son rendez-vous) ou de s'enfoncer dans la campagne à pleine vitesse en massacrant un chef d’œuvre classique au côté de votre Super-Canon de luxe.

Lorcan frappa son volant en rythme avec la musique. « Alors, on est bientôt arrivé ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot] Dim 24 Avr 2016 - 19:25


Is it cool if I hold your hand? Is it wrong if I think it's lame to dance? Do you like my stupid hair? Would you guess that I didn't know what to wear? I'm too scared of what you think, you make me nervous so I really can't eat

LORCAN & COLE




Je levais un sourcil dans sa direction, mimant le sceptisisme alors qu'honnêtement j'étais un peu trop amusé par sa réaction enfantine spontané. Peut être que ca prouvait l'insouciance de ce moment et la légèreté mais je savais aussi que l'envie de l'embêter en le faisant attendre jusqu'au dernier moment était bien trop présent pour que je ne lui révèle rien de plus que la direction à suivre.

Le voyage jusqu'à la voiture ponctuait de baisers qui semblait avoir finalement brisé le barrage inconscient qu'on s'était imposé. Nos corps toujours plus ou moins en contact, je savourais la proximité de son corps contre le mien, commençait même à la vouloir encore plus. Je n'étais pas vraiment certain de savoir si je faisais les choses correctement mais je savais que j'étais naturel, et que c'était probablement l'essentiel.

Nous finissions tant bien que mal à arriver à la voiture, Lorcan babillant sur les desseins réservaient au propriétaire du terrain dont j'avais parlé, je roulais des yeux un court moment avant de secouer la tête à ses histoires qui sortaient de ses lèvres. J'étais à peu près sur qu'il n'en croyait pas un traître mot vu sa façon de rester scotché à moi.

- Avec une imagination pareille, c'est peut être toi qui devrait être écrivain
, marmonnais je alors que je le suivais jusqu'à la voiture après m'être changer.

Je lui donnais juste les instructions nécessaires pour reprendre la route jusqu'au centre ville d'Ahsahka.


Une main sur la poitrine, je regardais l'homme à mes côtés avec les yeux exorbités de la tête.

- Bon sang, tu es le pire conducteur au monde. C'est qu'il avait une façon de conduire qui m'avait laissé contempler la mort de plus près que je ne le désirais vraiment. Et venant d'un homme dépressif voyait l'ironie de la blague. Je le scrutais et espérait secrètement qu'il remette rapidement les mains sur le volant plutôt que de battre la cadence de l'air de classique qu'il massacrait avec joyeuseté.

Je me ressaisissais néanmoins pour voir les alentours, fronçant les sourcils et consultant mon portable pour me repérer, je devais admettre que je n'étais jamais venu dans le coin et j'aurais peut être du mais j'avais été un peu happé par d'autres circonstances. Je lui faisais contourner un ou deux pâté de maison avant d'arriver dans une rue, longeant enfin le parc de la ville.

La nuit était finalement tombé et il faisait un léger vent frais mais j'avais déjà prévenu mon compagnon. Je lui indiquais de se stopper et le laisser se garer avant de sortir de la voiture et vérifier discrètement si je n'allais pas devoir payer une caution pour cause d'eraflure mais non elle était en parfaite état malgré Fanjo le roi du volant. J'avais les jambes encore légèrement tremblante par l'adrénaline de cette course à la mort, alors que je me dirigeais vers le coffre pour pousser le sac d'affaire de paintball et prendre un autre sac à dos. L'avantage de voyager beaucoup, c'est que je j'étais pas limité niveau sac. J'enfilais une lanière sur mon épaule et me tourner vers Lorcan qui était à son tour descendu de la voiture.

- Prêt ? Je tendais ma main dans sa direction, l'invitant à la saisir alors que je l'emmenais vers l'entrée du parc.

Après quelques minutes, ou j'espérais ne pas mettre tromper d'endroits, j'arrivais enfin à la destination souhaité alors que nous contournions un buisson le long de l'allée. Plusieurs personnes déjà présent dans le parc, papotant, rigolant. Famille, couple, amis ... Au centre de la foule encore éparse se trouvait un large écran.

- On a arrive assez tôt pour avoir une bonne position ... Je lui jetais un nouveau regard, rempli de nervosité alors que je nous dirigeais vers un point stratégique du parc. Le cinéma était un classique du rendez vous, mais j'avais réussi à trouver une variante qui j'espérais lui conviendrais. Je finissais par sortir une couverture du sac que je trimbalais avec moi pour l'étendre sur le sol. Je l'invitais à s'asseoir et suivait le mouvement avant de fouiller dans le sac pour sortir différents encas que l'on pouvait qualifier de pique nique ...

- Tu aimes les pique nique, non ? L'embarras coloré mes joues mais j'espérais que je n'avais pas fait de faux pas en tous les cas. Je me souvenais parfaitement de ce que j'avais pu lui dire, mais au final, l'idée n'était pas si déplaisante. Je laissais mes jambes s'écartaient légèrement pour l'inviter à  prendre place entre ses dernières, tapotant le sol de ma main. - Pas très original mais j'ai déjà eu les points originalités ... Je compte sur les points romance maintenant.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot]

Revenir en haut Aller en bas
ஐ In the car I just can't wait, to pick you up on our very first date || Lorcan [hot]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Fer à repasser
» Hommage bien mérité à Gérard-Pierre Charles un grand mapou
» Des nouvelles de Fuveau !
» 29 fevrier !12 Janvier DEUX DATES DE + ,18 MAI UNE DATE EN MOINS ! QUELLE HONTE
» nouveau laby ror et tot la solution pour le parcourir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: Saison 2 :: archives sujets terminés et abandonnés-