AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 Se soigner mutuellement - NIGEL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Se soigner mutuellement - NIGEL Mar 20 Oct 2015 - 22:19


Se soigner mutuellement
NIGEL & TIMÉO
Ça faisait deux mois qu’il était rentré au pays, c’était lundi, il avait passé le weekend chez sa grande-sœur qui l’aidait beaucoup. C’était malgré tout très difficile comme situation, c’était difficile pour lui de dépendre de sa sœur, des infirmiers et des médecins. Il avait un rendez-vous en rééducation et afin de vérifier la guérison totale de son corps. Il était en fauteuil roulant, sa sœur voulait l’accompagner, mais il a refusé, il sait que c’est difficile pour elle, elle souffre de le voir ainsi. Il faisait avancer son fauteuil en poussant les roues, il avait une attelle à son poignet blessé, le gauche alors que c’était son genou droit qui était très mal en point et allait le faire souffrir à vie. Il portait une paire de jeans et un t-shirt, une veste en cuir noir pardessus. Il portait ses plaques militaires, mais celle-ci se retrouvait sous son t-shirt. Il eut un soupir, il était en avance pour son rendez-vous, mais sa sœur ne pouvait l’amener qu’à cette heure, 8 heures vues qu’elle devait aller travailler, il allait s’arranger pour après son rendez-vous pour rentrer, il appellera un taxi ou encore son autre sœur qui devrait pouvoir, passer, le chercher. Il prenait la direction de l’ascenseur vu qu’il ne pouvait pas prendre l’escalier. Il attendait que les portes, il remarqua un jeune homme à côté de lui, il devait avoir quelques années en moins, son visage lui disait quelque chose, mais il n’était pas sûr de qui il pouvait être. Ça faisait longtemps qu’il était parti, le monde change dans le temps.

Les portes de l’ascenseur ont fini par s’ouvrir, il entra dans l’ascenseur en faisant avancer son fauteuil roulant, ce n’était pas évident avec son bras, mais il n’avait pas voulu de fauteuil électrique, il détestait déjà de se retrouver comme ça, il ne voulait pas en plus d’un fauteuil électrique qui lui rappellerait encore plus combien il ne pouvait rien faire ou presque seul. En faisant rouler les roues de son fauteuil avec ses mains, il faisait quelque chose même si ce n’était pas grand-chose. Il entra dans la voiture et pensait que l’autre allait entrer, mais il ne bougeait pas, il empêcha de sa main les portes de se refermer pour le laisser entrer, mais il ne bougeait toujours pas, c’était lui qui l’empêchait de monter ? « Bon, tu montes ou pas ? » Il n’allait pas attendre éternellement non plus, il n’était pas pressé, mais il n’allait pas rester ainsi très longtemps. Il attendait que celui-ci monte pour laisser les portes se refermer et appuya sur le bouton de l’étage où il voulait se rendre. « Tu vas à quel étage ? » Il tentait de pas se montrer trop froid, mais ce matin, il n’était pas au meilleur, il ne dormait pas depuis un moment, la douleur fut plus pénible que normalement vu qu’il avait oublié de renouveler ses antidouleurs, mais comme il passait aujourd’hui à l’hôpital, il n’avait pas demandé à sa sœur d’aller à la pharmacie. Il pourrait lui demander pourquoi il n’était pas entré tout de suite dans l’ascenseur, mais il n’avait pas envie de le rendre plus mal à l’aise encore parce que ça devait être ça, il devait le mettre mal à l’aise.


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Nigel B. Chatwood
Maître Jedi
291 $
19/01/1994 $
291 messages
Mensonges : 291
Anniversaire : 19/01/1994


MessageSujet: Re: Se soigner mutuellement - NIGEL Mer 21 Oct 2015 - 10:07


*Se soigner mutuellement *

♪ Oh, you can hear me cry, See my dreams all die, From where you're standing On your own. It's so quiet here, And I feel so cold ♪


Après être resté enfermé deux semaines durant, il était temps de sortir pour le Chatwood ! Nous étions lundi et la semaine démarrait doucement pour lui. La veille au soir, Dallas était venu le chercher, le forçant à venir reprendre l'entraînement avec les autres. Cette année scolaire qui venait de commencer allait être particulière, car Nigel et son Capitaine de toujours avaient terminé leurs études, ainsi que bon nombre d'autres joueurs de l'équipe. Les Ice Hounds ont été une période capitale dans la vie du jeune homme, ses frères d'armes sont tout pour lui. À présent que l'université est terminée, chacun trace sa route mais la fraternité reste de mise et les gars ne se sépareraient pas. L'équipe se retrouvait pour un match amical contre la nouvelle équipe universitaire de l'année. Il restait trois joueurs de leur époque, des gars d'un an plus jeunes que Nigel et les « vieux » maintenant avaient hâte de s'opposer à eux, de tester leur potentiel pour venir assister à leurs matchs. Voir que ses amis n'ont pas changé, que leur comportement vis-à-vis de lui ne porte aucune méfiance et aucun regard mauvais ou inquiet lui fait chaud au cœur. Ils savent que l'annonce de -S lui a fait beaucoup de tort, que Campbell l'a quitté et que le gouffre dans lequel il s'est enfoui est très profond. Dallas et lui ont eu une grande conversation quelques jours auparavant, pour faire le point sur pas mal de sujets et notamment celui-là. Le capitaine le soutien et est parvenu à le faire sortir un peu de sa coquille. Il ne se serait jamais vu pleurer devant lui mais il l'a fait et presque sans honte. Tous les deux ont été repérés par l'équipe professionnelle de Lewiston, les LC Lightnings qui jouent en ligue mineure. Une chance inespérée pour le hockeyeur qui n'en croyait pas ses oreilles lorsque les recruteurs sont venu les trouver lui et un autre de l'équipe pour les engager. C'était le soir de la finale du championnat universitaire, qu'ils ont gagné. Nigel semble être un peu plus motivé par cette perspective et les trois hommes ont discuté entre eux de ce que ça pourrait leur apporter. Peut-être que les portes de la ligue majeure s'ouvriront à eux un jour ! Quoi qu'il en soit, le journalisme n'est plus dans ses pensées et Dallas à réussi à le convaincre de s'y remettre, de ne pas abandonner son rêve et d'être fier de ce qu'il accomplit.

Mais la soirée de hockey s'est terminée un peu trop vite à son goût et le Chatwood rentre chez lui se murer dans le silence de sa chambre. Malgré le chagrin, Nigel a pu reprendre un semblant de vie normale en sortant avec ses amis, il est épuisé par cette séance de jeu et s'endort rapidement. Et le lundi matin arrive à vitesse grand V. il n'en est pas ravi, aujourd'hui il doit se rendre à l'hôpital pour faire quelques examens et recevoir un autre traitement si les nouvelles sont mauvaises. Ce qu'il souhaite le plus, c'est que son cas ne se soit pas aggravé et que ça ne l’empêche pas de jouer au hockey. Sa vie active démarre à peine, ce serait dommage de voir sa motivation étouffée dans l’œuf. Il se rend donc péniblement jusqu'à cet endroit qu'il déteste tant, lui rappelant sans cesse cette erreur qu'il a commise un soir où il n'était pas vigilant. Il ignore même ce qu'est devenu ce type et s'il était au courant qu'il était porteur du VIH. Il a détruit sa santé et -S sa vie heureuse, il est en colère contre ces deux personnes qui ne lui ont apporté que des malheurs.
Mais il essaie de se concentrer sur autre chose alors qu'il se gare dans le parking. Il prie le ciel que son état soit toujours aussi stable sur le chemin qui le mène à l'ascenseur. Il appuie sur le bouton mécaniquement et reste là, figé sur les numéros. Le brun n'a pas envie d'être là, son corps est figé par la peur d'une mauvaise nouvelle, il aimerait tellement que Campbell soit là... Se retenant de pleurer en songeant à quelque chose de positif, il ne s'aperçoit pas tout de suite qu'une autre personne est devant l'ascenseur. Les portes qui s'étaient ouvertes devant Nigel s'étaient refermées une première fois et l'autre avait fait revenir la machine. Mais le Chatwood ne bougeait toujours pas, tétanisé. Si l'homme en fauteuil roulant ne lui avait porté aucune attention, il aurait pu rester comme ça des heures durant. Mais celui-ci le héla de monter. « Je.. Oui, pardon. » balbutia Nigel, contraint de monter dans l'ascenseur avec réticence.

L'homme à ses côtés était en fauteuil roulant, il n'osait pas vraiment le fixer de craintes que cela l'offense de se voir traiter comme un infirme. Nigel subissait le regard des autres depuis quelques jours, toute la ville étant au courant qu'il était porteur du SIDA, il savait parfaitement l'effet produit par ce genre de regard de pitié, il ne voulait pas reproduire la même chose avec l'autre. Alors il essayait de se détendre, comme si tout était normal. Le brun appuya sur son étage et tourna ses yeux bleus électriques en direction de Nigel afin de connaître sa destination. « Je vais au cinquième, comme vous. » Cet étage était fait pour le suivi de patients déjà bien trop habitués à venir ici. Certainement que l'homme à ses côtés était là pour de la rééducation, au vu de son état. Il semblait un peu froid mais quand Nigel aperçut autour de son cou une plaque militaire, il comprit rapidement. Au début, il ne les avaient pas vu, mais peut-être qu’avec l'effort de pousser son fauteuil, elles étaient sorties. Désireux de faire passer le temps et surtout le stress, il décida de lui parler. « Vous revenez de mission ? Je... Enfin, vos plaques... j'me suis dis que... nan rien. » C'était stupide de lui parler de la guerre alors qu'il avait du être blessé là-bas et que son état ne devait pas lui plaire. Nigel connaissait les militaires, le frère d'un des joueurs de l'équipe l'était, un gars bien bâti qui était marqué à vie par la guerre, une cicatrice traversant la moitié de son front jusqu'à son oreille. Il détestait qu'on le fixe trop longtemps ou que l'on parle de ce qui lui était arrivé, la question de Nigel était alors totalement déplacée, il souhaitait ne jamais avoir dit ça !



©BlackSun

______________________________

Nigel B. Chatwood
L'amour ? Tendre ? Il n'est que trop dur, trop brutal, trop impétueux et il pique, telle une ronce.




(AuAg)3Hg2 ♥
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Se soigner mutuellement - NIGEL Mer 21 Oct 2015 - 13:57


Se soigner mutuellement
NIGEL & TIMÉO
Les souvenirs, les images… étaient difficiles à laisser derrière soi, surtout alors que ça fait seulement quatre mois qu’il a été retrouvé. Il était pratiquement mort quand on l’a retrouvé, parfois il se dit qu’il aurait mieux aimé être mort, ça serait plus facile pour tout le monde, mais ses sœurs devaient se montrer fortes et lui aussi alors que chaque minute était souffrance. Il se montrait fort, il tentait de cacher ce qu’il ressentait, il ne se plaignait pas, après ce qu’il avait enduré il pouvait bien endurer ça non ? Pourquoi il avait l’impression que c’était pire que de se faire torturer, peut-être parce que lorsqu’il se faisait torturer il était seul, il n’y avait pas les personnes qu’il aimait qui le voyait souffrir.

Ce matin, lundi, il s’était rendu à l’hôpital, il y passait presque toutes ses semaines, dépendant de comment ce passait sa rééducation il allait peut-être encore passer la semaine à l’hôpital par chance il allait peut-être pouvoir rentrer chez lui. La semaine dernière il était resté à l’hôpital du lundi au jeudi et était retourné chez sa grande sœur du vendredi à ce matin. Il était rentré dans l’hôpital et avait tout de suite pris la direction de l’ascenseur. Il était entré dans l’ascenseur, seulement le jeune homme installé à côté de lui ne montait pas dans l’ascenseur donc retenait l’ascenseur pour le laisser monter, comme il ne le décidait pas il lui demanda s’il montait ou pas. Le jeune homme répondit par la positive et s’excusa. Celui-ci n’ajouta rien, ce n’était pas nécessaire. Il n’était pas trop d’humeur, sa nuit sans dormir enfin ces nuits il n dormait plus vraiment depuis son retour, il se nourrissait à la morphine et autre antidouleur, il avait recommencé à manger depuis son retour, mais encore la nourriture avait parfois du mal à passer, après tout durant trois ans il n’avait pratiquement pas manger excepté du pain sec ou parfois un peu de fromage s’il avait de la chance. Il lui demanda à quel étage il allait et celui-ci lui répondit qu’il allait au même étage il se fit donc reculer un peu et regardait un peu dans le vide attendant que l’ascenseur arrive au bon étage.

Il fut un peu surpris quand il entendit le jeune lui parler, il lui demanda s’il revenait de mission comme il avait vu ses plaques militaires, mais il semblait hésiter et regretter sa question. Il devait réaliser que ça ne devait pas être ce dont Timéo avait envie de parler, mais il ne pouvait pas lui reprocher sa curiosité, lui aussi était quelqu’un de curieux avant. Son air froid ne devait pas non plus le mettre très à l’aise. Tim eut un petit soupire, ça ne le ressemblait pas ça, lui en ce moment, froid, distant, il avait toujours été quelqu’un de sociable, à l’écoute des autres, protecteur, souriant, avec une joie de vivre, mais après trois ans de torture ça changerait même le plus gentil et souriant des hommes. Parler un peu lui changerait peut-être un peu les idées. « Oui… je suis revenu en ville depuis deux mois. C’est correct… tu peux me tutoyer… moi c’est Timéo Rosenbach… tu es ? » Il tentait de se montrer le plus gentil possible, mais il souffrait et ça jouait beaucoup sur son humeur. Il regarda les chiffres qui défilaient selon les étages et ajouta : « Et toi tu viens pour quoi ? » Tant qu’à être dans les questions indiscrètes, il pouvait bien en poser une lui aussi.

Depuis sont retour, il avait entendu un peu parler de tout ce qui était arrivé durant son absence, on lui avait parlé un peu de –S, mais il n’en savait pas beaucoup sur le sujet, sa sœur lui avait pris un téléphone portable et comme toute la ville il avait reçu les messages, sur un certain Nigel Chatwood par exemple qui avait le VIH et d’autres trucs, mais il ne s’en préoccupait pas vraiment. Il avait d’autres choses à penser que les problèmes des autres. Il remit ses médailles sous son chandail même si elle risquait de sortir de nouveau. Son histoire du moins une partie avait fait la une des journaux, un militaire né à Lewiston après avoir été capturé il y a trois ans a finalement été retrouvé ça ne peut pas passer inaperçu. Ce jeune homme devait donc savoir qui il était maintenant qu’il savait son nom.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Nigel B. Chatwood
Maître Jedi
291 $
19/01/1994 $
291 messages
Mensonges : 291
Anniversaire : 19/01/1994


MessageSujet: Re: Se soigner mutuellement - NIGEL Ven 23 Oct 2015 - 0:49


*Se soigner mutuellement *

♪ Oh, you can hear me cry, See my dreams all die, From where you're standing On your own. It's so quiet here, And I feel so cold ♪


Outre le fait de se sentir mal, voilà que le Chatwood se sentait idiot maintenant ! Il restait planté là, devant un ascenseur au lieu de monter dedans quand un homme lui demande, et à présent il lui pose des questions qu'il aurait mieux fait de  garder pou lui ! La solitude le pèse tellement ces derniers temps, il n'a pas vraiment de contacts hors de son cercle privé, il ne parle pas vraiment avec le monde extérieur, se coupant des réseaux sociaux et de son téléphone sauf en cas d'urgence. Il reste chez lui, enfermé depuis deux semaines car le chagrin et la perte de sa joie de vivre trop récente. Nigel se demande s'il parviendra un jour à se remettre de cette rupture. Il a connu d'autres copains avant Campbell, mais il n'a jamais été aussi amoureux et capable de déplacer des montagnes. Pour lui, il a abandonné le confort de son silence pour affirmer au monde entier qu'il était gay et aimait cet homme, surprenant Lewiston par cette déclaration. Le couple avait pris un joli pavillon pour commencer leur vie à deux et voilà que la petite Naïma se greffait à leur sorte de famille. C'était tellement difficile pour lui de tout voir s'envoler comme ça et de rentrer à la maison Chatwood, se murer dans le silence, dans un état encore plus lamentable qu'avant le retour de Linus... Il avait souhaité parler avec cet inconnu, cherchant une voix dans le lointain pouvant le faire oublier une seconde son malaise. Mais sa question sur la mission de l'autre était de trop. Le brun était en fauteuil roulant, certainement une blessure de guerre, il n'aurait pas dû poser la question et s'excuse rapidement, baissant les yeux sur ses pieds.
L'inconnu  ne sembla pas lui en vouloir, il lui répondit même, ce qui eut pour effet de faire relever les yeux de l'adolescent, croisant une nouvelle fois le regard azur de son voisin d'ascenseur. Il venait en effet de revenir de mission, quelque chose de pénible se dit Nigel, mais il ne commentera pas, ce serait trop déplacé !

L'homme se présenta alors à lui, devenant plus qu'un simple compagnon d'ascenseur. Timéo, un joli prénom, original de surcroît. Nigel tendit fébrilement sa main, imitant son vis-à-vis. « Nigel. Nigel Chatwood. » balbutia-t-il avec un léger sourire trahissant sa timidité naturelle. Il n'a jamais été très à l'aise avec les inconnus, surtout qu'il ne connaît pas vraiment le nom de l'homme. Il a déjà entendu parler des Rosenbach, un commerçant du centre portait ce nom si sa mémoire était bonne... Il ne saurait dire mais le temps de réfléchir, voilà que l'autre lui demander ce pour quoi il était là. Le hockeyeur déglutit avec difficulté, cherchant une excuse à sa présence dans cette machine. Peut-être que certaines personnes n'ont pas lu les révélations de -S, peut-être que tout ça paraîtra normal. « Je viens pour des examens, je dois changer mon traitement... »dit-il sans s'étaler de détails, après tout cela pouvait paraître normal quand on ignore le contexte initial. Il priait pour que l'autre ne sache rien, sans grand espoir du moins puisque -S venait de révéler son secret – et d'autres – et que Timéo était là depuis bien avant ces messages sordides... « Toi, c'est pour la rééducation, non ? C'est pas trop dur ? » demanda alors le petit brun, jaugeant l'état de son camarade. Nigel sait à quel point c'est handicapant de ne pas pouvoir se servir d'un de ses membres, il a déjà été blessé au hockey plus d'une fois et s'emporte souvent lorsqu'il a mal, grognant sur ses proches comme si ça pouvait lui faire oublier la douleur. Au vu de la réaction de Timéo tout à l'heure, il devait avoir mal, ses joues frémissaient légèrement, quelque chose d'imperceptible mais Nigel était fin observateur. Un avantage dans certains cas, il peut sentir la douleur des gens, bien qu'ignorant souvent la sienne !

Voir l'homme en fauteuil lui parler le rassurait un peu, il ne se sentait plus aussi idiot d'avoir posé sa question et appréciait d'avoir quelqu'un à qui parler. Il était encore plus mal à l'aise quand le silence régnait entre deux personnes dans un ascenseur. Cet espace confiné n'est pas idéal pour se défiler ! « Rosenbach, t'as pas de la famille qui tien un commerce en ville ? Désolé, ce nom me dit quelque chose. » Il fallait qu'il sache, oui, lui si peu ouvertement curieux posait une question. Au moins, Campbell avait réussi à le faire s'ouvrir aux autres, c'était un bon point...



©BlackSun

______________________________

Nigel B. Chatwood
L'amour ? Tendre ? Il n'est que trop dur, trop brutal, trop impétueux et il pique, telle une ronce.




(AuAg)3Hg2 ♥
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Se soigner mutuellement - NIGEL Ven 23 Oct 2015 - 23:37


Se soigner mutuellement
NIGEL & TIMÉO
En allant à son rendez-vous il ne s’attendait pas à rencontrer quelque ou plutôt à faire la discussion avec quelqu’un. Normalement, il allait à ses rendez-vous et partait, il ne parlait qu’à ceux qui s’occupait de son dossier, c’était toujours les même, c’était plus simple aussi, ils savaient ce qu’il fallait faire ou pas faire, le toucher à certain endroit par exemple était à éviter vu que la douleur était insoutenable.

Il s’était présenté et Nigel lui avait tendu la main. Il serra ma main de celui-ci alors qu’il se présentait à son tour, quand il dit son nom, le militaire pensa tout de suite à quelque chose qu’il avait lu. « Nigel Chatwood… ça me dit quelque chose, je crois que j’ai lu quelque chose sur toi y’a peu. » Il marqua une pause alors qu’il réfléchissait et dit : « Ah oui de ce ou cette –S, comme quoi tu avais le VIH… » Il venait sûrement de faire une boulette à dire ça, il ajouta : « T’inquiètes je te juge pas, on fait tous des conneries et je suis bien placé pour le savoir… hmm désolé je n’aurais peut-être pas du en parler par contre. » Il ne parlait pas de l’armée, mais il n’allait pas parler de c’était quoi sa connerie, mais bon, il voulait juste faire comprendre à celui-ci qu’il ait le VIH ne lui faisait rien, il n’allait pas le juger pour ça. Enfin bref, il lui avait demandé pourquoi il était présent à l’hôpital, mais vu ce qu’il venait de dire, il s’en doutait un peu maintenant. Il hocha la tête, mais bon, il n’allait pas lui poser plus de questions à ce sujet. Il le regarda un moment alors qu’il lui demandait s’il était là pour la rééducation. « Oui rééducation et faire le tour de mes blessures pour s’assurer que ça cicatrice bien… dure ? Un peu moins pire que comment je me suis fait ça… pour l’instant j’arrive pas vraiment à tenir sur mes jambes encore, c’est trop douloureux… je vais t’épargner les détails. » Il lui fit un petit sourire alors qu’il regardait le numéro de l’étage, ils allaient bientôt être au bon étage.

Il le regarda un moment alors qu’il lui demanda si sa famille ne tenait pas un commerce en ville, il devait parler du restaurant de son grand-père qui était maintenant le sien. « Ne t’excuse pas, c’est pas pire que ma gaffe de tantôt… et c'est pas comme si c'était un secret. » Il parlait du VIH bien sûr, il aurait dû se taire. « Oui mon grand-père avait un restaurant, j’en ai hérité, quand je vais pouvoir je vais prendre la relève, pour l’instant un de ses plus vieux employés qui est maintenant mon employé s’occupe de tout le temps que je sois capable d’aller m’en occuper. Quand je vais y retourner, tu peux y venir quand tu veux, je t’invite, tu n’auras rien à payer. » C’était une façon de se faire pardonner pour sa gaffe aussi et pour son humeur du début. L’ascenseur s’arrêta finalement et il put sortir et pris la direction des chaises il se mit à côté de Nigel afin de continuer de parler avec lui. L’infirmière vint le voir et dit : « Pas seul cette fois ? Ça tombe bien l’infirmier qui devait aider est malade donc on va avoir besoin de votre ami pour la séance de rééducation. » Il allait dire que Nigel ne l’accompagnait pas, mais elle était déjà partie. « Je vais lui dire que tu n’es pas là pour ça… » Il n’allait pas lui infliger ça ce n’était pas très agréable d’assister à sa rééducation.

Il restait du temps avant son rendez-vous, autant apprendre à le connaitre un peu, ça allait les occuper tous les deux en attendant l’heure de son rendez-vous. « Alors, tu es à l’université ? Tu fais du sport ? » Il semblait sportif, donc il se demandait s’il pratiquait un sport en particulier, excepté ce qu’il avait lu à propos de son VIH il ne savait rien de ce jeune homme. Sauf qu’il semblait être quelqu’un de bien, il y avait quelque chose qui lui plaisait bien chez lui.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Nigel B. Chatwood
Maître Jedi
291 $
19/01/1994 $
291 messages
Mensonges : 291
Anniversaire : 19/01/1994


MessageSujet: Re: Se soigner mutuellement - NIGEL Sam 24 Oct 2015 - 15:33


*Se soigner mutuellement *

♪ Oh, you can hear me cry, See my dreams all die, From where you're standing On your own. It's so quiet here, And I feel so cold ♪


Les escaliers, ça aurait été une bonne idée ! Nigel commence à se demander pourquoi il a engagé la conversation avec son compagnon d'ascenseur, car lorsqu'il se présente à lui, l'homme admet connaître son nom. Il n'aurait pas pu lui dire qu'il avait lu l'article qui parlait de son entrée dans l'équipe de la ligue mineure de la région ? Noooon ! Il fallait que ça soit par ce maudit -S qu'il ait entendu parler de lui ! Lorsque Timéo, sans plus d'émotions que cela, lui dit qu'il est courant qu'il ait le SIDA, le Chatwood voudrait que l'ascenseur s'écroule comme dans les films d'horreur et qu'il meurt sur le coup ! Son cœur fait un raté et s'emballe à l'idée d'être jugé par cet homme alors que la machine ne monte pas vite les étages... C'était inévitable, les gens parlaient et savaient qu'il avait un problème, qu'il était un danger pour la société s'il venait à contaminer quelqu'un. Nigel a très peur que cela arrive et s'enferme à double tour lorsqu'il lui arrive de se couper, empêchant quiconque de l'approcher. Lorsque Isabelle l'a trouvé dans les vestiaires l'an dernier, la main en sang à cause d son patin qui l'avait blessé, le brun était devenu pâle. La jeune fille l'avait empoigné pour rincer sa plaie et voir la profondeur de la coupure, sans que Nigel ne puisse lui avouer quoi que ce soit jusqu'à l'hôpital. Dès lors, elle était devenu la gardienne de ce secret, veillant à ce qu'il ne se fasse plus de mal, mais entendre un inconnu, un homme qu'il n'a jamais vu dans le coin, lui parler de ce problème... La panique le prit et il n'osa plus regarder son vis-à-vis. Timéo lui dit qu'il ne le jugeait pas, que lui aussi avait fait quelques conneries. Les yeux de Nigel s'embuent à mesure qu'il repense à cette soirée, une nouvelle fois. L'autre s’excuse d'en avoir parler et d'une voix rauque, le petit lui répond : « Je...J'veux pas en parler, c'est assez difficile comme ça. » Il déglutit avec difficulté.

Le sujet devait être changé et la raison de leurs venues respectives ici était des plus déviantes à présent, puisque le jeune en fauteuil roulant affirma être venu pour sa rééducation. La compassion prit alors le hockeyeur à la gorge, qui n'osait même as imaginer ce qu'il avait pu subir à la guerre. Il n'entendait pas vraiment parler de ce sujet, les soldats restaient généralement muets, gardant un secret bien plus terrible en eux, risquant d'exploser à tout moment à force de garder le silence. Son corps était peut-être plein de cicatrice, ça avait quelque chose de mystérieux tout de même. Nigel se sentait un peu coupable de lui parler de ses blessures mais bien moins maintenant qu'il s'était pris en pleine face son état de santé ! Au moins, il avait la décence de reconnaître qu'il était allé un peu loin. Il acquiesça timidement, cherchant à focaliser la conversation sur Timéo plutôt que sur son cas. L'adolescent se demandait si son camarade d'ascenseur n'avait pas de la famille dans le coin, son nom lui étant familier. Timéo lui répondit alors que son grand-père possédait un restaurant en ville depuis des années, et qu'il en était devenu le propriétaire depuis peu. « Ah oui, je vois où est ce restaurant alors ! » lui dit-il avant que le beau brun ne lui propose de l'inviter pour se faire pardonner sans doute sa bourde de tout à l'heure. Nigel rougit légèrement. « Je.. euh.. Merci, c'est sympa d'ta part. » Le Chatwood n'était pas homme à profiter des gens, il n'aurait sans doute jamais accepté sa proposition dans d'autres circonstances mais sans vraiment y réfléchir et peut-être parce que c'était la première personne à ne pas le regarder de travers en apprenant qu'il était malade, il avait envie de dire oui. Il fallait qu'il sorte en ce moment, la solitude et le silence de la maison lorsque les enfants n'étaient pas là, commençait à lui peser sévèrement et voir Linus aussi inquiet lui donnait juste envie de rester enfermé tout seul à ressasser ses problèmes.

Les portes s'ouvrirent enfin sur le cinquième étage et le hockeyeur s'apprêtait à délaisser sa nouvelle connaissance lorsqu'une infirmière les interpella, ravie que Timéo soit venu avec un « ami » qui pourrait aider pendant la séance de rééducation. [colr=royalblue]« Non, je... »
commença de protester Nigel mais la jeune femme était déjà loin, ne lui laissant pas le temps de répondre. La moue perplexe de jeune homme devait être plus accentuée qu'il ne le pensait puisque celui dans le fauteuil roulant lui intima qu'il préviendrait l'infirmière quand elle viendrait le chercher. « Elles sont toujours pressées, il manque pas mal de monde en ce moment. » confirma Nigel, habitué de cet hôpital depuis l’enfance et connaissant les déboires de ce service. Il accompagna son nouvel ami dans la salle d'attente, se demandant si l’infirmière allait réellement l'embarquer pour la rééducation de Timéo ou non. Ce serait étrange comme situation, de voir un inconnu lors d'un travail pénible et de devoir assister le kiné dans sa démarche, comme s'il savait ce que ressentait le patient alors qu'il ne le connaissait pas du tout !

Pour remédier à la situation semble-t-il, le militaire entreprit de faire la conversation tandis que Nigel s'asseyait. Il voulait en savoir plus sur lui. Quand on est dans une salle d'attente, en général, soit on se tait et se cache, soit on parle avec les autres pour passer le temps. Le jeune n'était pas habitué à la deuxième solution mais en ce moment les habitudes étaient bousculées. « J'ai terminé l'université l'été dernier, je faisais du journalisme en sport-études. J'ai passé une partie de l'été en stage d'entraînement de hockey et les LC Lighnings m'ont engagé ! C'est juste le rêve ! » voilà un sujet qui détendait le Chatwood, parler de hockey ! Son tout récent contrat lui remontait le moral et il n'espérait qu'une chose, continuer dans cette voie-là jusqu'à entrer en ligue majeure, peut-être pour jouer avec une équipe professionnelle haut de gamme ! Son rêve serait de jouer avec les Canadiens, sa famille étant originaire du Canada, son père l'avait élevé dans le fanatisme de cette équipe, qu'il affectionnait tout particulièrement ! Timéo allait être saoulé d'entendre parler de hockey avant la fin de la journée si ça continue ! « Désolé si je m'emballe trop, c'est juste... mon rêve de gosse qui se réalise ! Je joue depuis que j'ai six ans et deux de mon ancienne équipe universitaire ont été pris aussi, ça remonte un peu le moral quand on sait que tout le monde connaît ma vie privée... » dit-il en se voulant plus discret sur cet aspect de sa vie, ne souhaitant pas prononcer les lettres de sa maladie, les rendant moins réelles en se taisant. « Et toi ? Enfin... forcément tu es sportif, ça se voit à ton corps, mais, est-ce que tu as des sports de prédilections en dehors de l'armée ? » Nigel devrait se taire parfois, il avoue presque avoir observé son corps , il allait passer pour quoi hein ? Mais c'était trop tard à présent, il fallait juste espérer que Timéo ne le prendrait pas bizarrement, ce n'était pas l'intention du brun que de le mater ou quoi, c'est juste qu'il appréciait les beaux corps et que les militaires étaient toujours bien bâtis et lui plaisaient en général !



©BlackSun

______________________________

Nigel B. Chatwood
L'amour ? Tendre ? Il n'est que trop dur, trop brutal, trop impétueux et il pique, telle une ronce.




(AuAg)3Hg2 ♥
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Se soigner mutuellement - NIGEL Dim 25 Oct 2015 - 2:06


Se soigner mutuellement
NIGEL & TIMÉO
Il ne savait pas trop pourquoi il s’était mis à parler à celui-ci, par contre, il savait après avoir dit quelque chose sur le SIDA qu’il aurait mieux fait de se la fermer. Il aurait préféré ne pas lui parler que de faire cette bêtise, il a tenté d se rattraper un peu en lui disant que tout le monde faisait des erreurs, qu’il en avait fait lui aussi et qu’il ne le jugeait pas, mais c’était trop tard, il avait fait une connerie. Il s’en voulait, alors en plus de faire souffrir ses proches voilà qu’il faisait souffrir des personnes qu’il venait tout juste de rencontrer. Il sentit son cœur se serrer en voyant les yeux de celui-ci devenir humide et avoir une voix rauque pour lui dire qu’il ne voulait pas en parler, que c’était assez difficile comme ça. « Je suis désolé, tu n’es pas obligé d’en parler, surtout pas à moi que tu viens de rencontrer, je comprends parfaitement qu’on est pas envie de parler de quelque chose… je suis le premier à refuser de parler à des psychologues envoyés par l’armée. » Enfin bref, il était bien placé pour savoir que parfois on n’avait pas envie de parler de nos problèmes…

Nigel lui avait demandé si sa famille possédait un commerce dans la ville parce que son nom de famille lui disait quelque chose. C’était le cas, son grand-père avait ouvert un restaurant à Lewiston il y a plusieurs années quand il était encore dans la vingtaine. C’était la fierté de son grand-père, comme il était très proche de lui celui-ci avait décidé de le léguer à son petit fils qui lui avait dit lorsqu’il était enfant qu’il voulait être comme son grand-papa quand il serait grand. Il allait pouvoir réaliser ce rêve maintenant, malgré le fait qu’il ne savait pas dans combien de temps il pourrait marcher avec des béquilles et travailler, pour l’instant ce n’était pas possible. « C’est un bon restaurant, j’y ai passé beaucoup de temps lorsque j’étais plus jeune, mon grand-père m’a appris à cuisiner, il m’a appris tout ce qu’il savait. » Son grand-père était mort alors qu’il était dans l’armée. Il s’en voulait de ne pas avoir pu être présent pour lui à la fin, mais bon, il était trop loin pour ça et il a appris trop tard pour avoir une permission. Pour se faire pardonner de son erreur il l’invitait à manger sur son bras à son restaurant quand il allait commencer à y travailler. Il fut content de le voir accepter, il avait l’impression que celui-ci pourrait devenir un ami, peut-être plus, mais bon, il ne savait même si celui-ci était gay et puis qui voudrait d’un petit ami dans son état. Il ne voulait pas infliger ça à quelqu’un, il ne voulait pas être un poids pour quelqu’un déjà qu’il en était un pour ses sœurs, pour Tayson, il en voulait l’être pour personne d’autres.

L’ascenseur était finalement arrivé au bon étage, donc ils étaient sortis afin de s’installer à une place, l’infirmière était venue et elle semblait contente de le voir avec quelqu’un, mais elle se trompait totalement, il n’était pas venu avec Nigel, celui-ci n’était pas là pour l’aider, il avait son rendez-vous à lui. Seulement il n’eut pas le temps de corriger l’infirmière qu’elle était partie, il rassura Nigel en lui disant qu’il allait dire à l’infirmière qu’il n’était pas là avec lui. C’est vrai elle devait être débordé et pressé, qu’ils manquaient de monde en ce moment. « Oui ça doit… » Il n’ajouta rien d’autres, il y avait rien d’autres à dire de toute façon.

Afin de changer un de sujet de conversation, de se changer les idées il lui avait demandé s’il faisait du sport et s’il était étudiant à l’université, il pu apprendre comme ça que celui-ci avait étudié le journalisme et avait une carrière de sportif qui s’offrait à lui. « Ne t’excuse pas, tu fais bien de t’emballer, ça fait du bien de voir ça, voir que tu as des buts, que tu sais ce que tu veux faire dans la vie. Il faut que t’en profite, c’est plutôt à moi d m’excuser d’avoir parler de ça… Faut que je me réhabitue à parler à des personnes… à faire preuve de tact et savoir qu’il vaut mieux éviter de dire certaines choses, après trois ans à parler à personne… » Il parlait de problèmes de santé de Nigel quand il disait avoir parler de « ça », puis il venait de lui avouer que durant trois ans il a été coupé du monde, qu'il ne pouvait parler à personne. « Pour me faire pardonner, pose-moi la question que tu veux, je me doute que tu dois avoir plein de questions sur comment je me suis retrouver dans cet état… » Il voulait lui montrer qu’il était pas un salopard, bien qu’il espérait que celui-ci ne le voit pas comme tel, enfin il en était pas un après tout, il avait un grand cœur, même si en ce moment il avait beaucoup de mal à montrer ce qu’il ressentait aux autres, parce qu’il ne voulait pas montrer qu’il souffrait, même si parfois la douleur était si vive qu’il ne pouvait pas la cacher. Il eut un sourire quand il lui demanda s’il était un sportif, ça devait être le cas avec son corps, c’est vrai qu’il était costaud et musclé. « Oui j’ai toujours beaucoup aimé le sport, j’ai fait de la course, musculation, au lycée je jouais au basketball, j’aime aussi le foot et le hockey, bien que j’ai pas patiné depuis très longtemps et je suis pas prêt de pouvoir recommencer. » Il n’était pas capable de tenir sur ses mains, donc comment il pourrait tenir sur des patins ? Enfin bref, l’infirmière revint et dit « On va pouvoir y aller. » Timéo ajouta : « Il n’est pas là pour m’accompagner, on est juste arrivé en même temps. » L’infirmière semblait déçue. « Oh d’accord, désolé, alors je crois que votre médecin va reporter la rééducation pour quand il aurait deux personnes avec lui pour vous aider. » Il hocha la tête : « C’est correct je comprends. » Il ne pouvait pas demander à Nigel de venir l’aider, il venait juste de le rencontrer.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Nigel B. Chatwood
Maître Jedi
291 $
19/01/1994 $
291 messages
Mensonges : 291
Anniversaire : 19/01/1994


MessageSujet: Re: Se soigner mutuellement - NIGEL Lun 2 Nov 2015 - 11:59


*Se soigner mutuellement *

♪ Oh, you can hear me cry, See my dreams all die, From where you're standing On your own. It's so quiet here, And I feel so cold ♪


La bourde qu'avait faite le jeune homme en fauteuil avait quelque peu refroidi Nigel sur le fait de sortir de sa chambre. Il ne l'avait pas fait de peur qu'on lui parle de ça, qu'on le juge et surtout qu'on fasse de lui un cliché, celui de l'homosexuel qui est atteint du SIDA. Il n'y a pas que les gays qui peuvent avoir le SIDA, les drogués qui échangent leurs seringues par exemple. Mais cette image première est restée ancrée dans les esprits, une des raisons pour lesquelles Nigel n'avait pas mis les pieds dehors depuis sa rupture avec Campbell. Entre ceux qui pensaient que cela venait de lui et ceux qui se demandaient à quel moment leur ami avait pu avoir une relation intime avec un homme sans qu'ils le sachent. Nigel ne sortait en soirée qu'avec ses coéquipiers ces dernières années, mais nul n'avait fait attention à lui ce soir-là, il était monté dans la chambre avec un étranger et, à moitié ivre puisqu'il ne buvait que rarement, il est arrivé ce qui devait arriver. La vigilance n'était pas là et le virus s'était répandu en lui sans qu'il ne le sache avant cette prise de sang, deux semaines plus tard, pour la visite médicale. L'épée de Damoclès était alors tombée sur son crâne, le laissant abasourdi. Il n'en avait parlé à personne, même Heather et Lucinda ne savaient rien jusqu'à maintenant... Et voilà que Timéo, un inconnu, connaissait sa vie dans des détails qu'il aurait souhaité éviter. Il refusait d'en parler, cela rendait la chose trop réelle et il se sentait déjà assez mal depuis deux semaines. L'homme compris et le petit brun sentit la culpabilité de l'autre, qui tentait de se rattraper, de la comprendre dans son silence. Nigel se contenta d'acquiescer.

Ils parlèrent du restaurant du grand-père de Timéo, qui lui avait tout appris en cuisine. C'était un sujet plus décontracté, qui rappela à Nigel ses après-midi passées avec sa maman devant la cuisinière, faisant son premier gâteau au chocolat, comme il avait fait avec Mathys.
L'ascenseur les mena enfin à leur étage, semblant alléger le poids de la conversation. L'infirmière leur souhaita la bienvenue et fut ravie de voir un ami venir avec Timéo, mais elle se trompait et le Chatwood ignorait même s'ils pouvaient être amis à l'heure actuelle. Les deux hommes n'ont pas le temps de s'exprimer que la demoiselle repart aussi sec, les laissant un peu bête l'un face à l'autre. Timéo dit qu'il fera une deuxième tentative lorsqu'elle viendra le chercher, pour l'heure, ils s'installent dans la salle d'attente et une nouvelle conversation s'engage, sur le sport cette fois-ci. Le hockeyeur ne peut laisser de côté sa passion, ses amis l'ont remis en selle et tout semble revenir comme avant quand il est avec eux, comme si rien n'avait changé dans leurs vies. Les gars étaient comme d'habitude, quoique Dallas fût un peu plus inquiet et veille à ce qu'il n'arrive rien à son joueur vedette. Certes, ils ne faisaient que ds entraînements et matchs amicaux, mais ils se tenaient au top. L'été avait été particulièrement génial et les liens entre les hommes s'étaient resserrés d'avantages, une véritable famille sur qui Nigel sait pouvoir compter. Il l'a oublié un peu ces derniers jours mais l'appelle de son Capitaine lui prouve une nouvelle fois qu'il n'est pas seul et que peu importe son état de santé. Ça lui fait du bien d ne pas penser à sa rupture, de redevenir ce garçon normal qui joue au hockey et respire la passion.

Il s'excuse quelque peu de son trop-plein de passion mais parler de sport lui plaît toujours, il est intarissable sur le sujet, ça lui rappelle tellement de bons souvenirs... Timeo semble apprécier cet enthousiasme et s'excuse une nouvelle fois d'avoir été indélicat dans l'ascenseur. Il lui avoue devoir se réhabituer aux gens, à faire attention aux sentiments des personnes qu'il côtoie, car il semble ne pas avoir parler à beaucoup de monde depuis trois ans. « Trois ans ? » S'exclame Nigel sans vraiment vouloir aller plus loin dans des explications. Peut-être que ses blessures résultent de quelque chose de bien plus grave qu'il ne le pense, il n'ose pas demander, c'est bien trop indiscret pour le  faire. « Je comprends... C'est dur de ne parler à personne et de revenir à la civilisation, voir tous ces gens qui s'inquiètent de ton cas et te poses des questions indiscrètes. J'aime pas ça non plus qu'on essaie de tout savoir, c'est déplacé. » Il pensait alors à -S et ses attaques incessantes qui empêchent les gens d'avoir une vie normale. On se sent traqué, épié en permanence sans rien pouvoir faire tranquillement, comme si la moindre chose était sujette à polémique. Alors il n'imagine même pas ce que doit vivre Timéo qui revient de mission et doit retrouver une Lewiston bien changé. Trois ans... Il avait dû vaguement entendre parler de ces jeunes disparus, ne connaissait pas beaucoup -S et n'avait pas encore subi ses attaques. Le Chatwood souhaiterait tellement qu'il n'en subisse jamais, c'est difficile de cacher des choses dans cette ville mais il faut s'accrocher. « Je ne suis pas de nature vraiment curieuse, mais si j'ai droit à une question, je voudrais simplement savoir... si c'est plus facile ici J'veux dire, j'ai un ami, son frère est militaire et quand il revient, je vois qu'il ne va pas bien, il ne parle pas, comme s'il avait vécu quelque chose de traumatisant. Tu reviens à peine et tu semble... j'sais pas, peut-être que tu montres moins que tu souffres. J'connais rien à ce qui se passe quand les soldats partent au combat, mais j'espère que tu arrives à t'accrocher. J'aime pas voir le monde souffrir.... » dit-il sans vraiment avoir d formulation correcte. Le petit brun se doute que Timéo a vécu des choses terribles au front, qu'il a été blessé et que la réadaptation au monde civil doit être difficile. Il se souvient qu'il lui a dit ne pas vouloir parler à ses psychologues, il espère juste qu'il va se rétablir car, même sans le connaître, il voudrait qu'il y arrive. Nigel suit les actualités régulièrement, il sait qu'il se passe de drôles de choses là bas, au Moyen-Orient, des choses terribles et des otages Américains partout dans le monde qu'on essaie de rapatrier. Il ne s'imagine que difficilement ce qu'un soldat traverse, malgré les nombreux films comme Du sang et des larmes ou American sniper qui montre la dureté de ce monde. Il aimerait faire quelque chose pour son pays lui aussi, peut-être que sa maladie est ridicule à côté de ce que Timéo à subit...

Mais ne voulant pas trop l'attrister, le Chatwood repart rapidement sur le sport et demande à son compagnon d'attente s'il pratique ou aime un sport en dehors de ses obligations militaires. Courir, jouer au base-ball, faire du hockey, c'est un bon programme, il ne devait pas s'ennuyer. Ce qui lui serre le cœur en revanche est le fait qu'il ne soit pas certain de patiner à nouveau. « Avec une bonne rééducation, je suis sûr que tu pourras recommencer à patiner ! Peut-être pas faire des pirouettes mais patiner tranquillement, ça serait déjà ça. » Il lui sourit, cherchant à lui redonner du moral. Il serait anéanti si on lui disait qu'il ne pourrait plus jamais jouer au hockey, il n'aurait alors plus rien. Déjà qu'il avait ragé lorsqu'il avait eu sa commotion et son arrêt de jeu durant quelques semaines, alors toute une vie !
L'infirmière revient alors pour chercher son patient et l'accompagner au kiné. Le militaire précise alors que son camarade n'est qu'une personne rencontrée dans l'ascenseur et qu'il n'est pas venu avec lui, c'est une coïncidence plus qu'autre chose. La jeune femme est déçue, annonçant que le médecin devra reporter la séance faute d'aide aujourd'hui. Nigel observe la scène et son corps se lève d'un bond. « Mademoiselle, je vais aider ! » lança le jeune homme en se postant à côté de son camarade. Il regarda Tim avec insistance, lui faisant se rappeler leur conversation sur la rééducation. « C'est important pour toi de remarcher, faut jamais laisser tomber. Je viens. » Le rendez-vous du jeune homme n'était pas pour tout de suite, il avait le temps d'aider. Il n'avait pas songé que cela pouvait être difficile pour l'homme en fauteuil, il avait simplement envie qu'il remarche, qu'il puisse patiner. Allez comprendre, lorsqu'on parle de patiner à un hockeyeur, il faut tout faire pour s'y remettre. Son regard se plante alors dans les yeux océan de son compagnon d'ascenseur. Bien qu'ils ne se connaissent pas, Nigel sait qu'on ne laisse pas un homme à terre. Ce type lui fait un peu penser au frère de son ami qui ne peut rien faire pour lui rendre la vie plus douce. S'il pouvait faire quelque chose pour ses compatriotes qui se battent chaque jour au Moyen-Orient pour leur liberté, il devait le faire et son regard trahissait cette envie d'apporter son soutien à l'armée en remettant peut-être sur pied un des leurs.




©BlackSun

______________________________

Nigel B. Chatwood
L'amour ? Tendre ? Il n'est que trop dur, trop brutal, trop impétueux et il pique, telle une ronce.




(AuAg)3Hg2 ♥
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Se soigner mutuellement - NIGEL Lun 2 Nov 2015 - 21:05


Se soigner mutuellement
NIGEL & TIMÉO
Ils avaient tous fait leur bourde, tous leurs problèmes, mais les deux semblaient bien s’entendre pour l’instant. C’était une bonne chose. Il avait parler de plusieurs choses, dont le restaurant du grand-père de Timéo, une fois sortit de l’ascenseur ils s’étaient assis ensemble pour parler encore un peu en attendant leur rendez-vous respectif.

Le sport était un sujet qui passionnait le jeune homme, il avait de la chance parce que c’était un sujet qui passionnait aussi Timéo. Il lui avait ensuite avouer avoir été trois ans sans contact avec la civilisation, les seules personnes qu’il a vu durant trois ans était ses tortionnaire et d’autres prisonniers. Nigel semblait surpris par le nombres d’années où il a été retenus captif, Timéo hocha simplement la tête pour lui faire comprendre que oui, il avait bien été captif durant trois ans. « C’est vrai que ce n’est pas facile. Je vais éviter de te poser trop de questions alors. » Il s’en voulait d’avoir été indiscret un peu plus tôt, mais c’était sortit tout seul. Il n’en connaissait pas beaucoup sur ce qui s’était passé dans la ville, il n’avait jamais entendu parler de –S avant de recevoir des messages envoyés à tout le monde sûrement de cette –S. C’était cruel d’après lui ce qu’elle faisait de révéler des choses comme ça sur des personnes de la ville. Après tout tout le monde à le droit à ses secrets, il n’a pas envie que certains découvrent ses secrets parce qu’il en avait déjà assez de sa rééducation si en plus il devait endurer les problèmes suite à la révélation de ses secrets il ne s’en sortirait pas. Il le regarda un moment alors qu’il lui parlait d’un ami qui lui ne semblait pas bien, alors que lui semblait pas montrer qu’il souffrait, il eut un petit sourire un soi en l’entendant. « Chaque personne réagit à sa façon, personnellement je ne suis pas du genre à montrer que je souffre, pour être honnête c’est l’enfer, je déteste ne pas pouvoir me lever, je déteste me sentir comme ça, mais je ne veux pas que ce que j’ai vécu ces dernières années continue de gâcher ma vie… c’est dur pour mes sœurs et je préfère me montrer ainsi pour ne pas les voir souffrir… Il a peut-être plus de mal à le cacher, mais d’un côté c’est peut-être mieux de ne pas trop le cacher non plus… parce qu’à force de garder pour soi ce qu’on ressent ont fini par exploser… » Ça risquait de lui arriver vu combien il le cachait, mais il ne voulait pas faire endurer sa souffrance à ses proches. Il avait vécu des choses que personnes ne devrait avoir à endurer. Il s’était fait battre tellement qu’il pouvait plus se tenir debout et souffrait quand il utilisait trop son poignet gauche. Aucune maladie n’est ridicule, chaque personne à ses problèmes et pour quelqu’un ce qu’il vit peut être grave, mais comparer au problème d’un autre leur problème leur semble ensuite dérisoire, pourtant on ne peut pas comparer les problèmes parce que chaque personne est différente.

Il parlait de sport, ce n’était pas facile pour lui de parler de ce qui lui était arrivé, c’est pourquoi le sujet de sport était beaucoup plus agréable. Il le regarda un moment alors qu’il affirma qu’avec une bonne rééducation il pourrait recommencer à patiner, peut-être pas faire des pirouettes, mais il pourrait patiner ce qui est déjà bien. « Oui peut-être, je fais commencer par arriver à tenir sur mes pieds sans tomber et après je verrais pour le patin, je dois aussi voir si je vais pouvoir courir. » Il lui adressa un sourire, bien que soucieux. Il ne savait pas trop comment il allait faire, ce n’était pas facile, mais il ne perdait pas espoir, au moins il allait pouvoir reprendre le restaurant de son oncle.

L’infirmière était venue le chercher pour l’amener à son rendez-vous, il lui annonça que Nigel ne l’avait pas accompagné, elle était déçue parce que le rendez-vous ne pourrais pas avoir lieu si la personne ne l’accompagnait pour remplacer l’infirmier absent. Il était loin de s’attendre à ça, il vit celui-ci se lever d’un bond pour dire qu’il allait aider. Tim ne s’attendait pas du tout à ça. « Tu es sûr ? Tu n’es pas obligé, on vient de se rencontrer… » Il savait combien ce moment était difficile, mais il disait que c’était important pour lui de remarcher et qu’il ne fallait pas laisser tomber, donc il allait l’aider. L’infirmière se mis donc derrière le fauteuil pour le pousser et accompagner les deux hommes à la salle de rééducation. L’infirmier présent pour sa rééducation il l’amena vers deux bars horizontales qui l’aidait à se tenir debout quand il tentait de marcher. Il commençait par ça parce qu’il était plus en forme et les exercices assis avait lieu après pour qu’il soit le plus en forme pour tenter de marcher. Le spécialiste qui s’occupait de sa rééducation venait d’arriver et posa quelques questions à celui-ci pour savoir comment il allait. Il demanda ensuite à Nigel et l’infirmier de l’aider à se lever, l’infirmier montra comment faire à Nigel et il prit et les mains du militaire agrippa les barres afin de se tenir debout et l’infirmier dit à Nigel de toujours rester proche pour le soutenir si jamais il tombait. Parce qu’il était aussi blessé au poignet, bien que c’était moins pire se que genou. Sa jambe tremblait alors qu’il tentait de se tenir debout, c’était très douloureux et il serrait les dents. Le kinésiologue dit : « Doucement, une jambe à la fois, arrête-toi si besoin. » Il l’écoutait, il manqua de tomber quelques fois alors que la douleur était vive.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Nigel B. Chatwood
Maître Jedi
291 $
19/01/1994 $
291 messages
Mensonges : 291
Anniversaire : 19/01/1994


MessageSujet: Re: Se soigner mutuellement - NIGEL Mer 18 Nov 2015 - 11:43


*Se soigner mutuellement *

♪ Oh, you can hear me cry, See my dreams all die, From where you're standing On your own. It's so quiet here, And I feel so cold ♪


Il est rare d trouver des gens avec un tel passé dans un simple ascenseur. Nigel n'aurait jamais imaginé parler avec cet inconnu, surtout pas de sujets aussi sensibles que le SIDA ou l'armée et ses risques. Timéo disait dans la salle d'attente qu'il ne montrait pas ce qu'il ressentait, que lui ne voulait pas faire souffrir ses proches de son état qui devait être en réalité bien plus grave que ce qu'il laissait paraître. Le jeune homme n'osait pas en demander plus bien que l'autre ait éveillé sa curiosité, il préférait ne pas le mettre en boule en lui rappelant de mauvais souvenirs. Il se contenta alors de hocher la tête. « Oui, chacun sa technique, je suis un peu comme toi, à ne pas parler de ce qui ne va pas pour ne pas faire souffrir. Je te comprends. » il n'ajouta rien, ce simple point commun révélant toute l'ampleur du secret qu'il avait caché jusqu’alors et que -S s'était amusé à dévoiler à tout le monde.

Il fallait changer de sujet et le Chatwood ne put que parler de hockey lorsque son voisin de siège lui demanda s'il pratiquait un sport. C'était enfin un sujet de détente, quelque chose qui lui faisait du bien. Il avait repris quelques jours auparavant, forcé à sortir par ses amis, ses coéquipiers passés et futurs. Nigel avait la chance d'avoir été recruté par les LC Lightnings, un rêve inespéré quand on voit les derniers événements, qu'il n'était pas prêt de lâcher. On lui offrait une chance de faire quelque chose, de percer dans le monde du hockey, il ne fallait pas laisser passer cette chance et c'est ce qu'il comptait faire ! Alors forcément, quand Timéo parla de sa rééducation, il ne put que l'encourager dans cette voie-là, lui redonnant le moral. C'était certain qu'avec de bonnes séances, il allait se remettre sur pieds et pourrait faire ce qu'il faisait avant. Être coincé dans un fauteuil roulant devait être frustrant. Le hockeyeur n'a jamais eu ce malheur et ne peut pas imaginer son ressentiment, mais il sait qu'être handicapé d'un membre est horrible, ne pas pouvoir se servir de ses jambes ou de ses bras... Il s'était cassé le bras plus jeune, durant un match. Il ne compte plus les blessures dues au sport et se dit que cela prouve qu'il y va à fond, qu'il n'a peur de rien. Ais la rééducation a pris du temps, heureusement qu'il était alors au collège, l'endroit où il pratiquait moins intensivement le hockey.
« Donne toi le temps et tu verras que tu pourras marcher, courir, patiner, danser même ! » Bien que le Chatwood n'ait pas toujours le cœur à rire, il avait envie de faire sourire son nouveau camarade. Il y parvient puisqu'il aperçut le sourire de Timéo avant qu'il ne disparaisse. C'est compréhensible et il ne dirait rien concernant son malaise.

L'infirmière vint à eux et le militaire lui avoua que Nigel n'était qu'un inconnu rencontré dans l'ascenseur, qu'il n'était pas là pour son rendez-vous. Elle sembla déçue de ne pas pouvoir honorer la séance et le petit brun sauta sur l'occasion pour s'inviter et l'aider. Non, il n'était pas sûr de lui, il n'avait aucune idée de ce qui l'attendait derrière ces portes, mais il se refusait d'abandonner un homme à terre. Alors il hocha la tête d'un geste assuré et les deux suivirent l'infirmière jusqu'à la salle de rééducation. Nigel n'était jamais entré ici, ça l'impressionnait quelque peu, encore plus quand le médecin entra et finit par lui demander d'aider Timéo à se lever. La peur de lui faire mal le submergea alors mais les conseils du docteur étaient clairs. Alors il agrippa Timéo d'un côté, l'infirmière le faisant de l'autre. Son corps était comme lourd, c'était difficile pour lui de se tenir debout et tout reposait sur Nigel et l'infirmier. Quand il fut debout, accroché aux barres, tout parut un peu plus facile. On lisait la douleur sur le visage du militaire, ce qui fit grimacer légèrement son camarade. Il faisait très attention d'être présent et attentif. Il avait voulu venir, il devait assurer le coup maintenant ! Chaque fois qu'il vacillait, Nigel était là pour le rattraper, encourageant ses pas. Il n'avait pas idée du déroulement d'une séance de kinésithérapie avant ce jour, c'était intéressant mais aussi très difficile à vivre quand on voit l'état dans lequel se trouve Timéo. Nigel resta silencieux la plupart du temps, se contentant d’acquiescer aux conseils du médecin. Les exercices suivants arrivèrent et il fallut remettre Tim dans son fauteuil. « Dis moi si ça va pas, ok !? » s'enquit le Chatwood avec appréhension. C'était plus dur de le rasseoir que de le faire se mettre debout, il fallait viser dans le fauteuil.




©BlackSun

______________________________

Nigel B. Chatwood
L'amour ? Tendre ? Il n'est que trop dur, trop brutal, trop impétueux et il pique, telle une ronce.




(AuAg)3Hg2 ♥
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Se soigner mutuellement - NIGEL Mer 18 Nov 2015 - 14:24


Se soigner mutuellement
NIGEL & TIMÉO
Il le regarda un moment et lui fit un petit sourire en l’entendant dire qu’il était un peu comme lui, qu’il était du genre à garder pour lui ses problèmes, sa souffrance pour ne pas laisser les autres souffrir comme lui. Il le comprenait, sa façon de faire. « J’espère que ça va aller de ton côté… je ne comprends pas le but de cette personne qui envoie des messages sous « -S », détruit des vies, dévoiler des secrets, je ne comprends vraiment pas ce que ça peut lui rapporter… je viens de revenir il y a peu et elle est déjà en train de me menacer, vraiment je comprends pas pourquoi elle ou il fait ça… j’ai assez en tête sans avoir à pensé à cette personne qui veut me pourrir la vie, parfois je me demande si tout aurait été plus simple si j’étais mort là-bas… si je n’avis pas survécu toutes ses années à la torture… » Il regardait devant lui un moment, pensif, ce n’était vraiment pas facile pour lui. Il souffrait, chaque minute de sa vie était que souffrance, pourquoi on ne pouvait pas juste le laisser en paix…

Il parlait de sport avec le jeune homme, c’était un sujet qui lui changeait les idées, il était content de voir que celui-ci avait une passion et qu’il ne se laissait pas arrêter de vivre à cause de ses problèmes de santé. Il avait des rêves et il allait tout faire pour les réaliser ce qui était une bonne chose. De son côté, lui ne pouvait pas penser à ça, il ne pensait pas trop à la reprise du sport. Il pouvait faire du sport en fauteuil, mais encore son poignet le faisait souffrir et ce n’était pas facile. Aujourd’hui il était censé tenter de marcher, mais ce n’était pas facile. Il eut un petit rire quand il affirma qu’il pourrait remarcher, courir, patiner, même danser. « Je préfère y aller par étape et pas trop me faire d’idée non plus, les médecins m’ont prévenu, je vais souffrir toute ma vie… mais si un jour je peux me mettre au patin, je vais te prévenir, qui de mieux qu’un futur grand joueur de hockey pour m’aider à patiner. » Il lui fit un clin d’œil, alors qu’il ajouta : « Pour la danse… j’étais pas un très bon danseur avant alors j’ose pas imaginer maintenant ! » Il lui adressa un petit sourire alors que ce n’était pas toujours facile de se dire qu’il était libre et devait recommencer à vivre, d’un côté être libre après trois ans c’était presque plus effrayant encore que lorsqu’il était prisonnier.

L’infirmière était venue le chercher pour son rendez-vous, Nigel devait l’accompagner pour son rendez-vous afin de remplacer l’infirmier qui n’était pas là, c’était un moment difficile, on l’avait amené devant les barres afin de tenter de le faire marcher. Le médecin lui expliquait ce qu’il fallait faire. Les deux hommes l’aidaient à se lever, l’infirmier d’un côté et Nigel de l’autre. Il agrippait les barres, ses jambes étaient tremblantes, il avait du mal à se tenir sur ses jambes alors que son poignet le faisait aussi souffrir. Une chance que les deux le soutenaient parce qu’il ne tiendrait pas debout. Il tentait d’avancer, il avait du mal à le faire, il manquait proche de tomber à plusieurs reprises, une chance que les deux le soutenaient. Il serrait les dents, c’était souffrant surtout pour sa jambe le plus mal en point, le médecin l’encourageait, lui disait d’y aller doucement. Après un moment, il était le temps de le rasseoir parce que de toute façon il n’arrivait plus à avancer, ses jambes tremblaient trop, il souffrait trop pour continuer. Il se retrouva de nouveau dans son fauteuil et il regarda Nigel un instant qui semblait inquiet. « Ok… » Une fois sur le fauteuil le médecin vint pour commencer à toucher ses jambes et leur faire un massage en particulier pour soulager ses muscles, il fit faire de mouvement à sa jambe, c’était horrible, c’était très douloureux. Quand le médecin eut fini avec ses jambes il demanda de l’aide à Nigel et l’infirmier pour le faire s’asseoir sur le lit qu’il y avait pour examiner celui-ci. Il retira le chandail du militaire, laissant voir son corps marqué, blessé, recouvert de plaies, ce n’était pas beau à voir, enfin c’était possible de le voir quand le médecin eut retiré les bandages. Il lui mit de la crème cicatrisante, examina les plaies et lui refit son bandage, après une heure en tout, ils étaient sortis de la pièce. Il faisait avancer son fauteuil et s’arrêta un moment pour dire « Merci Nigel, c’est vraiment gentil de m’avoir aidé… pour te remercier, ça te dirait d’aller manger avec moi après ton rendez-vous… je t’invite… si tu veux bien sûr… » Il n’allait pas l’obliger, mais il pensait que ça pourrait être bien. On lui avait donné une dose de morphine pour le soulager après cette séance difficile.


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Nigel B. Chatwood
Maître Jedi
291 $
19/01/1994 $
291 messages
Mensonges : 291
Anniversaire : 19/01/1994


MessageSujet: Re: Se soigner mutuellement - NIGEL Jeu 3 Déc 2015 - 11:12


*Se soigner mutuellement *

♪ Oh, you can hear me cry, See my dreams all die, From where you're standing On your own. It's so quiet here, And I feel so cold ♪


Au moins, même s'il avait été blessant, Timéo cherchait à se repentir et s'excusait de sa maladresse, espérant même que tout se passe au mieux pour son compagnon d’ascenseur. Il ne parvenait pas à comprendre pourquoi quelqu'un voulait du mal aux gens et prenait ce plaisir sadique à les torturer psychologiquement. Ce n'était certainement pas du même niveau que ce que semblait avoir vécu le soldat durant ces années loin d'ici, mais ça faisait al aussi. « Hey ! Dis pas ça ! Tu as eu la chance de revenir vivant, pense à ta famille. La vie vaut la peine, et -S aura beau faire ce qu'il veut, il ne peut pas tout savoir non plus et il finira par se faire avoir. » s'exclama-t-il, surprit lui-même par ses paroles. Il avait longtemps pensé que -S pouvait être Samuel, après tout, il était apparu après que celui-ci ait disparu. Mais Samuel était mort, il avait été retrouvé pendu... Ce ne pouvait donc pas être lui. Et puis... Samuel n'a jamais été aussi vindicatif et ne faisait de mal à personne, c'était un garçon charmant. Tout était trop compliqué, mais maintenant que -S s'était révélé au grand jour, ça allait peut-être être plus facile pour la police de le traquer, du moins c'est ce qu'il pensait.

Timéo disait qu'avec la rééducation, il ne lui serait peut-être pas possible de courir ou de faire du sport comme avant, ce qui serait triste en effet, il n'osait pas l'imaginer. En tout cas, il promit à Nigel de le prévenir s'il était capable de faire du patin un jour, faisant naître un sourire sur le visage du jeune homme. Puis un rire lorsque le militaire laissa entendre qu'il ne savait pas danser de base, ce serait certainement pire à présent. « J'avoue que ça doit pas aider ! Mais je t'aiderais, oui, si tu veux. J'aime patiner. Je passe ma vie sur la glace. L'Arena est ma deuxième maison. » plaisante-t-il, le cœur plus léger.

Le moment du rendez-vous arriva et normalement celui de la séparation, mais l'infirmière avait l'air tellement embêtée de ne pouvoir honorer la séance de Timéo sans aider que le hockeyeur ne put se retenir de dire qu'il allait venir malgré tout. C'était inhabituel de sa part mais il avait repensé en un éclair à tout ce que lui avait dit le brun dans son fauteuil, le fait de ne pas pouvoir marcher, la douleur qu'il ressentait et intériorisait, son souhait d'être mort là-bas, au front. Tout cela avait marqué l'esprit de Nigel au plus haut point et il ne pouvait pas décemment le laisser comme ça ! En revanche, il aurait peut-être dû y réfléchir à deux fois avant de se précipiter dans cette pièce... Voir un inconnu dans une telle posture était difficile, plus encore que d voir un proche souffrir. Timéo avait souffert des affres de la guerre, le petit brun sentait chaque tremblement de son corps à mesure qu'il tentait d'avancer, ça le déstabilisait beaucoup et il se sentait aussi mal que le soldat, très empathique. Il fut presque soulagé de le remettre dans son fauteuil. Il n'avait pas pensé que ça serait aussi dur, physiquement et mentalement. Il n'imaginait même pas ce qu'il venait de vivre, c'était un moment d'intimité profonde qu'il venait d'avoir avec  Timéo, quelque chose qu'on ne souhaite habituellement pas vivre.
Par la suite, l'infirmier et le Chatwood se firent réquisitionner pour mettre le patient sur le lit afin que le médecin puisse terminer sa séance par autre chose qui ne nécessitait pas ses jambes. Il s'écarta pour laisser l'homme faire son travail, qui consistait à examiner le corps de son patient et refaire ses bandages, observant ses blessures et leur évolution. Lorsque le docteur retira le pull de Tim, puis les bandages, Nigel sentit son cœur se serrer dans sa poitrine, ses entrailles se tordre. Il n'aurait jamais pensé que le militaire était aussi marqué. Il ne dit rien, le regard figé sur le torse de l'homme, retenant au fond de lui des larmes de douleur pour lui. Nigel comprenait mieux les souffrances que subissait son camarade d'ascenseur, il aurait peut-être préféré de jamais voir ça, ne pas se dire que l'on pouvait souffrir à ce point. Mais c'était fait et il fallait se reprendre.

Sortir de la pièce était un véritable soulagement et ce fut comme prendre une bouffée d'air frais alors qu'ils étaient toujours dans l'enceinte de l'hôpital. Timéo le remercia alors, et l'autre ne put que se contenter d'acquiescer, encore un peu sonné. « Je... Oui, bien sûr. J'accepte, merci. » Il en avait presque oublié l'heure de son rendez-vous avec ce qui venait de se passer. Après avoir laissé le jeune homme dans la salle d'attente, Nigel était allé à son rendez-vous avec son médecin. Celui-ci avait les derniers résultats de ses analyses et lui assurait que son état était stable, et que s'il n'attrapait pas un mauvais rhume cet hiver, cela ne changerait pas de sitôt. Il lui donna sa nouvelle ordonnance, une liste qu'il ne lisait même plus, se contentant de prendre ce qu'on lui disait. Le médecin demanda de ses nouvelles, lui parlant du hockey et de son air un peu choqué. Il lui dit qu'il venait d'assister à une séance de kiné d'un militaire blessé qu'il venait tout juste de rencontrer et l'homme compris alors, le félicitant pour son geste citoyen. De plus, avoir repris l'entraînement avec ses amis plaisait au doc', qui s'inquiétait et lui avait conseillé nombre de fois de sortir et de ne pas avoir peur, qu'il ne risquait rien à jouer. Il y avait bien entendu des risques, ais l’environnement était aussi dangereux pour lui que pour ses proches, autant essayer de vivre normalement.
« Me voilà. Je dois juste récupérer mes médocs et on peut y aller, si tu veux. » dit-il en revenant chercher Timéo, qu'il n'avait pas oublié. Il est certain qu'il ne pourrait plus l'oublier maintenant qu'il l'avait découvert. Il aurait pu en être autrement mais non, le destin plaçait une nouvelle fois quelque chose, quelqu'un, d'inattendu sur sa route.




©BlackSun

______________________________

Nigel B. Chatwood
L'amour ? Tendre ? Il n'est que trop dur, trop brutal, trop impétueux et il pique, telle une ronce.




(AuAg)3Hg2 ♥
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Se soigner mutuellement - NIGEL Jeu 3 Déc 2015 - 14:46


Se soigner mutuellement
NIGEL & TIMÉO
Timéo était peut-être mal au point, ça ne lui permettait pas d’être un salopard avec ceux qu’il rencontrait surtout qu’au fond celui-ci n’allait pas très bien non plus donc il serait mal placé pour lui rendre la vie impossible. Il s’était excusé, il lui parla un peu de –S, de ce qu’il ressentait et lui avoua quelque chose qu’il n’osait pas avouer à beaucoup de monde. Il lui avoua qu’il pensait parfois qu’il serait mieux s’il était mort là-bas. Il fut surpris par la réaction de celui-ci, quand il affirma qu’il ne devait pas dire ça, qu’il avait eu de la chance de revenir vivant, qu’il devait penser à sa famille, que la vie vaut la peine d’être vécu et que –S aura beau fait ce qu’il veut, il ne peut pas tout savoir et il finira bien par se faire avoir. « Oui c’est vrai, mais parfois je me dis que ça serait plus simple justement pour ma famille si j’étais mort, mes sœurs n’auraient pas à s’inquiéter comme ça pour moi, pour l’instant je passe la plupart du temps à l’hôpital, mais je ne peux pas vivre seul, ma grande sœur doit s’occuper de moi, alors qu’elle a son travail, sa famille… je suis un poids pour elle et c’est pas évident. » Il n’était pas en bon terme avec ses parents surtout son père donc il n’irait pas vivre chez eux. Il irait bien vivre seul avec le chiot que ses sœurs lui avaient offert, mais il ne pouvait pas, il arrivait pas à marcher, comment il pourrait s’arranger seul ? Enfin bref, il ne savait pas trop pourquoi il disait tout ça à celui-ci, mais il avait l’impression qu’il pouvait lui faire confiance.

Il ne savait pas trop s’il allait pouvoir recommencer à courir, recommencer le sport comme avant, il devait commencer par arriver à marcher, au début il allait marcher avec des béquilles, puis avec une canne, puis sans aide, ça allait prendre des mois voire année avant qu’il puisse recommencer à courir. Il allait devoir être patient, mais ce n’était pas facile, surtout seul, oui il a ses sœurs, mais ce n’est pas la même chose que s’il avait quelqu’un dans sa vie, un petit ami par exemple. Il lui fit un petit sourire et hocha la tête. « Merci Nigel. » Il lui fit un sourire, alors qu’il se disait que ça pourrait être agréable le moment venu.

Le temps de sa rééducation était venu, par chance Nigel avait accepté d’aider, ce n’était pas facile, Timéo s’en voulait de lui faire endurer ça, ça ne devait pas vraiment être agréable de l’accompagner. Il avait du mal à tenir sur ses jambes, c’est pourquoi on devait bien le tenir, il avait les jambes qui tremblaient, si on le lâchait, il se retrouverait au sol, il ne pourrait pas tenir et à cause de ses poignets, de la faiblesse de ses bras il ne pouvait pas soutenir son corps avec la force de ses bras. Après un moment, il fut installé sur le lit pour que le médecin examine le reste de son corps. Nigel put voir le corps mal au point de celui-ci, il aurait aimé lui dire de sortir avant que le médecin lui retire son haut, mais il était trop tard, le jeune homme avait déjà pu voir son corps. Le médecin lui changea ses bandages, vérifia l’état de ses blessures, une fois qu’il eut fini il l’aida à remettre son pull. On le remit sur son fauteuil roulant afin de quitter.

Il avait proposé à celui-ci d’aller manger au restaurant, c’était une façon de le remercier, après ce qu’il venait de faire pour lui c’était la moindre des choses pour lui de l’inviter à aller manger un morceau. Il lui fit un sourire quand il accepta : « De rien, je suis content que tu acceptes ! » Il le laissa aller à son rendez-vous, attendant le retour de celui-ci pour aller au restaurant. Il allait lui proposer d’aller manger à son restaurant, l’ancien restaurant de son grand-père, le restaurant qui était maintenant le sien. Il attendait le retour de celui-ci, quand il revint de son rendez-vous et le rejoignis, il lui dit qu’il était prêt à y aller, qu’il devait juste aller récupérer ses médicaments. « Pas de problème, on arrêtera prendre tes médocs en allant au restaurant. » Il reprit l’ascenseur avec lui et l’accompagna à la pharmacie de l’hôpital pour aller prendre les médicaments de l’hockeyeur.

Une fois les médicaments pris, il prit la direction de la voiture de Nigel, il laissait celui-ci pousser son fauteuil, c’était beaucoup plus simple comme ça, plus rapide aussi. Il dut monter dans la voiture avec l’aide de Nigel qui put replier le fauteuil pour le mettre à l’arrière, il regardait par la fenêtre. « Je te propose le restaurant de mon grand-père… enfin mon restaurant maintenant, on y mange très bien et je peux y entrer facilement avec mon fauteuil vu qu’il y a une rampe. » Pratique que son grand-père est fait en sorte que son restaurant soit accessible pour tous. Il était un peu perdu dans ses pensées et lui demanda : « De ton côté tout va bien ? Pas de mauvaises nouvelles ? » Vu ce que Nigel avait vu, il pouvait bien lui poser une question de ce genre non ? Enfin s’il ne voulait pas lui répondre, il n’insisterait pas. Il laissait celui-ci conduire afin d’aller manger au restaurant avec lui.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Nigel B. Chatwood
Maître Jedi
291 $
19/01/1994 $
291 messages
Mensonges : 291
Anniversaire : 19/01/1994


MessageSujet: Re: Se soigner mutuellement - NIGEL Dim 13 Déc 2015 - 19:00


*Se soigner mutuellement *

♪ Oh, you can hear me cry, See my dreams all die, From where you're standing On your own. It's so quiet here, And I feel so cold ♪


Nigel était peiné de voir le militaire aussi défaitiste quant à son état de santé et sa famille. Il se sentait pour un poids, mais il était certain que pour sa famille, c’était un véritable soulagement. « Je te comprends, je connais ça. Mais il faut essayer de se battre… Pour eux. » Nigel connaît ce sentiment de mal-être, d’abandon et sait qu’il est mauvais pour une famille de perdre un membre. Errol a disloqué la famille et encore aujourd’hui, les frères Chatwood ont peine à se sentir aussi proches qu’ils le devraient, l’absence de Linus durant dix ans ayant beaucoup déstabilisé le cadet. Mais il sait que la vie vaut la peine, bien qu’en ce moment, son cœur soit meurtri par sa rupture avec son petit-ami.

L’heure de la consultation du soldat arrive et le hockeyeur ne se serait jamais cru assister à ce genre de séance. Il connaît la kinésithérapie, mais pas à un tel niveau et voir le corps mutilé de Timéo lui fait un choc, aussi fort qu’un seau d’eau froide sur la tête. Le spectacle est difficile à supporter et ses yeux se baissent tout le long de cette fin de consultation. Il ne veut pas être indiscret. Une fois sortie, le médecin le remercie de sa présence et Nigel répond d’une voix distante, encore en train de penser au torse de son nouveau camarade. Celui-ci lui propose alors de l’inviter à déjeuner pour le remercier de son soutien. Le Chatwood n’a pas l’habitude de sortir avec des inconnus mais il a besoin de changement en ce moment et cette idée lui plaît beaucoup. Le temps que sa propre consultation soit passée et les deux hommes se rejoignent pour aller déjeuner.

Nigel récupère ses médicaments au dispensaire de l’hôpital avant de se diriger à nouveau vers l’ascenseur, cette fois pour descendre au parking. Il poussait doucement le fauteuil de Timéo, cela lui permettait de reposer ses bras. Pendant qu’ils arrivaient au parking, Timéo lui dit qu’ils pouvaient aller au restaurant de son grand-père, l’idée plut au jeune homme. « Oh oui, avec plaisir ! Je crois y avoir déjà mangé, il y a un an ou deux. » avoue-t-il, ne se souvenant pas très bien. C’était un jour où il était sorti avec Terrie et Heather, c’est tout ce dont il se rappelait.

Arrivé à la voiture, Nigel se dit qu’il allait devoir aider le militaire à monter en voiture. Bien qu’il n’y paraisse pas, le brun était musclé et parvint à soulever le jeune homme de son fauteuil et l’installer à l’avant, non sans une appréhension certaine de le faire tomber. Puis, il plia le fauteuil et le mis à l’arrière du pick-up. Il fallait vraiment qu’il change de voiture ! « Je pousse pas un fauteuil tous les jours mais j’ai de la force dans les bras, t’as vu ! » dit-il en mettant le contact. Il se rappelait le corps musclé de l’homme, malgré les cicatrices, un corps de sportif, de soldat.
Durant le trajet, Tim’ s’inquiéta de connaître l’issue de son rendez-vous. Bien que d’ordinaire il soit très secret sur le sujet, il répondit à sa question. Après tout, il était au courant et l’avait plus ou moins rassuré. « Tout va bien, oui. Tout est stable et le restera tant que je n’attrape pas une méchante grippe cet hiver. » dit-il, presque l’air de rien. Mine de rien, voilà quatre ans déjà qu’il se bat avec cette maladie, il commence à s’y faire à peu près, même si prendre son traitement en cachette a été particulièrement dur lors de sa relation avec Campbell. « C’est franchement nul. Une grippe, un rhume et tout peut changer… Cava que je fais attention. » dit-il.




©BlackSun

______________________________

Nigel B. Chatwood
L'amour ? Tendre ? Il n'est que trop dur, trop brutal, trop impétueux et il pique, telle une ronce.




(AuAg)3Hg2 ♥
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Se soigner mutuellement - NIGEL Lun 14 Déc 2015 - 3:12


Se soigner mutuellement
NIGEL & TIMÉO
Timéo avait besoin de temps pour se remettre, de voir les choses du bon côté, il fallait lui laisser le temps, il fallait comprendre que ce n’était pas facile, avant quand il était détendu il ne voyait pas sa famille souffrir, s’inquiéter, il se doutait qu’ils étaient inquiet, mais c’était autre chose que de le savoir et le voir. Il souffrait aussi de les voir ainsi. Il hocha la tête : « Oui je sais… » Il ne voulait pas le démoraliser, le faire s’inquièter, mais il avait besoin d’un peu de temps, de se motiver, de se trouver un but, il y avait le restaurant, le chiot qu’on lui avait offert, mais c’est pas évident.

Il avait eu besoin de l’aider de Nigel durant sa séance de rééducation, il avait dû laisser voir son corps à Nigel alors que le médecin avait changer son bandage. Le médecin tout comme le patient remercia Nigel. Il quitta la pièce pour aller dans la salle d’attente en attendant que celui-ci aille à son propre rendez-vous. Il lui fit un sourire à son retour et lui proposa d’aller manger au restaurant c’était une façon de le remercier pour ce qu’il avait fait pour lui. Il lui fit un sourire quand il revint auprès de lui après son rendez-vous et quitta avec lui, il devait juste s’arrêter pour prendre les médicaments de celui-ci. Ça ne le dérangeait pas du tout c’est pas comme s’il était pressé. Il lui proposa d’aller manger à son restaurant, il fut content de le voir accepter, ce restaurant lui avait manqué quand il était dans l’armée.

Il se rendit à la voiture de Nigel, il dut montrer à Nigel comment l’aider parce que ce n’était pas toujours évident, il fit un sourire à celui-ci une fois qu’il fut dans la voiture et il plaça ses jambes pour être le plus confortable possible. Ce n’était pas toujours facile, il le regarda plié le fauteuil pour le mettre à l’arrière et il eut un sourire quand il s’installa côté de lui et affirma qu’il ne poussait pas souvent de fauteuil, mais qu’il avait quand même de la force dans les bras comme il avait pu le voir. « Oui en effet, tu es un joueur de hockey après tout, tu dois être en forme. » Il lui fit un sourire et durant le trajet il s’informa sur l’état de celui-ci. « Fais attention à toi alors, continue comme ça… tu es courageux de vivre avec tout ça. » Venant de lui c’était quelque chose, surtout après ce que lui avait vécu. Il arriva au restaurant qui lui appartenait maintenant, il se rendit à une table avec lui, il passa un très bon repas, il parla de tout et de rien avec lui, c’était vraiment agréable comme moment et c’est pourquoi quand il le raccompagna chez lui, il donna son numéro de téléphone portable à Nigel afin de se revoir, il se disait qu’ils pourraient être amis. Peut-être plus… après tout Nigel était un jeune homme charmant, séduisant, il n’avait pas fui quand il l’avait vu, mais bon voir ses plaies en tant qu’ami et possible petit ami c’est pas la même chose. Il se doutait qu’il ne trouverait pas quelqu’un facilement, il ne cherchait pas de toute façon. Il ne savait pas trop si un jour il allait se mettre en couple, mais il ne cherchait pas, il acceptait très bien le fait que son corps mal en point ne puisse pas plaire. Il était rentré chez lui, il s’était couché épuisé par sa journée après avoir pris ses tonnes de médicaments pour la douleur et son rétablissement.

RP TERMINÉ

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: Se soigner mutuellement - NIGEL

Revenir en haut Aller en bas
Se soigner mutuellement - NIGEL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» 1x03 : "Soigner ses blessures"
» [TERMINÉ ] Episode n°3 : Parler, soigner, embrasser [ A & P ]
» Tres Mauvaise Nouvelle pour Nigel McGuinness / Desmond Wolfe
» Il faut soigner Rossignol du Matin
» Soigner son cheval c'est pas du gâteau !!! /libre/

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: The Town :: Normal Hill :: Hôpital St Joseph-