AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 A Hell of a Christmas ! [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
messages



MessageSujet: A Hell of a Christmas ! [PV] Dim 20 Déc 2015 - 20:16


Merry Christmas, Moule à Gauffres !

Axel


La sonnerie d'un four retentit grandement alors qu'un homme apparemment exténué s'était brièvement assoupi sur le canapé de cuir familial. Ce dernier, réveillé en sursaut par le bruit strident de l'engin électrique, accourut vers la cuisine et éteignit la chaleur tournante ainsi que la température. Il se saisit alors de gants de cuisine et extrada du four un plat large fait de terre cuite, qu'il posa sur le rebord de la cuisine. Il ouvrit alors le couvercle, observant son contenu. L'homme s'avança pour sentir le doux parfum de viande qui s'en extirpait et conclut que ça avait plutôt l'air bon.

Il sourit, observa son frigo, réfléchissant si tout avait bien été préparé, et rien oublié. Se rendant compte que non, l'homme soupira, détacha son tablier de son torse, le rangea et s'en alla à la salle de bains se faire une douche.

Une fois devant le lavabo, l'homme se regarda. Il avait un début de barbe, un peu plus épais qu'à l'habitude et des cernes fatiguées. Tayson sourit alors, se reconnaissant à peine et jaugeant que cette année lui avait quand même apporté un sacré coup de vieux. Pour le coup, Axel allait paraître bien plus jeune que lui, aussi, une fois la douche faite, il se tailla la barbe de manière à ressembler à autre chose qu'un clochard fraîchement à la rue.

En s'attelant à cette dure tâche, le trentenaire repensa au déroulement de sa journée.

Citation :
Il s'était levé tôt, six heures. La première chose avait été d'emballer deux cadeaux, précisément, car ce soir il attendait deux invités. Il voulait en voir deux, mais doutait que les deux soient là. Cependant, il gardait espoir et enthousiasme de voir cette deuxième invitée, bien qu'elle ne lui avait plus donné de nouvelles depuis bien trop longtemps. Il y avait eu par la suite le rangement de la maison, jusqu'à l'heure de l'ouverture du magasin, à huit heure 30.

Ensuite avaient débuté les commissions. Il était passé au magasin acheter du Rosbeef de 1 kilos (il avait vu large, c'était un gourmand, et son frère n'était pas en reste), de la mozzarella, de l'huile exprès pour la friture, 300 grammes de riz rond, de la chapelure, du jambon cru, une courgette moyenne, 1 bulbe de fenouil, 200 grammes de carottes et de pommes de terre, 3 poivrons de couleur différente et du piment d'Estelette, et aussi les framboises, des billes argentées au chocolat, seuls ingrédients qui lui manquaient pour le dessert.

Ca lui avait pris toute la matinée rien que ça. Sa VW était remplie de bonne bouffe, et son porte-monnaie avait subi une diète sèche d'un coup, mais peu lui importait, il savait que c'était pour la bonne cause.

Et quelle cause... Nous étions le 24 décembre, et ce soir il fêterait Noël avec son frère, il était persuadé qu'il viendrait, et sa soeur, qu'il espérait voir arriver dans la soirée, selon l'heure qu'il lui avait indiquée par whatsapp il y avait une semaine. Mais... pas de nouvelles. Il ne s'en déprima pas pour autant et restait optimiste quant à sa venue.

D'autant plus que malgré le job que lui avait demandé la préparation de son repas, il était fier du résultat et avait trouvé amusant.

La partie qui avait moins été drôle, ce fut d'aller acheter le sapin une fois les commissions rangées. Un joli sapin, d'un mètre soixante-dix, bien vert, et bien aiguilleux, et bien chiant à transporter tout seul. Heureusement, le pied était bien taillé, et il fut facile pour Tay de le faire tenir sur son petit socle avec un fond d'eau qui datait quasiment de la Grande Guerre.
Les décorations aussi, étaient vieillotes. C'était un peu leur seul héritage de leur mère, qui avait toujours stocké en cave les décorations de Noël que ses parents faisaient, alors qu'elle-même criait détester cette période et avait privé ses enfants plus d'une fois d'en faire...

Ca lui fit tout drôle de les ressortir, ces magnifiques boules, dorées, rouges, bleues, ancestrales, mais pourtant presque neuves vu le peu d'usage qu'elles avaient subies.

La décoration du sapin fut fastidieuse pour Tay. Déjà, il s'était encoublé avec la guirlande au moins trois fois, et avait glissé sur une boule deux autres fois. Il était pas doué, et avait dû dire adieux à quatre dorées dans sa maladresse. Mais il persista et en deux heures était parvenu à faire son satané sapin. Le trentenaire aurait pu reprendre ses activités normales, mais non. Le sapin penchait un peu, alors Tay avait jugé bon de le redresser sur son socle, s'enfouissant sous la jupe du conifère et le bougeant. Le résultat avait été que le sapin lui était tombé dessus.

Trois autres boules perdues au combat dans le procédé...

Et une autre demi-heure perdue à réarranger le tout et enlever les débris du désastre. Par sécurité, Tayson avait décidé de planter un clou contre le mur (qui servirait de toute manière à y accrocher un tableau par la suite) et de relier la pointe du sapin avec un ruban bleu scintillant. Ainsi, le sapin était droit, et il risquait de ne pas tomber, car soutenu. Aussi, il osa mettre les deux cadeaux sous le sapin.

Soulagé, le cadet Manchester put alors s'attelait à la cuisine. Il était 12 heures 20, et il n'avait franchement pas faim. Il continua brièvement le rangement, poursuivit des petites décorations de Noël çà et là, sortit ses framboises du congélateur, roupilla un peu, et décida d'entamer la préparation du repas aux alentours de 15 heures et quelques.

Sa première mission, s'occuper du dessert, car il fallait qu'il reste au froid un bon moment.

Il avait enfilé son tablier, mit un bandana, sortit ses outils, prêt à partir en guerre. Ce fut bien entendu au moment où tout était prêt niveau instruments qu'il se rendit compte que honte à lui, il avait oublié les oeufs...

Nouveau sprint en direction de la maison des Rosenbach pour leur subtiliser des oeufs sous les regards moqueurs des soeurs qui n'avaient jamais vu un Tayson avec un tablier, encore moins un tablier qui représentait des formes avantageuses de femme montées sur une tête d'homme avec barbe.

Bref.

Il était enfin parvenu à réunir tout ce qu'il avait besoin et avait débuté sa recette.

Ce qui était bien avec la cuisine, c'était qu'il avait eu nullement le temps de se prendre la tête ou de penser à -S. Il se concentrait à séparer le blanc du jaune, à battre en neige les blancs, rajouter du sucre, fouetter, rajouter les jaunes d'oeufs. Ensuite venaient la farine, la noix de coco, et le jus avec zestes de citron qu'il venait de préparer.

Il avait ensuite sorti une plaque du four, mit un papier sulfurisé puis avait étalé sa préparation avec l'attention d'un enfant de cinq ans peureux de tout foirer (il avait qu'un essai, après il devrait aller voler des poules au voisin !). Ensuite HOP, au four, thermo 6. Dix minutes passèrent, dix minutes pendant lesquelles Tayson s'était perdu dans la contemplation d'une émission de télévision stupide mais avec de jolies filles.

Le bip du four le sortit de ses rêveries et il put poser sa préparation transformée en biscuit sur un torchon humide. Quant au papier, il l'imbiba un peu d'eau froide et le roula délicatement. Le biscuit ayant été humidifié par le torchon humide, et le papier sulfurisé étant aussi humide, il serait plus facile à plier en bûche sans le casser par la suite. Mais c'était pas maintenant.. Il l'utiliserait plus tard, en attendant, il devait s'atteler à la seconde étape : faire bouillir la crème. Chose faite, hors du feu, il lui fallut ajouter du chocolat en morceaux et du beurre mou, pendant 5 minutes environ, jusqu'à avoir un truc qui donnait envie de s'adonner au vice de la gourmandise : une ganache. Puis, il l'avait laissé refroidir, se concentrant à nouveau un instant sur cette émission où les popotins des filles étaient grandement mis en avant.

Au bout de cinq minutes de déconnexion cérébrale, Tayson s'attela à nouveau à la cuisine. Il étala la moitié de sa ganache au chocolat sur toute la surface de son torchon, et donc du biscuit, qu'il avait déplié juste avant. Il y rajouta les framboises de manière aléatoire, puis roula délicatement avec une grande concentration, en pressant légèrement pour ne pas casser le biscuit et foirait le tout.

Le roulé fait, il déversa le reste de sa ganache. La bûche au biscuit pâle se retrouva alors couverte de la couleur marron du chocolat. Désormais, il pouvait passer en mode déco... Tay s'amusa à lancer des framboises au hasard accompagnées des billes au chocolat, et du peu de reste de zeste de citron qui lui restait. Désormais, il pouvait laisser reposer sa préparation au frigo, pendant 2 heures, histoire que sa bûche ne se débûche pas dans la demi-heure.

PFIOU.

C'était le plus facile, et il avait mis pourtant une heure à le faire. Le trentenaire regarda alors l'heure. 16 heures 30. GASP !

Il passa en mode sprint sans vraiment le savoir, bien qu'il était plutôt dans les temps.

L'idée de rater quelque chose, l'idée de ne pas avoir l'occasion de faire plaisir à son frère et à sa soeur le prenaient aux tripes bien plus violemment qu'il n'aurait pu le penser. Il s'en voulut pour ça et se considéra stupide. Il tournait en rond dans la cuisine et décidait de faire une courte pause, histoire de bien pouvoir repartir et pas faire n'importe quoi.

L'esprit plus calme, le trentenaire sortit alors les ingrédients pour son plat principal.

Et là, first things first : LES PATATES !

Et les carottes aussi. Et les poivrons, et la courgette. Tayson pela, éplucha, épepina, se coupa un bout du doigt, dut jurer, désyinfecter, se faire un pincement, enlever les feuilles abîmées du fenouil... Couper les légumes en petits bâtonnets plus ou moins de même taille, transpirer de peur pour ses doigts une nouvelle fois et tout mettre dans son grand plat, familial, en terre cuite. Il saupoudra son petit potage avec des aiguilles de romarin hachées (il les avait achetées ainsi, par une force cosmique, il avait dû comprendre que ça serait mieux pour ses doigts), et du thym effeuillé. Ensuite venaient le sel, le poivre et le fameux piment d'Espelette.

Là Tayson apprit que ce n'était pas une bonne idée de se frotter les yeux après avoir manipulé du piment.

Après dix minutes la gueule passée sous l'eau froide, il put se concentrer sur la suite de sa préparation. Faire chauffer son bouillon de boeuf, et le rajouter aux légumes avec 3 cuiller à soupe d'huile d'olive. Un bout de papier d'alu pour recouvrir le plat, et hop, au four pour 35 minutes.

35 minutes passées alternativement en train de se rincer les yeux au sens littéral, donc sous le lavabo, et se rincer l'oeil au sens figuré devant une télévision qui avait décidé que pour Noël, les filles semi-nues, c'était pas mal !

Néanmoins la glande ne dura que quinze minutes, car il fallait quand même préparer la suite. Prendre le kilo de rosbeef, et enlever les ficelles et la barde. Après vint l'étape craintive pour la bonne utilisation des doigts du trentenaire : la découpe.

Bon, ce ne fut pas difficile. Pour la recette, il lui suffit de couper par tranches, mais des tranches non finies. Des tranches qui sont encore solidaires avec toute la base du Rosbeef, en n'allant pas plus loin que les 2 tiers de la hauteur de la pièce. Après, ce fut au tour à la Mozzarella, de se faire zigouiller, mais totalement. Il coupa juste des cubes qu'il remit au frigo, pour plus tard. Le jambon aussi se fit dégommer par tranches, en les faisant correspondre à la taille des tranches de Rosbeef.

Le plus facile désormais : Tayson inséra les tranches de mozzarella, et de jambon entre celles de Rosbeef dans l'espace fraîchement créé. Il rajouta aussi une feuille de sauge par tranche, pour y rajouter un goût un peu plus corsé. Ensuite, le sel, le poivre, et de l'huile sur la viande pour la cuisson.

Juste le temps pour que les 35 minutes soient écoulées, et les légumes déjà attendris. Tayson alla alors prendre le plat en terre cuite et souleva le couvercle, qui retomba aussitôt.

"Bachibouzouk de ta mère, les gants !"
Si la maison avait eu des oreilles....

Se saisissant des gants, il souleva désormais le couvercle et le posa ailleurs. Il ajouta la viande sur les légumes, le côté farci bien évidemment vers le haut.

Le tout avait été fait.

Il ne restait plus qu'à attendre une demi-heure que la viande se dore, et que les légumes soient encore plus attendris pour avoir une texture bien douce au palais.

Il était désormais 17 heures 25. Il avait demandé à ses invités de venir pour 18 heures 30. La viande aurait fini de cuire vers 18 heures 10, et resterait chaude dans la cocotte en terre cuite, aussi le timing était juste parfait !

Là il devait juste se manier les fesses pour préparer son accompagnement à la viande : le riz !

C'était parti : Sprint pour la casserole, vite mettre l'eau, vite saler, vite mettre sur la plaque et ... vite faire bouillir. Bon, ça, il n'en pouvait rien... Tayson mit son riz rond et le laissa cuire une quinzaine de minutes tout en remuant constamment. Il surveillait sans cesse l'heure, de peur de louper sa cuisson de rostbeef, jusqu'à ce qu'il se rappelle qu'il avait mit la minuterie. Ouf.

Le riz bien cuit, il le laissa refroidir et alla vite rezieuter la télévision. Ah. Emission sur les Paresseux. Tayson pensa alors voir un reportage sur les hommes politiques, mais non. C'était ces rongeurs ridicules qui passaient leur temps à dormir. Il soupira alors et éteignit la télévision. Il s'impatientait de son riz alors il entreprit la suite du repas. Le brun alla chercher dans le frigo ses cubes de mozzarella. Il la mit de côté, alla reprendre le reste d'oeufs Rosenbach qui lui restaient, et les battit en omelette, qu'il sala et poivra. Dans un autre plat, il déversa la chapelure.

Il prit alors une autre casserole, et déversa beaucoup d'huile de friture, qu'il porta à ébullition.
Là, il n'avait plus qu'à prendre le riz rond, refroidi, et en faire des boulettes.
Forcément, il était pas assez froid car peu eu le temps de refroidir, mais Tayson en eut cure et fit jongler quasiment les balles comme un clown. Il rajouta en leur centre la mozzarella, et un peu de fromage râpé car punaise c'est un gourmand, et les trempa dans son omelette. Il les trempa ensuite dans la chapelure, et recommença encore une fois l'opération.

Chose faite, il les balança dans l'huile chaude, et les laissa frire rapidement. Il les ressortit une fois prête, six jolies petites balles de riz, et les laissa dans une poêle, reposée sur le vitrocéram allumé sur la chaleur minimale pour qu'ils restent au chaud le temps que ses invités arrivent.

Vint alors un gros soupire, et une grosse envie de pioncer. Tayson rangea alors vaguement tout son bordel, et dressa la table ce qui lui demanda un effort minimum. Quand ce fut fait, il tomba comme raide mort sur le canapé, et s'assoupit.

Ouais, ça avait été une sacrée journée.

Il était désormais habillé, présentable. Il avait revêtu une belle chemise avec un pantalon classe, et sentait le musc. Ses cheveux étaient coiffés en arrière, pour avoir la meilleure mine possible. Forcément, il ne se faisait pas beau pour Axel, mais pour Kathrina. Pour que sa soeur se dise qu'il avait bonne mine, que tout devait bien aller, qu'il se débrouillait parfaitement bien tout seul et que non, il n'était pas traqué comme beaucoup d'habitants de Lewiston par un fou du nom de -S.

L'apparence faisait en effet tout...

Tayson posa alors le peigne sur l'évier et à cet instant même, il entendit plusieurs coups de sonnerie retentir.

Son coeur fit un bond.

Il se demanda alors qui était venu en premier. Axel, ou Kathrina ? Il espérait grandement que ce fut sa soeur, même si à mesure que l'horloge avançait, il avait des doutes quant à sa venue probable ou non....

Il descendit les escaliers et arriva devant la porte, curieux de savoir qui se cachait derrière...

Le menu:
 


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: A Hell of a Christmas ! [PV] Ven 25 Déc 2015 - 12:31




Love these days !Axel + Tayson« A Hell of a Christmas ! »

L'après-midi est bien entamée. J'ai décidé d'aller faire un tour au marché de Noël après m'être débarrassé d'une jolie poulette qui s'est attardé dans mon lit jusqu'en fin de matinée. Ça fait un paquet de temps que je ne m'y suis pas rendu seul mais Tayson est occupé avec les préparatifs et puis Kath est loin ... . Mouais je préfère ne pas y songer. Avant, nous nous y rendions tous ensemble ou avec l'un ou l'autre en duo. Et trainer présentement dans les allées en solo, croiser ces familles me rappelle lorsque plus jeunes, nous allions trainer dans les centres commerciaux et faire des conneries à travers les étales de jouets.

Le décor est enchanteur. C'est marrant comme je suis sensible à ce genre de choses, un peu comme un môme. Le délicat parfum des gaufres entre autres sucreries me chatouille les narines et je ne résiste pas très longtemps. Déambulant à travers les allées en terminant ma gaufre chaude, une jeune femme typée amérindienne me heurte. Très séduisante dans son genre. Elle s'excuse avant de s'accroupir pour ramasser ses effets tombés sur le sol et les quelques courses qui se sont échappées de son sac. Je lui file un coup de main en m'accroupissant à sa hauteur. Elle relève un instant le visage et me fixe, l'air de bloquer. Quelques rougeurs diffuses apparaissent sur ses joues alors qu'elle me sourit. Nous nous mettons à discuter au fil des quelques mots qu'on a commencé à s'échanger. Je ne cherche même pas à la charmer, ça semble se faire tout seul à en voir ses sourires et ses regards. Malheureusement, un grand type baraqué se ramène. Sûrement un frère, un cousin ou je ne sais quel foutu mec qui se la joue protecteur. Celui-ci s'interpose et la brusque un peu dans le ton pour qu'elle se magne de ramasser tout ça et se barrer d'ici. Il m'adresse un regard noir dont je me fous totalement. Je me redresse tranquillement en même temps qu'elle, après avoir placé le dernier truc qui trainait dans son sac. Tant de monde gravite autour de nous. Le type lui fait signe de se dépêcher de la suivre et tandis qu'elle s'éloigne avec un regard et une moue pleine de regrets, je la retiens par le bras et l'attire de nouveau à moi, prenant soudain le culot de l'embrasser tandis que l'autre s'éloigne et nous tourne le dos. Une position dont je profite pour attirer la belle dans un recoin hors de vue avant qu'il n'ai le temps de s'en rendre compte, la croyant sûrement derrière lui à le suivre. Elle semble apprécier mon audace et c'est elle même qui m'attire soudain dans le couloir à notre droite pour nous guider vers les toilettes. Autant dire que j'aime cette initiative.

Nous nous quittons un moment plus tard après un délicieux moment partagé. Elle me demande de la déposer à la Réserve, préférant ne pas recroiser le type. Elle ne m'en dit pas plus sur lui. Je ne sais s'il s'agit de quelqu'un de sa famille ou d'un ami. Peu importe de toute façon. Le seul truc qui m'emmerde, c'est qu'avec ça, je n’ai pas encore fais mes cadeaux. Tant pis, j'accède à sa requête. Elle me refile son numéro puis descend du véhicule un moment plus tard, une fois sur les lieux. De mon côté, je reprend la route. Je décide de me rendre dans une zone commerciale à l'autre bout de la ville avec ma petite idée en tête pour les cadeaux. Celui pour ma sœur restera certainement sous le sapin cette année. Mais tant pis, s'il faut, Tay lui enverra.
Quant aux cadeaux pour Tay, je commence par prendre deux-trois conneries amusantes mais je ne trouve pas ce que je cherchais à la base. Je finis par arpenter toutes les foutues boutiques sans succès et ça commence à me mettre sévèrement les nerfs. Certes, j'aurais du m'y prendre plus tôt. Je finis par me poser un instant sur un banc dans l'allée principale jonchée de nombreuses boutiques. Je prends le temps de m'en griller une. Mon regard parcoure la foule avant de soudain s'arrêter sur un truc poilu. Mon regard s'agrandit et je me relève immédiatement. Putain alors ça, c’est juste le truc qui vaut tout ce à quoi j'avais songé ! Je craque complètement sur la bouille du chiot affiché sur la vitrine de ce toiletteur pour chiens. Je note les infos et passe immédiatement un coup de fil au proprio qui a passé l'annonce en question. J'ai de la chance, il en reste deux de dispo.



Deux heures et demi plus tard.

Un petit tour par la maison pour m'occuper de la bête et déterminer comment je vais me la jouer pour faire la surprise à Tay, puis prendre une douche et me changer pour passer un costume d'un joli gris. J’ai décidé de faire un effort cette année. Entre temps, j'ai trouvé un carton et une couverture pour le chiot ainsi que conçu rapidement une petite pancarte avec inscrit "ouvre-moi" destinée pour le moment venu. J’ai le nécessaire pour que le chien puisse boire et manger en attendant. Je songe le poser dans la petite cabane dans le fond du jardin dans laquelle on s'amusait étant mômes. Là-bas il sera à l'abri et il aura chaud dans le carton avec l'ouverture que j’ai faite sur le devant pour qu'il puisse sortir.

Bref, me voilà donc en route pour chez mon frangin. Le chiot pioune légèrement à l'arrière mais nous ne tardons pas d'arriver. Je me gare dans la rue plutôt que dans la cour dans un premier temps pour ne pas me faire remarquer et poser discretos le chiot dans la cabane. Il a droit à quelques papouilles avant que je ne le laisse avec tout ce dont il a besoin. Je rejoins la voiture pour cette fois-ci venir me garer dans la cours.
Je récupère les cadeaux et les boissons dans le coffre puis vais sonner à la porte, laquelle ne tarde pas à s'ouvrir. J’ai pu remarquer par les fenêtres une partie de la déco. Tayson adore ça, je dois dire que moi aussi j'aime me prêter au jeu mais cette année, je n’ai pas proposé de venir aider pour décorer. Habituellement, on s'amuse tous les trois à décorer un peu à l'avance mais en l'absence de notre sœur, je n’ai pas eu le cœur de proposer. J'aimerais tellement qu'elle soit là. Et je souhaite avoir la surprise de sa venue. Je ne suis cependant au courant de rien et je ne crois pas qu'elle vienne. Mais l'espoir fait vivre alors nous verrons bien. Je préfère ne pas savoir au cas où Tayson m'annonce qu'elle ne viendra pas. Je ne sais même pas au juste s'il a pu la contacter. Il ne m'a rien dit à son propos, sûrement pour m'éviter une déception et tout gâcher.
La porte s'ouvre sur Tayson. Je l'attire immédiatement dans mes bras pour des salutations chaleureuses.

- Hey mon frère ! T'es super classe, dis-moi !

T'as de la chance frangin, tu sais qu'en cette période, je suis tout sauf agaçant. Ah la magie de Noël ! Ça a le donc de me rendre aussi doux qu'un ourson ! Enfin n'exagérons quand même pas trop non plus.
En entrant, je te confie quelques trucs. J'ai ramené de l'alcool et puis les cadeaux. Lesquels je vais immédiatement poser sous le sapin avant de te rejoindre dans la cuisine, passant un bras autour de tes épaules.

- Alors frangin, tu vas encore une fois nous régaler ? Dis tu me montres un peu tout ce que t'as préparé ?

Tu sais que je risque de piquer dans les plats d'avance. Comment veux-tu que je m'en empêche vu les odeurs alléchantes aussi ?! Nous ne tardons pas à nous rendre dans le salon et je vois la télé allumée sur une chaine qui diffuse une émission débile.

- Pitié, épargne-moi ces conneries ... te dis-je alors que je change déjà de chaine. Tu vas voir qu'on va déjà commencer à se chamailler !



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: A Hell of a Christmas ! [PV] Sam 16 Jan 2016 - 22:13


Merry Christmas, Moule à Gauffres !

Axel


Lorsque Tayson ouvrit la porte, il sentit son cœur faire un bond. Il avait dégringolé les escaliers dans l'espoir fou de voir la belle mine de sa sœur, mais il sut cacher sa "déception" qui n'en était pas vraiment une lorsqu'il vit le tuxdo gris de son frère. Axel souriait, sincèrement, grandement, et paraissait de la plus belle humeur qu'il ait vue depuis longtemps. Pas que son frère était de mauvaise humeur, mais il y avait comme une magie qui s'opérait derrière le regard bleu de son frangin qui signifiait qu'il était plus que heureux d'être ici, ce qui révoqua en Tayson un sentiment... d'appartenance. Ils étaient en famille, et c'était ce qui comptait. Kathrina viendrait peut-être plus tard compléter la fratrie, tout n'était pas perdu.

- Hey mon frère ! T'es super classe, dis-moi !

Et en plus, il le complimentait. C'était vraiment Noël. Ils se serrèrent dans les bras, chose rare, mais qui arrivait lors de grandes occasions et qui avait toujours la capacité de réveiller en Tayson l'amour qu'il portait à sa famille. Si leur père les voyait, sans doute aurait-il eu une petite larme à l'œil, de les voir ainsi réunis, après tout ce qu'ils avaient vécu.

Lui refourguant la boisson et quelques trucs qu'Axel avait achetés pour entamer ce réveillon, l'aîné entra dans la demeure, Tayson lui laissant place et en profita pour lui retourner le compliment. Il avait en effet l'air d'un banquier ainsi et serait capable de passer n'importe quel entretien d'embauche dont le patron était féminin, ou même masculin en fait, tant il dégageait du charme.

Posant d'abord les cadeaux amenés sous le sapin, puis les affaires dans la cuisine, et préparant un apéritif, Tayson sentit son frère lui passer le bras autour des épaules. Ca y était, Sir Manchester le Premier souhaitait savoir ce qui se préparait, et aimerait piquer des morceaux çà et là pour goûter avant tout le monde.

- Alors frangin, tu vas encore une fois nous régaler ? Dis tu me montres un peu tout ce que t'as préparé ?

Eeet... c'est un bingooo. Tayson avait vu juste, et tourna la tête pour affronter le regard de son frérot, souriant.

Il faudra me passer sur le corps. Le menu de Noël, c'est sacré, t'attendras mon vieux !

Puis le cadet lui envoya un petit coup de coude gentillet entre les côtes pour qu'il manifeste que c'est pas négociable, et s'éloigne de son plan de travail. Ce que fit Axel, se concentrant alors sur la télévision sur laquelle passait il-ne-savait-quelle-connerie.

D'ailleurs, la connerie, elle changea vite car voilà que le noiraud changer de chaîne, jetant une petite pique au trentenaire qui répliqua par un sourire amplifié. Ils auraient moult occasions de se chamailler en cette soirée, pourquoi commencer si tôt ? Hein ?

Les apéritifs prêts, des petits croissants au jambon, accompagnés du cépage sucré Le Chardonnay, Tayson les apporta à table et vint rejoindre son frangin au salon, muni de deux verres, remplis sans retenue.

Le châtain clair lui tendit un, l'oreille attentive à la porte, s'attendant à tout moment à entendre ou voir entrer quelqu'un dont la venue était plus qu'attendue.

"A la fratrie Manchester......"

Tayson leva sa coupe, et au moment où leurs verres allaient s'entrechoquer, retentit alors un petit tapotement contre la porte, doux, léger, comme timide.

Les deux frères se regardèrent alors.

Qui était-ce ? Kathrina ? Le père Noël ? Le père fouettard ? Toutes les options paraissaient probables.
La seconde question était... qui atteindrait la porte en premier ?


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: A Hell of a Christmas ! [PV] Dim 17 Jan 2016 - 11:56




Love these days !Axel + Tayson« A Hell of a Christmas ! »


- Alors frangin, tu vas encore une fois nous régaler ? Dis tu me montres un peu tout ce que t'as préparé ?

Tu te retournes vers moi et me lance limite un regard de défis.

- Il faudra me passer sur le corps. Le menu de Noël, c'est sacré, t'attendras mon vieux ! me lances-tu en m'envoyant un petit coup de coude gentillet dans les côtes.

Je me plie à ta volonté puis rejoint le salon. Je change de chaine, tu connais mon avis sur ce genre d'émissions débiles.
Les apéritifs sont prêts, un délicieux fumet s'invite dans la pièce tandis que tu les apportes dans le salon. Il y a des petits croissants au jambon entre autre. Tu me tends une bouteille de Chardonnay.

- Tu fais toujours d'excellents choix, remarquais-je.

Tu remplis nos verres après que j'ai débouché la bouteille.

- A la fratrie Manchester ... .

- A la fratrie pourvu qu'elle soit au complet d'ici peu, ajoutais-je.

Nous levons nos verres, et comme si mes mots avaient été animés de leur propre vie, tel un appel, notre souhait à tous les deux semble se réaliser car je ne vois qui viendrait frapper en cette soirée de réveillon alors qu'on frappe timidement à la porte. Ces coups faiblement donnés en disent si long. Mon cœur se met à battre comme un fou tandis qu'une infime part de moi se prépare tout de même à être déçu. Nous échangeons un regard qui donne le top départ à celui qui se rendra le premier à la porte pour ouvrir. Deux vrais mômes se ruent alors vers l'entrée. Je manque de trébucher tandis que tu parviens à me passer devant. Tu ouvres alors et j'aperçois Kathrina. Plus belle que jamais. Un trop plein d'émotion embrase mon cœur. Je te laisse l'embrasser puis alors que tu dégages la voie pour la laisser me saluer, je me précipite sur elle pour la serrer dans mes bras avant de la soulever et la faire tournoyer un instant.

- Petite sœur !! Si tu savais comme on t'attendait ... !


L'émotion pointe au bord de mes yeux. Kathrina aussi. Ce soir pas de querelle, pas de rancune, rien de négatif. Nous sommes juste trois mômes qui se retrouvent et qui laissent parler le fait de combien ils se sont manqués. J'aimerais pourtant dire à ma sœur combien j'aimerais qu'elle revienne et combien je voudrais que toute tension disparaisse définitivement.
Je n'arrive pas à la lâcher et à mon grand réconfort, elle non plus. J'invite Tayson à venir partager ce gros câlin qui s'éternise. C'est tellement bon de partager quelque chose d'aussi fort. C'est si rare.
Nous parvenons toutefois à nous détacher et je file récupérer le sac de Kath que je dépose à l'intérieur. J'ai un regard en direction de la cabane. Il se remet à neiger. Il faudra que j'aille voir à un moment si le chien va bien et qu'il demeure bien au chaud. En attendant, nous partageons l'apéritif avec notre sœur en nous installant confortablement, commençant par prendre des nouvelles de chacun respectivement.

- C'est du pur bonheur de se retrouver tous les trois, déclarais-je en cours de conversation, poussé par un élan sincère qui me pousse à m'étaler en sensiblerie.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: A Hell of a Christmas ! [PV] Jeu 28 Jan 2016 - 12:23


Merry Christmas, Moule à Gauffres !

Axel


L'instant magique où les deux regards bleutés se croisèrent fut digne d'un suspens de vieux polar. La sonnette venait de résonner, et il y eut ce bref moment d'hésitation où les muscles des jambes ne furent pas encore sollicités. Ces secondes de doute qui furent bientôt balayées et, comme si un arbitre venait de donner le coup d'envoi, les deux frangins se hâtèrent tels des mômes jusqu'à la porte d'entrée. Tayson fut celui qui toucha la poignée, Mais Axel avait livré un bien honorable combat. Cette hâte reflétait la bonne humeur qui envahit soudainement cette maison remplie de souvenirs autrement plus sombres, et le visage éclairé par la lampe du pavillon que Tay trouva en ouvrant la porte, sut lui susciter la plus belle des émotions. La prière de l'aîné venait de se réaliser : la fratrie était réunie.

Le cadet ne cria pas, mais s'engouffra dans les bras de sa sœur, ne lui laissant même pas le temps de saluer ses frères. Le câlin fut toutefois court, car Tayson savait que derrière lui se trouvait un Axel qui trépignait d'impatience d'étreindre la "p'tite dernière". Aussi, il se retira, non sans la quitter des yeux. Ca lui paraissait tant surnaturel. Il n'avait pas vu qu'elle lui avait répondu, il ne s'attendait pas vraiment à la voir débarquer, mais l'espérait du plus fond du cœur.

Axel aussi, au vu de l'étreinte tendre qu'il lui fit, la soulevant dans les airs. Cette scène s'interposa avec un souvenir à Tayson, un lointain, d'un Axel qu'on prénommait encore Brandon et qui n'arborait pas encore de tatouages, dans une maison qui respirait moins la joie de vivre, face à un bout de chou de Kathrina de quatre ans. Le trentenaire ne se laissa toutefois pas trop plongé dans ses souvenirs et répondit à l'invitation "d'étreinte mortelle" que lui fit Axel, les trois se retrouvant serrés les uns contre les autres, Kathrina devant être en galère respiratoire.

Mais c'était.... merveilleux.

Dans un silence comme religieux, peut-être personne ne sachant quoi dire au premier abord, la benjamine entra dans la demeure, apparemment perplexe. Quoi de plus normal. Ca faisait longtemps. Elle aussi, avait des souvenirs dans cette bâtisse, et elle avait subi pas mal de changements depuis quelques années.

Mais Tay ne proposa pas de visite, se hâtant en cuisine, laissant les deux autres membres de la fratrie prendre place à table. De suite, il sortit un verre en plus et ramena d'avantage de petits apéritifs, souhaitant faire durer le plus longtemps possible ce repas qui risquait de s'avérer... inoubliable.

En revenant à table, Tayson jeta rapidement un coup d'œil au sapin de Noël, satisfait d'avoir bien emballé le cadeau de sa petite sœur, tout prêt, à côté de celui d'Axel. La soirée allait s'annoncer.... unique.

S'asseyant alors que tous deux bavardaient, Tayson resta un moment en retrait, servant sa sœur du Chardonnay, silencieux, les écoutant blaguer de sujets volatiles. Et puis, plein d'émotions, Axel finit par lâcher ce que tous pensaient :

- C'est du pur bonheur de se retrouver tous les trois.

Kathrina lui sourit. Du sourire complice qu'elle avait l'habitude d'adresser à Tayson, mais qu'elle adressait cette fois à Axel. Tous deux s'étaient considérablement rapprochés, depuis la "p'tite dernière" devenue femme, devenue grande. Quoi de plus normal. Axel était un rebelle, un proclamant la liberté. Tayson était trop protecteur, trop manipulateur. Aussi, il savait que les sourires malicieux et tendres qu'adressait sa sœur à Axel étaient ceux qu'il avait perdus et qui ne lui seraient plus destinés. Mais il se refusa laisser aux mauvaises pensées. Même si l'envie de demander à sa sœur quand est-ce qu'elle comptait se rétablir à Lewiston le titillait, il savait la faire taire. Cela plomberait le repas. Fâcherait Kathrina. Le vexerait lui. Et foutrait Axel au milieu de tout ça. Ca n'en valait pas la peine, ce soir, c'était un soir sacré.

"Tu veux un 'tit mouchoir frérot ? Ca ira, émotionnellement parlant ?"

Il adressa cette pique à son frère qu'il savait, n'hésiterait pas à lui offrir du répondant. C'était bien sûr ironique, car rares étaient les fois où il voyait Brandon s'exprimer. Mais il comprenait. Ils étaient tous les trois, réunis, depuis longtemps... Seul leur père manquait au tableau pour que leur famille soit vraiment "complète", leur mère n'en faisant plus partie depuis bien avant leur âge adulte.
D'ailleurs Tayson espérait que... le sujet de leur mère ne serait pas évoquer. Il avait caché le coma, et attendait une prise de position par rapport aux médecins. Il espérait avoir le pouvoir de signature pour autoriser l'arrêt de sa prise en charge, mais il savait que Kathrina ne serait pas de cet avis. Pour Brandon, il lui était impossible de déterminer s'il était pour continuer à faire vivre sa mère, ou la laisser mourir. Quant à lui, c'était certain, que s'il avait tous les pouvoirs légaux, voilà plusieurs années qu'elle serait morte.

Enfin, l'heure n'était pas aux drames, mais plutôt à la réjouissance.

Profitant d'une petite pause dans la discussion, Tayson glissa avec un semblant de malice dans les yeux à l'adresse de sa sœur :

"Et la vie Kath' ? Ca se passe ? Un... petit copain à nous mentionner ?"

Ah, les frères et les copains de leurs sœurs. Tayson remarqua le roulement de yeux de la part de sa brunette de frangine, et ça lui fit gentiment sourire. Navré, il adorait la taquinerie aussi bien qu'Axel.






Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: A Hell of a Christmas ! [PV] Dim 31 Jan 2016 - 14:29




Love these days !Axel + Tayson« A Hell of a Christmas ! »


- C'est du pur bonheur de se retrouver tous les trois.

Propos sincères tout autant que le sourire qui les accompagne. Notre sœur m'adresse un sourire complice. J'aimerais tellement lui demander de revenir, lui dire combien elle me manque. Mais il vaut mieux n'aborder le sujet en aucune façon. Elle trouvera toute seule le moment où elle se sentira prête et surtout lorsqu'elle en aura fini avec ses études là-bas. Mais au moins reviendra-t-elle plus régulièrement d'ici là si on lui laisse un souvenir merveilleux de ces fêtes. Mon regard doit être embué d'émotions car Tayson ne manque pas de me charrier là-dessus.

"Tu veux un 'tit mouchoir frérot ? Ça ira, émotionnellement parlant ?"

Je te balance une de ces petites décos légères en polystyrène sur le coin de la tronche pour te faire taire.

- Tiens avale ça au lieu de dire des conneries !

Je me penche vers Kath pour lui passer un bras autour des épaules en signe de possession.

- C'est MA petite sœur.

En la serrant dans mes bras, je ferme les yeux et songe à notre père. S'il était là, il serait heureux de voir combien nous sommes complices en cet instant. Je rouvre les yeux sur toi qui semble perdu un instant dans tes pensées, l'air grave. A quoi penses-tu ? Tu as l'air aussi torturé que lorsque nous abordons le sujet d'Estelle, notre mère. Humpf ... arrête ça Tay ... retrouve le sourire avant que Kath ne le remarque. Quel que soit ce à quoi tu penses ... .

Je dois avouer que c'est passage oblige. Tous les trois réunis dans cette maison en période de fêtes, on pense forcément aux parents. Je clame toujours que ma mère est comme morte pour moi, mais depuis que j'ai appris son état par un malencontreux hasard, quelque chose s'est à nouveau brisé au fond de moi. C'est sans doute là toute la raison qui m'a conduit ces derniers temps sur la voie de divers excès et d'un comportement de plus en plus irrespectueux et violent, en particulier avec les femmes. J'ai maintes fois dépassé les bornes, bien plus encore que d'habitude. Je ne sais comment canaliser ce revirement opéré depuis que j'ai appris pour ma mère. Notre mère.

En effet, il y a peu je me suis décidé à aller la voir. Pas juste me garer devant l'établissement comme je l'ai fais maintes fois avant de repartir sans même être descendu de la voiture ou avoir franchi les grilles du parc à l'entrée, non vraiment me rendre à l'intérieur. Sauf qu'avant que je ne franchisse la porte de sa chambre, on m'a stoppé pour me demander si j'étais de la famille. Et l'infirmière en question a visiblement commis une bourde d'après les échos que j'ai pu entendre lorsque le médecin responsable est arrivé et l'a prise à part pour lui passer un savon.
C'est comme ça que j'ai appris en tendant l'oreille que toi mon frère, était le seul au courant. Tu es censé nous en parler lorsque tu te sentiras prêt à le faire, c’est une requête que tu as soumises auprès du médecin : pouvoir prendre le temps de l'annoncer à ton frère et à ta sœur. Je ne t'ai pas encore dit que j'étais au courant. Je suis reparti de là-bas sans même la voir au final, trop bouleversé par tout ça. Et de fait, je ne sais même pas ce qui a causé son comas. C'est "drôle", je n'ai ressenti aucune rancune envers toi. J'ai aussitôt compris ce qui te poussais à attendre pour nous l'annoncer. Ça n'a rien d'évident, ça se comprend.

Quant au tumulte que ça a créé au plus profond de moi, je n'aurais jamais cru songer que je pourrais tout-à-fait m'opposer à l'une des deux options. Celle d'autoriser l'arrêt de sa prise en charge. Moi qui ai toujours affirmé que je la détestais et qu'elle était déjà morte à mes yeux ... moi qui aujourd'hui, voudrait pouvoir pouvoir parler avec elle, comprendre. Ou chercher un signe d'affection. Car au final, il n'y a rien à comprendre, c'est la maladie qui l'a poussé à agir de la sorte autrefois. Même si j'ai du mal à l'admettre. Je ne comprends pas où est passée toute cette colère envers elle, toute cette haine. Peut-être ai-je acquis plus de maturité avec le temps ? Peut-être l'absence d'une mère a fini par être trop lourd à surmonter ... ?

Je me rends compte que Kath m'a repoussé depuis un moment et que je suis calé contre ma chaise, le regard dans le vague, à jouer inlassablement avec l'une des décos de table. Mais comme vous discutez tous les deux, mon "absence" ne semble pas s'être faite remarquer. Tous les deux discutez de ce qui se passe dans la vie de Kath. Puis tu lui demandes si elle a un mec.

- Fous lui la paix et trouves-toi d'autres histoires croustillantes à te mettre sous la dent, glissais-je pour te taquiner et me poser en grand défenseur auprès de Kath.

Notre sœur se dérobe à moitié en jouant la comédie du "t'aimerais bien savoir hein ?" Elle va même plus loin en te demandant si tu veux qu'elle te raconte les choses cochonnes en détails de ses aventures. Ça devrait avoir le mérite de te couper le sifflet. Kath a l'art pour ça. Quel frère a envie d'entendre ce qui se passe au pieu entre je ne sais quel mec et sa petite sœur adorée, dans les détails ?! Beurk beurk beurk. Je ne veux même pas y songer !

- Boarf... tais-toi ! fis-je à Kath en lui plaquant une main sur la bouche.

Les entrées terminées, tu trouves vite le moyen de débarrasser pour amener bientôt les plats de résistance. Un régal pour les yeux autant que pour le ventre. Sans parler du délicieux fumet qui s'échappe des plats. Je me dois de te filer la patte pour servir et découper.
Le repas s'attarde en des conversations légères et en évocation de bons souvenirs. Les taquineries et les rires fusent. Les moqueries aussi. On dirait que la maison est vivante, pleine de cette joie qui lui a si longtemps manqué. Nous parlons de ce que nous ferons après dîner. J'ai bien envie qu'on aille s'éclater dehors un moment et qu'on fasse de la luge ou de la pelle à neige comme lorsque nous étions mômes dans la grande descente pas loin de la maison, qui mène aux bois à environ deux ou trois cent mètres plus bas.

Kath propose aussi quelque chose dans le même ordre d'idées sur le thème de retomber en enfance, en nous amusant à jouer à cache cache dans le noir comme étant gosses et à construire une cabane dans mon ancienne chambre qui est restée telle qu'elle était auparavant malgré deux trois réaménagements puisque j'y viens régulièrement squatter. Tay, Kath et moi avions l'habitude de tendre des couvertures légères comme des couvre lit en tuft ou dit "chenille", en les tendant à travers toute la pièce, accrochés à un coin de meuble jusqu'à l'autre armoire, en passant par la toile qui descendait à la verticale devant le lit pour créé une autre cabane dans la cabane, le reste tenant grâce à des punaises. Maintenant nous sommes trop grands mais mômes, nous nous amusions aussi à grimper sur les meubles pour nous inventer un parcours et jouer à des jeux imaginaires inspirés des aventures d'Indiana Jones. Les trésors à trouver étant des peluches ou autres breloques quand on ne piquait pas des pièces précieuses dans la décoration de la maison. Combien de vase on a pu casser comme ça ... .

- Vous vous rappelez la cabane qu'on avait faites sous la table de ce qui servait de chambre d'amis ? lance Kath.

- Han ouais ! Y'avait une table ovale avec tout le foutoir de maman dessus et on avait balancé une couverture par-dessus pour faire un genre de tente.

- Ouiiii !!! Et dessous, toi et Tay aviez placés un matelas et plein de coussins, j'avais ramenés des jeux et des bouquins et le soir on filait de nos chambres en douce en se parlant au talkie walkie pour nous retrouver tous les trois dans la cabane sans réveiller les parents. On parlait toute la nuit !!

- Mission : Ne pas faire grincer les portes ni les escaliers en descendant" !

- Ce serait trop cool de se refaire ça, déconner et parler toute la nuit comme on faisait pis jouer à se faire peur. Tayson, Brandon ? Partant ?!

Je frappe dans la main de Kath en guise d'accord. J'ai toujours adoré me replonger en enfance, quitte à faire des trucs ridicules !

- Mais avant ! Cadeaux !!!!! proclamais-je alors que nous terminons le repas. Les desserts attendront. Les dégusterons-nous peut-être en guise de récompense une fois la ou les cabanes faites !



© 2981 12289 0

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: A Hell of a Christmas ! [PV] Dim 31 Jan 2016 - 19:11


Merry Christmas, Moule à Gauffres !

Axel


Le repas se déroulait merveilleusement bien. Au début, c'était étrange, qu'ils se retrouvent ainsi réunis. Puis, peu à peu, la glace s'était brisée, les sourires revenant naturellement ainsi que les habituelles bêtises. Axel avait déjà envoyé un quelconque projectile à Tay, Tay qui avait déjà fourré son nez dans les affaires de sa soeur. Ce fut d'ailleurs sans surprise qu'Axel évita à Kathrina d'évoquer le sujet de ses z'amours. Lançant une petite vanne accompagné de son habituelle sourire malicieux, il sut lancer la benjamine sur la voie de l'humour car voilà qu'elle sous-entendait des choses dont Tayson ne voulait surtout pas entendre parler, et encore moins Axel.
Ce dernier fit d'ailleurs taire Kathrina par sa main musclée, que la brune fit semblant de mordre. Tayson interpréta cela comme étant le signal qu'il pouvait passer au plat principal et se leva de table pour aller en cuisine. Il sortit le plat du four alors qu'il écoutait d'une oreille discrète les conversations de ses frangins. Il ne put s'empêcher de réprimer un rire face à certaines réparties de sa soeur face à un Axel taquin. Comme quoi, les deux se ressemblaient bien plus que ce que Tayson voulait bien croire.
Secouant la tête à cette idée, il demanda à son noiraud de frère de venir aider à servir. Kathrina poursuivit la discussion, apparemment désireuse de tout raconter à ses frères, et ça, c'était touchant pour Tayson. Elle qui avait longtemps cherché à préserver une vie secrète, une vie autonome, elle qui recherchait l'indépendance aussi farouchement qu'Axel souhaitait sa totale liberté, voilà qu'elle s'ouvrait. Détaillant ses études, les gens qu'elle avait rencontrés, ceux qui composaient désormais son entourage. Une fois tous à table, elle ne put s'empêcher de se poser un moment dans la conversation, se rendant peut-être compte qu'elle monopolisait l'attention de tous. Mais c'était normal. Tayson ne pouvait pas s'empêcher de détailler son visage, comme s'il ne la reverrait plus jamais après ce soir. Ce n'était pas entièrement faux, sans doute resterait-elle la nuit, voire le week-end s'ils étaient chanceux, mais sans nul doute qu'à la première heure lundi un avion l'attendait.

Mais puisqu'il fallait vivre le moment présent, Tayson tenta de ne pas trop y penser.

De plus, une conversation bien sympathique eut lieu : celle de leur enfance.

Axel et Kathrina furent alors lancés dans une embuscade de souvenirs assez impressionnants. Tayson se rappelait bien, de leur jolie "cabane" improvisée, sous la table principale. Elle qui avait été témoin de tant de moments de complicité. C'était leur refuge. L'endroit où ils allaient quand la maison devenait insupportable, quand leur père avait besoin de moments seuls avec leur mère pour la calmer. C'était le lieu où les enfants Manchester se réunissaient entre eux pour fuir l'horreur du quotidien, une sorte d'autre dimension où il était question d'étoiles, de galaxies lointaines, de chasses au trésor, de contes de héros et de monstres, plutôt que des frasques d'une mère gravement atteinte dans sa sa santé mentale. Ca avait beau être juste des draps et un meuble, pour eux cet endroit avait représenté une sorte de havre où leur enfance pouvait être vécue un tant soit peu normalement.

Ce serait trop cool de se refaire ça, déconner et parler toute la nuit comme on faisait pis jouer à se faire peur. Tayson, Brandon ? Partant ?!

Tayson imita de suite Axel, tapant dans la main de leur étudiante de soeur. Le cadet ne put s'empêcher de rire. Il se leva, débarrassant la table alors qu'Axel parut soudain possédé d'une grosse envie de ... cadeaux. Bah oui, c'était Noël. Il y avait bien un moment pour les cadeaux. Mais Tayson aurait vu cet instant après le dessert, c'était sans compter l'impatience de l'aîné de la famille. Soupirant, il hocha la tête comme quoi oui puis alla ranger les assiettes dans le lave-vaisselle, alors que sa soeur mettait dans l'évier les plats.

On reste quand même des grands gamins...

Elle approuva par un rire. Puis, Tayson se retourna, voyant qu'Axel avait filé. Sans doute était-il allé chercher le cadeau dans sa voiture ? Il ne l'avait en effet pas vu apporter de cadeaux à son arrivée, et Tayson savait pertinemment qu'Axel apportait toujours des cadeaux à ces occasions.
C'était pour lui l'occasion de se retrouver seul avec Kathrina, mais aussitôt, elle s'éloigna de lui, les plats finalement mis trempés. Elle rejoignit la table, prenant une énième coupe de vin rouge "Gamay" qui avait accompagné le repas. Elle était guillerette, joyeuse, et ne souhaitait apparemment pas qu'il lui plombe son moral. Tay comprenait, mais ça lui fit mal. Il aurait aimé parler... de tellement de choses. L'idée d'évoquer -S lui trotta un instant dans la tête, mais Axel lui en voudrait de la mettre au courant de ça. Il aurait aimé aussi demander si Kath voulait des nouvelles de sa mère. Mais ça aussi, c'était sujet à .... des discussions bien trop pessimistes pour la belle soirée qu'ils passaient tous ensemble.

Aussi, Tayson décida de ravaler ses envies. Il avait des choses sur le coeur à dire à Kathrina. Il lui en voulait un peu d'être partie du jour au lendemain, et surtout, sans vraiment donner beaucoup de nouvelles. Eux deux avaient été si fusionnels toute leur vie, vu le peu d'écart d'âge les séparant. Ils avaient grandi ensemble, fait mille et une frasques les deux. Ils s'étaient serrés les coudes, alors que Brandon arpentait la rue en recherche de... reconnaissance ? De moyens d'évacuer toute la merde qu'il subissait au quotidien ? Tayson pouvait comprendre son frère. Mais pour lui, il demeurait que Brandon avait quitté le domicile familial très tôt, n'étant que trop peu là, alors que Kath et lui devaient subir les états d'âme de leur mère en permanence, sans possibilité de s'enfuir. Et c'était ça, qui les avait rapprochés.
Avec l'âge, Kathrina avait su se trouver une voie. Elle était brillante, et sans peine elle avait obtenu une bourse pour poursuivre ses études, chose qu'avait toujours encouragé leur père. Tayson ne voulait pas la voir partir, et ils s'étaient disputés. Ils avaient eu de violentes disputes, car le Tayson âgé de 10 ans de moins qu'il était, ne pouvait concevoir une vie sans Kathrina dans son entourage. Quant à elle, dix ans plus jeune, elle ne s'imaginait tout bonnement pas poursuivre une vie à Lewiston. Ces divergences d'opinion avaient gentiment eu raison de leur complicité, et peu à peu Axel était devenu le frère confident, prenant la place de Tay.

Et ça, il ne l'avait toujours pas digéré.
Mais à nouveau, il vit dans les yeux bleus de sa soeur que c'était un sujet qu'elle se refusait d'aborder, malgré les années passées.

Les cadeaux sont sous le sapin. Sers-toi seulement...

Fit mollement Tayson, remarquant que Kathrina évitait jusqu'à de le regarder dans les yeux en l'absence d'Axel. Aussi, le cadet monta à l'étage bidouiller ce qu'ils venaient de se promettre de faire.

Il avait pris la table qui se trouvait à l'étage dans son salon "du haut", celui qu'il avait aménagé et qui était autrefois leur "salle de jeux". Plutôt une pièce vide de meubles avec quelques affaires d'enfants qu'avait emménagé leur père pour leur offrir un espace dédié à leurs gamineries, mais elle était grande et spacieuse. Il alla se servir de coussins et de couvertures, et en un rien de temps, il transforma cette vulgaire table en tente improvisée. Il rigola à la gueule de son machin, assez bancal en fait, et surtout, ridiculement petit par rapport à la place qu'Axel et lui allaient prendre. Kath était de petit gabarit, Axel était assez massif musculairement, et lui... bah il était assez costaud. A s'imaginer les trois coincés là-dedans, il fut pris d'une crise de fou rire qui ne le quitta qu'au moment où il descendit les escaliers, pour voir si Axel était rentré. Kathrina n'avait toujours pas ouvert son cadeau, attendant bien évidemment que tous furent réunis, comme la tradition l'exigeait.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: A Hell of a Christmas ! [PV] Ven 5 Fév 2016 - 16:14




Love these days !Axel + Tayson« A Hell of a Christmas ! »

Alors que nous évoquons quelques souvenirs de notre enfance et décidons plus tard dans la soirée, de les mettre en application histoire de se replonger à fond dans nos délires, je choisis de déclarer le moment venu pour nous d'en venir aux cadeaux.

- J'adore contrarier tes plans frangin ! te lançais-je en voyant ta mine un brin contrariée de perturber ainsi ton plan. Je profite du moment où vous débarrassez la table et vous occupez en cuisine toi et Kath pour aller chercher la bête.

En ouvrant la porte, je m'allume une cigarette que je grille sur le chemin jusqu'à la cabane dans le jardin. J’entends piouner en m'approchant et dès que j'ouvre la porte, une boule de poils me saute dessus, trop heureuse de me voir débarquer de nouveau.

- Coucou toi ! dis-je en caressant la tête du chiot.  Arrête un peu avec tes mamours, j'vais finir par regretter de t'offrir à l'autre monstre ... . T'imagines un peu sa tête au frangin si je lui dis "bon bah ça c'était ton cadeau principal parmi les autres mais j'ai finalement décidé de la garder". Tu es si craquante petite bouille !

Mais tu sais quoi, ça ne l'étonnerait même pas si je lui faisais un coup pareil ! Et tu peux compter sur moi pour te garder quand il sera pas là. Ça sera un peu comme si t'étais à moi aussi au final.
Voilà que je parle à une petite chienne. Humpf ... j'ai vraiment envie de te garder à te voir me grimper dessus de la sorte.

- Tu sais, j'en ai plein de petites chiennes autour de moi mais toi tu es la plus craquante que j'ai vu.

L'animal penche la tête l'air interrogatif et j'explose de rire.

- Oui oui la plus craquante ! Toi je t'abandonnerais jamais.

Putain j'suis sérieusement ivre pour débiter autant de niaiseries. Et puis voilà que j'éprouve un sentiment de mélancolie en me disant que là, dans moins de cinq minutes, je vais l'abandonner pour la filer à Tay. Et merde ! Si elle le prenait mal ?! Si elle voulait pas de lui et uniquement de moi ?! Putain non, stop ! Faut pas que je m'attache comme ça. Quel con ! Je vais arrêter de boire pour ce soir.
Revenant avec la bête dans les bras et le sac de cadeaux récupéré dans la voiture, j'entends le rire lointain de Tayson tandis que j'entrouvre la porte d'entrée après avoir remis le chiot - ou la chiotte comme je me plais à la surnommer vu que c'est une femelle - dans le carton surprise que j'ai prévu pour la dissimuler, avant de le voir descendre l'escalier avec un visage sérieux comme pour faire taire son rire surpris depuis l'étage, un bref instant plus tôt.

- Tous sous le sapin !!! criais-je en vous indiquant à tous les deux de vous asseoir au pied de ce dernier. A moi l'honneur de commencer ! Distribution. Commençons par le plus gros pour mon frangin !

Je fais glisser le carton sur le sol dans ta direction. Heureusement que la musique couvre un peu les couinements de l'animal.

- Ouvre vite avant que ça n'explose !

Car en effet, le carton commence à s'agiter ! Je te regarde tandis que tu ouvres la boite et qu'un monstre au poil ras et doux en bondit. La "chiotte" te renifle et remue de la queue puis elle atterrit la tête la première sur tes genoux en voulant s'extirper du carton. Tu as le droit à quelques léchouilles puis elle file, super curieuse vers Kath qui s'extasie devant.

- Attention fréro ! Sache que si tu n’en veux pas, je la récupère illico. Et avertissement en second, j'ai un droit de validation pour le nom que tu choisiras. Autant dire que si tu comptes l'appeler avec un nom ridicule, tu perds le droit de garde !

Je ris joyeusement et en m'entendant, la bête se précipite sur moi. Elle remue si vite son petit bout de queue que je me demande s'il ne va pas se détacher de son corps et s'envoler. Cette petite bête est vraiment trop craquante. Putain ça fait combien de fois que je le dis déjà ?!

- Allez, va vers Tayson. C’est lui ton maitre maintenant, dis-je non sans faire teinter une pointe de regret dans ma voix malgré moi. Je tire la langue au frangin pour dissiper mon trouble puis lui tend la boule de poils surexcitée. Maintenant, au tour de Kath !

Pour elle comme pour toi, j'ai acheté plusieurs cadeaux.

( Cadeaux en question :  

Pour Kath : Un bracelet en or avec un cœur bleu au milieu. Un joli coffret de son auteur de livres préféré et un sac à main dans un style qu'elle a toujours adoré, le style un peu kawaii dont elle raffole, comme c’est la mode au Japon.

Pour Tay : la "chiotte", un fabuleux livre de recettes dont la couverture est travaillée avec finesse et parait ancienne, un truc vraiment classe avec la texture des pages style parchemin ancien avec les écritures dans le style médiéval/gothique. Et puis un bracelet en macramé avec une petite plaque où est inscrit "Brandon is the best !" Petite taquinerie pour rigoler. Il n'empêche que le cadeau reste joli derrière l'inscription débile. A savoir qu'il est soit bleu, soit blanc sinon noir ou brun. Tu décideras ça in rp mon frère adoré.

Bracelet pour Kath.


Bracelet pour Tay : (inscription différente)



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Elizabeth K. Ashe
Maître Jedi
1263 $
12/05/1978 $
1263 messages
Mensonges : 1263
Anniversaire : 12/05/1978


MessageSujet: Re: A Hell of a Christmas ! [PV] Mar 19 Avr 2016 - 19:48

Abandonné, verrouillé et archivé.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: A Hell of a Christmas ! [PV]

Revenir en haut Aller en bas
A Hell of a Christmas ! [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Merry Christmas!!
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» 05. What the hell are you waiting for.
» Welcome Hell
» Drag Me To Hell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: Saison 2 :: archives sujets terminés et abandonnés-