AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 Retour au pays [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Retour au pays [PV] Dim 18 Oct 2015 - 16:07


You're alive... but hurt

Timéo


C'était un bel après-midi de fin de mois d'août. Tayson était occupé aux tâches pénibles mais essentielles du ménage. Il avait passé la matinée à enlever toute poussière et moutons d'acariens dans la demeure familiale, et désormais il terminait de passer tranquillement la serpillière, accompagné des commentaires politiques et d'actualité des animateurs de la radio locale qu'il avait préalablement allumée.

Le cadet Manchester était serein, son esprit vaquait tranquillement à diverses pensées alors qu'il se concentrait vaguement à bien passer l'eau savonnée dans tous les recoins du carrelage de la cuisine. Il songeait à ce qu'il ferait par la suite, peut-être irait-il courir ou se promener. Ou encore, larver bêtement devant la télévision, à se mater certains classiques qu'il souhaitait revoir tels que Les Oiseaux ou Les Dents de la Mer. C'était un dimanche tranquille. Le soleil scintillait de ses rayons et illuminait l'ensemble du quartier. On entendait dehors quelques bambins qui faisaient du vélo, du basket, et crapahutaient.

Arrivé devant la porte-fenêtre du salon, Tayson observa l'extérieur durant un bref instant, pensif. Au même instant, sa poche commença à vibrer. Sans réelle préoccupation, le trentenaire se saisit de son téléphone mobile, et observa qui était responsable de cet appel entrant.

Rosenbach

Ce simple nom, qu'il avait attribuée à son ex-petite amie, grande soeur de celui qu'il considérait comme un frère, eut l'effet d'une douche froide. Durant quelques secondes, Tayson fut incapable de faire quoi que ce soit. Il se sentit... mal. Très mal. Doucement, il posa le manche de la serpillière contre un meuble, et déverrouilla l'appel.

Il retint sa respiration.

La voix féminine à l'autre bout était... dévastée. Tayson se sentit sur le point de vaciller, et il dut se faire violence pour ne pas interrompre les sanglots de la jeune femme pour l'inciter à lui dire vraiment ce qui se passait.

Cela faisait trois ans. Trois longues années, passées dans un mutisme total. Timéo s'était engagé il y avait de cela quelques années, alors âgé de 18 ans. Il était parti.... Il communiquait avec Tayson, par vidéo, courtes, irrégulières, alors que ce dernier était dépêché en mission à l'étranger. Chaque jour s'était passé avec l'inquiétude croissante de voir arriver un membre de la famille Rosenbach à sa porte, la mine déconfite, le coeur brisé. Chaque berline noire croisée lui serrait le coeur, et il était obligé de les suivre pour s'assurer qu'aucune ne faisait une halte à la maison Rosenbach pour y voir déambuler des militaires annoncer une funeste nouvelle. Néanmoins, Tay avait été confiant, aussi longtemps qu'il avait eu des nouvelles écrites ou filmées de la part de celui qu'il considérait être comme son petit frère adoptif.

Mais tout avait basculé. En 2012....

Plus de nouvelles. Il y avait parfois un long temps d'absence entre deux vidéos de Tim, pouvant durer de très longs mois. Mais jamais il avait gardé un silence radio total sur plus de quatre mois.

Et ça arriva. L'armée ne détailla pas cet état de fait, ou peut-être à la famille proche, mais le cadet Manchester ne fut au courant de rien. Du jour au lendemain, il fut sans nouvelles, et surtout, sans aucune possibilité de le joindre et d'en apprendre. Bien sûr, il avait utilisé quelques numéros militaires dans la base de données de la mairie, mais sans succès. Personne n'était en mesure de se renseigner sur ce qu'était advenu le soldat Rosenbach. Ou bien ces contacts ne souhaitaient divulguer aucune information y relative.

Aussi.... Tayson avait attendu, patiemment.

La première année, il était confiant.

Puis le temps avançait, plus son optimisme s'amenuisait.

En 2014, il ne s'attendait plus à revoir Tim rentrer au pays. Il avait eu de moins en moins de contact avec les sœurs Rosenbach. Ils s'étaient... éloignés, trop atteints par un deuil qui était impossible à surmonter.

Tay avait pensé voir un jour se faire contacter pour annoncer la terrible nouvelle... celle de la mort de Tim. Qu'on aurait retrouvé son corps.

Et cette funeste nouvelle, Tayson crut la recevoir par téléphone.

Timéo est rentré.


Il y eut d'abord le soulagement, la respiration qui redevenait normal, le soupir heureux de savoir un être cher vivant, le rire nerveux qui l'accompagnait.


Il est à l'hôpital... Il va mal.



Puis... vint l'inquiétude grandissante. La tristesse éprouvée constamment avec son départ sembla revenir d'un seul coup.

J'arrive tout de suite.

Et il raccrocha.

Délaissant tout en plan dans la maison, il prit seulement la précaution de refermer derrière lui et s'empara de sa moto, sa bonne vieille Harley. Il ne s'était même pas donné la peine de prendre le casque ou l'équipement adéquat, tant il était pressé de retrouver celui qu'il considérait être son petit frère.

A mesure qu'il parcourait la route, des souvenirs ressurgeaient... Il se rappelait... des conversations poussées qu'il avait eues avec Tim, notamment au niveau de son engagement dans l'armée.

L'armée te prendra tout, et tout ce que tu auras, c'est peut-être un bout de métal pour te rappeler tes amis morts et le sang que tu auras sur tes mains Tim.

Mais la vision du plus jeune vis-à-vis de l'armée n'était pas la même que celle du plus âgé, et Tayson avait bien vite abandonné d'essayer de raisonner le noiraud. Il voulait faire l'armée, il ne pourrait l'en empêcher. Mais il avait eu dès le début un très mauvais pressentiment à ce sujet. Ses soeurs avaient été mortes d'inquiétude, et souvent il leur arrivait de se retrouver pour parler du bon vieux temps ou voir si l'un ou l'autre avait pu entrer en communication avec le jeune Rosenbach.

D'habitude, oui. Tim se donnait la peine de leur donner des nouvelles, que ce soit par vidéoconférence, ou lettres, suivant où il était affecté et dans quelles conditions. Mais ces derniers mois, ça avait été le silence total. Cela arrivait, des périodes sans nouvelles, et autant les Rosenbach que le cadet Manchester s'y étaient habitués. Ils attendaient patiemment que Tim les recontacte.

Mais ça n'avait pas été le cas. Ca avait été la grande soeur qui l'avait recontacté. Elle qui ne l'appelait jamais par téléphone, l'avait appelé. Il eut peur que c'était pour l'informer d'un fait dont il ne se remettrait jamais. Heureusement, non... Mais la douleur y était quand même...

Arrivé devant l'Hôpital St-Joseph, Tayson parqua sa bécane et pénétra dans l'enceinte sans tarder. Il fit un détour au kiosque pour y acheter un paquet de M&M's car, si son souvenir était bon, Tim adorait ces satanées sucreries au chocolat.

Le trentenaire se rendit ensuite à la réception, s'attendant à y voir un parent Rosenbach.

Mais personne. Il demanda à la réceptionniste le nom de Timéo R. , mais cette dernière lui refusa toute information.

Nouveau coup d'adrénaline pour Tayson.

Timéo était... aux urgences.

Quand il l'avait su à l'hôpital, et mal, il aurait imaginé une jambe cassée, des ligaments rompus, un choc crânien.

Pas dans un état où les visites autres que celle de la famille proche étaient refusées.

Tayson posa sa main sur le comptoir de manière abrupte.

"Ecoutez... On ne partage pas le même nom. Mais j'ai côtoyé ce gamin depuis qu'il a 8 ans, je l'ai vu grandir, et j'aime penser avoir contribué à son éducation. C'est pas un pote que je veux venir voir, c'est mon frère. Mon petit frère. N'allez pas contre ça, laissez-moi le voir.

Il n'avait pas haussé le ton, au contraire, sa voix s'était fait basse et discrète. Mais ses yeux crépitaient de menace, et, franchement, il lui serait égal d'assommer la réceptionniste pour avoir le temps de lui substituer son poste et de voir à quel chambre était affilié Tim.

Mais cela ne fut pas nécessaire.

Chambre 307. Mais... ménagez-le. Pas d'émotions fortes, ni d'accolades. Son état est encore incertain.

Ses paroles furent l'effet d'une douche glaciale. Tay laissa glisser sa main sur le comptoir et acquiesça d'un signe de tête, alors qu'il se dirigeait vers l'ascenseur.

Arrivé au troisième étage, celui des urgences, ses pas arpentèrent le long couloir, d'où ses yeux observaient chaque numéro de chambre. Il se retrouva bien vite devant celle concernée, et sa main alla sur la poignée de porte.

Il y eut un long moment d'hésitation.

Tayson se rappela de la tête de Timéo lors de ses dernières vidéo. Il avait un petit début de barbe, des cernes sous les yeux, et paraissait courbaturé de partout - mais il avait toujours eu le sourire.

Est-ce qu'il retrouverait ce sourire ?

Lorsqu'il tourna la poignée de la porte, il pria pour que oui.



Dernière édition par Tayson Manchester le Lun 19 Oct 2015 - 13:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Retour au pays [PV] Dim 18 Oct 2015 - 18:35


RETOUR AU PAYS
TAYSON & TIMÉO
DEUX MOIS PLUS TÔT

Une explosion venait de se faire entendre, à peine conscient Timéo pensait que c’était la fin, qu’il allait mourir, qu’il n’aurait plus à endurer des tortures. Que ses sœurs n’auraient pu à s’inquiéter pour lui, que lui qu’il voyait comme un grand frère n’allait plus avoir besoin de regarder son écran d’ordinateur en attente d’un appel vidéo de la part de Tim. D’un côté, c’était vrai, par contre il n’avait pas totalement raison, il pensait qu’il allait mourir, pas qu’on allait le retrouver… C’est ce qu’il pensait alors qu’il entendit quelqu’un parler dans sa langue.

« Par ici, on en a un… » Un soldat américain s’approcha de lui, il le pensait mort jusqu’à ce qu’il remarque que celui-ci respirait encore. Timéo avait les yeux ouverts et quand il vit le soldat, un visage connu, un militaire qu’il avait déjà vus avant. « IL EST ENCORE EN VIE ! » Cria le militaire aux autres. « C’est fini tien le coup, ne bouge pas, ça va aller. » Tim ferma les yeux et perdit conscience, comme si maintenant qu’on l’avait retrouvé, il pouvait lâcher prise après trois ans à subir sans faiblir, sans baisser les bras. Il avait vécu des horreurs inimaginables, mais il a survécu.

Amené dans un hôpital militaire, il y passa deux mois avant d’être ramené à Lewiston pour qu’il soit proche de sa famille.

MAINTENANT

Il était allongé dans un lit d’hôpital, son était critique encore, il venait de se faire opérer le genou afin de le reconstruire suite aux blessures subies. Il était sous morphine, la douleur était constante, il ne se plaignait pas, mais sourire était très difficile pour l’instant, il avait encore l’impression d’être là-bas, voir ses sœurs pleurer était pire que tout. Pour l’instant, c’était les seules visites qu’il pouvait recevoir ainsi que ses médecins et infirmières bien qu’il y avait surtout un infirmier qui s’occupait de lui, certaines des infirmières n’étaient juste pas capable de s’occuper de lui, c’était pas beau à voir son corps, la peau brulée, les cicatrices des blessures les plus vieilles, les bleus… Il n’y avait pas grand endroit où il était été épargné. Le pire, c’était son genou, on l’avait tellement frappé après lui avoir tiré dedans que les médecins avaient dû reconstruire son genou, mais la douleur serait là à vie, les médecins ne pouvaient pas lui dire s’il allait pouvoir courir, pour la marche, il espérait, mais il allait avoir besoin de beaucoup de rééducation. C’était la même chose pour son poignet, il avait dû reconstruire des os, il avait seulement un bandage pour que les médecins puissent vérifier celui-ci plus facilement que s’il était dans le plâtre.

Un infirmier était dans la chambre en train de le laver ce n’était pas facile de se faire laver par une autre personne, mais niveau humiliation, il y avait pire donc il ne disait rien. Il serrait les dents quand la douleur était trop forte. Il refit un bandage à son torse alors que la porte s’ouvrit. « Je vais te redresser un peu, Timéo, si ça fait trop mal, tu me le dis. » Il ne dit rien, il se laissa faire alors que l’infirmier l’installa dans une position plus ou moins assise pour qu’il ne soit pas toujours allongé et ainsi, il pouvait voir par la fenêtre et regarder la télévision. Tim tourna la tête vers la porte, il s’attendait à voir une de ses sœurs, mais c’était quelqu’un d’autre… Tayson. L’infirmier rangea ses choses. « S’il y a quelques choses appuie sur le bouton, je vous laisse. » L’infirmier quitta la chambre et ferma derrière lui pour leur laisser un peu d’intimités. Timéo était seul dans sa chambre, il y avait des chambres semi-privées où il y avait deux patients, mais vu son état, il avait une chambre privée. Il regarda Tayson, ça faisait trois ans qu’il n’avait pas vu son visage.

« Tayson… Tu as réussi à venir… »

Il faisait référence au fait qu’il était encore dans la section des cas critiques et que normalement, seule la famille pouvoir le visiter, mais Tayson était de sa famille, pour lui Tayson était un frère alors pourquoi lui interdire l’accès à sa chambre, sa présence ne pouvait que lui faire du bien. Sauf s’il venait lui dire qu’il aurait dû l’écouter, qu’il lui avait dit que l’armée allait tout lui prendre et lui gâcher la vie… C’était vrai, mais Tim avait besoin de ça à l’époque, il ne le regrettait pas, malgré son état. Il regardait Tayson et remarqua le sac de M&M’s dans la main de celui-ci. C'est vrai qu'il adorait ces sucreries là.

« Ça fait longtemps que j’ai pas mangé ça… »

Il tentait de faire bonne figure, mais son regard n’était plus le même, il y avait pas ce petit éclat, joie de vivre qu’il y avait, il ne souriait pas, il ne pouvait pas bouger ou presque pas, selon la progression, il pourra s’asseoir dans un fauteuil roulant pour sortir un peu, mais il était plus confortable allongé dans ce lit qu’où il était ces trois dernières années.


code by Ge.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Retour au pays [PV] Ven 23 Oct 2015 - 8:42


You're alive... but hurt

Timéo


Il avait eu sa réponse à son interrogation. Timéo avait pu retrouver le sourire. Mais... c'était un sourire éteint, où la joie qui s'y reflétait n'était plus celle d'un vivant, mais d'un survivant. Cela serra le cœur à Tayson d'une façon qu'il n'aurait pas pensé imaginable. Il aurait aimé s'écrouler, de plaisir de le voir là, vivant, capable de parler, capable de lui sourire, mais aussi de s'écrouler de colère, car l'armée avait tout pris à son cadet de frère.

Le trentenaire s'avança, d'abord prudemment. Il aurait aimé avoir eu l'esprit de dire quelque chose de suite, mais l'émotion était trop forte. Ses yeux le piquaient atrocement, mais il se retenait de pleurer ou de se montrer triste. Après trois ans de silence, Tim était vivant, putain.
Combien de fois s'était-il imaginé devoir aller à l'enterrement du jeune Rosenbach ? Combien de fois avait-il dû se taper la tête pour ne pas penser aussi négativement... combien de fois avait-il espéré, en consultant quotidiennement ses mails, avoir un semblant de preuve qu'il était vivant.

Et là, il avait la plus belle preuve au monde. Même si elle faisait...tellement mal à voir.

Des bandages... des .... contusions, de partout. Un genou qui faisait un volume six fois plus gros que la normale, avec un drain rempli de sang... Des pochettes sous des yeux exténués qui témoignaient bien de l'horreur qu'il avait dû vivre... Il faisait peur à voir, et pendant un instant Tayson s'imagina avec quelle douleur les sœurs Rosenbach avaient dû retrouver leur frère.

Après ce long silence, éperdu de pensées, Tayson... soupira.

Un gros soupir, de soulagement.

Tu as encore des dents, ou tu dois avaler tout rond ?"

Le châtain s'avança alors vers le lit de manière plus entreprenante qu'avant, et vint poser sa main contre l'épaule de Tim. Il fit durer le contact. C'était... irréel. Mais tellement bon. Il était parmi eux. Il était vivant. Et... c'était tout ce qui comptait.

C'est bon de te retrouver, Tim

Sa voix s'était fait cassante sur la fin mais rapidement Tayson évita de le montrer en détournant le regard et en posant le paquet de M&M's qu'il avait ouvert sur la petite table, qu'il avança et mit dans l'axe du bras de Tim,afin qu'il n'ait pas à se contorsionner s'il en voulait un.
Après quoi, Tay prit une chaise et s'installa pour ce qui allait être de longues minutes.

Mais il ne parlerait pas. Du moins, pas en faisant l'initiative. Si Tim voulait parler, il était là. S'il ne le voulait pas, il serait quand même là.... à vie...

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Retour au pays [PV] Sam 24 Oct 2015 - 1:27


RETOUR AU PAYS
TAYSON & TIMÉO
DEUX MOIS PLUS TÔT

Les dernières années furent très difficiles pour le jeune homme qui avait enduré des tortures plus horribles les unes que les autres, psychologiques, physiques, et même sexuelle donc il ne pouvait plus endurer ça. Il était allongé dans le lit qu’il ne pouvait pas quitter pour l’instant. L’infirmier s’était occupé de lui et il était parti quand son frère de cœur était entré dans la pièce, il avait vu le sac qu’il tenait, ses sucreries préférées. Il eut un petit sourire en l’entendant, c’était tellement bon de le retrouver, ça lui faisait du bien, c’était pour lui et ses sœurs qu’il avait tenu le coup. Parce qu’il voulait les revoirs, bien qu’il ne savait pas dans quelle condition il allait les retrouver.

« J’ai encore toutes mes dents heureusement… »

Il le regarda un moment et ferma les yeux un petit instant quand il posa sa main sur son épaule, ça lui fit du bien ce contact, même si la douleur était présente, elle était toujours présente donc il n’allait pas lui dire de ne pas le toucher, il pouvait endurer ça parce que c’était pour une bonne raison qu’il endurait ça. Il prit le paquet de M&M’s ça lui manquait ce genre de trucs. Il en mit un dans sa bouche et le laissa fondre, c’était bon, ça lui avait beaucoup manqué.

« Merci ça m’a manqué ces sucreries… » Il s’en prit un autre alors qu’il ajouta : « C’est bon d’être ici de nouveau… » Il le regarda un moment et serra les dents alors que la douleur était plus forte, il appuya sur le bouton qui lui envoyait une autre dose de morphine.

Après quelques minutes, il finit par lui dire : « Tay’ merci de pas le dire… »

Il parlait du fait qu’il aurait dû l’écouter, qu’il l’avait bien prévenu qu’il n’aurait jamais dû rejoindre l’armée, qu’il allait tout perdre. Tayson avait tenté de le faire changer d’avis, mais il n’avait pas réussi… C’était seulement de la faute de Tim s’il était dans cette situation. Dans l’armée, il s’était retrouvé, il avait pu se reprendre en main après les conneries qu’il a pu faire. Il savait qu’il y avait d’autres moyens de se reprendre en main, mais il avait eu besoin de s’éloigner, partir loin de ses parents, de son père surtout, il ne pouvait plus vivre près de son père, il serait devenu fou. Dans l’armée, il était bien et lors de leur conversation vidéo son frère de cœur avait dû le remarquer.

code by Ge.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
-S
Sith sans humour
169 $
169 messages
Mensonges : 169



MessageSujet: Re: Retour au pays [PV] Dim 8 Nov 2015 - 12:01

De l'autre côté de la fenêtre se trouvait la cible du jour, se complaisant dans son malheur. J'espérais sans l'ombre d'un doute que mon cadeau et mon petit mot lui ferait plaisir. Cela en notant l'arrivée d'une aide-soignante qui lui déposa le bouquet de fleurs avec un sourire nauséabonde avant de s'éloigner. Et bien visible, en évidence, le message dont la lecture était tant attendue :

Bon retour parmi les menteurs ! Si j'avais un conseil à te donner, ce serait de rester dans le droit chemin ou un malheur pourrait t'arriver. Bien pire que de se faire tuer par un taliban, ce serait de mourir d'une main amie, n'est-ce pas ? Méfie-toi, tu es en terrain ennemi ici et une guerre fait rage.
Ton futur meilleur ami.
-S
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Retour au pays [PV] Mer 9 Déc 2015 - 18:04


You're alive... but hurt

Timéo


'Tay, merci de pas le dire.... Le concerné releva un regard brillant en direction des yeux bleus fatigués de Timéo. Il n'avait pas besoin d'avantage de dialogue, le cadet Manchester comprenait de quoi voulait parler le jeune homme. Il ne voulait pas de sermons, pas de morale. C'était... plus que compréhensible. Tay n'en avait d'ailleurs aucunement l'envie. Comment le pourrait-il ? Le narguer, alors que diantre il le retrouvait vivant ? Bien entendu, la colère et la haine ne s'atténuaient pas. Tayson détestait d'avantage l'armée, désormais qu'il était directement concerné, car il retrouvait son frère de coeur allongé sur un lit d'hôpital, incertain de son avenir. Et sans doute, sans une bien grande rente pour subvenir à ses besoins. Ces futurs mois allaient être plus que durs pour lui, mais rien de pire ne pourrait jamais plus lui arriver, c'était certain.

Du moins, ça l'était jusqu'à ce qu'une infirmière s'incruste dans la chambre pour déposer un pot de fleurs dans un silence choquant. Tayson l'observa, suspicieusement, bien que la jeune femme ne sembla rien avoir à cacher. Elle ne faisait que de livrer ce que quelqu'un venait sans doute de déposer, faute de pouvoir visiter personnellement Tim.

Mais un mot était déposé. Tayson ne put répondre à Tim car il fut absorbé par le mot. Ses yeux, perçants, le lurent. Et... aussitôt, le trentenaire se leva, regardant avec sérieux l'ancien militaire. Immédiatement, il sortit de la chambre, ouvrant grand la porte et accourut dans le couloir. Il regarda à l'accueil. Personne. Il courut. Et se retrouva plus ou moins devant la porte centrale. Des gens qui venaient et partaient. Des vieux couples, des plus jeunes. Tant de gens, et tous paraissaient autant suspects que les autres. La lettre était signée de -S putain. Il devait se trouver dans les parages. Mais comment identifier quelqu'un, quand on ignorait son sexe, son âge, sa morphologie ? Tayson eut le vain espoir de le reconnaître, un drôle d'individu parmi la foule, mais ... rien.

Rapidement, il revint dans la chambre, d'où il observa Tim.

"Excuse-moi... je devais m'assurer d'un truc.

Précautionneusement, il s'avança du pot de fleurs, dont il pria Tim de ne pas avoir touché, ni lu le mot, et prétexta remettre les fleurs un peu plus droites, alors qu'en réalité il subsista le mot. Tim n'avait pas besoin de ça, surtout pas maintenant.

Immédiatement, Tayson regagna sa chaise, le coeur battant à tout rompre.

Il fut dur pour lui de digérer l'idée que -S fût très proche d'eux, et encore plus qu'il avait proféré une menace directe à Timéo.... Il espérait de tout coeur que le noiraud n'avait pas lu. Il méritait de se reposer. Mais... le pourrait-il ? Du coup, Tayson en était même à se demander s'il ne valait pas mieux veiller, et dormir à l'hôpital.

Le trentenaire inspira, profondément, tentant de s'échapper à toutes ses pensées.

Je suis fier de toi, Tim, tu sais...

Ca y était, ses yeux étaient toujours humides, malgré l'adrénaline. C'était vrai. Il n'était pas désireux de le sermonner, car diable, son Tim, c'était un héros.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Retour au pays [PV] Jeu 10 Déc 2015 - 3:05


RETOUR AU PAYS
TAYSON & TIMÉO

Timéo savait que Tay n’avait jamais approuvé son choix d’aller dans l’armée, il avait cherché à le faire changer d’avis, mais Tim en avait besoin à l’époque, il ne le regrettait pas, il s’était senti bien dans l’armée, juste que tout s’était mal fini. Par chance, il s’en était sorti en vie, mal en point, mais en vie. Il le remercia de ne pas dire qu’il lui avait bien dit que l’armée c’était pas une bonne idée, qu’il allait le regretter, mais bon il avait besoin de ça à l’époque et ça lui avait permis de se remettre sur le droit chemin. Il fut surpris quand il vit l’infirmière entrée avec un bouquet de fleurs, elle ne semblait pas très joyeuse, pour une femme qui amenait un bouquet de fleurs, il ne remarqua pas le mot, il regarda les fleurs et dit.

« Je me demande qui m’envoie des fleurs, si c’était mes sœurs elles seraient venues me les donner elle-même… tu vois une carte quelque chose avec un nom ? »

Se redresser était trop douloureux, il le ferait bien pour regarder pour un mot, mais il ne pouvait pas c’était trop douloureux. Il se prit plutôt d’autres bonbons à manger en attendant que Tay regarde pour une carte, mais il ne semblait pas en avoir d’après les paroles de celui-ci. Il fut surpris quand il le vit se lever pour sortir de la chambre, il se demandait ce qu’il faisait et il hocha la tête à son retour quand il affirma qu’il devait s’assurer d’un truc.

« Oh d’accord, tout va bien ? »

Il était un peu inquiet, il se demandait ce qui se passait pour qu’il quitte comme ça la chambre sans rien dire, il semblait préoccupé, mais par quoi ça Timéo l’ignorait.

Il continua de manger un peu alors qu’il le regarda, vraiment il semblait préoccupé par quelque chose, mais Tim préférait ne pas poser trop de questions, il avait pas envie de s’inquiéter, il avait besoin de se détendre surtout, il mis de côté les bonbons sur la table de chevet à côté de son lit et regarda son frère de cœur quand il lui affirma qu’il était fier de lui.

« Fier de moi ? Vraiment ? » Il était un peu surpris sur le coup, il se demandait pourquoi, il avait rien fait d’exceptionnel, il avait seulement survécu, tenu le coup durant trois ans. Il préférait parler de quelque chose de plus agréable par contre que de ce qu’il avait vécu, les horreurs qu’il avait vécues.

« Bon allez, on a assez parlé de moi, parle-moi plutôt de toi, il a dû en arrivé des choses en trois ans, quoi de neuf ? Dis-moi tout, ça va me changer les idées et je suis bien curieux de savoir ce qui est arrivé dans la vie de mon cher Tayson. » Celui qu’il voyait comme un grand-frère depuis qu’il était gamin. Il se demandait s’il était marié, s’il avait un enfant, après tout en trois ans c’était parfaitement possible qu’il ait un enfant.


code by Ge.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Retour au pays [PV] Dim 13 Déc 2015 - 17:44


You're alive... but hurt

Timéo


Ouf. Ce fut la pensée qui occupa son esprit alors que Timéo n'avait pas demandé, n'avait pas cherché à comprendre ce que Tay venait de faire. De plus, le trentenaire était désormais persuadé qu'il n'avait pu lire le mot. Trop douloureux de se redresser et sans doute n'en aurait-il pas eu le temps. Et, il avait été touché par ses mots, et lui demandait ce qui s'était passé en trois ans...
C'était un grand soulagement pour Tay que le bout de papier n'ait pas été lu par Tim. Au moins, le noiraud pourrait se concentrer sur sa guérison et sa famille, plutôt que sur ce... taré de -S...

Néanmoins, un dilemme s'offrait désormais à lui.

Devrait-il obscurcir les événements s'étant déroulés à Lewiston pendant son absence, et inciter Tim à ne pas être sur ses gardes, au risque de se faire prendre par le jeu de -S ? Ou devrait-il le mettre au courant, l'alerter de ce danger potentiel qui rôdait en ville voilà depuis plusieurs mois, quitte à compliquer sa guérison et l'enfoncer dans un trauma qu'il devait de toute façon avoir ?
Tayson n'en savait rien.

Il préférait y penser plus tardivement. Il ne se sentait tout bonnement pas de coeur d'affliger Tim de nouvelles de morts et de disparition, alors qu'il ressortait d'un Enfer sans nom.
Quand viendrait le temps, oui, Tayson serait là pour tout lui expliquer. En attendant, il resterait à son chevet. Pour le protéger, jusqu'à ce qu'il se porte mieux.

Oui, je suis fier de toi. T'es devenu beau gosse. En plus, avec les cicatrices de guerre, t'es désormais un badass ! Tu vas en faire craquer plus d'un, crois-moi !"

Le brun sourit pour détendre l'atmosphère qu'il avait sentie lourde dès le moment où les fleurs furent posées à cette table. D'ailleurs, le trentenaire avait l'irrépressible envie de les balancer par la fenêtre, mais ça susciterait des interrogations. Aussi, il les évitait simplement du regard, se concentrant sur le visage aux traits fatigués de l'ancien militaire.

Ce qui s'est passé en 3 ans ? Ouf. Ce que tes soeurs ne t'ont pas encore dit, je suppose ! Je sais pas s'il me reste des trucs intéressants à dire après leur passage !

L'employé communal émit un rire léger. C'était vrai que les frangines Rosenbach étaient des sacrées bavardes, d'autant plus face à un frérot disparu depuis trois ans. Sans doute qu'il devait avoir la tête remplie d'histoires et de ragots, et qu'il priait le ciel pour que Tayson n'ait pas grand-chose à raconter !
Mais ce n'était pas le cas.

Cette simple question eut l'effet d'un coup de poing en réalité pour le secrétaire, même s'il le dissimulait derrière l'humour.

L'époque où Tim était présent dans son quotidien lui paraissait différente, meilleure.... plus innocente.

Gregory était toujours... à Lewiston. Il squattait chez les Rosenbach de temps à autre, et jouait au Basket avec Tim. C'était un bon gars, le meilleur ami de Tay, drôle, patient et toujours là. Et... le sept mai il avait disparu. Il était ... parti. Des brides de souvenirs de ce jour assaillirent le châtain clair qui s'éclaircit la gorge et se leva pour prendre un verre d'eau.

Quatre ans plus tard, l'affaire Gallagher éclata. Timéo était toujours à l'armée, depuis ses 18 ans en fait. Il n'a donc pas suivi l'affaire -S. Et ce n'était lors de leurs vidéoconférences que ses soeurs et Tayson lui en parlaient. Ils réservaient que le positif, les relations amoureuses, les promotions, les nouvelles rencontres, les animaux adoptés, les bobos soignés... Pas les cas de disparition et de meurtres qui avaient sévi dans cette ville... Nous étions en 2012, et Tim était revenu. En même temps que des éléments nouveaux apparaissaient lors de l'enquête.

Mais.... Tim n'avait pas besoin de savoir tout ça. Non...

Tayson but son verre d'eau et le reposa de suite sur l'évier, observant le noiraud d'un regard quelque peu partagé.

La ville a subi beaucoup de chamboulements depuis ton départ Tim. Pour ma part, je suis toujours Secrétaire à la Mairie. Je gagne un salaire correct, les travaux de la maison sont terminés. Elle est pas mal, tu pourras la visiter quand tu seras sorti de cette satanée chambre. Je penserais à t'aménager un salon. J'ai des appareils de musculation qui me servent de toute manière plus. Si jamais tes soeurs se montrent trop envahissantes quand tu retourneras à la maison !

Il sourit, un peu tristement. Trop d'évènements, trop de drames. Mais le retour de Tim parvenait à réchauffer le coeur de Tay. Il était une des seules personnes de Lewiston pouvant se réjouir de vivre dans une ignorance réconfortante. Tay n'allait pas lui enlever ça, oh que non.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Retour au pays [PV] Lun 14 Déc 2015 - 1:45


RETOUR AU PAYS
TAYSON & TIMÉO

Timéo n’avait pas vu la lettre ni poser trop de questions à Tayson, il se disait que s’il se passait vraiment quelque chose de grave, qu’il devait savoir, celui-ci lui dirait sans qu’il ait à poser de questions. Il n’avait pas cherché à regarder s’il y avait une carte qui venait avec les fleurs, il avait préféré demander à son frère s’il y avait une carte et comme la réponse fut négative il ne chercha pas à vérifier s’il lui mentait, il ne voyait pas pourquoi celui-ci lui mentirait après tout. Il lui fit un sourire alors qu’il lui demandait pourquoi il était fier de lui, après tout il n’avait rien fait de particulier excepté survivre, il eut un petit rire quand il affirma qu’il était devenu un beau gosse, que les cicatrices de guerres c’était badass, qu’il allait en faire craquer plus d’un. Tayson a toujours accepté son orientation sexuelle ce qui a toujours beaucoup aidé Timéo surtout au début à s’accepter.

« Une ou deux c’est bien, mais je crois pas qu’autant que moi ça plaise vraiment, tu n’as pas vu mon corps, tu n’as vu mon corps, si tu restes encore un moment tu vas voir quand l’infirmière va venir changer mes bandages, tu vas voir… c’est pas très beau à voir. »


Il pouvait rester durant le changement de bandage, ça le dérange pas, reste à voir si lui allait vouloir rester pour voir ça, ce n’était pas vraiment très beau à voir, il comprendrait parfaitement que son frère de cœur ne souhaite pas voir ça. Il le regarda un moment alors qu’il lui demanda ce qui s’était passé durant ces trois ans parce qu’il préférait parler de Tayson que de lui.

Il eut un sourire quand il affirma que ses sœurs devaient lui en avoir dit beaucoup déjà ce qui le fit sourire, c’est vrai qu’elles pouvaient parler beaucoup quand elles voulaient et qu’elles pouvaient être très difficiles à arrêter parfois. Il eut donc un petit rire et répondit :

« Oui elles m’ont dit beaucoup de choses, mais je suis sûr qu’elles ne m’ont pas tout dit, que tu as sûrement des trucs à me dire toi aussi ! Je veux tout savoir, aller ne me cache rien, tu sais bien que tu peux tout me dire. » Oui il pourrait lui aussi lui parler de ce qu’il a vécu, mais il n’avait pas trop envie d’en parler, ce n’était pas agréable d’en parler, des viols, des séances de tortures…

Il écoutait son grand frère lui expliquer ce qui s’était passé durant son départ, le fait qu’il était toujours secrétaire à la mairie, qu’il gagnait un salaire correct, qu’il avait fini les travaux à la maison. Qu’il pourrait la visiter. Il fut touché qu’il lui propose d’y passer et rester un peu si ses sœurs se montraient trop envahissantes quand il allait retourner à la maison, ce n’était pas pour tout de suite, mais quand même c’était encourageant de savoir qu’il aurait un endroit où se sauver de ses sœurs un peu.

« C’est super ça ! Oh je vais me souvenir de cette proposition quand je vais avoir besoin de tranquillité, de m’éloigner un peu de mes sœurs, j’irais chez toi. Donc pas de femme ? Pas d’enfant ? Un bel homme comme toi c’est surprenant ! » 

Il le regarda un moment et se redressa un peu ce qui le fit serrer les dents. Il était curieux de savoir s’il avait en effet une famille à lui maintenant, en trois ans il aurait parfaitement pu fonder une famille, Timéo en serait très heureux pour lui d’ailleurs. Lui était gay, il avait mis de côté l’idée de fonder une famille de côté depuis bien longtemps, il aimait bien les enfants, mais il ne savait pas trop s’il serait un bon père, il en doutait un peu, même beaucoup. Peut-être que ça allait changer si jamais, il faisait la rencontre d’un homme qui avait envie de fondé une famille il aurait envie d’en avoir une lui aussi. Pour l’instant, dans son état, il ne voyait pas trop qui pourrait s’intéresser à lui, il faisait pitié à voir, c’était pas beau à regarder, là Tay ne pouvait pas voir à cause de la couverture et des bandages, mais les cicatrices, son corps n’était que plaies, brulures, cicatrices.

code by Ge.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Retour au pays [PV] Dim 20 Déc 2015 - 2:32


You're alive... but hurt

Timéo


Il dut se l'avouer, ça lui fit mal au coeur quand Tim parla de ses cicatrices. Et il dut faire de sacrés efforts pour conserver une mine neutre quand il évoqua qu'il pourra éventuellement les voir au moment où les infirmières changeraient les bandages. Il en avait un peu peur, à vrai dire. Peur de voir des choses qui lui feraient se projeter immédiatement ce qu'avait dû vivre son frère de coeur, peur que ça lui fasse s'emporter, et limite commencer à écrire à la Presse comme quoi l'Armée Américaine envoyer des morceaux de chair se faire violenter sans se préoccuper de leur survie ! Ou d'aller mitrailler le Centre de Recrutement de l'Etat avec ses armes personnelles. En gros, il avait peur de ne plus être capable de faire cette façade qui passait au-delà de l'horreur vécue, et se concentrer sur le moment présent, celui où il savourait que son fou de Rambo était en vie, et rentré à la maison.

Mais heureusement, aucune infirmière ne se décida à venir changer les bandages dans la minute qui suivit, ce qui permit à la conversation de reprendre une tournure normale.

Enfin, normale...

! Je veux tout savoir, aller ne me cache rien, tu sais bien que tu peux tout me dire. »

Le coeur du trentenaire se resserra encore d'avantage. Que dire ? Il observait le peu de lueur qui restait dans les yeux océan de Timéo, et il dut se faire violence pour ne pas répliquer, pour ne pas ouvrir la bouche et lui balancer la vérité de -S qui terrorisait la ville depuis 2012, soit quelques temps seulement après le départ d'un Tim plein d'idéaux alors âgé de 18 ans...

Non, il ne pourrait pas.

Il ne pouvait pas le regarder du fin fond de son lit et lui sortir : "Oh bah tu sais, y a un tueur qui s'appelle - S et qui est assez fort niveau chantage et harcèlement ! Elles sont jolies tes fleurs hein ! -S on le connaît pas, normal, tous ceux qui l'ont connu sont certainement soit morts soit disparus.... Ca en plus du commerce illégal et omniprésent des O'Leary, Axel qui me fout dans des situations pas possibles ! Ah, et, tu sais, ma soeur, bah elle est aussi disparue ! Mais volontairement, elle s'est cassée ! Partie aux études la p'tite ! Sans se retourner ! Puis, Gregory, tu sais, le type qu'on traînait toujours avec, mon meilleur ami depuis toujours, bah, il est porté disparu ! Officiellement ! La version officieuse, je la connais ! Mais si je te la disais, je te ferais sauter tes agrafes ! Je te réserve ça plour plus tard ! En supposant que -S t'a pas pendu entre temps, et moi non plus ! Bref, bienvenue au Paradis 'Bro !" .

Non, c'était vraiment pas concevable.

Heureusement, l'esprit de Tim était déjà ailleurs vu le peu de répondant de Tay, en pleine lutte intérieure pour savoir quel serait le comportement idéal à adopter. Et la conversation ne prit aucune allure dramatique.

"Bel homme... Ah ah !"

Son rire fut court, et sec, car il avait remarqué la grimace de Tim alors que ce dernier essayait de se redresser. Immédiatement, Tay se leva et réajuste le coussin derrière Tim sans lui donner son avis.

"Désolé. C'est le côté maman. Mais demain, tu te démerderas tout seul, compris !?"

Lui répondit - il, un peu honteux de ce côté maternel qu'il pensait refouler au plus profond de son être. Enfin, l'occasion était exceptionnelle aussi. Il avait vu rarement Timéo faire des rictus de souffrance, et ça faisait pas plaisir à voir....

Mais ça lui rappela rapidement un souvenir autrement plus joyeux, qui lui offrait également un bel échappatoire par rapport à la question du "T'es marié ? T'as des enfants?", vu le désert émotionnel et relationnel qu'était la vie de Tay à cette période... (et ça le déprimait en toute honnêteté).


"C'est comme la fois....... Tu te rappelles ? Avec le mousquet, dans la forêt de Lewiston, à 6 heures du mat' ?

Ah, l'histoire du mousquet. Le père à son père en avait possédé un, lui - même hérité d'un lointain ancêtre. Un ancêtre qui avait fait la Guerre de Sept Ans avec, et qu'on appelait pour les Anglais, des Musket.
Ce fusil, ancêtre du fusil d'assaut actuel, était une arme avec une jolie portée, doté d'un canon long, et qui était assez joliment décoré. Il avait toujours fasciné Tayson, et c'était tout naturellement qu'il avait voulu faire partager sa passion avec un tout jeune Tim, âgé de même pas onze ans s'il s'en rappelait bien.

Sauf que c'était une très vieille arme. Et donc, une arme avec un chargement par bouche.

Oui, Tayson se rappelait de la tête du noiraud quand il lui avait expliqué ça. Du genre "Mais tu craches la boule de plomb dedans, et Boum ?". Non, pas vraiment. En réalité, il fallait d'abord mettre la poudre, ensuite utiliser la bourre, et enfin, mettre le projectile, qui était en l'occurrence une balle de plomb.

Sauf que... fallait savoir la doser, la poudre...

Et c'était ça l'erreur qu'avait fait Tayson à cette époque. Il avait vu faire son père, et il avait juste voulu imiter, sans se renseigner que non, il ne faut pas mettre trop de poudre dans le canon, et qu'il fallait calculer aux grammes assez précisément selon différents critères...

"Je voulais te faire tirer en premier. Je t'avais tout dit. La position, la  système de visée, l'appréhension de la détente, la respiration, ne pas relâcher la détente après le coup... conserver sa position. Je me rappelle comme t'étais tout attentif...Et puis..."

Sauf qu'au lieu que le petit Tim reste concentré, qu'il tire, qu'il subisse un bon recul dans l'épaule, et fasse "wahou", curieux de savoir où sa balle avait pointé, il s'était produit quelque chose...

"Et puis Boum."

Trop de poudre, trop de charge explosive donc, avait fait une déflagration au départ du coup. Du coup, Tim s'était reçu un choc d'autant plus conséquent à l'épaule et il en avait eu un joli bleu. Heureusement, c'était que ça pour lui.

Tayson lui avait les sourcils grillés et le visage noir.

Je me rappelle ta bouille, quand tu t'es tourné vers moi, tu grimaçais comme là... Genre "Aie, ça détruit l'épaule ce truc, et ça fait bobo aux n'oreilles". Et puis, tu m'as regardé. T'as fait les gros yeux pendant que j'essayais d'éteindre le début de feu sur mes cheveux...

Tayson rigola. D'un rire franc. Sans pouvoir s'arrêter.

Sur le coup, ça n'avait été drôle pour personne, car Tim avait eu la peur de sa vie en plus d'un joli mal d'épaule, et lui, avait failli s'abonner aux demandeurs de greffe de peau pour peu. D'autant plus qu'il avait ruiné un musket vieux de 1755 ! Et c'était pas le pire !

"Le plus drôle c'était qu'après, j'avais tant des bouts de touffe qui me manquaient par - ci par là que j'avais dû me raser le crâne et les sourcils car ils ressemblaient à rien !

Le rire perdura, il fut dur à Tay de se reprendre sérieusement, et espérait ne pas trop faire souffrir Tim en racontant cette bêtise car il ne devait sans doute pas avoir trop l'autorisation de rire. Mais punaise, que ça faisait du bien de se rappeler de ça !

Enfin, l'instant passa, le cadet Manchester sut gérer son hilarité avec un début de larmes au coin des yeux tant il s'était fait mal au bide à rire...

Ahalala... Tout ça pour dire... que même à cette époque, tu étais un Warrior... Tu avais à peine paniqué. Alors que je te répétais toutes les secondes si tu allais bien. Je voulais même t'emmener aux urgences, alors que tu disais que c'était plutôt moi qui ferai mieux d'y aller... C'est moi qui avais eu le plus peur dans l'histoire, et c'était moi l'adulte !

Ce qui arrivait souvent, car de son souvenir, Tim avait toujours eu un sang-froid de chef, alors que Tay dans ses jeunes années.... il avait parfois l'air d'une vieille dame euphorique ménopausée dans ses réactions.

Si je retrouve un mousquet sur le marché, promis, on ira retirer ! Mais avec le bon dosage de poudre !

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Retour au pays [PV] Dim 20 Déc 2015 - 20:05


RETOUR AU PAYS
TAYSON & TIMÉO

Timéo avait parler de ses cicatrices à Tayson, disant qu’il pourrait toujours les voir au changement de bandage et qu’il verrait bien que personnes ne pourrait être attiré par un homme dans son état. Tim ne pouvait le reprocher à personne, ce n’était pas beau à voir, il avait remarqué la petite grimace de celui-ci malgré qu’il ait tenter de garder une mine neutre, c’était évident que cette idée ne l’enchantait pas. Timéo n’allait pas le forcer à voir ses plaies, il ne forcerait jamais quelqu’un à les voir. Il n’aimait pas lui-même les regarder !

Il était loin de se douter de ce que pouvait lui cacher Tayson, mais Tay le lui cachait pas pour rien s’il le faisait c’est qu’il devait avoir une très bonne raison. Pour l’instant, Timéo avait déjà bien assez à s’occuper, il devait se remettre sur pied, apprendre à vivre avec ce qu’il avait vécu, il n’arrivait déjà pas à dormir sauf si on le bourrait de médicaments alors pourquoi lui rajouter quelque chose qui pourrait nuire aussi à son sommeil. Il fallait lui laisser une chance, trois ans à se faire torturer il a bien le droit à une petite pause non ? Il a bien le droit d’être heureux un peu, en tout cas c’est ce qu’il aimerait. Il sait que rien ne sera plus jamais comme avant, la douleur et les souvenirs allaient toujours être là, mais il pouvait apprendre à vivre avec et retrouver le bonheur.

Pour l’instant, il voulait parler d’autres choses que son état, ce qu’il avait pu vivre c’est pourquoi il voulait que Tayson lui parle un peu de sa vie, de ce qui avait pu se passer durant les trois ans, il voulait savoir s’il avait une petite amie, une famille maintenant. Affirmant qu’un bel homme comme lui devait plus être célibataire, mais à la réaction de son frère il comprit que celui-ci était toujours célibataire et n’avait pas d’enfants, il ne doutait pas que ça allait lui arriver un jour, Tay allait trouver la bonne personne, il n’en doutait pas du tout.

Il eut une petite grimace de douleur en tentant de se redresser un peu, tout de suite Tay se redressa pour l’aider et ajuster le coussin derrière lui, mais c’est les paroles de celui-ci qui le fit sourire. « T’excuse pas pour ça voyons ! Merci… ouais ouais demain je vais me démerder tout seul. » Il aurait pu ajouter qu’il avait l’habitude, mais il se disait que ça ne serait pas une bonne idée de dire ça. Tayson n’avait pas dit ça pour être méchant, il l’Avait même sûrement dit avec une pointe d’humour, parce que dans l’état où il était malheureusement s’arranger tout seul ce n’était pas vraiment possible pour Timéo.

Il le regarda un moment alors que Tayson lui demandait s’il se rappelait d’un moment quand il avait onze ans, quelque chose qu’ils avaient vécus ensemble, un moment plutôt inoubliable.

« Comment je pourrais oublier ça ! C’est impossible d’oublier ce moment-là précis ! » 

Il eu un sourire, alors qu’il l’écoutait lui raconter ce moment inoubliable, il avait eu peur et tellement rit enfin peut-être pas sur le coup, mais par la suite oui, bon son père n’avait pas trouvé ça drôle, pas du tout, sa mère fut morte d’inquiétude et ses sœurs aussi enfin sa grande sœur l’avait trouvé idiot de jouer avec une arme, mais sa petite sœur avait trouvé ça cool. Que de souvenir, il en avait vécu des choses avec Tayson, il avait eu beaucoup de chance de l’avoir dans sa vie. Il ne serait sans doute pas devenu l’homme qu’il ai aujourd’hui sans lui. Il avait beaucoup contribuer à faire de lui ce qu’il est, c’est pas son père qui l’a fait devenir un homme, mais Tay, même si Tayson n’a pas toujours approuvé ses choix tel que rejoindre l’armée.

Qui était là à côté de son lit par contre, Tayson, son père n’était pas venu et il n’avait pas envie de le voir, ni sa mère, il n’avait plus aucun contact avec eux. Ses parents ne lui manquaient pas du tout, il était très bien sans eux avec ses sœurs et Tayson. Il a toujours pu compter sur son frère de cœur et il sait qu’il pourra toujours compter sur lui, peut importe ce qui pourrait se passer dans sa vie, Tay sera toujours là et le contraire est vrai aussi.

Il eut un petit rire bien que c’était douloureux que de rire à l’évocation de ce souvenir, on peut dire que c’était quelque chose d’impossible à oublier ! Comment oublier la première fois qu’il a tenu une arme entre ses mains et qu’elle avait exploser, il s’était pris tout un coup à l’épaule, amis rien de très grave par contre pour son frère de cœur ça avait été une autre histoire, il eut un sourire en revoyant la tête de Tayson rasé et pu de sourcils, un peu dire qu’il n’était pas à son meilleur ! Ce n’est pas de cet état qu’il aurait pu se trouver une petite amie sauf si elle avait eu pitié de lui !

C’est vrai que malgré tout, même à l’époque alors qu’il n’avait que onze ans il fut celui qui resta le plus calme entre les deux, il avait toujours été bon pour garder son sang-froid, faut dire qu’avec ses problèmes familiaux il devait savoir garder son sang-froid.

« Oui c’est vrai, même à ce moment-là j’avais sut bien réagir ! C’est vrai par contre qu’aller à l’hôpital aurait été inutile c’était pas la première fois que je me faisais un bleu, c’était pas moi qui avait eut les cheveux en feu ! »

Surtout que ce n’était pas la seule raison pourquoi il ne voulait pas y aller, mais ça encore aujourd’hui il garde le secret. Il n’en parlait à personne de ce détail, pas même à son frère de cœur, il se doutait que sa réaction pourrait être violente, même encore aujourd’hui, mais c’était fini maintenant alors pourquoi y penser et en parler, maintenant d’autres cicatrices recouvrent son corps, mêler à celle de son enfance.

Il sortit de ses pensées plus sombre pour se concentrer sur son frère qui lui disait que si jamais, il trouvait un mousquet sur le marché qu’ils iraient tirer de nouveau, mais avec le bon dosage de poudre.

« Compte sur moi ! Ça serait super ! »

Bon pour l’instant il en serait incapable, mais dans plusieurs mois sont état se sera sûrement beaucoup améliorer, il allait tout faire pour ça en tout cas ! Il vit l’infirmier entrer dans la chambre et pensant à la tête que Tay avait fait un peu plus tôt il dit :

« Tu peux sortir le temps qu’elle me change mes bandages si tu préfères, je comprendrais, faut dire que c’est pas le genre de chose qu’on a envie de voir… c’est pas très agréable à regarder… » 

Surtout que ces plaies étaient pas tous refermés encore, ça faisait quatre mois qu’il était libéré environ, mais les plaies étaient si grave qu’elles n’avaient pas tous finis de guérir et on devait mettre de la crème sur ses nombreuses brulures dû aux tortures.

code by Ge.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Retour au pays [PV] Sam 16 Jan 2016 - 21:41


You're alive... but hurt

Timéo


Quelque chose dans le cœur de Tayson se réchauffa lorsqu'il vit que Tim avait également ses souvenirs en mémoire. Ni la guerre, ni la torture, ni le temps n'avaient su altérer ces bribes de son enfance, et ce fut un vrai soulagement pour le trentenaire qui se sentit alors revivre. Tim savait encore sourire et rire. C'était ça, le plus important. Mais la venue soudaine de l'infirmier lui fit revenir à la dure réalité de son jeune frère de cœur. Ce dernier était gravement blessé, il était aux soins intensifs de l'hôpital de Lewiston, et devant lui l'attendaient d'innombrables séances de physiothérapie et sans doute un suivi psychologique assez conséquent au vue des expériences vécues.

« Tu peux sortir le temps qu’elle me change mes bandages si tu préfères, je comprendrais, faut dire que c’est pas le genre de chose qu’on a envie de voir… c’est pas très agréable à regarder… »

La voix de Timéo lui fit revenir à la chambre et Tayson fut à deux doigts d'accepter, mais se ravis au dernier moment. Non, il était hors de question que Tim affronte cela tout seul. Voir les blessures ne dérangeraient pas Tayson en matière d'écoeurement, son frère aîné lui en avait fait voir des belles de son côté, il était habitué à ça. Non, c'était la peur d'être en colère folle à la vue des blessures de guerre de Tim qui habitait Tayson. Il ne souhaitait pas soudainement évoquer la décision de l'armée, surtout que ce n'était pas le moment, mais avait peur de le faire s'il voyait concrètement ce que le jeune soldat avait subi.

Mais d'une main, Tayson balaya la proposition.

Axel m'a habitué à en voir des vertes et des pas mûres. T'en fais pas pour moi. Je reste."

Avait-il tout simplement dit. Néanmoins, il dut serrer les poings lorsque le soignant s'occupa de Tim, mettant à couvert les blessures de guerre subies. Le regard de Tayson s'arrêtèrent sur ces dernières, et pendant un instant un voile de haine le gagna. Il dut résister pour ne rien dire, mais se sentit soudainement haïr l'armée et le gouvernement américain tout autant que les barbares qui avaient torturé le jeune Rosenbach.

Ca te dirait ses prochains jours d'aller faire du handball ?"

Question aléatoire qui avait poppé dans la tête de Tayson. Cela ne voulait pas dire qu'il n'avait pas l'intention d'aller faire du sport avec lui, mais il ne se sentait tout bonnement pas de demeurer dans le silence alors que les bandages allaient être faits, d'autant plus qu'il se devait désormais de regarder ailleurs, de peur de gêner Tim et aussi de peur d'aller faire sauter le centre de recrutement le plus proche.

Mais l'infirmier ne semblait pas trouver l'initiative très appropriée et le lui fit savoir par un regard en biais qui signifiait pas mal de choses.

Bon bien sûr quand tu seras un peu plus solide. Au pire on volera une chaise roulante et on fera des courses !"

Second regard noir du soignant.

Je plaisante."

Petit regard adressé à Tim, du genre "Ou pas". Se sortir la tête de ses souvenirs affreux, profiter de la vie, jouir du fait d'en être sorti vivant. C'était de ça dont Tim avait besoin pour bander ses cicatrices psychologiques. Les bandages pour ce genre de plaie, eux, n'y changeraient rien...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Retour au pays [PV] Dim 17 Jan 2016 - 1:37


RETOUR AU PAYS
TAYSON & TIMÉO

Il le regarda un moment, c’est vrai que malgré tout ce qu’il avait pu vivre il se souvenait de son enfance, de bons souvenirs. C’était une façon pour lui de tenir le coup, il se réfugiait dans ses souvenirs, entre les tortures il s’imaginait avec son frère de cœur, ses sœurs, ses amis, c’était le seul moyen de ne pas perdre la tête. Quand l’infirmier était arrivé, il avait proposé à Tayson de quitter la chambre le temps qu’on lui change les bandages, qu’on nettoie ses plaies. Celui-ci refusa en disant qu’Axel l’avait habitué à en voir de toutes les couleurs, donc de pas s’en faire pour lui, il allait rester.

« C’est comme tu veux, mais si tu veux sortir n’importe quand hésite pas, je vais comprendre. »

Il lui fit un petit sourire et laissa l’infirmier retirer les bandages, la première étage, Tim regarda un moment son torse, mais il ne dit rien, il regarda Tayson et le vit serrer les poings, c’est à ce moment qu’il tendit la main vers celui-ci pour qu’il lui prenne la main, pour s’encourager mutuellement. Il serra les dents et gémis de douleur quand l’infirmier commença à nettoyer ses plaies c’était très sensible. Il eut un petit rire quand il lui demanda s’il voudrait jouer au handball dans les prochains jours. C’est vrai qu’il aimerait beaucoup, mais il n’était pas vraiment en condition pour jouer.

Il allait répondre, mais le regard de l’infirmier fit comprendre à celui-ci que ce n’était pas une bonne idée, c’est pourquoi Tay ajouta que ça serait pour quand il sera un peu plus solide sinon il volerait une chaise roulante et ferait des courses ce qui fit rire celui-ci. Il gémit de douleur aussi quand l’infirmier continua son travail.

« J’adorais jouer au handball, mais on peut dire qu’en ce moment je serais incapable… j’ai du mal à me redresser alors jouer au handball on peut oublier pour l’instant, mais dès que je peux tu vas être le premier que je vais prévenir pour qu’on se fasse une partie de handball. J’adore l’idée des courses par contre ! »

Au regard noir de l’infirmier, il lança un regard à son frère de cœur comme quoi ils s’arrangeront quand l’infirmier ne sera plus là. Une fois son torse soigné, l’infirmier s’occupa de ses jambes, la jambe droite était la pire, faut dire qu’on lui avait bousillé le genou et ils avaient du le reconstruire.

« C’est pas demain que je vais pouvoir me remettre à la course et au sport… »

On l’avait prévenu qu’il risquait de souffrir toute sa vie, la gravité des blessures faisait en sorte qu’il allait toujours souffrir. Il allait peut-être pouvoir courir un jour, mais pas de très longue distance, c’était mieux que rien. L’infirmier s’occupa de ses bras, ses épaules, ses chevilles, etc. Il arrêta ensuite pour quitter la pièce : « Enfin tranquille, merci… d’être resté ça fait du bien de ne pas être seul… »

Il lui fit un sourire et dit ensuite : « Le temps passe vite en bonne compagnie.... Tu vas revenir bientôt ? » L’infirmier avant de partir avait dit que l’heure des visites était terminée, que Timéo devait se reposer. Timéo aurait aimé l’avoir avec lui plus souvent, sa compagnie lui faisait du bien, mais c’est vrai qu’il commençait à ressentir la fatigue. Il avait besoin de se reposer, mais il voulait revoir bientôt son frère de cœur.


code by Ge.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Retour au pays [PV] Dim 31 Jan 2016 - 20:06


You're alive... but hurt

Timéo


Ils se serrèrent la main alors que l'infirmier effectuait son travail sans paraître très consciencieux quant à l'état de son patient. Tim serrait les dents, comme pour ne pas évacuer l'envie de hurler qui devait naître en lui à chaque bandage changer. Tayson dut se faire violence et entreprit la discussion de manière la plus naturelle, comme pour dédramatiser le fait que l'état physique de Tim était vraiment... atroce. Mais il était vivant, et il ne se faisait nul doute que bientôt, le noiraud serait à nouveau apte à marcher. Et, d'ici quelques temps, peut-être pourrait-il courir. Rien n'était perdu. Le pire était passé, l'avenir était devant lui. C'était important pour Tayson que Timéo ne l'oublie pas. Manifestement, ce n'était pas son cas car déjà il répondait avec enthousiasme avec l'idée du handball, bien que conscient que son état actuel ne lui permettrait pas d'en jouer.
L'infirmier leur adressa quelques regards noirs lorsqu'ils évoquèrent plutôt des courses et autres folies, mais ça avait plus le don de les faire sourire que de taire leur discussion.

Une fois les soins effectués, l'homme à la chemise blanche quitta la pièce, n'oubliant pas de faire remarquer que les visites étaient terminées, au grand daim du Manchester qui soupirait. Timéo lui paraissait.... également déçu, mais ses traits fatigués témoignaient qu'il avait besoin de repos. Mine de rien, demeurer éveillé aussi longtemps, rire, discuter, demandait un effort de concentration que les blessures de Tim limitaient grandement. Mais Tim le remercia. D'être resté, d'avoir été là, ce à quoi répondit Tay que c'était normal.

Un jour viendrait où cette visite à l'hôpital ne serait plus qu'un mauvais souvenir, et que tous deux seraient libres de se voir aussi longtemps qu'ils voudraient, en faisant les activités qu'ils désiraient, sans médecins pour les contraindre à la sagesse. Seulement, il faudra du temps, beaucoup de temps, pour permettre à ces moments de voir le jour.
Aussi, Tayson comprit assez bien qu'il serait temps pour lui de partir. Il se leva, alors que Tim lui demandait quand est-ce qu'il reviendrait.

"Bientôt. C'est promis."

Le châtain clair s'avança alors vers le lit de son frère de coeur et alla lui ébouriffer les cheveux doucement.

"D'ici notre course en chaise roulante, repose-toi bien Tim. On t'aime. On est là pour toi. Le pire est derrière. Maintenant, on avance. Ensemble..."

Sur ce, le trentenaire tourna le dos à Tim et quitta la pièce, pensif.

Le "ensemble" regroupait bien évidemment les soeurs de Tim et la famille que le jeune homme s'était choisie; ses amis. Et, bien sûr, Tayson. Qui veillerait toujours sur son petit frère de coeur, peu importait ce qu'il advenait. Même -S, ne pourrait venir l'empêcher de le protéger. Et il valait mieux pour ce dernier que plus jamais, il cherche des noises au militaire fraîchement rentré. Ô que non. Tim saurait les choses avec le temps. Il apprendrait que Lewiston avait changé, mais pour l'instant, il avait nul besoin de savoir qu'un psychopathe parcourait tranquillement les rues de la ville. Il harcelait tous les habitants, et Tim était une cible facile au vu de ce qu'il avait vécu. Ca restait de la vulgaire intimidation, intimidation qui, heureusement, n'avait pas pu l'atteindre, grâce à Tay. Ce dernier espérait juste que -S le laisserait tranquille... Au moins le temps qu'il redevienne le jeune homme fort qu'il était. Moralement, et physiquement. Mais ça aussi, ça prendra du temps.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Elizabeth K. Ashe
Maître Jedi
1263 $
12/05/1978 $
1263 messages
Mensonges : 1263
Anniversaire : 12/05/1978


MessageSujet: Re: Retour au pays [PV] Mar 19 Avr 2016 - 19:44

Abandonné, verrouillé et archivé.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: Retour au pays [PV]

Revenir en haut Aller en bas
Retour au pays [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour au pays [PV Kanoë]
» Cahier d'un retour au pays natal :Marc H
» Retour au pays [Pv Meri}
» Retour au pays du Sénateur du Nord-Est Rudolph Boulos
» Retour au pays... [Erys + Karlson + ...]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: Saison 2 :: archives sujets terminés et abandonnés-