AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 #1478 + Remember Me. ► Weister

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Remember Me. ► Weister Jeu 7 Jan 2016 - 21:14

Remember Me
anders et grace




De bonnes photos.
C'était vraiment de bonne guerre entre eux. Depuis qu'Anders avait son appareil photo, il n'avait jamais arrêté de prendre tout et rien en photo. Il n'aimait pas prendre les gens qui faisaient des poses, il préférait les prendre quand ils étaient ailleurs. Avec Grace, ça ne marchait jamais parce qu'elle connaissait mieux Weiss que quiconque, elle savait quand il allait la prendre en photo et avait le don de toujours faire des grimaces involontaires. Ce qui avait tendance à tuer de rire le jeune qu'il avait été. Grace avait fini par faire pareil pour se venger et finalement tout les deux avaient décidé de tenir un album photo souvenir. Il y avait leur tête, résultats de leurs bêtises et même les notes de leur examens. Personne ne comprenait ces détails, sauf eux. Ces détails qui cachaient toute une histoire derrière et des secrets.

- Rêve pas trop.. Tu les aurais toutes floues à mon avis.

Il ne savait pas si Grace avait continué à prendre des photos depuis son départ. Mais lui, il avait arrêté et il était parti avec l'album pourtant. Il avait emporté, volé les souvenirs communs et il était désolé pour ça. Il aborda un air surpris et septique quant au fait que Grace avait tricoté quand elle restait dans le chalet. Elle n'avait pas pu profiter du Canada, ni de son paysage et c'était bien dommage...
Mais. Grace faire du tricot ?
Quand même bien, c'était sûr de son ton ironique qu'elle avait détesté ça. Mais faire du tricot ? Elle s'était ennuyée ferme là-bas en attendant sa famille ?
Il aurait quand même demandé une photo en preuve, mais il la croyait sur parole. Bien qu'une photo, ça aurait été très drôle...!

Les photos ...
Étrangement, sa lettre se trouvait dans l'album photo.
Et cet album photo où est-ce qu'il était ? Anders préféra ne pas savoir sur le moment et n'en dit rien. Sauf que Grace demanda si elle pouvait la lire cette lettre. Cette question était prévisible...

- Oui, mais pas ce soir. Demain peut-être...

Anders n'avait pas spécialement envie qu'elle lise cette lettre ce soir-même. Demain ne le dérangerait pas, parce que Grace était sa meilleure amie et sa famille à la fois. Ils avaient grandi ensemble et elle méritait de comprendre pourquoi. Pourquoi Weiss était parti. Elle avait le droit et ce n'était pas lui qui allait le lui refuser. Il tenait malgré les années passées, à cette amitié ou à ce qu'il en restait de cette amitié. Quelque part, elle semblait être intacte, malgré les sujets sensibles qu'ils avaient dû se dire. Quelque part, il était encore trop tôt pour juger... Ils venaient à peine de se retrouver.
Toutefois, lire sa lettre qui datait de 1996, Anders ne se sentait pas bien à cette idée et il essaya de cacher cela. Bien que son malaise se faisait un peu ressentir, il espérait que Grace ne remarquera pas. C'était normal pour lui de se sentir mal à l'aise, parce qu'il ne lui avait pas du tout parlé de tout ça parce qu'il ne voulait pas lui donner un problème en plus. Elle avait une famille à gérer et c'était plus important que ses problèmes.
Être heureuse, c'était ce qu'Anders aurait voulu pour Grace. Il s'était douté qu'elle ne l'avait pas été et qu'elle avait passé une période assez difficile à cause de sa disparition. Il savait que Thomas était là pour elle et qu... Weiss avait ressenti très vite le manque de Grace... Depuis qu'il était arrivé à Lewiston, il venait de repartir à zéro et ça avait été très désagréable pour lui, parce qu'il voulait reprendre contact avec elle, avoir au moins un échange. La naissance de Samuel, Chloé et sa famille, enchainé par son abandon et sa solitude avec Samuel, puis son accident... Il n'avait plus eu vraiment la tête d'envoyer cette lettre.

Ça faisait longtemps pour Grace que plus personne ne lui dit quoi faire... Ça faisait longtemps pour Anders de devoir insister et de dire quoi faire... Deux ans pour lui, pouvait paraître vingt ans. Mais qu'en était-il des vingt ans ? C'était une éternité pour lui.
Il aurait pu être un journaliste, il aurait pu voyager, il aurait pu être heureux ... Tout ce dont il était destiné d'être, c'était mort. Il n'y avait pas un retour au passé possible.
L'écrivain fronça les sourcils, adopta l'incompréhension comme expression sur son visage : médicaments ?! Grace était malade ? Pourquoi prenait-elle des médicaments ?!
Il aurait voulu lui demander ça, mais elle était partie sur son anecdote de l'année 1996. Une anecdote pas joyeuse en somme et qui avait inquiété Anders. Au moins, elle n'avait pas eu un accident de voiture...!

Avec un air ennuyé, il avait montré la bouteille vide et il n'avait pas réussi à réprimer son petit sourire en voyant la grimace de son amie. Le jeu malgré tout devait s'arrêter là, même s'il avait une seconde bouteille bien cachée dans sa cuisine. Il avait juste qu'à espérer que Grace ne la retrouve pas. Weiss préférait réfléchir le reste du temps quand il sera seul pour trouver de quoi raconter pour les prochaines années, Grace n'allait pas en rester là et lui non plus. Il voulait savoir ce qui s'était passé durant les années qui restaient. De plus, les épiceries étaient fermées à cette heure. Puis il y avait la fête des voisins qui battait son plein, il y aurait des bouteilles d'alcool pas entamées là-bas, sur une table et Anders refusait complètement d'y aller. Son amie voulut se porter volontaire. L'écrivain lança un regard interrogateur et franchement, il semblait douter qu'elle y arrive. Il était prêt à la rattraper au cas où, il s'était redressé quand elle allait prendre son envol.
Elle se leva, se rendit compte de la difficulté. Se rassit finalement en grognant.

- Je préfère.

C'était mieux ainsi et il n'oubliera pas de lui donner quelque chose pour son mal de tête qui devait être présent. Grace n'avait pas bu de l'alcool depuis des années, déduit Anders. Puis si elle sortait vraiment pour aller en chercher, il n'aurait pas hésité à l'en empêcher. Il préférait sauver sa réputation et aussi lui éviter les rumeurs désagréables. Mais ... Il savait qu'elle lui dira qu'elle n'en avait rien à faire de ces rumeurs. Encore une fois, elle sous-estimera le pouvoir de ces rumeurs parce qu'une fois lancée, elle ne disparaîtra jamais. S'énerver, être gêné, ne pas agir, peu importe la réaction : ça restera toujours vrai pour les autres.

Anders était en train de survivre à ça, à -S, à sa propre vie. Il vivait de quotidiens pas très intéressants et souvent, il ne réussissait pas à accomplir le but de sa journée comme ranger. Il avait ce côté repousse-les-tâches... Il n'était plus ce gars qui se levait de bonne heure, qui rangeait son appareil photo et son carnet dans son sac et qui oubliait toujours de prendre le petit-déjeuner. Bon le côté oubli du petit-déjeuner était toujours resté. Puis il partait dehors, allait voir des gens et les enfants, étudiait. Il était le contraire de tout ce qu'il était maintenant. Cet Anders n'existait plus, c'était ce qu'il tenait à dire, elle devait s'attendre à le retrouver changé. Il n'était pas celui qui allait dire de partir, au contraire. Il s'était rendu compte par l'arrivée de Grace qu'il ne pouvait pas continuer le reste de sa vie ainsi, à être seul et à ... tomber dans la dépression et des autres effets. Il devait apprendre à arrêter de survivre, il devait réapprendre à vivre et à re sourire. Les gens de Lewiston ne le croyait pas capable et ils avaient peut-être raison... Au moins, devras-t-il essayer.
Il secoua doucement la tête quand Grace avoua avoir cru qu'il lui avait demander de partir. Non, encore une fois, il ne serait pas celui qui lui demandera de partir. Elle seule avait ce droit et il espérait qu'elle n'avait pas à l'utiliser à l'avenir...

- ... Ça, c'est un effet qui ne me manque jamais... Attends-toi au mal de crâne le lendemain.  J'éviterai d'acheter une nouvelle bouteille à mes prochaines courses. Il sourit un peu, d'habitude il en buvait régulièrement.

Elle s'affala contre le dossier de son canapé, alors que lui préférait toujours rester assis de peur qu'en s'affalant contre le canapé, il n'arrivera jamais à s'en sortir. Il la regarda le faire en silence et leur regard se croisèrent, il devina le geste qu'elle allait faire. Silencieusement, il tendit sa main pour qu'elle l'attrape. Du bruit se faisait entendre à l'extérieur : les gens qui hurlaient bonne année.

- Bonne année Gracie.

2016 était Joie. Il ne croyait pas à chaque nouvelle année depuis que Samuel était parti, mais il pouvait faire une exception pour 2016, parce qu'il venait de retrouver son amie d'enfance et il se trouvait bien. C'était sûrement la première personne à qui il venait de dire bonne année depuis tout ce temps. Elle exprima sa crainte, ayant peur qu'il s'en aille le lendemain après qu'ils venaient de se retrouver. L'écrivain finit par céder à l'appel du canapé et s'affala lui aussi, sans lâcher la main de son amie. Il la tenait lui aussi.

- Où-est ce que je pourrai aller Grace ? Je ne suis pas capable de sortir du jour au lendemain. Puis c'est certain que je ne vais pas repartir avec une autre femme, refaire ma vie. Ce n'est pas le genre d'erreur que j'ai envie de refaire. Tu dois pas t'inquiéter pour ça..

Il n'avait pas assez d'argent pour aller ailleurs, il n'avait pas la motivation de vouloir recommencer à zéro, de vouloir vivre une nouvelle vie. Il préférait son rythme qui n'était pas imposé et de ne pas voir des gens. Il ne sortait pas du tout déjà donc, c'était complètement mort... Il était bien seul, mais il était encore mieux en compagnie de Grace. Il soupira en repensant à son passé.
Il n'avait pas spécialement faim parce qu'il était en train de manger avant que Grace ne vienne frapper à la porte. Il y avait quelques heures avant et il allait sûrement manger à cinq heures du matin avant d'aller se coucher. Son amie suivait le rythme normal et elle devait avoir faim. Elle allait le repérer à mille kilomètres qu'il allait mentir, mais il tenta.

- Oui. Tu tombes au bon moment, j'ai fais les courses il y a deux jours, j'ai un peu joué à Tetris avec le frigo...

Il détestait aller faire les courses, alors quand il en faisait, il en faisait vraiment : il se retrouvait avec trop de choses.. Grâce à cela, il sortait qu'une fois toutes les deux semaines et c'était déjà ça le mieux. Si Grace avait vraiment faim, il pouvait lui faire un repas, il n'était pas un si mauvais cuisinier. Avec le temps qu'il avait, il avait appris à cuisiner rapidement de bons plats.

Silence.
Ils étaient tous les deux dans le salon, en bordel, mais ça restait un salon. Il réfléchissait à leurs retrouvailles, des sujets qui étaient sensibles et des questions qui restaient sans réponse pour Anders. Il se demandait pourquoi Grace prenait des médicaments, il n'avait jamais eu la réponse et il espérait que ce n'était pas trop grave. Que sa vie n'était pas en danger et qu'elle n'était pas venue le voir parce que c'était ses derniers jours. Il préféra s'interdire de penser comme cela.

- Non ? Tu me fais marcher là.

Non. Anders n'y croyait pas. Il était surpris d'apprendre que Thomas le regrettait et qu'il aurait pu être un bon modèle pour les fils Foster. Il ne s'était pas attendu à cette annonce et il aurait demandé qu'à entendre, mais il n'était plus là et ... Weiss se rendit compte qu'il n'allait jamais le revoir, ni Jamie... Il ne savait plus à quoi ressemblait Thomas avec le temps qui était passé. Il ne s'attendait vraiment pas à ce que Thomas dise ça un jour.
Il regarda Grace dans un premier temps quand elle se mit à lui parler, elle n'osait pas le regarder et préféra fixer le plafond. L'écrivain finit par détourner le regard pour fixer la table, il écouta... Elle lui avoua ses craintes maintenant, il la regarda tristement et il baissa les yeux. Il sentit la main de Grace serrer la sienne. En retour, il serra la sienne, pour lui dire qu'il était là.

- Je savais que tu m'en voudrais. Il la regarda et puis il fixa son ordinateur qui était plus loin. Je suis parti sans explication et je ne suis pas revenu, ce n'est pas moi qui suis allé te retrouver. Tu avais toutes les raisons du monde de m'en vouloir Grace.

Mais elle ne lui en voulait pas, parce que qu'elle venait de le retrouver et elle venait de se rendre compte qu'il lui était impossible de faire ça. Anders savait que c'était facile d'avoir de la rancune pour la personne absente, plus que d'avoir la rancune pour la personne qui était en face... Ça dépendait tout du lien.

- Ça fait du bien de te retrouver Grace, c'est vraiment retrouver un membre de ma famille d'une certaine manière. Quand je suis parti, je l'ai vite regretté tu sais... Après, je suis là... On vient de se retrouver, on est passé sur des sujets sensibles et ça ne va pas s'arrêter là je pense. Je m'y attends. Au moins, il n'y aura pas d'alcool les prochaines fois, c'est sûr...

L'écrivain sourit un peu. Il se sentait plus proche de Grace qui venait de perdre Jamie, comme Anders qui venait de perdre Samuel. Elle venait de perdre Thomas qui avait toujours été là pour elle. Elle avait que Riley de vivant et lui... Elle avait besoin d'un ami et lui avait besoin d'une amie. Ils avaient besoin de l'un et l'autre. Anders n'était pas celui qui allait fermer la porte au nez, il n'avait pas oublié leur amitié et son aide. Elle avait été là pour lui quand ça n'allait pas avec sa famille, il venait chez elle et restait dormir des fois. Il n'allait pas lui refuser tout cela.

- Je ne te dirais pas de partir, ce n'est pas moi qui le ferai Grace. Pas avec toi. Tu peux venir autant de fois que tu veux... Pour travailler, cuisiner, discuter ou juste ne rien faire. Je serai toujours là et je ne bougerai pas d'ici, sauf pour aller travailler la nuit....

Il haussa machinalement les épaules. Ça lui arrivait de travailler les nuits pour pouvoir vivre ses mois chez lui. Il ne gagnait pas beaucoup, mais il ne dépensait pas beaucoup. Ce n'était plus trop vraiment un soucis l'argent chez Anders, c'était devenu une chose qui n'avait plus de priorité.

- Tu resteras toujours mon amie, quoiqu'il advienne. Tu n'es pas n'importe qui pour moi. Tu n'es pas comme certaines personnes qui aiment répandre des rumeurs derrière mon dos. Le fait que tu es toujours là prouve que tu comptes à mes yeux.

Il soupira à l'idée de se lever du canapé, il essaya et Grace tenait toujours sa main. Anders ne pouvait pas aller dans la cuisine et la regarda affalée sur le canapé, alors que lui il était débout.

- Tu veux que je t'aide à te relever ? Et que je te donne quelque chose contre le mal de tête ? Pour t'encourager, la cuisine est la seule pièce qui est véritablement rangée.

Il allait sûrement y rester pour préparer un repas pour deux. Puis, Grace allait sûrement préférer manger un petit truc en attendant la cuisson. Prendre quelque chose contre son mal de tête et surtout, beaucoup d'eau.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Grace Foster
Padawan accompli
2331 $
19/12/1967 $
2331 messages
Mensonges : 2331
Anniversaire : 19/12/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Remember Me. ► Weister Jeu 7 Jan 2016 - 23:33

Remember Me
anders et grace


La lettre.
Elle aurait voulu la voir mais comprenait son manque d'enthousiasme. Du moins pour ce que ça y paraissait. Elle était ancienne, âgée et ne représentait sans doute plus ce qu'il pensait aujourd'hui. Le temps avait continué de filer.

L'alcool ensuite.
Elle aurait pensé pouvoir se lever et du se rendre à l'évidence, ce ne serait pas pour maintenant. Même si Anders paraissait peu convaincu elle y avait cru jusqu'à sentir le monde basculer. Être assis était bien mieux mais elle pensait que ça n'allait pas suffire. Un moment donné, elle était sûre de basculer dans un univers tourbillonnant. Le manque de sommeil n'aidait pas tout autant que le manque d'alimentation de ces derniers temps. L'appétit d'oiseau qu'elle avait ne remplissait absolument pas son estomac et l'alcool seul avait souvent de fâcheuses manières.

Ne pas racheter d'alcool ? Oh oui, elle s'attendait au mal de crâne, c'était certain. Mais ne pas racheter d'alcool ? Elle ne s'interrogea pas sur le fait que ça compromettrait le futur du jeu qui n'était pas achevé mais plutôt sur le "combien en achetait-il ?" Elle faisait peu de remarques mais pouvait deviner ce qu'un homme seul en pleine déprime et deuil pouvait faire et à quoi il pouvait recourir : l'alcool.

- Tu en achètes souvent ? La question se voulait paraître anodine, elle ne l'était pas vraiment. Mais tu sais, ce n'est pas parce qu'il y a de l'alcool que j'en boirais ... Peut-être que si en fait. Songea-t-elle en avisant la bouteille vide et se disant qu'elle en aurait bien repris même si elle se savait être malade dès le lendemain.

Ce fut ensuite l'heure de la nouvelle année. 2016. Le futur était-il plein de promesses ? Elle en était incertaine à l'instant. Mais elle savait une chose. C'était qu'elle démarrait mieux que la précédente. Elle n'était pas dans un lit d'hôpital et retrouvait son meilleur ami. Il n'y avait pas mieux à l'instant. Il manquait Riley et s'inquiétait à chaque instant pour lui mais se dit qu'il devait savourer son repas avec les autres collègues d'astreinte. Elle pouvait un peu se reposer sur l'instant et trouva bon de déballer peu à peu ce qu'elle pensait, entendant une réponse qui la rassurait un peu plus à chaque mot. S'ils ne comptaient plus se revoir, elle allait rester là aussi longtemps que possible et lui, lui précisa qu'il ne comptait pas s'en aller. C'était une façon de dire qu'il resterait . Et ça lui fit du bien à entendre même si le reste lui fit quelque peu de la peine.

- Je ne m'inquiète pas pour ça... Si tu trouves quelqu'un c'est bien. Et si tu n'en veux pas, bien sûr, ce n'est pas moi que ça regarde. Juste... préviens-moi la prochaine fois. Sourit-elle un peu.

Après quoi, elle envisagea, pour faire la conversation de cuisiner. Idée du siècle si elle avait pu se lever. Enfin, cuisiner ne ferait pas la conversation mais demander si. Elle ne voulait pas d'un silence. Tout comme sentir sa main, sa voix lui rappelait qu'il était là et si elle fermait les yeux, elle pouvait s'imaginer cette voix plus jeune riant comme avant et se souvenir de choses qu'ils avaient faites ou dites ensemble. Le temps passait souvent trop vite et ça se vérifiait encore ici. C'était tellement ingrat de ne pas pouvoir se souvenir de tout. Elle imaginait que dans dix ans, elle oublierait peu à peu la voix de Thomas et que son visage serait plus flou dans ses souvenirs. Elle imaginait oublier le sourire de son fils et ne pouvoir se le remémorer qu'avec des images. Elle en avait de nombreuses heureusement. Après le départ d'Anders, elle avait fait ses propres albums. Un par année ou presque selon les saisons. Et même si parfois ses fils n'aimaient pas que leur mère les prenne en photo, ils avaient bien du s'y plier parce que c'était ce qui lui faisait plaisir. Cela et montrer fièrement les clichés à qui de droit. Une mère comblée par ses enfants jusqu'à ce qu'on lui en arrache un. La pire douleur qu'on pouvait ressentir. Anders et elle partageaient ça mais ça ne devait pas être que ça. Cuisiner était donc un sujet simple pour une discussion simple.

- Bien. On peut toujours aller voir ce que tu as pris. Elle ne lui ferait pas de réflexion même si le mensonge se voyait à plein nez. S'il avait dit plus tôt être totalement déréglé par rapport à l'heure et au temps, elle ne doutait pas que ses repas l'étaient tout autant.

Elle parla ensuite de Thomas et de ce qu'il avait fini par penser d'Anders. Peut-être avait-il dit ça à l'époque pour la réconforter elle, parce qu'il voyait bien qu'elle acceptait difficilement son départ mais il l'avait dit et c'était ce qui comptait.

- Je te jure. Si je n'avais pas été aussi surprise, je lui aurai demandé de répéter pour enregistrer. Aussi surprise et tout à son chagrin se souvenait-elle. Parce que oui, c'était les larmes de crocodiles qui avaient du pousser Thomas à dire cela pour la faire sourire et il avait réussi parce qu'il la connaissait parfaitement.

Ce fut ensuite qu'elle répétait un peu tout ce qu'elle pouvait bien penser. C'était différent de quand elle avait parlé de son ressenti quand à son départ et ce qu'elle avait cru. Elle s'interrogeait plus et avait cette crainte de perdre son ami, encore. Il était un soutien alors même qu'il venait à peine de revenir dans sa vie et ça lui prouvait à quel point elle avait besoin de lui. S'il avait été là lorsque Jamie avait ... Elle n'aurait peut-être pas fui sa vie et sa maison, changé de travail et fini par faire tuer son mari. Il aurait été le soutien nécessaire.

Et aujourd'hui, pour lui, elle voulait l'être, le soutien. Elle voulait pouvoir retrouver son assurance face à lui et être celle sur laquelle il pouvait se reposer et recommencer à vivre avec son aide. Il savait. Il devinait ce qu'elle avait pu ressentir mais c'était parce qu'il la connaissait ou parce que c'était logique. Elle aurait souhaité ne pas lui en vouloir mais : les absents ont toujours tord disait-on. Ça avait pu se rapporter à Anders. Mais maintenant qu'elle le voyait et connaissait son passé, elle se sentait si sotte d'avoir imaginé qu'il vivait paisiblement et qu'il la laissait dans les malheurs. Elle avait été jalouse d'une vie imaginée heureuse que vivait Anders. A moins qu'elle le soit de ne plus en faire partie...

- Même pas une goutte ?! Fit-elle moitié choquée, moitié amusée. Pas d'alcool, ça pouvait lui convenir, pour peu qu'elle récupère déjà de la soirée actuelle.

Il fit ensuite ce à quoi elle ne pensait pas s'attendre : une invitation à revenir si et quand elle le voulait, plus ou moins. Non, avec ce qu'elle avait entendu d'Anders par les riverains, elle ne pensait pas qu'il pourrait lui ouvrir grand la porte. Elle se sentit spéciale l'espace d'une seconde avant de réaliser que ce n'était pas à elle de le ressentir mais à lui. Il devait sentir qu'il n'était pas seul, pour aller mieux.

- Pour ranger un peu, je pense que ce sera le premier point. Hors de question que tu vives encore dans ce bazar. Fit-elle avec un visage très convaincu et sérieux. Tu travailles de nuit ? Pour ne pas les croiser ? Elle imaginait que c'était aussi pour échapper aux regards. Elle ne pouvait pas changer ça mais essayerait néanmoins d'être présente et lui laisser ses heures de sommeil.

Elle ne put empêcher un sourire de flotter en entendant la suite. Elle ne devait pas pleurer, elle ne devait pas ... Trop tard. Elle les essuya aussitôt de sa main libre. Elle roula des yeux contre elle-même.

- Si tu veux que je leur casse le nez à ceux-là, il suffit de demander. Elle n'allait pas encore lui dire merci. Le regard en disait assez sur ce qu'elle pensait, sur la réciproque de la chose. Ils s'étaient bien trouvés à l'époque finalement, quitte à devenir inséparables et à ce qu'elle soit même jalouse de sa petite soeur lorsqu'elle osait monopoliser son ami. Et ils s'étaient bien retrouvés.

Elle resta simplement tranquille avant de le regarder tenter de se lever. Évidemment, elle ne bougea pas d'un pouce. Et elle ne le lâcha pas. Mais non, que faisait-il ? Elle était bien là ! Et puis elle n'allait pas tarder à s'endormir c'était certain.

- Hmm. Rouspéta-t-elle vaguement avant qu'il propose de l'aider à se relever. Alors allons visiter la cuisine ! Et si tu me laisses tomber face contre terre, tu peux être sûr que tu en entendras parler pendant les vingt prochaines années au moins ! Aide-moi ! Menaça-t-elle faussement tandis qu'il aidait.

Au moins elle était debout mais le monde continuait à lui jouer une belle farce.

- J'aurai bien dit oui aux médicaments mais j'ai peur que ça finisse par faire un cocktail explosif là-dedans et la dernière chose que je veux c'est qu'on appelle Riley parce que sa mère n'aurait pas su tenir quelques verres d'alcool. Mais pour l'eau, si l'offre vaut pour ça, je prends ! Elle hocha vigoureusement la tête avant de se rendre compte que ça n'aidait pas du tout son équilibre et se rattraper à Anders.

Et elle s'accrocha à lui pour rejoindre la cuisine. Ce n'était pas loin. Ce n'était pas non plus un palace. Mais la cuisine était au moins vraiment rangée. Elle s'appuya contre le comptoir pour ne pas tomber, le regardant s'activer un peu. Et ce fut là qu'elle se dit que dans son malheur, elle avait de la chance. Son meilleur ami était là, elle passait l'année 2016 et rencontrait l'enfant qu'elle n'avait pas connu. Son enfant. Sa fille. C'était impressionnant de se dire qu'elle l'avait enfanté sans même la voir grandir. Ce n'était pas du regret de l'avoir laissé pour une belle vie mais plutôt de ne pas avoir assisté à cela, même de loin. Ils auraient pu, ça avait été proposé à l'adoption mais elle avait refusé. Pourquoi à l'époque ? Elle ne savait même plus. Aussi, parce qu'Anders était son meilleur ami, elle ne put pas lui cacher ça.

- Andy ? Elle attendit qu'il la regard pour continuer. Tu te souviens, quand on avait dix-huit ans ?

Autrement dit, se souvenait-il de la dernière année de lycée, de son apparence de baleine, de leur diplôme et de l'accouchement. Elle lui avait même fait peur ce jour-là parce qu'elle avait commencé à ressentir le travail alors qu'elle se promenait avec lui après avoir acheté de quoi grignoter. Et se souvenait-il de l'avoir défendu contre ceux qui pouvaient penser d'elle qu'elle était une traînée parce qu'elle donnait naissance avant d'être bien adulte ou du moins d'être mariée ? Thomas et Anders avaient été comme ses gardes du corps à cette époque malgré tout très heureuse. Elle avait été bien entouré. Elle se sentait à nouveau entourée simplement parce que Anders était là et qu'elle pouvait lui parler simplement, comme avant.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Remember Me. ► Weister Ven 8 Jan 2016 - 14:38

Remember Me
anders et grace




L'alcool avait été sa seule compagne et elle l'aidait à penser autre chose.
Il ne saurait dire s'il avait un alcool joyeux ou triste aujourd'hui. Il en buvait beaucoup pour rester sobre, bien sûr ... Son amie avait bu le trois quart de sa bouteille aussi, ça aidait assez. Weiss hocha doucement la tête quand Grace lui demanda s'il achetait souvent de l'alcool. Oui, il en achetait souvent... Il n'avait pas spécialement de raisons pour arrêter d'en boire, c'était déjà difficile de s'en passer. La présence de son amie constituait une bonne raison de modérer sa consommation, car rien qu'à sa présence elle serait prête à boire toute sa bouteille. Pour ça que l'écrivain n'était pas d'accord avec la réflexion de son amie avant qu'elle ne se corrige toute seule. Cela le fit sourire un peu et il détourna le regard. Anders préféra ne rien dire, il ne voulait pas se focaliser à ce sujet.

- Je le ferai. il sourit.

Il n'allait pas recommencer à faire cette même erreur, il n'allait pas se permettre de faire souffrir une seconde fois son amie. Une erreur, mais pas une seconde. Anders se doutait quand même qu'il puisse partir à nouveau, parce qu'il n'avait pas cette envie et il n'en aura certainement pas.

- Tu tiens vraiment à inspecter mon frigo ? Il y a rien de bien spécial...

Il haussa les épaules, pas intimidé de la réflexion que fera son amie car dans cette façon de le dire... Le choix de ses repas n'étaient franchement pas terribles, après tout, c'était que des produits industriels et il n'achetait pas forcément au marché. Dire que c'était lui qui avait poussé Grace à arrêter d'acheter des cochonneries de plats préparés. Il sentait venir cette remarque plus tard, il la sentait venir..

Anders était surpris, cela se lisait sur son visage. Il savait qu'il avait dû faire de la peine à Grace, qu'il avait dû l'inquiéter... Il avait cette habitude de venir la voir, avec Thomas et les enfants. Venir voir cette famille. Après qu'il était parti, il pouvait imaginer le vide viscéral qu'il venait de faire. Son regard fut triste maintenant qu'il y pensait.

- Presque pas...

L'écrivain avait grimacé quand elle lui avait posé la question fatale : pas une goutte. Il avait préféré être honnête et corriger ce détail. Il en était incapable, il ne pouvait pas arrêter du jour au lendemain et il aura toujours cette envie de céder. De boire. Anders contrôlait ses consommations, mais elles restaient excessives. Une bouteille par semaine, c'était déjà pas mal, mais c'était trop. Avant c'était plus que ça.

Il ne voulait pas être seul, il préférait avoir la surprise de la venue de Grace. Au moins elle n'était pas comme les autres riverains. Ils se comprenaient. Weiss avait besoin de ce retour en arrière, de prendre cette opportunité de retrouver son amie. Il n'avait jamais voulu la quitter ... Et il n'allait pas refaire cette erreur.

- Je préfère largement le bazar, je m'y retrouve mieux. Répondit l'écrivain, convaincu et sérieux aussi.

Il allait avoir du mal de laisser Grace ranger, il allait sûrement l'en empêcher parce que le rangement, l'ordre l'angoissait assez. Ça lui montrait le vide dans cette maison et il préférait la sensation de plein. Il ne répondit pas forcément à propos de son travail de nuit, mais oui, il travaillait de nuit pour éviter ces gens et aussi il gagnait plus qu'en journée. Il ignora volontairement cette question.
Il sourit un peu, il lâcha un peu la pression sur la main et il décida de s'arrêter là. Sinon, il allait vraiment la faire pleurer à un point qu'elle sera à court de larmes. C'était tout à fait possible...!

- La violence ne servira à rien Grace.

La violence ne servait à rien, Anders était pas vraiment le genre de gars qui s'énerve facilement. Ce n'était pas les gens et leur rumeurs qui allaient le mettre en colère. Il préférait réfléchir, rester calme et organiser lui-même ses pensées.

Toujours coincé par cette main qui ne voulait pas le lâcher, Weiss était debout en face de son amie Grace qui n'appréciait pas l'envie de se lever. Avec la tête qui devrait lui faire mal et tourner, il était certain qu'elle allait avoir des difficultés pour aller dans la cuisine. Il proposa son aide, gentiment en plus. Elle accepta.

- Ta menace n'est pas tellement ... Menaçante. Mais, je ne laisserai jamais ça arriver.

L'alcool perturbait dans sa façon de parler et de dire les choses. Il tenait l'épaule de son amie d'une main pour l'aider à maintenir l'équilibre. Ils ne marchaient pas tout de suite, parce que le mal de crâne était sûrement présent. Elle continua à parler. Il n'était pas un grand connaisseur sur les médicaments, contrairement à elle.

- Ok, ça marche pour ç...

Il ne termina pas sa phrase parce qu'elle venait de le rattraper finalement pas capable de marcher toute seule. Anders ne marchait pas trop droit non plus mais il ne faisait pas trop de zigzag. Le chemin n'était pas long... Il aida Grace à aller jusqu'au comptoir de la cuisine et il prépara les deux verres d'eau. Il posa un pour Grace, devant elle. Il but le sien et déposa aussi sur le comptoir.

Il ne savait pas quoi cuisiner, il ouvrit la porte du frigo et observa ce qu'il y avait... Tout l'embarras du choix. Ils n'allaient pas beaucoup mangé après tout l'alcool bu. Alors il opta pour quelque chose de simple, de quoi faire les pâtes à la carbonara. Il hésita un moment sur les casseroles quand elle lui posa la question, il se retourna à demi. Il réfléchit quelques secondes

- Je venais d'avoir mon permis de conduire et j'ai pu utiliser la voiture pour la première fois quand tu allais accoucher. Oui, je m'en rappelle. C'était pas facile cette année-là pour toi...

Oui, Weiss s'en souvenait. Il était parti avec Grace chercher de quoi grignoter quand elle venait de lui dire qu'elle commençait à ressentir les contractions. Il en avait fait tomber son coca et foncés ensemble à l'hôpital le plus proche. La conduite d'Anders était très maladroite qu'ils avaient manqués de se faire percuter par un bus. Il se souvenait aussi de ces sales lycéens qui se permettaient de l'insulter, il s'était mis d'accord avec Thomas de protéger Grace, pour qu'elle n'ait pas à écouter ça. Elle avait réussi à avoir son diplôme de fin d'étude, ce qui avait vraiment impressionné Anders.

- Pourquoi cette question ?

Pourquoi voulait-elle revenir à cette époque là ? Il ne comprenait pas pourquoi. C'était aussi la période où Anders s'inquiétait pour l'état de santé de sa mère et de sa soeur, où il s'était rendu compte que son père n'arrangeait pas spécialement la situation. C'était l'année où il avait soutenu Grace et aidé comme tout ami l'aurait fait.
Finalement il réussit à choisir la casserole et la rempli d'eau.
C'était il y avait trente ans en plus... Trente ans, ça ne les rajeunissait pas du tout. Il était avec Grace à se souvenir de ce qui s'était passé, une amie revenue après vingt ans. Il avait du mal à croire qu'elle se trouvait dans la même pièce que lui. Si tout cela était encore un rêve.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Grace Foster
Padawan accompli
2331 $
19/12/1967 $
2331 messages
Mensonges : 2331
Anniversaire : 19/12/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Remember Me. ► Weister Ven 8 Jan 2016 - 20:55

Remember Me
anders et grace


Le rangement.
Ce n'était à priori pas un atout d'Anders. Elle se souvenait de lui comment parlant de sa flemme de ranger à l'époque par un "bazar organisé". L'essentiel était qu'il s'y retrouvait mais elle-même, dans le noir, elle était sûre de se retrouver face contre terre, encore plus avec un peu d'alcool dans le sang. Alors évidemment, ce n'était pas si étonnant de le voir refuser même si à ce point de non-rangement il y avait sans doute une pathologie pour laquelle les voisins se seraient donnés à leur joie de leurs hypothèses.

- Au moins tracer un chemin vers les différentes pièces ? Je ne sais pas trop ce qu'il y a par terre mais je ne voudrais pas prendre le risque de casser quelque chose ou de nous casser quelque chose. Proposa-t-elle comme un compromis.

Parlant ensuite de ces autres prêts à tout pour créer la polémique, Grace dans un élan d'humour proposa de leur casser le nez. Oui, parce que soyons honnête, taper sur le premier venu ne faisait pas parti de ses capacités. Cela en plus du fait qu'elle était loin de savoir l'angle de frappe pour casser un nez. Anders ne pouvait pas l'avoir prise au sérieux ? Dans le doute, elle précisa.

- Ne t'inquiète pas. De toute façon, je risquerai plus de me casser les phalanges que de ne serait-ce que faire saigner un nez... Sourit-elle sans même bouger d'un millimètre, toujours affalée.

Il était maintenant temps de bouger mais Grace protesta rapidement. Hors de question, elle était bien là. Elle reconnut néanmoins que pour aller à la cuisine il fallait se lever et lentement, essaya avec l'appui d'Anders qui ne la prit pas du tout au sérieux. Et pourtant, elle était capable de l'embêter avec ça pour les siècles à venir, enfin au moins pour les quelques années de vie restantes, avec un peu de chance, beaucoup.

- Tant mieux, je place toute ma confiance en toi. Dit-elle d'une voix un peu pâteuse, à la fois sérieuse et peu sérieuse. Elle avait confiance c'était sûr et c'était admettre qu'elle se reposait sur lui là maintenant mais aussi en général. Finalement ça ne trouvait de sens que pour elle, à moins qu'il comprenne ce qu'elle avait voulu dire mais avec son esprit peu vif, il lui faudrait un moment à elle pour se dire que lui était bien plus sobre.

Le monde tangua mais ils furent sur leurs pieds tous les deux et si elle eut peur un instant que la chute soit inévitable, elle put s'appuyer sur Anders pour tenir. Le pas était peut-être un peu hésitant même pour lui mais l'essentiel était d'arriver à bon port. Elle ne tarda pas à avoir un verre d'eau et le boire après un merci. Il lui en faudrait bien évidemment au moins un autre et avait l'impression que ça n'allait pas beaucoup aider son mal de tête.

Il fouillait dans les placards quand elle lui posa la question qui l'intéressait quelque peu. Elle hocha la tête à sa réponse. C'est vrai qu'il avait eu le permis à cette époque. Elle l'avait eu plus tôt et l'avait laissé conduire son véhicule quelques fois avant qu'il le passe, heureusement pour eux, aucun agent de police trop zélé n'avait été sur leurs talons. Époque bénite où ils pouvaient se sentir tout puissant ou au contraire insignifiant.

- Ce n'était pas si terrible avec mes deux protecteurs. Sourit-elle en se souvenant que souvent, ils faisaient barrage à ce que d'autres pouvaient dire.

Elle restait persuadée de ne pas avoir tout entendu à l'époque de ce qui pouvait se dire, grâce à eux. Ils avaient été son repart, un mur de protection qui lui permettait de continuer normalement du moins dans la mesure du possible. Étonnamment, ses notes avaient chuté à l'époque et il lui avait fallu parler à quelques professeurs pour expliquer qu'elle n'était pas un cas désespéré parce qu'elle était enceinte, qu'elle était toujours la même personne. Certains avaient des réactions vraiment extrêmes. Il y avait eu aussi le groupe de soutien pour les adolescentes enceintes ou bien les échographies. Autant de changement par rapport à la vie lambda d'une lycéenne mais elle s'y était faite. Avec l'aide de sa famille et ses amis.

Quand il demanda ce qu'elle voulait dire en reparlant de cette époque, elle mit un moment à tourner ça. C'était maintenant vieux de trente ans... Pas que cela rende Imogen vieille ! Au contraire, elle était dans la fleur de l'âge mais au niveau du temps passé, ça semblait une éternité.

- Justement quand j'étais... Tu sais qu'on a fait adopter notre petite fille et, je l'ai retrouvé récemment. Je crois que c'est aberrant tout ce que le destin peut mettre sur notre route. Tout au même endroit. Je te retrouve toi, je trouve Imogen et je revois un ... collaborateur. Tout ça dans une si petite ville. C'est dingue quand on y pense non ? Elle trouva un siège et s'y assit tant bien que mal. Voilà, c'était juste pour ... dire que c'est dingue les coïncidences... Un voile devant les yeux et la douleur de sa tête poussèrent à demander de quoi la soulager finalement. Raah ma tête... Finalement, si tu as ce qu'il faut pour essayer de faire passer ça... Tant pis pour les contre indications et compagnie.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Remember Me. ► Weister Ven 8 Jan 2016 - 22:54

Remember Me
anders et grace




Ranger ranger, tracer un chemin... L'écrivain n'était vraiment pas partant pour changer un petit chemin, faire un petit espace. Mais Grace venait de lui donner un argument, il comprenait sa crainte et il lâcha un soupir.

- Ok. Je peux au moins te faire ça. Pas maintenant, pour les prochaines fois oui..

Anders finit par céder pour Grace, ça allait lui donner une raison de dégager un peu le sol du salon et déjà il n'y avait rien sur les marches des escaliers, parce que d'un commun accord... Lui et Samuel avaient interdit de laisser quoi ce que ce soit dans les escaliers depuis qu'ils avaient tous les deux manqué de se casser la figure.
L'alcool n'aidait pas du tout, il ferma les yeux et eut l'instant illumination. Il n'arrivait pas trop à différencier quand c'était sérieux ou pas. Grace n'était pas quelqu'un de violente, ni de trop physique. C'était logique, il se tapa doucement le front avec sa main libre.

- Mais oui, que je suis con.

Elle avait déjà frappé quelqu'un dans le passé, ça ne lui avait pas réussi du tout. Il y avait trop de souvenirs, les dates étaient mélangées et c'était très difficile de tout remettre dans l'ordre. Ils n'allaient jamais réussir de toute façon. Ils prendraient vingt ans pour tout résumer.
Anders essaya de se concentrer sur la marche qu'ils avaient à faire, Grace lui faisait confiance pour qu'il ne la laisse pas tomber. Sans forcément comprendre le double sens. Il avait vaguement répondu par une moue. Avec les objets par terre, Weiss ne dira jamais que son amie avait raison, qu'il fallait faire au moins un chemin parce qu'ils pouvaient se casser la figure. Il n'avait jamais cette habitude de se déplacer quand il avait bu sa bouteille, il restait toujours sur son canapé et attendre que le sommeil passe.

Il appuya sur l'interrupteur quand ils étaient arrivés dans la cuisine. Ça lui faisait assez bizarre de la voir complètement rangée. Anders se souvenait toujours de l'évier qui avait toute la vaisselle qui débordait et il voyait son assiette du déjeuner qu'il n'avait pas forcément pu finir. Alors que Grace s'appuyait sur le comptoir, il débarrassa son assiette pour jeter le contenu dans la poubelle. Déposer l'assiette dans l'évier, donner de l'eau et puis choisir ce qu'ils allaient manger.

Grace voulut parler de l'année quand ils avait dix-huit ans. Cela ne le rajeunissait pas du tout. Mais il se souvenait que ce n'était pas une période facile pour son amie, pourtant elle essaya de dire le contraire. Cela fit sourire Anders parce qu'il se reconnaissait comme un des protecteurs, avec Thomas. Ils n'avaient jamais rien dit à Grace ce qui s'était passé derrière son dos, mais ils savaient tous les deux qu'elle s'en doutait. Mais pourquoi elle lui demandait de faire un bref retour de trente ans en arrière. Il ne tarda pas à avoir la réponse. Il plaça la casserole sur la plaque et l'alluma.

Weiss reprit les verres pour les remplir, déposa devant Grace à nouveau. Il but son verre et le finit cette fois-ci. Il écouta et s'était arrêté dans son déplacement. Il n'était pas très sûr d'avoir bien entendu. Elle venait de retrouver sa fille ? Il écouta avec du mal la suite et entendit le prénom Imogen, elle ne parla pas de l'identité du collaborateur. Cela intrigua Anders qui revint en face de Grace qui était assise en face du comptoir, il s'accouda dessus. Avec un air perdu et surpris, il voulut intervenir mais elle parlait vite et ne lui laissait pas le temps pour. Elle se plaignit de son mal de tête.

- Tu ... Hein ? Attends... Attends ... Gracie ... Tu es allée trop vite pour moi, je ne te suis plus. Tu as retrouvé ta fille ? Il cligna les yeux, il était encore plus perdu et plus surpris. L'information n'arrivait pas à la bonne destination. Après trente ans ? Tu la retrouves ici ? Et tu me dis que c'est Imogen ? Imogen Kent ?

Il se massa les yeux et décida de bouger, pour aller ouvrir la porte du frigo. Oui, il faisait la cuisine, il ne devait pas oublier que l'eau était en train de bouillir et qu'il devait sortir la poêle pour les lardons. Imogen était la fille de Grace et ...

- ... Je ... Suis surp.. non .. Si. Surpris.

Comme si cela ne se voyait pas assez ! Surpris à un point qu'il n'avait pas fait attention à la demande de Grace pour quelque chose contre le mal de tête. Il venait de s'en souvenir maintenant.

- Heu .. Oui .. Quelque chose pour ta tête. Il s'arrêta dans ses gestes où il allait ouvrit le placard qui était en dessous du comptoir, il était pourtant bien parti pour chercher quelque chose contre le mal de crâne. Il se redressa, peu sûr de lui.Je ne suis pas sûr que l'aspirine puisse t'aider ...

Si elle avait accepté plus tôt, il n'aurait pas hésité parce qu'il serait allé le cherché avant que Grace n'arrive ici. Car la logique des habitudes chez Anders voulait qu'il mette le cachet d'aspirine à côté de la seconde bouteille. S'il le cherchait maintenant, elle verrait la seconde bouteille. Mais il y avait plus important. Il était surpris quand il y repensait.

- C'est ... Merde alors, j'ai rencontré sans savoir ta fille... Tu l'as retrouvée par hasard ?

Il connaissait Imogen, mais pas autant que ça. Ils étaient ... Elle était une journaliste, il l'avait renvoyée comme il avait renvoyé les autres journalistes en réalité. Il se rendit compte qu'il avait laissé la porte du frigo ouverte et alla pour la refermer avant de comprendre pourquoi il l'avait ouverte. Il l'ouvrit encore pour récupérer les lardons qui étaient au fond du frigo, ça consistait à sortir tout le reste pour les récupérer ... Il referma aussitôt.

- Finalement, j'ai la flemme de faire cuire les lardons. Ça t'ira si je fais seulement les pâtes ?

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Grace Foster
Padawan accompli
2331 $
19/12/1967 $
2331 messages
Mensonges : 2331
Anniversaire : 19/12/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Remember Me. ► Weister Sam 9 Jan 2016 - 1:49

Remember Me
anders et grace


Le passé.
Ce qu'il y avait de bien avec le passé, c'était qu'il était ... passé. Enfin, beaucoup diraient que le passé était le mal parce que c'était là que tous les drames étaient arrivés mais c'était avant tout parce qu'ils ne connaissaient pas encore le futur qu'ils disaient cela. Le passé n'était pas responsable des souvenirs, il en était juste le garant.

Et pour Grace, il y avait cette époque de joie qu'avait été ses jeunes années. Même si les difficultés s'étaient présentées très tôt à sa porte, elle avait eu la chance d'être soutenu et elle savait que c'était quelque chose qui n'était pas donné à tout le monde. Elle avait eu peur que sa grand-mère la rejette sur le coup et que son frère défigure Thomas mais tout le monde avait réagi de manière contrôlé. Elle avait bien sûr suspecté sa grand-mère d'avoir piqué sa crise en solitaire, déçue par sa petite fille et imaginait fort bien que Ivan avait pu prendre à partie Thomas pour lui expliquer ses nouvelles responsabilités. Mais, tout ça, ça c'était passé hors champ comme on disait au cinéma. Ça s'était passé sans qu'elle en ait connaissance ou en ait une preuve. Tout ce qu'elle avait su à l'époque c'était qu'elle avait le soutien de sa famille. Étonnamment, avant de prendre à partie les Moore, elle avait été trouvé Anders pour le lui annoncer un peu anxieuse de sa réaction et avait été agréablement surprise qu'il ne change pas sa façon de la regarder. Sauf dans les moments un peu après où il la croyait prête à se casser à l'impact. Elle n'avait pas été un œuf, même presque. Malgré tout, ça l'avait fait rire et elle s'était sentie bien à cette époque. Il y avait un temps considérable maintenant bien évidemment mais c'était le genre de souvenirs qu'elle n'oubliait pas.

En cela, dans le passé, il y avait aussi eu la naissance de son premier enfant, sa seule fille. L'enfant qu'elle avait retrouvé bien que ce soit encore une relation à sens unique vu qu'elle ne comptait pas le lui annoncer maintenant. Elle commençait à peine à la connaître et voulait savoir qui était Imogen avant tout autre chose. A la réaction excessivement surprise d'Anders à la nouvelle, elle rit.

- Tu devrais voir ta tête. Dit-elle ce à quoi il répondit être surpris. Ah oui, je vois ça !

Elle réfléchit ensuite un peu, difficilement vu son mal de tête à la réponse d'Anders. Il connaissait Imogen ? Oh que le monde était étrange et les coïncidences de moins en moins des coïncidences. Pour un peu, elle pourrait vraiment y croire, au destin. Elle perdit vite le fil de ses pensées par l'agitation de son ami et eut un air surpris. Il semblait peu à peu sujet aux effets de l'alcool à son tour. Pas mal du tout, elle se sentait moins seule.

- Si c'était ce que tu comptais me donner... C'est mieux que rien, sauf si tu préfères me voir souffrir demain au réveil. Plaisanta-t-elle un peu alors qu'il restait devant le placard fermé. Un prob... Il l'interrompit reprenant sa surprise là où il l'avait laissé.

Il confirma avoir rencontré Imogen et lui demanda ce qu'il en était de leur rencontre. Elle allait répondre mais l'observa plutôt s'activer en cuisine, refermer son frigo, faire les choses dans un certain désordre.

- Viens t'asseoir, je vais le faire, on risquerait de finir ébouillanté ! Fit-elle en tapotant le siège à côté. En attendant qu'il se décide, elle continua la conversation précédente avec un sourire. Alors tu connais Imogen ? En réalité, je ne pensais pas la voir un jour. J'ai juste décidé de l'annoncer à Riley pour ne pas parti.. pour ne plus garder ça que pour moi et j'aurai du m'en douter, il a fait des recherches. Il m'a montré une photo, c'était la seule chose qu'il avait pu avoir et jusqu'à venir ici je ne connaissais pas son nom. Et je l'ai vu aux informations. Elle voulait éviter de dire qu'elle avait révélé ça à Riley quand elle pensait se laisser aller doucement et préféra un petit sourire dissimulateur en fuyant le regard au moment où elle s'était reprise. Évidemment, elle ne sait rien. Je voulais la connaître juste comme ça. Ça ferait sans doute plus de mal si je lui disais et puis on n'est rien pour elle, elle a sa famille.

C'était parler encore enfant que de parler d'Imogen mais elle espérait que ça puisse rester un sujet plus surprenant et entraînant que triste et déprimant. Ensuite, alors son cerveau fit encore un peu marche arrière et elle le regarda avec un air suspicieux.

- Il y a quoi dans ce placard pour que tu hésites à l'ouvrir ?

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Remember Me. ► Weister Sam 9 Jan 2016 - 11:52

Remember Me
anders et grace




Il était surpris et il savait qu'il n'allait pas s'arrêter. Il y aura pleins d'autres choses surprenantes qui finiront par venir, des révélations comme apprendre qu'Imogen Kent était la fille de Grace. Anders ne s'était pas attendu que son amie aborde ce sujet, c'était ... la surprise totale, parce qu'il trouvait que c'était impossible de retrouver à la fois son meilleur ami et sa fille. Tout les deux, dans la même ville. C'était absolument impossible...!
Sa surprise était tellement grande que Grace ne pouvait pas s'empêcher de rire à sa tête. Anders secoua la tête pour essayer de se reprendre, cligna les yeux. Il avait rencontré sans le savoir la fille de sa meilleure amie...!


- Je ... Wow.

Il était surpris qu'il n'arrivait pas à aligner une phrase. C'était quelque chose de surprendre Weiss comme cela. C'était sûrement l'alcool qui aidait assez à réagir comme ça. C'était impossible que ça soit une coïncidence...! Pourtant Lewiston n'était pas la ville centre du monde.
L'aspirine était à côté de la bouteille et il ne devrait pas ouvrir le placard. Alors qu'il venait de se reprendre, il reprit sa surprise là où il l'avait laissée, c'était peut-être mieux pour gagner du temps. Il ne saurait pas mentir à Grace s'il lui disait qu'il y avait rien dans son placard. L'écrivain s'activa pour cuisiner les pâtes, mais à force de fermer et d'ouvrir plusieurs fois en même temps, il était trop nerveux.


- Non. Toi tu restes assisse.

Il la pointa du doigt et il soupira de dépit parce qu'elle avait raison, il était trop actif et bougeait un peu partout pour faire les choses dans le désordre. Il finit par s'asseoir sagement à côté d'elle, après avoir rempli les verres d'eau à nouveau. Il hocha la tête, oui il connaissait Imogen. Il essaya de l'écouter et plissa les yeux quand elle avait arrêté sa phrase pour se reprendre avec une autre, ça avait perturbé Anders. Elle cachait quelque chose derrière, il pouvait clairement le voir, mais il n'était pas trop sûr d'un côté. Il savait que Imogen ne savait rien de tout ça, c'était logique que Grace ne veuille pas entrer dans sa vie. Il adopta un air sérieux, il posa ses coudes sur le comptoir.


- Il y a des années, 2005 ou 2006. Je ne sais plus trop ... Samuel m'a posé une question en mangeant ici même. Un camarade de sa classe de collège a appris que ses parents étaient ses parents adoptifs... Il a commencé avec l'aide de Samuel à faire des recherches sur ses vrais parents, mais il était trop jeune pour avoir accès à ces informations. J'imagine pas qu'il a dû passer le reste des années à attendre d'être majeur pour avoir des informations sur ses parents. Ses adoptants ne pouvaient pas lui donner des informations... Je m'égare un peu, mais Samuel à cette époque m'a posé la question : Qui était Chloé ? Je me rends compte que j'ai été un mauvais père pour lui avoir refusé de parler d'elle. Elle était partie quand il était petit... Il ne peut pas s'empêcher de vouloir connaître qui est l'autre personne qui aurait pu être sa mère. Il a ce besoin de connaître, de se rapprocher d'elle, de se dire ce qui se serait passé si elle était toujours là.

Il avait ce pincement au coeur quand il parlait encore de Chloé et de Samuel, ça lui faisait mal et paradoxalement ça lui faisait du bien d'en parler. Parler des souvenirs, ce qu'était Samuel à l'époque, il aimait chercher et aider les gens. Il reprit la parole après avoir bu de l'eau.


- Ce que je cherche à dire Grace, c'est qu'Imogen a très probablement cherché des informations sur sa famille, sur toi, mais elle n'a pas eu accès et a peut-être abandonné. Elle peut avoir sa famille, mais ça ne doit pas lui suffire car au fond d'elle, elle ne peut pas s'empêcher de vouloir savoir, de se poser des questions. Tu me dis que Riley a fait des recherches, il cherche à la connaître. Tu es venue la voir, tu as cherché à la connaître et tu l'as rencontrée. Mais elle, elle ne sait pas qu'elle a rencontré sa mère. C'est un peu cruel je trouve. Si tu préfères que ça soit elle qui aille vers toi et non l'inverse. Ce n'est pas gagné... Si en trente ans... Elle n'a peut-être soit pas vraiment envie de te rencontrer. Elle n'a peut-être soit pas réussi à trouver des informations pour te retrouver... Si justement, elle trouve une information qui te mène un peu vers toi, une information que tu aurais pu lui laisser. Tu verras par toi même ce qu'elle en fera. Serait-elle prête à vouloir rencontrer sa mère, ou plutôt rester dans sa famille adoptive ? Tu ne peux pas dire que tu n'es rien pour elle et qu'elle a sa famille.

Il soupira et se massa le front, il se leva pour aller chercher les pâtes quand il s'était rendu compte que l'eau bouillait déjà. Il sortit le paquet de pâtes d'un placard et se retourna vers Grace.


- C'est à toi de choisir, de faire ce que tu veux. Tu peux faire comme si tu ne m'as pas entendu parler de tout ça.

Puis il mit les pâtes dans la casserole et regarda l'heure pour les minutes. Oups... une heure du matin ? Il n'avait pas résisté non plus à rester debout, il ne voulait pas laisser Grace faire la cuisine, elle ne tenait pas mieux sur ses jambes que lui. Elle lui posa la question sur le placard. Il grimaça et lança un regard vers ce fameux placard.

- Euh ... Rien.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Grace Foster
Padawan accompli
2331 $
19/12/1967 $
2331 messages
Mensonges : 2331
Anniversaire : 19/12/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Remember Me. ► Weister Dim 10 Jan 2016 - 2:39

Remember Me
anders et grace


Parler.
Quelque chose qu'elle faisait souvent mais pas de la même façon qu'à l'instant même. C'était la différente de parler avec des amis ou parler avec cet ami. Anders avait toujours été particulier parce qu'il était son plus vieil ami en date, peut-être également à cause de leurs différences qui leur permettaient de se supporter l'un l'autre. Enfin tout ça n'était qu'hypothèse. Au final, elle ne savait même pas ce qui faisait que Anders était devenu son meilleur ami si ce n'était le fait qu'elle l'appréciait bien sûr. Ça avait un côté mystique pour ceux qui croyaient en ces choses... et ce n'était pas son cas. Disons simplement que le courant était passé et que ça s'arrêtait là.

Ils parlaient donc et elle s'étonna que Anders lui donne un avis si complet sur la question. Pas qu'elle ne s'attendait pas à ce qu'il parle mais peut-être pas à ce qu'il lui montre qu'une autre opinion était possible. Il commença par expliquer sa propre situation passée avec Samuel et aussi difficile que cela devait être, ça lui fit plaisir qu'il lui parle de ça. Elle aurait pu vouloir à nouveau lui prendre la main ou simplement montrer son soutien mais elle resta tranquille. Il le savait déjà, qu'elle était là. Il lui parlait, se confiait sur sa propre expérience et pour peu, elle aurait pu dire que tout était normal. S'il se confiait c'était qu'il était en confiance et ça réussit à la rassurer à son tour. Il parla et parla encore si bien que cela lui donna un sentiment de culpabilité. Pourquoi ? Pour cacher cela à Imogen. Parce que les arguments qu'il donnait faisaient mouches. Il avait raison...

- Tu as raison bien sûr. Je sais que tu as raison et que ce serait à elle de décider mais je voulais juste savoir qui elle était avant. Parce que si elle ne veut aucune relation avec nous, moi je n'aurai pas l'occasion de la connaître. Je sais aussi qu'après trente ans de silence je n'ai pas le droit de demander quoique ce soit, c'est moi qui ait choisi que ce soit comme ça et je ne le regrette pas, c'est une belle jeune femme qui semble heureuse de vivre mais c'est juste ... les enfants... Et elle se tut parce que ce qu'elle allait dire, il le savait aussi. Il savait aussi la nécessité de connaître son enfant, de l'importance de tout ça. Il le savait mieux que quiconque.

Il lui proposa ensuite d'ignorer mais ce n'était pas possible d'ignorer. Elle hocha la tête à la négative en le regardant mettre les pâtes dans l'eau.

- Mais je t'ai entendu tu sais... Elle l'avait compris et c'était ça l'essentiel. Tu devrais prendre cette aspirine toi aussi. Fit-elle remarquer alors qu'il ne tenait guère mieux sur ses jambes et que sa tête semblait le faire souffrir.

Ce fut ce qu'elle remarqua mais également le soin qu'il mettait à nier l'évidence. Pourquoi se diriger vers le placard s'il ne contenait rien en premier lieu. Devant l'évidence du mensonge, elle ne put que lui faire un regard sceptique et non dupe. Après quoi, elle bougea jusqu'au placard et l'ouvrit.

- Rien hein ? Elle en sortit la bouteille et de quoi soigner le mal de tête. Tu comptais la garder pour toi ou la garder pour plus tard. Parce que si ça peut te rassurer même avec toute la volonté je crois que je ne pourrais pas en avaler une gout... Idiotement, elle se retrouva un peu éberluée assise par terre avec une légère grimace de douleur. Alcool, faiblesse musculaire et physique, elle décida finalement qu'elle ne pourrait pas tomber plus bas. Bien alors... je crois que j'ai trouvé ma place pour le reste de la soirée.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Remember Me. ► Weister Dim 10 Jan 2016 - 13:55

Remember Me
anders et grace




Grace voulait connaître Imogen, ne serait-ce un peu.
Anders l'écouta, sans toutefois essayer de l'interrompre. Il n'avait pas le coeur à ça et puis il comprenait, il savait qu'elle avait ce besoin de connaître sa fille avant qu'elle ne sache qui était réellement Grace pour elle. Mais c'était une mauvaise idée parce que Imogen allait découvrir cela et comment allait-elle prendre tout cela restait une réponse imprécise. Soit elle le prendrait bien et n'en tiendra pas vigueur. Soit elle le prendrait mal, mais continuera quand même à aller voir Grace. Soit elle le prendra bien et mal à la fois, elle essayera de se mettre à la place de Grace. Il y avait tellement de possibilités qu'Anders ne saurait pas qui était mieux. Il n'en disait rien à son amie, parce qu'elle le savait. L'écrivain quand il entendit la fin de la réponse de Grace, il la regarda en silence et grimaça un peu. Oui ...
Peu importait les moyens que ça pouvait être, un parent désirait toujours de connaître son enfant, de savoir ce qu'il devenait ou ... Ce qu'il aurait pu devenir. Anders ne pouvait pas s'empêcher de se poser inlassablement ces questions. C'était difficile de supporter ça, pour Grace aussi.

Il lui dit de faire ce qu'elle voulait, il avait donné son avis sur la question d'Imogen. Elle pouvait faire comme si elle ne l'avait pas entendu, il le lui avait dit mais Grace, elle l'avait entendu et avait compris. Elle avait eu besoin d'avoir un avis sur cette histoire et il venait de le lui donner, mettant en avant toute son expérience, ses vécus avec Samuel et un peu ses vécus personnels. Il se retourna vers Grace, un peu surpris qu'elle lui dise qu'il devrait prendre de l'aspirine.

- Non, je préfère ne pas trop gaspiller les cachets. Ça va aller. répondit-il, en train de mettre les pâtes dans la casserole

Il avait connu pire comme mal de crâne, c'était quand il buvait toute une bouteille à lui seul qu'il prenait un cachet. Alors, que cette soirée il n'avait pas vraiment trop trop bu, même si c'était boire deux, trois verres un peu trop rapidement, il n'avait pas énormément bu par rapport à Grace.
Il vit le regard suspicieux de son amie face à son mensonge trop évident. Anders essaya de faire un sourire innocent mais n'y parvint pas. Il la vit s'activer pour aller ouvrir ce fameux placard.

- Hé non n'ouvr...

Il avait pointé du doigt ses gestes avant de serrer sa main pour en faire un poing. Il se pinça les lèvres, avec une expression coupable de l'acte : cacher la seconde bouteille. Elle s'exprima à ce sujet-là et Anders lâcha une grosse expiration. L'écrivain voulut intervenir mais dès qu'il la voyait finalement s'asseoir au sol, adossée contre les placards du comptoir... Enfin s'asseoir, cela ne semblait pas être prévu.

- Grace ? Ça va ? s'inquiéta Weiss en voyant la grimace de douleur.

Il se dirigea vers elle, s'agenouilla avec du mal devant elle. Il ferma les yeux à cause de son mal de crâne. Elle n'arrivait pas à tenir sur ses jambes, même mi assise, qu'elle avait dû s'asseoir complètement les fesses au sol. Il posa sa main sur le genou de son amie, soucieux. Elle finit par lui dire qu'elle avait trouvé sa place pour le reste de la soirée. Heureusement qu'il avait fait du ménage dans cette cuisine. Il fit un petit sourire triste et baissa son regard sur la bouteille d'alcool qu'elle tenait. Il tendit la main pour la récupérer.

- Je comptais la garder égoïstement pour moi cette bouteille. Je suis coupable... J'y tiens à la garder pleine et à ce qu'on ne l'ouvre pas... Tu préfères manger par terre ? Ok, ne bouge pas.

Il récupéra la bouteille, il se releva et manqua de tomber en arrière. Ouh là. Il se rattrapa au comptoir et fit le tour pour déposer la bouteille dessus. Récupérer le verre rempli d'eau pour le tendre à Grace qui avait toujours la boite à l'aspirine.

- Tient. Il retourna à la casserole, pour la cuisine et continua à préparer les pâtes. J'en ai pas spécialement mis beaucoup, mais ça devrait forcément suffire pour nous deux...

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Grace Foster
Padawan accompli
2331 $
19/12/1967 $
2331 messages
Mensonges : 2331
Anniversaire : 19/12/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Remember Me. ► Weister Dim 10 Jan 2016 - 15:45

Remember Me
anders et grace


Tête de mule.
Ce qu'elle pensa et hurla avec le regard en direction de son ami. Ne pas gaspiller de cachets mais bien sûr ! Ce n'était pas comme si ça coûtait très cher et qu'on n'en trouvait pas à la pharmacie ou drugstore du coin. C'était de la mauvaise foi. Oh, elle n'était pas dupe au point de ne pas voir l'alcool comme nouveau passe-temps pour Anders mais ça ne l'empêchait pas d'avoir le droit de se soigner s'il ressentait la douleur. Elle ne jugeait pas mais aurait préféré qu'il choisisse de faire taire son mal de tête plutôt que de jouer au bourriquet.

- Si tu le dis... Fut la seule réflexion qu'elle se permit. Elle n'allait pas insister, c'était son choix aussi idiot soit-il. C'était lui qui allait avoir la migraine demain ... Et elle aussi apparemment.

Mais elle se préoccupa peu de ça sur l'instant. Elle ne pouvait se focaliser que sur un seul point et à l'instant précis c'était le placard. Elle ne dirait pas qu'il le captivait mais elle développait un intérêt soudain à son contenu simplement parce que Anders avait semblé nier que quelque chose d'intéressant soit dedans. C'était bien connu que depuis quelques années, elle ne faisait certainement pas ce qu'on lui disait. A vrai dire, à partir du moment où Thomas était entré dans sa vie, elle avait un peu évolué et n'était plus cette fille bien sage. Oh enfin, elle était toujours sage mais ça ne l'empêchait pas d'aller à l'encontre des consignes quand il le fallait. Journaliste lui avait aussi enseigné ça.

Elle ouvrit alors le placard pour y trouver la bouteille pleine et l'aspirine. Pourquoi lui cacher ça ? Il croyait crédulement qu'elle n'avait pas compris qu'il avait un faible pour tout ça ? Ou bien la confiance avait ses limites elle aussi. Elle connaissait les ravages de l'alcool au travers d'interview, la perte des proches pour ses personnes. Préférait-il la bouteille au reste ? Sans doute que oui ces derniers temps et elle ne pouvait que le comprendre. Même si elle n'avait jamais été tenté d'y noyer son chagrin, la dépression avait été tout autant une addiction pour elle que l'alcool pouvait l'être pour d'autres. Elle ne comprenait simplement pas le mensonge. De toute façon, elle avait assez bu même si un verre ou deux en plus pour simplement tomber dans l'inconscience pouvait aussi avoir son charme d'ordinaire. Là, ce soir ou plutôt ce matin, c'était un peu différent parce qu'il y avait Anders et qu'elle devait tenir. Elle voulait profiter de son ami, de leur amitié retrouvée, de la nuit bien avancée. Et puis des pâtes aussi apparemment.

- Ca va, juste quelques douleurs... je suppose que tu n'as pas d'acéclofénac ou de tramadol dans ta trousse à pharmacie ? J'ai juste oublié d'en prendre ce qui est à la fois bien avec l'alcool...

Et elle prenait ça à la désinvolture parce qu'elle n'était plus à ça près et qu'elle avait déjà eu plus mal que ça. Ça la clouait quelques fois au lit et devait retourner pour quelques séances de kinésithérapie et concentration pour contrôler chaque parcelle de muscle des jambes. Aujourd'hui avait été un bon jour, un faible boitillement contrôlé par l'émotion de revoir Anders et par le fait qu'elle avait autre chose en tête qui l'empêchait de se focaliser dessus et remarquer si véritablement, elle avait eu l'air d'une grand-mère après une mauvaise chute...

- Ne t'inquiète pas, je ne vais pas te voler ta bouteille. Je t'en achèterai même une nouvelle en remboursement de celle que j'ai moitié bu seule si ça peut te faire plaisir. Dit-elle gentiment mais ne cachant pas le fait de l'incompréhension et de l'ironie peut-être un peu. Je crois que ce sera plus prudent. Faudra que tu songes à appeler les déménageurs pour me relever. Se moqua-t-elle d'elle-même.

Elle le laissa s'activer tandis qu'il lui amenait de quoi prendre un cachet. Au stade où elle en était, elle penserait même à faire un cocktail explosif de médicaments pour passer le nouvel an. Oui, bonne année. Un peu mieux tout à l'heure que maintenant d'ailleurs vu l'état de son mal de crâne. Il retourna aux pâtes et s'il ne la voyait pas elle hocha la tête avant de reprendre :

- Andy ? Elle attendit qu'il lui fasse face et lui tendit de l'aspirine. Tiens. Tu as le droit d'en prendre et si tu as peur d'en manquer j'irai t'en racheter demain de quoi remplir ton placard ! Tu manques de tomber à chaque pas et on fera quoi si on se retrouve tous les deux par terre sans moyen de se relever dans l'immédiat ? Les pâtes seront trop cuites et on aura faim. Puis on aura soif, on boira ta bouteille si précieuse et on aura encore plus soif et encore plus mal à la tête et ... Tu as compris le principe. Prends ça et évite la catastrophe au lieu de jouer au plus têtu ! Ça ne marchera pas avec moi. Fut ce qu'elle sous-entendu là.

Elle le laissa réfléchir et agir avant de reprendre la parole.

- Tu sais, étant donné que je suis ta nouvelle voisine et que tu as trois pas à faire dehors pour venir chez moi ... tu y es le bienvenu quand tu veux aussi pour ce que ça vaut... Et la porte n'est jamais fermé donc pas besoin de clé.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Remember Me. ► Weister Dim 10 Jan 2016 - 19:44

Remember Me
anders et grace




Il était soucieux et il l'était encore plus quand elle lui disait qu'elle avait que quelques douleurs d'une façon assez relâchée. Comme si cela lui était égal, il répéta sans la voix, le mot tramadol qu'il semblait bien connaître. Elle en prenait actuellement ?

- Même si j'en avais, je préfèrerai te donner l'aspirine. Le tramadol...? Que s'est-il passé ?

La main sur le genou de son amie, sans toutefois s'appuyer dessus. Oui, la question de ce qui s'était passé concernait l'état de santé. Il savait d'expérience qu'il fallait une prescription pour ces médicaments, donc elle ne pouvait pas l'obtenir en demandant tout simplement. Où est-ce qu'elle avait mal ? Anders comprit qu'il fallait à tout prix éviter l'alcool avec elle si elle consommait encore ces médicaments les prochaines fois.

Face à l'ironie et la gentillesse de Grace, il ne sourit pas et resta silencieux. Il pouvait sentir l'incompréhension de son amie. Il lança un petit regard désolé en sa direction.
C'était ce qu'on appelait une sorte d'addiction.
Anders n'avait jamais réussi à confier son problème avec l'alcool parce qu'il n'arrivait pas à l'admettre aussi facilement. Mais c'était le seul moyen pour penser à autre chose, pour se sentir bien une bonne fois pour toute. Grace pouvait très bien l'avoir remarqué, mais elle devait s'attendre à ce qu'il nie son addiction. Weiss avait tout cela sous contrôle, il faisait attention à ses consommations, mais ça lui arrivait de dériver à quelques moments.L'alcool c'était à la fois de la délivrance mais aussi de la punition. Il refusait les aides contre les effets secondaires, parce qu'il devait les assumer. Tête de mule oui, il avait aussi cette tendance à vouloir se faire mal à lui-même. Autre chose, mais l'écrivain ne pouvait pas vraiment l'expliquer. Il avait ce sentiment d'insécurité même si c'était Grace, sa meilleure amie, ce sentiment de devoir protéger cette bouteille. Anders ne comprenait pas pourquoi ce mensonge, pourquoi avait-il réagit comme cela, c'était instinctif et il n'avait pas eu besoin de réfléchir.
Il se releva pour s'activer sur la cuisine de niveau un, en somme une cuisine pas très compliquée du tout. Grace parla de déménageurs, de l'aide pour la faire relever. Il répondit, les yeux levés au plafond.

- Mais non.

Concentré sur les pâtes, Grace l'appela et il se tourna à peine qu'il vit qu'elle était en train de lui tendre le cachet d'aspirine. Il lâcha une moue râleuse et préféra retourner sur les pâtes. Grace lâcha tout une hypothèse qui semblait être tirée par les cheveux, mais il n'y avait pas besoin d'un mode d'emploi, comprendre Grace pour les nuls... Pour comprendre qu'elle sous-entendu que ça ne marchera pas avec elle. Il soupira et se retourna pour prendre le cachet. Il la regarda et puis reprit son verre pour le remplir. Il but de l'eau avec l'aspirine et se remit sur les pâtes.
Il allait les égoutter quand Grace annonça qu'il était invité à venir quand il voulait chez elle, en précisant que la porte n'était jamais fermée. Anders se retourna à moitié en train d'égoutter les pâtes.

- Tu ne fermes jamais ta porte ? Actuellement là... Tu es ici, chez moi et chez toi, c'est toujours ouvert ? Mais tu n'as pas peur que chez toi on te cambriole ?

Il remit les pâtes dans la casserole, il fit les rapides préparations. Déposa la casserole remplie de pâtes sur le comptoir. Il chercha les assiettes et les couverts. Les accompagnements qu'il proposa visuellement à Grace, en silence. Il servit les assiettes et tendit celle de son amie avec les couverts. Puis il prit la sienne, en mettant le gruyère dessus. Il tenta de s'asseoir à côté d'elle et lâcha un soupir de douleur pour son mal de crâne.

- Bon appétit Gracie.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Grace Foster
Padawan accompli
2331 $
19/12/1967 $
2331 messages
Mensonges : 2331
Anniversaire : 19/12/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Remember Me. ► Weister Dim 10 Jan 2016 - 20:33

Remember Me
anders et grace


La douleur.
Si elle avait pu passer outre, ça aurait été un bon point. Au lieu de quoi, elle ne put retenir une grimace. C'était vraiment pas fair-play de la part de son corps de la lâcher au moment où elle avait le plus besoin de ses moyens et démontrer qu'elle était capable de se débrouiller seule malgré l'alcool qui embrumait son esprit et l’empêchait de se concentrer. Elle savait qu'elle n'aurait pas du oublier de prendre ses médicaments. Le traitement était important mais entre la visite surprise de l'agent du FBI et son envie de montrer à Anders qu'elle lui en voulait mais qu'elle était également là pour lui, elle avait oublié. Elle était certaine que demain, elle serait totalement bloquée. Riley allait encore protester contre son laxisme. Pire qu'un papa poule parfois ! On se demandait qui était le parent de qui.

Elle hésita à raconter directement le pourquoi du comment à Anders mais ne voulait pas avoir l'air de se complaire dans le malheur plus que nécessaire, sans compter que cette partie de la conversation était close pour le moment.

- Ce n'est rien ne t'en fait pas. Elle lui tapota gentiment la joue avec un sourire rassurant.

Il retourna au plat de pâtes et elle ne sut pas quoi faire d'autre qu'attendre. Cela et prendre finalement l'aspirine. C'était mieux que rien même si ça n'aiderait pas sa condition. Elle était sûre de sentir la cicatrice la tirailler comme si l'opération venait d'avoir lieu. Une douleur résiduelle désagréable mais rien de pire que la perte de contrôle de ses membres inférieurs. Au moins refusait-elle de se laisser abattre maintenant qu'elle avait repris le dessus sur les idées noires. Son positivisme lui faisait espérer une rémission complète avant de tomber bien bas lorsqu'elle réalisait des efforts à faire et sans doute de l'impossibilité de la chose. Au moins pouvait-elle marcher, c'était une bonne chose. Il ne fallait pas trop en demander non plus. Il y avait pire qu'elle. Il y avait Thomas...

Elle insista ensuite pour qu'il prenne une aspirine à son tour. Il ne pouvait pas rester comme ça, pas plus qu'elle. Ils formaient un bon duo de bras cassés ou plutôt de buveurs incontrôlés... Il finit par se laisser convaincre et elle afficha un visage très satisfait d'elle-même et victorieux. Elle obtenait ce qu'elle voulait et c'était tout ce qu'elle demandait. Elle arrivait encore à faire plier Anders ce qui était un bon point. Dans d'autres temps, elle avait adoré dire qu'elle le menait à la baguette mais en réalité, il le faisait quand il voyait que c'était une demande positive et amicale, pour le reste, il n'allait certainement pas lui obéir. Mais ça avait toujours été drôle de prétendre le contraire et en rire tandis qu'il réfutait fermement.

Après ça, ce fut à son tour de faire une invitation qui valait pour tout le temps, tous les jours, toute heure. Même si ça devait la réveiller en pleine nuit ou qu'elle n'était pas là.

- A quoi bon. On la fermait à clé avec les enfants mais d'une certaines façon c'est un peu superflu parce que si un cambrioleur veut entrer que ce soit verrouiller ou non, il entrera. C'est peut-être un peu dissuasif mais de toute manière personne ne sait que je ne ferme pas à clé et je ne me suis encore pas fait cambrioler. On verra bien, ce ne sont que des biens matériels, rien d'important. Non, rien d'important parce que ce qui lui importait était dans un coffre, les albums de photos notamment et le reste dans sa tête. On ne pouvait pas placer les souvenirs sur une étagère. Sa tête était remplie des plus précieux biens.

Il finit par égoutter les pâtes et elle déclina l'offre d'accompagnement mis à part un morceau de beurre peut-être pour les rendre moins collantes. Elle n'avait pas très faim de toute façon.

- Bon appétit Andy. Fit-elle rapidement avant de tout de même se mettre à manger.

Par terre n'était vraiment pas la position idéale pour manger. Elle avait connu mieux et l'aspect pique-nique était moins réjouissant que d'ordinaire. Si elle n'en faisait pas tomber, elle serait contente. Elle grignota rapidement la plus grosse partie et ne réussit pas à finir son plat qu'elle ne pouvait plus rien avaler. C'était un exploit. Elle s'était presque gavée pour que son faible appétit passe inaperçu. Pour elle, c'était beaucoup et pourtant l'assiette n'était pas si remplie. Elle réussit à s'approcher pour déposer l'assiette sur le comptoir.

- Il est déjà une heure et demi du matin. S'étonna-t-elle alors qu'elle était sûre d'avoir surgi chez Anders, le jour perçait encore. Le temps était passé vite bien que certaines discussions aient pu paraître durer des heures. Je devrais te laisser. Je ne t'ai même pas demandé si tu travaillais mais il faut quand même que tu dormes, tu as un air fatigué. Je vais rentrer.

Sa bonne volonté fut anéantie par une douleur à son mouvement. Elle ne pourrait pas se lever ainsi. La douleur laissa échapper un ouf réprimé. Grace reprit le contrôle de son visage avant de se tourner vers lui.

- Je crois que je vais avoir besoin de toi pour me lever si j'espère pouvoir me traîner jusqu'à mon lit. Sourit-elle en y plaçant toute sa bonne volonté.




Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Remember Me. ► Weister Dim 10 Jan 2016 - 21:37

Remember Me
anders et grace




Grace aura beau lui sourire, mettre la main sur la joue et lui dire que ce n'était rien. Ça ne suffisait pas pour Anders, il savait qu'il y avait quelque chose derrière mais il avait compris le message malgré le regard soucieux qu'il faisait. Grace ne voulait pas en parler et ce n'était pas comme si c'était la dernière fois qu'ils se voyaient. Ils allaient sûrement en parler et il y avait tous ces sujets vastes. Comme le jeu des années qu'ils avaient pas continué, parler de leur gosses et des coups de gueules. De leurs problèmes. Anders restait quand même inquiet parce que tout cela pouvait disparaître du jour au lendemain. À Lewiston, il était facile de briser l'amitié des gens par des rumeurs...! Weiss avait compris que ce n'était pas un sujet à parler en ce moment, ils en avaient déjà assez dit tous les deux et c'était ainsi qu'il retourna aux pâtes.

Il sentait déjà le regard et le sourire fiers de son amie, qui devait sûrement hurler à la victoire dans sa tête. Anders n'aimait pas forcément qu'on lui donne les ordres, qu'on lui demande de faire quelque chose. Pourtant, Grace était l'une des rares personnes à savoir faire face à son côté tête de mule et il ne résistait pas longtemps quand elle insistait gentiment. Parce que le reste, elle pouvait bien rêver encore un peu...!

- Si moi. répondit Anders qui faisait le malin, un léger sourire taquin. Il était un des rares à savoir qui savait que la porte était ouverte. Mais tu as de la chance de ne pas t'être fait cambrioler. Ça m'est arrivé il y a quelques années. Mais très peu de choses ont été prises. Il y avait trop de bazar à un point qu'ils ne savaient pas où commencer.

C'était amusant. Anders et Samuel n'avaient pas perdus grand choses. Ils n'étaient pas très objets et il y avait pas vraiment quelque chose de précieux à cette époque, l'ordinateur était trop lourd, la télé était assez vieille... Il y avait rien qui avait intéressé les cambrioleurs. Dans ce quartier, personne n'était à l'abri d'un quelconque cambriolage.

Ils étaient en train de manger en silence, pas dans la meilleure des positions. Elle avait préféré manger par terre, elle n'osait pas forcément se relever à cause de la douleur, dont Anders n'avait aucune idée de la cause. Elle avait oublié de prendre ses médicaments, et elle ne pouvait pas les prendre à cause de l'alcool qui était dans son sang. Weiss n'avait pas spécialement réussi à tout manger et il fut le dernier à terminer à moitié son assiette. Il la regarda, la bouche pleine, il était surpris qu'il était une heure et demi du matin avant de se rendre compte qu'il avait déjà lu l'heure plus tôt. Qu'est-ce qu'il était un peu con.

- Non je ne travaille pas le jour de l'An car j'ai travaillé pour Noë... Ouh là Grace.

Il posa l'assiette sur le comptoir et tenta de se relever en lâchant un ouh là. Il soupira avec un sourire un peu triste, il tendit sa main pour l'aider à se relever, sans rien dire. Il essaya de l'aider à se relever, il n'hésita pas à mettre la main sur la côte de son amie, juste au cas où pour ne pas la laisser tomber.

- Je vais te raccompagner. Je ne serai pas rassuré à l'idée que tu peux marcher à quatre pattes jusqu'à chez toi. Annonça Anders

Il était sérieux et il n'avait pas cette difficulté de sortir la nuit et à cette heure il n'y avait pas énormément de monde qui voudrait trainer dans les rues de ce coin-là. Ils seraient tous au centre et d'autres à l'autre bout de la rue.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Grace Foster
Padawan accompli
2331 $
19/12/1967 $
2331 messages
Mensonges : 2331
Anniversaire : 19/12/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Remember Me. ► Weister Dim 10 Jan 2016 - 22:11

Remember Me
anders et grace


Manger.
Loin d'être un passe-temps, c'était même une corvée. Elle savait que ce n'était absolument pas recommandé même pour quelqu'un en pleine forme mais son manque d'appétit s'alliait avec les sentiments tornades qui la bousculaient en permanence. Un tornado qui lui donnait mal au cœur. Le bateau prenait l'eau de tous les côtés et si elle n'entretenait pas ses muscles et tout son corps, c'était sûr qu'elle allait finir impotente. Elle avait encore de la marge cependant à moins que vraiment, elle décide de ne plus jamais sortir de sa chambre. Hors de question. Elle avait donc avalé le minimum et remarqué qu'au moins Anders ne mangeait pas beaucoup plus ce qui devrait passer inaperçu.

Elle regardait l'heure et s'en étonna. Une heure et demi. Et elle n'avait pas souhaité la bonne année à Riley. La pire mère de l'année ! C'était un mauvais départ... En plus de ça, elle devait rentrer chez elle, ce n'était vraiment pas raisonnable de faire une nuit blanche surtout qu'elle travaillait le lendemain. Elle tenta donc de se redresser avant de sentir le tiraillement être douleur. Loupé pour passer inaperçu ça...

- Ça va, ça va. Répondit-elle rapidement alors qu'il s'inquiétait.

C'était au moins une leçon à retenir : ne pas s'asseoir par terre à l'avenir. Oh qu'il ne faisait pas bon vieillir !... Elle voulait rester indépendance mais se rendit rapidement compte que sans de l'aide, elle ne pourrait pas se débrouiller seule. Elle fit alors appel à ses services et hésita à rire presque tristement en le voyant galérer à son tour. Mais où était donc leur jeunesse ? Sans doute avec leur sobriété plus loin ... bien plus loin.

- Non, ce n'est pas... Elle serra les dents quand elle se tendit enfin debout.

Elle souffla alors, un soupir désespéré avant de cacher son visage dans la chemise d'Anders. Elle rit alors quelque peu, sans doute nerveux.

- C'est pas vrai. Même pas cinquante ans et j'ai l'impression d'en avoir vingt de plus. Une vraie petite grand-mère. Se moqua-t-elle d'elle-même avant de se décoller un peu. Je devrais arriver à rentrer tu peux aller te coucher et promis je n'essaierai même pas d'y aller à quatre pattes, je peux très bien tenir sur mes ja... Un pas et elle se rattrapa à Anders. D'accord, je sais de quoi ça à l'air mais ce n'était qu'un essai raté, le temps de retrouver l'équilibre ... Attends, attends.

Elle n'avait pas l'air forcément maline à se concentrer sur un point fixe et se préparer mentalement à faire un pas. Droit devant ! Un, deux et ... Un pas et victoire, si bien qu'elle leva les bras en tanguant.

- Tu vois ! Elle prit ensuite un air sérieux en le fixant, l'alcool semblait agir de plus en plus si bien qu'elle sembla annoncer une chose très importante : Cette barbe, tu devrais vraiment la garder ! Tant pis si ça plait pas aux autres mais moi j'adore ! Elle réalisa ensuite dire une chose si insignifiante qu'elle s'en tapota le front. Hum, oui. Il est vraiment temps de rentrer.



Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Anders Weiss
Padawan héroïque
2607 $
12/11/1967 $
2607 messages
Mensonges : 2607
Anniversaire : 12/11/1967


MessageSujet: Re: #1478 + Remember Me. ► Weister Dim 10 Jan 2016 - 22:46

Remember Me
anders et grace




Vingt ans passé, ça n'était pas rien.
Ils s'étaient quittés il y avait vingt-deux ans et ils venaient de se retrouver en ce 31 décembre 2015. Ils n'allaient plus se quitter, ils étaient voisins et ce n'était pas comme si l'autre allait partir à l'autre bout du monde. Ils avaient bien vieillis tous les deux et ne pouvaient pas vraiment faire comme les anciennes fois où ils pouvaient manger et dormir par terre sans que leur dos ne leur rappelle les limites. C'était fini tout cela et l'idée de se coucher très tard aussi, c'était pour les jeunes... Même si Anders avait un rythme de sommeil décalé, il dormait plutôt le petit matin et il travaillait les nuits. Tout était décalé chez lui et rien n'allait revenir à la normale. Juste que, ses quotidiens allaient devenir moins insupportable maintenant que son cercle d'ami commençait à prendre forme à nouveau dans cette ville de Lewiston. Il avait maintenant Grace et Riley, ce qui semblait être un bon début.

Weiss aida son amie à se relever, elle finit par poser sa tête contre son torse, il la tenait par les épaules alors qu'elle se mit à rire nerveusement. Il garda ce sourire triste en la regardant, puis elle sembla insister après lui avoir fait part de son inquiétude, insister à vouloir rentrer toute seule chez elle. Anders la regarda pas convaincu, il comprenait qu'elle avait un soucis à marcher. Elle prenait des médicaments, des anti-douleurs qui n'était pas que du niveau un, mais niveau deux. Il les connaissait assez et leur effet secondaires pour savoir ce que ça pouvait s'agir. Grace était blessée, aux jambes pour qu'elle ait du mal à marcher elle même et ce n'était pas seulement que l'alcool qui lui faisait ça. Elle tenta de marcher alors qu'il la relâcha, très peu sûr de lui-même.

- Ah non non, c'est une mauvaise idée...

Et elle insista encore une fois. Anders ne dit rien, il la regarda se concentrer, soucieux pour elle... Comment avait-elle pu en arriver là ? Il n'était pas sûr qu'il allait réussir à s'endormir, avec toutes les tracas, les interrogations qu'il avait en tête... Elle réussit à faire son premier pas. Il montra son pouce, à moitié hésitant.

- Oui j'ai vu ! Mais ça me suffit vraiment pas à me rassurer ... Tu n'as fais qu'un p...

Weiss s'interrompit en voyant le regard sérieux de Grace, il fronça les sourcils et lui demanda par le regard ce qui n'allait pas. Il ne comprenait pas. Est-ce qu'elle était en train de tenter de le faire taire par le regard ? Non, elle s'apprêtait à dire quelque chose de sérieux.

- Hein ?

Il cligna les yeux et passa sa main sur ses joues. Il avait cet air surpris. Il s'était tellement attendu à un sujet plus sérieux, à moins que ce qu'elle disait c'était sérieux ou c'était juste l'alcool ? Non, elle l'avait déjà dis plus tôt que la barbe lui allait, bien qu'elle était mal rasée. Anders ne savait pas quoi dire, ou plutôt, n'avait pas eu le temps de réagir là-dessus que Grace se souvint qu'elle devrait rentrer.

- Heu.. Oui. Ça va vraiment aller ? Je devrais arrêter d'être pénible, mais je ne tiens pas à te retrouver sur un lit d'hôpital pour t'être cassée la figure...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: #1478 + Remember Me. ► Weister

Revenir en haut Aller en bas
#1478 + Remember Me. ► Weister
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» #1478 + Remember Me. ► Weister
» Le 20 juin... Remember Cosmos 1999...
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21
» .:' A love to remember... ':. ~ {PV R'hapsody}
» FINLEY JUDAS LEVY-EYNSFORD ⊱ ❝ you jump I jump, remember ? ❞

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: The Town :: East Lewiston :: Quartier résidentiel :: Gun Club Road & 29th Street-