AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 Hard time to talk. ► Gailers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Abigail Carter
jeune apprenti
315 $
09/02/1995 $
315 messages
Mensonges : 315
Anniversaire : 09/02/1995


MessageSujet: Hard time to talk. ► Gailers Ven 4 Mar 2016 - 18:44

Hard time to talk.
Anders & Abigail
date ► 10 mars
- Mmh.
Assise sur le banc depuis un moment, le retour à la réalité avait été dur. Elle marchait depuis à peine deux minutes lorsqu'elle s'était prise les pieds ou plutôt s'était retrouvée à cogner contre quelque chose ou quelqu'un. La question qui se posait était alors : que faisait-elle en premier lieu ? Elle n'avait même pas donné sa position à Annie. Elle avait besoin d'être seule, complètement seule et c'est ce pourquoi elle n'avait pas pris son téléphone non plus. La forêt était un endroit propice au repos et aux pensées. C'était aussi l'endroit où les cinq jeunes avaient disparu, où le policier avait disparu et où Samuel avait été retrouvé mort. Un moyen de communier le pensait-elle avec lui, avec eux et aussi avec -S même si, de toute évidence, elle ne voulait aucun message de sa part aujourd'hui. Beaucoup voyaient Gail la forte, celle qui souriait et avait la tête sur les épaules en toute circonstance. Se retrouver avec elle-même lui permettait de souffler mais ne venait jamais lui demander si elle a pleuré ou crié, elle risquerait de très mal le prendre. Gail ne pleure pas. Pas devant les gens et elle ne crie pas, sauf sur les gens. Gail est contrôlée et maîtrisée, bonne comédienne aussi. C'était parfois dur de retenir une certaine expression toute la journée pour en cacher une autre, elle avait besoin de repos autant pour son visage que pour elle-même. Elle avait besoin de penser également. Elle savait pourquoi elle était là mais sa tâche semblait toujours plus dure. Pourtant, elle savait, pour avoir observé, qu'un point central c'était éclairci et qu'un obstacle s'était abaissé devant sa route. Elle n'en était pas plus soulagée à en juger par le visage de sa victime. Mais elle n'avait pas le temps pour les états d'âme. C'était son ouverture, sa chance. Une chance qu'elle ne pensait pas avoir si tôt en se cognant à Anders Weiss. Oh non... Il allait penser qu'elle le suivait et elle n'avait aucune envie de débattre avec lui du pourquoi c'était complètement fou de le penser. A le voir, il n'avait pas l'air au mieux de sa forme. Pourtant elle lui avait envoyé quelqu'un pour le requinqué et elle en avait eu pour son argent. C'était vraiment dommage !

- Monsieur Weiss ? Pardon je ...Pardon. S'excusa-t-elle plus encline à montrer ses bons côtés ce jour que la fois précédente.

Elle décida cependant qu'il valait mieux partir et revenir le trouver plus tard pour des questions... Elle commença à s'éloigner mais ce fut plus fort qu'elle et elle se retourna :

- Dites... Est-ce que vous avez eu des informations sur mes parents ?

Égoïste, peu importe si ça lui faisait penser à celle qu'il avait du interroger pour ça et qui était précisément l'obstacle balayé récemment. Il était question d'elle et elle n'allait pas s'arrêter jusqu'à savoir ou faire comprendre les choses comme elle les entendait.


______________________________

what a day, what a lovely day
As the world fell, each of us in our own way was broken. It was hard to know who was more crazy...©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: Hard time to talk. ► Gailers Ven 4 Mar 2016 - 23:14

Hard time to talk
Anders & Gail
date ► 10 mars


Anders n'avait jamais été aussi réticent de rentrer chez lui après le travail. Il avait passé toute la matinée, assis sur un tronc en bois à observer le paysage, le lever du soleil. Il n'avait pas fait ça depuis très longtemps et s'était surpris de remarquer que cette petite escapade de ce genre l'avait manqué. L'écrivain avait fumé une cigarette et avait fait attention à ne pas la jeter par terre. Il avait eu besoin de s'évader, de faire un break, d'être seul et ça lui avait fait du bien. Cela lui avait permis de prendre du recul, réfléchir, faire le point sur certaines situations... De ce qu'il devrait faire, de ce qu'il aurait dû faire, de ce qu'il n'aurait pas dû faire ... Tout simplement aussi partir dans ses pensées... Andy ne s'était pas rendu compte du temps passé et s'était décidé de rentrer chez lui, manger et dormir avant de reprendre le travail. Ses journées se résumaient à cela depuis la dernière fois qu'il avait vu Grace.

Ils ne s'étaient pas véritablement parlé, il n'avait pas osé entrer chez elle, de lui envoyer un petit message sur le téléphone. Anders n'avait rien fait, il avait pris de la distance et à partir de là, il s'était rendu compte qu'il avait été un con. Il devrait se bouger, pour aller la voir, mais il y aurait toujours cette gêne qu'il n'était pas prêt d'affronter. Il n'osait pas et il préféra attendre que le temps passe, cela finira par s'arranger tout seul. Il devait veiller à ce que cela ne prenne pas trop de temps non plus ... L'écrivain pouvait se comporter comme un idiot. Mais .. Depuis la dernière fois qu'il avait vu Grace, il n'avait pas parlé à une personne. Il avait retrouvé son quotidien d'antan et il s'était rendu compte que cela ne lui avait pas manqué. C'était devenu un peu trop et voilà pourquoi il avait eu cette soudaine envie d'aller dans la forêt, rester assis à observer le paysage. Il risquait d'attraper froid, mais il n'était plus à ça près.

Début de l'après-midi. Il devait rentrer, après avoir marché dans les alentours. Cela lui avait fait du bien et il n'avait pas croisé beaucoup de monde depuis qu'il était là. Dans les pensées, Anders ne fit pas attention au croisement où il se cogna contre une personne qu'il attrapa vite les épaules de ses mains. Il reconnut immédiatement la personne.

- Gail .. Je .. Désolé. Il retira les mains des épaules de la jeune femme et fit un pas en arrière.

Il ne dit pas un mot. Elle non plus. Il regarda la direction qu'il allait prendre, elle prenait l'inverse de son chemin. Tant mieux... Il fit quelques pas pour retourner là où il avait garé sa voiture. Il n'avait pas cherché à se demander pourquoi elle était là, dans cette forêt. Si c'était du hasard ou non. Elle ne le laissa pas partir évidemment, sans une question. Andy ralentit sa marche et ne se retourna pas, il restait de dos de Gail. Il soupira et sans répondre, il continua la marche, comme s'il n'avait rien entendu. Il n'avait pas envie de lui parler en ce moment, ni de ce sujet et ne veut pas être responsable de cette envie d'aller à Chicago pour chercher ce gourou, à avoir des informations. Gail serait capable d'aller jusque là bas pour avoir les résultats de ses recherches...
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Abigail Carter
jeune apprenti
315 $
09/02/1995 $
315 messages
Mensonges : 315
Anniversaire : 09/02/1995


MessageSujet: Re: Hard time to talk. ► Gailers Sam 5 Mar 2016 - 0:29

Hard time to talk.
Anders & Abigail
date ► 10 mars
- S'il vous plait !
Tenta-t-elle d'un air suppliant alors qu'il continuait son chemin.

Elle comprenait son attitude. Il ne devait pas avoir envie de parler, elle comprenait. Il voulait la solitude. Il voulait être comme il était avant de trouver Grace. Elle l'avait compris. C'était de sa faute ou plutôt grâce à elle. Cela lui laissait l'occasion et le temps pour être celle à finalement entrer. La première phase s'était enclenchée à leur rencontre et se poursuivait en tendant de lui inspirer un autre sentiment que la méfiance. Parler de sa mère avait alors été quelque chose d'obligatoire. Parce que si elle était honnête, elle aurait fort pu revenir une fois qu'Anders serait retourné chez lui et ne pas lui dire quoique ce soit sur sa famille. Mais non, elle avait insinué ce que couvrait Grace, elle l'avait poussé à entrer chez elle et lui montrer que son amie lui cachait des choses. Et aujourd'hui, elle avait réussi à le lui faire comprendre.

Avec un sourire engageant, elle fit un pas dans sa direction. Elle devait repeindre sur son visage ce qui faisait d'elle une bonne comédienne mais parut seulement désemparée en s'exclamant :

- Ne partez pas, s'il vous plait.

Que pouvait-elle apprendre de plus ? La seule chose qu'elle supposait qu'ils savaient et elle non était la position de sa mère. C'était la chose qui lui avait été impossible à déterminer. En ce qui concernait son père, elle faisait des progrès mais préférait garder cela pour elle. Alors en définitive, ne pas vouloir le voir partir était peut-être plus personnel. Parce qu'il était au courant pour elle, autant qu'Annie et qu'il la connaissait moins que sa meilleure amie. C'était différent et peut-être rassurant. C'était aussi dans son plan de le laisser devenir son allié voire un ami si elle pouvait l'espérer.

- Elle vous a dit quelque chose, Grace ? Continua-t-elle en se stoppant à bonne distance.


______________________________

what a day, what a lovely day
As the world fell, each of us in our own way was broken. It was hard to know who was more crazy...©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: Hard time to talk. ► Gailers Sam 5 Mar 2016 - 1:34

Hard time to talk
Anders & Gail
date ► 10 mars


S'il vous plait !
S'il te plait. Laisse-moi seul. Pensa Anders qui ne put retenir ses yeux se lever au ciel et qui força un peu la marche. Il aurait tout donné pour ne pas croiser une personne qu'il connaît, Abigail n'était pas totalement la dernière de la liste, il ne voulait pas la croiser aujourd'hui. Il savait qu'elle allait le retenir juste pour savoir s'il avait pu demander à Grace, interroger sur ce qui s'était passé. Qui était sa mère... Il n'avait pas pu obtenir de prénom, son amie n'en savait rien ou justement n'avait pas voulu le dire en s'excusant de ne pas savoir. Andy détestait ça, se douter de Grace. En plus de s'être éloigné d'elle pour un moment, il se doutait d'elle. Il n'avait pas pu rester pour une conversation plus longue. Il n'était pas trop sûr de vouloir tout apprendre, tout d'un coup.

Ne partez pas.
Il ne faisait que ça. Venir dans la vie des gens puis repartir. C'était ce qu'il était en train de faire à Grace. Tout de même, il devrait se battre pour éviter que cela n'arrive une seconde fois. Il lui avait promis qu'il ne partirait pas. Il lui avait promis ça, de ne pas recommencer... Andy l'entendait le suivre, elle n'allait pas le lâcher, lui non plus. Quand il n'avait pas envie de parler à quelqu'un, il n'avait pas du tout envie, il ne fallait pas insister. Là elle évoqua Grace et l'écrivain s'arrêta. Il se retourna, malgré la fatigue, il semblait être indifférent.

- Je n'ai pas envie de parler de ça aujourd'hui. Une autre fois. répondit froidement Anders. Il la regarda et soupira. Il reprit la marche et s'éloigna d'elle, mais il l'entendit suivre encore. Il s'arrêta et se retourna, c'était un peu le jeu de 1,2,3 soleil. Mais il n'était pas d'humeur à ça. J'ai pas dis de me suivre. C'était la première personne à qui il avait pu décrocher plus de deux phrases depuis une semaine.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Abigail Carter
jeune apprenti
315 $
09/02/1995 $
315 messages
Mensonges : 315
Anniversaire : 09/02/1995


MessageSujet: Re: Hard time to talk. ► Gailers Dim 6 Mar 2016 - 13:27

Hard time to talk.
Anders & Abigail
date ► 10 mars
- Non..
Répondit-elle. Il n'avait certainement pas demandé à être suivi mais elle le faisait tout de même.

- Mais je le fais quand même. Fut tout ce qu'elle dit avant de le regarder avec défi.

Il ne voulait pas parler, il voulait être seul et tranquille. Elle aussi l'aurait voulu mais il avait fallu qu'elle se cogne contre celui qui avait des réponses à ses questions. Le destin. C'était ça qui jouait pour elle actuellement. Elle y croyait dur comme fer. Tout l'avait poussé dans la direction d'Anders et encore aujourd'hui. Quelles chance y avait-il pour qu'ils sortent tous les deux au même moment ? Pour qu'ils passent tous les deux par le même chemin ? Pour qu'ils se croisent tous les deux ? Les probabilités, elle préférait les laisser à Annie. En ce qui la concernait c'était le destin qui lui parlait. Et il était clair : Anders était celui qui allait l'aider d'une manière ou d'une autre. Le destin voulait ça. Le destin ou quiconque pouvant se faire passer pour lui comme -S par exemple...

Il ne décocha pas un sourire, rien. Son regard restait froid et dur. Gail n'en était pas vraiment surprise et décider de calquer son attitude sur la sienne. Elle n'allait absolument pas s'ouvrir ainsi sur ce qu'elle ressentait et voulait quand il refusait même de montrer un minimum d'intérêt.

- Ce sera quand pour vous plus tard ? L'année prochaine ? Vous aviez dit que vous demanderiez. Si vous n'aviez rien dit je n'insisterai pas. Je ne sais pas ce qui vous arrive aujourd'hui mais on dirait qu'on vous a vendu quelque chose de pas frais. Je me moque bien de ce que c'est. Je veux juste les informations et après je disparais et vous ne me reverrez plus puisque c'est la seule chose que vous semblez vouloir des gens. Et elle se tut comme elle avait commencé.

Elle avait dit tout ce qu'elle avait à dire.

______________________________

what a day, what a lovely day
As the world fell, each of us in our own way was broken. It was hard to know who was more crazy...©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: Hard time to talk. ► Gailers Dim 6 Mar 2016 - 15:21

Hard time to talk
Anders & Gail
date ► 10 mars


Anders observa Abigail.
Elle ne voulait pas lâcher ça, elle restait tout présente même s'il lui faisait comprendre qu'il ne voulait pas lui parler, ni la voir. Elle restait là. Déterminée, têtue et égoïste. L'écrivain n'aurait pas dû rester encore plus longtemps dans ce coin, s'il savait qu'il allait la croiser. Il devrait aussi arrêter d'être aussi asocial. Il devrait faire des efforts de temps en temps peut-être... Pas aujourd'hui. Il n'en avait pas envie, il ne voulait pas parler, il voulait rentrer chez lui et dormir.

Mais voilà que la jeune étudiante lui balança ce qu'elle pensait, honnêtement et qu'elle n'allait pas lâcher, tant qu'elle n'aura pas ses informations. Anders se connaissait bien, il n'allait pas la laisser faire ses recherches toute seule, pas après ce qu'il était justement en train de penser depuis ces dernières minutes. Il n'avait pas besoin d'entendre ça, il n'avait pas envie d'avoir cette conversation. Andy voulait être tranquille et ce n'était pas pour aujourd'hui.

- En quelle langue faudra que je vous dise que je ne suis pas d'humeur à parler de ça ..? répondit calmement l'écrivain qui pouvait s'énerver à n'importe quel moment, il était tendu parce qu'il était fatigué aussi. Il soupira et baissa son regard, il réfléchit. Si vous y tenez, prenons un rendez-vous pour un autre jour. Pour vous assurer que " plus tard " n'est pas " l'année prochaine" et que nous n'allons pas se croiser à nouveau par hasard.

Il venait de proposer un compromis. Cette fois-ci pour ne pas laisser la jeune étudiante dans le flou, il savait qu'elle avait le droit de savoir. Anders ne voulait pas être responsable d'une certaine catastrophe qui pouvait venir par sa faute... Il n'aimait pas non plus devoir en parler dans cette forêt, où les oreilles traînaient partout.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Abigail Carter
jeune apprenti
315 $
09/02/1995 $
315 messages
Mensonges : 315
Anniversaire : 09/02/1995


MessageSujet: Re: Hard time to talk. ► Gailers Dim 6 Mar 2016 - 15:59

Hard time to talk.
Anders & Abigail
date ► 10 mars
- Vraiment...
Elle aurait pu se sentir désolée pour lui de le voir ainsi toujours ravagé par ce qu'il avait vécu mais elle ne pouvait pas être comme tous ces autres qui s'imaginaient vivre le malheur par procuration. Elle ne pouvait simplement pas comprendre alors pourquoi faire comme si ? Sans compter que le traiter différent était la preuve que les choses différentes et pour Gail, il n'y avait rien de pire que quelqu'un qui prenait des gants -comme Grace- lorsqu'il s'agissait de parler d'Henry. Elle n'avait pas besoin de précautions. Elle voulait en parler sans que quiconque ait peur de lui dire quelque chose. Pourquoi n'était-ce pas pareil avec Anders ? Depuis tout ce temps, elle voulait comprendre une seule chose : pourquoi refusait-il de parler de Samuel ? C'était une démarche qu'elle imaginait égoïste, parce que ça le faisait souffrir. En tant que père, cette attitude ne pouvait pas être compréhensible. Il souffrait peut-être mais qu'en était-il de son fils ? Où qu'il soit, était-il heureux d'être ainsi caché de tous ? Comme si son nom était devenu tabou ? Sans doute pas. Anders pansait ses blessures et pensait s'aider mais ce n'était certainement pas le cas ! Surtout quand on notait le manque d'évolution dans son comportement sauf quand il y avait eu Grace. Et cette pensée la fit enrager. Grace arrivait là où elle échouait et ça l'énervait, en plus de prendre trop de place du côté d'Anders !

Elle en oublia de répondre avant de le regarder avec un regard sincèrement perdu. Elle avait du mal à se recomposer un visage de toute circonstance et resta à le regarder, le dévisager et saisir son regard sans rien dire. Quand le silence fut de trop ou qu'elle eut peut-être un instant de gêne qui ne dura pas, elle se redressa en dissimulant tout ce qu'elle pouvait penser derrière sa barrière habituelle.

- Prenons rendez-vous. Soupira-t-elle en attendant qu'il donne une date à laquelle elle pourrait hocher la tête et repartir bien gentiment.

Elle allait d'ailleurs le faire quand les mots sortirent plus vite que ses pas ne la portaient au loin :

- Il n'y a aucun moyen d'oublier. C'est la première chose que les livres enseignent avec l'impossibilité de réparer le passé sauf si vous vous appelez Scrooge. Mais il suffit de trouver un point un seul pour pouvoir se porter vers l'avant. Même si on aimerait que notre vie finisse là maintenant parce que ça arrangerait tout dans notre esprit malade, de douleur ou d'autre chose, ça n'a pas été le cas. Il y a une raison. Il y a une raison à tout. Il suffit d'y penser et de se demander pourquoi. La réponse est souvent devant nos yeux. Elle regarda plutôt la forêt suspectant qu'il finisse par partir et elle parlerait alors seule quoiqu'elle veuille dire. La forêt est un bon endroit pour réfléchir. Il semble que nous le sachions tous les deux...

Et enfin, elle allait partir parce que ce qu'elle avait dit là, elle le pensait mais pensait surtout à Samuel. Aucun moyen d'oublier mais avancer était la clé. Il y avait toujours quelque chose à quoi se raccrocher et pour lui, pourquoi pas, à cet autre enfant qu'il aurait du connaître.


______________________________

what a day, what a lovely day
As the world fell, each of us in our own way was broken. It was hard to know who was more crazy...©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
-S
Sith sans humour
169 $
169 messages
Mensonges : 169



MessageSujet: Re: Hard time to talk. ► Gailers Dim 6 Mar 2016 - 18:07

Nouveau message


Expéditeur: Unknown
Destinataire: Anders Weiss
Message reçu, aujourd'hui.

Un petit conseil. Donne-lui les informations qu'elle réclame et je veillerai à ce qu'elle s'éloigne un peu pour que tu continues à te morfondre sur ton triste sort ?
-S


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: Hard time to talk. ► Gailers Dim 6 Mar 2016 - 23:43

Hard time to talk
Anders & Gail
date ► 10 mars


- Le samedi 12 mars. 16h, chez moi.

Anders savait que Gail n'était pas du matin, elle devait surtout étudier ou faire sa grasse matinée parce que ce serait le week-end justement. Il ne travaillait pas à cette date et serait plus enclin à parler. Il se serait aussi préparé mentalement à devoir discuter avec quelqu'un parce qu'il ne pouvait pas en ce moment. Pas maintenant où il avait envie d'envoyer balader tout le monde. Grace n'y ferait pas exception d'ailleurs. Il avait ce besoin d'être seul et maintenant de dormir. Il préférait rester chez lui que d'être dehors, en pleine lumière du jour, avec ses rideaux fermés. Gail sembla comprendre qu'il n'était pas enclin à parler et accepter de le laisser rentrer chez lui. Quand il eut donné le rendez-vous, elle allait commencer sa balade. Anders se retourna, il allait enfin rejoindre la voiture.

Il n'y a aucun moyen d'oublier.
A cette phrase, il s'arrêta après avoir fait deux pas.
L'écrivain se retourna encore, Gail continua de marcher, sans le regarder, elle observait le paysage forestier. Lui, il l'observait, elle. Il restait toujours en retrait, toujours dans le passé, rongé par la culpabilité. Andy restait toujours chez lui, à haïr les gens pour ce qu'ils avaient fait subir à Samuel. -S était là, pour faire ce que lui, n'était pas capable de faire. -S était là pour rendre justice à Samuel, même si ce n'était pas de la meilleure façon. Même s'il s'en prenait à des gens qui n'avaient pas contribué à la descente des enfers de son fils. La seule personne dont il s'était battu pour trouver la raison de vivre, dont tout ce qu'il avait fait jusqu'ici. Dont elle était sa seule raison de vivre...

Pourquoi ?
Pourquoi était-il toujours là ? Après tout ses malheurs, ses échecs (bien sûr ses réussites mais il est devenu pessimiste Anders...), il était toujours là. A chaque fois qu'un drame le frappait, il trouvait toujours quelque chose à quoi s'accrocher. A chaque fois qu'il s'accrochait à quelque chose, il y avait toujours un autre drame. Anders n'en pouvait plus, il ne voulait plus s'accrocher à quelque chose de nouveau par peur qu'un nouveau drame ne surgisse. Aujourd'hui ? Qu'avait-il donc ? Qu'est ce qui lui restait en dehors de Grace ? Sa famille ... L'écrivain ne se faisait pas trop d'espoir. Il savait qu'en allant chez eux, grâce à Grace, de mauvais souvenirs referont surface. A la limite Sonja, ça se passera bien mais il ne pouvait pas se mentir, il ne pouvait pas revenir autant qu'il le voudra en Allemagne, ni de rester trop longtemps là-bas, ni d'y vivre pour l'instant.
Mais encore, qu'avait-il d'autre ? Sa fille qui était quelque part dans le monde et dont les chances de la retrouver étaient proches de zéro ? Il n'avait pas envie de se faire démonter, ni de retrouver Chloé dont sa première réaction lors de leurs éventuelles retrouvailles sera violente. Il n'avait pas envie d'entendre la haine sortir non plus.
Mais quoi d'autre ? Ecrire ? L'écriture ne remplaçait pas tout, elle ne pouvait pas éternellement l'aider à tenir le coup. La photographie, peut-être qu'il devrait reprendre, mais cela impliquait sortir et il n'avait pas réellement envie de cela. Pas autant que ça.
Mais à quoi s'accrocher ? Il s'était accroché à Grace et il savait maintenant que ce n'était surtout pas la chose à faire. Anders voyait pleins de possibilités, à quoi s'accrocher. Pourquoi était-il là encore ? Avec Gail ?

- Gail ? interpella l'écrivain. Il la vit s'arrêter.

Silence.
Il ne savait pas pourquoi il l'avait appelée, pourquoi elle était toujours là, pourquoi il n'avait pas continué son chemin pour ne pas l'écouter et ne rien dire. Dans le fond, il savait qu'elle avait raison. Dans ce qu'elle disait, elle avait raison. Anders avait tellement fait ça, que maintenant, il ne savait plus à quoi s'accrocher. Il déglutit et regarda le sol. Il hésita et soupira silencieusement. Il releva son regard et un sourire triste se dessina sur ses lèvres.

- Changement de lieu de rendez-vous. On se retrouvera ici.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Abigail Carter
jeune apprenti
315 $
09/02/1995 $
315 messages
Mensonges : 315
Anniversaire : 09/02/1995


MessageSujet: Re: Hard time to talk. ► Gailers Lun 7 Mar 2016 - 13:07

Hard time to talk.
Anders & Abigail
date ► 10 mars
- D'accord...
Elle n'allait pas discuter sur ça. Il donnait un horaire, elle veillerait à y être pour ne rien manquer. Et s'il fixait finalement une date c'était que d'une certaine façon, il acceptait de la revoir et elle ne savait pas bien pourquoi. Il aurait pu la laisser avec ses interrogations après tout, il semblait bien égoïste en ce moment. Mais il lui proposait un rendez-vous et ça lui convenait parfaitement. Elle se libérerait. Elle n'avait jamais de difficulté sur ce plan-ci.

Gail allait maintenant s'éloigner ou retourner à ses pensées mais eut besoin de lâcher sa tirade. C'était des souvenirs de livres de psychologie lus adaptés pour la situation ou simplement des idées de ce qui était et n'était pas. Il y avait juste un moment où elle aurait aimé le secouer pour le réveiller de son sommeil solitaire et lui faire comprendre qu'il était toujours vivant, que ça voulait dire quelque chose et qu'il devait faire quelque chose ! Elle était certaine d'une chose : la douleur et la peine étaient surmontables. Il était possible d'y survivre, de revivre. Il ne l'était pas d'oublier. Mais il valait mieux aimer et prendre le risque de perdre que de rester seul à tout jamais. Ce n'était pas une vie et si on n'en mourrait pas, on ne vivait pas non plus. On ne faisait que survivre ! Anders n'avait pas besoin d'être seul ! Il pouvait se trouver des alliées, elle entre autre. Il pouvait parler aussi parce que la peine avait besoin d'être évacuée.

Ce fut là qu'il la rappela et qu'elle se stoppa dans sa marche pour partir. Elle avait dit tout ce qu'elle voulait et ne voulait pas l'entendre prétendre savoir où elle voulait en venir et s'en prendre à nouveau à ses raisons de le côtoyer. Pas aujourd'hui, dans cette forêt.

- Oui ? Répondit-elle néanmoins en se retournant dans sa direction, interrogative.

Qu'allait-il dire au juste ? Il pouvait toujours changer d'avis. Il avait changé d'avis. C'était forcément ça. Gail se persuadait qu'elle louperait les informations à cause de cet homme et de son besoin de tout cacher comme beaucoup trop de monde dans cette foutue ville. Il ne fallait pas compter sur Nan pour lui dire quoique ce soit...

- Ic...Très bien oui. D'accord.

Elle n'allait pas cacher sa surprise ni gâcher ce qu'il proposait en lui demandant confirmation. Elle resta à le regarder avant de finalement se décider à partir. Elle ne pouvait pas passer sa journée à l'observer dans l'espoir que ses secrets apparaissent comme par magie.

- A samedi donc, monsieur Weiss.


______________________________

what a day, what a lovely day
As the world fell, each of us in our own way was broken. It was hard to know who was more crazy...©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: Hard time to talk. ► Gailers Mar 8 Mar 2016 - 21:53

Hard time to talk
Anders & Gail
date ► 10 mars


Andy n'aimait pas donner rendez-vous ici.
Il ne l'avait pas fait depuis trop longtemps. Souvent il venait ici pour être seul, pour se balader et se ressourcer. Grace avait été la seule exception parce qu'ils avaient eu besoin tous les deux de marcher, puis de se retrouver une bonne fois, sans avoir une conversation qui serait trop éreintante. Avant tout cela, il se baladait avec du peu d'amis qu'il avait ou avec son fils Samuel où ils leur arrivaient se perdre.
Il n'aimait pas donner rendez-vous ici parce qu'ici, c'était là où était mort son fils, c'était là où il s'était pendu. L'écrivain continuait tout de même venir marcher ici, mais il évitait les sentiers qui menaient là où Samuel s'était suicidé ou encore le sentier où il avait manqué de perdre la vie. Mais avec Gail, il venait de lui donner un rendez-vous ici. Cela était-il à cause de ce qu'elle venait de lui dire ? En partie. C'était un tourbillon dans sa tête et lui-même avait du mal à suivre ses pensées.

Il ne répondit pas, sourit à peine et se retourna pour partir à la direction opposée de la jeune étudiante. Anders devait être seul et n'avait pas du tout envie de partager les informations avec Gail, il ne lui avait rien promis aussi. Il ne savait pas si ce qu'il avait appris pourrait l'aider, mais il en doutait vraiment maintenant qu'il savait que Gail savait la plupart des choses. Sauf l'identité de ses parents. Il ne la connaissait pas non plus, mais il connaissait le nom du gourou. Mais aujourd'hui, il n'avait pas envie de rester avec elle, il n'était pas bien.

Au milieu de son chemin, il sortit son téléphone pour regarder l'heure et remarqua le message qu'il avait reçu. Andy fronça les sourcils et lut sur son nouveau téléphone. Il se serait tellement bien passé de ce message, il n'avait pas senti son téléphone vibrer et pour cause, il l'avait mis sous silencieux. Il s'arrêta sur le chemin et remarqua un autre sentier à sa droite. L'écrivain eut un moment d'hésitation. Rentrer chez lui ou continuer à marcher pour aller là où il pensait.

La décision fut prise sur un coup de tête et il décida de prendre le sentier à sa droite. Il savait qu'un moment donné, il devait sortir du chemin pour retrouver là, où il n'avait pas osé aller depuis longtemps. Il ne pouvait pas oublier, il savait qu'il avait une raison d'être encore là, d'être encore vivant. Anders le savait très bien, mais il refusait de vivre pour cette raison. Alors qu'est-ce qu'il attendait pour en trouver une autre ?

Anders pouvait être nul en sens d'orientation et repérage. Mais ce chemin, il ne pouvait pas l'oublier, c'était impossible de refouler ce souvenir. Ce souvenir lui revint très rapidement quand il empruntait ce chemin et ça lui faisait un mal de chien. Il détestait l'emprunter et commençait à regretter cette décision qui était prise sur un coup de tête, suite au message de -S, ce qu'avait dit Gail, ce qui s'était passé avec Grace. Il regrettait de ne pas avoir pris sa bouteille parce qu'il en avait vraiment besoin maintenant. La cigarette n'allait pas la remplacer, cela n'avait pas le même goût.

Arrivé, en dehors du sentier. Rien à foutre s'il se perdait (ce qui l'étonnerait), il était devant cet arbre. Anders déglutit et resta debout cinq minutes, s'assit finalement sur un tronc d'arbre pas loin, toujours en face de cet arbre. Il n'avait aucune idée de pourquoi il était là. Il sortit le paquet de cigarette, en alluma une et fuma, la fumée lui piquait les yeux. Ce n'était pas sa journée.

Cela allait faire bientôt deux ans.

Il entendit quelqu'un se rapprocher, une brindille qui se brisa et Anders se retourna vers la source de ce bruit. Il vit Abigail. Encore elle, ce n'était clairement pas du hasard... Mais il n'avait pas la tête pour cela, il s'en fichait. Il se retourna pour observer l'arbre et ignorer un peu la présence de la jeune femme. Il passa sa main devant ses yeux pour essuyer les traces de larmes. Il n'aimait pas pleurer en public, pas comme la dernière fois.

- C'est là où il est mort.

Lâcha Anders, le regard toujours rivé sur l'arbre où s'était pendu Samuel. Là où Jill l'avait retrouvé. Mort, suicidé par son inattention, par les rumeurs de ces habitants, le procès, le responsable de la disparition de ces cinq jeunes.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Abigail Carter
jeune apprenti
315 $
09/02/1995 $
315 messages
Mensonges : 315
Anniversaire : 09/02/1995


MessageSujet: Re: Hard time to talk. ► Gailers Mar 8 Mar 2016 - 23:22

Hard time to talk.
Anders & Abigail
date ► 10 mars
- Bien.
Se dit-elle, ça aurait pu être pire. Gail n'était pas connue pour sa grande patience surtout lorsqu'elle était la première concernée par les réponses mais puisqu'il semblait enclin à les donner et qu'ils avaient pris rendez-vous, elle n'avait pas trop insisté. D'ailleurs, quelle idée étrange. Un rendez-vous dans la forêt. Pourquoi ? Voulait-il être à l'abri des regards ou des oreilles indiscrètes ? Pensait-il simplement que ça faciliterait les choses ? Qu'avait-il à dire ?

Elle allait rentrer avec toutes ces questions en tête. Comme d'habitude ces temps-ci, son chemin s'arrêterait à peine par le salon avant de monter dans sa chambre et geeker le reste du temps. Parfois, elle s'asseyait dans un coin du canapé laissant sa tante à ses occupations, la gratifiant simplement de sa présence sous un plaid, sans dire grand chose. Oh elles parlaient bien sûr mais pas du sujet qui occupait toujours ses pensées. Au moins ne suspectait-elle plus Nan de venir fouiller dans ses affaires étant donné que sa chambre était à l'étage et inaccessible. Le seul bon point de leur nouvelle situation parce que oui, même si ça touchait Nan, ça touchait aussi Gail de la voir dans ce fauteuil.

Finalement, elle n'allait pas rentrer. A l'idée de voir la maison vide quand sa tante travaillait, elle préférait encore s'enfoncer dans la forêt. Elle ne savait pas vraiment ce qu'elle cherchait dans cette ambiance mais ce n'était pas ce qu'elle avait. Sans doute que si elle continuait, elle arriverait à la réserve et piétinerait des territoires qui ne la concernaient pas. Avant cela, elle allait revenir sur ses pas et continuer dans la direction opposée. Ce fut ainsi qu'elle se retrouva à l'arbre. Il avait été bien choisi si l'on pouvait dire et se différenciait des autres. Pas seulement parce qu'il y avait des fleurs à son pied mais aussi par sa prestance. Samuel avait fait un choix important en passant cette corde entre les branches de ce centenaire. Elle avançait lentement comme si elle allait réveiller les morts et Gail finit par apercevoir une silhouette puis quelqu'un : Anders. Encore ? Non... Le destin se jouait d'elle.

Elle resta figée tandis qu'il la regardait. Elle se tendit à l'idée qu'il dise quelque chose sur son compte mais finalement ce n'était pas la colère qu'elle voyait mais la tristesse. Et elle fut désemparée. Gail savait, elle avait toujours su qu'il cachait sa peine et qu'il souffrait mais le savoir et le voir était autre chose. Il parla alors et sa voix n'était pas celle qu'il avait d'ordinaire pour l'aborder. Il avait laissé tomber la barrière un instant et elle en était témoin. Gail n'eut même pas l'idée de profiter du moment comme elle l'aurait voulu tant elle n'y était pas préparée. Si elle avait été du genre aux gestes d'affection, elle aurait pu faire un mouvement dans sa direction mais se contenta d'être à sa hauteur et de diriger son regard dans la même direction qu'Anders. Si elle ne le montrait pas, elle aimait bien Anders et elle voulait compatir vraiment même si elle ne comprenait pas sa façon d'agir. Le silence resta la seule chose à demeurer.

Plus tard, elle se frapperait de ne pas profiter du moment pour se faufiler par l'interstice et ébranler les barrières du père meurtri. Plus tard, elle se reprocherait de ne pas avoir répondu ceci ou cela, pas maintenant.

- Ce n'est pas votre faute. Finit-elle par dire tout juste à voix haute.


______________________________

what a day, what a lovely day
As the world fell, each of us in our own way was broken. It was hard to know who was more crazy...©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: Hard time to talk. ► Gailers Mer 9 Mar 2016 - 11:24

Hard time to talk
Anders & Gail
date ► 10 mars


Abigail s'était mise à côté de lui.
Anders ne dit rien et se contenta d'observer l'arbre. La cigarette entre les doigts, il cligna les yeux et soupira, la fumée sortit. Il écrasa la cigarette à côté de lui, sur le tronc avant de la mettre dans une boite. Il ne laissait jamais des mégots sur le sol dans une forêt parce qu'il était le genre à respecter et à faire attention à la nature. C'aurait été un comble s'il démarrait un incendie...
Andy ne s'était pas attendu de retrouver Gail, qu'elle se mette à côté de lui dans un silence. Il ne lui avait pas dit de s'en aller, il n'avait pas essayé de la fuir. C'était à se demander pourquoi il était là, devant cet arbre alors qu'il aurait été sur la route pour rentrer chez lui en voiture. A se demander pourquoi il s'infligeait ça. Il avait décidé de venir devant, sur un coup de tête, d'oser ce qu'il n'avait pas osé depuis longtemps. Être devant cet arbre, regarder les fleurs, dont certaines étaient déposées par des gens hypocrites et qui étaient pour quelque chose dans le suicide de Samuel.

Ce n'est pas votre faute.
L'écrivain tourna son regard vers Gail, la fatigue mêlée à la tristesse se lisait sur son regard. Il fit une petite moue moqueuse, pas envers Gail, mais pour lui-même. Un petit sourire triste se dessina sur ses lèvres, il regarda à nouveau l'arbre. Anders secoua la tête, pas d'accord avec ces paroles. Elle ne pouvait pas comprendre cela. Quand un enfant se suicidait, alors qu'un parent était toujours vivant, il le condamnait dans un tourment sans fin. Pourquoi ce suicide ? Qu'est-ce qu'il avait manqué ? Qu'aurait-il dû faire ? Il n'avait pas été le père du siècle, il n'aurait pas dû faire confiance aux policiers qui avaient finis par vouloir le voir tout le temps jusqu'à ce qu'ils cèdent. Andy se demandait comment il faisait pour rester toujours debout, alors qu'il avait tant perdu. Il ne vivait pas, il survivait. Il regardait toujours son passé, il cherchait toujours à comprendre pourquoi. Les pensées se bousculaient, ses sentiments étaient comme du tourbillon, son coeur se distordait.

- Vous comprendrez quand vous aurez un enfant... Quand un enfant ne réussit pas, fait une bêtise ... Se sui..cide. Il s'interrompit, les yeux brillants, il les ferma et lâcha un gros soupir. Il ne regardait plus l'arbre, il se mordit la joue Ce sont toujours les parents qui se remettent en question. Ils sont censés le guider, lui transmettre quelque chose et ensuite le laisser faire sa vie... D'être là pour eux.

L'écrivain haussa les épaules, il se pinça les lèvres. Être là pour leur enfant, il l'avait été pour Samuel, dans l'espoir qu'il réussisse à dire quelque chose. Il n'avait pas dit un mot, les gens l'avaient poursuivis en justice. Grâce à Cain, la famille Weiss s'en était sortie de justesse, mais cela avait entrainé le suicide de Sam. Il se remit à regarder l'arbre, les mains joints, coudes sur les genoux. Il trouvait cela injuste que cela ne se soit pas fait dans ce sens-là. Qu'Anders n'aurait pas la chance de voir que ce soit Amber ou Samuel, évoluer.

- Samuel et moi aimions marcher dans cette forêt. Je lui ai dis que cet arbre est spécial dans cette forêt, qu'il a vu beaucoup de choses et qu'il faisait une identité. Je ...

Andy ne termina pas sa phrase. Il avait voulu dire que le choix d'arbre était de sa faute, il lui avait expliqué l'importance, maintenant cet arbre était devenu encore plus important depuis le suicide. Il secoua la tête, il aurait aimé marcher pour quitter cet endroit mais il doutait que ses jambes puissent le porter pour l'instant. Alors il resta toujours assis ici, coincé devant cet arbre, cette peine qu'il n'arrivait pas à contenir tout d'un coup. L'écrivain luttait réellement pour ne pas céder devant Gail, limite, les yeux restaient toujours brillants. Elle ne pouvait pas deviner ses pensées en ce moment qui étaient toutes sauf joyeuses, la haine, la colère, la tristesse. Tout formaient un tourbillon et c'était tellement dur.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Abigail Carter
jeune apprenti
315 $
09/02/1995 $
315 messages
Mensonges : 315
Anniversaire : 09/02/1995


MessageSujet: Re: Hard time to talk. ► Gailers Mer 9 Mar 2016 - 12:01

Hard time to talk.
Anders & Abigail
date ► 10 mars
- ...
Le silence. C'était tout ce qu'elle pouvait offrir quand tout ce qu'elle pouvait dire ou aurait voulu dire ne pouvait pas être dit maintenant. Gail était peut-être une égoïste manipulatrice mais elle n'était pas un monstre. Même si elle voulait parvenir à un quelconque résultat et l'entendre se confier, elle n'allait pas pousser sa chance aux limites de la respectabilité et l'enfoncer simplement pour pouvoir l'en sortir. Tout simplement parce qu'il semblait déjà être au fond, à perpétuité. Et parce que, finalement, il parlait.

Dans ses rêves les plus fous, elle n'aurait jamais imaginé que ça arriverait si rapidement. Mais elle n'allait certainement pas s'en plaindre. Assise à côté de lui, Gail ne dit pas un mot attendant la fin, attendant qu'il ait dit tout ce qu'il avait à dire. Comprendre quand elle aurait un enfant... Ce ne serait sans doute jamais le moment pour elle, pas avec la vie qu'elle avait maintenant. Elle refusait l'idée tant qu'elle ne retrouvait pas la trace de sa mère.

L'arbre. Elle savait qu'il avait une signification. Samuel ne l'avait pas choisi au hasard parce qu'il s'imposait simplement dans la forêt mais parce qu'il était au centre d'autre chose. Si elle avait même à dire, l'arbre était un centre d'énergie mais elle se passa du commentaire, malheureusement. Anders se rendait également coupable de lui en avoir parlé et si elle leva imperceptiblement les yeux au ciel, l'élan de compassion qui la prit fut loin de lui être familier. Elle avança sa main comme si elle voulait lui montrer son soutien par un contact mais s'abstint au dernier moment, la laissant sur sa cuisse.

- Vous savez ce qu'est la première chose que j'ai entendu de Samuel ? Qu'il aimait sourire. Il souriait toujours pour tout. C'est tout ce que j'imagine de lui.

Parce qu'elle ne voulait pas imaginer un jeune homme pendu à cet arbre ou le regard perdu et vide après son retour. Elle préférait penser à celui qu'il était avant tout ça.

- Et que vous étiez toujours derrière lui, avec lui. C'est tout ce qu'il y a à retenir. Vous vous détestez plus que vous détestez tous les autres en ville, vous devez vous pardonner parce que votre fils où qu'il soit l'a déjà fait. Elle parlait doucement comme si ces mots dits à haute voix déclencherait quelque chose de cataclysmique. Tout ce qu'il a vécu après les événements, c'est la douleur. Je pense sincèrement que pour un garçon qui aime son père, il espère que vous viviez quelque chose, autre chose que la douleur. Elle fit une brève pause pour chercher ses mots : Vous pourriez sûrement faire autre chose pour lui que vous détruire lentement. Vous n'êtes pas seul. Même si personne ne vit la même chose, vous n'êtes pas seul. Vous avez des alliés en ville.

Elle, aurait-elle souhaité hurler mais ne dit rien. Elle aurait pu dire également que lui, au moins, savait ce qui était advenu de son fils contrairement à trois autres familles mais elle se retint, ce n'était pas le moment de rappeler que cette histoire n'était pas finie.


______________________________

what a day, what a lovely day
As the world fell, each of us in our own way was broken. It was hard to know who was more crazy...©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: Hard time to talk. ► Gailers Mer 9 Mar 2016 - 18:31

Hard time to talk
Anders & Gail
date ► 10 mars


Le sourire de Samuel.
Anders le visualisait parfaitement, il visualisait sans difficulté le garçon heureux qu'était Samuel. Le sourire aux lèvres quand il était parti pour la dernière fois avec ses amis pour une balade dans la forêt, faire un feu de camp. C'était sûrement la dernière fois qu'il avait vu ce sourire innocent. Il se rappelait aussi les autres fois où Samuel était heureux, c'était douloureux d'imaginer qu'il ne puisse pas revoir ce sourire.
Il n'avait pas tout dit, mais il n'allait certainement pas dire autre chose, il n'avait pas envie de trop partager sa peine à elle. A n'importe qui, il avait toujours su la garder en lui, il ne supportait pas écouter les autres, parce qu'il redoutait qu'on lui dise d'avancer. Il redoutait de poser lui-même la question, que lui restait-il ? Que devait-il faire ? Il se sentit trembler et avoir le coeur plus lourd. Cette peur de ne pas savoir quoi faire, de l'inconnu et qu'il finisse par s'y attacher pour qu'on le lui retire à nouveau ... Ou qu'il se le retire tout seul.

Il regarda l'arbre, alors que Gail s'exprima doucement.
Andy s'en voulait énormément et c'était déjà un gros frein pour sa guérison qui était déjà longue, qui durait depuis deux ans. Elle venait de parler au nom de Samuel. Il avait cru que ses oreilles avaient sifflés, il ferma les yeux et renifla, il lâcha un gros soupir. Elle ne pouvait pas savoir ça, c'était impossible. Mais il n'était vraiment pas à ça près l'écrivain. Tout ce qu'il voulait, c'est que tout cela stoppe. Qu'il remonte le temps et empêche Samuel de faire cette fichue balade.

Toutefois il y avait une chose qu'elle avait raison : il n'était pas seul.
Anders devait lever le regard et ce n'était pas une chose facile. Il devait essayer d'ouvrir les rideaux, ça l'était encore moins. Il avait des alliés et il savait déjà qui dans le fond, il refusait d'énumérer les noms en tête. Il plaça sa main sur son front, la glissa devant ses yeux et resta ainsi.

Silence.
Andy ne dit rien. Il ne savait pas combien de temps était passé, mais assez pour son dos qui avait du mal avec la pression. Il se redressa, enleva la main de ses yeux et les essuya. Il lâcha un grand soupir et essaya de se reprendre, mais non. Il n'arrivait pas, il devait essayer. Il ne devait pas poser la question, qu'est ce qu'il devait faire. Anders se l'interdisait. Il ne devait pas le demander à Abigail, c'était la réponse qu'il devrait trouver tout seul.

- Vous savez que vous venez d'une secte.

Ce n'était pas une question, il savait qu'elle savait ça, c'était aussi certes un changement vif de sujet. Parce qu'Anders avait toujours cette facilité à fuir cette discussion, il n'avait pas envie de montrer sa peine à n'importe qui. Il essayait de montrer qu'il gérait à sa manière, mais bien sûr. Il ne trompait personne, il le gérait pas du tout. Il ne pouvait pas oublier, il ne pouvait pas non plus ne pas oublier. Il était coincé et il savait que le seul moyen de s'en sortir c'était de se trouver un nouveau but, une nouvelle chose à faire de sa vie. En dehors de l'écriture, du travail de nuit, d'aller voir sa famille en Allemagne (un voyage qu'il redoute le faire tout seul..)

- Elle a été dissoute, mais j'imagine que ce gourou a créée une autre. J'ai fais des recherches de mon côté. J'ai ... Bien peur que je ne puisse pas autant vous aider que ça. Je ne connais pas l'identité de votre mère, quand elle était arrivée dans cette secte elle a changé de nom. Grace dit vrai quand elle ne sait pas son nom.

Il tourna son regard fatigué vers Gail, il la fixa pour observer sa réaction et attendre une question. Il n'avait pas tout dit, mais il n'appréciait pas devoir le faire parce qu'il savait dans le fond que cela allait avoir des grosses conséquences. Devoir le dire alors que cela revenait au droit de Katherine de le faire, pas à lui. Mais l'histoire de Gail lui rappelait ce dans quoi il voulait se spécialiser dans le journalisme, reconstituer un dossier abandonné, caché peu importe... Ce qui aurait dû être son métier en somme.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: Hard time to talk. ► Gailers

Revenir en haut Aller en bas
Hard time to talk. ► Gailers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Azélia + it's time to talk!
» Time to talk brother / Stefan
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: The Town :: Alentours de Lewiston :: Hells Canyon Forest-