AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 here I am + Saff

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
messages



MessageSujet: here I am + Saff Sam 9 Jan 2016 - 14:02

here i am

So & Ro

Un verre. Un double scotch, sans glace. Voilà tout ce dont elle a besoin en ce début de soirée. Voilà ce qui la motive à pousser seule la porte d’un bar, dans lequel elle n’a pas mis les pieds pendant plus de vingt ans. L’endroit n’est envahi que de quelques habitués, il est encore un peu tôt pour voir surgir les foules. Forcément, son entrée n’en est que plus remarquée. Les regards se posent sur elle, se demandant probablement qui elle est. Les voix murmurent à son passage, s’interrogeant sans doute sur la véritable raison de sa venue ici, à Lewiston. Mais trop absorbée par ses pensées, Ro n’y prête pas vraiment attention. Trop absorbée par ses pensées, Ro se contente de s’installer au comptoir pour qu’on lui serve son breuvage.  

Son premier réflexe une fois installée est de lui envoyer un message. Un message plein de tendresse, lui disant qu’il lui manque déjà beaucoup et qu’elle a hâte qu’il la rejoigne. La sonnerie de son téléphone annonçant l’arrivée d’un nouveau message ne tarde pas à se faire entendre : à lui aussi elle lui manque, il n’aime pas être séparé d’elle. Encore moins depuis qu’il a faillit la perdre là-bas, au fin fond de la jungle. Attendri et bienveillante, elle sourit avant de le rassurer aussitôt. Ce n’est que pour une semaine, deux tout au plus, le temps pour elle de correctement s’installer. Je t’aime maman, qu’il lui répond. Je t’aime mon trésor, qu’elle lui dit en retour, avant de lui souhaiter bonne nuit. Il est déjà très tard là-bas, de l’autre côté de l’océan, et il devrait être couché depuis bien longtemps.

Quand son pied a  foulé la veille le tarmac de sa terre natale, Ro savait qu’elle ne pouvait pas simplement débarquer comme une fleur après vingt ans d’absence, et leur flanquer leur petit fils dans les bras comme ça, sans explication. Elle avait passé sa première nuit dans un motel au nord de la ville, avant de se rendre le matin même à la maison familiale. Elle était alors restée sur le pas de la porte plusieurs minutes, indécise, à chercher ce qu’elle allait bien pouvoir dire. Et finalement, elle avait finit par se résigner et faire demi-tour, pour simplement se contenter d’appeler. L’accueil avait été glacial, elle n’en attendait pas moins d’eux. Ses mots à lui surtout, avaient été aussi impitoyables que tranchants, et il avait fallu qu’elle fasse un terrible effort pour garder son calme. Pour ne pas lui raccrocher au nez la première en lui crachant à la figure que, s’il n’y avait eu qu’elle, jamais elle ne se serait donner la peine de reprendre contact avec eux.

Non pour cette fois, Ro parvient à contenir sa fougue et son répondant, elle passe au dessus de tout ça. Et si elle le fait c’est pour lui, son ange, son trésor, sa chance. Son Lucky. Qu’importe le passé, il est son présent et son avenir. Qu’importe les vieilles querelles en comparaison de l’amour qu’elle lui porte. Alors oui, pour lui, elle est prête à prendre sur elle. Elle, la fière, l’indomptable, l’insoumise. La mauvaise fille, l’enfant déchu. Oui, elle est prête à faire amende honorable et à tenter de ressouder des liens devenus bien minces et bien fragiles. Même si la tâche s’avère loin d’être facile, surtout après tant d’année, elle sait qu'elle finira par y parvenir. Parce que Ro, elle est du genre tenace. Ro, elle ne lâche rien tant qu'elle n'a rien obtenu.

Et sur cette solide promesse qu'elle se fait à elle même, elle porte enfin le verre à ses lèvres pour le vider d’une seule traite. Le liquide lui réchauffe un instant la gorge et pendant un instant, ses mauvaises pensées se dissipent, son esprit vagabonde. Pendant un instant, elle promène son regard autour de cette pièce chargée des souvenirs mémorables de leurs premières cuites, en se disant que cet endroit n’a pas vraiment changé. Pendant un instant, elle se met à penser à la première fois où elle est entrée dans ce bar avec lui, à penser au barman qui n’y a vu que du feu.  Elle était déjà douée à cette époque là pour tromper la vigilance des adultes et se faire passer pour ce qu’elle n’était pas, et elle n’avait eu aucun mal à obtenir de lui l’ensemble des verres qu’ils avaient avalés ce soir là.

A ce souvenir, un sourire nostalgique étire ses lèvres.  So... Ça fait des mois qu’elle ne lui a pas donné de réelles nouvelles, se contentant simplement d'un court message par ci par là pour lui dire que leur voyage en Europe se passe pour le mieux. Elle le sait plus soucieux qu'elle de rentrer de temps à autre au bercail, mais elle n'envisage pas vraiment l'hypothèse de pouvoir le croiser ici, la coïncidence serait bien trop énorme. Et pourtant quand elle y pense, elle ne peut s'empêcher d'espérer. Espérer le voir subitement pousser la porte, espérer le voir surgir là, devant elle, sans prévenir, comme il a déjà su le faire de si nombreuse fois. Mais elle a beau tourner discrètement le regard, la porte reste bien fermée. Alors elle vide un autre verre, en commande un suivant, avant de finalement songer à rentrer.

Ah, So… où peut donc t-il bien être en ce moment même ?

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Saffron O'Leary
Maître Jedi
549 $
06/04/1972 $
549 messages
Mensonges : 549
Anniversaire : 06/04/1972


MessageSujet: Re: here I am + Saff Sam 9 Jan 2016 - 18:55

This is me

Ro & So


So n'est pas très loin. Et il n'est pas content. L'espèce de petit salaud. Voler son père comme ça, ça ne se fait pas. L'espèce de sale petit connard. Saffron n'est pas du genre à se faire justicier, pas du tout, il laisse habituellement les gens régler leurs problèmes tout seuls, mais Saff a un faible pour Farrell père. Heureusement, il sait où cette sale petite ordure se terre. Il sort tout juste de l'hôpital, il n'a pas prit le temps de se changer tant il est furax. Dans un crissement de pneus, il stationne sa rutilante voiture à moitié dans le stationnement, à moitié sur le trottoir.

Il pousse les portes de l'Imaginaerum et il cherche sa cible. Il ne remarque personne, parce que lui, il cherche ce sale petit connard. Et il le trouve rapidement, avec sa bande de petits cons habituel. Et il les connait bien ces petites racailles. Habituellement, il n'en a rien à foutre de ce qu'ils font, de ce qu'ils pensent et surtout de ce qu'ils consomment. Et si Saffron n'a pas de limites, il considère que de voler la morphine de son père, cancéreux, ça ne se fait pas.

Lorsque Farrell fils remarque Saff, il est trop tard pour fuir. Étonnamment, ses copains ne tentent même pas de s'interposer, même qu'il semble qu'ils laissent le champ libre à Saffron. Il pousse le type, jusqu'à ce qu'il percute durement le mur et il lui assène un coup de poing au ventre. L'autre se plie en deux en jurant, mais Saffron ne le laisse pas recroquevillé pour atténuer la douleur, il le relève et le frappe encore une fois. Un de ses ami tente de protester, mais Saff se retourne, sans lâcher sa cible.

- Toi, t'en mêle pas ! Il reporte son attention sur l'autre, celui pour qui il est venu ici. Espèce de petite ordure ! Tu me donne ce que t'as volé à ton père. Et comme ça ne vient pas assez rapidement, il le secoue encore un peu avant de lui arracher son blouson et de lui faire les poches et de mettre le contenu dans ses propres poches. Sans ménagement il lui balance son blouson et en profite pour lui mettre à nouveau son poing en plein abdomen. Et si tu recommence, j'te jure que tes prochaines doses de coke vont te tuer, c'est clair ?

Saff a beau être un type plutôt conciliant, divertissant et de manière générale, d'agréable compagnie, mieux vaut ne pas prendre ses menaces à la légère. Il ne menace pas souvent, mais c'est un O'Leary... qui sait. Il laisse Farrell fils glisser contre le mur et reprendre son souffle et il se retourne vers le mur de gens qui s'est formé derrière lui. Et il connait bien la situation. Les bagarres de taverne commencent souvent comme ça, mais il n'en est pas souvent l'instigateur. Il y participe joyeusement et avec enthousiasme, mais il n'est généralement pas la cause. Enfin, peut-être plus souvent qu'il ne le laisserait entendre.  

- Je suis pas d'humeur, dit-il en portant la main à sa ceinture, à l'arrière.

Instinctivement, on recule et on le laisse passer. Le sourire de Saffron s'étire et il a un hochement de tête entendu. Il fend le groupe et se contente de retirer son t-shirt de la ceinture de son pantalon. Armé ? À Lewiston ? N'importe quoi. Il entends une brève protestation et quelques insultes comme quoi qu'il s'est bien foutu de leur gueule, mais il se contente de ricaner pour lui-même. Il sait très bien qu'ils ne vont rien tenter, parce qu'ils ont déjà l'air très con. Saff, lui. affiche son air de matou victorieux.

- Désolé pour le dérangement, dit-il au barman en posant un billet de 100$ sur le comptoir, achetant ainsi son silence. Whisky, demande-t-il et ça ne se fait pas attendre. Il jette un coup d'oeil vers les andouilles, mais plus personne ne se soucie de lui. Mieux vaut faire profil bas avant de se faire expulser du bar. Merci, dit-il en attrapant son verre et en le portant à ses lèvres. Au même moment, il jette un coup d'oeil aux clients accoudés au comptoir, comme lui et il s'étouffe dans son verre.
- Trop fort ? se moque le barman.
- Tu veux rire ? Un autre.

Bon sang, c'est Ro. Pour vrai ? Sérieux ? Mais qu'est-ce qu'elle fiche ici ? Mais Saffron a une facilité déconcertante avoir l'air totalement désinvolte quand il a l'impression qu'on vient de lui tirer le tapis de sous les pieds. C'est sans doute ce qui donne l'impression qu'il se fiche de tout. Sans que ses coudes ne quittent le zinc, il glisse jusqu'à la femme qui y est aussi accoudée. Il s'arrête tout près, presque trop près. Il penche la tête et l'observe quelques secondes, coulant.

- T'as de beaux yeux tu sais, ronronne-t-il, avant de lui adresser une oeillade explicite. Il tâte le zinc devant lui à la recherche du verre qu'il n'a pas encore. Merde, c'était presque parfait comme cliché, non ? interroge-t-il, le regard brillant.

Saffron O'Leary, dans toute sa splendeur.

______________________________

Saffron Light O'Leary


« I have sometimes been wildly, despairingly, acutely miserable, racked with sorrow, but through it all I still know quite certainly that just to be alive is a grand thing. » - Agatha Christie
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Connor J. Malone
Maître Jedi
4702 $
13/08/1987 $
4702 messages
Mensonges : 4702
Anniversaire : 13/08/1987


MessageSujet: Re: here I am + Saff Lun 13 Juin 2016 - 19:24

Archivé

______________________________

I'm with you till the end of the line
♪ Oh, if I could go back in time, When you only held me in my mind, Just a longing gone without a trace, Oh, I wish I'd never ever seen your face, I wish you were the one. ♪
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: here I am + Saff

Revenir en haut Aller en bas
here I am + Saff
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: Saison 2 :: archives sujets terminés et abandonnés-