AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 Tonight, you're mine [Axel & Cassy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Tonight, you're mine [Axel & Cassy] Jeu 3 Mar 2016 - 14:37

► Le rp se déroule courant avril 2016.




Tonight, you're mine ... so sweetlyIn the night, let me be your sweetheart ... .
Je tourne en rond à l'appart' depuis environ deux petites heures, pesant le pour et le contre par rapport à l'idée qui me trotte dans la tête depuis la fin de l'après-midi. D'ordinaire, je réagis impulsivement. Mais depuis mon agression et mon séjour à l’hôpital en janvier, j'ai quelque peu revu ma façon d'agir. Je n’ai certes pas changé du tout au tout, loin de là. Disons plutôt que je me suis mis à réfléchir sur les décisions que je prenais et sur ce que ça pouvait impliquer. Pour l'heure, mon sujet de cogitation, c'est toi. Depuis ton retour, je t'ai quelque peu mal menée et n’ai rien fait qui puisse t'inspirer de la confiance si ce n'est quelques discussions échangées durant lesquelles je me suis montré sincère. Mais même si tu te méfies un peu moins de moi, tu es loin d'être en confiance. Sauf que cette confiance, je dois m'efforcer de la retrouver. Il y a certaines choses que j'aimerais restaurer entre nous. Sincèrement. Plus sincèrement que par le passé parce que je ne peux nier que tu tournicotes dans mon esprit sans vouloir lâcher prise. Toi, cette histoire d'enfant ... . Dire que je ne sais rien. Je n'aurais jamais cru posséder une telle patience, que ce soit envers toi ou quiconque. Et jusqu'ici, je tiens bon. J'attends des informations au fur et à mesure que tu veux bien les semer de temps à autre. Mais pour le peu que j'en sache encore ... il m'apparait que c'est là l'épreuve la plus difficile que j'ai du relever. Savoir qu'on a un enfant déjà âgé d'une dizaine d'années sans connaitre son prénom ni même son sexe. Ne pas pouvoir en savoir plus parce que je ne veux pas tomber dans l'insistance et que je tiens à te respecter. C'est d'autant plus difficile au fil des jours qui passent et que je ne compte plus.

Je me suis remis de l'agression, j'essaye de ne pas songer qu'il pourrait y avoir récidive. Tout comme je m'efforce de te le faire oublier pour que tu ne songes jamais que la chose a été commanditée et qu'elle risque de se reproduire. Tu sais simplement que ça avait à voir avec une guerre de territoire ... rien à voir avec la réalité en somme. Enfin du moins, ceci n'est que ma propre conclusion suite aux menaces de S que j'avais déjà reçu auparavant. Mais je peux encore me tromper et être finalement la victime de ce genre de querelle. Sauf que dans le milieu, on rate rarement sa cible et on hésite encore moins à revendiquer le coup. Ceci visant généralement à s'imposer et semer la terreur auprès du clan adverse quand il s'agit de drogue et de territoire, autant dire que ça se serait déjà su. Hors il n'y a rien eu de ce genre.
Mais soit, pour l'instant, j'ai d'autres pensées plus importantes en tête que de me re-pencher sur cet évènement ... je n’ai même pas envie de mettre à nouveau de mot dessus. C'est encore trop éprouvant pour moi. Au moins, ce séjour à l’hôpital m'aura permis de faire connaissance avec Lorcan et de te voir toi, me faire ainsi l'honneur de quelques visites régulières. Je ne peux nier que ce qui m'est arrivé nous a permis de nous rapprocher encore un peu. Même si ça semble si peu.

Allez, c'est décidé. Je ne devrais pas cogiter autant. J'ai vraiment envie de te voir. Il n'y a pas de raisons pour que ça tourne mal ou que je mette ta vie en danger, surtout là où je compte t'emmener.
Je me décide ainsi à sortir. Direction ton hôtel. Quand j'arrive, il n'y a personne. Je décide de ruser pour pénétrer dans ton petit nid en attendant ton retour. Si je calcule bien, tu devrais être de retour sous peu. Tu ne bosses pas ce soir, je le sais, et tu as juste du faire une petite virée rapide. Du moins je l'espère. Mais bientôt, le bruit derrière la porte alors qu'il est environ vingt-et-une heures passées, m'informe que je ne me suis pas trompé. Je lance alors la musique et me tiens tout près de la porte lorsque tu ouvres et pénètre sur les lieux. Attrapant ton poignet délicatement, mes doigts se glissent bientôt entre les tiens tandis que la lumière investit la pièce et que je t'entraine pour danser. Je t'entraines tout contre moi dans des mouvements doux et langoureux avant de te glisser :

- Petit avant-goût de la soirée ... enfiles l'une de ces jolies robes et suis-moi ... .

J'ai pris soin de déposer deux-trois robes pour toi sur le lit qui conveindraient.



© 2981 12289 0


Dernière édition par Axel Manchester le Jeu 24 Mar 2016 - 15:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Tonight, you're mine [Axel & Cassy] Dim 6 Mar 2016 - 15:02


Tonight, you’re mine


J’avais fini la « remise à niveau » exigée par ma direction le week end d’avant et j’étais revenue depuis deux jours à Lewiston. Je n’avais que mercredi et jeudi en repos, ma cheville allant bien mieux j’avais décidé d’aller courir. Les séjours à la montagne et à Las Vegas m’avaient éloigné de mes habitudes sportives. Je ne pouvais prétendre à la devise « un esprit sain dans un corps sain » mais je m’entretenais. Puis le footing faisait partie des sports qui me permettait de me détendre. Je fatiguais mon corps et mon esprit pouvait cogiter tranquillement afin de se détendre plus tard.

Je fais encore un tour du parc puis je prends la rue ralentissant la cadence. La musique sur mes oreilles me donne le rythme. J’arrive sur le parking de l’hôtel, je traverse la réception sur une petite foulée. Le réceptionniste attire mon attention mais je lui fais un signe comme pour lui dire je reviens. Je finis de m’étirer dans l’ascenseur et j’arrive devant ma porte. Je me fige net, un effluve familier mais je ne vois rien. De plus je suis vers les derniers étages où il n’y a quasi pas de clients. Un accord avec la direction pour ma tranquillité mais aussi celle des clients même si j’essaye de faire le moins de bruit possible quand je finis mon service à 3 ou 5 h du mat’. Je regarde le couloir me concentrant sur l’odeur. Il est vide mais ça y est j’identifie le parfum. Axel. La dernière fois cette fragrance était combinée avec les odeurs des désinfectants de l’hôpital. Je m’étais rendu à son chevet quelquefois lorsque j’avais su qu’on lui avait tiré dessus. Il m’avait sorti une histoire de guerre de territoire que j’avais fait semblant de croire. J’avais trouvé mignon qu’il veuille me protéger. Je n’étais pas sure que ce soit nécessaire bien que… Je lui avais lu des chapitres de livres lorsqu’il semblait à moitié groggy, je lui avais emmené des Reese’s en souvenir du bon vieux temps. Nous avions plaisanté un peu, regardé des séries à la TV. Je lui avais rendu visite aussi lorsqu’il dormait encore, je crois qu’il n’en a jamais rien su et c’est mieux ainsi. Je suis incapable encore aujourd’hui de savoir pourquoi j’ai eu besoin de lui rendre visite. Peut-être parce que bien malgré lui il avait enjolivé ma vie.

J’ouvre la porte absorbée dans mes pensées. Je sursaute lorsque tu attrapes mon poignet. Quelle idiote, comment ai-je pu me faire surprendre alors que j’avais senti son odeur ! Tes doigts se mélent aux miens. Tu m’attires contre toi, nos corps ondulent langoureusement. Puis tu me chuchotes.

- Petit avant-goût de la soirée ... enfiles l'une de ces jolies robes et suis-moi ... .

Tu me tourne adroitement face au lit. Tu as sélectionné des robes. Je les regarde puis te regarde. Je me demande ce que tu manigances. Je ne pose pas de question je fais un pas vers le lit. Je soulève une à une les tenues.

- Tu veux m’emmener danser c’est ça ?

Tu hoches la tête sans m’en dire plus. Je repose sans douceur les tenues que tu as sélectionnées. Je me dirige nonchalamment vers un tiroir. Je sens ton regard dans mon dos. Je finis par trouver ce que je cherche  Un petit short noir, puis je récupère dans l’armoire une veste rouge vif. Je te montre mon choix vestimentaire, tu sembles l’approuver par un sourire. Je retire mon jogging et mon tee shirt puis je me tourne vers toi un sourire taquin au coin des lèvres. Je me demande si tu résisteras ? Je retire mes chaussettes, puis je laisse glisser une bretelle de mon soutien-gorge sans perdre ton regard. Je le retire complétement, mes mains glissent le long de mes cuisses retirant le dernier bout de tissu qui me couvrait. Je m’avance vers toi, je pose dans ta main ma petite culotte.

- Tu m’accordes quelques minutes pour prendre une douche ?.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Tonight, you're mine [Axel & Cassy] Jeu 10 Mar 2016 - 10:36



Tonight, you're mine ... so sweetlyIn the night, let me be your sweetheart ... .


Je te tourne face au lit pour te montrer les tenues que j'ai sélectionnées dans ta penderie. Tu les regardes puis me demandes :

- Tu veux m’emmener danser c’est ça ?

Je hoche la tête avec un sourire. Je crains le pire quand tu t'éloignes du lit mais alors que tu farfouilles dans la commode, tu me montres bientôt un petit short noir et une veste rouge vif.

- J'adore.

Tu retires ton jogging et semble te montrer joueuse un instant. Tes doigts glissent sous une bretelle de ton soutien-gorges puis tu retires également le dernier rempart de tissu qui couvre ton intimité. J'aimerais pouvoir résister pour te prouver que je ne suis pas venu pour te bondir aussitôt dessus mais la tentation est trop grande. Tu glisses la pièce de tissu dans le creux de ma main. Invitation ou provocation ? Ça pourrait tout aussi bien être l'un comme l'autre. Je n'ai pas envie de tout faire foirer sur l'instant. Et alors que j'acquiesce tandis que tu vas prendre ta douche, je demeure un instant sur la réflexion.
Une part de moi veut te rejoindre et répondre à ton invitation. L'autre se demande si ça ne sera pas là une pierre de plus pour ternir mon image. Celle que je désire changer à tes yeux.

Finalement, le désir est plus fort. Je te rejoins sous la douche quelques minutes plus tard et me glisse sensuellement dans ton dos. Nous partageons une douche crapuleuse avant de nous mettre en route.
Je t'emmène dans une ancienne salle des fêtes en dehors de Lewiston, de l'autre côté de la rivière Clearwater. C'est une petite salle qui est située dans un coin calme à la lisière de la forêt en sortant d'une petite ville. Elle est encore parfois utilisée pour certains évènements mais bien moins depuis qu'une nouvelle a été construite dans le style moderne. Celle-ci date de je ne sais plus quelle époque, elle a beaucoup de charme avec ses poutres apparentes et ses hauts murs. Et ce soir, ce qui s'y déroule n'a rien d'officiel. Je connais des personnes qui m'ont rencardé sur l'existence de ce lieu et de ces petites fêtes illégales. Car en effet, une foule de jeunes de notre âge se donnent rendez-vous là-bas pour des soirées dansantes à thème rétro. Quelque chose qui a du charme depuis que je l'ai découvert il y a peu. C’est le style de soirées dansantes qui me font penser à Dirty Dancing lorsque Baby découvre une petite baraque où des jeunes se sont réunis pour danser en cachette parce que le style de danse aurait fait scandale à l'époque en question, sur la propriété où elle va en vacances avec ses parents. Et ce soir, c’est justement ce style de thème avec des musiques aussi entrainantes que langoureuses.

Et tandis que je te guide par la main sur les lieux et que nous débarquons bientôt à l'intérieur alors que la musique résonne déjà en dehors des murs, de nombreux corps se trémoussent sur une musique datant des années 60-70. Difficile de ne pas répondre aussitôt là encore à l'invitation des corps qui se collent et ondulent en rythme. A peine nous faisons-nous un passage à travers la foule que je me colle déjà contre toi en marquant d'ores et déjà le rythme.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Tonight, you're mine [Axel & Cassy] Sam 12 Mar 2016 - 23:40


Tonight, you’re mine


Tu sembles hésiter un moment. Je soupire discrètement. Depuis quand me résistes tu ? Je me place dépitée sous le jet de la douche quand je sens tes mains dans mon dos. Mon sourire s’élargit et je me laisse fondre dans tes bras. Nos corps s’imbriquent avec passion. Nous semblons avoir le même désir juste s’éclater et profiter du moment présent. A la fin de notre câlin je te jette une serviette et te vire de la salle d’eau en rigolant. Je me sèche les cheveux et me maquille. Je ressors au bout de quelques minutes.

Je suis parée et je me laisse entrainer à ta suite. La voiture s’arrête près d’une vielle bâtisse en dehors de la ville. Dès la sortie de l’auto, j’entends la musique. Hum, choix original comme musique. Je te lance un regard interrogatif. Mais de quelle soirée il s’agit ? Je ne demande rien pourtant. Je regarde la salle, des poutres apparentes donnent un coté vieillot accentué par les airs musicaux. Il y a déjà une foule de gens qui semble se trémousser sur l’immense piste que j’entraperçois entre les deux grands battants ouverts. Tu prends ma main pour m’y entrainer.

Je me demande comment tu as connu ce lieu. Une sombre pensée me traverse l’esprit. Quelle pouf as-tu pu emmener ici ? Mais tu ne laisses pas le temps à cette pensée de s’ancrer. Tu me frôles le dos puis tu te colles à moi. Ton bassin ondule contre moi. Puis comme une vague m’emporterait, je me laisse porter doucement par ton rythme. Les musiques s’enchainent ainsi que nos pas. Nos gestes deviennent de plus en plus vifs et aguerris. Tandis ta main me fait tourner sur moi-même ton autre main se prépare me réceptionner. Mon corps se cambre sous ton adresse. Un pas à droite, un pas à gauche, être comme sur des talons, les yeux dans tes yeux. Laisser les notes de musique nous engourdir. Je ne vois plus les autres autour de nous. Nos corps se frôlent, s’attirent, se repoussent. Nos bras et nos mains se caressent dans un ballet sensuel, limite indécent. Puis je sens une main qui m’attrape. Mon attention se reporte sur les autres danseurs.

Une femme à mes côtés me propose de suivre son pas. Je l’imite. Je laisse le tempo m’envahir d’autres danseurs suivent le mouvement. On dirait un flash mob aux airs rétro et je m’éclate. Comme un défi tu te mets face à moi. Je te provoque en avançant. Nous ne nous touchons pas. Je recule lorsque tu avances et tu recules lorsque j’avance. Jetant un regard alentours je remarque que nous sommes loin d’être les seuls à faire ce petit jeu. Je rigole. Tu finis par attraper ma main me faisant pivoter agilement sur moi-même. Nos corps se collent l’un à l’autre et se cambrent en se suivant. Je finis par plus savoir où nous sommes. Je me laisse juste emporter par les notes et tes bras puissants.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Tonight, you're mine [Axel & Cassy] Jeu 17 Mar 2016 - 12:33



Tonight, you're mine ... so sweetlyIn the night, let me be your sweetheart ... .


Je me colle dans ton dos et ondule du bassin au rythme de la musique. L'ambiance enfiévrée qui règne dans la salle ne tarde pas de nous gagner. Tu te laisses peu à peu porter par la musique, comme moi. Une certaine assurance me gagne au fil du jeu qui s'instaure de lui-même entre nous. Tes mouvements sont gracieux et ton corps ondule tout entier pour le plaisir de mes yeux. Je te fais tournoyer, je te réceptionne aussi adroitement que je sais le faire. Le mouvement de tes cheveux m'hypnotise tout comme tes regards. Nous nous laissons complètement posséder par la musique et nos corps semblent ne vouloir faire plus qu'un en imprimant un rythme qui ne cesse de faire monter la température entre nous. J'adore la sensualité qui se dégage de ces instants. Ça en devient limite indécent et j'adore ça.

Mais on te vole bientôt à moi et je me plie au défis. D'autres vous emboitent le pas, on dirait qu'ils se sont concertés pour nous poster dans cette position. C’est un régal de te voir onduler face à moi et me provoquer de la sorte. Tu recules lorsque je m'avance et inversement. Puis d'autres se plient au jeu. Une fille derrière moi m'incite à avancer vers toi et lorsqu'on se touche presque elle me fait pivoter face à elle et entretient un jeu sensuel en roulant des hanches tout contre moi. Le regard qu'elle t'adresse est plein de défis. Un jeu auquel je finis par couper court pour me retrouver à nouveau près de toi. Je te ramène contre moi en t'entourant d'un bras et t’incite à te cambrer sur moi tandis que je me penche en arrière. Nous formons une vague qui ne cesse de se laisser porte d'avant en arrière sur les airs de Cry to Me de Salomon Burke.

La musique nous transporte. Je réalise combien ce genre de répertoire musicale m'a manqué. C'est tellement particulier, chargé de cette étincelle qui est propre à faire chavirer dans de doux excès. Je pourrais danser comme ça toute la nuit avec toi, jusqu'aux premières lueurs du jour. J'oublie tout ce qu'il y a autour, tout ce qu'il y a de négatif dans ma vie, tous les tracas et les conflits. Toute cette merde actuelle. J'ai l'impression d'être loin, dans une toute autre époque où je serais un autre.
Mes avant bras posés sur les tiens donnent le rythme à nos bassins alors qu'un autre genre de rythme s'impose à nous. (Do you love me - The Contours)
Nos regards ne se lâchent plus. Et ta façon de rouler des hanches me conduit à l'envie irrésistible d'y poser les mains pour les sentir encore plus remuer sous mes paumes.
Mais si nos corps se frôlent et se collent, nos lèvres elles, ne franchissent jamais cette barrière. Et je désire d'autant plus leur contact.

Nous marquons bientôt une pause en sortant prendre l'air frais dehors. La musique nous parvient et je t'attire près d'une voiture garée non loin en te guidant par les mains à reculons. Tu t'appuies contre le capot et je me place bientôt entre tes jambes en te poussant à t'asseoir dessus. Je m'allume une clope puis tire une ou deux taffes dessus avant de la glisser entre tes lèvres. Ma main libre glisse inlassablement sur l'une de tes cuisses. La musique plus loin prend des airs de slow (Some kind of wonderful - The Drifters) et mes bras t'enserrent tandis que tu termines ma cigarette et que je remue doucement entre tes jambes qui m'entourent désormais à leur tour. J'adore ces instants partagés avec toi. Je retrouve la magie de quelques années plus tôt et de cette soirée où nous avions fait le mur dès notre toute première rencontre au centre et que nous avions dansé sous la pluie au bord d'un étang privé. Je t'évoque le souvenir et te glisse tendrement.

- Tu te rappelles ? en t'embrassant dans le cou.

Une autre mélodie ne tarde pas de parvenir à nos oreilles et je susurre en chantant tout contre oreille alors que je m'installe à tes côtés, assis également sur le capot.

Won't you press your sweet lips
(Est-ce que tu pressera tes douces lèvres)
To mine
(Contre les miennes)
Won't you say you love me
(Est-ce que tu diras que tu m'aimes)
All of the time
(Sans arret)

Je passe un bras autour de tes épaules puis appuie ma tête contre la tienne. Ton parfum m’enivre. Je te regarde après un instant en tournant ton visage vers le mien puis te fais basculer sur le capot. Alors que je te renverse doucement, mon mouvement suit en me penchant sur toi et mes lèvres fondent sur les tiennes pour s'y presser tendrement. Tu me rends ivre de leurs contacts. J'y cèdes à plusieurs reprises avant de sauter du capot et te tendre la main pour t'inviter à retourner danser.



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Tonight, you're mine [Axel & Cassy] Sam 19 Mar 2016 - 10:47


Tonight, you’re mine


Je ne te quitte pas du regard tout en laissant la musique me contrôler. Nous nous faisons face comme deux animaux prêts à s’attaquer. Chacun défie l’autre en jouant sensuellement avec les mouvements de nos corps. Au bout d’un moment tu proposes une pause. Je te regarde un brin frustrée, en m’imposant ainsi une coupure tu casses le duel et aucun de nous deux n’a remporté la manche. Je soupire amusée et te suis de bonne grâce.

Une fois sur le parking, tu finis par me coincer entre toi et une auto. Malgré que je n’aime guère faire ça je finis assise sur le capot de la voiture. Tu te glisses entre mes jambes apparemment content de ton piège. Tu tires deux trois bouffées d’une clope que tu glisses entre mes lèvres. Une de tes mains glisse ma cuisse. Me jambes finissent autour de tes hanches tandis que de tes bras tu m’enlaces doucement. Tu t’agites doucement contre moi au rythme du slow

- Tu te rappelles ? me dis tu ton souffle dans mon cou

Je frissonne à l’évocation du passé. Comment pourrais-je avoir oublié ce printemps et tout ce qui en a découlé ? bien que l’oublier aurais peut-être été mieux ? Puis la chanson change et tu me chantes le refrain d’un titre des années 60. Tu t’assieds sur le capot à ton tour. Tu glisses ton bras sur mes épaules puis ton autre main caresse ma gorge. Tu attrapes mon menton et fais tourner mon visage vers toi. Je fais une moue taquine Tu me couches presque sur l’auto et tu m’embrasses. Je te rends ton baiser, ma jambe remonte le long des tiennes. Puis tu romps le contact et remets les pieds par terre.

Tu tends la main pour m’inviter à retourner vers la piste. Je prends ta main, nos doigts s’enlacent. Je soupire. Ce qui est bien avec le passé c’est qu’il est passé je ne veux pas revivre ça. Je fais taire rapidement le début de rancœur. Je ne sais pas ce que tu herches en essayant de revivre le passé. Peut être juste pour les bons souvenirs ? Je penche la tête tout sourire.

Nous retournons nous trémousser sur des airs d’une autre époque, que seul mes grands-parents avaient dû écouter à l’époque où les ondes radios diffusaient ses tubes. Je n’i jamais dû danser autant de « rockabilly» et autres styles musicaux qui ont suivi après dont je ne connais même pas le nom. Mais comme tout chaque morceau est composé de notes de musique et il me suffit de ressentir les sonorités de cet ensemble pour bouger mon corps en rythme. Cependant ma gorge finit par être sèche. Je te mordille l’oreille puis je te demande avec un air amusé tandis que tes bras me gardent contre toi.

- Tu comptes me nourrir ?

Je regarde si je vois un bar mais il y a trop de monde.

- Puis je commence à avoir soif ?

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Tonight, you're mine [Axel & Cassy] Jeu 24 Mar 2016 - 10:42



Tonight, you're mine ... so sweetlyIn the night, let me be your sweetheart ... .


Nous retournons nous trémousser sur des airs d’une autre époque pendant encore un bon moment. Nous ne voyons pas le temps passer. Ce n'est que lorsque tu commences à avoir la gorge sèche tout comme moi, que nous quittons la piste pour nous faire un chemin à travers la foule et trouver de quoi étancher notre soif. Il n'y a pas de bar à proprement dit, chacun peut se servir dans le lot de boissons qui ont été amenées et posées dans un coin de la pièce sur une grande table.
Un peu plus tard, nous repartons avec une bouteille que j'ai embarqué au fil de notre balade dans les alentours. Sans te fournir aucun indice sur l'endroit où nous rendons ensuite, je prend la direction du centre ville et je nous arrête non loin d'une échoppe de rue qui propose des menus à emporter ou à déguster sur place puisqu'il y a une terrasse prévue à cet effet, agencée sur le large trottoir où nous nous trouvons. Mais le menu ne nous emballe pas vraiment et il y a une queue interminable. Nous reportons alors notre choix sur l'un des deux bars qui entourent l'échoppe en question et nous posons à une table à l'extérieur. Il s'agit d'une brasserie où l'on peut manger des plats préparés. Autour de nous, d'autres clients ont fait le même choix. Les tables sont quasi toutes occupées. Celles des autres établissements de même type autour le sont aussi. Il y a du monde ce soir en ville. Avec les beaux jours qui reviennent et les températures en hausse, tout le monde est de sortie et flâne dans les rues. De nombreuses boutiques restent ouvertes plus tard, que ce soit bars, restaurants, des boutiques de disques ou d'art.



J'aime bien cette ambiance festive et le chahut incessant des conversations tout autour. Je te quitte juste un instant pour aller commander les boissons et récupérer des menus à l'intérieur tandis qu'un serveur tarde à se manifester vu le peuple qu'il y a. La patience n'est pas vraiment mon fort. Une fois fait, je m'allume une clope en circulant entre les tables pour rejoindre la nôtre quand un mec m’interpelle. Il s'agit d'un pote à moi, lequel est d'ailleurs accompagné d'une ex pour laquelle je n'ai pas le moindre intérêt. Il me tape la discute une ou deux minutes puis je le quitte pour te rejoindre.

- Ça arrive, t'avertis-je en parlant des boissons tandis que je te tends un menu et en posant paquet de clope et briquet au milieu de la table.

La ville s'est parée de tons estivaux en commençant à placer des palmiers artificiels dans tous les coins. Nous sommes déjà en avril. Ça passe tellement vite. Mon accident semble malgré tout loin derrière moi. C’est un souvenir que je me force à écarter avec soin malgré la menace qui pèse toujours sur moi, j'imagine, quoi que ça puisse avoir été ni plus ni moins qu'une leçon. Ça aussi je fais tout pour l'éloigner de mon esprit. Je n’ai pas envie de me mettre à psychoter à chaque fois que je sors. Et puis me mettre en danger continuellement est devenu une habitude. Avec mes activités, je n'ai jamais été loin des embrouilles et des rivalités entre "clans" dirons-nous. Pourquoi cesserais-je de vivre aujourd'hui ?

Je veux vivre ma vie à fond, sans me poser de questions ... même si je m'en pose un peu trop depuis que tu as ressurgis dans ma vie. Des questions qui ont pour certaines, une vraie implication. Mais comment trouver le bon moment pour ré-aborder le sujet ? Je me le demande. Mais je sais au fond que ce ne sera jamais le bon moment. Parce que tu croiras toujours que les moments que nous passons ensemble ne visent qu'à t'amadouer pour en découvrir plus au sujet de notre enfant, parce que tu ne croiras jamais que mes actes sont vrais ou sincères.
Je suis tellement plongé dans mes pensées que tu attires mon attention et me demande à quoi je songe pour être aussi déconnecté depuis quelques minutes. Et je ne sais toujours pas si je devrais te dire ce qui me trotte dans la tête.



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Tonight, you're mine [Axel & Cassy] Ven 25 Mar 2016 - 13:34


Tonight, you’re mine



Tu réponds à ma demande en trouvant des boissons et tu m’entraines pour ce qui semble une autre partie de la soirée. Nous repartons vers la ville puis tu te gares dans une rue commerçante. La douceur de la saison a fait sortir les gens. La rue est animée, les cafés et autres points de restaurations ont ressorti les terrasses. Des couleurs pas toujours de bon gout se mélangent pour former un camaïeu sensé évoquer le retour du beau temps. Tu t’arrêtes devant une devanture mais après concertation nous décidons d’aller plus loin, trop de monde et menu peu inspirant.

Nous regardons encore quelques terrasses puis tu sembles trouver une place. Je m’installe, tu ne restes assis qu’un instant, je souris la patience n’était pas ton fort pour certaines choses et ça n’a pas l’air d’avoir changé. Tu pars à l’intérieur commander des boissons, je t’observe au loin je ne sais même ce que tu vas ramener mais pour ça au moins je peux te faire confiance. Tu allumes une clope navigue entre les tables puis tu t’arrêtes discuter avec un couple. La femme te fixe d’un air peu avenant et tu sembles l’ignorer superbement. Probablement une ex, son regard se porte sur moi, je lui fais un sourire de vainqueur. Tu reviens vers moi, tu jettes tes clopes sur la table me tendant le menu.

- Ça arrive

Je secoue la tête, je prends le briquet jouant avec la flamme

- Choisis pour moi

Dire que ça fait presque sept mois que j’étais dans le coin. Si te revoir avait été un élément que j’aurais volontiers évité, j’étais obligé d’admettre que je me plaisais en ta compagnie. Cependant rien ne me retient ici. Je ne restais pas en place plus de trois mois, là je sentais que je devais bouger. Tu sembles ailleurs ton regard vide se porte sur les décorations que la ville a sorti pour fêter le retour du printemps… Le printemps, dire que ça fait déjà douze ans. Je fais glisser mon doigt le long de ton bras pour attirer ton attention. Je penche un peu la tête sur le côté.

- Tu m’as l’air ailleurs, ça va ?

Je me demande si c’est l’incident qui te trouble… ça fait des mois maintenant. A moins que ce soit autre chose ? Je m’étais attendu à ce que tu veuilles en savoir plus sur le bébé mais comme d’hab tu t’en fiches. Je vais t’amuser un moment et tu iras encore ailleurs. Je ne peux m’empêcher de penser qu’il me faut partir de Lewiston tant que tu ne m'as pas rebriser le cœur.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Tonight, you're mine [Axel & Cassy] Sam 26 Mar 2016 - 10:01



Tonight, you're mine ... so sweetlyIn the night, let me be your sweetheart ... .


Je connais assez tes goûts pour pouvoir me permettre d'aller nous commander des boissons sans te demander ce que tu veux. J’ai toujours adoré voir la surprise sur ton visage et ton sourire qui témoigne de combien tu apprécies encore de voir à quel point je te connais encore malgré tout par cœur. Et ce même lorsque pour l'occasion, je commande un cocktail tout nouveau qui j’en suis certain, te plaira vu ses notes fruitées.

- Ça arrive, dis-je en me réinstallant à table.

Je te tends la carte mais tu sembles aussi vouloir me faire confiance pour le choix du menu. Je t'observe avec un sourire, jouer avec la flamme du briquet. Je suis fou de cette petite moue dont tu as l'habitude. Elle est pleine de malice.

- Choisis pour moi.

- Voyons voir ... déclarais-je alors en plongeant le regard sur la carte.

Une fois choisi, je repose cette dernière et me perds un instant dans mes pensées en tirant taffe sur taffe sur ma cigarette, songeant au moment adéquate pour aborder le sujet de l'enfant, sauf qu'il n'y en a pas. C'est là une constatation qui n'est pas forcément véridique. Pourtant il faudra bien que je relance le sujet depuis le temps.
Je sens un contact sur mon bras et relève les yeux sur toi. Ta bouille me tire automatiquement un sourire tandis que tu penches légèrement la tête et que ta cascade de cheveux glisse sur le côté.

- Tu m’as l’air ailleurs, ça va ?

Ma main glisse un instant sur la tienne puis dans tes cheveux alors que je caresse ton visage l'instant d'après sans te quitter des yeux. Mon regard est doux et il y pointe une certaine inquiétude face à ce que je me décide alors à te dire.

- Cassy ... hum ... Je n'arrive pas à trouver mes mots. Le serveur vient nous apporter nos boissons et je lui glisse la commande. Une fois éloigné, je reprend. Je t'ai laissé du temps parce que tu n'étais pas prête à aborder réellement le sujet, dis-je en sachant que tu comprendras parfaitement de quoi je parle ou plutôt de qui. Je laisse échapper un léger soupir. J'ai voulu faire preuve de respect pour une fois dans ma vie parce qu'il s'agit de toi et que tu m'importes quoi que tu en penses. Autant que lui, dis-je pour désigner l'enfant. Un enfant dont je ne connais même pas le sexe. Tout ce que je sais étant qu'il a été adopté. C’est sans doute ce qui me fait le plus mal, le savoir hors de portée. Et c'est ce que je te traduis alors en poursuivant. Je n’ai pas oublié et j'ai d'autant plus mal de savoir qu'il est pour ainsi dire hors de portée. Les regrets sont là. Pour tout ce que j’ai fais et ce que je n'ai pas fais. J'y ai beaucoup songé. Et j’ai besoin de savoir. Ce petit bout de nous quelque part ... ça ne signifie pas rien pour moi, sache-le.




© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Tonight, you're mine [Axel & Cassy] Sam 26 Mar 2016 - 21:08


Tonight, you’re mine



- Tu m’as l’air ailleurs, ça va ?

Tu me caresses la main et puis ta main glisse le long de mon visage. Ton regard plongé dans le mien semble inhabituel. Tu es trop calme. Comme si tu voulais me faire une déclaration. La dernière fois que tu as eu cet air si cérémonieux, tu t’excusais d’être parti voir ailleurs.

- Cassy ... hum ... ..

Tu as l’air hésitant je fronce les sourcils cherchant à deviner ce que tu pourrais bien m’annoncer. Le serveur arrive posant deux cocktails. Tu commandes le reste du repas, je sirote la boisson. Mon sourire te confirme que tu as fait le bon choix. Le Serveur repart.

- Je t'ai laissé du temps parce que tu n'étais pas prête à aborder réellement le sujet. tu pousses un soupir J'ai voulu faire preuve de respect pour une fois dans ma vie parce qu'il s'agit de toi et que tu m'importes quoi que tu en penses. Autant que lui.

Mon regard se durcit, je ne souris pas. Je ferme les yeux un instant prête à quitter la table. Puis je me ravise.

- Je n’ai pas oublié et j'ai d'autant plus mal de savoir qu'il est pour ainsi dire hors de portée. Les regrets sont là. Pour tout ce que j’ai fais et ce que je n'ai pas fais. J'y ai beaucoup songé. Et j’ai besoin de savoir. Ce petit bout de nous quelque part ... ça ne signifie pas rien pour moi, sache-le..

- Tu veux quoi ? Que tu aies des regrets ne changeras rien à ce qui s’est passé dis d’un ton froid

Je secoue la tête excédée. Pourquoi remuer ce passé. Le mal que tu as fait ! Il ne tenait que à toi de ne pas le faire. Je n’aime pas que tu évoques mon fils. C’est de trop pour moi, je me lève. Je fais un pas et me rassois.

- Je pensais qu’il s’agissait d’une soirée sympa. Pas d’un piège… Ca fait neuf mois que je suis à Lewiston. Tu t’es dit que neuf mois, le temps d’enfanter ça correspondrait au temps nécessaire pour aborder tes regrets ? Y a une dizaine d’années en arrière m’auraient importé mais aujourd’hui que je le sache ou non ! quelle importance, tu comptes changer ma vie ?

Mon ton est neutre sans colère. Je ne comprends pas pourquoi tu abordes ce problème maintenant. Je m’en veux un peu de ne pas t’avoir dit pour ton fils mais je ne sais pas ce que ça lui apporterait. Puis c’est un peu tard pour devenir un père ! Mais je te dois au moins des réponses

- Tu as besoin de savoir quoi ? pour reprendre tes mots avec un faible sourire pour encourager tes questions.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Tonight, you're mine [Axel & Cassy] Lun 28 Mar 2016 - 11:12



Tonight, you're mine ... so sweetlyIn the night, let me be your sweetheart ... .


La sincérité de mes mots semble avoir l'effet tout-à-fait contraire sur toi, même si je ne m'attendais pas à ce que tu réagisses positivement à mes paroles. Je comprends ta rancœur et ta méfiance envers moi mais tes mots me frappent littéralement de plein fouet malgré ça. Je pensais que tu savais faire la différence entre comédie et franchise. Je te regarde te lever alors que c'est moi qui voudrait présentement quitter cette table. Mais finalement tu te rassois.

- Je pensais qu’il s’agissait d’une soirée sympa. Pas d’un piège… Ça fait neuf mois que je suis à Lewiston. Tu t’es dit que neuf mois, le temps d’enfanter ça correspondrait au temps nécessaire pour aborder tes regrets ? Y a une dizaine d’années en arrière m’auraient importé mais aujourd’hui que je le sache ou non ! quelle importance, tu comptes changer ma vie ?

- Comment tu peux croire qu'il s'agit d'un piège ??! lâchais-je dégoûté alors que tu es l'unique personne avec qui je me suis sans doute autant maintenant que par le passé, montré sincère, et ce, malgré mes erreurs et mes loupés.

- Tu as besoin de savoir quoi ? Pour reprendre tes mots.

Mon regard se perd dans le tien sans vraiment y être. Mon ton demeure étonnement calme malgré mes propos.

- Sérieux ?! Tu veux vraiment qu'on joue à ça ? Faut-il que je fasse une liste ?

Je lâche un soupir.

- Tu ne comprends vraiment pas à quel point cette annonce a eu de l'impact dans ma vie, tout comme ton retour ici. T'as raison, me fais pas confiance puisque je n’en serais jamais digne à tes yeux. Pourtant, t'es la seule avec qui j'ai jamais réellement été vrai.

Qu'est-ce que tu veux faire après ça ? Rester à discuter tranquillement et dîner ? Présentement, je ne peux juste pas. Et je sais qu'en m'en allant, ça sera tout sauf bon pour moi. Ça risque de tout foutre en l'air. Pourtant, c'est ce que je fais. Sans scandale, sans geste brusque, sans regard mauvais pour toi. Juste de la déception. Pas complètement envers toi car je te comprends mais plutôt envers moi qui ai tout gâché des années auparavant. Je ne parviendrais jamais à réparer les pots cassés. Tu me mettras des bâtons dans les roues jusqu'à la fin ... mais quelle fin au juste ? J'en sais foutre rien ! Tout ce que j’ai dans la tête, c'est qu'au final, je veux en savoir plus sur notre môme là où toi, tu es presque dégoûtée à l'idée de me filer la plus petite information. Si tu me respectais un minimum, tu ne me laisserais pas dans le doute comme ça. J'irais même plus loin, je suis quasi certain que tu ne m'aurais jamais reparlé de l'enfant, ça t'aurais bien arrangé pas vrai ?!

Tandis que je marche dans la rue en m'éloignant toujours plus sûrement de la brasserie après avoir posé de quoi régler sur la table, je songe en percutant une personne sur ma gauche, que c’est sans doute l'alcool sifflé un peu plus tôt qui me rend aussi sensible et capricieux. Putain ! De toute façon, c'est ma spécialité de tout gâcher, n'est-ce pas ?
Mes pas me conduisent quelques centaines de mètres plus loin. Je ne songe même pas à regagner la bagnole. Soyons raisonnable. Ça me va bien de dire ça ... .

Je regrette déjà de t'avoir laissée en plan. Et maintenant, je ne cesse de me dire que tu pourrais bien disparaitre de ma vie aussi soudainement que tu y es revenue. Et pourtant, putain, je veux tout sauf ça. Mais c'est sans doute ce que tu veux depuis le début. Que je cesse de t'enquiquiner. L'avenir nous le dira bien si c'est ça. Ces décisions seront les tiennes parce que je ne peux pas te forcer la main. Oui j’ai des tords. Beaucoup de tords même si en comparaison de ce que j'ai fais aux autres ... non, pas de comparaison. Inutile. J'en ai marre de me poser des tas de questions. Je suis pas fait pour ça. Me torturer l'esprit et retourner toute cette merde. Ça m'allait bien d'être égoïste. Quoi qu'il m'en ait coûté.
Humm ... j'en suis pas si sûr ... .



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Tonight, you're mine [Axel & Cassy] Lun 28 Mar 2016 - 21:06


Tonight, you’re mine



- Comment tu peux croire qu'il s'agit d'un piège ??!.

Tu sembles dépité par ma réaction. Mais à quoi pouvais-tu t’attendre ? Je me calme. Ton ton est étonnamment calme

- Tu as besoin de savoir quoi ? Pour reprendre tes mots avec un faible sourire pour encourager tes questions.

- Sérieux ?! Tu veux vraiment qu'on joue à ça ? Faut-il que je fasse une liste ? Tu ne comprends vraiment pas à quel point cette annonce a eu de l'impact dans ma vie, tout comme ton retour ici. T'as raison, me fais pas confiance puisque je n’en serais jamais digne à tes yeux. Pourtant, t'es la seule avec qui j'ai jamais réellement été vrai.

Je te regarde surprise par tes paroles. Tes mots résonnent dans ma tête. Etre vrai ! Confiance ! Digne ! Mon retour ! Un bout de nous ! Tu recule ta chaise puis te lève. Je ne dis rien. Tu poses sur moi un regard amer. Puis tu t’éloignes. Je te suis des yeux sans plus de réaction qu’une douzaine d’années en arrière. Les gens autour ne semble pas prêter attention à ce qui vient de se passer sous leur yeux.

Je prends mon téléphone. Je regarde les photos dedans. Puis je me tourne et je vois ta silhouette disparaître au coin de la rue.  Super tu me laisses encore en plan ! Je n’ai plus qu’à appeler un taxi. Je finis mon verre. Effectivement tu avais bien choisi. Je me lève à mon tour et marche sans but précis. Je passe devant un pub. Je m’arrête amusée par le hasard où mes pas m’ont mené. Je pousse la porte. Le bar est calme, un vieil air de country résonne. Il y a toujours le jukebox. Je commande un whisky, je le bois d’une traite puis j’en recommande un autre. Je m’approche du jukebox. Je tape A-12  l’appareil entame une chanson que nous écoutions quand nous venions ici. Je fais quelques pas et reprend une gorgée de whisky. Puis je prends mon téléphone pour  composer un texto.

TU AS RAISON, JE N’AI PAS CONFIANCE. TU NE M’AS DONNE AUCUNE RAISON DE LE FAIRE. SI CA PEUT TE RASSURER TON FILS VA BIEN ET JE DOIS LE PROTÉGER. JE SUIS RESTÉE CAR QUAND ON T’A TIRE DESSUS JE ME SUIS INQUIÉTÉE. JE DEVRAIS DÉJÀ ETRE PARTIE. JE PARTIRAIS DEMAIN ! CA SERA MIEUX POUR TOI.

Je le relis, j’hésite puis je clique sur envoyer. J'éteins le petit appareil. J’appellerais un taxi du bar. La soirée a été assez mouvementée. Je n'avais pas l'intention de mettre la vie de mon fils en danger et je regrette presque de te l'avoir dit.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Tonight, you're mine [Axel & Cassy] Ven 1 Avr 2016 - 10:18



Tonight, you're mine ... so sweetlyIn the night, let me be your sweetheart ... .


Je déambule dans les rues quand je décide d'aller me poser dans un pub pas très loin, où j'ai l'habitude de me rendre. Tu y es d'ailleurs déjà venue avec moi par le passé. Il n'y a pas beaucoup de monde. Je commande au bar et file m'installer dans un coin reculé tout au fond de la salle. La seule pensée qui tourne en boucle dans mon esprit se traduit par "quand est-ce que je vais cesser de me comporter comme un con". Trop impulsif, trop impatient ... ça se soigne ça ? J'ai un caractère à la con, tu le sais, mais je doute que ça suffise à être pardonné ni à t'inspirer confiance. Et j'ai beau tenter de rester sur la même ligne directrice, je n'y parviens pas. C’est moi qui ai décidé de quitter la table, c'est moi qui ai perdu patience et c'est encore moi qui me suis dit que je devrais te foutre la paix ... pourtant, je ne sais m'y résoudre plus de quelques minutes que déjà, une fois la colère ou plutôt la frustration retombée, je suis habité par les regrets et par la crainte de ne plus te revoir ni pouvoir te parler. J'aimerais redevenir ce mec qui se fout de tout et pour qui personne ne compte. J'aimerais que tu ne sois ni plus ni moins qu'un jouet pour moi. Malheureusement, ce n'est pas le cas, tu parviens à m'atteindre et me toucher comme personne n'en maitrise l'art comme toi. Je t'ai pourtant oublié à une époque ... .

Un air que je reconnais attire mon attention. Je lève les yeux en direction du jukebox à l'autre bout de la salle. Sérieusement ?? Tu ne sembles pas me remarquer et mon doute quant au fait que tu aies pu me suivre jusqu'ici s'envole. Plus encore lorsque je reçois ce message de ta part sur mon téléphone. Étrange que tu ais toi aussi atterris ici. Ou signe du destin comme une chance qu'on me glisse et que je dois saisir. Mon cœur se serre en lisant tes mots. Je t'observe un instant de loin puis me décide à quitter ma table pour te rejoindre quand cette chanson que nous écoutions souvent se termine et qu'une autre dont les paroles ont du sens pour moi débute alors. - Send me some lovin' - Otis Redding.

Je me glisse dans ton dos et glisse d'une main une serviette en papier sur ta droite et sur laquelle j'ai griffonné un mot un instant plus tôt en te voyant là et qui dit :"Je suis désolé, je suis trop con et encore trop impulsif ... t'en va pas". J'appuie mon menton sur ta tête en restant ainsi posté, silencieux, derrière toi. Mon bras droit reste posté sur le comptoir et mes doigts jouent avec le coin de la serviette où j'ai griffonné le mot en attendant ta réaction.
I need you so bad and I'm waitin' for you now ... .

- Je trouverais la patience jusqu'au jour où tu te sentiras de, chuchotais-je en déposant un baiser sur le sommet de ton crâne.




© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Tonight, you're mine [Axel & Cassy] Sam 2 Avr 2016 - 10:38


Tonight, you’re mine



Une fois le message envoyé je fais signe au barman de me laisser la bouteille. Il dépose sur le comptoir, un saut de glace et une bouteille de Jack Daniel’s Je m’assieds sur le tabouret haut bercée par la chanson. Le jukebox enchaine sur un vieux titre plus jazzy. Je suis du doigt les lettres blanches sur le fond noir. Perdue dans mes pensées je ne t’entends pas arriver mais les effluves de ton parfum m’indiquent ta présence lorsque que tu m’abordes. Tu te mets dans mon dos posant une serviette sur le comptoir devant, il y a une note griffonnée dessus. : "Je suis désolé, je suis trop con et encore trop impulsif ... t'en va pas". Je lis les mots deux trois fois tandis ton menton est posé dans mon cou. Ma main se referme sur le papier. Je me retourne serrant dans mon poing la serviette en papier.

- pourquoi ? .

- Je trouverais la patience jusqu'au jour où tu te sentiras de. . Me dis tu tout bas en posant un baiser sur mon front.

- Non je ne vois pas l’intérêt d’avoir de la patience ! Tu veux que je reste pour quelles raisons ? tu attends quoi de moi ? Quelle promesse pourras-tu me faire.... et je finis en marmonnant que tu ne tiendras pas forcément. .

Je te réponds tout bas souhaitant ne pas attirer l’attention sur nous. Tu prends ma bouteille et me propose de m’installer à la table, là où tu étais un moment plus tôt. Nous nous asseyons, je te souris gentiment. Je pose la serviette chiffonnée sur la table et ma main se déplace sur la tienne.

- Comprends-moi bien. Tu veux que je reste ? oki… donne-moi une raison de le faire. Mes doigts se glissent entre les tiens J’ai des responsabilités et elles ont un coût financier. Ce n’est pas en restant ici que je gagnerais assez de frics pour y répondre. Je suis déjà restée pour toi quelques mois de trop.

Si seulement pour une fois tu savais ce que tu veux ? Si tu pouvais le dire ? Si tu l’exprimais. Plutôt que de réagir comme un enfant.... Tu veux quelque chose tu le prends et si on te le refuse tu t’énerves. Tu n’as probablement même pas conscience du mal que tu fais autour de toi. Une part de moi t’en veut et pourtant l’autre part a toujours des sentiments pour toi... Je te pardonne tout me souvenant de nos crises de fou rire, de nos conneries, de nos moments intimes et de notre complicité. En fin de compte les bons souvenirs l’emportent sur la rancœur mais ça ne me suffira pas. J’avais réussi à le préserver des déceptions, à ce qu’il ait de bonnes écoles et un cadre social le moins perturbants possible. Je ne comptais lui faire courir le moindre risque. Il risquait de s’attacher à toi et que tu le brises... c’était hors de question !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Tonight, you're mine [Axel & Cassy] Sam 2 Avr 2016 - 11:38



Tonight, you're mine ... so sweetlyIn the night, let me be your sweetheart ... .



Tu me demandes pourquoi tandis que ton poing se referme sur mes mots que tu froisses dans ton geste. Je te formule alors une promesse que je compte tenir mais tu rebondis aussitôt sur la question de patience.

- Non je ne vois pas l’intérêt d’avoir de la patience ! Tu veux que je reste pour quelles raisons ? tu attends quoi de moi ? Quelle promesse pourras-tu me faire.... déclares-tu avant de marmonner que tu ne tiendras pas forcément.

Je chuchote à mon tour à ton oreille que tout ce que je sais, c'est que j'y suis déterminé par volonté et par respect, sans attendre grand chose si ce n'est de connaitre mon enfant. Et parce que je tiens à toi aussi mais ça, je le garde pour moi car je connais d'avance ta réplique.
J'attrape la bouteille à côté de toi et t'invite à nous installer à la table que j'occupais un instant plus tôt. Tu arbores un sourire fade puis tu glisses ta main sur la mienne.

- Comprends-moi bien. Tu veux que je reste ? oki… donne-moi une raison de le faire.

Mon cœur a un loupé tandis que tes doigts s'entremêlent aux miens et je donne une légère pression pour prolonger cette étreinte. Te donner une raison de le faire ? J'en ai quelques-unes mais comment te les énumérer sans que ça ne paraisse absurde ou faux.

- A ton avis, qu'est-ce qui pourrait me pousser à faire une telle promesse et à vouloir te retenir là où je n’ai jamais fait ce genre d'effort avec quiconque de toute ma vie ?

Tu poursuis toutefois sans me laisser plus le temps de m'étaler et sans doute pour dissimuler ton trouble.

- J’ai des responsabilités et elles ont un coût financier. Ce n’est pas en restant ici que je gagnerais assez de frics pour y répondre. Je suis déjà restée pour toi quelques mois de trop.

Tes mots me percutent. Pour moi ? Second loupé. Ma main se resserre autour de la tienne tandis que je les rapproche toutes deux tout contre mes lèvres en la serrant désormais entre mes deux mains. Mes yeux se rivent dans les tiens. Il y a tellement de choses que j'ai envie de te dire mais je connais d'avance ta réaction et je dois faire attention à ce que je dis, aussi positif et sincère que cela puisse s'avérer en sachant que même exprimer mon sentiment pourrait te mettre sur la défensive. Comment tu pourrais croire en moi étant donné tout ce que je t'ai donné pour douter ?
Je demeure un instant dans mes pensées, tournant et retournant le truc dans ma tête puis je lâche de façon très directe :

- Je me sens meilleur quand je suis avec toi et non seulement ça mais j'ai envie de l'être.

Je dépose un baiser sur ta main sans relâcher mon étreinte, comme si je craignais que tu la retires.

- Tu veux que je sois franc mais je ne peux pas t'avouer certaines choses sans que tu te demandes si je mens. Je ne veux pas te voir sur la défensive pour des propos aussi important, laissais-je planer le mystère sans le vouloir mais pour te faire comprendre ... il est trop tôt pour que je te dise tout ça. Je ne vais pas te redemander de croire en moi mais je veux être là pour que tu en sois témoin.

Je songe à tes propos précédents alors que tu parlais de soucis financiers. Et je te glisse alors.

- Côté financier, je pourrais t'apporter des solutions si tu le voulais bien.

Je songe entre autre, ne serait-ce qu'au coût de la vie à l'hôtel qui doit être conséquent mais impossible de te formuler l'invitation à laquelle je songe sur le champ. Tu refuserais illico. Néanmoins, t'offrir de partager le même toit permettrait de se côtoyer bien plus régulièrement et d'ainsi voir mes efforts sur la longue durée. Et efforts n'est pas un assez grand mot si je compte tout ce que je dois surmonter pour qu'un jour tu puisses me permettre de voir notre fils. Et mon train de vie est loin d'assurer cela. Sans compter mes activités. Pourtant, jamais je n'aurais reconsidéré tout ça sans toi et sans l'existence de notre enfant. Suis-je prêt à tout bouleverser dans ma vie ? Je n’en sais foutre rien à vrai dire mais pourtant, j'y suis décidé si je dois en passer par là pour toi et l'enfant.





© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: Tonight, you're mine [Axel & Cassy]

Revenir en haut Aller en bas
Tonight, you're mine [Axel & Cassy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» La mine de Poitiers : Toujours fermé !
» How do you rate President Obama's speech tonight?
» pegan ☇ 2.01, be mine tonight.
» [ALERTE] Mine d'or de Péronne assiégée
» Axel Haire [Pouff']

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: Saison 2 :: archives sujets terminés et abandonnés-