AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 Service rendu [Axel & Cassandra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Service rendu [Axel & Cassandra] Ven 1 Jan 2016 - 23:23




With Casandra
Service rendu.

L
a dernière fois qu'on s'est vu, tu m'as laissé sur une nouvelle qui a eu l'effet d'une bombe sur moi. Sur le coup, j'ai voulu te rattraper mais finalement, je ne l'ai pas fait. Je t'ai regardé t'éloigner par la fenêtre. J'ai encore une fois songé à courir après toi pour au moins te proposer de te ramener en voiture. Mais rien, je suis resté immobile accoudé à l'une des fenêtres, agenouillé sur le canapé, en te voyant sortir de l'immeuble. Mes pensées résonnant de l'écho de tes mots. Un enfant de toi. J'ai eu un enfant de toi ... . Un môme qui a été adopté putain de merde !! Un môme dont je sais que dalle parce que je n'ai pas été foutu de réagir sur le moment.
Et puis les jours ont filé sans que je ne cesse d'y penser. Rien ne m'a poussé pour autant à reprendre contact avec toi. Il me suffisait pourtant d'aller à ton boulot. Je crains néanmoins de m'emporter si tu ne m'offres pas les réponses que je veux avoir. Si déjà sans trop de sollicitation, je suis du genre à réagir au quart de tour et à être somme toute agressif sans raison, je n'ose imaginer ce que la frustration additionnée à ça, me conduirait. Tu as somme toute je l'admets, toutes les raisons d'être en colère après moi et de ne rien vouloir me dire mais ce n'est pas ce qui prévaudra dans mon esprit sur l'instant.

Un instant que je ne me décide pas à briser. Jusqu'à cet appel de toi. Les faits se sont déroulés il y a quelques jours. Trois ou quatre ? Plus ? Je ne sais plus. J'ai passé mon temps à me défoncer pour écarter ces putains de doutes de mon esprit. Même Tayson n'a eu aucune nouvelle de moi. Pas même Dylan malgré ses sollicitations pour passer me voir. J'ai du lui inventer une histoire de super bon coup avec une meuf qui m'épuise au plumard jour et nuit. Mais en réalité, je me suis défoncé comme un con, tout seul dans mon coin comme un putain de dépressif.

Quoi qu'il en soit, je ne m'attendais pas à ce coup de fil de ta part. Tu me demandes un service, venir te prendre à l’hôpital après avoir récupéré ton sac au boulot auprès de ta collègue Tracy. Rien qu'à prononcer son nom, je sens quelque chose dans ta voix qui dit "et évite de te la taper cette fois".

C'est comme ça qu'un temps plus tard, je viens te ramasser devant les urgences. Vu le peu de temps que j'ai mis, tu dois te douter que je ne me suis pas offert le loisir de sauter une nouvelle fois ta collègue. J'étais plutôt pressé pour le coup car si je ne t'ai rien demandé au téléphone, je ne sais pas comment tu as atterris là-bas. Je remarque alors ta cheville et je viens t'offrir mon soutien malgré les béquilles dont une que je vire pour t'obliger à accepter mon aide. Tu devines que plus que me rendre nécessaire, c'est une façon de t'embêter à ma façon en te contrant de la sorte.

Une fois en voiture, tu m'indiques le chemin au fur et à mesure pour chez toi. Durant le trajet, je te demande ce qui t'es arrivé. Je ne manque pas de remarquer qu'on emprunte la même route pour aller en direction de chez moi, mais tu m'arrêtes bientôt en m'indiquant une route à droite. Je suis surpris une fois arrivés sur les lieux.

- Tu crèches dans un motel ? Je coupe le moteur. Décidément, t'es près de chez moi mon cœur. Encore un hasard ?

Je descend puis fais le tour du véhicule. Nous arrivons devant la porte de ta chambre. Une fois à l'intérieur, mes yeux sont aussitôt attirés par des dessous charmant qui trainent ça et là sur le lit. Un tiroir contenant ta lingerie est grand ouvert. Je serais foutu de piquer une ou deux pièces si tu files te doucher entre temps.
Je pose ton sac sur un fauteuil puis farfouille sous tes yeux parmi des effets personnels qui trainent sur une commode. Je finis même par m'asseoir sur le lit et farfouiller dans la table de nuit avant de te piquer une clope dans le paquet posé là et dégager mes pompes pour m'installer à demi étendu, calé contre la tête de lit.

- Pas mal ta piaule, ça manque juste un peu d'ordre.

Puis je choppe un soutif en dentelle et le fait tourner autour de mes doigts. Quoi qu'on y trouve des trucs intéressants !

WILDBIRD

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Service rendu [Axel & Cassandra] Dim 3 Jan 2016 - 0:18

Service Rendu with Axel


Appeler quelqu’un, appeler quelqu’un … elle en avait de drôle ! Appeler qui dans le coin ? Tracy bossait et aucun taxi ne ferait une course sans être payé. Tout ça à cause d’une promenade qui avait mal tournée ! Hum une idée me vient, dix heure du mat’ il sera peut-être dans les bras d’une pouf mais tant pis. Je compose le numéro avec une petite appréhension.

Tu décroches au bout d’un nombre de sonnerie qui me parait interminable. Une voix pâteuse, t’aurais-je réveillé ? Je te demande si tu pourrais me rendre un service. Là où je m’attends à devoir marchander, faire des concessions, tu me réponds par un « ok » tout simple. Je ne te laisse pas le temps de changer d’avis. Je t’informe que j’aurais besoin que tu ailles voir Tracy pour récupérer mes affaires, juste pour récupérer mon sac, j’insiste. Puis que tu viennes me chercher aux urgences de l’hôpital. J’ai encore un examen à passer mais le temps que tu arrives, j’aurais fini. Au pire il attendra, je l’avais attendu plusieurs heures

Je te laisse faire à ta guise pour jouer les accompagnateurs lorsque tu vires les béquilles. Je n’ai pas envie de me battre avec toi. Je suis fatiguée. J’ai envie de calme. J’ai envie d’une douche chaude. J’ai envie de confort. J’ai envie de me détendre. J’ai envie de ne plus avoir mal. Je t’indique la route une fois en voiture. Je sais que l’on est près de ton quartier. Tu ne manqueras surement pas l’occasion de t’en vanter. Quoique peut être pas après tout que tu acceptes de m’aider si vite m’a surprise. Tu te gares sur le parking de l'holiday inn.

- Tu crèches dans un motel ? Je coupe le moteur. Décidément, t'es près de chez moi mon cœur. Encore un hasard ?

- j’aime mon confort dis-je en secouant la tête et il est effectivement vers chez toi mais quand j’ai réservé je ne savais même pas que tu étais encore ici et encore moins où tu vivais

Je t’indique une porte sur le côté préférant éviter le hall d’accueil et le monde qui doit y avoir pour aller déjeuner. Chambre 2255, le petit panneau « do not disturb » est toujours à sa place. Tu entres  et pose mon sac. Je m’installe sur le canapé. Je te regarde un instant à demi amusée. Tu te mets à farfouiller dans mes affaires. J’aurais presque envie de te demander si tu cherches quelque chose. Et après tu comptes marquer ton territoire ? Mon esprit est absorbé un instant par mes mails, j’envoie un message rapide sourire aux lèvres. Le reste attendra ! J’éteins le PC.

Tu t’allonges sur le lit et regarde dans le tiroir de la table nuit. Bible, mouchoirs en papier, parfum, bonbon à la menthe… Je connais le contenu par cœur. Ça a toujours été le même quel que soit la chambre d’hôtel. Sur la table de nuit ? Un paquet de cigarette, un cendrier vide et propre puis deux paquets d’allumettes. Tu retires tes chaussures les faisant tomber négligemment au pied du lit.

- Pas mal ta piaule, ça manque juste un peu d'ordre.

Je regarde autour de moi. C’est vrai que c’est un peu inhabituel, la veille j’avais dû faire un remplacement d’urgence et j’avais vidé quelques tiroirs avant de trouver ce que je voulais porter. J’avais laissé le tiroir des lingeries claires ouvert. Quelques pièces trainaient éparses dans la chambre, deux ou trois petits bustiers et une jupe courte. Je verrais ça plus tard. Je soupire. Tu joues présentement avec une lingerie fine en dentelle.

- Quoi qu'on y trouve des trucs intéressants !

- Je suis partie à la bourre hier. Ce que tu tiens entre tes doigts est couteux et fragile pour info dis je amusée.

Mon sourire se fige en une grimace. Les antidouleurs de l’hôpital ont un effet trop léger. Je me relève doucement, mal assurée. Je suis encore un peu groggy mais la douleur elle ne l’est pas. A ma grande surprise tu es à mon bras avant que j’en fasse la demande.

- Merci d’être venue me chercher dis je tout bas.

Tu m’aides à m’installer sur le lit. J’adore les immenses lits king size, leur confort. Tu t’assois à mes côtés. Malgré ton calme apparent et la patience dont tu as fait preuve, tu sembles attendre de moi une action, une réponse ou je ne sais quoi. Je m’installe de mon mieux.

- Hier comme j’avais une longue pause, j’ai voulu aller à la cascade où Christopher m’emmener. J’ai rencontré un ours, je suis tombe. Heureusement on m’a aidé mais vu l’orage j’ai pu aller à l’hôpital qu’aujourd’hui J’hésite un instant, après tout c’est aussi pour ça que je t’ai contacté j’aimerais que tu me donnes un truc pour la douleur s’il te plait

Tu sembles réticent, argumentant que j’ai eu des antidouleurs puis malgré mes supplications tu résistes finissant par m’avouer que tu souhaiterais savoir. Je ferme les yeux.. Non pas ça ! Je soupire.

- Je ne peux pas, je t’en prie. Je ne suis pas en état ! Je suis éreintée. Je n’ai pas envie de parler du passé je grimace pas maintenant dis-je tout doucement le regard épuisé.

Tu te lèves, enfile tes chaussures. Oh merde, t’abuse mec ! Je retombe mollement dans les coussins. Tu te baisses, caresse ma joue et pose un sachet près de l’oreiller. Je relève la tête. Tu es à la porte. Ta main actionne la poignet.

- Attends tu te figes reste près de moi s’il te plait dis-je dans un souffle

© 2981 12289 0


Dernière édition par Cassandra O'Maley le Lun 4 Jan 2016 - 8:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Service rendu [Axel & Cassandra] Dim 3 Jan 2016 - 13:15





With Casandra
Service rendu.

L
a chambre note un certain confort, lit king size, kitchenette, jolie salle de bain. Tu n'as pas choisi n'importe quel hôtel. Il est clair que ça vaut bien ses 4000 dollars par mois. Je me demande si ton salaire de serveuse même si on compte tes services d'hôtesse, arrive à ce niveau. Tu dois toucher quoi ... 2000 à 2500 dollars par mois grand max ? Mouais, ce n'est pas vraiment important, j'ai d'autres interrogations en tête. Et puis tu as souligné que tu touchais quelque peu à des arnaques en tout genre. J'imagine qu'en voilà la raison.
Je m'amuse à faire tournoyer l'une des jolies pièce de lingerie qui trainait sur le lit, entre mes doigts, soulignant que parmi ce bordel, on trouve quelques trucs plutôt intéressants.

- Je suis partie à la bourre hier. Ce que tu tiens entre tes doigts est couteux et fragile pour info, déclares-tu amusée.

- J'en doute pas.

Je n'ai le temps de glisser une petite taquinerie sur le sujet, que je remarque une grimace de douleur passer sur ton visage. Tu te relèves doucement, mal assurée et je bondis aussitôt du lit pour t'éviter de perdre l'équilibre, t'offrant l'appui de mon bras.

- Merci d’être venue me chercher, glisses-tu tout bas en acceptant mon renfort.

Je te conduis en direction du lit, t'aidant à t'y installer, puis m’assoit à tes côtés. Une cascade de boucles châtain-blond encadre ton visage. Ta beauté me frappe parfois de plein fouet. Tu es plus belle encore que par le passé. Je songe à ce à quoi doit ressembler notre enfant. Certainement un mix parfait de nous deux. J'aimerais tellement en savoir d’avantage. Et en même temps, bon sang, j'aimerais tellement écarter ces pensées, oublier cette nouvelle découverte il y a quelques jours. J'aimerais que tout ça ne me touche pas et que mon esprit s'allège des tourments que cela lui inflige. Des doutes et des désirs qui y sont liés. Tu suscites en moi toi aussi des doutes envers cette attirance qui demeure entre nous. Mais je ne veux pas y songer. Je ne compte pas changer pour une femme, elles vous le font trop amèrement regretter un jour ou l'autre.
Face à mon calme, tu finis par m'expliquer ce qui t'as conduit dans cet état.

- Hier comme j’avais une longue pause, j’ai voulu aller à la cascade où Christopher m’emmenait. J’ai rencontré un ours, je suis tombée. Heureusement on m’a aidé mais vu l’orage j’ai pu aller à l’hôpital qu’aujourd’hui.

Je ne pose pas de questions malgré ma surprise. Une rencontre avec un ours ? Putain ... ! Tu marques un silence, l'air hésitante. Mais tes propos n'ont plus rien à voir avec les faits précédents. Je pensais que tu m'en dirais un peu plus encore mais tu me glisses une requête qui ne me semble pas vraiment convenable à la situation. Du moins à ton cas. J'ai rarement de scrupules mais force est d'avouer que je doute que le mélange médicaments-drogue soit fameux. Tu es déjà à moitié dans le pâté.
J'ai pourtant ce qu'il faut mais j'éprouve des réticences. Depuis quand je me pose autant de questions ?! Après tout, c'est toi qui gère. Non ... hors de question et puis c'est là l'occasion pour moi de te soumettre à mes interrogations, et la situation est plutôt idéale pour t'y contraindre étant donné que tu ne peux fuir.
J'avance que la combinaison avec les anti-douleurs risque d'être moyenne malgré tes supplications. Je m'oppose à toi à plusieurs reprises avant d'avancer ce qui ressemble à du chantage en déclarant que j'aimerais savoir, chose quelque peu involontaire de ma part. Tu sais très bien à quoi je fais référence. Et tu fermes les yeux en laissant échapper un profond soupir.

- Je ne peux pas, je t’en prie. Je ne suis pas en état ! Je suis éreintée. Je n’ai pas envie de parler du passé ... pas maintenant. lâches-tu comme une supplique. Je peux sentir toute la fatigue dans ta voix.

Je cède. Pour le moment. Va savoir ce qui me motive. Je m'étonne de faire ainsi preuve d'indulgence et de patience. Tu as trouvé le bouton off de mon mode "connard" ou quoi ?! J'enfile mes chaussures tandis que tu te laisses retomber parmi les coussins. Je reste un bref instant dans mes pensées puis je me retourne vers toi et me penche pour caresser ta joue dans un geste plein de tendresse. Pourtant, je déteste en cet instant même ce que tu parviens à faire de moi. Je dépose un sachet près de l'oreiller puis m'éloigne en direction de la porte. Ma main abaisse la poignée et la porte s’entrouvre tandis que ta voix me rappelle.

- Attends.

Je me stoppe, te tournant le dos, immobile.

Reste près de moi s’il te plait ? déclares-tu tout bas.

Je reste un instant figé, le regard perdu à l'extérieur. Un couple passe non loin pour rejoindre leur voiture garée sur le parking. Je referme finalement la porte sans un mot et me pose sur le fauteuil où tu étais assise un peu plus tôt. J'appuie mon coude sur l'accoudoir et colle mon menton sur mon poing fermé. Mon regard s'éternise dans le vague, partout sauf sur toi. Qu'est-ce que je fous au juste ?


WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Service rendu [Axel & Cassandra] Lun 4 Jan 2016 - 11:04

Service Rendu with Axel


Ta main est restée sur la poignée de la porte ouverte. Tu attends un instant et la tourne pour refermer la porte. Tu te retournes et va t’installer sur le fauteuil près du bureau et loin de moi. Euh.. Je ne saisis pas tout là. Juste amoindrir la sensation de douleur, lui on s’en fout Oui ne plus avoir mal en premier. Je me redresse un peu. Mon regard se pose un instant sur toi. Le tien semble ailleurs, à moins que ce soit feint ? Trop compliqué ! Douleur. Mon attention se reporte sur le sachet que tu as posé. Echantillons de démonstration ? Kit de survie personnel ? Il y a un panel de produits chacun soigneusement emballé comme s’il s’agissait de friandises. Je prends ce qui parait être une petite gélule. Surement de l’acide lysergique. Je l’avale avec une gorgée d’eau. Pourvu que ce psychotrope soit léger… juste détendre mon esprit et que mon système nerveux arrête de me traduire les messages de douleurs.

Je me retourne vers toi. Tu sembles vraiment essayer de m’ignorer, pourquoi être resté alors ? Ah oui l’enfant. Oh ça va, il n’est pas à cinq minutes près. . J’enfonce doucement ma tête dans les coussins moelleux. Mon regard ne te quitte pas. Tu dois sentir mon regard, tu attrapes la télécommande et choisis une chaine musicale. Mon esprit se glisse avec délice dans du coton et mes yeux se ferment doucement. Bruit tiroir, intrus Non c’est rien putain , faut que je me réveille, il cherche quoi ? J’essaye d’ouvrir les paupières ta silhouette est floue. Mes paupières sont lourdes, elles se referment toutes seules.

C’est une sensation qui m’éveille un moment plus tard. Une présence. Une main dans mes cheveux. Je me tourne doucement évitant d’éveiller mon système nerveux.

- J’ai dormi longtemps ? dis-je avec un sourire un peu faible.

Je m’étire soigneusement avec lenteur. Bah non je n’ai pas dû m’assoupir si longtemps, mon esprit est encore suffisamment assommé pour que je ne ressente rien. J’ai l’impression que l’odeur de l’hôpital me colle à la peau. Je te demande de m’aider à aller dans la salle de bain. Je me doute que tu exigeras un retour de service mais pour le moment je profite de cette facette qui m’était inconnue. Axel ne fait jamais rien sans que ça ne serve ses intérêts. J’évite soigneusement de mouiller mes bandages. J’ai trouvé un appui suffisamment stable. Je me débarrasse avec vigueur de cette odeur. Je te confie le soin de me trouver une tenue.

Nous nous retrouvons une demi-heure plus tard de nouveau installés sur le lit. Tu me fais face et à t’observer il me semble que cette fois je n’arriverais pas à esquiver. Mes sentiments se figent comme pour me préparer à un duel que j’ai toujours espéré éviter.

- Je ne suis pas sure que ça t’apporte quoique ce soit de connaitre mon passé. Tu as toujours fait preuve d’égoïsme. Si tu avais voulu des descendants je suppose que tu en aurais déjà ! alors pourquoi cet intérêt ?

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Service rendu [Axel & Cassandra] Lun 4 Jan 2016 - 11:55





With Casandra
Service rendu.

T
u pioches dans le sachet que j’ai laissé à ta disposition tandis que je m'égare dans mes pensées en relevant un instant les yeux sur toi. J'aurais presque envie de me prendre moi-même une dose. Évitons toutefois. Encore quelque chose qui me surprend de ma part. Je me refuse rarement ce genre d'évasion. Je ne songe même pas à te faire payer ce que tu prendras.

Je peux sentir ton regard sur moi un instant plus tard alors que tu succombes aux effets de la substance que tu as prise. J'attrape la télécommande de la télé pour passer un peu le temps. Je suis là pour surveiller que tout va bien et pour accéder à ta requête dans ce sens. Était-ce vraiment dans ce sens ? Ils passent des clips montés à partir de séquence de jeux vidéos sur une chaine alternative de Game One. C’est plutôt sympa, je découvre. Ça met en avant certains jeux qui me tenteraient bien. Je me lasse cependant très vite et commence à tourner en rond dans la pièce tandis que tu t'es assoupis. Puis je cède, je viens m'allonger à côté de toi, placé sur le flanc, la tête appuyé sur mon coude. L'une de mes mains caresse doucement tes cheveux. Je songe aux hommes qui ont du te courtiser sans succès. Je pense à ceux qui ont tout de même eu le loisir de toucher ton corps à défaut de pouvoir toucher tes sentiments. Je me demande ce que ça me ferait si tu te baladais un jour au bras d'un autre homme. Plus encore si un jour tu finissais par accorder tes sentiments à je ne sais quel connard. Ça me crispe. Tu sembles avancer que tu n'as été qu'un jeu pour moi mais tu as tords. Tu n'es pas la seule à être encore troublée. Mais les crevards dans mon genre se refusent toujours à admettre tout ce qui touche aux sentiments. A quoi ça mène de toute façon ? Je dois avouer qu'à te regarder comme ça, je ne sais plus. Putain de salope ... . Je déteste le doute que tu parviens à créer en moi.
Mes caresses dans tes cheveux semblent te ramener à moi. Je me tourne alors sur le dos en croisant mes bras derrière ma tête.

- J’ai dormi longtemps ?

- On s'en tape non ?

T'es trop con Axel. Putain de frustration à la con ! Tu me passes ma réponse désagréable et me demande de t'aider à te rendre jusqu'à la salle de bain. Je me redresse et m'y emploie. Une fois dans la pièce, je suis sur le point de te demander si tu as besoin d'aide, si tu veux que je reste ou va savoir quoi d'autre encore mais dans mon esprit, tout semble me pousser un signal d'alerte qui me traduit "évite mec, elle va mal interpréter tes intentions". Mais tu me confies une tâche qui m'évite ainsi de formuler quelque demande que ce soit. Je refais un tour par la pièce pour déposer ta tenue sur le bord du lavabo sans un regard pour toi. Semblant de respect envers toi souligné surtout d'un besoin d'éviter à tout prix d'éveiller toute once de désir en moi.

Lorsque tu es de retour, je suis étendu sur le lit. Tu te retrouves bientôt dans la même position. Je ne saurais dire quelle pensée torture mon esprit alors que je te regarde fixement, mais ça semble signifier quelque chose pour toi.

- Je ne suis pas sure que ça t’apporte quoique ce soit de connaitre mon passé. Tu as toujours fait preuve d’égoïsme. Si tu avais voulu des descendants je suppose que tu en aurais déjà ! alors pourquoi cet intérêt ?

- Je ne suis pas resté pour te soumettre à mes interrogations.

Je pivote sur moi-même pour te tourner le dos. Ma main joue avec une babiole trouvée sur la table de nuit qui me fait face. Ouais je peux être égoïste, je le suis quasiment chaque jour de cette putain de vie, mais là, je ne te demandais rien.


WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Service rendu [Axel & Cassandra] Lun 4 Jan 2016 - 19:00

Service Rendu with Axel



- Je ne suis pas resté pour te soumettre à mes interrogations.

Je reste surprise par tes mots. Mon esprit est si groggy que je ne saurais interpréter correctement les attitudes de mes congénères ? Mais tu es resté pour quelle raison alors ? Tu fuis presque mon regard, tu n’as cherché aucun contact intime et tu ne poses pas de question. Je cherche une raison mais je n’en vois aucune. L’irritation monte en moi. Oh puis tu me tournes le dos. Dans d’autre circonstance je me serais levé, j’aurais plongé mes yeux dans les tiens. Je t’aurais peut-être plaqué contre le mur, posé ma main sur ton torse. Les yeux pour voir tes mensonges et le torse pour sentir l’accélération de tes battements de cœur.

- Tu es resté pourquoi. ?

Tu ne réponds pas. Tu continues à m’ignorer ou me fuir et ça m’agace de plus en plus. Je regarde la pièce autour de moi. La télévision fonctionne toujours. Je me penche pour ouvrir un tiroir. Je prends une cinquantaine de dollars.

- Prends ça et dégage

Cette fois ci tu te retournes. Ton regard acier est toujours aussi attractif. Je me redresse légèrement en te tendant les billets. Je ne me laisserais pas charmer même si je n’arrive pas à me détacher de ton regard. Puis je ne sais pas ce qui me prends mais avant même que tu aies dit quoique ce soit je crache ma rage dans un flot de mot.

- Putain t’es obligé de toujours tout gâcher !   Je t’ai pas demandé d’être différent avec moi que tu l’es avec les autres. Quand je t’ai demandé de rester je cherche mes mots énervée je voulais juste .. un ami mon mot se finit en chuchotement tu es le seul que je connaisse ici, je voulais une épaule pour me poser, un peu de chaleur pas comme le type de la veille. pas un type qui est amusant cinq minutes et fuyant les heures d’après. Si c'est pour être juste surveillée ou aidée j’appelle une nurse.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Service rendu [Axel & Cassandra] Lun 4 Jan 2016 - 19:40



   
   With Casandra
   Service rendu.

T
u me demandes pour quelle foutue raison je suis resté ici. A quoi bon te dire que j'ai pour une fois voulu faire une action sincère, sans arrière pensée. Puis j'entends un tiroir s'ouvrir, certainement celui de la table de chevet de ton côté.

- Prends ça et dégage.

Tu me jettes quelques billets. Je me retourne alors en laissant un soupir mi blasé mi amusé, plantant mon regard dans le tien, l'air de te dire "sérieux ?!". Tu ne lâches pas mon regard, j'ai envie de t'embrasser là tout de suite ... . Humpf ... .

- Putain t’es obligé de toujours tout gâcher ! Je t’ai pas demandé d’être différent avec moi que tu l’es avec les autres. Quand je t’ai demandé de rester.

Tu marques un temps d'arrêt l'air de chercher tes mots. Mon expression est neutre, quoi qu'un brin sceptique de te voir déballer ça d'un coup. Pour une fois que je me tenais calme. A croire que c'est d'autant plus frustrant que lorsque je me conduis comme un parfait connard.

Je voulais juste .. un ami.

Ta voix se fait chuchotement. Ça me donne presque envie de sourire étant donné ce qui va suivre et étant donné la façon dont tu parviens à me toucher. je n'avais plus ressenti ça de la part de qui que ce soit depuis longtemps en dehors de ma famille.

Tu es le seul que je connaisse ici, je voulais une épaule pour me poser, un peu de chaleur ... pas un type qui est amusant cinq minutes et fuyant les heures d’après. Si  c'est pour être juste surveillée ou aidée j’appelle une nurse.

- T'as vraiment rien compris p'tite bouille ... dis-je d'une voix douce alors que je t'adresse un regard tout aussi tendre. Ce qui m'a motivé à rester près de toi était on ne peut plus sincère. Je n'ai juste pas l'habitude justement. avouais-je. Viens là, te glissais-je l'air de réclamer un gros câlin.

Je t'entoure d'un bras puis de deux alors que je te serre fort contre moi.

- Tu peux pas savoir comme ...

Je marque un temps d'arrêt.

- Humpf ... oublie. Sache juste que je n'attendais rien de toi. Mon but n'était pas de te tirer des réponses et je n'avais pas la moindre arrière-pensée, sinon j'aurais commencé par en profiter dans la salle de bain. Qu'est-ce qui aurait pu m'arrêter, hein ?


WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Service rendu [Axel & Cassandra] Mer 6 Jan 2016 - 0:04

Service Rendu with Axel


Je m’attends à une réaction vive de ta part mais je m’en moque. Ton attitude m’exaspère. Ou plutôt c’est de ne pas la comprendre qui m’irrite ? Et le fait que tu restes calme devant mes mots m’énervent aussi. Putain mais réagis, casses toi, cries …. Je ne sais pas ! Je m’attends à n’importe quoi de toi mais pas ça.

- T'as vraiment rien compris p'tite bouille ...  

Ta voix, ton regard tout est doux. Trop doux, je reste sans voix un peu abasourdie. Mon mouvement s’est arrêté. J’ai toujours les billets entre les doigts. Ma main retombe mollement contre mon flanc.

- Ce qui m'a motivé à rester près de toi était on ne peut plus sincère. Je n'ai juste pas l'habitude justement. Viens là,

Tu te penches vers moi et ton bras m’entoure. Je me laisse faire sans trop comprendre où tu veux en venir. Je crois que je suis juste un peu ahurie par le comportement que tu adopte. Ça me ramène des années en arrière. C’est un peu comme ça que tu me ramenais à toi quel que soient les griefs que j’avais contre toi. Ton autre bras m’entoure, je fonds. Je me retrouve blottie contre toi.

- Tu peux pas savoir comme ... tu restes silencieux un instant Humpf ... oublie. Sache juste que je n'attendais rien de toi. Mon but n'était pas de te tirer des réponses et je n'avais pas la moindre arrière-pensée, sinon j'aurais commencé par en profiter dans la salle de bain. Qu'est-ce qui aurait pu m'arrêter, hein ?

Nous sommes allongés l’un contre l’autre. Ton calme, tes gestes tendres m’attendrissent. Je relève les yeux vers toi. Mais c’était peut-être ça ton but ? Ma main carresse ta joue. Mes levres se posent sur les tiennes.

- Moi non plus, je ne suis pas habituée à ce que tu sois comme ça

Je reste contre toi, enlacés par tes bras. Non pas cette fois, tu ne m’auras pas par les sentiments. Je soupire doucement. Mes doigts courent sur tes bras. Je suis pourtant si bien contre toi. Je te souris.

- Si tu avais pu ressentir ça y a douze ans ! je secoue la tête un sourire amusée aux lèvres tu sais je t’aurais tout cédé à l’époque, tout pardonné. Reste avec moi ce soir si tu veux mais ne comptes pas me garder, je t’en veux trop de pas avoir été là

J’aimerais te dire que je ne t’aime plus mais les sentiments sont toujours aussi présents. Ils sont juste mêlés de rage, de colère. Ma douceur si un jour j’en ai eu a complètement disparue.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Service rendu [Axel & Cassandra] Mer 6 Jan 2016 - 17:06




With Casandra
Service rendu.

J
e vois bien que tu es perturbée par mon attitude. Une attitude qui me ressemble si peu. Je le reconnais, mais ce n'est pas parce que je suis un connard fini que je n'ai aucun bons côtés ni aucune sensibilité. Ce sont les épreuves de la vie, mon vécu qui m'ont conduit à devenir tel que je suis. Bon ok, ne portons pas la faute au vécu, on retire chacun ses leçons du passé et tout le monde ne devient pas un mec comme moi. Je te l'accorde. Chacun évolue à sa manière, retire quelque chose de bon ou de mauvais de ses expériences et de ses souffrances pour en faire quelque chose de positif. Dans mon cas, pas besoin de te faire un dessin. C'est comme ça, ce n'est ni une excuse, ni de l’apitoiement. Humpf ... me remettre ainsi en question, réfléchir sur moi-même me conduit invariablement à penser à ma mère. Cette folle ... qu'elle reste enfermée chez les dingues ! Je me serais sans doute mieux construit sans elle. J'aurais préféré qu'elle soit morte ... .

Malgré le fil négatif de mes pensées, je demeure calme et les enfouit au fond de moi. J'écoute alors attentivement tes derniers propos. Je t'explique alors que tu n'as pas compris où je voulais en venir et que ce qui m'a motivé à rester près de toi était on ne peut plus sincère. Et que c'est justement le manque d'habitude envers ce type de comportement de ma part qui fait que je n'ai su comment réagir en restant.
Je me penche alors vers toi et t'entoure de mes bras dans un geste plein de tendresse et résolument sincère. Je ne cherche pas à te charmer pour pouvoir te sauter après. Rien de tout ça. Tu m'avoues alors ton trouble.

- Moi non plus, je ne suis pas habituée à ce que tu sois comme ça.

- Je crois que moi aussi j'ai besoin d'affection. C'est sans doute ce qui me manque le plus depuis toujours.

J'en reste là de mes propos. Je ne cherche pas à m'étaler. Je me livre juste un peu involontairement.
Tu sembles ne pas vouloir te dégager de mon étreinte. Je suis bien comme ça. A ton sourire, on dirait que toi aussi.

- Si tu avais pu ressentir ça y a douze ans ! Tu esquisses un sourire amusé mais j'y perçois des regrets sincères. Tu sais je t’aurais tout cédé à l’époque, tout pardonné. Reste avec moi ce soir si tu veux mais ne comptes pas me garder, je t’en veux trop de pas avoir été là.

Je dépose un baiser sur ta tempe comme pour acquiescer à tes propos. Je comprends. Inutile de souligner ce que tu viens de me dire, ça pourrait partir en live avec ma chance. Même si je te témoignais quelconque regret. Même si je restais doux dans mes paroles sans te contrer aucunement. Encore une fois ça ne me ressemblerait pas et tu n'y croirais pas du tout. Je préfère rester silencieux pour souligner le respect que j'ai en cet instant pour toi. Le respect et l'affection.



WILDBIRD


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Maxim R. Savannah
Maître Jedi
308 $
09/03/1968 $
308 messages
Mensonges : 308
Anniversaire : 09/03/1968


MessageSujet: Re: Service rendu [Axel & Cassandra] Mer 6 Jan 2016 - 18:50

Terminé et verrouillé.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: Service rendu [Axel & Cassandra]

Revenir en haut Aller en bas
Service rendu [Axel & Cassandra]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une bibliothèque virtuelle au service du Droit
» Avant de reprendre son service.. [Pv Fabien]
» INITE se met au service de Martelly
» Sommet CARICOM/USA: Compte-rendu du Forum de la diaspora
» petit service

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: Saison 2 :: archives sujets terminés et abandonnés-