AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 Break me down sweet sugar [Chris & Lily]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Break me down sweet sugar [Chris & Lily] Mar 1 Mar 2016 - 21:39



Break me down sweet sugar


- Pourquoi tu veux être présent ? Tu as peur que je ne te dise pas le résultat ou que je te mente ? Puis je ne suis pas sure de comprendre. Savoir qu’il est de toi, t’avanceras à quoi ? Si tu voulais un enfant je suis sûre que tu pourrais trouver une compagne avec qui tu aurais un bébé que vous désireriez tous les deux, non ?

- Ne crois pas ça

- Là il s’agit d’un bébé que tu ne souhaitais pas  moi non plus d’ailleurs   et en plus il est de moi. Vu le ton que tu as employé tout à l’heure, tu ne me pardonneras pas ! tu penses que j’ai fait ça par ennui, dépit ou un truc du genre, n’est-ce pas ?

- Tu te trompes. N'oublie pas que ma rancœur et ma colère sont nées de ma souffrance. Ce n'est pas juste ma fierté qui a été touchée ...,

Je te raconte mes excès avec les substances illicites sans te regarder ainsi que cette malheureuse nuit. Je n’ose affronter ton regard mais je n’entends plus tes pas. Je me retourne voir ce qui se passe. Tu souris calmement, je te fixe perplexe. Je ne saurais dire à quoi je m’attendais mais surement pas à te voir souriant. Tu pousses un soupir. Je ne sais même pas quand je t’ai vu sourire gentiment pour la dernière fois… ah si sur l’ile ! Il nous faut du temps à tous les deux je crois. Je ne sais pas trop où on va mais peut être que l’on arriverait à s’entendre suffisamment pour rendre le petit bout heureux. Je pensais quitter Lewiston mais peut-être que je n’en ai pas besoin.

J’avais joué les funambules risquant de te dire la vérité. Je savais les risques mais… après toi je n’avais pas réussi à me remettre, ça faisait juste mal Tout m’avait paru gris, un monde en deuil, mes rêves étaient devenus vides, je ne vivais qu’avec des souvenirs, je ne faisais que des faux pas ne sachant pas trop où j’allais… puis on m’avait appris que j’étais enceinte. J’avais pris un sourire de circonstance avant de me rendre compte que c’était mon avenir, une raison de sourire mais je te voyais vivre avec l’impression que l’on m’avait arraché une partie de mon cœur. Partir m’avait semblé la meilleure décision à prendre.

Mais dans l’air frais de ce soir ma décision s’ébranle. Pourquoi ne pas essayer ? Car cette fois je ne serais pas seule. J’entrainerais l’enfant dans ma chute. Suis-je prête à courir ce risque ? J’avais toujours été limite insouciante, m’amusant comme je le voulais. Etre responsable d’un petit être je comptais m’y atteler avec sérieux. Tu n’as pas bougé, tu souris toujours. Je soupire et prenant une grande inspiration je te demande

- Et si il n’y avait pas eu… si je n’avais pas… je n’arrive pas à prononcer les mots mais tu n’as pas besoin de les entendre, tu te douteras bien de quoi il s’agit tu aurais voulu un enfant de moi ?

Je sais que ta réponse va me faire réfléchir. Je l’attends avec appréhension. Je t’écoute et laisse un silence s’installer entre nous afin de réaliser ce que tu me dis. Je ferme les yeux un instant.

- Et si j’hésite ce n’est pas toi le … je ne finis pas ma phrase une boule se serre dans ma gorge.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Break me down sweet sugar [Chris & Lily] Jeu 3 Mar 2016 - 12:04




With Lily
Break me down sweet sugar.



- Et si il n’y avait pas eu… si je n’avais pas…

Tu sembles chercher tes mots mais je comprends à peu près où tu veux en venir.

- Tu aurais voulu un enfant de moi ?

Ma réponse ne fait aucun détour.

- Tu oses vraiment me demander ça ? soulignais-je l'air de dire que c'est franchement évident.

Je réalise sous la franchise de mes propos qu'à l'époque, ça ne faisait aucun doute. Je me rappelle y avoir songé un soir où nous faisions quelques projets. Puis il y a eu cet évènement, ce complet revirement dans mon esprit, ces doutes et toute cette colère. Cette colère qui m'échappe désormais peu à peu au fil de tes éclaircissements et du semblant de raison auquel je me soumets. Dans mon esprit, c'était clair. Tu m'avais trompé lâchement pour te venger d'une courte absence. Et quoi que tu pouvais me dire, je restais fixé sur cette idée. Aujourd'hui, tu m'en apprends plus, tu te livres à moi malgré la façon dont je t'ai reçu. Et non seulement je me dois de respecter tes aveux mais également d'être honnête avec moi-même si je veux redevenir celui que j'étais. Depuis tout ce temps, je sais pertinemment que je ne fais que mentir à moi-même, me voiler la face et m'éloigner de tout ce qui m'imposait le respect des autres. Pas que ce dernier trait soit important en soi mais il est important pour tout ce à quoi j'ai toujours aspiré. Être quelqu'un de bon et d'honnête, sur lequel on peut compter même si c’est parfois là une tâche lourde dont je préfèrerais me passer. Pas une de ces loques qui finissent par tout détruire autour d'eux, jusqu'à éloigner les siens. Je dois être juste avec moi ainsi qu'avec toi désormais. Je dois l'être ou me préparer à l'être également avec cet enfant si j'en suis effectivement le père.

Tu évoques un autre doute qui me tourmente sans en avoir l'air.

- Et si ... ce n’est pas toi le …

Tu sembles éprouver des difficultés à évoquer ces mots, et je peux lire tout ce que ton expression révèle alors.
Aucun mot ne serait adéquate et je n'en trouve pas. J'aurais bien du mal à te traduire ce que ça me ferait même si j'en ressens déjà une drôle d'amertume et de regret. C'est drôle comme la possibilité d'imaginer avoir un petit bout de toi et de moi réunis là-dedans, a su m'impacter de la sorte.

- Je te promet de rester celui que je suis là en cet instant ... glissais-je comme une promesse en t'attirant un instant près de moi pour déposer un baiser sur le sommet de ta tête.

Certes, j'ai souffert. Mais toi aussi. Et si j'avais connu plus tôt les circonstances exactes qui t'avaient conduites dans le lit d'un autre, peut-être me serais-je montré moins insultant et violent envers toi. Il y a des pardon devant lesquels il n'est pas bon de demeurer, comme je suis resté sur mes positions jusque là en t'agressant une nouvelle fois un peu plus tôt. Tes regrets n'ont jamais été autant visibles qu'aujourd'hui et je ne peux résolument pas te le faire payer at vitam aeternam. Même si je ne peux pas oublier comme ça du jour au lendemain ... mais au moins, ai-je désormais conscience que tu ne t'es pas volontairement jouée de moi. Et puis, ce bébé a besoin d'une maman qui soit équilibrée, saine sur le plan du corps et de l'esprit. On dit qu'un enfant peut tout ressentir dans le ventre de sa mère. Et je ne veux pas laisser cette tension entre nous jouer de son influence sur lui et sur toi. Ce qui n'a plus vraiment de raison d'être doit être laissé de côté. Oublié.



WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Break me down sweet sugar [Chris & Lily] Sam 5 Mar 2016 - 10:33



Break me down sweet sugar


- Et si il n’y avait pas eu… si je n’avais pas… je n’arrive pas à prononcer les mots mais tu n’as pas besoin de les entendre, tu te douteras bien de quoi il s’agit tu aurais voulu un enfant de moi ?

- Tu oses vraiment me demander ça ?  

Ta réponse me surprend. Le ton de ta voix est net sans une once d’hésitation. Je préfère ne pas répliquer. A l’époque si j’avais su ce que tu éprouvais à mon encontre je n’aurais pas imaginé le pire et j’aurais probablement attendu de tes nouvelles tranquillement. Quelle importance maintenant, je ne pouvais revenir sur le passé. Une autre question me préoccupe bien plus.

- Et si j’hésite ce n’est pas toi le … je ne finis pas ma phrase une boule se serre dans ma gorge.

- Je te promet de rester celui que je suis là en cet instant ...

Tu m’attires vers toi et me dépose un baiser sur le front. Malgré mon appréhension quand à tes changements d’humeur à mon encontre je ne peux pas m’empêcher de ressentir un frisson. J’avais oublié les sensations qui naissaient dans mon corps à ton contact. Elles sont toujours aussi intenses malgré notre séparation. Je te regarde avec un tout petit sourire aux lèvres.

- Ce n’est pas si simple pour moi. Tu veux bien qu’on en parle à l’intérieur ?

Tu hoches la tête et nous montons tranquillement vers chez toi. Le silence n’avait jamais été gênant entre nous mais là je le trouve pesant. C’est ironique j’ai envie de te dire plein de choses mais je ne sais pas par quel bout commencer ! Comment tu voulais que je sache ce que tu pensais tu ne disais rien ? Comment pourrais-je te faire confiance ? Je t’ai vu changer quelquefois de caractère et encore plus violement depuis que tu n’as plu ta sœur. Est-ce que tu sauras être un père ? D’ailleurs serais-je une bonne mère en t’en confiant la garde ? Mère célibataire à Lewiston ça va attirer les regards des commères et délier les langues, étais je prête à subir de nouveau les regards scrutateurs ? Jusqu’ici je pouvais jouer sur mes tenues vestimentaires, mon ventre ne se remarque que si je ne le masque pas mais dans deux mois je sais que rien ne pourra le cacher, en plus avec le beau temps qui allait revenir mettre un manteau sera bizarre.

Reise entre apparemment content de retrouver son domaine. Je m’installe sur le canapé, je retire mes chaussures et replie mes jambes sur le coussin. Tu me tends une couverture avec laquelle je m’entoure. Tu déposes ton sac probablement dans ta chambre et je ne peux m’empêcher de penser aux nuits que j’y ai passées. Tu m’apportes un jus de fruit tandis que tu t’occupes d’allumer un feu. J’en profite pour remettre en ordre mes croquis dans ma pochette à dessin. Je m’attarde sur une des vieilles esquisses que j’avais faite de toi. Tu étais en train de graver torse nu un billot de bois brut entre les mains, le tournant au début pour imaginer ce que tu allais en faire puis commençant à tailler des formes. Tu avais même dû me dire que je pouvais te questionner si je le voulais mais nous avions gardé le silence tandis que je dessinais tu gravais et ce silence-là ne m’avait pas dérangé. A l’époque il n’y avait rien qu’une entente amicale entre nous, bien que j’avais déjà un faible pour toi. Tu me tournes le dos t’occupant de mettre des buches dans le foyer, Reise monte sur le canapé contre moi. Ma main s’égare dans son pelage. Les flammes se mettent à crépiter.

Tu me proposes une boisson chaude voyant mon verre de jus de fruit vide. Tu reviens au bout d’un moment avec deux tasses et des biscuits sur un plateau. L’odeur est inhabituelle surement un mélange d’herbes, les seules senteurs qui me semblent familières sont celles du réglisse et de la menthe. Je lève le visage vers toi avec un air sérieux.

- Tu sais je ne sais pas si je resterais à Lewiston. J’ai déjà subi le regard des habitants lors de la disparition de ma sœur. Je n’ai pas envie de ressubir ça. Rester à la réserve je ne suis pas sure que ce soit bien non plus, enfin pour moi. Je ne sais pas trop. Je vais déjà commencer par mes examens, ils sont bientôt.

Je bois une gorgée du liquide avant d’aborder l’autre sujet

- Tu ne peux pas me demander de croire que tu vas rester zen en toutes circonstances. Je t’ai vu être si impulsif parfois, je t’ai vu vouloir te détruire, je t’ai vu violent…. Je sais bien que tu as toujours été zen avec Sammy mais comment tu peux être sûr de ne pas replonger ?

Je prends un biscuit et une autre gorgée pour me donner un peu de courage. La chaleur du feu commence à se faire sentir agréablement dans la pièce mais je garde ton blouson, ça me donnerait presque l’impression d’être dans tes bras.

- Puis je ne sais pas où tu en es… je me mords la lèvres, est ce que j’ai vraiment envie de le savoir ?   dans tes relations et tu avais raison tout à l’heure. Je ne dois pas m’en occuper mais si tu veux avoir un rôle dans la vie du petit  pourquoi petit et pas petite ? je ne sais pas trop ! un ours comme Chris ça doit faire que des mâles… je ne veux pas qu’il puisse ressentir une tension que ca soit entre toi et moi ou entre toi et la compagne que tu auras à ce moment, peut être devrais tu prendre le temps de penser à tout ce que ça implique ? tu sais j’ai eu le temps d’y penser entre ma cure de desintox et les infirmiers psy. Je ne te demande pas de me pardonner pour ce que j’ai fait et je ne te demande pas non plus d’avoir une responsabilité paternelle. Alors si tu veux le faire réfléchis à ce que ça implique ?


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Break me down sweet sugar [Chris & Lily] Sam 5 Mar 2016 - 12:06



   
   With Lily
   Break me down sweet sugar.

N
ous continuons de marcher en discutant de façon plus posée qu'auparavant. Je te réconforte un instant par un geste tendre qui me vient tout naturellement et qui doit sans doute me troubler autant que toi face à ce revirement à l'opposé de mon attitude de départ. Tes aveux sont parvenus en grande partie à apaiser cette colère dans mon cœur même s'il y réside encore une once au plus profond.

- Ce n’est pas si simple pour moi. Tu veux bien qu’on en parle à l’intérieur ?

Je te réponds par un hochement de tête tandis que nous en prenons la direction. Un long silence entre nous s'installe avant que nous ne rejoignons la maison. Tandis que tu t'installes sur le canapé, je me charge de remettre en route le chauffage. La maison a été quelques jours vide et j'avais baissé la température au minimum. Je dépose une couverture vers toi en passant puis grimpe à l'étage pour déposer mon sac. Ça fait drôle de te voir ici. La dernière fois, je ne t'ai même pas laissée entrer. Au moins, n'y-a-t-il plus de carcasses de bouteilles vides ni de quelconque bordel. Je ne crois pas que ça aurait été en ma faveur vis-à-vis de ta future prise de décision.

Je t'apporte un jus de fruit puis m'occupe de préparer un feu. Cette maison me manquera certainement lorsque j'aurais finis les rénovations avec le projet sur lequel je suis depuis de longs mois. J'avais débuté il y a un bon moment, envisageant un tournant dans ma vie et un nécessaire besoin d'espace. Mais par-dessus tout, m'éloigner de cet endroit rempli de tensions où j'ai toujours vécu avec mes sœurs. Des tensions parmi lesquelles il y a eu nombre de moments de bonheur mais qui n'ont pas suffit à évacuer les mauvais souvenirs. Pourtant je suis attaché à cet endroit mais je crois qu'aujourd'hui, je suis prêt. Prêt à envisager ce changement, pour moi, pour Sammy, pour mettre définitivement un trait sur cette mauvaise passade qui m'a entrainé trop loin la dernière fois.

Je me retourne un instant, tu remets de l'ordre dans ta pochette à dessins. J'aperçois une autre esquisse dans le lot qui me représente encore. J'aurais cru que tu aurais tout jeté quand j'y songe. Pourquoi avoir gardé tout ça ? Question idiote ... . Reise grimpe sur le canapé à tes côtés.

- Et en plus tu lui as donné de mauvaises habitudes ... soulignais-je en passant et en ébouriffant tes cheveux avant de rejoindre la cuisine, avec une note d'amusement dans la voix.

Je nous prépare une infusion dont ma mère avait le secret. Il demeure du positif à son propos. Et je sais que tu aimeras si je me rappelle bien tes goûts. Je reviens au bout d’un moment avec deux tasses et des biscuits.

- Goûte, ça te fera du bien, glissais-je en voyant ton air intrigué quant au parfum qui se dégage des tasses.

Tu trempes tes lèvres puis bois une gorgée. Puis tu relèves les yeux sur moi l'instant d'après avec un air sérieux.

- Tu sais je ne sais pas si je resterais à Lewiston. J’ai déjà subi le regard des habitants lors de la disparition de ma sœur. Je n’ai pas envie de ressubir ça. Rester à la réserve je ne suis pas sure que ce soit bien non plus, enfin pour moi. Je ne sais pas trop. Je vais déjà commencer par mes examens, ils sont bientôt.

Tes mots soulignant ton éventuel départ ne sont pas sans me heurter et faire naitre un certain malaise. Je demeure toutefois calme et t'expose juste ma vision des choses.

- Ici ou ailleurs, tu subiras plus ou moins le regard des gens. Mais au moins, ici, tu sais qu'il y a des personnes pour te soutenir.

Nous buvons tous deux en même temps une gorgée. Puis tu passes au vif du sujet et ce qui te tourmente le plus.

- Tu ne peux pas me demander de croire que tu vas rester zen en toutes circonstances. Je t’ai vu être si impulsif parfois, je t’ai vu vouloir te détruire, je t’ai vu violent…. Je sais bien que tu as toujours été zen avec Sammy mais comment tu peux être sûr de ne pas replonger ?

- Parce que c'est une promesse que je te fais non seulement à toi, à ma famille mais aussi à moi-même. J'ai sombré trop bas pour avoir envie d'y replonger. Ça n'avait rien de jouissif.

Tu as gardé ma veste. C'est anodin mais j'aime te voir la porter. La chaleur commence à se diffuser à travers la pièce. Le feu crépite dans l'âtre en émettant une mélodie et des craquements qui ont le don de m'apaiser. Tu m'exposes alors après un instant ce qui te pousses également à douter.

- Puis je ne sais pas où tu en es…

Tu te mords la lèvre. Je comprends enfin. Sauf que je n'ai pas de relations.

... dans tes relations et tu avais raison tout à l’heure. Je ne dois pas m’en occuper mais si tu veux avoir un rôle dans la vie du petit.

Tu marques un temps d'arrêt tandis que je me demande pourquoi tu me prêtes quelques relations. Mais je songe à ce que tu m'as dis plus tôt. Tu as vu Terrie et puis Cassandra et tu t'es fait des films. Je déteste quand tu fais ça.

- Je ne veux pas qu’il puisse ressentir une tension que ça soit entre toi et moi ou entre toi et la compagne que tu auras à ce moment, peut être devrais tu prendre le temps de penser à tout ce que ça implique ? Tu sais j’ai eu le temps d’y penser entre ma cure de desintox et les infirmiers psy. Je ne te demande pas de me pardonner pour ce que j’ai fait et je ne te demande pas non plus d’avoir une responsabilité paternelle. Alors si tu veux le faire, réfléchis à ce que ça implique ?

- Je n'ai eu aucune relations après toi.

La sentence ne pouvait pas tomber de façon plus franche et plus directe. Je crois que c'est assez clair.

- Et je sais parfaitement ce que ça implique. Quant au pardon, si tu étais plus attentive, tu capterais que mon comportement a viré dès lors où tu m'as fais ces aveux.

Tu sais de quoi je parle. Tu le sais parce que tu as vu cette note de soulagement dans mon regard lorsque tu me l'a avoué.
Je décide de me pencher à mon tour sur quelque chose.

- Ce week-end, je suis parti voir des amis lors d'un regroupement de bikers. Chose que je ne savais pas, Terrie connait également le couple et je l'ai trouvée là-bas. Un pur hasard. Même eux ne savaient pas qu'on se connaissait.

Je termine ma tasse et appuie mes coudes sur les genoux en me penchant un peu en avant.

- Lily ... je n'en suis pas à mon premier foirage moi non plus. Ce qui s'est passé entre toi et moi ... j'étais encore avec Terrie à l'époque. Notre relation n'a pas duré longtemps, je ne peux pas dire qu'on formait vraiment un couple ni si on peut qualifier ça de relation, ça a été trop bref et inconstant mais on a partagé des moments vraiment intimes. Avant ça, c'était une amie que je connais depuis un paquet d'années. On a toujours été très proches elle et moi. Elle a une certaine influence sur moi. Et puis ça a évolué un soir, dans la passion de l'instant. Puis il y a eu toi. Je croise les mains. Et j'ai merdé doublement. Elle était en proie à des tourments et des soucis qui l'ont écarté de mon chemin. Nous ne faisions que nous croiser. Je ne savais pas vraiment comment traduire ce qui se passait entre nous. On en était à peine qu'à une amorce. Une amorce que j'ai laissée de côté comme si ça n'avait jamais existé lorsque tu es venue ce soir-là.

Le soir en question étant celui où ce drôle de sentiment entre nous s'est révélé. Et plus encore.

- Quoi qu'il en soit, je n'ai jamais su cerner ce que je ressentais. Certainement parce que je n'ai jamais voulu vraiment me pencher dessus. Sans doute parce que ça a été trop bref. Et j'ai cru le ressentir en la voyant là-bas. Mais je suis allé trop vite entre ce que j'ai éprouvé en la revoyant, ce qui me manquait depuis tout ce temps par rapport à notre amitié perdue et la décision que j'ai prise en voulant essuyer les regrets passés et apaiser mon cœur et le sien. Alors j'ai peut-être besoin de temps comme tu le soulignes. Y voir réellement clair en restant une période seul. La personne censée nous manquer le plus et la plus à même d'occuper toutes nos pensées ... c'est à ça qu'on sait.

C'est la seule option que je vois pour comprendre ce que je ressens et ne pas répéter les mêmes erreurs. Je le dois autant à vous deux qu'à moi.

- Autrefois, j'aurais avancé que ce genre de remise en question ne m'intéressait pas, mais il m'apparait que ce tournant de ma vie est décisif et que je dois le prendre au sérieux. D'autant plus dans ton état. Mais ma décision, je veux la prendre avant tout pour moi. Parce que si ce sont les à-côté qui me poussent à prendre une décision, ce ne sera pas une satisfaction sur le long terme. J'ai assez vécu de merdes pour m'égarer de nouveau sur une voie qui ne me conviendrait pas.



WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Break me down sweet sugar [Chris & Lily] Dim 6 Mar 2016 - 0:30



Break me down sweet sugar



Je ne relève pas tes réponses entre mes questions préférant aborder ce qui me trotte dans la tête.

-  Je n'ai eu aucune relation après toi.

Tu m’anéantis lorsque tu m’apprends que tu n’as eu aucune relation. Je reste surprise. Nous nous sommes séparés il y a plus de quatre mois. Bien que surprise n’est pas le mot qui correspond le mieux à mon expression faciale. Tes réponses jusqu’ici m’avaient surprise, là je suis interdite.

- Et je sais parfaitement ce que ça implique. Quant au pardon, si tu étais plus attentive, tu capterais que mon comportement a viré dès lors où tu m'as fait ces aveux.

C’est vrai que ton attitude avait semblé changer. Je crois que ce qui m’avait le plus surprise ce que tu aies vraiment pu imaginer que j’aurais pu vouloir te blesser.  Tu avais eu l’air soulagé ce que tu m’apprends après ne m’aide pas à reprendre de la contenance.

- Ce week-end, je suis parti voir des amis lors d'un regroupement de bikers. Chose que je ne savais pas, Terrie connait également le couple et je l'ai trouvée là-bas. Un pur hasard. Même eux ne savaient pas qu'on se connaissait.

Tu finis ta tasse et change de position. Tu mets tes coudes sur les genoux et tu te penches en avant. Ton air est trop sérieux. Je ne suis pas convaincue de vouloir entendre la suite.

- Je ne suis pas sure de… ton regard me fait taire

Tu as juste relevé le visage un instant et j’ai compris que tu voulais dire quelque chose qui te pèse.

- Lily ... je n'en suis pas à mon premier foirage moi non plus. Ce qui s'est passé entre toi et moi ... j'étais encore avec Terrie à l'époque. Notre relation n'a pas duré longtemps, je ne peux pas dire qu'on formait vraiment un couple ni si on peut qualifier ça de relation, ça a été trop bref et inconstant mais on a partagé des moments vraiment intimes. Avant ça, c'était une amie que je connais depuis un paquet d'années. On a toujours été très proches elle et moi. Elle a une certaine influence sur moi. Et puis ça a évolué un soir, dans la passion de l'instant. Puis il y a eu toi. Je croise les mains. Et j'ai merdé doublement. Elle était en proie à des tourments et des soucis qui l'ont écarté de mon chemin. Nous ne faisions que nous croiser. Je ne savais pas vraiment comment traduire ce qui se passait entre nous. On en était à peine qu'à une amorce. Une amorce que j'ai laissée de côté comme si ça n'avait jamais existé lorsque tu es venue ce soir-là.

J’avais cru à l’époque que vous n’étiez pus ensemble. Il est vrai que je n’avais pas demandé. Quelque part c’était plus simple de ne pas savoir. Puis je n’avais rien prévu. C’était venu tout seul, une attirance, des sentiments…cette étrange impression que tout s’imbriquait doucement puis tout s’était disloqué violement mais mon attention se reporte vers toi tandis que tu continues tes révélations.

- - Quoi qu'il en soit, je n'ai jamais su cerner ce que je ressentais. Certainement parce que je n'ai jamais voulu vraiment me pencher dessus. Sans doute parce que ça a été trop bref. Et j'ai cru le ressentir en la voyant là-bas. Mais je suis allé trop vite entre ce que j'ai éprouvé en la revoyant, ce qui me manquait depuis tout ce temps par rapport à notre amitié perdue et la décision que j'ai prise en voulant essuyer les regrets passés et apaiser mon cœur et le sien. Alors j'ai peut-être besoin de temps comme tu le soulignes. Y voir réellement clair en restant une période seul. La personne censée nous manquer le plus et la plus à même d'occuper toutes nos pensées ... c'est à ça qu'on sait. Autrefois, j'aurais avancé que ce genre de remise en question ne m'intéressait pas, mais il m'apparait que ce tournant de ma vie est décisif et que je dois le prendre au sérieux. D'autant plus dans ton état. Mais ma décision, je veux la prendre avant tout pour moi. Parce que si ce sont les à-côtés qui me poussent à prendre une décision, ce ne sera pas une satisfaction sur le long terme. J'ai assez vécu de merdes pour m'égarer de nouveau sur une voie qui ne me conviendrait pas.

Tes mots tournent dans ma tête «  la personne qui nous manque le plus occupe nos pensées ». Je ne te dirais pas que tu as hanté mainte fois mes pensées. Je ne suis pas sure de vouloir savoir si tu considères l’enfant comme un « a côté » si vraiment nous le regretterions. Mais ce qui est sûr c’est que ce sont beaucoup d’informations pour le moment. Je repose la couverture sur le coin du canapé. Je m’approche de toi. Je pose mes mains sur les tiennes, tu relèves la tête. Tu as l’air paumé et je ne suis pas mieux. J’opte pour un sourire compréhensif.

- ça fait un peu beaucoup d’infos à encaisser. Aussi bien pour moi que pour toi. J’ai besoin de me reposer et de penser au calme. Je t’appelle dés que j’ai un rendez vous pour la prise de sang ça te va ?

Je me penche et dépose une baiser sur ta joue


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Penny E. Ribbs
Maître Jedi
3200 $
25/12/1987 $
3200 messages
Mensonges : 3200
Anniversaire : 25/12/1987


MessageSujet: Re: Break me down sweet sugar [Chris & Lily] Dim 6 Mar 2016 - 11:40

Terminé et verrouillé.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Elizabeth K. Ashe
Maître Jedi
1263 $
12/05/1978 $
1263 messages
Mensonges : 1263
Anniversaire : 12/05/1978


MessageSujet: Re: Break me down sweet sugar [Chris & Lily] Mar 2 Aoû 2016 - 16:42

Archivé.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: Break me down sweet sugar [Chris & Lily]

Revenir en haut Aller en bas
Break me down sweet sugar [Chris & Lily]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Les nuits sont longues [Chris & Lily]
» MON AMI ANTI ELECTION SAYO EST -IL DEVENU UN SWEET-MICKISTE OU UN MARTELLISTE ??
» Chris Jericho© Vs Edge
» Chris Master & Eve Torres ! What ?!
» Connaissez-vous Prison Break ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: Saison 2 :: archives sujets terminés et abandonnés-