AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 The first step [Chris & Lily]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Invité
Invité
messages



MessageSujet: The first step [Chris & Lily] Dim 6 Mar 2016 - 11:10

► Ce RP se déroule Mi février 2016 (aux alentours du 17)
Suite de ce rp




Clic here for music Lily + Chris    
« Close your eyes and count to ten, maybe loves the only answer. »
L'eau ruisselle dans mon dos en fines gouttelettes tandis que je suis appuyé, bras tendus contre la paroi carrelée de la douche. Mon esprit part à la dérive. C'est aujourd'hui que je vais te chercher pour faire des analyses. Ce qui est d'autant plus stressant réside dans le fait que nous n'aurons les résultats que bien plus tard, le temps que ça parte à Seattle comme tu le désires. De mon côté, j'ai l'impression que le temps défile trop lentement. Une semaine environ ou plus, s'est écoulée depuis notre dernière rencontre. Un temps nécessaire pour faire un peu de clarté sur tout ça. Je n'en suis toutefois pas moins tourmenté. Je sais juste ce à quoi je vais faire face et ce que je me prépare peu à peu à subir si le résultat est négatif. Et ce résultat m'importe plus que tout malgré la situation entre toi et moi. Quelque chose au fond de moi me crie que je ne peux qu'être le père et je désire vraiment l'être.

Pourtant, c'est loin d'être si simple. Nous ne sommes plus ensemble. Je suis encore quelque peu dans le vague de ce côté-là, comme si je refusais à mon cœur de se pencher réellement sur la question avant de savoir. Et malgré les deux possibilités qui ouvrent sur le doute, je ne peux m'empêcher de ressentir une certaine fierté à l'idée qu'il soit un petit bout de toi combiné à un petit bout de moi. Je me suis déjà demandé s'il s'agira d'une fille ou d'un garçon. Mais peu importe tant que c'est le mien. Je crois que ce qui me rend si désireux d'être père réside en cela. Une part de moi que je veux rendre meilleure, autant que tu t'y appliqueras de ton côté. Le ou la voir grandir, lui faire découvrir tellement de choses, lui apprendre ce qui est important dans la vie et le voir devenir ce qui relèvera d'encore plus de fierté pour nous deux.
Et puis je songe ... et si ce n'était pas le mien ... ? inutile de se pencher sur cette question maintenant. J'écarte cette pensée en coupant l'eau.

J'attrape une serviette en sortant de la douche et me sèche rapidement les cheveux avec. En me regardant dans la glace, je me rappelle combien tu adorais passer tes mains dans mes cheveux lorsqu'ils ondulent de la sorte. Je m'égare un instant dans mes souvenirs. Quelques instants partagés avec toi dans cette pièce. Je me rappelle cette fois où tu m'attendais dans le couloir tandis que j'arpente ce dernier. Tu avais attendu ma sortie de la douche pour littéralement me sauter dessus. Une ouverture à des ébats qui avaient quasiment duré toute la journée alors que nous avions finalement renoncé à une sortie et nous étions attardés au lit. Ce lit désespérément vide de ta présence depuis. Je t'en ai trop voulu durant des mois, je t'ai trop haïs pour pouvoir éprouver un réel manque. Aujourd'hui, cette colère s'est quelque peu apaisée.

Il est temps de filer, je vais finir par être en retard. J'enfile un t-shirt et un sweat puis rejoint l'entrée en dévalant rapidement les escaliers, attrapant les clés avant d'aller finir mon verre de jus d'orange qui est resté dans la cuisine. J'attrape un croissant et mord dedans en refermant la porte derrière moi. Je fais signe à Reise de rester tranquillement ici. Il détourne la tête, vexé.

- Hep ... j'peux vraiment pas t'emmener à l’hôpital.

Je lui donne quelques caresses affectueuses sur la tête tandis que je m'accroupis un instant vers lui.

Une fois en voiture, je jette le sachet de croissants sur le siège passager puis démarre. Direction l'université. Je ne suis jamais venu te trouver à la résidence mais je trouve aisément mon chemin. C'est une vraie fourmilière ici. Je rejoins ta résidence et arpente un long couloir et des escaliers. Quelques regards se posent sur moi. J'entends une fille me qualifier de canon auprès d'une autre. Ça me fait sourire alors qu'elles s'interrogent sur la personne que je vais voir.
J'arrive bientôt devant ta porte. Je cogne gentiment contre le battant et lorsque tu m'ouvres, j'agite gentiment le sachet de viennoiseries sous ton nez.

- Bonjour ... glissais-je, un doux sourire aux lèvres. Je suis fou de ces petites choses depuis que cette boutique avec des produits français a ouverte en ville.

Tu es quasi prête et j'offre que nous allions nous poser dans le parc pour manger un peu avant de nous rendre à l’hôpital. En arpentant les couloirs dans le sens inverse, on croise les deux filles que j’ai remarqué plus tôt. Elles ont l'air bouché bée. Dehors, il fait bon. Quelques jeunes sont installés sur l'herbe, je te propose de nous installer où tu veux, il y a une table en pierre pas loin avec des bancs. Puis tandis que nous nous installons, je réalise soudain une chose.

- Merde, fallait pas être à jeun dis-moi ? C’est pas comme pour des tests vraiment poussés, je suppose ?

J'ai tellement peu l'habitude de ce genre d'examen que ça n'a pas tilté dans mon esprit. Mais tu me rassures. Autour de nous, pas mal de monde gravite. Je n'ai jamais connu l'effervescence de ce genre d'endroit. Je ne sais pas si j'aurais supporté de côtoyer tant de monde. J'ai de toute façon rapidement trouvé ma voie. Il n'a pas été nécessaire de pousser trop longtemps vers de grandes études.

- Ça va aller ? te demandais-je alors que je me préoccupe de savoir si tu n'es pas trop stressée. Mon sourire et ma bonne humeur du jour sont là pour te rassurer. Aujourd'hui, je veux que tu te sentes bien et surtout à l'aise en ma présence. Je n’ai pas manqué de voir que ton ventre s'était un peu plus arrondi encore depuis la dernière fois.



©️ 2981 12289 0


Dernière édition par Chris Crow le Dim 13 Mar 2016 - 18:46, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: The first step [Chris & Lily] Dim 6 Mar 2016 - 18:19



The first step



Le temps s’était écoulé bien trop vite à mon gout depuis notre dernière rencontre. J’en avais profité pour clarifier un détail et je ne comptais par m’arrêter là. Je comptais après une journée ou deux de révision aller au cimetière. Je voulais faire des choix. Les bons choix, enfin je l’espérais. Tu ne vas pas tarder à arriver. Je range deux papiers qui trainent. Je prépare un pull ample qui ira fort bien par-dessus mon jean pour masquer mon état. Je sors le carton du rendez-vous avec les instructions de la clinique de Seattle. Je les relis une énième fois le sang doit être dans un tube contenant une solution K3-EDTA et envoyé dans un emballage spécifique. Je regarde la boite avec ses alvéoles.

Le bruit à la porte me ramène à la réalité. Ça doit être toi. Mon cœur s’agite, je reprends vite le contrôle en me concentrant sur ma respiration. Ce n’est pas le moment de faiblir, j’avais décidé de t’accorder le bénéfice du doute.  J’ouvre souriante, ne sachant pas trop quelle tête tu feras. Tu me montres un sachet de viennoiseries.

- Bonjour ... Je suis fou de ces petites choses depuis que cette boutique avec des produits français a ouverte en ville.

Je te salue d’un hochement de tête avec un large sourire. Tu souris, je te propose d’entrer le temps de finir de m’habiller. Je crois que tu n’es jamais venu dans ma piaule. Une petite chambre avec peu d’effet personnelle, rangée sans un gramme de poussière. Je suis nulle pour la cuisine mais je sais tenir cette chambre nickel. Un cri suivi de pas de courses résonnent dans le couloir. Tu proposes de sortir déjeuner sous le pale soleil d’hiver dont les généreux rayons ont verdi les espaces autour de Parrish Hill. Des minettes se retournent sur notre passage mais c’est toi qu’elles regardent … le coté exotique, le coté homme mûr, je secoue la tête je n’ai pas été différente d’elles. Tu repères une table, je te montre un kiosque à deux pas pour récupérer des boissons. Je prends les croissants tandis que tu vas chercher deux boissons. J’avance tranquillement vers la table et tu me rejoins nous nous y installons ensemble.

- Merde, fallait pas être à jeun dis-moi ? C’est pas comme pour des tests vraiment poussés, je suppose ?

Je ne peux empêcher un doux rire, je secoue la tête amusée.

- Rassure toi, il ne s’agit pas de trouver ton taux de globule, de sucre ou autre. Ils vont juste te faire un prélèvement sanguin et aussi un prélèvement dans la bouche avec un coton tige. je te montre la petite boite

Puis tout à coup une autre pensée semble te traverser l’esprit. Ton sourire semble s’élargir avec un brin affectueux

- Ça va aller ?

Je hoche la tête avec une moue amusée. Je croque dans un des croissants que tu as acheté.

- C’est  sympa dis je en désignant et oui ça va, je suis un peu habituée aux prises de sang depuis mon overdo… je rougis

Merde je ne pensais pas parler sans réfléchir, ben c’est trop tard. Je ne peux pas reculer je te regarde embêtée. J’avais évoqué mes frasques mais j’étais restée vague. Il m’avait paru inutile d’en rajouter. Je me lève essayant d’esquiver le sujet




Dernière édition par Lily Vincenzo le Jeu 10 Mar 2016 - 19:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: The first step [Chris & Lily] Mer 9 Mar 2016 - 18:59




Clic here for music Lily + Chris
« Close your eyes and count to ten, maybe loves the only answer. »

- Rassure toi, il ne s’agit pas de trouver ton taux de globule, de sucre ou autre. Ils vont juste te faire un prélèvement sanguin et aussi un prélèvement dans la bouche avec un coton tige.

Tu farfouilles dans ton sac et me montres la petite boite contentant le kit. Je n'ai vraiment pas l'habitude de tout ça, je me fais l'effet d'un novice en la matière. Je ne pensais pas un jour devenir père, pas de la sorte du moins. Un sourire qui se veut rassurant étire mes lèvres, il semble avoir l'effet escompté tandis que je te demande si ça va aller. Je veux t'éviter un maximum de stress alors autant être le plus rassurant et le plus agréable possible en écartant toute possible tension entre nous. Cela nécessite néanmoins un effort de sociabilité ou disons plutôt de conversation pour moi.
Je m'attarde un instant sur ton petit sourire.

- Et ça t'amuse ... ? relevais-je sur le ton de la plaisanterie du fait que mon effort semble t'amuser. Tu as l'air d'apprécier les viennoiseries. Tu mords dedans avec appétit.

- Et oui ça va, je suis un peu habituée aux prises de sang depuis mon overdo…

Tu te redresses d'un air embêtée.

- Miss bourde ... soulignais-je amusé, pour dédramatiser la situation. J'esquisse un mouvement en direction du parking avec un petit sourire, l'air de dire qu'il est temps d'y aller. Nous regagnons la voiture, tu prends les devants tandis que je jette le sachet dans la poubelle plus loin. Je te rejoins en marche et pose un bras en travers de tes épaules en te glissant à l'oreille de jouer le jeu.

- Je me sens d'humeur taquine, t'indiquais-je en attirant ton attention sur les deux filles de tout-à-l'heure qui ont l'air de deux carpes à la surface d'un bassin en nous regardant passer. Ça a le mérite de t'amuser et de te détendre encore un peu plus, au moins pour un instant.

Une fois devant la voiture, je t'ouvre la porte en passant, faisant aussitôt le tour pour rejoindre ma place. Je démarre dans la foulée. Bien que tes propos m'ont percuté plus tôt, je n'ai pas réagi. Inutile de te mettre plus mal à l'aise et inutile d'y songer plus que ça. Pas maintenant. Il est clair que cette période est derrière toi désormais. Je songe toutefois à te révéler ce que j'ai sur le cœur brièvement histoire que tu ne t'imagines pas que j'encaisse et que ça risque de péter à un moment ou à un autre à force d'accumulation.

- Crois pas que ça me passe au-dessus pour ce qui t'es arrivé. Je sais que c'est derrière toi maintenant, c'est tout ce qui compte. Je regrette simplement de pas avoir su. Ni l'avoir vu.

Nous roulons tranquillement jusqu'à l’hôpital. Je poursuis sur un autre aveux en songeant à tout ce qui s'est passé entre nous depuis notre rupture et le jour où tu m'as annoncé ce qui a tout gâché entre nous.

- Et il y a autre chose que je regrette. Rien ne me donnait le droit quelque soit me colère de t'insulter et te rabaisser comme je l'ai fait.

Je repense à ce week-end, lorsque j'ai voulu savoir si Terrie avait été voir ailleurs après moi. J'ai voulu comprendre, savoir si c'était si facile d'aimer quelqu'un et de tomber dans un coup d'un soir. Car encore ce week-end, cette colère que je nourrissais envers toi demeurait vive. Et en voulant tout poser à plat et me rapprocher d'elle, il m'est apparu que c'est cette colère que je devrais finir par arriver à calmer envers toi si je voulais repartir sur de bonnes bases sur un plan global.




©️ 2981 12289 0


Dernière édition par Chris Crow le Dim 13 Mar 2016 - 18:47, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: The first step [Chris & Lily] Ven 11 Mar 2016 - 9:30


The first step



- Miss bourde ...

Tu me regardes amusé et je rougis vexée. Je commence à avancer vers la voiture. Tu me rejoins glissant ton bras sur mes épaules. Tandis mon corps accepte ce contact chaleureux mon esprit lui se révolte. Je n’ai qu’une envie, c’est de te repousser. Ah ces fichues sautes d’humeur, le médecin m’avait averti que ça pourrait durer tout le temps de ma grossesse. Je tache de contrôler mes sensations tandis que je garde le sourire.

- Je me sens d'humeur taquine

Tu chuchotes ces mots en me désignant les deux filles qui t’observaient plus tôt. Elles semblent surprises et pour cause à part Thom aucun mec ne venait dans ma chambre malgré les regards de certains. Cependant là je ne saurais dire ce qui les surprend le plus ? Qu’un mec soit à mon bras, qui plus est plus âgé, un amérindien, un homme qui semblait pas être un sportif ! Les seules aventures que l’on me connaissait étaient des histoires qui ne duraient que quelques jours, guère plus avec un membre d’une des équipes universitaires. Sortir avec un mannequin étaient flatteur pour eux tout comme moi, sortir avec un sportif était socialement intéressant. Ça m’avait ouvert bien des portes de fêtes un peu privées. Je joues le jeu facilement. Je m’imagine sous l’objectif jouant un jeu. C’est ironique de se faire passer pour un couple ce que nous ne sommes plus du tout. Une partie de moi aimerait que nous le soyons de nouveau et une autre partie de moi a bien trop peur de s’investir de nouveau avec  toi. J’avais eu l’impression que l’on me lacérait les entrailles lors de notre rencontre en novembre. Je ne voulais pas revivre ça. Et si tu avais vraiment décidé de changer ? Et si tu voulais cet enfant autant que moi ? Et si tu pouvais faire un bon père ? Et si nous nous remettions ensemble ? J’étais bien lorsque j’étais dans tes bras… Et si nous avions un futur possible ?  Non trop de si… une chose après l’autre on a dit. Mes questions fusent dans tous les sens. Lorsque tu attires mon attention en m’ouvrant galamment la porte. C’est bon je suis pas handicapée, je suis juste enceinte ! oh qu’est-ce que j’ai à me sentir si survoltée Tu démarres en commence à parler comme si tu te sentais le besoin de fournir une explication.

- Crois pas que ça me passe au-dessus pour ce qui t'es arrivé. Je sais que c'est derrière toi maintenant, c'est tout ce qui compte. Je regrette simplement de pas avoir su. Ni l'avoir vu. je ne dis rien regardant les rues par la vitre passager. Et il y a autre chose que je regrette. Rien ne me donnait le droit quelque soit me colère de t'insulter et te rabaisser comme je l'ai fait.

Je repose mes yeux sur toi. Mon énervement est retombé comme il était venu mais une pointe d’irritabilité persiste. Putain  c‘est bien ça un mec il dit pardon et on doit tout excuser ? non mais tu rêves ! . Je n’ai pas le temps de calmer mes hormones, mes paroles sortent.

- Je t’ai pas demandé de me materner... tu regrettes et alors ? ça change quoi… Je sens mon irritabilité se transformer en colère. Tu ne crois tout de même pas que parce que tu as l’air désolé, je vais te pardonner .

Mon sourire s’est effacé. Je sors la boite de mon sac t je la pose sur le siège à cote de moi. Tu sembles surpris par mon agressivité soudaine moi aussi d’ailleurs.

- Arrête toi ! je veux descendre ! J’irais toute seule là-bas, il te suffit de donner la boite à l’infirmière elle saura quoi en faire.

Je pose ma main sur la poignée de la porte.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: The first step [Chris & Lily] Ven 11 Mar 2016 - 10:33




Clic here for music Lily + Chris
« Close your eyes and count to ten, maybe loves the only answer. »
Je trouve bon durant le trajet de te faire part de mes regrets dans un élan de franchise que je te dois bien mais ça provoque visiblement l'effet inverse sur toi. Durant un instant, tu ne dis rien puis les mots sortent aussi vivement que la patience que tu ne sembles plus pouvoir contenir.

- Je t’ai pas demandé de me materner... tu regrettes et alors ? ça change quoi…

Ton irritabilité se transforme soudain en colère. C’est pourtant censé changer beaucoup de choses sur l'idée que tu as pu te faire de moi et de ce qu'il y avait dans mon esprit. Ce n'est pas rien pour moi de te soumettre ces regrets.

- Tu ne crois tout de même pas que parce que tu as l’air désolé, je vais te pardonner.

Tu sembles aussi agitée que tes propos et je fais bien de ralentir un peu lorsque je te vois farfouiller dans ton sac, présageant une drôle de réaction de ta part à venir. Ok tu m'en veux, c’est légitime. Mais tu sembles oublier que tu n'es pas toute blanche non plus. Je t'en ai tout autant voulu mais là je fais un effort pour éviter les tensions. Tu sors la boite de ton sac et la poses à côte de toi. Ton agressivité soudaine me surprend.

- Arrête toi ! Je veux descendre ! J’irais toute seule là-bas, il te suffit de donner la boite à l’infirmière elle saura quoi en faire.

Je me dirige vers le bas côté de la route sans un mot. Je crois que le calme est la seule réaction censée sur le moment. De ton côté, on te dirait limite prête à sauter en route vu ta main déjà engagée sur la poignée de la portière. Je stoppe le véhicule et tu descends alors sans attendre. Inutile de te retenir, tu ne ferais que te débattre.
Les deux mains posées sur le volant, je demeure silencieux. Je finis par couper le moteur en te voyant t'éloigner un peu. Je descend à mon tour. J'hésite à te rattraper. Ça ne fera éventuellement que te pousser à presser le pas et t'éloigner plus encore. Je croise finalement les bras sur le toit de la voiture et te regarde t'éloigner. Je sais que tu vas te retourner à un moment ou à un autre. Ou pas. T'es vraiment furax. Qu'est-ce qu'il t'arrive d'un coup ? Je pensais que tu regretterais ton élan de colère et reviendrais sur tes pas mais non. Je te rattrape alors en pressant le pas. J'attrape ta main et te force à stopper, puis te retourne face à moi. Je pourrais te dire que j'ai promis d'y aller avec toi ou te sortir n'importe quel autre argument mais ça ne fonctionnerait sûrement pas et ça ne ferait sans doute qu'attiser un peu plus ta colère. Je n’ai pas envie de tout ça alors je t'adresse juste un regard tendre qui signifie ce que je désire et attends de toi. Juste un regard que je te force à soutenir par l'intensité du mien.



©️ 2981 12289 0


Dernière édition par Chris Crow le Dim 13 Mar 2016 - 18:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: The first step [Chris & Lily] Ven 11 Mar 2016 - 19:39


The first step



- Arrête toi ! Je veux descendre ! J’irais toute seule là-bas, il te suffit de donner la boite à l’infirmière elle saura quoi en faire.

Tu réagis au quart de tour dès que je mets ma main sur la poignée de la porte. Tu te gares rapidement sur le côté. J’ouvre la portière et je descends rapidement sans me retourner. J’avance tout droit et je ralentis cherchant à me repérer. J’entends la portière s’ouvrir et se refermer mais je ne me retourne même pas bien trop agacée. Non mais tu crois vraiment qu’il suffit de claquer des doigts pour que j’oublie ce que tu as pu être . Je sens que l’on emprise ma main.

Je me retourne je ne t’aie pas entendu arriver. Tu ne lâches pas prise, j’esquive ton regard. Tu attrapes mon menton tendrement sans rien dire. Mon regard se perd dans le tien et ma colère retombe comme un soufflé. Tu sembles juste vouloir me dire « viens ! ». Je te suis docilement jusque la voiture sans prononcer un mot. Tu m’ouvres la portière pour que je remonte dans le pick up. Je me tourne vers toi, j’esquisse un pale sourire.

- Je suis désolée. Je n’arrive pas à comprendre que tu puisses changer autant avec moi. Ça me fait peur

Les premiers temps où je venais voir Thom, tu m’avais toujours accueilli avec bienveillance. Je ne sais même pas si à cette époque tu étais avec quelqu’un. Je crois mais si j’avais un faible pour toi j’avais attendu des années avant de me l’avouer. Je t’avais regardé mainte fois sculpter. Je me souvenais de mon regard sur tes muscles. A défaut d’être loquace sur tes sentiments, tes impressions lorsqu’il s’agissait de tes créations tu devenais plus bavard. J’avais adoré ses longues heures auprès de toi . Apprendre un peu plus sur les coutumes et croyances amérindiennes m’avaient aidé à reprendre mes études. Puis nous avions couché ensemble sans vraiment l’avoir cherché. Je me souviens juste que ça me paraissait évident et naturel d’être entre tes bras. Puis il y a avait eu la violence en boite de nuit, ton départ sans nouvelle et notre rupture. Notre rencontre suivante s’était avérée bien plus délicate. Puis il y avait eu les rumeurs sur tes combats clandestins. L’ours était devenu un grizzly puis là tu redevenais ours. Trop de changements en quelques mois.

- Tu vas peut être voir un fils et si tu redevenais agressif ?

Je m'installe, tu n'as rien dit. Je te regarde avec sérieux tandis que tu referme la portière et monte du coté conducteur.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: The first step [Chris & Lily] Ven 11 Mar 2016 - 21:41




Clic here for music Lily + Chris
« Close your eyes and count to ten, maybe loves the only answer. »

Mon regard s’attarde un peu trop longtemps dans le tien, mais il ne réside aucun trouble et tu me suis jusqu'à la voiture en te laissant guider, ma main toujours dans la tienne. Ce contact me fait tout drôle, ça fait tellement longtemps. Mais je ne veux pas m'attarder sur ces sensations ni à ce à quoi elles me ramènent. Je ne lâche toutefois pas tout de suite ta main tandis que je t'ouvre la portière. Tu te tournes vers moi dans l'ouverture de cette dernière avec un faible sourire.

- Je suis désolée. Je n’arrive pas à comprendre que tu puisses changer autant avec moi. Ça me fait peur.

- Ces changements ce sont les efforts que je fais pour redevenir celui pour qui tu avais du respect ... celui pour qui j'avais moi-même du respect.

Je comprends néanmoins tes craintes mais je sais qu'aucun mot ne saura les apaiser. Pas tout de suite en tout cas. Je dois faire mes preuves avant. J'ai été plus qu'inconstant ces derniers mois.

- Tu vas peut être avoir un fils et si tu redevenais agressif ?

- Tu risques de mettre du temps avant d'entrevoir ce qui saura te rassurer. Mais ne serait-ce que pour la promesse que je me suis faite, pour rien au monde je ne désire me comporter de nouveau de la sorte. Ça ne m'a rien apporté de bon. Crois encore moins que je puisse faire subir ça à un môme. Mais ne me la joue pas à l'envers non plus parce que, Lily, tu m'as fait souffrir comme on ne l'avait encore jamais fait. Je n'étais encore jamais tombé aussi bas. Et je n'ai pas envie d'être plus tourmenté que je ne le suis déjà.

Tu t'es installée entre temps et je me suis accroupis devant toi dans l'embrasure de la portière. Ma main s'est posée sur ton genoux sur mes derniers mots. Je me relève, prêt à faire le tour de la voiture, toutefois, j'ajoute :

- Je ne veux plus jamais avoir à te faire souffrir ... je ne veux plus jamais qu'on se fasse souffrir pour quoi que ce soit.

C'est là une promesse que je compte tenir. Je ne veux aucune tension, aucun coup bas entre nous. Quoi qu'il arrive.
Je referme la portière et regagne ma place. Nous reprenons la route. L’hôpital est tout proche désormais. Nous y arrivons bientôt et nous dirigeons alors vers le service en question.



©️ 2981 12289 0


Dernière édition par Chris Crow le Dim 13 Mar 2016 - 18:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: The first step [Chris & Lily] Dim 13 Mar 2016 - 12:35


The first step



- Tu vas peut être voir un fils et si tu redevenais agressif ?

Tu restes une seconde dans l’embrasure de la porte. Je monte et tu t’accroupis.  Tu fais quoi là ? on dirait une demande en mariage ! Tu me rassures de suite lorsque tu prends la parole.

-  Tu risques de mettre du temps avant d'entrevoir ce qui saura te rassurer. Mais ne serait-ce que pour la promesse que je me suis faite, pour rien au monde je ne désire me comporter de nouveau de la sorte. Ça ne m'a rien apporté de bon. Crois encore moins que je puisse faire subir ça à un môme. Mais ne me la joue pas à l'envers non plus parce que, Lily, tu m'as fait souffrir comme on ne l'avait encore jamais fait. Je n'étais encore jamais tombé aussi bas. Et je n'ai pas envie d'être plus tourmenté que je ne le suis déjà.

Ta main se pose sur mon genou. Je baisse les yeux gênée. Je sens les battements de mon cœur s’accélérer. Je t’écoute sagement. Mes yeux s’étrécissent lorsque tu dis « ne me la joues pas à l’envers ». Je ne sais pas trop si je dois le prendre pour une menace ou un aveu. Tu te redresses, tu t’appretes à fermer la porte puis tu ajoutes ?

- Je ne veux plus jamais avoir à te faire souffrir ... je ne veux plus jamais qu'on se fasse souffrir pour quoi que ce soit.  

Je me pose de nouveau la question de la menace ou de l’aveu. Tu refermes la portière et nous partons vers l’hôpital. Nous nous dirigeons vers le service des analyses. Je croise virtuellement les doigts dans ma tête pour ne pas croiser qui que ce soit que je connaisse. L’infirmière te montre un siège puis commence les prélèvements. Je m’installe un peu plus loin derrière un paravent. Une infirmière enfonce l’aiguille dans mon bras délicatement puis rempli des tubes aux bouchons de différentes couleurs. Elle colle les étiquettes puis pose les flacons dans la boite. Je descends ma manche et repars dans le couloir t’attendre.  Tu me rejoins au d’un moment et nous repartons.

Tu m’ouvres de nouveau la portière galamment. Je te regarde t’installer et démarrer. Mes révisions sont à jour, je n’ai rien de particulier à faire et je n’ai pas de cours aujourd’hui.

- Je n’ai pas envie de rentrer de suite… en plus c’est bruyant à cette époque ci la résidence. Tu dois aller bosser ?

Tu me réponds et j'enchaine sur un autre sujet qui me trouble. Je croise les mains devant, je ne suis pas sûre de moi, pas sûre d’avoir bien compris et ça m’agace.

- Tu sais je ne sais comment interpréter ce que tu as dit avant que nous entrions à l’hôpital. . Je replie les genoux vers moi comme un réflexe de protection. Tu as l’air de dire que c’est de la faute de ma trahison si tu as été aussi loin, aussi mal mais nous étions encore ensemble quand tu as massacré les types après la sortie de la boite, je ne sais même pas si tu ne les aurais pas tué.

Une boule se forme dans ma gorge mais je ne peux m’arrêter là. Je déglutis hésitant quand aux mots que je pourrais employer mais je sens une nouvelle crise d’irritabilité monter. Il faut que je sorte ça avant de m’emporter bêtement.

- Puis ne me la joues pas à l’envers, je ne veux plus avoir à te faire souffrir… ça sous entends quoi ? Je ne te l’ai pas joué à l’envers justement c’est justement d’avoir été honnête avec toi qui m’a fait souffrir car tu n’as pas été le seul à trinquer. Mais je t’accorde que c’est moi qui t’aies trahi et je n’avais qu’à faire comme la plupart des habitants de cette putain ville. Ils s’observent, adorent les commérages, cachent pleins de secrets derrière leur porte !



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: The first step [Chris & Lily] Jeu 17 Mar 2016 - 11:24




Clic here for music Lily + Chris    
« Close your eyes and count to ten, maybe loves the only answer. »

Dès lors où nous remontons en voiture, un silence gêné demeure entre nous. Mes propos doivent tourner dans ton esprit. Je suis moi aussi dans mes pensées même si je reste concentré sur la route. Une fois arrivés, j'ai une drôle de boule au ventre. Je ne suis pas un habitué de ce genre d'endroits, je les ai toujours fuit à vrai dire. Les analyses sont plutôt rapides, ça prend moins de temps que ce que je ne pensais. Je m'efforce de me détendre et ne pas songer aux deux options sur lesquelles vont déboucher ces prélèvements. Tu en as visiblement fini avant moi puisque je te retrouve dans le couloir un moment plus tard.
Nous quittons les lieux. Une fois en voiture, je ne démarre pas tout de suite. J'ai envie de te proposer d'aller manger un bout ensemble histoire de ne pas rentrer chacun chez soi de suite. Mais tu me devances alors.

- Je n’ai pas envie de rentrer de suite… en plus c’est bruyant à cette époque-ci la résidence. Tu dois aller bosser ?

- J'allais te proposer d'aller manger un bout, soulignais-je justement.

Je démarre et quitte la place de parking en effectuant une marche arrière. Mon regard se pose un instant sur toi tandis que je regarde ensuite à nouveau devant. Tu sembles encore troublée par une certaine gêne, et tu la manifestes par ce que tu déclares alors.

- Tu sais, je ne sais comment interpréter ce que tu as dit avant que nous entrions à l’hôpital..

Tu te replies légèrement et poursuis.

- Tu as l’air de dire que c’est de la faute de ma trahison si tu as été aussi loin, aussi mal mais nous étions encore ensemble quand tu as massacré les types après la sortie de la boite, je ne sais même pas si tu ne les aurais pas tué.

Je retiens un soupir. Je ne peux pas te reprocher de vouloir évoquer tes craintes ni d'en éprouver. C'est tout-à-fait légitime. Mais je demeure néanmoins passablement silencieux. Je ne vois pas ce que je pourrais argumenter de plus que ce que j'ai déjà dit. Tu poursuis sur le fond de ta pensée. Tu sembles vouloir te libérer de tout poids nourri à partir de tes doutes.

- Puis ne me la joues pas à l’envers, je ne veux plus avoir à te faire souffrir… ça sous entends quoi ? Je ne te l’ai pas joué à l’envers justement c’est justement d’avoir été honnête avec toi qui m’a fait souffrir car tu n’as pas été le seul à trinquer. Mais je t’accorde que c’est moi qui t’aies trahi et je n’avais qu’à faire comme la plupart des habitants de cette putain ville. Ils s’observent, adorent les commérages, cachent pleins de secrets derrière leur porte !

Qu'est-ce que sous entends ma déclaration d'un peu plus tôt lorsque j'ai dis ne plus vouloir te faire souffrir ?! Je demeure sceptique. Tu as l'air d'avoir interprété ça comme une menace.

- Aucun sous-entendu. Je ne veux plus qu'on se fasse du mal maintenant qu'on a tout posé à plat. Parce qu'il n'y a plus de raison et qu'il n'y en aura plus.

Il n'y a aucune menace là-dessous. Juste une promesse. Celle de ne plus me comporter de manière à te blesser.

- Je ne comprends même pas comment tu as pu envisager mes propos sous un autre angle. Il va vraiment falloir que tu réapprennes à me faire confiance sur ce coup là, tout comme moi je m'y suis engagé.

Ça me frustre à l'idée que tu interprètes à nouveau mal mes propos vu tes récentes sautes d'humeur. Je n'ai pas envie d'avoir à me poser des questions à chaque foutu propos qui sort de ma bouche. Si les efforts que je démontre peu à peu ne suffisent pas à te rassurer, je ne peux pas faire grand chose de plus. Tout comme pour cette histoire qui date de quelques mois. A quoi beau rebondir sur ces faits ? Ces types avaient l'intention d'abuser de toi. Tu voulais que je réagisse comment ? Je me suis certes déchainé après eux mais il en aurait fallu plus pour les tuer. Toutefois, il est certain que ça a du être impressionnant pour toi, sans compter sur le geste que j'ai esquissé envers toi lorsque tu as voulu t'interposer. Un geste que j'ai retenu cette fameuse fois ... mais que je ne t'ai pas épargné la dernière fois qu'on s'est vus, du moins, lorsque tu es venues me trouver un temps après notre séjour à Bora Bora. Avancer que je n'étais pas moi-même avec l'alcool et la colère qui circulait à travers moi, ne te rassurerait en rien tout comme ça ne minimiserait aucun des conflits qu'on a rencontré ensemble.
Une pointe de colère s’immisce toutefois en moi alors que j'ai envie de te balancer que j'aurais peut-être du les laisser faire et me comporter comme un gentil petit gars qui se contente d'appeler les flics. Ça aurait été une sacrée leçon pour eux, tu crois pas ? Surtout quand on sait comment les autorités interviennent dans ce genre de cas. Ce sont les rois de l'intervention rapide sans compter sur l'efficacité. Je vois le truc d'ici. "Désolé, on ne peut rien leur reprocher, il n'y a pas de trace de violence visible, et l'amérindien n’est pas un témoin fiable pour nous."

Peu importe ... je finis par te glisser que quoi que je dise, mes propos ne suffiront pas à te rassurer et qu'il ne tient qu'à moi de faire mes preuves.

- Pour rien au monde je ne lèverais ni n'esquisserais plus jamais un geste de la sorte envers toi, tenais-je à souligner.

Nous nous rendons dans un petit resto en bord de route le long de la rivière Clearwater, où nous nous rendions souvent avant. Nous nous installons à une table au fond, le long de la baie vitrée. Le soleil brille dehors et souligne le contour des lettres imprimées sur la devanture de l'établissement de reflets rouges. Le Printemps s'annonce. Ça fait du bien de voir disparaitre la grisaille de ces derniers jours. Installé sur la banquette face à toi, je me cale dans le coin contre la vitre. La serveuse ne tarde pas d'arriver. Elle nous salue de façon familière, on la connait bien pour être venus plusieurs fois ici et avoir quasi toujours été servis par elle.

- Qu'est-ce que vous prendrez les tourtereaux ?

Elle n'est pas au courant que toi et moi ne formons plus un couple. Étonnant d'ailleurs vu les ragots qui ont vite fait de circuler en ville par rapport à ce genre de choses.
Elle n'a que le temps de prendre notre commande lorsque le patron l'appelle. Et elle ne revient vers nous qu'un moment plus tard. En attendant, je m'intéresse à toi.

- Où en es-tu par rapport à tes études ? Les examens sont fixés à partir de quelle date exactement ?

Nous discutons de ça puis Norma est bientôt de retour avec nos commandes. Elle a un peu plus de temps pour papoter un peu.

- Ça faisait longtemps qu'on ne vous avait plus vu ici tous les deux. Ça va Lily côté études ? Pas trop dur avec les exams qui se rapprochent ? Ma nièce que tu connais est en plein stress de son côté.

En effet, tu connais sa nièce de vue sur l'université. Norma nous parle un peu d'elle.

- Et toi Chris, tu bosses sur quoi en ce moment ? J’ai vu ce que tu avais fait au W&B Inn ainsi que sur le panneau à l'entrée de la ville. Félicitations, c’est une réussite !

Puis elle retourne son regard vers toi, si bien que je n’ai pas le temps d'en placer une avec cette pipelette, alors qu'elle profite des félicitations pour t'en glisser à toi aussi ou plutôt à nous. Elle n'a pas manqué de remarquer l'arrondi de ton ventre et la façon dont ta main est posée dessus.

- Félicitations la future maman, te dit-elle avec le sourire avant de se tourner vers moi et de souligner. Tu dois être très fier.

J'esquisse un doux sourire qui n'est habité que par mon désir d'être en effet le père.

Elle n'insiste pas sur le sujet et blablate déjà sur autre chose en parlant un peu de ce qui s'est passé ces derniers temps ici dont une histoire amusante avec un client il y a peu. Tandis qu'elle parle, nous commençons déjà à taper gentiment dans nos assiettes. Mon regard s'attarde sur toi alors que tu la regardes et que tu acquiesces poliment à ses propos. Norma est adorable mais elle parle trop. Je devine combien tu dois souhaiter qu'on puisse enfin manger tranquille, ça me tire un sourire amusé. Les reflets rouge du contour des lettres sur la vitre se reflètent dans tes cheveux. Puis Norma me tire de mes pensées en attirant mon attention tandis que j’ai le regard rivé sur toi.

- Tu m'écoutes ? dit-elle à demi amusée. Elle ne va pas se sauver si tu la lâches deux minutes du regard tu sais.

Elle a toute mon attention sans que je ne formule quelque excuse à l'intérêt que je t'ai porté un instant. Et elle me signifie alors que le patron parlait de créer une fresque sur le mur derrière nous à partir d'un panneau en bois d'une certaine taille et de faire appel à moi plutôt que de créer une scène peinte à même le mur comme on voit dans certains établissements.

- Dis à ton patron de poser ses idées et son thème, ça devrait être aisément réalisable pour moi. Quelque soit son délais, j'ai du temps en ce moment pour m'y atteler.

Enfin un délais qui comprend tout de même un minimum raisonnable par rapport au temps de réalisation. Elle nous laisse enfin tranquille en signifiant que c'est entendu et en nous souhaitant un bon appétit, puis elle rejoint le comptoir avant de s'éclipser derrière les cuisines. Il doit y avoir quatre tables d'occupées à cette heure. Mais à l'extérieur, quelques voitures s'engagent sur le parking. Ça discute tranquillement aux tables de l'autre côté. Un couple se bécote. A une autre table, un homme seul a le nez plongé dans le journal. La radio passe de vieux tubes country. Le murmure des cuisines avec le tintement des casseroles les accompagnent. Le soleil progresse sur la table au fil des minutes, traçant un rayon au milieu entre nos deux assiettes. Mes doigts courent au centre.

- J'ai cru qu'elle n'allait jamais nous lâcher la grappe, soulignais-je avec un sourire complice pour toi.



©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: The first step [Chris & Lily] Ven 18 Mar 2016 - 11:21


The first step


Tu me proposes d’aller manger ensemble lorsque je te dis que je ne souhaite pas rentrer de suite. Puis j’aborde un sujet qui me taraude. Tes propos m’ont laissé un peu perplexe. Je ne résiste pas à tout te déballer. Ton calme est contrastant face à ce que je te dis, tu restes silencieux. Tu sembles presque surpris lorsque j’évoque mes doutes concernant l’interprétation que je pourrais avoir de tes paroles

- Aucun sous-entendu. Je ne veux plus qu'on se fasse du mal maintenant qu'on a tout posé à plat. Parce qu'il n'y a plus de raison et qu'il n'y en aura plus.

Je hoche la tête malgré que tes derniers mots me fassent sourire intérieurement.  Qui pourrait être sûr de ce qui arrivera demain ? Mais je sais en mon for intérieur que tu me dis ça pour me montrer que ce sont tes résolutions et que tu comptes les tenir.

- Je ne comprends même pas comment tu as pu envisager mes propos sous un autre angle. Il va vraiment falloir que tu réapprennes à me faire confiance sur ce coup là, tout comme moi je m'y suis engagé.

Je hoche de nouveau la tête avec une moue gênée. Te faire confiance ? J’y arrivais avant. Je t’avais côtoyé pendant plus de quatre ans. D’ailleurs à bien y réfléchir je ne te craignais toujours pas ! Je crains juste que tu puisses blesser le bébé… mais d’un autre coté si tu l’avais su avant tu ne m’aurais peut-être pas brusqué même sous la colère. J’évite ton regard me concentrant sur la route. Je crois deviner où tu nous emmènes. Me reviennent en mémoire nos moments amicaux, j’avais confiance en toi.

- Pour rien au monde je ne lèverais ni n'esquisserais plus jamais un geste de la sorte envers toi

- Tu as raison. On doit réapprendre à se faire confiance

Tu te gares sur le parking d’un restaurant que nous avions fréquenté pour sa tranquillité et sa position. Il n’est pas trop loin de la ville pour éviter de faire des heures de route et  suffisamment loin pour éviter de rencontrer trop monde. Nous nous installons vers la baie vitrée. La serveuse est toujours la même comme si les lieux ne pouvaient se passer d’elle. C’est peut être le cas d’ailleurs. Nous nous sommes installés depuis peu lorsque elle vient prendre notre commande.

- Qu'est-ce que vous prendrez les tourtereaux ?

Les tourtereaux ! ça c’est du passé. Je laisse mon regard courir sur les lettres du « double RR diner ». Les deux RR bien rouge semblent encore plus vifs avec le soleil qui les transperce. Puis tu m’arraches de ma contemplation avec une question.

- Où en es-tu par rapport à tes études ? Les examens sont fixés à partir de quelle date exactement ?

- Je passe mes exams le mois prochain et mes révisions sont bien avancées. Juste encore quelques jours et j’aurais un autre exam dans deux mois environ après un stage

Nous n’avons pas le temps de parler plus que la serveuse revient avec nos plats. Je regarde mon assiette et je commence à picorer les fritures de poulet  accompagnant mon burger.

- Ça faisait longtemps qu'on ne vous avait plus vu ici tous les deux. Ça va Lily côté études ? Pas trop dur avec les exams qui se rapprochent ? Ma nièce que tu connais est en plein stress de son côté.

Sa nièce n’était pas dans la même filière que moi mais nous avions deux cours communs et dans l’amphi nous étions cote à cote. Elle avait fait partie des quelques personnes qui ne m’avaient posé vingt mille questions à mon retour en cours ou ne m’avaient pas regardé comme un animal de foire.

- ça va à peu près bien, je suis bien avancée dans mes révisions

- Et toi Chris, tu bosses sur quoi en ce moment ? J’ai vu ce que tu avais fait au W&B Inn ainsi que sur le panneau à l'entrée de la ville. Félicitations, c’est une réussite !

Elle se tourne vers moi auprès m’avoir regardé un instant. Elle pose son regard sur mon ventre. J’ai retiré mon pull et le léger arrondi est visible. Je pose ma main dessus.

- Félicitations la future maman, dit-elle avec le sourire avant de se tourner vers toi Tu dois être très fier.

Mon regard va de toi à elle. Tu souris à sa question. Comment pourrais-tu lui répondre ! tu ne sais même pas s’il est de toi. Cependant elle ne semble pas se préoccuper de ton silence et continue à nous raconter ce qui s’est passé au restaurant de temps en temps. Je l’écoute poliment en souriant. A demi attentive mon esprit divague de nouveau. Je me demande si Clea aurait aimé cet endroit. Peut-être y est-elle venue avec Samuel, Dwight, Eddy ou Vidal ? Norma te rappelle à elle en haussant gentiment le ton. Je me tourne vers toi, tu me fixes en souriant.

- Tu m'écoutes ? Elle ne va pas se sauver si tu la lâches deux minutes du regard tu sais.

Tu reportes ton attention sur elle et je rougis à sa réflexion. Elle commence à t’expliquer que son patron aurait besoin de tes services et je repars dans mes divagations avec un sourire poli affiché sur le visage. Je ne peux m’empêcher de me demander ce qui aurait pu se passer sans la disparition de ma sœur. Je suis presque sûre que je ne t’aurais pas rencontré. Ma main caresse sans que je m’en rende compte mon ventre. Je n’aurais pas eu ça.

- J'ai cru qu'elle n'allait jamais nous lâcher la grappe. me dis tu souriant

Mon attention se reporte sur toi sortant de mes rêveries, je ne l’avais même pas vu partir. Je ne sais que te répondre sur l’instant puisque je ne faisais même plus attention à elle. Cependant c’est vrai que Norma avait toujours été loquace et curieuse.

- Elle ne t’avait pas vu depuis longtemps, c’est pour ça. Bon appétit.

Tandis que j’engloutis peu à peu les aliments de mon assiette, un sujet envahit pleinement mon esprit. Comme une vague qui balaye tout, il me reste en tête qu’une question qui me parait primordiale et existentielle.

- Comment je fais pour retrouver Clea ? aucun de vous ne semble la chercher

Il semblerait que tu ne t’attendais pas à cette question. Tu tentes de me raisonner en m’expliquant que les traces depuis tant d’années se sont effacées. Mais bien sûr pour trouver Vidal et Samuel ça l’avait fait


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: The first step [Chris & Lily] Sam 19 Mar 2016 - 10:59




Clic here for music Lily + Chris
« Close your eyes and count to ten, maybe loves the only answer. »

Norma s'éloigne et nous pouvons enfin savourer pleinement notre repas. Nous échangeons à peine quelques mots lorsque tu dérives sur un tout autre sujet qui n'est pas sans me mettre quelque peu mal à l'aise.

- Comment je fais pour retrouver Clea ? Aucun de vous ne semble la chercher.

La surprise doit se voir sur mon visage. C’est tellement soudain. Mais quitte à poser toutes tes angoisses à plat, c’est sans doute en effet le moment pour toi.

- Non tu as raison ... déclarais-je une fois la surprise passée, avant de t'expliquer qu'on m'avait sollicité à une époque et que toutes traces se sont effacées avec le temps. C'est dur d'avoir à déclarer ça. C'est dur également pour moi de n'avoir pu faire plus. Samuel a été retrouvé mais beaucoup de chance a joué en partie là-dedans. Nous n'avons pas pour autant réussi à trouver le lieu où il était retenu, nous n'avons pas non plus réussi à lever le voile sur le mystère de toutes ces disparitions. Quant à Vidal, c'est Sammy qui est tombée sur elle au hasard d'une balade. Je t'expose tout ceci en soulignant que j'aurais aimé pouvoir retrouver ta sœur mais aussi le fils Oswald et le frère de Vidal. Je te révèle d'ailleurs dans la foulée que fin Juillet de l'année dernière, je suis allé rendre visite à cette dernière suite à une révélation qui m'a ouvert sur l'hypothèse d'un potentiel trafic d'êtres humains. C'est délicat d'évoquer ceci mais tu as assez de force et de raison pour y avoir toi-même songé, et pour pouvoir encaisser mes propos.
Malheureusement, ça n'avait rien donné avec Vidal, elle s'était fermée complètement tout en soulevant le doute. Il est clair qu'elle en sait plus que ce qu'elle ne dit et malgré mes arguments et le fait que j’ai soulevé à cette période qu'elle se trahissait à moitié par ses propos sur le fait qu'elle en savait plus, ça n'a rien donné. J'aurais pu insister un peu plus encore mais ça n'aurait fait que la braquer et je n'aurais pas obtenu mes réponses. De son côté, elle n'a pas cherché à me recontacter comme je l'y avait invitée. Et il est clair qu'elle a peur pour sa vie et celle de ses proches même si une autre option tend malgré moi à la culpabiliser plutôt que la voir telle une victime à force de cogitation. Qui sait ce qui se cache derrière tout ça. Il m'est toutefois impossible à l'heure actuelle de pouvoir de nouveau l'approcher. La première fois, j'avais joué d'un monstrueux coup de pot en l'absence de ses parents.

Tout ceci mis à part, nous revenons au fur et à mesure vers une conversation plus banale. Plus tôt, tu m'as parlé des examens qui approchent et d'un stage que tu dois effectuer.

- Tu as déjà ciblé pour ton stage ? dis-je en songeant qu'il y aurait eu possibilité auprès de moi, vu mon domaine.



©️ 2981 12289 0

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: The first step [Chris & Lily] Sam 19 Mar 2016 - 23:56


The first step


Tu laisses un petit silence s’installer entre nous mais plus par surprise que par acte volontaire. Puis tu avoues simplement.

- Non tu as raison ...

Tu me racontes que les autorités t’ont sollicité mais sans résultat. Tu me dis aussi que tu aurais aimé faire plus pour retrouver Clea. J’ai la sensation que tu t’excuses de ton impuissance. Tu me révèles aussi que tu as eu l’occasion de parler à Vidal et que son histoire t’a laissé la sensation qu’il y a des secrets qu’elle ne t’a pas dit. Vidal ! Je l’avais bien connu . Nous avions même eu quelques points communs… un de trop d’ailleurs c’est ce qui nous avait séparé… un mec, une amourette de passage qu’elle avait jeté dès qu’elle s’en était lassée. J’avais eu l’affront de vouloir y succomber aussi et la guerre entre nous s’était déclarée. Une rivalité sur tout, être la plus populaire, vendre le plus de billet de tombola… j’avais arrêté ce jeu lorsque Clea avait préféré trainer avec elle plutôt qu’avec moi. Lors de son retour j’avais tenté de l’approcher mais sa famille s’y était opposée et je n’avais pas réussi à la contacter.

Nous continuons à manger puis tu repars sur le sujet de mes études. Tu me poses un peu plus de questions sur mes révisions et les thèmes étudiés. Je te décris les différents courants que l’on a étudiés cette année. Aussi que je compte présenter une thèse sur l’art amérindien et sa répercussion sociologique.

- Tu as déjà ciblé pour ton stage ?

- Plus ou moins, je l’avais évoqué lorsque nous étions ensemble dis-je avec une pointe d’amertume j’escomptais venir dans ta boutique mais à notre séparation j’ai dû me trouver un autre lieu. Un musée de Seattle veut bien m’accueillir et m’héberger… mais je ne sais pas trop… ça s’éloigne de mon sujet de thèse

J’avais eu du mal à trouver mais ils s’étaient montrés fort conciliants et compréhensifs lorsque je leur avais appris que je continuais à chercher pour trouver un lieu plus approprié à mes recherches. Lorsque j’avais choisi mon sujet, j’avais pensé le faire dans ta boutique. A cette époque-là je n’avais pas imaginé que nous deviendrions intimes, pas plus que j’aurais imaginé une séparation et encore moins que je serais enceinte. Mon assiette est finie. Je penche un peu la tête et te regarde finir la tienne. La serveuse revient pour les desserts.

- euh je ne sais pas trop quelle pie choisir !

Je regarde avec gourmandise les photos des deux desserts. Comme si tu comprenais mon dilemme, tu tranches en me commandant les deux desserts. Je te remercie d’une moue amusée

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: The first step [Chris & Lily] Dim 20 Mar 2016 - 12:08




Clic here for music Lily + Chris    
« Close your eyes and count to ten, maybe loves the only answer. »

La conversation se reporte sur tes études tandis que je cherche à savoir sur quoi tu travailles exactement pour cette fameuse thèse. Tu parles des thèmes abordés avec une certaine passion. C'est vraiment ton truc. C'est bien que tu aies ainsi pu reprendre.
Ta thèse portera sur l’art amérindien et ses répercussions au niveau sociale. Un sujet intéressant qui me touche de près. Puis je te demande :

- Tu as déjà ciblé pour ton stage ?

Je me rappelle qu'on l'avait évoqué il y a un moment mais depuis, tout a changé. Et c'est ce que tu soulignes dans tes propos.

- Plus ou moins, je l’avais évoqué lorsque nous étions ensemble.

Je ressens cette pointe d'amertume dans ta voix alors que tu poursuis.

- J’escomptais venir dans ta boutique mais à notre séparation, j’ai dû me trouver un autre lieu. Un musée de Seattle veut bien m’accueillir et m’héberger… mais je ne sais pas trop… ça s’éloigne de mon sujet de thèse.

- Ce serait en effet dommage de t'en éloigner, acquiesçais-je avant de me plonger dans mes réflexions.

Je grappille les deux-trois derniers bouts restant dans mon assiette. Norma ne tarde pas à venir nous solliciter pour le dessert. Tu hésites sur deux tartes qui te tentent autant l'une que l'autre. Cette petite moue gourmande que tu esquisses révèle autant ton réel dilemme qu'elle est indéniablement craquante. Je tranche alors en commandant les deux.

- Elles sont trop fameuses pour se priver, lançais-je à Norma qui prend aussitôt note et repart avec nos assiettes.

Ça fait du bien de voir ce sourire sur tes lèvres. Je bois une gorgée puis laisse mes doigt jouer sur le bord du verre tandis que je me cale au fond de la banquette. Mon regard se porte un instant à l'extérieur. J'ai toujours la même chose en tête. Et je me décide à te glisser le fond de ma pensée tandis que le soleil s'invite de manière encore plus imposante entre nous.

- Oublie ce stage à Seattle. Tu le feras comme tu l'envisageais à la boutique. J'ai vraiment envie de t'aider si tu le désires toujours. Laisse-moi le faire ... glissais-je en te relevant les yeux sur toi, l'air parfaitement sûr de moi et de ma proposition, alors que je chipe une cuillerée de ta tarte à la cerise.

Un moment plus tard, nous nous apprêtons à quitter le restaurant. Je te laisse m'attendre dehors tandis que je règle la note au comptoir. Je glisse un mot à Norma en comptant sur sa discrétion pour le bébé. Elle est certes pipelette mais il me semble que l'on peut compter sur elle lorsqu'il s'agit de garder un secret, au moins pour un temps.
Je te rejoins ensuite dehors sous un soleil bien présent. Pas l'ombre d'un nuage dans le ciel. Nous grimpons en voiture et une fois de nouveau sur la route, je ne te demande même pas si je te raccompagne ou non, et décide de te conduire derechef à la boutique. Tu sembles surprise lorsqu'on se gare sur le parking de cette dernière. Je viens t'ouvrir la portière et te guide par la main, comme poussé par un vieux réflexe.

- J'ai un petit quelque chose pour toi qui attend depuis longtemps.

Nous traversons la boutique et rejoignons l'atelier à l'étage. Je lâche ta main seulement une fois arrivé en haut, pour me rendre vers le fond de la pièce. Je reviens avec une petite pièce de bois nichée dans le creux de ma main. J'ouvre l'une de tes paumes et y dépose l'objet.

- Je l'ai gardé depuis tout ce temps, dis-je en déposant un baiser sur ton front alors que je me glisse déjà plus loin en te parlant de quelques ouvrages intéressants que je renferme dans la bibliothèque et qui devraient pouvoir grandement t'aider. Il s'agit d'exemplaires rares qui me sont d'autant plus précieux de par ce fait et de par leur provenance. Je les montre rarement. Je pose ces derniers sur la grande table dont je débarrasse une partie.
Je te fais signe de t'approcher pour y jeter un œil et t'explique comment je me les suis procuré.

- Ils appartenaient à une figure reconnue de la Réserve. Il avait une grande collection. C'était pour ainsi dire l'ancien chef de tribus. Mais je n'ai pas hérité que de ça. J'ai commencé à retaper sa maison après sa disparition. Une maison qu'il a voulu me léguer. J'y travaille depuis un paquet de temps. Les travaux sont presque terminés.

Je ne sais pas si je dois te dire que j'avais envisagé cette maison pour nous deux fut un temps. A quoi bon évoquer ce point ... . Je souligne néanmoins que je devrais pouvoir y habiter sous peu.

- Nouvelles bases, nouvelle vie pour ainsi dire.

Tu me demandes ce que deviendra l'ancienne maison de famille. Cette maison qui renferme autant de souvenirs positifs que négatifs. Et je t'explique alors qu'elle appartient autant à mes sœurs qu'à moi.

- Mais la question demeure en suspens. Le seul fait certain est qu'on ne compte pas s'en séparer. Si aucune de mes sœurs ne s'y installe, elle profitera à une famille de la Réserve, que l'on connait bien et qui ont peu de moyens. Elle leur sera louée pour un loyer très raisonnable.



©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: The first step [Chris & Lily] Dim 20 Mar 2016 - 18:45


The first step



- Elles sont trop fameuses pour se priver , dis-tu à Norma qui revient aussitôt avec les deux desserts.

J’entame avec gourmandise les desserts. Je relève la tête. Tu te cales au fond de la banquette, tu regardes l’extérieur et les rayons du soleil jouent sur ton visage. Je baisse les yeux  sur mon assiette préférant ne pas laisser mon esprit divaguer en te contemplant.

- Oublie ce stage à Seattle. Tu le feras comme tu l'envisageais à la boutique. J'ai vraiment envie de t'aider si tu le désires toujours. Laisse-moi le faire ... me dis tu après un moment en prenant un morceau de cherry pie.

Je prends la dernière cuillerée et je pose sur toi un regard abasourdi. Je ne pensais pas que tu me proposerais si vite de te rejoindre. J’ai besoin de réfléchir un instant. Bosser avec toi, toute la journée ! avec mes sautes d’humeur, je vais y arriver ? ce n’est pas encore un peu trop tôt ? Puis te voir si souvent alors que j'ai encore des sentiments pour toi me parait délicat mais d'un autre coté c'est la meilleure option pour ma thèse.

- Je n’ai pas parlé de la boutique pour te forcer la main ! C’était juste pour t’expliquer où j’en étais dis je limite gênée par la tournure des événements Tu sais que … je cherche mes mots  mon état ne va pas s’améliorer ? Je peux m’emporter n’importe quand et pour n’importe quoi

Tu sembles amusé par ma révélation. Je fais une moue amusée. Mouais bien sûr que tu le sais ! t’es pas stupide

- Par contre comme j’avais une piaule à Seattle, la mienne ne sera pas libre durant le stage. Pourras-tu m’héberger ?

Tu me rassures alors que nous quittons le restaurant. Tu me laisses aller devant et tu me rejoins au bout de quelques minutes. Puis tu prends la route mais pas celle de l’université, je me demande où tu comptes nous emmener. J’ai bientôt la réponse à cette question lorsque tu te gares devant ta boutique. Je reste un peu surprise par la destination. J’avoue que je m’attendais plus à un tour dans la forêt ou à la réserve ou un retour à Parrish mais pas là. Tu descends et viens m’ouvrir la porte. Je descends et tu me prends la main. Un frisson me parcourt mais j’apprécie trop le contact pour l’esquiver.

- J'ai un petit quelque chose pour toi qui attend depuis longtemps.

Je hoche la tête dévoré par la curiosité. Nous montons les marches. Euh, un peu trop vite là, je dois trouver une excuse et vite mais tu lâches ma main pour aller dans la pièce du fond. Je jette un œil alentour. Tu as déplacé quelques meubles mais peu de choses ont changé. Tu reviens, prends ma main et y dépose un petit loup en bois. Je regarde l’objet dans ma paume toute surprise que tu l’aies gardé, surprise que tu t’en sois souvenu. Je relève les yeux vers toi où ma surprise doit se lire puis je fais un pâle sourire en te remerciant.

- Tu l’as fini depuis longtemps ?

- Je l'ai gardé depuis tout ce temps

Tu me réponds et dépose un sage baiser sur mon front. Ma main se resserre sur mon petit animal totem. Puis tu te diriges vers tes rayonnages de livres. Tu sors des ouvrages qui ressembles plus à des carnets de notes qu’à des livres reliés Tu les poses précautionneusement sur la table que tu as débarrassé au préalable puis tu me demandes d’avancer.

- Ils appartenaient à une figure reconnue de la Réserve. Il avait une grande collection. C'était pour ainsi dire l'ancien chef de tribus. Mais je n'ai pas hérité que de ça. J'ai commencé à retaper sa maison après sa disparition. Une maison qu'il a voulu me léguer. J'y travaille depuis un paquet de temps. Les travaux sont presque terminés.

Je me souvenais que Plum m’avait dit que tu rénovais la maison du chef spirituel. Ça me fait bizarre, j’avais cru quand nous étions ensemble qu’un jour je vivrais loin de Lewiston. Chez toi, qui serait devenu un chez nous. J’aurais été guide touristique une partie du temps, peintre une autre partie… et peut être de photos encore parfois. Tout ça me paraissait si loin de l’avenir nébuleux dans lequel je m’engageais. Je feuillète les carnets avec délicatesse.

- Tu n’auras pas de regret de changer de maison ?

- Nouvelles bases, nouvelle vie pour ainsi dire.

- et que vas-tu en faire ? je demande avec une pointe de nostalgie

J’avais passé de longues heures là-bas, avec Thom dans un premier temps. Puis d’autres heures à t’observer où j’en profitais pour te croquer su papier et oublier un peu mon désarroi face à la disparition de Clea… et ensuite il y avait tes bras. Nous avions testé de nombreux endroits de cette baraque pour abriter nos moments intimes. Je soupire doucement en posant ma tête dans mes mains.

- Mais la question demeure en suspens. Le seul fait certain est qu'on ne compte pas s'en séparer. Si aucune de mes sœurs ne s'y installe, elle profitera à une famille de la Réserve, que l'on connait bien et qui ont peu de moyens. Elle leur sera louée pour un loyer très raisonnable.

Si je pouvais j’aurais presque envie de te demander si je pourrais la louer mais je connaissais vos règles. Je n’avais pas de sang indien dans les veines et je ne pouvais prétendre résider dans la réserve. Tu finis pas retirer ta veste et tu vas dans un coin t’atteler à une sculpture que tu dois finir après m’avoir demandé si j’étais pressée de rentrer. J’aurais dû prendre mes cours pour réviser. Je reprends ma découverte de tes précieux livres mais je manque de concentration. Je prends quelques notes sur un calepin, je relève trop souvent les yeux vers toi. Au bout d’un moment je me rends compte que j’ai commencé un croquis de toi. Bravo, ce n’est pas ça qui va faire avancer mes études, une pause s’impose

Je me lève et te demande la permission d’allumer la chaine musicale. Je lance le CD qui tu as dû y mettre quelques temps avant. Je m’installe un peu plus loin sur le sofa et je reprends le croquis que j’avais entamé. La musique, le bruit des ciseaux à bois, l’ambiance calfeutrée, le repas copieux. Tout commence à peser et mes paupières se font lourdes. Je pose ma tête sur un coussin et mes yeux se ferment.


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Linus O. Chatwood
Maître Jedi
1296 $
04/11/1982 $
1296 messages
Mensonges : 1296
Anniversaire : 04/11/1982


MessageSujet: Re: The first step [Chris & Lily] Dim 27 Mar 2016 - 16:16

TERMINÉ ET VERROUILLÉ

______________________________

Linus Owen Chatwood

PAINT IT BLACK
I look inside myself and see my heart is black
I see my red door and must have it painted black
Maybe then I'll fade away and not have to face the facts
It's not easy facing up when your whole world is black
- Rolling Stones

I remember but I can't forgive : (AuAg)3Hg2
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: The first step [Chris & Lily]

Revenir en haut Aller en bas
The first step [Chris & Lily]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Les nuits sont longues [Chris & Lily]
» Chris Jericho© Vs Edge
» Chris Master & Eve Torres ! What ?!
» [Fiche d'île] Amazon Lily
» Chris Sabin Vs Big Show

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: Saison 2 :: archives sujets terminés et abandonnés-