AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 Intrigue n°7 + Kindness is contagious.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Nigel B. Chatwood
Maître Jedi
291 $
19/01/1994 $
291 messages
Mensonges : 291
Anniversaire : 19/01/1994


MessageSujet: Re: Intrigue n°7 + Kindness is contagious. Dim 15 Mai 2016 - 10:21

Collé contre sa sœur de cœur, le jeune homme attendait qu’on lui apporte quelque chose. Il se sentait faible et nauséeux, rien n’allait. Une simple visite de routine qui tourne au drame et voilà que Nigel s’imagine en train de finir ses jours dans cet hôpital. Heureusement quel a Valkyrie est là, ces mots réchauffent l’âme du brun. « Tu t’en souviens ? Même moi j’avais presque oublié. Ça fait longtemps, mais oui, on est des guerriers. » répondit-il à Terrie avant de tourner la tête pour tousser une nouvelle fois.
Lorcan revient alors avec de quoi le soulager, enfin c’est que lui pense en ne sachant pas ce qu’il en est en réalité. Comme Heather et Linus doivent être inquiets… Et fous furieux d’après la brunette.  Nigel ne répondit pas, sentant la fatigue le prendre, mais il était entièrement d’accord avec elle et imaginait très bien la scène. Tous les deux se chamaillaient sans arrêt mais s’adoraient en vérité. La famille est importante au sein du clan Chatwood-Spencer.

Terrie se leva pour aller parler aux autres médecins et autres infirmières  qui attendaient des informations. Jetant un œil autour de lui, il voyait les mêmes regards, pleins de questions et de craintes, une envie de sortir puissante. Le FBI ne les laisseraient pas partir tant que le problème ne serait pas résolu, mais …. Quel est le problème ? Nul ne sait réellement et les rumeurs  vont bon train. Mais Nigel est fatigué, tousser lui arrache la gorge et lui brûle les poumons. Il tente de fermer les yeux, cherchant le repos puisqu’il n’y avait rien de mieux à faire et que de toute manière, il ne se sentait pas la force d’aller ou que ce soit.

______________________________

Nigel B. Chatwood
L'amour ? Tendre ? Il n'est que trop dur, trop brutal, trop impétueux et il pique, telle une ronce.




(AuAg)3Hg2 ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Marley A. Baker
Maître Jedi
87 $
02/02/1988 $
87 messages
Mensonges : 87
Anniversaire : 02/02/1988


MessageSujet: Re: Intrigue n°7 + Kindness is contagious. Jeu 19 Mai 2016 - 3:43

Le principal problème avec une mère handicapée, c'est qu'elle est justement handicapée. Et Joan n'était pas du tout autonome. Marley devait tout faire à sa place, même la faire manger. En parfaite petite fille digne de ce nom, Marley passait tout son temps à s'occuper de Joan et de la divertir. Elle prévenait le personnel dès qu'elle risquait d'avoir besoin de quelque chose.

C'était une drôle de situation qui pourtant ne l'inquiétait pas outre mesure. Peu de choses inquiétaient Marley. Enfin, non, c'était faux. Tout inquiétait Marley, mais elle était déjà à l'hôpital. Et elle ne savait pas vraiment ce qui se passait et elle ne posait pas de questions. Elle écoutait plutôt les conversation. C'était intéressant, mais il y avait tellement d'insinuations qu'elle se disait qu'elle saurait bien ce qui se passe en même temps que tout le monde et au moins, ce sera la version officielle.

Mais le temps passe et elle ne s'attendait pas à rester ici aussi longtemps. Une nuit agitée, parce que Joan se geint à plusieurs reprise. Ça peut s'expliquer, elle dort couchée, pas assise. Et Marley s'inquiète de savoir sa mère coincée dans cette position si longtemps. Et elle n'arrive pas à rejoindre son père. Avec de la chance, il ne sera pas rentré et il ne sait pas encore qu'elles sont coincées ici. Sinon... ben sinon, elle n'en sait rien. Mais après presque 24h, il faudrait vraiment s'occuper de Joan... mais elle a beau regarder, elle ne voit aucune blouse blanche...  aucune blouse ni aucun uniforme d'ailleurs...

Elle soupire. C'est que ça commence à être urgent. Saff n'est pas si long habituellement. Pas qu'elle… un femme vient interrompre son inquiétude grandissante, non pas pour ce qui pourrait arriver suite à la quarantaine, mais parce que des gens pourraient assister aux truc gênant d'un handicap sévère comme sa mère.

Oui ? Oh, Bonjour Jill, dit elle, sachant qu'elle à déjà été du ce nom, mais sans pouvoir y associer de visage. Comme d'habitude quoi. Voici ma mère, Joan, et je suis Marley. On, merci c'est gentil… mais non, moi je vais bien. Je… enfin, Ma mère aussi, je crois, mais elle devrait être allongée depuis longtemps. Et changée aussi songe-t-elle.

- Excusez-moi Jill, vous savez ou est Saff ?

Peut-être était-ce un peu trop familier ? Possible, mais tout le monde sait qui est Saffron, non ? À moins d'être parfaitement étranger à la ville, tout le monde le savait. Associer son nom à celui de Saff, par contre, c'était moins certain. Elle était nettement moins connue que Saffron, bien que depuis l'automne dernier, depuis qu'on avait lâché dans les journaux que Saff lui refilant de l'extasy, c'était moins sur.  Elle ne voulait surtout pas attirer d'ennuis à Saffron.

- Ou euh... enfin, le personnel en général... je ne vois aucune blouse ni aucun uniforme... il sont toujours en... hum... réunion ? demande-t-elle en se tordant les doigts. Mais je préférerais Saff, maman le connaît bien, elle est moins agitée quand c'est lui.

Elle a l'air de quelqu'un qui ne veut surtout pas déranger et que sa présence même en ces lieux doit nécessairement déranger quelqu’un.et en fait c'est peut-être elle qui est moins agitée quand il est la.

______________________________

Marley Ariadne Baker


They paint a picture of perfect nowhere blue skies Within every lie there's a web of comfort For them, not me To win this twisted war inside me won't justify the pain They paint you a picture of perfect nowhere
Anastacia - Heavy on my heart

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
NEVER TELL
Grand maître Jedi
944 $
944 messages
Mensonges : 944



MessageSujet: Re: Intrigue n°7 + Kindness is contagious. Mer 25 Mai 2016 - 1:01

Intervention du maître du jeu



Mis à part quelques fortes têtes, tout le monde semblait entendre raison ou du moins suivre les consignes. Ce n'était pas contre eux. C'était même pour eux ! S'ils ne s'en rendaient pas compte, il pourrait bien arriver des malheurs. Ce fut pour cette raison que l'on demanda au personnel médical de se rassembler.

Le docteur Ward resta dans la salle principale, rejoint par quelques infirmiers dans leur combinaison tandis que médecins, infirmiers et aide-soignants suivaient les docteur Peterson et Ross un peu plus loin, rompant tout contact visuel avec la salle de regroupement et les isolant des oreilles indiscrètes. Les questions de Saffron tout comme l'expression de la colère de Lorcan restèrent sans réponses jusqu'à ce qu'enfin, Ross décide de prendre la parole : « Comme vous le savez l'hôpital a été mis en quarantaine. Ce que vous ignorez en revanche c'est pourquoi. Nous affrontons une situation de crise qui ne doit pas être empirée par une panique générale. C'est ce pourquoi, quoi que vous appreniez ici, vous ne devez en aucun cas le divulguer aux patients. Votre métier est de sauver des vies et non de juger. » Son air était sévère et il prit le temps de regarder chacun des hommes et femmes présents un par un.  « Hier à dix heures et trente huit minutes, un agent bactériologique a été signalé dans l'ensemble de l'hôpital. Le déclenchement de la quarantaine émanant d'un des postes d'infirmiers a provoqué l'isolement de l'entièreté de l'établissement. Nos agents ont immédiatement été informés des faits ainsi que de la récurrence de cette menace puisqu'une précédente enquête dans ce même hôpital a conclu à la présence d'un bactérie mutagène similaire à l'anthrax. En tant que dirigeant du service des agents pathogènes au CDC, vous pouvez donc m'appeler Docteur, Monsieur O'Leary, j'ai été envoyé ici pour trouver un traitement à cette souche. Nous ne sommes pour le moment pas en mesure de soigner convenablement les personnes infectées et tout traitement dispensé sans analyse préalable pourrait être fatal tant que la cause de la mutation n'a pas été identifiée. L'ensemble de l'hôpital a été testé positif à la maladie. Si vous avez dispensé des soins nécessitant un traitement médicamenteux à qui que ce soit depuis la mise en place de la quarantaine, je vous prierai d'en informer le docteur Peterson.»

Soudainement, l'expression du médecin se fit moins sévère, plus compatissante et humaine. « Je ne vous cache pas, messieurs dames que la situation est inquiétante. Pour nous aider dans notre tâche, vous allez être réaffectés à vos postes une fois que quelques analyses auront été pratiquées. Une unité spéciale est actuellement entrain d'être installée pour permettre le transfert des patients et permettre à l'hôpital tout entier d'être désinfecté. Le personnel médical qui n'est pas touché par la maladie sera alors réquisitionné pour préparer l'arrivée des malades. Pour ceux l'ayant contracté, vous pourrez retourner avec le groupe et décider si vous souhaitez nous assister dans les analyses préliminaires tant que possible. Sachez que toute aide sera appréciée et que nos meilleurs spécialistes travaillent à analyses cette souche particulièrement virulente. Vous pouvez dès à présent sui... » Des bruits de pas précipités l'interrompirent dans sa phrase et le docteur Ward apparut dans la pièce, faisant part des dernières nouvelles inquiétantes : « Les deux enfants commencent à présenter des signes de lésions externes. La petite Hope a tous les symptômes d'une obstruction des voies respiratoires. Nous avons demandé l'assistance d'une équipe de réa en cas d'aggravations. Il faut commencer à les tester immédiatement. » Il n'était plus temps de prendre des gants avec le personnel médical. Ils savaient à quoi s'en tenir et pouvaient dès à présent agir en conséquence. « Vous avez devant vous une close de confidentialité qui vous interdit de divulguer plus que le FBI le ferait. Signez-la et vous pourrez suivre le docteur Peterson qui va pratiquer les examens. En cas de refus, vous n'aurez pas l'autorisation de retourner avec le reste du groupe. Vous pouvez disposer. » Tout le monde fut invité à partir et suivre le médecin en charge des analyses pendant que le docteur Ross engagea la conversation avec Ward, s'enquérant des quelques changements survenus pendant la brève réunion et attendant pour de possibles questions, réclamations ou protestations.


______________________________

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Teresa M. Powell
jeune apprenti
157 $
24/03/1987 $
157 messages
Mensonges : 157
Anniversaire : 24/03/1987


MessageSujet: Re: Intrigue n°7 + Kindness is contagious. Jeu 26 Mai 2016 - 21:56

Elle remercia Lorcan qui lui fournit un médicament et retourna vers Eli en entendant sa phrase. "Non, ça ne va..." Elle toussa de plus belle le son faisant écho à celui d'autres personnes dans la pièce. "Je ne sais pas, Evy était là..." Elle la chercha des yeux avant de voir tout le personnel médical emmené ailleurs. Il ne restait que le BI. Les combinaisons étaient effrayantes. Pourquoi ne pas simplement les traiter. Elle n'avait aucune idée des effets du méthane mais ça devait être soignable non ? C'était contagieux peut-être... ou bien encore dans l'air mais dans ce cas, pourquoi ne pas les protéger eux ? Et puis pourquoi restaient-ils plantés là devant les portes pour les empêcher de sortir plutôt que pour les protéger. Son esprit réfléchissait mais difficilement. Elle ne se concentrait pas sur beaucoup d'aspects de la conversation.

La bavarde parla à peine, regardant les mères, les fils, tous ces gens dans la même situation qu'eux. Les infirmiers du FBI comme indiqué sur leur tunique se déplaçaient parmi les lits de camp. "Tu trouves Evy ?" Demanda-t-elle inquiète en espérant qu'elle apparaisse bientôt. La présence de sa soeur la rassurait si facilement. Et Frank, où était Frank ? Elle savait qu'il était là mais elle l'avait à peine aperçu. Si elle avait voulu lui échapper au début, maintenant elle avait simplement envie de voir son regard plein d'assurance lui dire que ce n'était rien de plus qu'une folie du FBI. Le FBI, mais oui ! Evelyn devait être avec eux et connaissant Frank il devait frapper sur quelques casques pour se faire entendre ! C'était l'explication logique et la seule qui lui resta quand soudainement, un attroupement eut lieu plus loin. Une fillette allait mal. Il lui fallu un instant pour comprendre que l'inquiétude sur le visage des gens qui l'entouraient été réelle. Cela la fit se cramponner à Eli. Elle trouva sa main et la serra, finissant par s'appuyer sur lui dans une perte d'équilibre qui suivit une nouvelle quinte de toux. "Je dois m'asseoir..." Réussit-elle à dire comme une évidence sans quitter ce qu'il se passait des yeux. Le médecin disparut en courant presque et la petite fille dans son fauteuil roulant semblait mal en point. "Qu'est-ce qu'il se passe bon sang ! Elle va mourir ?" Chuchota-t-elle à Eli soudainement peu rassurée se demandant si tout le monde se trouverait bientôt dans ce cas, si cette enfant allait... Ses pensées s'interrompirent alors qu'elle se prit la tête entre les mains, fermant les yeux imperceptiblement et se sentant proche du malaise.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Scarlett L. Moore
Maître Jedi
319 $
01/11/1975 $
319 messages
Mensonges : 319
Anniversaire : 01/11/1975


MessageSujet: Re: Intrigue n°7 + Kindness is contagious. Jeu 26 Mai 2016 - 22:22

Suivre tout le monde comme un petit chien n'était pas vraiment pour Scarlett. La brunette préférait de loin prendre soin des gens qui en avaient besoin plutôt que d'écouter les mensonges de certains. De toute façon elle saurait où trouver des informations quoi qu'il arrive. Grace avait beau lui avoir dit de parler de ses symptômes, elle ne le ferait pas tant qu'elle se sentait plus ou moins bien.

Le souffle court par ces quintes de toux incessantes, elle alla quand même voir quelques personnes jusqu'à remarquer un peu de mouvement du côté de sa soeur. La petite Hope ne semblait pas très bien et Scarlett se précipita vers elle en même temps que quelques autres soignants. L'enfant avait des difficultés à respirer. C'était soudain et elle regarda Grace qui ne semblait pas non plus dans son assiette. Cette situation était plus qu'inquiétante et tout en gardant son calme, elle regarda sa soeur. "Il s'est passé quelque chose Grace? Est-ce qu'elle s'est plaint?" Lui demanda-t-elle tout en laissant ses collègues essayer de la stabiliser. Ce n'était pas bien productif et un des médecin pressa le pas vers la pièce où tout le staff médical avait été emmené. Quand elle croisa le regard de la petite complètement en panique, Scarlett se bougea aussi. "Je prends votre relève! Allez chercher ce foutu chariot de réa!" Elle se fichait pas mal de sentir que son corps la lâchait, que le sang envahissait doucement sa bouche. Non cet enfant était tout ce qui comptait et quand elle remarqua que ses collègues sortait de la pièce, elle vit aussi cette jeune femme qui semblait faire un malaise. Son regard croisa celui de Saffron et lui indiqua clairement d'aller voir près d'elle pour l'aider au mieux. Scarlett se concentrait du mieux qu'elle pouvait mais l'envie de tousser était beaucoup trop forte et puis, elle sentait qu'elle n'était pas vraiment opérationnelle. Alors, tout en continuant ces gestes qu'elle connaissait si bien pour faire repartir un coeur et continuer d'oxygéner le cerveau, elle releva la tête à la recherche de quelqu'un. "J'ai besoin d'aide ici!!" Et ce matériel de réanimation qui n'arrivait pas...

______________________________

What if i'm not myself

What if I fall and hurt myself, would you know how to fix me? What if I went and lost myself. Would you know where to find me? If I forgot who I am. Would you please remind me?©shinouh


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Eli S. Hales
jeune apprenti
260 $
02/04/1980 $
260 messages
Mensonges : 260
Anniversaire : 02/04/1980


MessageSujet: Re: Intrigue n°7 + Kindness is contagious. Ven 27 Mai 2016 - 8:10

Eli posa la main sur l'épaule de Teresa, pas rassuré de la voir pas bien. Elle était contaminée ? Il avait conscience que c'était contagieux, mais il restait à ses côtés. Sa femme ne savait pas où était Evy, elle pouvait les aider en disant qu'elle était agent du FBI et qu'elle pouvait avoir des informations. Ils en avaient besoin, parce que sans informations, sans avoir la possibilité de sortir. Ce n'était pas bon. Rien n'était bon ! Il n'était pas rassuré lui non plus mais il ne montra rien à son visage, il essayait de rester calme parce qu'il savait que céder à la panique engendra la panique en dimension encore plus démente. Eli observa et essaya d'écouter mais ce n'était pas évident quand il y avait du bruit de conversation ! Il chercha surtout Evy du regard sans vouloir quitter Teresa qui n'était pas bien. " Non ... Je ne la vois pas du tout ! Elle doit être avec Frank, je l'espère ... ! " Il espérait qu'elle avait eu pour idée de chercher les informations et profiter de son rang, Frank s'énerver...! Malheureusement, il vit un attroupement et comprit qu'une fille n'allait pas bien, qu'elle était dans un état pire que celui de Teresa. Il serra la main de Teresa, ils étaient ensemble et tout allait bien se passer. Elle s'appuya sur lui après une quinte de toux qui l'inquiétait encore plus. " On devrait aller voir les médecins, tu devrais être une des premières à te faire soigner avant que ça ne s'aggrave... " Il ignora sa blessure mais la tenait par la taille cherchant une place où s'asseoir, ce n'était pas évident ... Il y avait beaucoup de monde qui étaient assis et certains étaient allongés. Il y avait une agitation pour la fille et entendit le médecin s'activer, c'était le docteur Moore ? " Non Teresa. Elle ne va pas mourir... ! Elle est dans un hôpital, entourée de médecins, elle ne va pas mourir ...!" Il perdit sa main et il la regarda en train de se prendre la tête, il sentait une faiblesse chez Teresa. " Eh non non non non non non ..." murmura Eli qui était finalement proche de la panique. " Teresa ... Tient bon, on va aller voir un médecin tout de suite." Il avait peur qu'il lui arrive la même chose que la petite et il essaya de marcher un peu vers les médecins mais ils ne réussirent pas à faire un pas. " Eh ! J'ai besoin d'un médecin ! Elle va pas bien et ... " essaya-t-il d'interpeller un spécialiste de la santé avant qu'il ne sente le poids de Teresa prendre le dessus, comme si elle faisait véritablement un malaise.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Grace Foster
Padawan accompli
2331 $
19/12/1967 $
2331 messages
Mensonges : 2331
Anniversaire : 19/12/1967


MessageSujet: Re: Intrigue n°7 + Kindness is contagious. Sam 28 Mai 2016 - 20:55

A la proposition de Noam, elle ne put rien faire d'autre que rire légèrement. Un joint n'était sans doute pas une très bonne idée quand bien même elle se serait trouvée en bonne santé. Ça aurait été l'occasion parfaite pour avoir totalement la tête à l'envers mais la présence de Noam comme d'Hope l'empêchait d'esquiver ses responsabilités. La proposition partait toutefois d'un bon sentiment et elle le remercia d'un sourire avant de tenter de faire la conversation avec Hope. Elle apprit ce qu'elle pouvait de la petite qui semblait vouloir parler malgré quelques essoufflements qui étonnèrent Grace. Sur le moment, elle ne s'alarma pas. Après tout, l'enfant avait peut-être quelques problèmes respiratoires qu'elle ignorait mais très vite, elle nota de nouveaux symptômes qui lui laissèrent penser que Hope avait de la fièvre. Elle-même peinait à se concentrer mais en voyant quelques professionnels de santé passer devant elle, Grace les interpella pour s'occuper de la petite.

Tout s’enchaîna ensuite rapidement et d'un état un peu léthargique et cotonneux, elle assista à la soudaine panique générale. Demandant après ce qu'il se passait, on lui répondit à peine et elle sentit le sang quitter son visage. Hope peinait à respirer. L'une des personnes parla de détresse respiratoire et elle se trouva impuissante à aider cette petite fille, assistant à ces événements avec un regard incertain. Elle se savait fiévreuse et la toux faible n'aidait pas. Elle entendit Scarlett avant de réaliser sa présence à côté d'elle.

- Je ne sais pas. O-On parlait et puis... Elle fut choquée par la vision de l'enfant allongée, en panique. Elle ne...ne pouvait plus respirer et parler. Scarlett, qu'est-ce qu'il se passe ? Demanda-t-elle lentement.

Mais la réponse ne sembla pas nécessaire quand la priorité première était de s'occuper d'Hope. Scarlett s'y employa jusqu'à ce qu'elle appelle à l'aide et que le regard de l'aînée se pose sur sa cadette, notant son état inquiétant. L'esprit quelque peu embrouillé, sa tentative pour se relever termina par la fixer au sol.

- Scarlett, non. Tu... Il y a du sang. Dit-elle en fronçant les sourcils devant sa sœur qui semblait en avoir dans la bouche. Une dent ? Non... C'est... Tu es malade. Il te faut un m-médecin.

Les phrases prenaient sens difficilement mais en finissant sa tirade, elle eut plus qu'un rire nerveux. Le médecin qui avait besoin du médecin. Et ce n'était pourtant pas drôle, pas du tout. Elle s'inquiétait et paniquait mais encore une fois, elle ne fut pas à la hauteur de la tâche que la fatigue semblait subitement l'abrutir assez pour qu'elle ne réagisse pas plus vivement. Sa tête semblait habitée par un orchestre tout entier jouant une brillante symphonie de Beethoven avec des enfants de cinq ans pour interprètes ce qui rendait le tout particulièrement cacophonique !
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Frank B. Wilcox
jeune apprenti
152 $
01/04/1966 $
152 messages
Mensonges : 152
Anniversaire : 01/04/1966


MessageSujet: Re: Intrigue n°7 + Kindness is contagious. Dim 29 Mai 2016 - 4:51

Un coup d’œil par-dessus son épaule pour vérifier que personne ne l’observait et Frank s’enfila un comprimé d’antiacide. Les remontrances de Terrie sur sa consommation le rendait nerveux.

Le FBI, c’est pas la police… Et aux yeux de Benjamin et Frank, ce sont tous des petits salauds. Sauf Evelyn, évidemment, parce que c’est une Powell. Ok, Penny est charmante aussi… Surtout parce qu’elle a tout ce qu’il faut là où il faut. Mais elle est quand même du FBI. Alors si Ben se fond du côté de la direction, Frank rôde discrètement autour des agents, laissant dans son sillage un parfum de punch aux fruits.

Ils ne s’étaient pas parlé de la journée et pourtant ils s’entendirent d’un regard. Wilcox hocha discrètement de la tête, roula des épaules, s’assouplit les articulations et s’achemina dans la direction qu’avait pris tout le personnel soignant un instant plus tôt, le même que Saff venait de suivre. 2 sbires du FBI bloquaient le corridor. Wilcox leur sourit affablement alors qu’ils se rapprochaient l’un de l’autre pour mieux contrôler l’accès. Oh oui, Frank représentait une menace. Leurs instincts le leur hurlait. Il décrocha sa plaque de sa ceinture et l’éleva pour se faire livrer le passage. Enfin, c’est ce qu’un professionnel aurait fait; user de son autorité.

Oui, Wilcox était un professionnel. Il y avait cependant de nombreuses rumeurs à son sujet. Et des rumeurs qui durent ne sont pas des rumeurs. On ne dénombrait plus les plaintes à son dossier, des citoyens, des collègues, tout le monde était logé à la même enseigne avec Frank. Parce que la police engage parfois des voyous.

Frank cala sa plaque dans son poing et s’en servit pour frapper l’agent de gauche d’un mouvement ascendant fulgurant, lui pétant le nez en sang et l’aveuglant instantanément de larmes impossibles à endiguer. Il ramena ensuite la pointe de son coude dans la tempe de l’agent de droite, lui faisant voir 36 chandelles en s’écroulant. C’était méchant. Mais Wilcox l’était. Et puis ces petits cons avaient tellement confiance en eux qu’ils se seraient promené avec une veste par balle même dans leur propre QG. Hors de question de s’érafler les jointures en frappant à l’abdomen.

- Pardonnez-moi… Fit-il en enjambant les corps. Le menton bas, les poings serrés, les bras légèrement écartés, il remonta le corridor vers la pièce du fond, parfaitement conscient que ceux-là avaient été témoin du traitement qu’il avait réservé à leurs collègues.

Derrière lui, Powell s’était rapproché pour aider les agents du FBI tombés au combat.

- Par tous les saints, Frank!! Une main bienveillante sur l’épaule de l’homme au nez cassé, Il faut vous penchez vers l’avant ou vous avalerai les caillots… Et sa main glissant sur sa nuque, il lui fit amorcer le mouvement au moment où il lui balançait son genou dans la figure. Oh pardon! Je suis maladroit… Tenez, appuyez-vous contre le mur… Votre ami est dans les vapes… Ne soyez pas inquiet, Frank va vous ramener du secours…

- Messieurs? Il y a urgence… Je crains que vos collègues n’aient eu un petit accident. Ils ont besoin de soins et tout le personnel se trouve dans cette pièce… Je vous suggère donc de me laisser passer.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Saffron O'Leary
Maître Jedi
549 $
06/04/1972 $
549 messages
Mensonges : 549
Anniversaire : 06/04/1972


MessageSujet: Re: Intrigue n°7 + Kindness is contagious. Dim 29 Mai 2016 - 7:36

D'accord, c'est bien l'Anthrax. Lorcan avait raison, mais y a pas de quoi fêter. Enfin, peut-être, plus tard. Mais pour le moment, si le docteur Ross a raison sur une chose, c,est bien qu'ils doivent sauver des vies. Ça lui va bien à ce docteur. Docteur peut-être, mais dans un laboratoire. Les médecins et infirmiers de l'hôpital ne font pas que sauver des vies, ils sauvent surtout des gens.

- C'est Infirmier Saff, pour vous, réplique le dit infirmier avec une contrariété certaine, mais il écoute toutefois la suite.

Suite qui ne lui plaît pas plus que le début. En fait, rien ne lui plaît dans tout ça. Il laisse quelques uns de ses collègues se diriger vers la signature des documents, puis se diriger vers les tests. quoi choisir... l'arrivée des malades ou retourner dans la salle ou tous les patients sont pour le moment. Le choix est rapidement fait. Quand il n'y aura plus personne dans la salle d'attente, là il changera de place.

- C'est ça, allez faire mumuse avec vos bactéries et trouvez un putain de remèdes, lance-t-il à l'adresse du docteur Ward, moi je vais m’occuper des gens., bougonne-t-il.

Il accroche Terrie qui est encore furieuse, mais il ne lui laisse pas le temps de se défouler sur lui. Elle aura déjà fort à faire avec les autres gus.

- Terrie, va te faire examiner, t'es plus toute seule maintenant, tu dois penser au bébé, dit-il en lui plaquant un baiser sur le front comme il le fait avec ses nièces. Toutes ses nièces. Et il la pousse presque dans les bras du type en charge des tests sur le personnel. Elle est enceinte, prenez en soin ! Quoi ? Fiche-moi la paix, toi, avec tes tests, on a tous été en contacts, on est tous infectés, vous aurez bientôt bien assez de tests à faire, mais pas assez de temps pour le faire.

Il boude les tests médicaux sur le personnel infirmier et se dirige vers le formulaire et barbouille quelque chose qui pourrait être sa signature, mais il n'y a que ceux qui ne connaissant pas sa signature digne d'un électrocardiogramme sain qui peuvent la prendre pour authentique.

- Moi, je vais sauver des gens et maintenant.

Et personne n'ose le retenir ou ils s'en fichent. Il s'en fiche lui aussi. Pas de temps à perdre. Et il pousse les portes du local ou ils sont, ce qui devrait habituellement le mener au couloir. Et c’est le cas. Mais il n’y a pas que le couloir. Il y a d’abord deux agents qui se prennent les portes dans le dos. Ensuite, il y a aussi Frank qui raconte des trucs à propos d’une urgence. La seule urgence, c’est la petite Hope.

- Gestion des priorités, Frank, voyons. Et c’est pas eux. On a une défaillance respiratoire. Les infirmiers ne devraient pas courir, mais Saffron en a marre qu’on lui dise quoi faire. Il n’attends pas Frank et passe devant Benjamin pour entrer dans la salle d’attente et de rapidement trouver l’attroupement ou Scarlett gère la défaillance respiratoire d’Hope. Ben, va chercher le chariot de réanimation, juste à gauche du poste et envoie-le au docteur Moore, dit-il en la pointant.

Bordel, ils font quoi les autres ? Il est le premier à en être sorti. Normal, il se fiche du reste. Il se précipite directement vers une Teresa sur le point de perdre connaissance, supporté par son époux. Tant pis pour la parfaite hygiène, en même temps, en même temps, les planchers de l’hôpital sont désinfectés plus fréquemment que les salles de bains de la plupart des gens.

- Bandes de tarés, grogne-t-il en examinant sommairement Teresa maintenant couchée sur le plancher. On a besoin de doxycycline, de ciprofloxacine, de pénicilline, peu importe… il vont tuer tout le monde à retarder un traitement. On se fiche qu’il soit totalement efficace tout de suite, tant qu’il les stabilise, le temps que le gros con trouve la bonne recette, se dit-il à lui même en n’appréciant pas vraiment son diagnostique chez Teresa. Mais qu’est-ce qu’il peut faire ? Il ne peut pas la mettre sous aucun antibiotiques, ils ont tous confisqué ces connards. Bordel, même pas quarante-huit heures… Il se relève et apostrophe ceux qui ne sont pas du personnel de l’hôpital, mais qui sont désignés infirmiers de l’état, disons. Facile à reconnaître, ils portent une combinaison et des masques.  Hey, faut vraiment que je vous montres du doigts tous les patients qui ont besoin de soins immédiats ! Teresa Powell, insuffisance rénale, elle est ici pour une dialyse. Sa médication est dans son dossier, dit-il en flanquant le dossier dans les mains du type en combinaison le plus près. Puis c’est Nigel qu’il remarque. Qu’est-ce qu’il fait encore ici lui ! Nigel Chatwood, il doit être traité en priorité.

Il jette un regard autour de lui, dans la salle d’attente, puis se décide. Ça va mal se terminer, alors autant le dire à tout le monde. Les gens vont paniquer, d’accord, mais vu l’évolution rapide, ne rien savoir les fera paniquer tout autant. Il grimpe sur une petite table qui sert habituellement à balancer les revues médicales ou à potins.

- Ok, un peu de silence, j’ai pas beaucoup de temps ! On a tous été mis en contact avec une saloperie de bactérie. Pas la peine de paniquer, dit-il en élevant la voix quand il commence à entendre le bourdonnement des commentaires, nous sommes tous potentiellement infectés et on n’y échappera pas sans médication. Naturellement, nous aurions environ un mois, un mois et demi, mais vu ce qui se passe en moins de quarante-huit heure. Bah on aura beaucoup moins qu’un mois. Le hic c’est qu’à ce qu’il parait, la médication habituelle n’est possiblement pas efficace, ils doivent les tester avant. Nous avons donc le Docteur Agent Ross, de l’autre côté, là-bas, qui essaie de nous concocter un antibiotique. Alors je demanderais à tout le monde de rester calme pour éviter de le déconcentrer. Plus il restera concentré, plus nous aurons rapidement l’antibiotique. S’il-vous-plait, personne n’essaie de sortir. Les types en combinaison vont probablement vous faire mal pour rien si vous tentez quoique ce soit. Et franchement, qui a envie d’infecter aussi tout le monde dehors ? Personne semble-t-il du moins, personne ne répond. Le choc peut-être. Bon, pour le moment, ils ont besoin de moi, alors ça ira, mais comme je vous dit tout et qu’ils ne le voulaient surtout pas pour ne pas créer de panique, j’espère que je n’aurai pas à regretter, si je m’en sort vivant, de me retrouver en prison ou quelque chose du genre. Alors, pour en rajouter une couche, c’est de l’Anthrax et connaissant les effets naturel de la bactérie, ben ça n’a rien de naturel. On s’est fait piéger et pour le moment, on n’y peut rien. Naturellement, au stade avancé, les chances de survies sont faibles. Point positif, on est dans un hôpital, on a un Docteur Agent Ross hyper qualifié, dit-il sans savoir si c’est vrai ou non, et que selon les statistique, comme ce n’est pas la forme naturelle et qu’on aura bientôt l’antibiotique, on a plus de la moitié des chances de s’en sortir.

Voilà, il l’avait dit. Le savoir, c’était une chose. Le dire à tout le monde rendait la menace nettement plus tangible. Mais il préfère que les gens sachent pourquoi ils vont peut-être mourir que de voir de gens mourir autour d’eux et ne pas savoir pourquoi. Mais ça rendait cette minuscule bactérie tellement tangible. Saloperie.

- Voilà... c'est tout. Il se tait. Enfin, non. Si... Je suis navré... tout le monde...

Il n’ajoute rien de plus et saute de son petit podium improvisé. Il a du boulot. Beaucoup de boulot et si peu de sommeil.

______________________________

Saffron Light O'Leary


« I have sometimes been wildly, despairingly, acutely miserable, racked with sorrow, but through it all I still know quite certainly that just to be alive is a grand thing. » - Agatha Christie
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Frank B. Wilcox
jeune apprenti
152 $
01/04/1966 $
152 messages
Mensonges : 152
Anniversaire : 01/04/1966


MessageSujet: Re: Intrigue n°7 + Kindness is contagious. Dim 29 Mai 2016 - 13:54

VLAM, les portes s’ouvrirent dans le dos des agents de faction alors que Saff se glissait entre eux. L’expression de Wilcox se modifia sensiblement alors qu’il laissait passer Saffron et faisait instinctivement écran pour les empêcher de le retenir.

- C’est quoi ça? Vous empêchez les gens d’entrer ou de sortir?

Un coup d’œil à l’intérieur confirma ses impressions.

- Messieurs, on est en Amérique ici. Le droit d’être informé et de connaître la vérité est un droit constitutionnel… Vous savez ce que ça veut dire, droit constitutionnel, au FBI?

Vif, le lieutenant se décala pour les empêcher de se lancer à la poursuite de l’Irlandais.

- Oh? Non, pas par-là!
Les nargua-t-il en improvisant une ligne défensive digne d’un match du dimanche après-midi. Le droit de s’exprimer est également un droit constitutionnel. Je crois que ça s’appelle la liberté d’expression. Et vous savez quoi? Moi je suis payé pour empêcher que des gens bafouent les droits des autres. Protéger et servir, ça vous dit quelque chose au FBI?

Mais quelque part derrière lui, dans la salle où étaient rassemblés les civils, Benjamin vivait un drame beaucoup plus poignant. Sa fille. Sa cadette. Sa petite fille se trouvait là et elle faisait un malaise?

- FRANK!! FRANK C’EST THERESA!!!


Un instant de distraction alors que Frank faisait volte-face. Theresa?
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
NEVER TELL
Grand maître Jedi
944 $
944 messages
Mensonges : 944



MessageSujet: Re: Intrigue n°7 + Kindness is contagious. Mar 31 Mai 2016 - 23:47

intervention du maître du jeu



Le FBI restait impassible devant les pitreries d'un agent de bas-étage. Les agents à terre se relevèrent sans même obtenir de soins et le personnel soignant s'occupait des patients les plus atteints. La situation dégénérait cependant très vite et c'était ce pourquoi des renforts avaient été demandés auprès du personnel de l'hôpital. Ils arrivèrent au compte goutte après signature et analyses du moins pour presque tous si on exceptait la grande gueule là-bas qui commença à parler, obtenant l'attention de tous y compris du docteur Ross qui revenait pour ausculter la petite Hope.

L'enfant peinait à respirer et le masque à oxygène lui fut très vite nécessaire. Le médecin alerte repéra de suite l'état du docteur Moore la conduisant dans un lit où elle avait ordre de rester après tout, si elle venait à mourir, elle ne pourrait plus aider et c'est ce qu'il lui dit. Il indiqua ensuite au docteur Ward l'état de la femme à surveiller avant d'entendre O'Leary faire son discours et lever les yeux au ciel. Il avait fallu qu'il le dise, il n'avait pas pu s'en empêcher ! La sécurité nationale pouvait être menacée et l'hypothèse même d'un acte bioterroriste restait possible mais ce n'était pas son problème. En revanche, ça l'était de voir la panique se lire sur certains visages et déclencher quelques crises respiratoires bien plus rapidement. Il pesta contre ces soignants incompétents et le personnel envoyé par le FBI et le CDC s'activa sans répliquer. Ils préféraient de loin faire leur travail plutôt que se lancer dans de grandes palabres comme certains !

Ce qu'il vit en revanche, avant de repartir dans son laboratoire improvisé après s'être assuré de l'état de santé de la dite Teresa qui fut mise sous oxygène, fut l'arrivée de l'agent Lee, directrice du bureau du FBI de Boise. Elle était accompagnée de l'agent Powell qui devait devenir ce qui semblait être un agent de liaison entre lui et l'extérieur. Malheureusement pour elle, elle faisait partie des potentiels infectés et il regarda Ward penser de même. Celui-ci s'activa pour rejoindre la position des agents et persuader Powell de venir avec lui subir les examens nécessaires.

Pendant ce temps, l'agent Lee fut mise au courant des débordements et demanda la mise à l'écart de Saffron O'Leary ainsi que de Frank Wilcox qui aurait plus que quelques ennuis pour coups et blessures sur un agent du FBI. Les relations inter-agences ne pourraient jamais s'arranger avec un comportement pareil. Le capitaine Harper, au courant de la situation et elle-même conviendraient de la sentence à appliquer. En attendant, les tasers furent mis à la ceinture pour empêcher toute fuite et le policier en fonction Powell n'eut aucunement l'occasion d'intervenir avant que O'Leary et Wilcox, menotté, soient conduits près du docteur Ross. Ils seront alors testés pour l'Anthrax et puisque déclarés positifs mais en bonne santé, pourront être les premiers à se voir inoculer un possible ralentisseur lorsque le médecin en aura validé un.

Après cela, l'agent Lee s'appliqua à informer un peu plus les patients et confirmer les dires de l'infirmier. « Comme l'infirmier O'Leary vous l'a si bien dit, l'hôpital a été exposé à une substance que nous savons maintenant être l'Anthrax. Nous ne sommes toutefois pas en mesure d'offrir les soins appropriés étant donné que la souche définie de cette maladie se trouve être différente de celle actuellement connue. C'est ce pourquoi avec l'aide des médecins du CDC, nos agents travaillent maintenant à créer un traitement adapté à cette maladie. Nous ne vous laissons pas tomber et faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour résoudre cette situation de crise dans les plus brefs délais. Je vous demanderai malgré tout de ne pas sortir et de ne pas tenter d'informer l'extérieur de ce qu'il se passe ici. La divulgation de toute information relative à cette situation sera passible d'une arrestation pour mise en danger d'autrui, divulgation d'informations confidentielles et mise en danger de la sécurité nationale. Nous sommes dans l'obligation de garder l'hôpital en quarantaine afin de ne pas risquer une propagation à l'extérieur de l'enceinte du bâtiment. Cependant, il vous sera possible d'entrer en contact avec vos proches par le biais d'une cellule de communication que nous sommes entrain de mettre en place à l'heure où je vous parle. » Elle prit une pause presque théâtrale guettant les possibles autres troubles fête et suspects dans une affaire délicate. « Une unité spéciale a été aménagée afin de permettre à l'hôpital d'être décontaminé dans son entièreté. Pour se faire, vous serez tous amenés à suivre un même processus de décontamination. Le docteur Ward sera chargé de vous conduire sur place et vous expliquera la marche à suivre. »

Immédiatement le médecin se mit au travail, demandant à Terrie, Betty, Marley, Joan, Nigel, Noam et Jill de bien vouloir le suivre. Il leur expliqua que d'autres vêtements leur seraient donnés et que du personnel sera là pour les guider dans les cabines de décontamination.

Quant à ceux qui restaient dans la pièce principale, les plus atteints commencèrent à ressentir quelques difficultés respiratoires suivant souvent la fièvre, à cracher du sang en particulièrement pour ceux présentant une toux importante ou à voir apparaître de nombreuses plaques nécrosantes, ressemblant presque à des brûlures au centre noir. Les plus paniqués par la situation eurent également le droit au masque à oxygène pour aider à les calmer alors que les bien portants commencèrent tout juste à ressentir quelques faiblesses du même ordre de ce qui avait atteint les plus faibles précédemment, pensant encore qu'il ne s'agissait que du stress dû à la situation.

______________________________

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Eli S. Hales
jeune apprenti
260 $
02/04/1980 $
260 messages
Mensonges : 260
Anniversaire : 02/04/1980


MessageSujet: Re: Intrigue n°7 + Kindness is contagious. Mer 1 Juin 2016 - 8:02

Eli se sentait impuissant dans cette situation, il ne pouvait rien faire parce qu'il ne connaissait rien dans la médecine et il n'était pas capable d'aider Teresa. Il avait vite demandé de l'aide, prêt à s'énerver s'il y en avait pas un qui s'occuperait de sa femme. Rapidement, elle fut mise sous oxygène et installée dans un lit. Il resta à ses côtés et resta calme parce que la voir dans cet état-là et surtout si c'était de l'anthrax il n'était pas du tout rassuré. Il avait des chances d'être contaminé lui aussi, il espérait qu'ils trouveront vite le remède parce qu'ils étaient en bonne voie pour mourir. Eli avait bien entendu le discours de Saffron et il était reconnaissant d'avoir enfin dit la vérité, ce que les agents du FBI n'osaient pas le faire par peur de créer de la panique. Eli se serait opposé à l'arrestation de Saffron et de Frank, mais il resta à côté de Teresa, il ne voulait pas la laisser seule et sans surveillance. Il écouta l'agent du FBI faire son annonce, confirmer ce que venait de dire l'infirmier. Il ne voulait pas faire de bêtises alors il restait sage et refusait le masque. Il avait l'impression que le FBI les emprisonnait et les empêchait de contacter les proches. Pour Eli, il n'en avait pas. Il avait juste des amis et il se doutait qu'on le laisserait contacter ses amis et la famille de Teresa était toute là ici. Il espérait que l'état de Teresa ne s'aggrave pas plus et il lui prit la main dans le silence, il restait attentif à ce qui se passait. Il luttait contre la fatigue.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Evelyn D. Powell
Maître Jedi
112 $
03/03/1984 $
112 messages
Mensonges : 112
Anniversaire : 03/03/1984


MessageSujet: Re: Intrigue n°7 + Kindness is contagious. Mer 1 Juin 2016 - 18:44

Evelyn avait rapidement dû s'éloigner de tout le monde. Sachant Teresa en compagnie de son mari, elle avait été rassurée quand son boulot avait demandé après elle. Entant qu'agent du FBI, elle avait finalement été contactée par ses patrons et il avait été décidé que comme elle était à l'intérieur, elle servirait d'agent de liaison entre les médecins du CDC concernés et l'extérieur de l'hôpital.
Entrant dans la pièce, il ne fut pas difficile de remarquer que la situation avait nettement empirée. Elle chercha après sa soeur du regard et eut un haut le coeur en la voyant allongée sur un des lit de fortune qui avait été mis à disposition en cas de besoin. Si elle n'avait pas été en fonction, elle aurait immédiatement été voir comment elle se sentait. Mais même si ça l'angoissait au plus haut point, elle devait d'abord faire ce que tout agent ferait et penser à tout le monde en général.

Cependant, quand un médecin s'approcha d'elle pour lui demander de se faire tester et ainsi voir si elle était bien infectée, elle hocha la tête. "Laissez moi juste aller voir comment va ma soeur... Juste quelques minutes et je vous suis..." Elle eut un accord tacite du médecin et se dirigea sans plus attendre vers sa famille. Son père était là également et en voyant Teresa, elle s'en voulut de l'avoir laissé aussi longtemps toute seule.
Doucement, elle s'approcha et passa une main dans les cheveux de sa cadette en y posant un léger baiser et en lui souriant. Elle voulait se montrer rassurante même si elle savait que dans une telle situation, c'était difficile. "Ca va aller tu sais... Je te promets qu'ils font tout le nécessaire pour que ça se termine vite et on pourra rentrer à la maison, s'installer devant un film et mettre tout ça derrière nous. Faut que tu tiennes le coup Bambi, d'accord? Je dois te laisser avec papa et Eli parce qu'ils veulent faire des tests et le meilleur moyen que tout ça se termine, c'est de montrer que c'est ce qu'il faut faire. Je voudrais rester près de toi, mais je ne peux pas... Tu as de bons médecins pour s'occuper de toi et je te promets de vite te retrouver dans la pièce qu'ils ont mis en place pour nous héberger une fois qu'on aura été décontaminés" Un petit sourire et le regard un peu larmoyant, Evy lui refit un bisous et se redressa. "Je t'aime!"
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Intrigue n°7 + Kindness is contagious. Ven 3 Juin 2016 - 20:06

Lorcan aurait bien voulu leur dire d'aller se faire foutre, de se démerder eux-même avec leur bactérie mutagène. Il aurait voulu leur dire d'apprendre à nettoyer leur propre merde pour changer, mais il savait également que s'il ne faisait pas de son mieux pour que le maximum de monde survive, ce n'était pas les agents débiles du FBI qui le feraient à sa place.

« Perte de temps... » grommela Lorcan tout en balançant une signature en bas de la charte de confidentialité. Toutes ces conneries administratives, c'était de la merde en barre. Là dehors, il y avait une vraie bactérie, qui allait tuer des vrais gens. Et signer un papelard n'empêcherait pas ces gens de paniquer quand ils se mettraient à tomber comme des mouches les uns après les autres.

Première détresse respiratoire. La petite Hope. L'infirmier manqua de se prendre les pieds dans... quelque chose en sortant de la salle de réunion. Deux mecs du FBI étalés par terre. Okay. Dont l'un pissait drôlement le sang par le truc informe jaune et violet qui lui servait jadis de nez. Il enjamba le premier en pestant. « Même assommés faut que vous fassiez chier le monde en plein milieu du chemin ! » et écrasa la main du second – par mégarde ou non, personne ne le saurait jamais – en faisant de même avec sa pauvre carcasse inutile.

Dans la salle, ça se pressait autour de Teresa et Hope. La situation était passée de dramatique à totalement désespérée en moins d'une minute. Cette fois-ci, c'était la bonne. La couille de trop où ils allaient passer l'arme à gauche. C'était comme une tragédie grecque où tout le monde crève pendant le dernier acte. Tombé de rideau.

Sauf que Lorcan n'était pas encore décidé à tirer sa révérence. Il fonça retrouver Nigel. Pas question de le laisser seul le temps que Terrie se fasse tester. « J'ai fais ce que j'ai pu. » offrit-il d'un ton d'excuse. Il ne pouvait rien faire. Strictement rien. Ne pouvait aider personne, et nom de dieu, ça le tuait de voir Nigel dans cet état. « Si ils sont pas trop cons, tu seras rapidement examiné. » Il prit sa main dans la sienne et après une pression réconfortante afin de lui faire sentir qu'il était là et qu'il ne le lâcherait pas, se mit à craindre une détresse respiratoire vu ses quintes de toux constantes et à chercher comment l'entraver si elle arrivait. Non. Quand elle arriverait. Fait chier.

C'est à ce moment que Saff, du haut de sa petite table, fit son speech. « Nom de dieu... » Cette fois, c'était la merde. Si vous êtes de la vieille école et que vous croyez encore que c'est les femmes et les enfants d'abord, vous vous fourrez le doigt dans l’œil jusqu'au coude. L'instinct de survie, c'est chacun pour sa gueule et si je dois trucider mon prochain pour avoir une chance, ne croyez pas que j'hésiterai. La panique est un poison volatile qui contamine les gens et qui les conduit à faire des choses stupides.

Comme s'étouffer tout seuls en paniquant justement...

En une seconde Lorcan passa de éberlué, à horrifié, en passant par paniqué et comme nous le savons tous, la panique ce n'est jamais bon. Mais parce qu'il était entraîné à prendre des pincettes avec les patients, et accessoirement que ses fils n'étaient pas présents aujourd'hui, Lorcan s'efforça de rester concentré et pragmatique. Il se retourna vers Nigel. « Je vais te chercher un de ces jolis masques. »

De ceux qui circulaient dans la foule. En même temps que les débiles (le FBI) s'armaient de tasers et qu'on embarquait Saff et Wilcox. Lorcan avait filé chercher un masque pour Nigel. Tandis qu'il aidait rapidement à la distribution, il héla ceux qui embarquaient l'infirmier. « Vous êtes en tain d'arrêter un infirmier compétent alors qu'on a besoin de tout le personnel disponible pour aider les patients ! » protesta t-il, parce que – bon dieu le FBI ! « C'est quoi la prochaine étape ? Vous allez nous taser la gueule alors qu'on est déjà tous probablement infectés ? »

Pour toute réponse, l'agent porta la main à sa ceinture dans un geste que Lorcan interpréta facilement : anthrax ou pas anthrax, il allait se faire salement griller la couenne s'il ne fermait pas rapidement sa gueule. Il fronça le nez mais ne s'approcha pas davantage. « Okay. Message reçu. » Il fit volte-face et porta son masque à oxygène à Nigel. Quelques minutes plus tard, ce dernier se fit appeler et confier au docteur Ward. Lorcan le suivit du regard, mitigé entre l'inquiétude et le soulagement de le voir enfin pris en charge, puis porta sa main à sa tempe où il sentait pointer un début de migraine.

La fatigue, peut-être. L'anthrax probablement. Dans le second cas, il avait un peu de temps avant que les symptômes deviennent handicapants. En attendant, il alla trouver Grace qui semblait mal en point. Il ne la connaissait pas. Il l'avait seulement vue proche du docteur Moore alitée par obligation. « Je m'appelle Lorcan. » se présenta t-il en guise de bonjour. « Comment vous vous sentez ? Vous avez besoin de quelque chose ? » Il sourit un peu désabusé. « Quelque chose qui ne soit pas des antibiotiques. Super Connard là-bas nous a tout confisqué pendant qu'il bosse comme un grand sur le remède. » D'un geste du menton, il désigna le docteur Ross et haussa les épaules. « C'est un connard mais on peut espérer qu'il sait ce qu'il fait. » Puis Lorcan avisa la canne. Il fronça un instant les sourcils, et proposa finalement. « Vous avez des proches à voir quand la cellule de communication sera mise en place ? Je peux vous aider à y aller si vous voulez. »

Mis à part Nigel, il n'y avait personne ici qui soit un proche. Comme vraiment proche de Lorcan. Et le jeune homme n'était pas certain de vouloir voir Cole, ses parents ou pire, les garçons à ce foutu SAS. Rien que les imaginer si près de cette putain de bactérie lui donnait des sueurs froides...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Terrie M. Austen
Droïde intelligent
1693 $
07/09/1987 $
1693 messages
Mensonges : 1693
Anniversaire : 07/09/1987


MessageSujet: Re: Intrigue n°7 + Kindness is contagious. Lun 6 Juin 2016 - 10:18

Le FBI se décidait enfin à répondre aux questions du personnel soignant, et la réponse était bien loin de ce que n’importe qui aurait pu imaginer. L’anthrax… Génial vraiment… Un instant, Terrie se remémora que c’est elle qui avait insisté pour « travailler » aujourd’hui, la vraiment très mauvaise fausse bonne idée de la semaine. L’idée qui réconfortait la jeune femme, c’est qu’au moins Nigel n’était pas seul, elle était avec lui.

Saffron fut le premier à réagir à la nouvelle, alors que dans la tête de Terrie, un nombre incalculable de pensées la traversait. Heureusement qu’elle s’était reposée ces derniers temps finalement, parce qu’au moins son cerveau parvenait à traiter toutes les informations qui lui venaient dans le moindre détail, y compris l’ordre de Saffron et son baiser sur le front.

« J’y pense chaque fois que je vomis, rassure-toi. » Répondit-elle quand il lui disait de penser au bébé. « Prends soin de Nigel le temps que je revienne, et ne fais rien de stupide… enfin de plus stupide que ce que tu fais d’habitude. » Autant lui demander d’arrêter de respirer, ça au moins il serait peut-être capable de le faire alors que ne rien faire de « stupide »…

Terrie restait ainsi sur place, tandis que Saffron et Lorcan partaient déjà retrouvés les malades. Laissée en compagnie d’un assistant du docteur Ward qui lui ordonna de commencer les tests. Au bout d’un moment, la future maman – à condition qu’ils survivent tous, son bébé y compris -  était dirigée vers une cabine de décontamination, dans laquelle elle resta un bon moment alors qu’elle était littéralement astiquée par deux personnes en combinaison. Niveau délicatesse, il faudrait repasser.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: Intrigue n°7 + Kindness is contagious.

Revenir en haut Aller en bas
Intrigue n°7 + Kindness is contagious.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

 Sujets similaires

-
» Résumé de l'intrigue
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party
» ♣ intrigue oo5.
» "Une femme d'esprit est un diable en intrigue." [Eléonore - Emmanuelle]
» Intrigue 3 - Carnaval de Broadway [terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: The Town :: Normal Hill :: Hôpital St Joseph-