AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 #1479 + Welcome home. ► Noam et Grace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Grace Foster
Padawan accompli
2331 $
19/12/1967 $
2331 messages
Mensonges : 2331
Anniversaire : 19/12/1967


MessageSujet: #1479 + Welcome home. ► Noam et Grace Sam 23 Jan 2016 - 22:55

Welcome Home.
noam et grace


Ils arrivèrent.
Elle ne s'attendait sans doute pas à ce que le garçon saute de joie mais il était vrai que le manque de discussion dans la voiture avait su la mettre quelque peu mal à l'aise. Elle ne pouvait que supposer qu'il avait besoin d'espace et qu'à son âge, il n'était peut-être et même certainement peu heureux d'être placé ainsi. Presque majeur, il devait considérer cela assez dénué d'intérêt. Grace aurait du arriver plus tôt. Mais plus tôt, elle n'aurait jamais pensé à accueillir un enfant ou plutôt un adolescent catégorisé comme "enfant à problèmes". C'était du moins le terme qu'avait utilisé Rachel l'assistante sociale. Son amie avait soutenu son choix de prendre le garçon avec elle et Grace espérait vraiment être à la hauteur.

Elle avait eu deux garçons, à partir de là, s'occuper d'un troisième ne devait pas être plus compliqué. Elle n'espérait pas autre chose qu'être un soutien pour lui et un lieu sûr. Elle souhaitait simplement que sa maison soit son lieu sûr à lui. C'était le premier point à lui faire comprendre. Bien sûr, il y aurait des règles. Rachel avait d'ailleurs insisté pour qu'il y en ait. Il fallait que Noam soit encadré et non laissé à lui même. De toute façon, ça n'aurait pas été dans les plans de Grace que de le laisser errer dans les rues jusqu'à une heure indécente. Il pouvait avoir une stabilité jusqu'à sa majorité au moins et après, elle ne le chasserait pas...

Pour lui, elle avait préparé l'étage. Il l'aurait rien que pour lui puisque sa propre chambre était au rez de chaussée. Il aurait son espace et un toit. De l'affection également sans aucun doute car c'était tout ce que Grace était capable de d'offrir.

Et elle descendit de voiture sur cette pensée se dirigeant directement pour ouvrir le coffre et en sortir les affaires. Elle le laissait porter son sac peu désireuse de tenter des acrobaties qui lui vaudraient sans doute un rendez-vous chez le médecin.

- Voilà, on est arrivé. Ce n'est certes pas la rue la plus animée mais la zone est bien desservie pour aller au lycée ou te promener en ville. Elle sourit en le guidant jusqu'à la porte qu'elle ouvrit. Devrait-elle songer à la fermer à clé ? Peut-être mais ce n'était pas le sujet du jour. Au fait, si tu veux recevoir des amis du centre, du lycée ou d'ailleurs je n'y vois pas d'inconvénient mais je te demanderai simplement de me prévenir avant. Enfin on a bien le temps de voir ça. Première chose : t'installer. Il furent rapidement à l'étage et elle lui présenta comme son espace. Bien sûr, elle ne pouvait agir qu'avec gentillesse sans imaginer qu'il pourrait simplement vouloir partir dès maintenant. Tu as l'étage pour toi, du moment que tu respectes les choses, tu peux en faire ce que tu veux. C'est chez toi. Elle recula pour redescendre. Je te laisse t'installer, je serais en bas...

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: #1479 + Welcome home. ► Noam et Grace Dim 24 Jan 2016 - 14:37


WELCOME HOME

 NOAM ET GRACE


C'est le jour J. Le jour de l'arrivé dans la famille d'accueil, enfin chez une jeune femme, Grace Foster comme le lui à indiqué son assistante sociable. Il se sentait vraiment nerveux, il se sentait pas tellement bien. Il a une boule au ventre, en même temps c'est la première fois pour lui et il ne sait pas ce que ça sonnera. Est-ce qu'il devra resté là jusqu'à ses 18 ans ? Sans doute puisque c'est la majorité dans ce pays, cette ville. Il avait réfléchit longuement durant la nuit et il n'a pas dormit beaucoup sans doute à cause du stress. Il a été triste le lendemain de devoir dire au revoir à ses amis, ou probablement plus adieu. Il n'en sait rien, il trouvera toujours un moyen de les voir en cachette, puis il n'y a qu'un seul lycée alors il va probablement les croiser, bien qu'ils n'y soient jamais. C'est d'un un soupire un peu contrarier qu'il quitta finalement le centre en compagnie de cette dame montant dans la voiture silencieusement. Il ne parle pas, préférant écouter la musique et observer le paysage qui défile devant ses yeux. Il ne connaît pas cette femme et parler directement comme ça, ce n'est pas ce qu'il sait faire le mieux, du moins pas dans ces circonstances. Il ouvre la portière de la voiture une fois arriver sur place. Il regarde attentivement autour de lui avant de secouer la tête. Au moins il y a un parc tout près, ce qui ne sera pas plus mal lui qui aime tellement courir. Il observe l'endroit un peu plus longuement avant de hausser les épaules. Il écoutait les mots de Grace comprenant pourquoi ils l'ont fait venir ici, pas de groupe, pas de casse, pas de tags rien de tout ce qu'il connaît en somme. Il ne sait pas trop ce qu'il va pouvoir faire mais elle lui a dit qu'il y avait des bus pour se rendre en ville ce qui est déjà une meilleure nouvelle à ses yeux même si ça n'est que pour un moment.

Il entre finalement à l'intérieur de la maison, regardant un peu autour de lui. Ca n'est pas trop mal, c'est beaucoup mieux que la maison dans laquelle il a vécu durant son enfance. Il n'a pas très envie de penser à celle-ci d'ailleurs. « - Ils ne veulent plus que je vois mes amis de toute façon. » Dit-il en soupirant. En montant les escaliers il essaie d'écouter les bruits, voir s'ils grincent, voir si la porte grince. Enfin il essaie de voir s'il va pouvoir sortir en douce sans qu'on ne puisse l'entendre. Pour le moment la dame semble assez cool, elle ne semble pas bien méchante et elle a l'air de vouloir lui laisser de la liberté. Mais il sait bien qu'il doit suivre les mêmes règles que dans le centre. Mais ses rendez-vous ne sont pas toujours dans la journée, ça n'est pas possible puis ça n'est pas prudent. Puis pour être honnête les soirées commence assez tard en général. Mais il ne dit rien là-dessus pour le moment, il allait bien voir. Il entre dans la chambre tenant toujours la poignée de son sac pour le moment puis il regarde autour de lui. « - Merci. » Dit-il en la laissant quitter la chambre. Il pose son sac sur le sol regardant autour de lui. Il avance vers la fenêtre regardant ce qu'il y a autour. Il range un peu ses affaires sortant ce qu'il a pour le moment. Il cache directement son journal où il le peut avant de regarder le reste. Il regarde son portable répondant aux quelques messages qu'il a reçu. Il reste un petit peu à l'étage avant de descendre finalement. Il avance un peu pour rejoindre la jeune femme. « - Est-ce que je pourrais avoir des crayons noirs? » Demanda t-il en essayant d'être pour le moment calme. Bien qu'il ne soit pas encore très à l'aise. Il joue avec la manche de son haut. « - Je dois faire du bénévolat à l'hôpital le mercredi après midi et le samedi. Je ne sais pas si vous le saviez. »
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Grace Foster
Padawan accompli
2331 $
19/12/1967 $
2331 messages
Mensonges : 2331
Anniversaire : 19/12/1967


MessageSujet: Re: #1479 + Welcome home. ► Noam et Grace Mar 26 Jan 2016 - 15:09

Welcome Home.
noam et grace


Être famille d'accueil.
Elle n'aurait jamais songé le devenir avant d'être à Lewiston. Entre le travail et le reste, il aurait été bien difficile d'être, pensait-elle, à la hauteur. Ceci dit rien ne laissait supposer qu'elle puisse être plus à la hauteur aujourd'hui qu'hier. Elle savait qu'à partir de maintenant les problèmes de Noam deviendrait les siens aussi longtemps qu'il serait sous son toit et il devrait être sa priorité. L'aider et donner une stabilité était tout ce qui était demandé et c'était entièrement dans ses compétences. Elle ne pouvait qu'espérer que ce jeune homme soit coopératif.

Pour le moment, mis à part un manque de discussion que personne ne reprochait à personne, les choses semblaient bien se dérouler. Et elle se moqua d'elle-même à cette pensée. Il était là depuis à peine dix minutes et c'était loin d'être un temps suffisamment long pour juger de quoique ce soit. Elle imaginait déjà le voisinage jetant un œil pour voir qui était Noam et penserait sans doute à leur signaler qu'ils étaient loin d'être discrets. Il n'avait pas à être une bête curieuse et était ici chez lui.

Quand il soupira qu'on lui interdisait de voir ses amis, elle crut comprendre par là ceux du centre, ceux à problèmes qui n'étaient sans doute pas le meilleur atout pour instaurer une stabilité et l'amener dans le droit chemin. Elle était plutôt d'accord avec ça même si pour lui ça ne devait pas sembler être une bonne nouvelle et ça aussi elle pouvait le comprendre. Elle hésita à lui dire que d'autres amis pouvaient apparaître au lycée ou en ville. En tout cas, elle ne l'empêcherait pas de voir qui que ce soit, sauf si bien sûr elle jugeait cette personne peu digne de confiance mais c'était une autre histoire.

Elle le laissa finalement dans la chambre redescendant finir de ranger la vaisselle d'une cuisine qui l'avait occupé toute la mâtinée. Pour cela aussi, elle allait apprendre à connaître les goûts de Noam. En attendant, il aurait ce qu'elle avait préparé. En général bonne cuisinière il n'aurait pas de buger king ou de pizza à tous les repas et espérait ne pas avoir de protestations à ce propos quoiqu'au centre, elle espérait au moins qu'il avait mangé autre chose. Tant d'à priori pouvaient déjà se faire connaître mais Grace préférait se forger une opinion elle-même plutôt que d'écouter les possibles rumeurs. Noam paraissait gentil et c'était tout ce qu'elle avait besoin de savoir maintenant.

Enfin, elle acheva la lecture de la Tribune du jour et entendit Noam avant de le voir. Elle lui sourit en le voyant arriver. Il semblait ne pas vouloir prendre de place, se faire discret et ne pas être à l'aise et si c'était normal le premier jour, elle comptait lui expliquer qu'il pouvait se sentir chez lui.

- Des crayons noirs ? Demanda-t-elle à peine qu'il parla du bénévolat et qu'elle hocha la tête. On m'a dit pour le bénévolat mais je ne savais pas que ce serait à l'hôpital. Il n'y a aucun soucis. Tu as déjà commencé ? Si tu as besoin d'être conduit quelque part ou à l'hôpital tu n'hésites pas à demander... Des crayons noirs tu as dit ? Je suis pas sûre d'avoir un grand stock de crayons.

Elle alla regarder au bureau et revint avec quelques crayons qui ne correspondaient pas vraiment à la demande.

- Je crois qu'il faudra ajouter les crayons à la liste de courses. Elle le regarda un instant. Tu peux t'asseoir tu sais. Tu as faim, soif, quelque chose ? Si je commence à te laisser mourir de faim dès ton arrivée, sans doute que ton assistante sociale aura quelque chose à y redire. Quoiqu'il est peut-être un peu tôt pour manger mais pour grignoter, on va dire que c'est un jour particulier...

Elle tenta la carte de la familiarité et surtout de la normalité. Bien sûr, la situation n'était pas habituelle, c'était un nouvel environnement pour lui et une première fois entant que famille d'accueil pour elle mais en faire tout un cas n'était peut-être pas le mieux.

- C'est la première fois que tu vis ailleurs qu'au centre ? Fit-elle finalement dans l'espoir d'engager la conversation ou d'au moins le mettre à l'aise sur le fait qu'il pouvait parler sans problème. Rachel m'a parlé des règles à suivre, tu penses en rediscuter certaines ? Autant demander directement. Il pouvait tout à fait être en désaccord avec certaines du moment qu'il les respectait, ça lui convenait. Il pouvait toujours essayer d'en rediscuter les choses dépendraient en grande partie de lui.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: #1479 + Welcome home. ► Noam et Grace Mar 26 Jan 2016 - 17:19


WELCOME HOME

 NOAM ET GRACE


Ça n'est pas parce qu'on lui interdit de faire des choses qu'il ne le fait pas, c'est Noam, il est comme ça. Il n'aime pas tellement l'autorité. Avant, ça passait encore, il n'y avait pas de soucis mais maintenant, c'est impensable à ses yeux, il n'aime pas ça. Il fait toujours le contraire de ce qu'on lui demande, du moins dans la plupart des cas. Ses amis, il les verra, que son assistante sociale lui autorise au non, mais il le fera de manière non-officielle si on veut, il ne se montrera pas au grand jour, il fera les choses discrètement. Il ne voit pas sa vie sans son frère de cœur, il ne voit pas sa vie sans lui et sa femme. Ils sont importants à ses yeux et il ne laisse pas tomber les personnes importantes dans sa vie. Mais il ne va pas le dire, ça serait idiot de le faire, il préfère maintenir ses idées de bêtises dans sa tête, et il en a déjà pas mal. Il faut dire qu'il a pris l'habitude et qu'il ne peut changer en si peu de temps. Mais pour le moment il reste correct, il est calme et essaie de s'habituer à ce nouvel environnement, puis il n'a pas envie de se faire renvoyer au centre dès les premières heures. Il ne sait pas ce que cherche Grace en le faisant venir chez elle, mais lui pense que c'est pour l'argent uniquement, c'est comme ça dans sa tête, pour lui personne ne voudrait de lui sans une compensation derrière.

Il était descendu, demandant poliment ce dont il avait besoin. Des crayons, très importants à ses yeux. Il en a besoin pour écrire, continuer le journal imposé par le psychologue mais aussi écrire ses histoires, du moins il essaie. Il aime le faire, ça lui permet d'être concentré. Écrire est une passion mais il ne souhaite pas en parler, il n'a pas envie que les autres le sachent, parce qu'ils se moqueraient de lui, inévitablement. Il maintenait le regard sur madame Foster pour le moment écoutant ce qu'elle venait de dire. « - Oui le samedi, il y a moins de bus, et ça ne sera pas évident de me rendre à l'hôpital, alors c'est gentil si vous vouliez bien me conduire. » Après il n'abusera pas, pour le moment il ne sait pas s'il peut vraiment lui faire confiance. Et assez indépendant il se débrouillera pour la plupart des choses. Même quand il ratera le bus pour rentrer. Il la regarde partir dans une pièce qu'il ne connaît pas. Il se contente donc d'attendre pour le moment avant de prendre les crayons qu'elle vient de lui donner. Il les regarde attentivement. « - Merci. C'est déjà ça. » Dit-il rapidement en les gardant dans la main pour le moment.

Noam pensait remonter dans la chambre avant qu'elle ne lui propose de prendre place dans la cuisine. Il hésite mais il le fait. Il se dit que ça serait une bonne chose. Il va vivre ici avec elle, il faut qu'il puisse la connaître un peu plus maintenant. Il s'assied donc posant les crayons sur le côté pour le moment. Il écoute ce qu'elle dit en réfléchissant avant de sourire doucement. « - Vous avez de la mousse au chocolat ? Sinon je veux bien de l'eau. » Dit-il en maintenant le regard vers elle quelques instants. Il regarde ensuite autour de lui observant un peu la pièce avant de revenir finalement vers elle. « - Vous vivez seule ici ? Enfin il n'y aura que nous ? Pas d'homme ? » Demanda-t-il directement. Il fallait qu'il voit, il fallait qu'il sache si un homme sera dans la maison ou non. Afin qu'il voit s'il doit prendre ses précautions. Il ne fait pas confiance aux hommes et dormir sous le même toit que l'un d'eux ça serait difficile, sauf s'il a vraiment confiance mais pas comme ça. C'est une information importante à ses yeux. « - Oui c'est la première fois. Enfin avant j'étais avec mes parents mais bon. » Il hausse les épaules directement en n'ayant pas envie de s'étendre plus là-dessus pour le moment. Il réfléchit ensuite à ce qu'elle venait de lui proposer, il y a des choses qu'il a dans la tête. Il en a oui. « - J'aimerai avoir un temps de sortie plus long le vendredi, pour que je puisse aller à des fêtes de temps en temps s'il y en a une. Je ne pourrais pas avoir des amis si je ne sors pas. » Il avait déjà réfléchir à ça, mais si ça n'est pas possible il se débrouillera d'une autre manière, il fera sans doute le mur. Il reprend rapidement. « - Est-ce que j'aurais droit à de l'argent de poche ? » C'était aussi important pour lui. Mais une autre chose est importante. « - J'aimerais aussi que vous ne dites pas des choses sur moi. Enfin vous pouvez dire que vous m'accueillez pour l'argent ou parce que mes parents ne s'occupent pas de moi. Mais j'aimerais que vous ne dites pas que je suis ici parce que j'ai fait des conneries et surtout que vous ne dites pas qui je suis vraiment. Je ne veux pas qu'on sache que je suis le petit garçon qui a été violé par son père. Très peu de personnes sont au courant. Si trop de monde le sait, si tout le monde le sait, mon père saura où je suis. S'il a une bonne conduite, il pourrait être libéré dans les mois qui suivent, et je ne veux pas qu'il sache que je suis vivant. Sullivan Devis est mort pour lui. » Dit-il directement en la regardant. Il n'a pas envie que son histoire se sache. Il préfère être une autre personne.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Grace Foster
Padawan accompli
2331 $
19/12/1967 $
2331 messages
Mensonges : 2331
Anniversaire : 19/12/1967


MessageSujet: Re: #1479 + Welcome home. ► Noam et Grace Ven 29 Jan 2016 - 15:08

Welcome Home.
noam et grace


Faire connaissance.
C'était un point qu'il faudrait sans doute mettre en avant prochainement. C'était la chose primordiale à faire si elle espérait baser une relation de confiance. Elle pouvait l'avoir sans problème cette confiance pour peu qu'il s'en montre digne. Comme tout adolescent il voudrait sans doute plus de lest et elle pouvait lui en donner s'il montrait qu'il savait respecter les règles et les limites imposées. Mais d'abord, établir une relation de confiance, une certaine sécurité qui ne serait pas forcément facile à mettre en place et cela commençait par l'intégrer totalement à ce qui faisait sa vie et calquer la sienne sur les besoins qu'il pouvait avoir en matériel comme avec les crayons mais aussi en présence.

- Il n'y a aucun soucis. Répondit-elle simplement. Le conduire n'était rien d'extraordinaire et ça faisait partie des choses naturelles à faire quand on acceptait de s'occuper d'un mineur.

Après quoi, le voyant figé au milieu de la pièce comme si les murs allaient soudainement venir l'enfermer dans un étau, elle lui proposa de s'asseoir. La simplicité était souvent le mieux et il fallait bien commencer à établir la confiance à partir d'un certain point. La nourriture semblait être un bon compromis et elle sourit en le voyant répondre, c'était un début.

- Malheureusement, ça ne fait pas partie de ce que j'ai cuisiné aujourd'hui mais c'est envisageable dans les prochains jours. Ceci dit si tu aimes le chocolat, il y a un gâteau dans le placard. Répondit-elle en lui amenant l'eau aussi rapidement. Je ne sais pas ce que tu aimes ou n'aimes pas, si tu as envie de faire une liste de choses à ce propos, elle sera la bienvenue.

Évidemment, elle connaissais son histoire. C'était une chose obligatoire à savoir avant de l'accueillir. Ça avait éveillé sa compassion mais aussi une certaine colère envers tous ceux qui osaient faire du mal à un enfant. Ce qu'elle savait Noam était qu'il n'avait pas eu une enfance facile et qu'après ça, l'injustice avait pris les traits d'un centre. Elle avait du mal à comprendre qu'une société qui devait protéger les enfants et alors que Noam était la victime le laissait dans un centre où il était plus ou moins livré à lui-même. C'était sûr qu'il allait faire des conneries, plus que compréhensible. Et c'était sûr aussi qu'il était inquiet à propos d'hommes dans cette maison. Un léger sourire triste très vite dissimulé et elle le rassura aussitôt :

- Mon fils passe parfois mais hormis Riley, aucun homme ne vit ou ne viendra vivre ici. Oui, il n'y a donc que nous. La présence de Riley quand celui-ci voulait venir, peu importe quand n'était pas négociable. La seule chose vraiment non négociable avec le fait de respecter la vie dans cette maison. Sa maison était toujours celle de Riley et elle espérait que Noam s'entende avec lui. Elle l'espérait vraiment.

Grace fut ensuite celle à poser les questions. Premier sujet abordé rapidement et laissé en toile de fond, il n'y avait de toute façon pas grand chose à dire du moins pas tant qu'il n'était pas prêt et ce ne serait certainement pas avec une quasi inconnue qu'il conterait l'histoire de sa famille ou plutôt ce qu'il ressentait vis à vis de ça. Les règles furent le second sujet et déjà, cela sembla bien plus l'intéresser lui.

- Ça me semble raisonnable. Aussi longtemps que ça reste "de temps en temps" et non tous les vendredi et que je sais au moins où tu vas s'il y a un quelconque problème. Je te promets que je n'aurai aucun intérêt à te suivre ou espionner ce que tu fais. Répondit-elle en réfléchissant à un compromis. Ce que je peux te proposer c'est de voir comment se déroule la première semaine et on pourra voir avec un arrangement de ce côté. Je veux juste savoir que je peux compter sur toi pour suivre les règles, rien de plus.

Et il faudrait aussi qu'elle songe à lui donner un trousseau de clé et son numéro de téléphone. Elle s'apprêtait d'ailleurs à lui en parler quand il reprit en parlant de l'argent de poche. Grace le regarda avec étonnement cela en entendant la suite de ce qui semblait être une demande plutôt censée mais qui lui semblait si peu logique qu'elle ne put qu'en être étonnée. Il croyait vraiment qu'elle pourrait raconter à tout le voisinage qui était Noam ? Le rassurer sur ce point était essentiel avant tout autre chose :

- Je n'ai aucune intention de dire tout cela au premier voisin que je croise. Je ne serais pas cette personne-là, tu peux me croire. Ton passé n'a absolument pas besoin de sortir de cette maison et du centre si tu ne le souhaites pas. Je ne sais pas ce que tu t'imagines que je puisse être ou ce pourquoi tu es maintenant chez moi mais ce n'est certainement pas dans le but de te nuire. Une simple pause avant de continuer : - Évidemment. L'argent que je reçois maintenant que tu es sous mon toit est pour toi, pour tout ce qui est de répondre à tes besoins comme l'achat de crayons par exemple ou bien aider à ce qu'il y a en plus. L'argent doit pouvoir te servir à toi. Cependant, je ne sais pas si tu es dépensier ou l'inverse alors en attendant de le découvrir et plutôt que de tout te donner maintenant pour le mois, tu auras une somme par semaine si ça te convient et pour un besoin particulier au dessus de tes moyens tu viens me voir et selon ce que cela concerne, tu pourras avoir une avance sur la semaine suivante. Je n'ai pas l'intention de prendre cet argent pour mon usage personnel si c'est ce qui t'inquiète j'ai bien assez avec mon revenu pour ça. Cela pouvait paraître dur mais elle pensait vraiment cela raisonnable. Un adolescent par définition n'était pas forcément la personne la plus raisonnable qui soit. Ceci dit, elle ne savait encore rien de Noam ce pourquoi un arrangement même temporaire pouvait être nécessaire. Elle pensait cela juste. Cela pourra être temporaire, rien n'est jamais définitif Noam. Compléta-t-elle.

Après quoi, elle en revint à ce qu'elle pensait à lui donner un peu avant cette longue réponse et s'éloigna le temps de prendre un trousseau de clés. Elle le lui tendit simplement :

- Je n'ai pas pour habitude de fermer la porte à clés, mauvaise habitude qui a la vie dure mais tant que j'essaye de m'y mettre, il est bon que tu aies les clés au cas où tu rentrerais avant moi le soir ou que tu aies besoin de récupérer quelque chose ici dans la journée. Je te fais confiance avec ça Noam et ne pas faire entrer n'importe qui ici sans ma permission. Tu es peut-être assez grand mais tu es actuellement à ma charge et s'il arrive quoique ce soit, à toi ou à cet endroit, on me le reprochera et tu repartiras je ne sais pas où. Alors peut-être que tu ne te plairas pas mais ça doit tout de même être mieux que l'autre alternative proposée tu ne crois pas ? Elle ne le menaçait pas, ne le mettait pas en garde contre elle-même. S'il faisait une bêtise comme tout adolescent, elle pouvait fort bien lui passer. Le problème c'était qu'il ne pouvait pas se permettre toutes les bêtises parce qu'il n'avait pas une situation stable et qu'il pouvait encore être balloté quelques temps avant la majorité et qu'il puisse faire ses propres choix. - Oh et j'allais oublié, en cas de besoin il vaut mieux qu'on soit capable de se joindre, que je te donne mon numéro. Finit-elle enfin en le lui donnant.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: #1479 + Welcome home. ► Noam et Grace Sam 30 Jan 2016 - 12:38


WELCOME HOME

 NOAM ET GRACE


Noam essaie comme il peut de ne pas demander trop de choses. Il n’a aucune envie d’en faire trop dès le départ. Puis demandé ça veut dire rendre et il ne voit pas ce qu’il pourrait faire pour rendre les choses, surtout qu’il ne peut pas promettre qu’il serait un adolescent exemplaire. Il sait déjà qu’il ne le sera pas puisqu’il consomme de la drogue et il est certain que Grace n’est pas pour ce genre de chose. Ce qui est dommage. Mais il n’arrive pas à s’en passer, ses nuits sont atroces sans qu’il ne fume et il n’a pas envie d’avoir des insomnies, encore moins durant la semaine, son humeur n’en serait que plus massacrante et ça serait dommage pour les autres. Et pour lui de temps en temps mais généralement, ce sont les autres qui subissent le plus son humeur. Mais le conduire une fois par semaine ça n’est pas de trop, la preuve, elle lui dit oui. C’est cool. Au moins, il évite de prendre le bus le samedi et perdre un temps fou parce que ce ne sont pas les mêmes heures et qu’il y en a moins. Puis l’hôpital est plus loin que le lycée, enfin, il croit, il n’est pas certain de ce qu’il pense. Il restait posé tranquillement de son côté, dans la cuisine, les mains posées sur la plateforme qui se trouve devant lui. Il levait les yeux sur la femme qui a pris soin de le faire venir chez lui. Il espère qu’elle ne le regrettera pas de trop. Il allait voir dans les semaines à venir. « - Je veux bien un morceau de gâteau au chocolat alors. » Dit-il en regardant vers le placard. Il n’allait pas se permettre d’aller dedans, il n’est pas chez lui. Enfin pas réellement, du moins pour le moment, il ne fera pas comme s’il est chez lui ça serait un peu bizarre puis il essaie d’avoir un minimum de respect. Il regarde son verre d’eau en le prenant ensuite. Il boit quelques gorgées dans celui-ci, puis le repose devant lui très rapidement. Il approuve. « - Je ferais une liste dans ce cas. Mais je peux déjà dire que j’aime beaucoup le chocolat. » Il ne peut pas nier l’évidence, ce qu’il préfère, c’est la mousse au chocolat, il en mangerait beaucoup s’il le pouvait. Heureusement, il ne grossit pas, du moins pas encore. Il profite donc de pouvoir manger toutes les crasses qu’il veut sans que ça ne fasse quoi que ce soit à son corps. C’est une très bonne chose à ses yeux. Même s’il imagine avoir droit à des repas normaux ici. Pas des repas gras, mauvais pour la santé et tout ça. « - Vous cuisinez beaucoup ? Vous faites quoi comme boulot ? » Elle n’a pas l’air d’être cuisinière. Enfin peut-être que si finalement, il n’en sait rien. Mais il sera content de pouvoir manger de bons petits repas en tout cas.

Bien vite, la conversation prend une autre tournure. Ils en viennent à des choses un peu plus sérieuses. Lui. Sa vie, son passé, ses erreurs et les erreurs de ses parents. Ce n’est pas une histoire dont il aime parler, puisque les souvenirs qu’il en garde lui font très mal, et il se dit toujours que son père n’a pas pris une assez longue peine de prison à ses yeux. Ce qui est vraiment horrible. Mais ce n’est pas lui qui fait la loi, les choses sont comme ça depuis des années maintenant, ça ne changera pas pour un cas comme ça. Il ne se réjouit pas de le savoir dehors. Ça lui fait vraiment peur. Il a peur de le voir, il a peur de le croiser, il a peur qu’il le retrouve et qu’il arrive à lui faire du mal à nouveau. Mais il ne parle pas de ses peurs, il les garde pour lui, il en fait des cauchemars, mais c’est tout. Il ne parle pas, il est déjà obligé d’écrire tout ça dans un journal, il n’a pas envie que les gens sachent qu’il n’est pas aussi fort qu’il ne le montre. « - D’accord. Votre fils. Et il est au courant pour moi ? » Autant le savoir de suite, il ne l’a pas encore vu mais il va le voir un jour, peut-être plus tôt qu’il ne le pense. Il ne sait pas comment il est, il ne sait pas son âge. S’il a plus de 35 ans ça va être un peu compliqué. Il croise les doigts pour qu’il soit plus jeune que ça. Il ne peut pas faire face à un homme. Bien qu’il va devoir plutôt qu’il ne le croit. Mais il se concentre sur un sujet qui l’intéresse encore plus, les règles. Elle ne semble pas contraire à les faire différentes, à lui accorder de temps en temps une autorisation de sortie un peu plus longue. Il sourit puis approuve en hochant la tête de haut en bas. « - D’accord, on fait comme ça alors. On voit comment ça se passe. Et si une soirée est organisée, je le dis et on verra ensemble si c’est possible ou non. » C’est cool comme ça. Peut-être qu’avec un peu de chance, les règles seront de plus en plus souples. Mais Noam ne devrait pas compter trop sur ça, puisqu’il n’est pas le jeune le plus raisonnable et que les règles risquent au contraire d’être de plus en plus strictes. Mais essayer est quand même permis. Il est encore temps de voir les choses d’une toute autre manière.

Noam avait quand même mis le point sur une autre chose qui l’inquiète, sa réputation et ses secrets. L’assistante sociale l’a mis dans les mains d’une personne qu’il ne connaît pas et qui pourtant est au courant de tous les secrets qu’il garde. Le principal est donc qu’il s’assure que rien ne sortira de ces murs. Il sait que ça n’est pas correct de dire ça comme ça, mais il en a besoin psychologiquement. Il ne peut pas lui faire confiance s’il ne connaît pas ses intentions. « -D’accord, je ne voulais pas vous vexer, je voulais juste être certain. Vous comme moi, nous n’avons pas envie que mon père débarque ici. Mais je vais vous faire confiance. » Il espère ne pas regretter son choix. Mais elle n’a pas l’air méchante ni contraire. Seulement ses aprioris sont toujours là, ce qu’on lui a dit au centre à propos des personnes qui veulent être famille d’accueil. Il écoute ensuite la réponse sur l’argent et surtout l’argent de poche. « - Vous pourriez faire ce que vous voulez avec l’argent que vous recevez vous savez. C’est votre salaire. Mais je suis d’accord pour l’argent de poche ça me va comme ça. » Il hausse les épaules. Il pense à la petite amie de son meilleur ami avant de se mordre la lèvre. Il trouvera toujours une solution, il fera comme il peut en tout cas. Il approuve les mots finalement qu’elle lui dit. Oui tout peut encore être autrement. Mais avec lui, ça n’est vraiment pas à parier. Il se mordille la lèvre puis se concentre sur son verre. Il prend les clés qu’elle lui donne regardant attentivement tout en écoutant les explications. « - Merci. Et oui, c’est plus prudent de fermer les portes avec tous les psychopathes qui rôdent dans les rues. En tout cas, je fermerais la porte moi. Et je ferais attention, je ne ferais pas venir n’importe qui pas de soucis. » Il allait y faire attention, puis comme il l’a dit, il ferma toujours. Il a sans doute beaucoup plus peur qu’elle finalement. C’est idiot, mais c’est ainsi. Il sort ensuite son portable pour pouvoir noter le numéro. Il remit celui-ci dans sa poche rapidement en hochant la tête légèrement. « - Ce sera sans doute utile. »

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Grace Foster
Padawan accompli
2331 $
19/12/1967 $
2331 messages
Mensonges : 2331
Anniversaire : 19/12/1967


MessageSujet: Re: #1479 + Welcome home. ► Noam et Grace Sam 30 Jan 2016 - 19:16

Welcome Home.
noam et grace


Parler.
A parler ainsi, la situation semblait presque normale. La cuisine, le chocolat et le reste semblait être la première partie d'une discussion plus longue. Au moins, la discussion était entamée et c'était tout ce qu'elle pouvait espérer comme premier contact. Ça la rassura en quelques sortes, bien plus que lors de leur arrivée où aucun mot n'avait été échangé.

- On va bien s'entendre alors. Fit-elle simplement quand il déclara aimer le chocolat et qu'elle sortit le gâteau pour lui déposer une part.

Oh oui, le chocolat était un bon début et savait rassembler beaucoup de personnes. Ce n'était toujours qu'un détail mais ça donnait un point de départ. Et bien sûr, cela l'aiderait à savoir quoi cuisiner. Un passe temps comme un autre quand elle ne travaillait pas, ne s'inquiétait pas pour son fils et ne jardinait pas. D'ailleurs elle pourrait songer à avoir un petit jardin à l'arrière pour se détendre mais ça devrait attendre un peu sans compter que se baisser pour travailler la terre était le meilleur moyen de finir à nouveau avec quelques douleurs.

Revenant à la discussion, elle entendit la question et sourit en y répondant :

- Je suis journaliste mais ça ne m'empêche pas de cuisiner lorsque j'ai du temps de libre. Avec deux garçons à la maison j'ai bien été obligé de m'y mettre.

Ce fut tout ce qu'elle dit à ce propos et ce fut peut-être pour cette raison qu'il lui demanda ensuite si un homme vivait ici. A part Riley, personne. Anders pouvait passer quand il voulait mais étant donné que la plupart du temps il refusait de sortir de chez lui, ce ne serait un problème que plus tard qu'elle pourrait facilement arranger en expliquant la toute nouvelle situation à son ami.

- Pas encore. Il sait que ça pourrait arriver mais il ne sait pas encore que tu es là. Je dois le voir demain, il l'apprendra vite. Il est pompier si tu as un problème, tu peux compter sur lui, il est toujours là pour aider. Répondit-elle fièrement quand Noam lui demanda si Riley savait déjà qu'il se trouvait ici.

Ils parlèrent ensuite des règles et de ce qui était modifiable. Ou plutôt, Grace parla. Surtout elle. Elle tenait à se faire bien comprendre et crut même un instant embrouiller le jeune homme dans ses considérations mais il sembla accepter ce compromis et elle hocha simplement la tête. En effet, il n'y avait plus qu'à attendre et voir. Elle voulait vraiment que tout se passe bien mais il fallait bien reconnaître que si elle ne pouvait pas avoir confiance en lui pour respecter ce qui devait l'être, ça ne pourrait pas aller.

Qu'il dise ensuite lui faire confiance lui parut à la fois trop beau pour être vrai et essentiel. Il pouvait bien évidemment compter sur elle à propos de cela. Elle n'avait aucun intérêt à parler de la vie de Noam avant tout ça ni même de la personne qu'il a pu être avant d'être sorti de sa situation de famille. Elle était là pour aider et non l'inverse. Et si son passé influait ce qu'il était aujourd'hui ça ne devait pas être la seule chose à le définir et c'était ce pourquoi il semblait essentiel de lier connaissance un minimum.

- Je n'ai pas besoin de salaire ni d'être payée pour m'occuper de toi. Ce n'est pas pour ça que je t'accueille. Sourit-elle gentiment comprenant que c'était sans doute ce qu'il croyait : qu'elle le prenait pour l'argent.

Elle aurait bien ajouté qu'avec Rachel comme assistante sociale il ne risquait rien et qu'elle allait toujours au fond des choses pour donner un bon environnement aux jeunes en difficultés mais préféra garder cette réflexion pour plus tard s'il le fallait.

- Merci Noam. Remercia-t-elle lorsqu'il répondit au sujet de fermer à clé et plus expressément en ce qui concernait un potentiel invité surprise. Il pouvait recevoir, elle devait juste être au courant. Elle avait demandé la même chose à ses fils, ce n'était rien d'extraordinaire que cela. Je ferais attention à fermer la porte convenablement maintenant que tu es là. Et il allait falloir qu'elle y repense à deux fois tant l'habitude était absente, la rendant quelque peu imprudente.

Après lui avoir donné le numéro, elle réfléchit à la prochaine chose à dire. Elle pouvait faire la conversation ce n'était pas le problème mais trouver quelque chose qui puisse potentiellement lui donner matière à répondre était mieux. Malgré tout, il lui fallait, encore une fois, spécifier un peu.

- Noam ? Tu sais que tu es ici chez toi jusqu'à ce que ... et bien disons jusqu'à ce que tu ne veuilles plus l'être. C'est une première pour moi également mais j'espère vraiment que ça se passera bien. Je ne sais pas si tu préfères être seul aujourd'hui pour t'habituer ou simplement discuter, mais tu peux venir me voir quand tu as besoin. Tout ce que j'ai dit avant ce n'est pas pour te punir, te surveiller ou t'empêcher de faire ce que tu veux, j'ai toujours demandé la même chose à mon fils mis à part ce qui concerne les règles du centre. Je voulais juste... éclaircir ce point. Elle prit alors elle-même une part de gâteau. Et si tu veux une autre part, n'hésite pas à te servir.


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
-S
Sith sans humour
169 $
169 messages
Mensonges : 169



MessageSujet: Re: #1479 + Welcome home. ► Noam et Grace Lun 1 Fév 2016 - 23:54

Nouveau message


Expéditeur: Unknown
Destinataire: Noam Lewis
Message reçu, aujourd'hui.

Tu ne peux pas lui faire confiance. Crois-moi. Demande-lui ce qui est arrivé à Jamie, tu comprendras !
-S


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: #1479 + Welcome home. ► Noam et Grace Sam 6 Fév 2016 - 12:12


WELCOME HOME

 NOAM ET GRACE


Noam approuve ses premiers mots, au moins ça leur fait un point en commun, le chocolat, bien que ça soit le met préférer de beaucoup de personnes dans le monde, mais on peut dire que ça part d’un point positif et ça n’est peut-être pas plus mal pour débuter. Les choses sont tellement différentes d’un coup, il ne sait pas à quoi il doit s’attendre maintenant qu’il est dans une famille et non plus au centre. C’est une atmosphère différente. Avant, il pouvait faire une connerie chaque soir et se faire repérer qu’une fois sur cinq, ici, ça ne sera sans doute pas la même chose. Puis il n’est plus avec ses amis, il est maintenant seul. Il va s’ennuyer, du moins c’est ce qu’il pense. Il réfléchissait quelques instants avant de relever le regard vers Grace quand elle vient à lui dire qu’elle est journaliste. Il penche un peu la tête en la regardant un peu plus attentivement cette fois avant de sourire légèrement. « - Le journalisme. C’est vraiment cool. » Il sourit une fois encore. Il hésite toujours entre le journalisme et l’écriture, il ne sait pas ce qu’il préfère entre les deux mais il n’a pas envie de poser des questions. S’il pose des questions, ça se saurait sans doute, enfin qu’il a envie de ça. Or, il ne veut pas qu’on sache qu’il aime la lecture, l’écriture et ce genre de chose. Il n’a pas envie qu’on l’associe à ça pour le moment, sans doute parce qu’il a honte puis parce qu’il n’a pas confiance en lui. Il pense toujours qu’il n’aura jamais son bac, et puis l’université même pas en rêve, il faut de l’argent pour ça ou une bourse et lui n’aura aucun des deux. Ce n’est donc pas la peine de rêver trop haut pour sa part puisqu’il n’aura jamais ce qu’il veut réellement. Famille ou pas, ça ne changera rien. Ce n’est pas des inconnus qui vont l’aider pour ça. Ça serait complètement dingue. Elle lui parle de deux garçons, il se demande qui est le deuxième puisqu’elle ne lui en a pas parlé plus que ça. Mais pour le moment, il ne dit rien du tout. « - D’accord. Nous verrons comment ça se passe avec lui. » Dit-il en haussant les épaules. Il ne sait pas encore, ça dépendra aussi de son âge. S’il a moins de 30 ans ça ira mais plus ça sera un peu plus compliqué.

« - Pourquoi m’accueillir alors ? » C’est vraiment une question qu’il se pose. Il ne voit pas pourquoi quelqu’un voudrait de lui autre que pour de l’argent ou pour abuser de lui. Ce n’est pas pensable dans sa tête et même si elle lui dit ça, il n’est pas certain d’y croire. Pour le moment s'est trop compliqué. Elle n’a rien qui le lie à lui, c’est un peu étrange. Ou alors elle rend juste service à l’était. C’est peut-être ça aussi. Il n’en a aucune idée finalement, mais tout ce à quoi il pense est négatif, et juste négatif. Son téléphone vibra dans sa poche. Il s’excuse puis sort son portable regardant le message de -S. Il fronce les sourcils quelques secondes, faisant mine de répondre au message. Il efface celui-ci ensuite avant de remettre le portable dans sa poche. Jamie doit être son second fils. Il ne sait pas ce qu’il doit penser du message qu’il vient de recevoir. En tout cas, il ne se rend vraiment pas confiant, ça lui fait un peu peur de savoir ce qu’elle pourrait lui faire. Il soupire doucement en essayant de se concentrer sur les mots qu’elle disait. Il approuve directement quand elle lui dit faire attention à fermer la porte. Il faut vraiment qu’elle le fasse, il ne pourra pas fermer l’œil de la nuit si la porte n’est pas fermée. Rien n’empêche à une personne de l’ouvrir de manière plus malhonnête, c’est vrai, mais il se sent quand même un peu plus en sécurité quand tout est fermé. La peur de voir son père venir comme ça d’un coup est présent et il ne s’en défait pas. D’où les cauchemars qu’il fait chaque soir. Noam fronce les sourcils quand elle lui dit qu’il est chez lui jusqu’à ce que lui le décide. « - Peut-être que vous allez me renvoyer d’où je viens avant que je ne le décide. » Dit-il directement en haussant un sourcil. C’est une issue un peu plus probable à ses yeux après tout. Il réfléchissait à ce qu’il allait faire. C’est vrai qu’il a envie de se poser seul tranquillement et de réfléchir un peu mais pour le moment, il a une autre question qui lui brûle les lèvres. « - Nous verrons comment ça se passe. » Dit-il finalement, il ne voulait pas faire de promesse qu’il ne tiendra pas. Alors il dit simplement ça, il ne voit pas que dire d’autres. Il regarde Grace attentivement puis finalement il reprit. « - Qu’est-ce qu’il est arrivé à votre deuxième fils ? » Il n’a pas envie de dire qu’il a reçu un message de -S. Il garde les messages secrets. Mais elle lui a dit avoir deux garçons, la question n’est donc pas venue comme ça et ça ne fera pas étrange.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Grace Foster
Padawan accompli
2331 $
19/12/1967 $
2331 messages
Mensonges : 2331
Anniversaire : 19/12/1967


MessageSujet: Re: #1479 + Welcome home. ► Noam et Grace Mar 23 Fév 2016 - 16:54

Welcome Home.
noam et grace


L'engouement.
Elle semblait le percevoir derrière un simple mot mais c'était peut-être parce que pour elle, le journalisme était plus que "cool" et que l'entendre dire ainsi lui faisait penser que c'était un métier qu'il ne dénigrait pas.

- Le journaliste t'intéresse ?

Cela deviendrait peut-être un point sur lequel s'entendre, autre que du chocolat. Grace pouvait partager sans mal son intérêt pour le journalisme avec quiconque savait écouter et voulait écouter. C'était peut-être un métier qui avait provoqué des malheurs dans sa vie mais honnêtement, elle ne pouvait pas reporter la faute entière sur un emploi. Certes, dans son cas, il s'agissait d'une vocation. Il avait toujours été logique qu'elle s'y dirigerait mais le journalisme restait néanmoins un métier, un simple métier. Toute une vie ne pouvait pas se fonder simplement sur ça. Les enfants, la famille était importante. Elle était fière de son fils et lors que Noam demanda si Riley savait pour lui, elle s'empressa d'être cette mère fière. Elle se contenait. Surtout parce que Noam n'en avait sans doute rien à faire. Il pouvait tout de même savoir que Riley pouvait être là s'il en avait besoin et si le jeune femme paraissait appréhender de le voir un jour, Grace pleine de confiance, était certaine que ça se passerait bien.

A la question concernant le pourquoi de sa présence ici, elle tenait à lui faire comprendre que l'argent n'était pas du tout entré en ligne de compte. Il n'avait pas vraiment besoin de connaitre toute la vérité non plus. Elle se savait pouvoir être utile. Elle vivait maintenant seule et n'aimait pas cette solitude. Voir de la vie dans une maison lui manquait. L'accident et la perte de son mari tout comme son état dépressif à la suite avaient suffit à lui faire comprendre qu'elle pouvait faire quelque chose et qu'elle devait quelque chose pour être encore là et pouvoir voir son fils faire sa vie. C'était une bénédiction tout autan d'une malédiction mais si elle pouvait offrir un toit, un foyer même à un jeune qui n'avait pas eu autant de chance qu'elle ou que ses enfants, elle devait le faire. Ce serait toutes ces raisons qu'elle ne donnerait pas ainsi.

- Pourquoi t'accueillir... Elle sembla réfléchir à la question mais elle tentait plutôt de trouver ses mots. Comme tu le vois, je suis seule. Une maison suffisamment grande pour accueillir quelqu'un d'autre et la simple envie d'offrir un foyer. Cela te semble si impossible à croire ? Mes enfants ont eu la chance d'avoir une famille et le bonheur qui va avec. Pourquoi être égoïste. Tu seras bientôt majeur et pourra faire tes propres choix mais n'est-il pas plus agréable d'être dans une maison qu'enfermé dans un centre ou bien dans un endroit encore pire ?

Elle n'était pas du tout psychologue et pourtant, en y pensant un instant, elle se dit que le meilleur moyen d'éviter de parler de sa propre envie de rédemption était encore de renvoyer quelques questions sur lesquelles il pourrait se focaliser.

Cela jusqu'à ce que Noam pose une nouvelle question qui la dérangea bien plus. Quoique déranger ne soit pas le mot, perturba ou bien encore chagrina le furent bien plus. Jamie. Bien sûr, elle pouvait parler de lui, ce n'était pas un problème mais elle ne pouvait empêcher la tristesse de venir. Plus que ça, c'était surtout le manque de son fils. Rien ne pouvait changer cela et se serait pareil jusqu'à la fin de sa vie. Un parent ne surmontait jamais totalement la perte d'un enfant, pas un parent aimant.

- Mon fils, Jamie, est décédé il y a plusieurs années. Pourquoi cette question ?

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: #1479 + Welcome home. ► Noam et Grace Mar 1 Mar 2016 - 11:22


WELCOME HOME

 NOAM ET GRACE


Cette femme semble tout de même intéressante et pas bien méchante non plus. C’est une maman, ça doit sans doute changer les choses. Bien que la sienne n’était pas la plus géniale des mères et qu’il ne veut en aucun cas la revoir, tout comme son père d’ailleurs. Il n’a pas spécialement de model parentaux, du moins pas de très bons. Il ne sait donc pas ce que c’est. Enfin de toute manière, ça ne sera jamais la même chose, il imagine qu’il sera toujours un intrus pour tout le monde, il sera toujours différent par rapport aux autres. C’est comme ça qu’il le voit, il n’aurait jamais de vie normale. Jamais. Il écoute sa question et la regarde quelques secondes en hésitant un peu avant de finalement lui répondre.

« - Oui j’aime le journalisme et autre chose, oui j’aime deux choses. Mais je ne suis sans doute pas doué, ni pour l’un ni pour l’autre. Puis autant être réaliste, les gars comme moi finissent balayeur de rue ou sdf. Aucune chance d’avoir mieux que ça. »

Il n’a pas tellement confiance en lui, puis il a tellement connu ce système qu’il n’est sans doute pas prêt d’en sortir et de penser des choses d’une autre manière. Non pour lui il n’arrivera nulle part. Et même s’il venait à finalement avoir son bac, ça ne lui servira sans doute à rien. Mais il doit le faire pour ne pas avoir des ennuis avec la justice ou avec son assistante sociale. Pour ne pas aller en détention. Enfin des choses qui ne serait sans doute pas très bien à vivre. Le journalisme et la littérature sont des rêves qu’il ne touchera jamais. Il peut lire le travail des autres, il peut voir ce que ça rend pour les autres mais il n’aura jamais de travail propre à lui. Personne ne voudra le lire ou le voir, le délinquant sortit d’un placement pour jeune. Il a tout perdu à la minute même où son père à poser les mains sur lui, c’est la vie, c’est ainsi et il s’y est fait depuis.

Il écoute ensuite attentivement ses mots, sur le pourquoi il est là. Sur le pourquoi elle l’autorise à vivre ici. Ses intentions semblent bonnes en entendant tout ça. Elle a la place, donc elle le fait vivre avec elle. C’est assez simple comme raison. Puis elle est amie avec son assistante sociale ça doit être un peu. Elle lui parle cependant de chose qu’il ne connait pas spécialement et qu’il ne connaîtra jamais selon lui. Ça lui semble simplement étrange. Il secoue la tête.

« - Le mot famille n’a pas vraiment de sens à mes yeux. Je n’en ai pas, je n’en aurais jamais. Puis le bonheur… Non, vraiment, il n’y a pas de bonheur dans ma vie. La seule fois où j’ai ressentis du bonheur c’est après fumé un joint. Mais c’est de bonne intention en tout cas. Et je suis content que vos enfants aient pu avoir tout ça dans leur vie. Et pour le reste je ne sais pas, je n’ai pas eu de bon retour sur les familles d’accueils. »

Il hausse les épaules une fois encore. De toute manière qu’est-ce que ça change. Qu’il pense une chose ou l’autre ne changera sans doute jamais. Il n’a pas le choix. Pas réellement, il n’a quand même pas envie d’aller en prison. Il n’a pas envie d’avoir plus de malheur encore. Il allait donc essayer de voir comment ça se passe. Voir si les choses peuvent être positive ou non. Enfin la suite simplement. Il est plutôt franc en ce qui concerne ce qu’il pense en tout cas. C’est assez simple de le dire. Il ne se cache pas. Il la regarde un peu puis lui pose finalement les questions sur son fils, simplement parce que -S lui en a parlé et qu’il a besoin d’en savoir plus. Il écoute ses mots attentivement en penchant un peu la tête. Elle ne répond pas vraiment à la véritable question. Il se sent un peu mal de parler de ça et de la blesser. Mais il a un peu peur et il n’a pas envie qu’il lui arrive quelque chose.

« - Je suis désolé pour lui. Non juste. Comme ça. Vous me parliez d’un second fils alors je me posais des questions. Qu’est-ce qu’il lui est arrivé ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Grace Foster
Padawan accompli
2331 $
19/12/1967 $
2331 messages
Mensonges : 2331
Anniversaire : 19/12/1967


MessageSujet: Re: #1479 + Welcome home. ► Noam et Grace Mar 1 Mar 2016 - 12:56

Welcome Home.
noam et grace


Le manque de confiance.
Ce n'était pas seulement envers les autres que Noam semblait en manquer mais également envers lui-même. A l'entendre répondre, il n'avait aucune chance de réussir. Et même, ça avait plus à voir avec son passé qu'avec la chance. Il semblait déjà cramponné à des idées solides comme si elles étaient immuables, inchangeables. Grace s'étonna qu'à son âge, on puisse déjà avoir des idées catalogues et si peu d'espoir de réussite. Elle ne pouvait pas comprendre cet état d'esprit mais c'était peut-être parce qu'elle n'avait jamais été dans cette position et que ses choix avaient été soutenu par famille et amis. Noam n'avait pas ce qu'elle avait eu et c'était ce d'ailleurs pourquoi il se trouvait là, maintenant.

- Si tu as envie de faire quelque chose et que tu t'y donnes à fond, il n'y a aucune raison pour que tu n'y arrives pas. Que ce soit avec le journalisme ou avec cette autre chose que tu aimes. Il n'y a pas "de gars comme toi", aucune catégorie qui doive définir ce que tu vas être. Si tu prends tes décisions tu peux arriver là où tu le souhaites. Tu n'es peut-être pas doué mais tant que tu n'as pas essayé, tu ne peux pas savoir. Personne ne le peut.

Comme personne ne pouvait prendre la décision à sa place. Il avait été mis dans un système mal conçu qui aidait rarement parfois entouré de personnes qui ne feraient rien pour aider. Il y avait bien les travailleurs sociaux qui se dévouaient parfois entièrement à leur tâche mais certains enfant -adolescents- passaient entre les mailles du filet. Etre dans une famille pouvait être un nouveau moyen de changer les choses. Il avait une chance de faire ce qu'il voulait comme il avait eu la chance de choisir l'enfermement ou vivre ici. Chance n'était peut-être pas le mot approprié mais c'était le seul qu'elle pouvait trouver à l'instant. Le seul auquel elle pensait quand elle expliqua quelque peu ce qui l'avait poussé à l'accueillir.

Noam était méfiant, inquiet de ce qui la poussait à agir et ne pouvait certainement pas imaginer que c'était dans son intérêt. Elle aurait été bien curieuse de l'entendre s'exprimer sur ce qu'il pensait qu'il pourrait se passer mais au lieu de ça, l'écouta parler de ce qui semblait impossible à avoir pour lui. Famille, bonheur, une place où être.

- Laisse-toi le temps de juger si tu penses la même chose des familles d'accueil que ce que les autres en disent. Elle ne pouvait certainement pas le forcer à apprécier ce nouveau partage et ce changement soudain, seulement espérer qu'il y voit autre chose que ce qu'on lui en avait dit. Mais tu sais, tu n'as que dix-sept ans Noam. Tu as encore le temps de connaître le bonheur et d'avoir une famille. Parfois ça survient s'en s'y attendre. Toute famille n'est pas de sang et de naissance. On trouve parfois la sienne avec des amis et des personnes qui se soucient.

Il ne pouvait pas réellement croire que tout était déjà écrit et que plus rien ne pouvait changer. Il n'avait que dix-sept ans. Dans ce contexte, on pouvait également dire : il avait déjà dix-sept ans et un gros passé derrière lui. Mais rien ne l'empêchait d'avancer si ce n'était lui-même. Dix-sept ans, l'adolescence, c'était un tournant et il pouvait décider ce qu'il voulait faire et devenir, non se persuader de ce que disait les autres comme seule chose de valeur pour son futur.

- Il n'y a que toi qui peut décider ce que tu veux faire et devenir. Dit-elle avant que la discussion embraye sur sa propre vie.

Jamie n'était pas un sujet qu'elle abordait très souvent. Elle ne confiait pas au premier passant qu'elle avait perdu un de ses fils, certainement pas. Mais Noam n'était pas un passant et même si sa présence ici était éphémère, il pouvait bien savoir ce qu'il en était. Elle ne le cachait pas non plus, simplement qu'elle n'en parlait pas. Le dire était toujours douloureux même si elle avait finalement réussi à réaliser que c'était véritablement arrivé, même si elle continuait à se dire qu'il surgirait un jour en la réclamant... C'était assez stupide mais on n'enlevait pas l'amour d'une mère.

La nouvelle question continua de perturber le sourire sur son visage. Il était curieux et elle n'avait aucune raison de ne pas le dire. C'était l'admettre à chaque fois, voilà tout. Et se souvenir. Ça, c'était horrible.

- Il a été renversé par une voiture. Répondit-elle rapidement non sans penser que tout cela resterait à jamais impuni. Tu veux une autre part ? Fit-elle pour changer de sujet en pointant le gâteau.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: #1479 + Welcome home. ► Noam et Grace Jeu 3 Mar 2016 - 10:03


WELCOME HOME

 NOAM ET GRACE


Noam secoue la tête suite à ses mots. Il avait entendu ce qu’elle venait de lui dire mais il n’est pas encore prêt pour penser comme ça. Il a toujours vu les choses de manière négative et le positif est bien loin derrière lui. Il ne se trouve pas assez fort que pour essayer de rentrer dans des choses dont il n’a pas droit d’accès. Un mec qui risque la prison à la moindre nouvelle bêtise n’a pas le droit d’être vu ou lu par des milliers de gens. Puis il n’a rien à dire et rien à raconter qui soit intéressant pour les autres. Il ne sait pas pourquoi Grace voit les choses autrement que lui, sans doute parce qu’elle est plus âgée et plus réfléchie. Ou alors elle veut juste lui donner de l’espoir pour rien du tout ou lui donner du courage de se battre. Courage qu’il n’a pas spécialement. Il ne dit plus rien vis-à-vis de ça pour le moment. Il allait voir. Il faut déjà qu’il arrive à se rendre au lycée tous les jours, sans partir une fois arriver devant les portes. Ce n’est pas quelque chose de simple pour lui, il n’aime pas se retrouver dans ces pièces, dans ces classes, avec d’autres élèves et un professeur. Il déteste devoir se concentrer alors qu’il y a sans doute d’autres choses à faire. Mais il n’a pas le choix que de suivre les règles cette fois. Même si celle du couvre-feu sera sans doute la plus difficile et celle qu’il ne respectera pas très souvent. Pas qu’il ne veut pas mais il perd vite la notion du temps quand il est avec ses amis du centre et même s’il lui est interdit de les voir, il le fera quand même. On ne peut pas lui retirer ce droit. Les choses risquent d’être compliquées et stressantes en tout cas, il le sent déjà. Mais il est prêt à tout, c’est une nouvelle expérience, il essaiera donc d’en faire bon usage pour une fois.

Perdu dans ses réflexions, il écoutait la voix de cette femme d’une oreille attentive, ce sont des sujets qui le concernent et des questions dont les réponses doivent être données. Il a besoin de savoir et il a besoin d’entendre tout ça. Mais encore une fois, c’est difficile pour lui de voir le côté positif. C’est ridicule d’être ainsi peut-être mais il l’est. L’adolescence ne l’aide pas non plus. Il ne sait pas comment il sera plus tard mais il ne se voit pas d’un très bon point de vue.

« - Admettons que j’ai de la chance. Et que je sois bien tombé avec vous. Ce serait super. Mais pourquoi moi et pas les autres dans ce cas ? Pourquoi mon ami est revenu encore plus mal après avoir passé un mois dans une famille ? Si vous êtes une bonne personne, il faut quand même se dire que les autres ne sont pas tous comme vous. Il y a des personnes mauvaises qui profitent qu’on soit des déchets de la société pour se servir de nous. Après tout, à qui on manquerait si nous étions plus là ? »

Des histoires, Noam en avait entendu plusieurs. Et il les avait en tête. Toutes les choses qu’il a dans la tête, sont des choses qu’il a apprises lors de sa vie dans ce centre. Il sait très bien qu’il est marqué sur son front qu’il n’est pas une bonne personne. Et que personne ne lui fera confiance parce qu’il est un jeune du centre. Mais tout ça, c’est inutile d’en parler finalement. Ça ne changera jamais. Les gens ne changent pas. Ça aussi, il a pu le comprendre. En tout cas, pour le moment, il ne ressent pas l’envie de rencontrer des gens, de faire une famille. Normal, il est jeune. Mais il ne se voit pas le faire plus tard. Il n’a pas envie de devenir comme son père et malheureusement, c’est son sang qui coule dans ses veines. C’est bien compliqué tout ça.

Noam avait été curieux ensuite par rapport au fils de Grace. Il n’aurait pas dû mais il l’a fait. Il sait que ça n’est pas correct de poser des questions de ce genre. Mais il pensait que ce garçon faisait partie des disparus. Mais non, c’était un simple accident de voiture. Alors pourquoi -S lui dit de faire attention. Pourquoi il ne doit pas lui faire confiance. Est-ce que c’est elle qui conduisait la voiture ? Quand même pas. Il aurait voulu poser la question mais non. Cette fois, il ne dit rien. Il se contente d’un désolé une fois de plus. Il boit son verre d’eau finalement puis secoue la tête.

« - Non ça va merci. »


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Grace Foster
Padawan accompli
2331 $
19/12/1967 $
2331 messages
Mensonges : 2331
Anniversaire : 19/12/1967


MessageSujet: Re: #1479 + Welcome home. ► Noam et Grace Mar 8 Mar 2016 - 0:14

Welcome Home.
noam et grace


La chance.
Cela semblait avoir tout à voir avec la vie de Noam. Ou plutôt la malchance. Grace ne pouvait pas dire le contraire sur de nombreux points et ça aurait été se leurrer que d'essayer de faire comprendre l'inverse d'ors et déjà. Sa vie de famille avait été un calvaire et la vie en centre ne semblait pas avoir été meilleure. L'optimisme dans cette situation était la clef. Croire qu'il y avait une échappatoire, un moyen que les choses s'améliorent et que tout s'équilibrait pour contrer le trop plein de malheur, c'était ce qu'il fallait. Si Noam n'y croyait pas, Grace pouvait bien y croire pour deux en espérant qu'il s'en rende compte, en espérant aussi que tout se passe bien. Il y avait ça aussi à prendre en compte. Elle n'était certes pas comme il décrivait les autres familles ou du moins pas qu'elle le pense mais l'entente pouvait toujours être absente et les choses difficiles. Elle ne connaissait rien de lui après tout, du moins rien d'autre que son dossier et si elle avait à se baser sur ça, des tas d'à priori pouvaient se former. Elle laissait une chance parce qu'il en avait besoin d'une, au moins une ! Elle était certaine que lui, comme d'autres dans sa situation avaient nombre de choses à offrir.

- C'est vrai c'est injuste. Tu devras te battre doublement pour ce que tu veux et faire tes preuves pour tout un tas de choses mais pas pour tout. L'amitié ne demande pas ce prix-là. Quand tu es ami avec quelqu'un tu ne lui demandes pas des preuves, tu as confiance. Et tu parlais de tes amis du centre. Même si tu ne peux plus les voir, pour le moment, s'il venait à t'arriver quelque chose, au moins à eux, tu leur manquerais ne penses-tu pas ? Fut tout ce qu'elle eut à répondre sur le moment. C'était une question qu'il pouvait reposer dans un mois ou deux et elle aurait peut-être quelque chose de différent à dire à ce propos. Je peux certainement pas savoir ce qu'il s'est passé avec ton ami mais on peut faire en sorte qu'en ce qui te concerne toi, les choses se passent bien. On peut essayer.

C'était en définitive tout ce qu'elle pouvait dire. Ils pouvaient essayer, ils allaient essayer et Grace allait faire son possible que Noam soit ici chez lui. Il en avait le droit et elle comptait être là pour s'assurer que son avis puisse changer, qu'il voit la chance là où il ne voyait que la malchance. L'optimisme n'était pas proscrit et elle espérait parvenir à lui faire considérer les choses sous un nouveau jour.

Cela même si la conversation partit dans une direction qu'elle aurait peut-être préféré éviter au moins le premier jour. Malgré tout, elle ne pouvait pas refuser de répondre, il n'y avait aucune raison. Noam pouvait être curieux. Elle connaissait son dossier et sa vie parce qu'elle était tutrice au jour d'aujourd'hui mais lui ne connaissait rien d'elle. Ce serait un apprentissage mutuel puisque Grace voulait découvrir qui était véritablement Noam derrière le dossier à son nom. Néanmoins, elle tenta de changer de sujet aussitôt qu'elle en eut l'opportunité. Pas trop le même jour, pas sur ce sujet du moins. La part de gâteau proposée et refusée, elle hocha simplement la tête, regardant l'heure sur l'horloge au mur.

- Je suis désolée Noam. J'ai un papier à finir pour l'impression de demain, il faut absolument que je l'envoie au chef ce soir. Je ne sais pas s'il y a quelque chose que tu as envie de faire... Mais, tu es chez toi alors, fais ce qui te plait. On pourra parler plus tard, j'ai encore pleins de questions à te poser. Rassure-toi, rien de sensible. Sourit-elle.

Du travail à faire mais elle prendrait le temps de parler parce qu'évidemment, vivre sous le même toit demandait de la communication. Cela et Grace voulait bien sûr apprendre à connaître Noam. C'était une condition indispensable également de son point de vue. Partager des choses étaient la clef.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: #1479 + Welcome home. ► Noam et Grace

Revenir en haut Aller en bas
#1479 + Welcome home. ► Noam et Grace
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Amazing grace
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» Go big or go Home ~ ! [Terminer]
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: Saison 2 :: archives sujets terminés et abandonnés-