AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 Les dernières lumières [Evelyn & Cain]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Les dernières lumières [Evelyn & Cain] Mar 1 Mar 2016 - 21:19



ft. Evelyn Powell



ft. cain phillips

Les dernières lumières
Lorsqu’il poussa les portes du bar, l’ambiance tamisée mais agitée du bar sembla couper dans le vif de la rue tranquille où les marcheurs se pressaient de rentrer chez eux. Les températures avaient grandement chutées et très peu de gens voulaient rester trop longtemps dehors. La fin de journée déversait des groupes d’adolescents avec de grands sacs d’école et des salariés avec leurs doigts crispés sur leurs sacs ou clés de voiture. Ce moment de transition entre la lumière et la nuit avait toujours été étrange du point de vue de Cain. Pourtant, les horaires des avocats étaient erratiques et irréguliers. Il pouvait terminer une audience à dix heures du soir ou quitter ses bureaux à trois heures de l’après-midi. Il essayait d’éviter ce battement de deux mondes et de deux populations qui semblaient chercher à s’éviter. Les bars. C’était comme une pause à la fois temporelle et géographique. Derrière les vitres, on ne regardait plus vraiment. Ce qui importait, c’était ce qu’il y avait dedans. Dans le bar et dans le verre. Lorsqu’il pénétra dans le bar, un type cogna son épaule en sortant. Cain poussa un petit cri de surprise avant de se retourner pour voir qui l’avait bousculé. Un homme, plus jeune que lui de bien dix ans, bien coiffé, bien habillé, rasé de près, les cheveux bien coiffés dans du gel et l’air pressé et occupé. L’avocat ne put s’empêcher de le détester immédiatement. Le jeune homme leva la main pour s’excuser mais il disparut bientôt dans le battement de la porte. Le natif de Lewiston ne put s’empêcher de retenir un soupire. Il avait l’impression que ce coup dans l’épaule était une bonne conclusion de sa journée pathétique, de sa vie pathétique.

Il se hissa sur un tabouret vers le fond. Il avait trop chaud, maintenant, avec sa veste. Ce petit inconfort manqua de le faire hurler de frustration. Il finit par extirper ses bras de ses manches et mit son manteau sur un tabouret à côté. Sa chemise n’était pas totalement enfoncée dans son pantalon et on pouvait même y voir des tâches de thé. Non, définitivement, ce n’était pas son jour. Déjà ce matin, il s’était fait réveillé par sa mère qui lui avait apporté des pancakes tout en lui demandant d’un air larmoyant de rendre visite à son père… Ensuite, il n’avait eu que des cas de rédactions de testaments et une consultation pour un héritage plus que modeste qui était contesté par l’assurance à cause des circonstances de la mort du défunt… Suicide. Décidément, cela le poursuivait. Peut-être était-ce un message pour lui ? Quelque chose essayait de lui dire d’en finir, l’air de rien… Certainement pas Dieu, il ne croyait pas à ce genre de chose, mais il ne serait pas étonné d’apprendre qu’ils n’étaient qu’une grosse expérience mal foutues sur le point de basculer dans l’extinction de masse. Il avait dû terminer de la paperasse, enfin, et avait pu boire un peu de thé. Et le soir, quand était venu le temps de partir, il s’était croisé dans le miroir du cabinet d’avocat. Il n’avait pas particulièrement aimé sa vision. Une barbe de trois jours car il avait eu la flemme de se raser, des cernes noires sous les yeux, un teint lessivé, et rien de plus que ce qu’il venait de vivre aujourd’hui.

Il commanda un whisky. N’importe quel whisky. Il se serait menti à lui-même s’il avait prétendu savoir quoi que ce soit sur le whisky. Pour le moment, il ne cherchait que quelque chose pour sentir cette chaleur acide dans les épaules, à défaut d’avoir une femme pour y déposer des baisers ; il cherchait la chaleur et la sensation de planer à défaut de les trouver dans son boulot. Et il cherchait surtout à ne pas être chez lui et se rendre encore plus compte, jour après jour, à quel point il était tombé au fond du trou. Il but deux gorgées de son whisky avant de reposer le verre et de soupirer une seconde fois. La porte se rouvrit et un petit vent glacé se glissa dans le bar, provoquant un frisson chez Cain.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Scarlett L. Moore
Maître Jedi
319 $
01/11/1975 $
319 messages
Mensonges : 319
Anniversaire : 01/11/1975


MessageSujet: Re: Les dernières lumières [Evelyn & Cain] Mar 19 Avr 2016 - 19:53

Abandonné

______________________________

What if i'm not myself

What if I fall and hurt myself, would you know how to fix me? What if I went and lost myself. Would you know where to find me? If I forgot who I am. Would you please remind me?©shinouh


Revenir en haut Aller en bas
Les dernières lumières [Evelyn & Cain]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Does Senator Mac Cain have the expertise and the qualities to be President ?
» Le bon coup de Mc Cain
» LES AVENTURES DE Mc CAIN ,LE MILITAIRE...TIRE DE AGORAVOX.FR
» Greenspan kinbe Mc Cain lan bay manti e li demoli program ekonik MC Cain lan.
» Jusqu'aux dernières lueurs de la nuit [ pv Lalwende ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: Saison 2 :: archives sujets terminés et abandonnés-