AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 #1478 + Letter from the Past. ► Weister

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Grace Foster
Padawan accompli
2331 $
19/12/1967 $
2331 messages
Mensonges : 2331
Anniversaire : 19/12/1967


MessageSujet: #1478 + Letter from the Past. ► Weister Lun 11 Jan 2016 - 16:54

Letter from the Past.
anders et grace


Le journalisme.
Ça n'avait rien de bien compliqué pour peu qu'on était un peu curieux. Une chance pour Grace, elle l'était irrémédiablement. Ça ne l'empêchait pas de savoir s'arrêter lorsque cela allait trop loin. Toutefois depuis son arrivée, elle se rendait compte que certains de ses collègues étaient parmi les plus remontés, motivés et fonceurs qu'elle ait pu voir. Ils étaient butés et tenaces. C'était autant une qualité qu'un défaut. Le truc c'était qu'ils n'abandonnaient jamais.

Et elle, tout ce qu'elle pouvait faire était d'éviter au mieux les questions à son encontre. Parce que oui, depuis quelques jours, elle était devenue un sujet très à la mode. Comme elle aurait mieux fait de rester chez elle pour le jour de l'An ou alors d'être restée chez Anders. Quoique ça aurait été encore pire en sortant de chez lui au petit matin. Elle se sentait terriblement mal pour son ami. Pas pour elle non, elle savait affronter les réflexions et les questions mais lui, même s'il ne le savait pas forcément en était victime aussi. Ça n'avait pas toujours un mauvais fond comme lorsqu'une collègue était venue lui demander si enfin, Anders recommençait à vivre... sous-entendu avec elle. Grace avait alors sourit sans avoir l'idée de préciser les choses, établissant cependant une règle simple : elle était son amie. Quelle erreur... Elle était apparemment maintenant devenue l'heureuse détentrice de tous les secrets d'Anders (d'après certaines rumeurs) mais également celle qui connaissait tout de lui. Elle prenait ça avec le sourire et esquivait les questions. Au moins cela n'avait-il pas encore fuité du journal, le croyait-elle et il n'y aurait aucun regard étrange en ville.

Non, Anders n'entreprenait aucun changement majeur dans sa vie et c'était très bien ainsi disait-elle succinctement quand on lui posait la question et oui, elle était son amie mais ça ne voulait pas dire qu'elle savait tout. Elle passa sous silence les années de disparition et les conversations qui ne regardaient qu'eux.

Enfin, la journée finissait. Il était dix-sept heures et elle prit la voiture pour rejoindre son domicile. Elle n'avait pas prévu de voir Riley aujourd'hui. Elle observa les enfants sortir de l'école et les parents les récupérer créant de longs embouteillages sur la rue principale mais parvint à rentrer rapidement. La question était maintenant que faisait-elle ? Elle avisa les cartons et se demanda si elle les viderait un jour. Finalement, elle monta les derniers à l'étage qui ne servait de toute façon que pour entreposer des choses. Elle redescendit rapidement avec son but de la journée atteint ... plus ou moins.

Elle regarda l'heure, dix-huit heures douze. Avec un peu de chance, Anders était chez lui. Depuis le jour de l'an, ils s'étaient revus de fois et Grace avait même gagné le droit de lui donner un gage, cela sans une goutte d'alcool pour bien faire les choses. Il avait donc pour ordre d'ouvrir les rideaux pour les jours à venir, au moins jusqu'au vingt-et-un janvier. Elle allait vérifier s'il tenait sa parole.

Traversant la rue, elle fut devant chez lui en moins de temps qu'il n'en fallait pour dire "abracadabra" et nota qu'un rideau sur les deux était bien ouvert. Moitié du gage, ça n'allait pas. La porte n'étant pas fermé à clé, elle entra comme si elle était chez elle. De toute façon, il était là, forcément étant donné qu'il travaillait de nuit et son indic, Eli, avait été très précis sur ce point.

- Salut ! Lança-t-elle pour toute indication de sa présence cherchant rapidement où il se trouvait du regard.



Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Letter from the Past. ► Weister Lun 11 Jan 2016 - 18:16

Letter from the Past.
anders et grace


Anders était assis au sol, avec tous les papiers devant lui, empilé les uns sur les autres. Il était en train de les trier et essayer de ranger. Ce qui pourrait paraître assez surprenant venant de sa part, qui avait toujours été un si grand bordélique, qui n'aimait jamais ranger quoi ce que ce soit et encore moins faire la vaisselle. Mais non, tranquille, il était en train de ranger les papiers et les petits bouquins, albums. Weiss était dessus depuis deux bonnes petites heures, après avoir pris son petit-déjeuner. En réalité, ça lui avait presque pris ça sur un coup de tête parce qu'il avait perdu un papier imprimé, très important. Avant de partir à la recherche, il n'avait pas du tout oublié de laisser un rideau ouvert.

Il maudissait Grace pour cette histoire de rideau. Elle venait de lui donner un gage et il ne savait pas comment il avait fait pour en arriver là. Anders n'avait pas sorti la bouteille. Ils avaient dû jouer à un autre jeu, sans alcool et il avait perdu lui. L'écrivain n'avait pas pu avoir l'occasion de donner un gage à son amie, il était vraiment dégoûté et avait oublié à quel point elle était forte pour en trouver. Elle voulait qu'il ouvre le rideau jusqu'au vingt-et-un. C'était l'horreur absolu pour lui, qui préférait largement le noir et non la lumière. Un rideau d'ouvert comme ça était déjà un exploit. Il n'aimait pas l'idée qu'un voisin ou Elizabeth s'en approche et se mette à l'observer. C'était pour ça que Weiss préféra se cacher de cette fenêtre, de ce rideau ouvert pour se mettre contre un mur... L'angle où personne ne pouvait le voir.

Sérieusement, il faisait un effort monstrueux !
Il avait du mal à se retenir de fermer le rideau. Un gage était un gage et il ne pouvait pas briser la parole de Grace. En parlant d'elle... Ils s'étaient revus à nouveau après le jour de l'An, quelques fois en venant chez lui. Elle avait voulu tracer un chemin sur le sol, jonchés d'objets, de papiers, boites ... Aujourd'hui, elle verra qu'il n'y avait au moins pas de boîtes c'était déjà un progrès ?
Anders l'entendit arriver, ouvrir la porte, mais surtout sa voix. L'écrivain leva le bras pour montrer sa présence, où est-ce qu'il était... De l'autre bout du salon, à l'abri de la fenêtre au rideau ouvert

- Ici Grace ! Il tenait à la main, le papier blanc qui aurait pu être confondu comme un drapeau blanc. Elle ne l'aurait pas retrouvé là où il était vraiment.

Il l'entendit arriver vers lui et l'écrivain soupira. Il avait l'impression que ses yeux allaient exploser face à tant de paperasses. Il leva son regard vers elle, qui était debout.

- Je range juste parce que j'ai besoin de réorganiser mon bordel et parce que je ne retrouve pas l'imprimé du mail de mon éditeur. Il soupira, un peu fatigué par tout cela. Il passa ses mains sur son visage, puis dans ses cheveux et secoua la tête. Il essaya de se relever, mais manqua de ne pas y arriver avec les jambes toutes dégourdies à force d'être resté assis dans la même position pendant tout ce temps là, le mal de crâne qui arriva et qu'il tenta d'ignorer. Ouh là Arrivé à son niveau, ils se firent la bise. Comment ça va ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Grace Foster
Padawan accompli
2331 $
19/12/1967 $
2331 messages
Mensonges : 2331
Anniversaire : 19/12/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Letter from the Past. ► Weister Lun 11 Jan 2016 - 23:05

Letter from the Past.
anders et grace



L'obscurité.
Apparemment une amitié très forte qui la liait à Anders. Nous parlons là bien sûr de l'absence de lumière du jour. Encore qu'aujourd'hui, il y avait du progrès. Un net progrès par rapport au trente-et-un décembre. Mais cela ne s'était pas fait sans devoir la jouer fin. Elle avait bien pariée ce coup-ci enfin plutôt, elle avait bien eu Andy. Un pari étant un pari même plus de vingt-six ans après et puisque monsieur avait maintenant un CD de Richard Marx alors qu'il avait juré de ne jamais aimé et qu'elle lui jurait qu'il finirait par aimer... elle avait gagné ! Et lui, avait du se plier à ça. A l'époque, elle lui aurait sans doute demander de mettre une robe, histoire d'avoir des souvenirs et pouvoir peut-être à l'occasion le charrier avec ça. Aujourd'hui, c'était différent. Ça ne fonctionnerait plus. Elle avait donc décidé de joindre l'utile à l'agréable. Agréable parce que la lumière du jour l'était toujours, utile parce qu'ainsi ils voyaient où ils marchaient.

Elle venait donc voir où ça en était de ce pari, s'il le tenait. Moitié bien réalisé, moitié raté. Elle entra sans attendre. Au moins voyait-elle mieux l'endroit. Elle reconnut rapidement que la maison était mieux rangée que précédemment. Finalement, elle avait peut-être été mauvaise langue en disant que c'était un désordre pas possible. Il y avait toujours pire. Mais tout de même ... il y avait mieux. Bon, en fait, personnellement, ça ne lui convenait pas mais ce n'était pas chez elle après tout et du moment que le canapé était libre pour qu'elle puisse s'y asseoir et qu'il était possible de marcher, ça allait très bien.

Elle arrivait et ne pouvait pas espérer que Anders changerait ses habitudes. C'était à elle de faire l'effort de réapprendre à être l'amie qu'elle avait été. Grace devait absolument accepter que certaines choses aient pu changer. C'était dur. C'était se rappeler qu'il y avait les malheurs, ça prenait toute la place, bien plus que les instants de bonheur. Elle pensait tout de même y arriver un moment donné. Sa première étape était de réaliser que le temps avait passé. Elle ne pouvait toutefois pas se focaliser sur le passé. Le présent pouvait être plus heureux. Riley, Cassy et Anders étaient dans son entourage, peut-être même Imogen. Elle avait perdu mais elle avait aussi trouvé et c'était sur ça qu'elle devait se concentrer.

Elle le cherchait donc des yeux, se demandant où il avait pu se fourrer pour échapper la lumière du jour. Pour un peu, il serait bien passé pour jouer un vampire.

- Mais ... Qu'est-ce que tu fais par terre ?!

Il sembla lui répondre aussitôt. Elle le laissa se relever avant de le saluer plus chaleureusement. Elle ne put empêcher un air compatissant face à ses difficultés. Au moins n'avait-il pas bu ! Vraiment ? Elle le saurait bien vite dans le cas contraire, au moins cela lui indiquerait-il ce que Anders faisait de ses journées quand il ne dormait pas.

- Bien. Mais toi on dirait que ça ne va pas trop... Besoin d'aide ? Demanda-t-elle en se penchant pour regarder les papiers. 'Ça que tu cherches ? Elle tira un papier avec un logo professionnel "Goodwin" de dessous un petit tas.

Elle connaissait peut-être le logo, surtout le nom mais se contenta de sourire innocemment. C'était encore quelque chose qu'elle savait de tous les autres et pas d'Anders lui-même. Elle avait l'impression d'empiéter sur sa vie, d'en savoir plus qu'elle n'avait le droit d'en savoir. Un éditeur ce n'était pourtant pas "grand chose" mais elle aurait peut-être préféré que lui, en parle directement. Pourtant elle ne pouvait pas s'empêcher de poser des questions que ce soit dans sa nature, par curiosité ou dans un but amical...

Alors comme pour se rassurer sur ses propres intentions, elle décida de changer de sujet, autre chose auquel elle pensa en voyant des carnets.

- Andy... Je peux te demander quelque chose ?






Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Letter from the Past. ► Weister Mar 12 Jan 2016 - 19:38

Letter from the Past.
anders et grace


Ça n'allait pas trop ? Il répondit par un haussement de sourcils, un air qui disait oui je sais. Il ne pouvait pas vraiment dire le contraire parce qu'il savait qu'elle le connaissait bien, elle saurait tout de suite quand il mentirait. Puis, cela se voyait assez au visage. Anders soupira et regarda les papiers au sol. Elle lui demanda s'il avait besoin d'aide, ce à quoi il ne répondit pas du tout.

- La nuit a été longue, je n'ai pas beaucoup dormi non pl... Heu .. Oui c'est ça ce dont je cherchais. Tu l'as trouvé où ? Demanda l'écrivain surpris que Grace ait facilement trouvé ce qu'il cherchait depuis quelques heures. Elle venait de le trouver en trente secondes top chrono.

Weiss tendit la main pour récupérer le papier, facilement reconnaissable avec le logo. Il soupira et se dit qu'il était vraiment fatigué pour ne pas réussir à retrouver aussi rapidement, car cette feuille était à la même place dans cette file depuis tout le début. Pourquoi n'avait-il pas fait attention ? Il vit où elle venait de trouver le papier, ce qui laissa Anders surpris.

- Merci. Il sourit un petit peu, pour montrer sa reconnaissance.

Elle venait de lui épargner le temps supplémentaire qu'il aurait mis pour chercher. D'un côté l'écrivain ne savait pas comment réagir, maintenant avec ce papier à la main. Il pouvait relire le dernier mail d'Eric Goodwin, savoir où ils en étaient et se rassurer qu'il n'avait pas accepté d'écrire un autre livre pour lui. Si oui, Anders serait dans la merde. C'était un vieux mail d'il y avait quelques temps et il n'eut pas vraiment le temps d'en parler à Grace qu'elle venait de lui poser une question.

Anders la regarda intrigué.
Il regarda le rideau qui était ouvert. Était-ce cela qu'elle allait demander ? Il était probable que oui. L'écrivain allait toujours garder la même excuse parce qu'il n'aimait toujours pas Richard Marx et qu'il n'y avait absolument aucune chance qu'il allait l'aimer. Il ne le supportait pas et il avait son CD dans sa bibliothèque parce que c'était à cause de Chloé qui l'adorait. Grace n'avait pas voulu le croire, elle lui avait quand même dit qu'il avait perdu son pari et qu'il aurait ce gage. Ce jeu qui remontait à des années lumières pour Anders qui avait zappé ce détail.
Finalement, c'était peut-être bien qu'il range. Au cas où si son amie tombe par hasard sur quelque chose dont Weiss avait parié qu'il ne l'aurait jamais... Comme un bouquin qu'il avait dit qu'il ne lirait jamais. Comme un aliment qu'il ne mangerait jamais. L'écrivain venait de se rendre compte qu'il a trop souvent dit " jamais " sur certaines choses.

Mais le regard de Grace montrait que c'était pour autre chose.
Ce n'était pas avec cette histoire de gage. Rien à voir. Elle avait lancé un regard sur ses carnets et les albums avant de lui poser la question. Était-elle venue pour ça, directement ?

- Oui ?

Il se doutait que ça soit ça.
Le papier vieilli, avec les mots qui restaient toujours.
Il se rappelait d'avoir dit le 31 décembre qu'il avait laissé ça, dans l'album photo.
Et il avait dit qu'elle pourrait le lire plus tard. Et ce plus tard, était devenu peut-être maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Grace Foster
Padawan accompli
2331 $
19/12/1967 $
2331 messages
Mensonges : 2331
Anniversaire : 19/12/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Letter from the Past. ► Weister Mar 12 Jan 2016 - 22:15

Letter from the Past.
anders et grace


L'imprimé du mail.
Elle le lui tendit immédiatement sans même chercher à en connaître le contenu. Ce qui pouvait être étonnant venant d'une journaliste mais ne l'était pas tellement venant d'elle. Anders avait l'air un peu dépassé par ses recherches. C'était quelque chose qui se voyait directement. Elle aurait pu demander le pourquoi du comment mais se contenta de ne rien dire notamment parce qu'il avait l'air de ne rien vouloir dire. Pas beaucoup dormi fut la seule chose à noter et qui était nettement remarquable. Pour un peu, elle l'aurait renvoyé au lit.

- Juste là. Répondit-elle en montrant l'emplacement précédent du papier.

Elle en oubliait déjà l'histoire du rideau ou presque. Elle dirait sans doute un mot dessus un peu plus tard mais sitôt qu'elle avait vu les carnets et albums, ça lui était sortie de la tête. Elle n'était vraiment pas venue pour ça au début. Vraiment pas mais c'était revenu sur le devant de la scène et dans son esprit, la chose principale à demander. C'était passé à la trappe le soir du 31 décembre. Malgré l'alcool, elle n'avait rien oublié et y avait même songé plusieurs fois.

La lettre quoi qu'elle contienne était ce qu'avait pu penser Anders a une mauvaise période. Mieux que cela pour elle, c'était le signe même qu'il n'avait pas simplement fui, qu'il ne l'avait pas fui elle. Quelle que soit la raison qui l'avait véritablement poussé à ça, à partir de Chicago et bien qu'il dise que c'était simplement "partir pour partir", elle pouvait aisément devenir qu'il y avait autre chose même si, sans doute, elle ne le saurait jamais et c'était cette lettre qui pourrait peut-être au moins la rassurer totalement. Elle avait donné peut-être trop facilement un pardon, à moins qu'elle ait décidé de simplement l'occulter. Quoiqu'elle ait pu dire, elle savait que c'était plus compliqué que juste ça. Qu'il faudrait plus qu'une soirée à boire pour totalement excuser les années de silence. Dans le fond, ce n'était peut-être même pas exactement à Anders qu'elle en voulait aujourd'hui mais à l'absence elle-même.

Alors elle posa sa question un peu gênée de mettre ça sur le tapis dès maintenant mais trop curieuse pour contrôler ce point.

- C'est au sujet des albums. En fait, pas vraiment les albums mais plutôt... Le 31, tu as dit que tu avais écrit une lettre ? Et tu avais dit aussi que peut-être... je pourrais la lire, plus tard et ... et bien on est plus tard. Elle avait cette moue indécise cherchant ses mots et allant finalement à l'essentiel.

Elle le regarda ensuite puis le rideau, souriant à moitié. C'était Anders ça. Le nouveau Anders ou l'ancien ? Elle reconnaissait celui qu'elle avait connu mais pouvait surtout aussi identifier le nouveau Anders dans cette envie de se dissimuler, se cacher aux yeux de tous.

- Tu sais que si tu veux rester à l'ombre, tu as d'autres endroits que d'être par terre. On n'avait pas dit que ce n'était plus de notre âge ?



Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Letter from the Past. ► Weister Mer 13 Jan 2016 - 0:34

Letter from the Past.
anders et grace


Il regarda les albums, puis Grace qui finit par exprimer le fond de sa pensée. Elle ne savait pas comment s'y prendre, c'était certain. Anders le remarquait et à l'écouter, il détourna le regard vers les albums encore. Il soupira et avait ce regard triste.

Cette lettre.

Anders l'avait écrite quand il était à bout et quand il n'avait plus personne vers qui se diriger. Il avait pensé à Grace, mais il était parti et elle lui en voulait. Il ne voulait pas lui apporter de soucis encore, parce qu'elle devait vivre sa nouvelle vie de famille, avec son diplôme, un nouveau métier. Il n'avait pas relu cette lettre depuis des années, il était tombée sur celle-ci dans un album de sa jeunesse. Il avait veillé à ce que Samuel ne tombe pas dessus et ne sache la vérité. Ce qui s'était réellement passé, le vrai visage des parents d'Anders. Le pourquoi les parents n'étaient plus revenu voir leur fils.
Juste à la simple pensée, le coeur de Weiss se serra et il lâcha une grosse expiration.
Il n'avait pas besoin de la relire cette lettre, parce qu'il savait ce qu'elle contenait en réalité. Il connait chaque mot, à la virgule près. Il se rappelait de tout. Car le moment où il avait écrit cette lettre, il était très mal. Il s'était exprimé dans les mots, qu'il avait balancé, sans réfléchir.

- Ha ? Retour sur Terre.

Il avait à peine entendu ce que son amie lui disait, il était parti dans ses pensées, se visualisant l'année 1996. Une année très difficile et sûrement l'une des pires avec 2011, 2014... L'une des pires et il était très étonné d'être encore là. Il aurait pu ne pas être là.

- Oui... Je me suis assis par terre parce que ... Hésitation. ... C'est plus facile à trier les papiers au sol que sur une table. Elle est trop petite pour tout ça tu vois. Il montra de la main les papiers qui trainaient au sol. Impossible de trier sur une table, assis à une chaise.

Il était assis trop longtemps à une chaise aussi. Anders aimait s'asseoir au sol et il savait qu'il devra arrêter parce que ce n'était plus de son âge. Il l'avait dit lui-même peut-être ... Il ne s'en rappelait plus.
Il était par terre, parce qu'il avait manqué de tomber et a préféré s'asseoir au sol avant de définitivement tomber, dû au manque de sommeil. Puis resté un temps contre le mur, à fixer le vide et se décider ensuite ce qu'il allait faire aujourd'hui.

Anders décida de s'activer sans un mot. Sans rien dire à Grace il ramassa l'album qu'elle pourrait reconnaître. Étant celui où l'écrivain mettait les photos d'eux, quand ils étaient jeunes. Un dossier de grimaces, de situations loufoques. Il y avait ces pages vierges à la fin, qui n'avaient jamais été remplies. Andy feuilleta l'album qu'il avait entre les mains, en silence, jusqu'à trouver une enveloppe. Une enveloppe au nom de Grace et son adresse de Chicago, sans l'adresse de l'expéditeur.

- Tiens. il tendit la lettre. Il garda la même prise quand Grace allait la prendre. Si tu tiens vraiment à la lire... commenta l'écrivain, peu sûr de devoir faire ça. Il relâcha la lettre et laissa entre les mains de son amie. Anders fit quelques pas en arrière, il ne voulait pas la voir lire cette lettre. La voir tenir cet enveloppe, lui faisait mal Je .. Je vais aller dans la cuisine... fit-il perturbé, quittant le salon sans attendre la réaction de son amie. Il ne voulait pas être spectateur. Quand il fut arrivé dans la cuisine, il remarqua le verre vide, la bouteille qui était à côté. Il se mit à la ranger, tout de suite, il ignora l'appel de cet alcool. Il soupira et ferma les yeux, retrouver son calme. Il se mit à relire de mémoire cette lettre, mais ne put aller plus loin...



Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Grace Foster
Padawan accompli
2331 $
19/12/1967 $
2331 messages
Mensonges : 2331
Anniversaire : 19/12/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Letter from the Past. ► Weister Mer 13 Jan 2016 - 12:16

Letter from the Past.
anders et grace


Le lettre.
C'était le sujet qui la préoccupait à l'instant et qui la poussait à demander. Une simple lecture, peut-être même pas un commentaire. Que pourrait-elle dire qu'il ne soit pas trop tard à dire de toute manière ? Que pourrait-elle faire qui n'aurait pas du déjà être fait ? C'était le problème d'arriver quelque chose comme presque vingt ans trop tard.

Elle hocha simplement la tête quand il expliqua son problème de siège ne sachant pas si c'était un oui ou un non pour sa première question. Il ne semblait pas vouloir y donner réponse dans l'instant et elle ne savait pas comment réagir. Ignorer la chose ou redemander ? Elle pouvait être patiente. Correction : avec lui elle pouvait être patiente. Parce que si l'on prenait le problème de manière générale, elle était bien incapable d'être très patiente. S'il ne voulait pas, sans doute n'en reparlerait-elle jamais mais peut-être qu'elle tomberait dessus un jour. S'il voulait... elle ne pouvait pas décider de sa réaction à venir. Elle ne savait pas ce que contenait cette lettre mais avait deviné qu'elle avait été écrite dans une mauvaise période. Il le lui avait dit et c'était tout ce dont elle avait besoin.

Il la lui tendit finalement, sortit d'un album qu'elle reconnaissait, du moins le crut-elle. Il la garda en main et sembla hésitant. Elle sourit d'un air rassurant. Le premier pas était fait. Allait-il reculer alors qu'elle pouvait déjà lire son propre nom. Il la lui laissa finalement et recula.

- Mais... A quoi bon dire quoique ce soit. Il semblait souffrir de tant de maux que s'en était douloureux même pour elle et comprit qu'il ne voulait pas assister à ce qu'elle allait y apprendre.

Elle aurait pu reculer, ne pas l'ouvrir et simplement laisser ça là. Elle aurait pu le suivre dans la cuisine pour simplement passer du temps avec son ami mais la curiosité était une alliée bien trop forte. L'envie de savoir se faisait connaître. Elle ouvrit l'enveloppe et lut.

Elle mit peut-être un temps fou à lire. Elle lut et relut en essayant de bien tout assimiler. Il y avait des informations, plus qu'elle aurait pu en souhaiter. Elle avait l'impression d'empiéter sur une partie de sa vie dont elle ne faisait même pas partie. Elle avait de la peine et sentit un élan de haine pour Chloé, même pour les parents d'Anders. Elle était son amie, évidemment, c'était lui qu'elle soutenait et c'était d'ailleurs la seule chose compréhensible dans l'histoire. Et dire que quelques années plus tard il perdait son fils. C'était plus qu'il ne mériterait jamais de supporter ! Elle lui en avait voulu et sans doute que la partie d'elle qui n'aurait pas su ce qui lui aurait arrivé aurait pu méchamment dire que c'était "bien fait". Grace n'était toutefois pas mauvaise et elle avait bien mal pour lui, qu'il ait du vivre ça. Elle était aussi coupable d'avoir imaginé des moyens de le faire souffrir comme ça l'avait fait souffrir de perdre son ami le plus proche. C'était futile et ça n'avait fait aucun bien à sa peine à l'époque. Aujourd'hui, il n'était plus question de ça. Il n'était pas question elle mais de lui !

Elle remit la lettre dans son enveloppe avec une précaution presque exagérée et finit par le rejoindre dans la cuisine, simplement pour atterrir dans ses bras. C'était peut-être du réconfort vingt ans trop tard ou peut-être simplement un signe de compréhension mais qu'importe.

- Je confirme, tu es vraiment un idiot. Fut ce qu'elle marmonna en premier lieu, le son étouffé par sa position avant de s'écarter. Je ne te tournerai pas le dos et je ne partirai pas. Fut la seconde chose qu'elle dit. C'était une réponse à sa lettre et l'assurance que même maintenant il pouvait être assuré de ça. Elle l'avait déjà dit le 31 décembre mais le redisait aujourd'hui.

Il y eut un moment de silence avant qu'elle ait l'idée de continuer à parler.

- Je suis contente d'avoir pu la lire mais... Elle le regarda avec des yeux réprobateurs et le poussa légèrement. ... tu as été blessé ! Tu sauras maintenant qu'il ne faut jamais aller en direction des coups de feu imbécile ! Et elle était gentille et souriante autant que sérieuse. Et tu as tord... Tu ne peux pas croire qu'être gentil est une erreur Andy. Même si tes parents et Chloé ... même s'ils t'ont utilisé tu n'as pas eu tord d'être gentil. C'est parce que tu les aim..ais que tu l'étais et ce n'est pas un tord que d'aimer ! Ça ne l'est jamais ! Je plains plutôt ceux qui n'ont jamais aimé qui que ce soit parce qu'il leur manque quelque chose. On ne peut pas vivre seul, sans ami, sans rien indéfiniment, on deviendrait fou. Tu n'as pas eu tord d'être gentil, juste de l'être avec eux...

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
-S
Sith sans humour
169 $
169 messages
Mensonges : 169



MessageSujet: Re: #1478 + Letter from the Past. ► Weister Mer 13 Jan 2016 - 12:50

Nouveau message


Expéditeur: Unknown
Destinataire: Anders Weiss
Message reçu, aujourd'hui.

Savais-tu que si tu avais raconté ce que tu avais vu cette nuit du 24 octobre peut-être que ton amie serait encore heureuse et chez elle à Chicago ? Coupable de n'avoir rien dit. Comment réagira-t-elle en l'apprenant crois-tu ? Mais attends ! Ne serait-ce pas ce que tu voulais finalement, qu'elle vienne ici ? Cachottier !... Tu sais pourtant, qu'à moi, on ne peut rien dissimuler.
-S


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Letter from the Past. ► Weister Mer 13 Jan 2016 - 20:30

Letter from the Past.
anders et grace


Le temps n'existait plus pour Anders et Grace.
Elle était dans le salon, à lire la lettre. Il était dans la cuisine, à se mémoriser de ce qu'il avait écrit. Mais Weiss n'alla pas plus loin parce que c'était déjà trop. Cette lettre, il l'avait écrite sous la douleur et le désespoir. Il n'avait pas eu d'options, il ne savait plus quoi faire et ni ce qu'il était. Samuel était la seule personne qui avait su le maintenir la tête hors de l'eau. Même si ça impliquait à être considéré comme une famille étrange aux yeux de tout le monde.
Le bruit de vibreur du téléphone brisa le fil des pensées d'Anders. Il releva son regard sur le comptoir, dont cette machine avait l'écran activé. Il avait un message ? Maintenant ? Il aurait dû le mettre sous silencieux. Il soupira et fit le tour, il inséra le code d'un geste las, le téléphone toujours sur le comptoir. Anders ne le prenait pas dans sa main et fit les étapes nécessaires avant de suspendre son geste quand il vit l'expéditeur de ce message. Il releva sa tête et observa la pièce, les rideaux étaient fermées pourtant...
Mais c'était -S... Pour lui, Weiss n'avait pas besoin d'ouvrir les rideaux pour l'observer. Il savait tout sur lui, il pouvait l'entendre d'ici-là. -S venait de lui envoyer, encore, un message. Il n'avait pas besoin d'ouvrir le message pour savoir qui c'était. Mais maintenant, que c'était cette fois-ci...? Anders avait un moment d'hésitation avant de finalement le faire.

Il lut le message.

L'écrivain avait eu un mouvement de recul, l'air encore plus perdu. Il jeta un regard devant lui, dans le vide. Il se mit à réfléchir... Que voulait dire ce message ? Le 24 octobre, il se rappelait de cette date comme si c'était hier, ce moment dans l'obscurité, où il avait manqué de perdre la vie. Pourquoi -S lui rappelait ce moment et faisait une comparaison avec la vie de Grace à Chicago ? Que la vie de Thomas soit épargnée ? S'il avait dit aux autorités ce qu'il avait vu le 24 octobre, qu'est-ce que ça aurait changé ? La vie de Grace aurait été toujours intacte ? Anders ferma les yeux, il ne comprenait pas. Qu'essayait-il de dire -S ? Quel était le lien entre le 24 octobre et Chicago ?

Il était perdu.
Il sentait son coeur s'emballer encore plus, manquer des battements... Il ne saurait dire, il se sentait encore plus mal qu'avant. Pourquoi devrait-il se sentir coupable de n'avoir rien dit ? Il ne savait pas encore à cette époque, il n'était pas trop sûr et n'avait pas jugé utile de le dire aux autorités. Il releva un peu la tête, surpris par ce qu'il venait de reconnaître comme sentiment. Surpris par lui-même : la culpabilité. Il la ressentait en ce moment-même, sans savoir pourquoi ? Ce mot culpabilité était viral.

Mais cette culpabilité ne resta pas longtemps que Grace était arrivée dans la cuisine, sans qu'Anders ne l'ait entendue. Elle n'avait pas dit un mot, qu'elle trouva vite refuge dans ses bras. Weiss venait de la prendre dans ses bras, sans dire un mot. Le téléphone se mit en veille en même temps... Passant d'un acte à un autre.
Il eut une moue moqueuse, quand elle confirma qu'il était un sacré idiot. Son regard était triste, ses yeux commençaient à briller et sa tête lui disait de ne pas craquer, ne pas craquer. Il l'avait suffisamment fait dans le passé. Grace était là, elle ne lui tournera pas le dos, elle était là, devant lui. Il lâcha un grand soupir de soulagement, en baissant la tête, les yeux fermés. Il laissa glisser un peu la main qui était sur le bras de son amie. Elle restait malgré la lettre qu'elle avait lue.

Anders voulait dire quelque chose, mais il préférait le silence. Il n'arrivait plus à penser correctement, il perdait trop ses pensées et ne savait pas ... Quoi dire, sur ce que maintenant Grace savait de lui, de l'année 1996... Elle était contente d'avoir pu lire cette lettre. Lui aussi, qui au départ n'était pas trop sûr que c'était la chose à faire... Anders était content qu'elle ait pu lire, qu'elle soit toujours restée. Parce que c'était le passé, mais aurait-il dû lui envoyer cette lettre ? Elle exprima sa pensée par rapport au 24 octobre, elle le poussa légèrement. L'écrivain grimaça, gêné, le regard ailleurs.

- Je sais que j'aurai dû me tenir éloigné, mais ... Mon ami était là-bas. Je n'avais pas réfléchi. Et il aurait jamais dû s'approcher. Cette leçon, il la retiendra pour les prochaines fois. Je suis toujours là. Toujours vivant. rassura-t-il, surtout pour lui-même qu'elle.

Il aurait pu être mort. Il aurait pu. Grace aurait été dévastée, si elle venait ici. Si apparemment, l'erreur d'Anders n'avait pas été commise elle aurait toujours eu Thomas. Anders ne comprenait pas le message, qui revint encore dans ses pensées. Il ne voudra pas en parler, pas aujourd'hui... Anders secoua à peine la tête, il refusait d'y croire à nouveau.

- Je sais ... On est quand même en train de parler d'une lettre qui date de 1996. Depuis, j'ai essayé d'y croire à nouveau, parce qu'avec Samuel... Je ne peux pas lui faire vivre une vie où il doit être coupé de tout. C'est grâce à lui que j'ai dû prendre tout ça pour moi et essayer d'avancer. En effet, j'ai pris un peu plus mes distances avec les gens, mais ça ne m'a pas empêché de me lier avec certains d'entre eux, d'aller vers eux, de discuter avec eux. Je l'avais retrouvée entre temps, cette gentillesse, mais je l'ai perdue à nouveau. Depuis qu'ils ont poussé ... Samuel au suicide. Il lâcha un gros soupir et fut silencieux, il reprit sans laisser le temps à son amie de dire un mot. Peu importe qui je suis. Peu importe les personnes qui m'ont connu, ils trouveront toujours un moyen de mener une personne dans la souffrance. Mieux vaut être seul, avec les mots. Il avait été seul, mais il avait eu les mots pendant tout ce temps, la visite de rares personnes dont il faisait confiance.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Grace Foster
Padawan accompli
2331 $
19/12/1967 $
2331 messages
Mensonges : 2331
Anniversaire : 19/12/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Letter from the Past. ► Weister Mer 13 Jan 2016 - 22:16

Letter from the Past.
anders et grace


L'affection.
Elle en avait toujours eu pour Anders. Bon, peut-être pas les premiers mois de leur rencontre mais il fallait dire aussi qu'il avait pour habitude d'être le genre de gamin insupportable avec les filles. Il fallait pourtant bien avouer que depuis tout ce temps, il avait eu le temps de se racheter une conduite (avec son aide bien entendu !). Parfois, elle se moquait même en disant que c'était elle qui avait fait son éducation de gentil garçon. Même si ça s'était retourné contre lui avec Chloé et sa famille. Alors oui, elle avait toujours eu de l'affection pour lui et ça s'était toujours montré parce que Grace n'était pas du genre à rester à sa place, du moins pas quand ça concernait simplement le fait de montrer qu'elle aimait bien quelqu'un.

En arrivant dans la cuisine, elle n'avait pas hésité à serrer son ami. Ce n'était plus pour s'assurer qu'il était là. Elle l'avait compris maintenant. Mais c'était sa manière à elle d'offrir son amitié en retour et sa compréhension. Elle ne put ensuite pas retenir ses mots et même si ce n'était pas tout à fait ce qu'elle voulait dire, ils sortirent avant qu'elle ait pu les réprimer.

Elle n'avait pas fait attention à ce qu'il faisait avant qu'elle entre ou plutôt ne s'y intéressait pas. Il pouvait bien contacter qui il voulait ou bien simplement regarder l'heure, peu importe. Pour le moment.

- Tant mieux. Fut ce qu'elle répondit avec un air peut-être un peu soucieux quand il déclara être là.

Tant mieux parce qu'autrement... Autrement, elle ne l'aurait peut-être jamais su. Et cette pensée l'horrifia. Elle n'aurait jamais su qu'il était mort, elle n'aurait pas été à son enterrement, elle n'aurait jamais su. Grace chassa ça de sa tête. Elle était la positive du groupe et retourna à la conversation.

Il répondit et elle le fit s'asseoir, parce que c'était peut-être plus commun que de rester debout au milieu de la cuisine. Après quoi, elle sortit deux verres et de l'eau. Pour le bien commun, il valait mieux ça qu'autre chose. Elle s'installa sur la seconde chaise. Ils auraient pu aller au salon ceci dit mais ainsi au moins n'y avait-il personne pour les observer et de ce qu'elle en savait c'était bien ce qui le dérangeait. A la mention du mot seul elle le regarda un semblant étonnée, évitant de peu l'air peiné.

- Mais tu ne l'es plus... Tu-tu veux que je parte ? Même après ce qu'ils avaient pu dire, elle avait toujours peur qu'il préfère être seul et en même temps, elle pouvait comprendre. Du moment que ce n'était pas définitif. Andy ? ... Tu veux me parler de lui, de Samuel ? De comment il était ?

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Letter from the Past. ► Weister Mer 13 Jan 2016 - 23:36

Letter from the Past.
anders et grace


Être mort était une expérience unique, une expérience qui ne se recommence pas.
C'était ne rien ressentir, ne plus réfléchir, ne plus ouvrir les yeux. C'était plus rien être mort. Anders n'était pas loin de cela. Ce n'était pas vraiment la dernière fois qu'il avait été confronté à cette situation et il ne le dira certainement pas à Grace.
Finalement il s'assit, laissant son amie prendre les devants, trouver les verres et l'eau, les déposer devant lui. L'écrivain prit l'eau et remplit les verres. L'eau était une bonne idée, parce qu'il n'avait aucune idée de la dernière fois qu'il en avait bu. Il avait déjà presque vidé sa seconde bouteille et les courses n'étaient pas pour cette semaine. Voir Grace lui rappelait les moments qui étaient devenus douloureux, il ne pouvait pas s'empêcher de s'imaginer lui dire des choses. Lui annoncer ce qu'il avait fait, ce qu'il pensait faire. De s'imaginer les réactions qu'elle pourrait avoir et aussi, avoir cette peur de la voir partir un jour ou l'autre. Le départ de Grace lui serait douloureux et il ne savait pas s'il réussira à survivre à ça. Il préféra chasser ces idées noires.

Mais il ne pouvait pas. Ces idées étaient toujours là, ancrées dans sa tête. Telle une mauvaise plante...! Anders regarda Grace, assise aussi, surprise mais il pouvait voir à son regard l'air peiné. Il savait la lire. Encore, mais aussi parce qu'il venait de se rendre compte ce qu'il venait de dire. Il avait été trop longtemps seul que c'était déjà devenu une manie de le dire, malgré la présence constante de son amie. Il avait besoin de s'adapter à cette nouvelle situation aussi..

- Je parlais plutôt de la situation avant que tu n'arrives Gracie. Je ... Je sais pas si je supporterai, que tu partes. Pour des jours, semaines oui, je peux. Mais définitivement, je crois pas que j'aurai la force pour ça. C'est vraiment comme si tu venais mettre fin à ce cauchemar, mais je n'arrive toujours pas à m'y faire.

Il y était depuis trop longtemps que c'était difficile de croire que ça pouvait avoir une fin. Que la compagnie de la bouteille n'allait plus être suffisante et puisse être remplacée. Il but de l'eau et qu'est-ce que ça lui faisait du bien. Il ferma les yeux pendant des secondes, dans ses pensées qui allaient dans tous les sens. Puis, elle l'appela. Son regard alla dans la direction de Grace. Elle lui demanda, comment était Samuel. Doucement, il se mit à sourire tristement, il détourna le regard et fixa son verre d'eau, à moitié vide. Il ferma les yeux et resta silencieux, il ne savait pas combien de temps, il n'avait pas forcément entendu Grace, si elle venait de lui parler.

- Il me ressembl..ait, tellement. L'imparfait était un temps de verbe qu'Anders avait toujours dénigré. Même dans l'écriture. Tu as du mal à me supporter avec mon bazar organisé, mais lui, il est pire que moi. Il connait son bordel, mais aussi ceux des autres. Quand tu ranges, il remet le bazar une heure plus tard, il a cette manie de ne pas ranger... Il aimait sortir dans la forêt, faire des balades avec moi, puis ses amis. Il connaissait chaque coin et aimait passer la soirée avec un feu, dans la nature. Regarder les étoiles. Il était ce gamin, curieux qui avait toujours une question à poser. Peu importe la situation.

Il se mit à sourire, ce souvenir quand Samuel l'agaçait avec ses pourquoi à bout de champ. Il n'avait plus entendu ça depuis des années. Ce sourire triste et il avait cette envie de toucher à la bouteille. Non, il devait se contenter de l'eau et il ne ne devait pas boire avant d'aller au travail.

- C'est dur Gracie. Entre la lettre, Samuel, puis -S. En si peu de temps. Il avait énormément du mal. De conjuguer à l'imparfait. Parler de Samuel, ce qu'il était avant de disparaitre en 2011. Parce que je ne l'ai pas totalement retrouvé, quand il était revenu... Plus rien n'a été comme avant. Il voulait faire une balade avec ses amis, il ne pensait pas qu'il disparaitrait...

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Grace Foster
Padawan accompli
2331 $
19/12/1967 $
2331 messages
Mensonges : 2331
Anniversaire : 19/12/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Letter from the Past. ► Weister Jeu 14 Jan 2016 - 11:54

Letter from the Past.
anders et grace


La crainte.
Celle d'être de trop ou simplement d'avoir poussé trop loin. Elle se souvenait comment elle avait été à la même période, un an à peine après le drame qui lui avait arraché Jamie. A la différence que pour elle, ça avait été soudain. Pour lui, ça avait mis des mois, des années à se mettre en place. Des deux, elle ne savait pas lequel était le pire. Elle pouvait le comprendre et c'était peut-être pour ça que c'était douloureux. Tout était tellement compliqué finalement. Et peut-être qu'elle n'aurait pas du lire cette lettre. S'il regrettait de lui avoir fait lire, s'il voulait maintenir une frontière, elle n'aurait plus qu'à partir.

Mais il parla autrement différemment. Était-ce mal de sentir une point de joie alors que la conversation n'avait rien de joyeuse ? Était-ce mal de vouloir se sentir importante dans la vie de quelqu'un, de son meilleur ami ? Peut-être. Voilà pourquoi elle gardait toujours précieusement au fond ce qu'elle pouvait parfois penser. Elle ne comptait pas partir, pas tant qu'il lui permettrait de rester et c'était bien ce qu'elle aurait pu dire. Il le savait pourtant sans doute et ça n'aurait été que redire les choses encore et encore.

- Je supporterai pas que tu partes non plus. Pas après t'avoir retrouvé. Décida-t-elle de répondre en toute franchise.

Même avec Riley, même avec toute la volonté du monde, elle se savait incapable de supporter de nouvelles pertes. Si son fils, si son meilleur ami, si son univers s'écroulait encore une fois, elle toucherait le fond. Elle l'avait déjà presque atteint avec Thomas, c'était le maximum qu'elle avait pu faire que de reprendre les rênes de sa vie, pour son fils.

Son fils à lui. Elle aurait aimé le connaître, pouvoir le rencontrer et se demander s'il ressemblait à son père. L'occasion ne se présenterait maintenant jamais mais elle pouvait le rencontrer aux travers des mots du père et c'est ce pourquoi elle osa demander à Anders ce qui faisait Samuel. Qui était-il ? Apparemment, un garçon plein de vie peut-être un peu trop comme son père ce qui, finalement, au regard de sa mère, n'était pas une mauvaise chose.

Anders et son visage triste était tout ce qu'elle pouvait voir à l'instant. Les souvenirs étaient toujours douloureux et encore plus, sans doute, quand la première chose qu'il semblait avoir à l'esprit était sa disparition et son suicide.

- Personne n'aurait pu prédire ça, pas même toi. Il... Tu t'en veux pour ça. Et dans ses mots, c'était plus une affirmation qu'une question. Les responsables sont, bien malgré moi, les journalistes et les vautours. Tu ne ... peux pas t'en vouloir parce que tu as été là pour lui. Après quoi, elle hésita sur quoi dire qui puisse ne pas être futile, inutile. Elle se contenta d'une autre question : Tu as des photos ? Parce que c'était le meilleur moyen de voir Samuel dans sa vie de tous les jours et parce qu'ainsi peut-être, il pourrait raconter ce qui avait provoqué la prise de l'image, un souvenir plus heureux...

Elle ne sentait pas les prises auxquelles se raccrocher. Elle détestait se sentir plus inutile qu'à l'instant. Tout ce qu'elle pouvait faire était être présente. Elle s'était d'ailleurs demandée quelques jours plus tôt si chaque conversation ne risquait pas de les ramener immanquablement à un sujet sensible. C'était une peur qu'elle pouvait avoir de ne pas retrouver tout ce qui faisait sa complicité avec Anders. Alors peut-être simplement pour ne pas laisser un seul instant de silence où elle se demanderait s'ils pourraient à nouveau être des personnes dites normales, elle parla encore :

- Tu as des nouvelles de Sonja ?

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Letter from the Past. ► Weister Ven 15 Jan 2016 - 14:37

Letter from the Past.
anders et grace


Ils ne supporteraient pas tout les deux qu'ils partent. Qu'ils se quittent après l'autre, parce qu'ils tenaient à la présence de l'autre comme une bouée. Même si en ce moment, ce qu'ils faisaient, c'était de ressasser le passé, se retrouver avant de retrouver cette complicité. Anders avait cette peur, de ne pas la retrouver et qu'elle se soit dissipée... Même si il en restait, elle finira par se dissiper. Avec -S dans les parages, il n'était pas du tout tranquille... Il était soucieux à cette idée. Car il fera tout pour détruire les chances à Anders de se retrouver avec quelqu'un dans son entourage. Cruel oui, mais c'était comme ça.

Oui, il était responsable, responsable du destin de Samuel et s'il avait l'occasion de retourner en arrière, avec une limite de cinq ans, il serait retourné en arrière pour lui dire non à cette ballade. Il regarda Grace qui compris qu'il s'en voulait, elle venait de l'affirmer et ... Anders venait de le confirmer, par son regard détourné, son silence. Son amie lui disait qu'il n'était pas ce qu'il pensait, que c'étaient les journalistes, les vautours. En tout cas, pas lui. Il n'était pas responsable. Weiss voulut répondre, pas tellement convaincu par l'argument... Même si elle était vraie, les journalistes et les vautours, les policiers n'étaient pas les seuls. Il était aussi responsable du suicide de Samuel, que Grace soit d'accord ou pas, il était ce responsable. Le plus grand responsable de la situation actuelle et il ne pouvait que s'en prendre lui-même. L'écrivain savait qu'il n'était pas le meilleur père de l'année, mais il avait fait son possible pour être présent. Il avait relevé son regard pour répondre, mais elle lui posa une autre question.

Les photos.
À cette phrase, Anders sourit un peu. Oh oui, il en avait des photos, des photos l'aidaient énormément à devoir penser d'une autre manière. À se souvenir de lui, un peu plus heureux et l'aidaient à oublier la tragédie. Cette erreur. Il hocha silencieusement la tête et se prépara à chercher un album. Car c'était une bonne idée, si elle voulait connaître Samuel, il serait aidé par ces albums. Il n'osait pas demander ce qui s'était réellement passé, avec Thomas et à ce qu'il paraissait être un accident. Ils n'en avaient pas vraiment parlé le trente-et-un, il n'avait pas cherché à aborder le sujet. La douleur était inutile et elle semblait vraiment se battre pour ne pas la ressentir... Même si, se retrouver en sa compagnie ne l'aidait pas. Il suspendit son geste, quand Grace lui demanda des nouvelles de Sonja. Ça faisait quelques jours qu'ils s'étaient retrouvé, il aurait dû s'attendre à cette question. Weiss se pinça la lèvre et baissa son regard, gêné.

- On ne s'est pas revus depuis qu'elle est partie. Ça va faire vingt-cinq ans.

Il n'avait pas pu partir, quitter les USA ne serait-ce une fois pour aller en Allemagne. Sonja n'avait jamais pu revenir aux USA parce qu'elle n'avait pas les moyens non plus, à cause de leur père qui la ruinait. Elle lui avait promis qu'elle reviendra, lui rendre visite une fois quand elle le pourra. Mais cette promesse date de très longtemps. Anders était resté silencieux après cette phrase, lui qui lui avait promis qu'il viendra la voir, lui rendre visite... Ne l'avait toujours pas fait. Il se rendit compte qu'il était resté silencieux, immobile alors qu'il allait chercher l'album photo. La main sur son verre, il était parti dans ses souvenirs, essayant de se rappeler les traits de sa soeur et c'était effrayant, car il ne s'en rappelait que de la moitié.

- Mais on s'écrivait pendant des années et maintenant, je vois son profil sur Facebook. Elle va bien, mariée et mère de deux enfants... Elle semble heureuse et tant mieux, sincèrement. Tant mieux. J'ai songé à la re-contacter, après ces années de silence. Mais il ne l'avait pas fait, il ne savait pas ce qui le retenait. Ses parents ? Il n'avait pas ouvert la lettre de sa mère et il avait peur de les revoir. Après ce qui leur ont fait. Il soupira et se leva. Je vais chercher l'album.

Il partit dans le salon, il évita soigneusement la fenêtre avec le rideau ouvert. Anders ne l'avouera jamais : il était jaloux du bonheur de Sonja. Il savait qu'il ne devait pas partir, ni la re-contacter avec ce sentiment. Cela ne mènera qu'au désespoir. Weiss retrouva les albums et lâcha un gros soupir parce qu'il ne savait pas laquelle choisir. Finalement, il en prit un au hasard et il fit tomber la pile. Oups. Il ne s'attarda pas au nouveau bordel qu'il venait de faire et retourna à la cuisine, avec un album dans les mains. Il déposa sur le comptoir et lut pour la première fois l'année. 2009.

- 2009. Probablement une des meilleures années. Ce n'était pas étonnant, sa pile d'album étaient rangées à partir de la meilleure année jusqu'à la pire... Où justement, il n'y avait pas énormément de photos. Samuel faisait parti de l'équipe de la ville, les Ice Hounds. J'ai pris beaucoup de photos de matchs. Il poussa doucement l'album fermé, vers Grace qui était libre de le consulter, elle pouvait poser des questions et il n'hésitera pas à intervenir pour lui parler de Samuel, de ses moments.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Grace Foster
Padawan accompli
2331 $
19/12/1967 $
2331 messages
Mensonges : 2331
Anniversaire : 19/12/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Letter from the Past. ► Weister Sam 23 Jan 2016 - 16:10

Letter from the Past.
anders et grace


Les photos.
C'était le second point de la journée. Depuis qu'elle avait découvert l'existence de Samuel, elle n'avait de cesse que de se demander à quoi il ressemblait, quel était son caractère, s'il était comme son père ou comme sa mère qu'elle ne connaissait pas mais dont elle n'avait pas une bonne impression. Elle en avait d'autant moins une bonne impression maintenant qu'elle avait lu la lettre d'Anders et qu'elle avait appris qui était vraiment Chloé. Si elle se faisait maintenant une idée peut-être un peu plus précise du fils et de sa relation avec Anders, il lui restait encore de nombreuses questions à son propos. Elle ne voulait pas chagriner plus que de nécessaire son ami mais parler des enfants étaient toujours l'un des principaux sujets de conversation des adultes, c'était bien connu !

Alors quand elle avait pu lui demander pour des photos, des souvenirs, elle l'avait fait. Il semblait accepter cela, au moins parce que c'était les bons souvenirs contenus dans ces albums. Il se levait pour partir quand elle pensa à autre chose.

Sonja. La petite soeur d'Anders. Bien sûr, Grace la connaissait et il était arrivé par le passé qu'elle la conseille sur un certain nombre de choses mais au final, elle n'avait pas non plus était très proche d'elle. Elle la connaissait, l'appréciait et ça s'arrêtait là. Elle aurait pu mais ... adolescence, Anders, Thomas. Sa vie était déjà bien accaparée par tout ça.

Elle s'étonna de sa réponse et se contenta de ça quand il partit finalement chercher un album. Encore une chose dont elle était désolée pour lui. Elle considérait la famille comme essentielle et Sonja aurait pu être un soutien de plus pour lui. Si elle écoutait uniquement son envie de rendre service elle aurait pu chercher à contacter Sonja dès qu'elle aurait quitté cette maison. Ceci dit, elle était plutôt mal placée pour dire et penser ça quand on connaissait son passé avec sa soeur cadette ce qui n'était pas non plus du fait d'une quelconque véritable dispute entre elles deux qu'une rancœur au moins de la part de Grace.

Il revint alors avec l'album et le lui présenta positivement. Elle sourit simplement en le prenant, l'ouvrant avec précaution.

- Ils ont gagné la compétition cette année-là ? Demanda-t-elle en voyant une photo de Samuel puis une du groupe de hockey. Wouah, tu es sûr que c'est ton fils ? Il est bien plus beau que toi à la même époque sur la photo. Le taquina-t-elle en continuant son observation gravant les traits du jeune garçon dans sa mémoire essayant de déterminer les traits qu'il avait hérité de son père, peut-être un peu trop d'ailleurs retrouvant son ami dans l'image.

Brun comme son père et non blond comme sa mère, bien qu'un brun plus doux et neutre que celui d'Anders et un visage heureux c'était ce qui apparaissait sur l'image. Ce gamin avait été heureux avec son père et la complicité des deux se voyait sans doute sur les photos.

- C'était où ça ? Demanda-t-elle en montrant une autre image quelques pages plus loin dans son observation.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Letter from the Past. ► Weister Sam 23 Jan 2016 - 17:16

Letter from the Past.
anders et grace


Anders se rappela de ce qui était arrivé et il s'en rappellera toujours de cette année. C'était cette année où il avait commencé à croire que les bonnes choses avaient commencées à arriver. Quand il n'en pouvait plus et qu'il profitait merveilleusement de cette année, en observant les victoires de son fils. Cette année là, c'était l'année où l'écrivain était libre. Il aurait aimé revivre en boucle 2009, à l'infini et que cela ne s'arrête jamais. Il aurait aimé réparer ses erreurs depuis tout le début. Il aurait aimé les éviter pour ne pas être là où il en était actuellement. Il se retrouvait dans une situation où il était difficile d'avancer.

Quand Grace feuilleta l'album, elle tomba sur l'équipe de Hockey. Anders hocha la tête en réponse à la question de son amie. Cette année-là, l'équipe avait gagné et ils avaient fêtés ça.

- Oui, c'était juste. Les gamins ont très bien joué et ont su travailler en équipe. Rien à voir par rapport à notre ancienne équipe à Chicago. Il sourit à la mémoire de la défaite cuisante de leur ancienne équipe du lycée qui n'avait jamais su fonctionner en équipe.

C'était un drôle de souvenir, cette équipe qui avait une bonne réputation s'était retrouvée dissoute pour une histoire d'une fille, deux garçons. Résultats, ils avaient perdus le match et le ticket d'entrée pour l'université de sport, de bourse... C'était devenu un réel massacre. Ils l'avaient assistés en direct et avaient rigolé puis compatit au malheur.

- Et il respectait les filles à l'école, peu importait qui elles étaient. ajouta-t-il, pour se moquer un peu de lui-même. Avec un sourire qui n'avait rien à voir avec les autres, car c'était un sourire qui illuminait son visage.

Anders se rappela que Samuel avait cueilli les fleurs du parc, les fleurs qui appartenaient à la municipalité de Lewiston pour les donner aux filles. Ce souvenir l'amusa et il laissa Grace continuer l'album. Pendant quelques minutes l'écrivain commenta quelques passages, il raconta ces moments et voilà quelques pages plus loin. Son amie lui demanda où c'était.

- Fais voir. Il déposa son verre, s'approcha de l'album et observa la photo. Anders eut une petite grimace. Ce n'était pas un souvenir douloureux. C'est la Hell Canyon Forest, la forêt qui est justement pas loin d'ici... Celle de la ville tu vois. Je te déconseille d'y aller sans être accompagnée d'un habitant. Parce qu'on se perd facilement... Samuel et moi on s'était perdu, même après des années à s'être baladé dans cette forêt. Un voyou a changé la direction des panneaux et on a pris la mauvaise direction. Cette photo, où tu peux juste me voir en train d'observer le paysage. J'essayais de m'orienter et Samuel a décidé de prendre en photo tout le chemin qu'on prenait pour éviter de se perdre. Anders sourit. Ils avaient retrouvé le chemin après, en faisant de l'auto-stop. Ballade en famille ratée, mais amusante.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: #1478 + Letter from the Past. ► Weister

Revenir en haut Aller en bas
#1478 + Letter from the Past. ► Weister
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» AN OPEN LETTER TO BAN KI-MOON
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» ♥ - Forget Your Past
» Letter to UN Secretary General and toGovernments with MINUSTAH Forces in Haiti:

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: The Town :: East Lewiston :: Quartier résidentiel :: Gun Club Road & 29th Street-