AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 So long time [Cassandra & Axel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Ven 20 Nov 2015 - 12:18


So long time


- Je te l'ai déjà dis, il me semble ... . me dis tu d’une voix douce

Ta tête se repose sur mon épaule. Je caresse tes avant-bras qui m’enserrent. La fraicheur de l’eau se confronte à la chaleur de ton corps. Pourquoi tout est si compliqué ? Non c’est simple coucher avec, qu’il prenne son pied et partir de Lewiston. Je ne sais pas. Je joue un moment avec l’eau dessinant des ronds avec l’orteil. Mes caresses sur tes bras continuent. J’entends et sens ton souffle dans mon cou. Le silence s’installe entre nous et la tension retombe calmement. Tu me tends une cigarette. Je l’allume et la fume doucement. Dans mon esprit aussi j’instaure le calme. Plaisir ou professionnalisme ? Temps de réaction très long ! Je reprends peu à peu le contrôle de mon esprit. Je peux prendre tout mon temps mais je vais finir par m’enrhumer. J’éteins le mégot. Je me libère de ton étreinte sans brusquerie. Je me retourne et me colle à ton corps. Avec un sourire taquin je te demande

- Tu ne crois pas que je suis une femme si facile que ça quand même ? Tu peux peut être m’inviter à boire un verre avant, non ?

Ma moue mutine devrait te faire comprendre que tu auras ce que tu veux. Vu le désastre de ce soir je veux juste que la nuit finisse agréablement. Ce n’est pas professionnel Ben ça sera juste pour le plaisir ! Ton regard est posé sur moi tu n’as rien dit. Mon ventre grogne.

- Je crois que j’ai faim aussi… on trouvera peut-être des barres chocolatées en chemin. dis-je avec un clin d’œil.

Ton corps si près de moi fait naître un autre genre de chaleur, une envie, un désir. Les souvenirs ressortent. Nos jeux d’ado… nos corps à corps enfiévrés… nos courses folles… nos cachettes. Ton regard bleu acier… sous la chemise je devine aisément les pectoraux et les tablettes de chocolat que mes doigts, ma langue ont maintes fois parcourus… nos étreintes sauvages n’importe où et partout. D’ailleurs on l’a déjà fait ici dans une auto… un coup rapide, excités par l’interdit, dans la voiture d’un inconnu qui aura surement regretté d’avoir garé son auto à cet endroit. Je me souviens des tours en moto…les cheveux dans le vent.

Un mot de toi me ramène à l’instant présent. Tu dois connaitre la plupart des lieux de nuit ouverts à cette heure tardive. A l’époque tu nous emmenais parfois dans un bar qui ne payait pas de mine, un ancien club de bikers où quelques motards venaient encore pour finir la nuit en sifflant des verres.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Sam 21 Nov 2015 - 11:01




So long time




Ma tête repose sur ton épaule tandis que mes bras t'enserrent tendrement et que tu caresses mes avant-bras. Tu joues un moment avec l’eau du bout des pieds sans cesser tes caresses. Je me demande ce qu'il y a dans ta petite tête. Plein de pensées contradictoires et de souvenirs, j'imagine. Mon souffle court sur ton cou et fait légèrement bouger l'une de tes mèches avec laquelle je me mets à jouer en l'entortillant autour de mes doigts. Un long silence s’installe entre nous. Toute tension a disparue. Nous partageons juste un moment tendre. Tu finis par te libérer de mon étreinte avec la plus grande douceur, je ne cherche pas à te retenir.

- Tu ne crois pas que je suis une femme si facile que ça quand même ? Tu peux peut être m’inviter à boire un verre avant, non ?

Je fais une moue incertaine et taquine à la fois. Je sais pertinemment que tu seras mienne, je ne m'en fais pas pour ça, et ce jeu de langueur peut être plein de charme.

- Je crois que j’ai faim aussi… on trouvera peut-être des barres chocolatées en chemin.

- J'ai mieux à t'offrir que des barres chocolatées, j'ai d'ailleurs tout autant la dalle. Tu te rappelles de cet ancien club de bikers ? Je suis certain qu'ils peuvent encore nous servir à grailler malgré l'heure.

C'est donc là-bas que je t'embarque. Nous rejoignons la voiture main dans la main. Le poste radio passe Can't fight this feeling de REO Speedwagon. J'en ris doucement rien que de l'entendre. Ça me rappelle de nombreux souvenirs dont un tout récent avec mon frangin où on s'est mis à hurler dans la voiture en reprenant les paroles un coup où on s'est fait une virée entre frangins. Chose qui ne nous était plus arrivé depuis longtemps.
Après un court trajet, nous arrivons devant le fameux club. Quelques motards que je connais bien sont là. Et Nancy est de service ce soir. Encore une serveuse que je me suis tapé, ou plutôt que je me tape à l'occase.

- Hey Axel ! Heureuse de te revoir ici, me lance-t-elle avec une moue charmante tandis qu'elle vient me taper la bise. Elle t'ignore royalement dans la foulée. Là-dessus, elle craint mais soit. Je m'en balance un peu et je ne cherche même pas à souligner ta présence, ça ne ferait que te mettre encore plus mal. On s'installe et on commande à boire. On meurt de faim, tu nous préparerais un de tes merveilleux burgers ? lançais-je à Nancy avant de me tourner vers toi pour te demander : Ça te convient ?

Je me penche pour déposer un baiser sur le dos de ta main, puis nous trinquons.

- A nos retrouvailles, ptite bouille. Mon sourire est sincère. Je suis vraiment heureux de te retrouver. Passe-moi mon vilain comportement de tout-à-l'heure, ok ?




© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Sam 21 Nov 2015 - 22:51


So long time


- J'ai mieux à t'offrir que des barres chocolatées, j'ai d'ailleurs tout autant la dalle. Tu te rappelles de cet ancien club de bikers ? Je suis certain qu'ils peuvent encore nous servir à grailler malgré l'heure. me dis tu

Oh bien sûr que je m’en rappelle. C’est justement le lieu auquel je pensais. J’enfile mon jean et les tennis. Tu me prends la main pour rejoindre la voiture et je m’installe sur le siège passager. J’ai encore la sensation de chaleur de ta main dans la mienne lorsque tu te gares. Le trajet a été si court que je n’ai pas vu le temps passé. Le lieu n’a guère changé depuis une dizaine d’années. Je regarde les néons, les motos garées. Si familier et si différent à la fois. Tu entres et je te suis. La serveuse te salue plus que chaleureusement tentant de faire comme si je n’existais pas. Tu commandes deux whisky. Encore une qu’il doit se faire. La colère qui m’avait quitté revient. Pour quelle raison m’emmener là où tu as une de tes conquêtes ? Mon regard va de la serveuse à toi et de toi à la serveuse. Elle se déhanche sans délicatesse en te dévorant des yeux. Si nous étions dans un dessin animé elle serait déjà en feu, consumée par l’envie qu’elle a de toi. Et merde ça aurait été ça ma vie si j’étais resté ici ?. Une pauvre quarantenaire qui attends désespérément que tu la sautes.

- On meurt de faim, tu nous préparerais un de tes merveilleux burgers ? demande tu à la serveuse et tu te tournes vers moi. Ça te convient ?

Mon regard se fixe sur toi. Je souris machinalement. Je hoche la tête et tu précises à la serveuse sans oignon. Me voilà complétement déstabilisée, je suis surprise que tu te souviennes de ce détail. Tu prends ma main et y déposes un baiser. Une moue surprise se dessine sur mon visage. Tu tends ton verre.

- A nos retrouvailles, ptite bouille. Je suis vraiment heureux de te retrouver. Passe-moi mon vilain comportement de tout-à-l ‘heure, ok ?

Nous trinquons. J’esquisse un sourire sans trop savoir que penser. Retrouvailles… heureux… des excuses… Il m’emmène chez une de ses pouf… Il croit quoi ? Non, stop, maladroit ! Tu as juste été maladroit. Je ne suis même pas sure que tu te rendes compte de ce que tu fais. Ptite bouille, je n’avais pas entendu cette expression depuis… toi et c’est la deuxième fois. Des excuses plus ou moins c’est aussi la seconde fois que tu m’en présentes ce soir. Je secoue la tête et lève les yeux au ciel. Je te renvoie un gentil sourire et avale une gorgée.

- Non, j’ai des doutes sur la sincérité de tes excuses et je n’ai peut-être plus de taf… puis ça ne te va pas de t’excuser je te réponds calmement. ce qui est fait ne peut être défait, je verrais plus tard pour un job… mais essayons de finir la nuit calmement, non ?

Je penche légèrement la tête en une supplique. Tu me souris. Toute colère s’est de nouveau dissipée. C’est assez perturbant pour moi de voir à quel point tu suscites ou éteins ma colère d’un geste, d’un mot.. D’un sourire. Tiens d’ailleurs, elle revient avec le sourire et nos assiettes. Tu la gratifies d’un merci Nancy qu’elle prend comme une invitation et sa main s’attarde sur la tienne. J’observe tes réactions craignant que la colère remonte. A bien la regarder je crois qu'elle servait déjà ici il y a une douzaine d'années.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Jeu 26 Nov 2015 - 11:34




So long time




Le sourire de tout-à-l'heure s'est fané pour laisser place à un de ces sourire machinale dont tu sembles avoir pris l'habitude. Je crois que tu as très bien capté le jeu de la serveuse et tu dois forcément te douter de ce qui s'est passé entre elle et moi. Peu importe. De toute façon, j'ai tellement de conquêtes qu'on aurait tôt fait de ne savoir où se rendre sans tomber sur l'une d'elles. Je précise à la serveuse "sans oignons" pour ta commande et ce simple détail semble te perturber mais dans le bon sens. Ouais il y a des choses comme ça dont je me rappelle. C'est plutôt utile, pas vrai ? Je dépose un baiser sur ta main puis je lève mon verre un instant plus tard à nos retrouvailles, te glissant par ailleurs des excuses.

- Non, j’ai des doutes sur la sincérité de tes excuses et je n’ai peut-être plus de taf… puis ça ne te va pas de t’excuser, me réponds-tu calmement.

- Tu n'as pas tords, concédais-je sans m'offusquer. Tu n'as pas mordu à l'hameçon, je n'insiste pas. J'assume parfaitement ce que je suis.

Ce qui est fait ne peut être défait, je verrais plus tard pour un job… mais essayons de finir la nuit calmement, non ?

J'esquisse un sourire qui le confirme. La façon dont tu penches la tête me donne juste envie de me pencher et t'embrasser. Nancy arrive à ce moment-là avec nos assiettes. Je la remercie et sa main s'attarde sur la mienne tandis que je l’agrippe soudain discrètement et la lui tord avec assez de pression pour lui faire comprendre d'éviter ce genre de gestes si je ne l'y ai pas invité ou laissé entendre que j'y étais ouvert. Elle dégage rapidement sa main quand elle en a la possibilité et s'éloigne d'une démarche bien moins gracieuse.
Je tape aussitôt dans le plat sans chercher à me justifier. Je n'ai aucune explication à te fournir. Pourquoi m'abaisserais-je à le faire ? Nous ne sommes pas ensemble et je n'ai pas à excuser le comportement d'une ex.

- Alors dis-moi p'tite bouille, depuis quand t'es dans le coin ?




© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Sam 28 Nov 2015 - 13:19


So long time


- Tu n'as pas tords

Si seulement, j’avais tort et que tu sois sincère …peut être que… N’importe quoi, oublies cette option. Je n’ai pas envie de me poser trop de question, je te propose de finir la nuit sans prise de tête. Tu sembles approuver. La serveuse revient avec notre commande. Tu la remercie et désapprouve un peu brutalement son comportement. Sa main glisse sur la tienne. Je me contiens et tache de pas m’emporter essaye donc, cette pouf me provoque. Tu lui attrapes discrètement la main et une fois libérée elle repart apparemment frustrée. Je ne commente rien et ne réagis pas. Je ne me souviens pas de t’avoir vu éconduire si brusquement une personne de la gente féminine avec qui tu aies une ouverture. A quel jeu tu joues ? Me séduire ? dans quel but

Tu entames ton burger avec appétit. Je picore deux frites. J’appelle la serveuse qui feint de m’ignorer elle me cherche décidément !.Elle finit par m’accorder un peu d’attention par obligation professionnelle je lui demande de la sauce barbecue.

- Alors dis-moi p'tite bouille, depuis quand t'es dans le coin ?

Je  soulève le gros bun, le petit pain rond de mon hamburger et je réponds machinalement.

- Juste quelques jours, je ne pensais pas que tu serais encore dans le coin

Putain mais elle me cherche Mon burger a de jolis anneaux d’oignons. Je bous. Elle revient avec la bouteille de sauce. D ketchup ! non sérieux. Je cherche à garder le contrôle, je ne vais pas y arriver. Non mais elle ne croit pas qu’elle va m’emmerder longtemps la brune ! Trop tard, je ne contrôle plus rien.

- C’est quoi ton problème, tu as besoin d’un sonotone ? dis je d’un ton agressif.

Elle me regarde surprise. Je me lève. Je lui rends la bouteille de ketchup. Elle repose la sauce argumentant que je lui ai demandée du ketchup. Elle m’énerve ! Je prends mon assiette et lui mets dans les mains un peu violemment.


- Et pour le burger aussi tu n’as pas entendu le sans oignon? Pourtant c’est le mec avec qui tu couches qui te l’a dit !

Mon ton est bas personne ne semble nous entendre mais la réplique semble lui faire l’effet d’une gifle. L’assiette se brise en éclats entre nous. Je devrais lui fiche mon poing dans la figure. Elle hausse le ton et me dit de me calmer. Je vois rouge ! Je la bouscule sans délicatesse. Les quelques clients se retournent. Oh non pas d’esclandre !de la discrétion Elle va ramasser ses conneries et m’apporter mon plat. Un type s’approche de nous, le barman peut être… faut que je reprenne le contrôle… Rêve pas. Je regarde l’homme lui demandant ce qu’il veut. S’il embauche des incompétentes il doit s’attendre à des embrouilles. Le type regarde par-dessus mon épaule il espère peut être que tu interviennes avant que ça dégénère.


Dernière édition par Cassandra O'Maley le Jeu 3 Déc 2015 - 6:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Dim 29 Nov 2015 - 11:12



So long time




- C’est quoi ton problème, tu as besoin d’un sonotone ?

Ton agressivité envers la serveuse me fait sourire. J'aime les femmes qui n'ont pas besoin qu'on les défende. Quoi que j'aime aussi celles qui ont besoin d'aide mais qui ont malgré tout un minimum de répartie. Les petites connes ultra timide qui n'osent pas prononcer un mot n'ont jamais été mon fort. J'ai du mal avec les filles niaises et creuses. Il n'empêche que la serveuse abuse et que ce n'est pas l'envie qui me manque de lui écraser la gueule sur la table pour lui faire cesser son petit jeu ridicule. Tu te démerdes toutefois très bien toute seule et j’aime te voir ainsi sur les nerfs. Chose somme toute inhabituelle. Tu as pu changer depuis tout ce temps.

- Et pour le burger aussi tu n’as pas entendu le sans oignon? Pourtant c’est le mec avec qui tu couches qui te l’a dit !

Mon sourire s'élargit, plus amusé encore par ta réplique. Quant à la serveuse, ça semble lui faire l’effet d’une gifle. L’assiette se brise en éclats entre vous deux. La tension monte d'un cran encore. Aisé de constater que tu vois rouge pour le coup, et même si c’est un comportement que je ne t'ai encore jamais vu adopter, je n’en reste pas moins neutre. Quelques clients se sont retournés, alertés par ce qu'il se passe. Puis le barman se ramène. Il m'appelle à l'aide du regard. Démerdes-toi mec, moi j'apprécie le spectacle et je suis curieux de voir ce qui va se passer.
Néanmoins, je finis par lâcher.

- Toi, arrête ton cirque deux minutes et fais ton boulot correctement petite conne, glissais-je à la serveuse avant d'ajouter : sinon je me ferais un plaisir de la laisser te rentrer dedans.

Quant à toi, je t'adresses un clin d’œil et esquisse un geste qui t'invites à lui rentrer dans le lard plutôt que de t'éterniser en ce genre de propos, si c'est là ce que tu veux.


[size=8]© TITANIA

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Dim 6 Déc 2015 - 16:01


So long time


- Toi, arrête ton cirque deux minutes et fais ton boulot correctement petite conne, dis tu à la serveuse avant de continuer sinon je me ferais un plaisir de la laisser te rentrer dedans.

Je me retourne surprise. La situation a l'air de t'amuser plus qu'autre chose. Tu me fais un clin d'œil et un petit geste. Sérieusement il croit que je vais lui rentrer dedans parce qu'il le suggère. Calme je suis dans un lieu public, je ne dois pas attirer l'attention. Le regard de la serveuse est haineux. Je ne saurais dire envers qui elle est le plus furieuse moi ou toi. Je doute qu'elle oublie l'affront que tu viens de lui faire. Nous nous toisons quelques secondes de plus avec la serveuse. Le barman l'aide à ramasser les éclats par terre et lui fait signe de retourner vers la cuisine.

Je me retourne vers la table. Je secoue la tête et te regarde.

- Tu m'as emmené dans le seul endroit où il y avait un risque d'accrochage? ou tu as des poufs dans tous les lieux nocturnes? te dis je avec un sourire limite agressif qui disparait peu à peu par un sourire poli. Ne réponds pas! Accordes moi 5 minutes, je reviens. Tu veux bien me recommander un plat? merci

je prends mon verre de whisky, je le vide cul sec en grimaçant. Je prends mes cigarettes et sors à l'extérieur. Un petit vent s'est levé, vif et frais. Je n'en reviens pas! pourquoi j'ai des réactions aussi extrêmes à tes cotés. J'avais mis des mois à apprendre à me contrôler et là ... pouf comme si ces mois n'avaient servi à rien. Aucune importance, je vais faire ce que je dois faire à Lewiston et je repartirais. J'écrase la cigarette. Je retrouve pu à peu mon calme ou presque.

Je reviens dans l'établissement au bout de presque vingt minutes, tu discutes avec le barman. Il regarde mon tee shirt d'un air suspicieux, ton regard est posé au même endroit. Je baisse les yeux j'ai de petites taches de sang sur le haut de mon tee shirt. Je sens la chaleur vive sur ma joue, elle doit être rougie peut être griffée ou égratignée. Je ferme le blouson sur moi.

- c'est rien dis je avec un sourire mutin

Je regarde mon assiette tandis que le barman s'éloigne de la table. Je croque dedans avec appétit. Je sais que Nancy ne réapparaitra pas. Je sens ton regard posé sur moi mais je lève les yeux qu'après avoir fini mon burger. Mes yeux pétillent. J'ai l'impression d'être revenu une décennie en arrière au moins. Je dois avoir le même regard que lorsque nous faisions les quatre cents coups au centre de cure.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Jeu 10 Déc 2015 - 14:39



So long time


Bah alors p'tit bout, t'as l'air surprise de me voir ainsi t'inciter à lui rentrer dedans ?! T'es pas décidée à me faire plaisir ce soir ? Tu sembles te calmer soudain pour éviter d'attirer plus longtemps l'attention et comme pour me frustrer. Quant à la serveuse, elle ramasse désormais les morceaux avec le barman qui lui file un coup de main. Celui-là il compte se la faire, rien qu'à voir la façon dont il lui facilite la tâche. Imbécile. D'ailleurs, je ne l'ai encore jamais vu ici. Sûrement un nouveau.

- Tu m'as emmené dans le seul endroit où il y avait un risque d'accrochage? ou tu as des poufs dans tous les lieux nocturnes? dis-tu avec un sourire limite agressif qui laisse peu à peu place à quelque chose de plus calculé. Ne réponds pas! Accordes moi 5 minutes, je reviens. Tu veux bien me recommander un plat? merci

Je te retiens par le poignet un instant avant que tu ne vides ton verre cul sec pour te glisser :

- J'ai des "poufs" dans chaque coin de cette foutue ville et des alentours. Ça t'importe pas mal, on dirait ?! déclarais-je narquois et provocateur.

Tu vides ton verre cul sec en grimaçant puis attrapes ton paquet de cigarettes avant d'aller prendre l'air. Je te laisse tranquille le temps que tu te calmes. De mon côté, je vais faire un petit tour en cuisine après avoir croqué quelques morceaux dans mon assiette. Je retrouve la serveuse qui me zieutait dans un coin derrière le bar duquel je l’ai repérée. Je lui ôte les mots de la bouche par un baiser avant qu'elle n’ai pu en prononcer un seul. Je ne viens pas pour me justifier, juste pour souligner que quelque soient mes écarts, mes frasques et mon comportement, j'arrive toujours à ravoir le dessus. La preuve en est, elle ne se refuse pas au contact de mes lèvres, du moins pas complètement. Je regagne l'instant d'après ma place et le barman qui n'a pas manqué la scène, vient me demander comment je parviens à emballer les filles de la sorte.
Puis te revoilà alors que nous discutons lui et moi. Je remarque les petites traces de sang sur ton haut. Je crois tout d'abord que tu ai pu saigner du nez et puis je repère alors ces marques sur ta joue.

- C'est rien, dis-tu l'air de rien avec un sourire faux.

Je ne dis rien sur l'instant et t'observes entamer ton assiette avec appétit. Pour le coup, tu me troubles. Je ne te quitte pas du regard avant que le tien ne croise le mien. Tu as ce même air pétillant et mutin que des années plus tôt. Ce même air qui me faisait craquer autrefois. Je me lève soudain et t'embarque à ma suite après avoir posé du floose sur la table pour régler la note. Direction le parking où je te plaque contre la voiture un instant pour t'offrir un baiser fougueux avant de te souffler un petit chut tandis que je t'ouvre la portière pour remonter en voiture. Je veux t'emmener dans un endroit où tu ne pourras plus m'échapper durant les quelques heures à venir.

Arrivés à mon appartement, nous grimpons les escaliers jusqu'à l'étage où je vis. Ma main enserre la tienne. Mon cœur bat la chamade d'excitation mais pas seulement. Je déverrouille la porte et t'invite à retirer tes pompes comme je le fais, dans ce qui me sert d'entrée. Il n'y a qu'un placard mural et un petit meuble où poser les clés avant ce petit escalier qui mène à l'appartement en lui-même. Ce palier est étroit, tu es tout près de moi et ma main caresse ta joue blessée. Nous grimpons les marches, direction le salon avant que je ne te guide jusqu'à la salle de bain en empruntant le couloir à gauche. Il faut nettoyer un peu ça.

- Poses-toi là deux secondes, te dis-je en te poussant à t'asseoir sur le bord de la baignoire.

Je prends de quoi soigner ces griffures et m'agenouille près de toi. Le carrelage est froid. Ça me défonce les genoux. Je passe doucement le coton en tapotant sur les plaies.

- Comment tu t'es fais ça p'tit chat ? Je t'ai foutu en boule à ce point ?

Ouais ... pas étonnant après ce que je t'ai dis à ce moment-là, juste avant que tu ne sortes fumer une clope là-bas dans ce club. C'était particulièrement dégueulasse de me vanter de la sorte.




© TITANIA


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Ven 18 Déc 2015 - 9:30


So long time


-  J'ai des "poufs" dans chaque coin de cette foutue ville et des alentours. Ça t'importe pas mal, on dirait ?! m’as-tu dit avec un ton narquois.

Les mots résonnent encore dans mon esprit lorsque je dévore mon plat mais mettre défoulée dehors a calmé ma colère. Puis je m’en fiche si tu veux me provoquer, tu seras gagnant comme d’habitude. Tu es toujours un petit con et je m’en veux d’avoir encore des sentiments pour toi. Et je m’en fous. Tu regretteras peut être un jour le mal que tu fais aux autres… ou pas ! mais ce soir je veux juste finir la nuit en mode joyeux. J’ai à peine fini mon assiette que tu m’embarques à ta suite. Tu m’intrigues là mais tu sembles serein et joueur, ni agressif, ni taquin. Je me laisse faire. Arrivés dehors tu me plaques contre ton pick up et m’embrasse avec fougue. Enfoiré ! Je ressens une soudaine envie de te gifler qui s’évapore aussi vite qu’elle est venue. A quoi bon, je me suis assez défoulée pour la soirée. Tu m’invites à monter après m’avoir demandé gentiment de ne souffler mot. Qu’est-ce que tu prépares ?

Nous nous arrêtons devant une grande demeure divisée en plusieurs appartements, un côté un peu cossu. Tu me fais grimper des marches en me tenant la main. La tanière du fauve ! Tu ouvres la porte sur un étroit vestibule. Je garde le silence, retire mes chaussures et ma veste. Ta main caresse ma joue. Tu me guides jusqu’à ta salle d’eau.

- Poses-toi là deux secondes

Tu m’installe sur le rebord de la baignoire. Tu sors des cotons et du désinfectant. Sérieux ? je souris musée tu vas jouer les infirmiers ? Tu t’agenouilles et commence à tamponner délicatement les plaies. Je suis des yeux tes mouvements docilement.

- Comment tu t'es fait ça p'tit chat ? Je t'ai foutu en boule à ce point ?

Un rire amusé m’échappe. Ma main enserre ton poignet qui soigne ma joue pour arrêter le mouvement. Mon regard se plante dans le tien. Je secoue brièvement la tête.

- à ce point là ? hum pas vraiment mais tu dois être habitué c’est l’effet que tu produis chez les femmes quand tu les provoques et qu’elles ont trois grammes de caractère

Je suis étonnée par moi-même je suis fort calme en te disant cela. Je revois la scène toi qui me dis fièrement que je suis jalouse et l’autre pouf qui sort fumer et me relance. M’avouant fièrement que tu es retourné la voir. Pauvre idiote, tu n’as pas de sentiment et les autres t’importent peu. Dire qu’à une époque j’ai cru que tu avais des sentiments pour moi mais tu m’as abandonné sans un remord. Surement que ce jour-là un minois t’aura souri et oublié Cassy. Souvenirs ! Mauvais plan. Je tâche de me recentrer sur le présent. non mais un peu facile, là! il croit que je vais retomber sous le charme parce qu'il va être tout gentil et tout attentionné. Il rêve. Ou pas mais j'enrage intérieurement de ne pas réussir à lui résister.

- Ta serveuse est sortie bien après moi et m’a un peu cherché on va dire… . je soupire, je hausse les épaules tu t’attendais à quoi ? Je suppose que si tu avais eu plus de temps tu l’aurais sauté pour t’excuser. Tu es exaspérant à te foutre des sentiments des gens. Tu t’es fait ma collègue, tu t’es presque fait la serveuse et je finirais dans ton lit ce soir

Tout ce cirque me lasse. Tu joues avec les gens, ce n’est pas nouveau… et nous sommes des pions consentants qui en redemandent C’est moi la pauvre idiote en fin de compte . Je passe ma main sur ta joue t’invitant à passer à une autre activité.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Dim 20 Déc 2015 - 16:12



So long time




- Comment tu t'es fait ça p'tit chat ? Je t'ai foutu en boule à ce point ?

Un rire amusé t’échappe tandis que tu me choppes la main pour arrêter mon mouvement. Tu me regardes droit dans les yeux en secouant négativement la tête pour me faire comprendre que je n'y suis pas du tout.

- A ce point là ? hum pas vraiment mais tu dois être habitué c’est l’effet que tu produis chez les femmes quand tu les provoques et qu’elles ont trois grammes de caractère

- Je dirais en dessous si j'en juge la façon dont tu as baissé les armes plus tôt. Au final ça reste de la répartie "féminine", dis-je l'air de faire comprendre que répartie de femme égale répartie de merde dans le genre vu et revu.

Putain mais ferme ta gueule Axel ... . Hum ... . Tu me passeras ça une fois de plus. Pas vrai ? De toute façon, je saurais te retenir. Je sais parfaitement comment te faire fondre, je n'ai rien oublié.
Je reprend ce à quoi je m'appliquai plus tôt. Mes gestes sont doux. Aucune raison de bâcler ça. Tu finis par me dévoiler ce qui a causé cette blessure.

- Ta serveuse est sortie bien après moi et m’a un peu cherché on va dire… .

Tu hausses légèrement les épaules et émets un soupir.

Tu t’attendais à quoi ? Je suppose que si tu avais eu plus de temps tu l’aurais sauté pour t’excuser. Tu es exaspérant à te foutre des sentiments des gens. Tu t’es fait ma collègue, tu t’es presque fait la serveuse et je finirais dans ton lit ce soir.

- Si j'avais eu le temps, certainement. Mais pas pour m'excuser auprès d'elle, glissais-je avec un sourire en coin Tu préfèrerais que je sois autrement et pourtant, tu me trouverais certainement plus fade si je l'étais.

Tu passes une main sur ma joue. Ton regard et ton geste veulent tout dire. Sans compter sur tes mots. "Tu t’es fait ma collègue, tu t’es presque fait la serveuse et je finirais dans ton lit ce soir." Propos auxquels je réplique gracieusement par un semblant de subtilité.

- Je serais incapable de te résister ce soir, sauf si tu prends le chemin inverse.

En début de soirée, je t'aurais volontairement pliée à tous mes désirs sans le moindre regret. Quitte à t'humilier. Le désir que tu fais naitre en moi sur l'instant est toutefois plus doux et plus ironique. Il me ramène dans le passé, il me ramène au besoin de retrouver la magie née quelques années plus tôt. Je veux plus que du sexe cette nuit. Je veux t'avoir toute à moi, corps et esprit. Je veux partager et mélanger passé et présent.
Je serais aussi doux qu'à cette époque pour mieux imprimer cette nuit dans ton esprit. Pour mieux te tourmenter et pour mieux te laisser dévorer par le désir.

Nos corps se livrent à une sensualité qui ne m'a plus habité depuis longtemps sans que je ne perde alors patience. Tu pourrais presque m'échapper et pourtant, tu es là, étendue sur ce lit. Mes lèvres remontent lentement, explorant et redécouvrant chaque parcelle de ta peau. C’est comme si je te façonnais de mes propres mains. Je te chéris par chaque baiser, je te désire par chaque coup de langue. Et je ne te possède que lorsque tu es prête à chavirer sous la puissance du désir que nous partageons l'un pour l'autre. Tout aussi proche que le désir que j'éprouve moi-même en repoussant ainsi mes limites. Je prononce inlassablement ton prénom en de doux murmures. Je suis fou furieux à l'intérieur et pourtant rien n'impacte sur la langueur que j'ai instauré entre nous. Je suis littéralement ivre de te voir ainsi te cambrer de désir, ton corps appelant le mien, ton intimité appelant tout ce qui caractérise ma virilité.

- Demande-le moi encore Cassandra ...



© TITANIA

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Jeu 24 Déc 2015 - 9:00


So long time


-  Je dirais en dessous si j'en juge la façon dont tu as baissé les armes plus tôt. Au final ça reste de la répartie "féminine", me dis tu

Tu sembles prendre un plaisir malsain à rabaisser tes partenaires. Il ne te vient même pas à l’esprit qu’un esclandre fait par Axel n’a pas toujours de répercussion mais pour moi qui veux rester discrète  et invisible, me faire remarquer aura des répercussions. A quoi bon t’expliquer quoique ce soit ? Je m’étais demandé à l’époque ce qui t’avait rendu aussi peu empathique. Je savais au fond de moi que tu pouvais être doux, attentif… aimer et être aimé… enfin non je croyais le savoir, maintenant je ne sais pas trop ce qui me pousse à avoir encore des sentiments pour toi. Oui c’est d’ailleurs une bonne question. Il ne mérite pas cette affection à moins que ce soit moi qui ne mérite pas d’être aimé. Tu continues tes soins et je te raconte ce qui s’est passé.

- Si j'avais eu le temps, certainement. Mais pas pour m'excuser auprès d'elle. Tu préfèrerais que je sois autrement et pourtant, tu me trouverais certainement plus fade si je l'étais.

Fade ? Je ne sais pas trop. Je doute que tu puisses l’être… J’aimais mieux avant lorsque tu étais joueur taquin mais où tu n’avais pas besoin rabaisser pour te sentir supérieur. Tu me fatigues ! Ma main passe sur ta joue

- Je serais incapable de te résister ce soir, sauf si tu prends le chemin inverse.

Je me penche et t’embrasse espérant que tu ne dises plus rien. Incapable de résister ! hum tu n’as jamais résister à un minois souriant…  pas plus le mien que celui des autres. . Les souvenirs remontent. Tes caresses me font oublier que tu m’as laissé en plan, il y a plus d’une décennie. Mon corps réagit comme à l’époque se laissant submerger par des vagues de désir. J’en oublie tout cédant au plaisir que tu fais naitre en moi. Nos corps s’imbriquent comme s’ils s’étaient quittés que depuis quelques heures. Tu murmures mon prénom doucement lors de nos ébats. Je succombe et susurre le surnom que je te donnais lorsque j’étais amoureuse de toi. Je me cambre sous tes assauts. La passion nous emporte loin dans le passé.

Je m’allonge entre tes bras repue

- Demande-le moi encore Cassandra ...

Je lève les yeux vers ton visage. Je t’embrasse. Je secoue la tête, mes doigts courent sur ton corps comme aimantés. Je laisse ma langue parcourir ton torse. Je sens ton désir monter. Je souris. Je relève la tête. Demander quoi ? Ton corps répond de lui-même. Je t’embrasse fiévreusement puis nos baisers se font plus doux. Nos corps se frôlent, se cherchent, s’électrisent. Je perds le contrôle et me laisse aller à l’instant présent. juste un instant, je ne dois pas me laisser embobiner. Tes mains me font frissonner de plaisir, tes regards sont une invitations à des jeux sensuels. Tu t’insinues en moi que ce soit dans ma tête ou dans mon corps, me berçant de douces sensations. Je déteste ça mais c’est plus fort que ma raison je cède. Je sais d’avance que je regretterais de ne pas être partie dès que l’occasion s‘est présentée mais je reste blottie contre toi après que nous ayons fait l’amour. Je te demande ce que tu as fait depuis que l’on ne s’était pas vu. Tu me racontes que tu es parti quelques temps de Lewiston.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Sam 26 Déc 2015 - 15:02



So long time




Je retrouve ce même bien-être partagé autrefois avec toi lorsque nous succombions à la passion. Mon esprit se replonge dans de nombreux souvenirs puis mes lèvres s'entrouvrent

- Demande-le moi encore Cassandra ...

J'ai envie de te l'entendre dire, je veux que tu me le murmures d'une voix à nouveau pleine de désir. Tu lèves les yeux sur moi et m'embrasses avant de secouer la tête tandis que tes doigts courent sur mon corps. Tu donnes de délicats coups de langue sur mon torse tandis que je me cambre légèrement en arrière, mes mains se glissant dans mes cheveux comme pour m'agripper à quelque chose tandis que mes yeux se ferment. Je me concentre comme si je craignais de ne pas percevoir le murmure que j'attends de toi. Je me rends alors compte sur l'instant que j'espère et non que j'exige. Tu me mets le doute comme s'il y avait une chance sur deux que j’ai ce que je veux. Habituellement, ce que je veux je l'obtiens mais présentement, tu me troubles comme lorsque nous avions quelques années de moins. Je me retrouve complètement à ta merci, craignant presque que ça s'arrête là. Tu me rends faible. Mais c'est un jeu tout aussi délicieux parce que je n'ai justement de contrôle sur rien et c'est d'autant plus excitant en cette situation.
Tu te joues du désir que j'éprouve pour toi, tu sembles comprendre que c'est toi qui a le contrôle et c'est sans doute là un privilège que tu ressens toi aussi ou que tu devines au moins en partie. En l’occurrence, aucune manipulation de ma part. J'imagine que tu peux sentir la différence et le lire dans mon regard ou à travers mes attitudes.

Mon désir est plus intense au fil des secondes durant lesquelles tu te plais à me lancer quelques regards. Regards dans lesquels je me noie. Comment tu parviens à me captiver de la sorte ? J'ai l'impression d'être redevenu ce que j'étais plus loin encore, lorsque mon tempérament ne s'était pas fait une place aussi insidieuse en moi. Tes baisers me sortent de mes songes, mes lèvres répondent avec tout autant de douceur au contact des tiennes après un baiser fougueux. Je suis piégé par ce sentiment de nostalgie. Nos corps se cherchent comme pour faire renaitre cette étincelle, cette électricité entre nous qui nous fera à tous deux perdre le contrôle. Je veux y céder tout entier. Je n'ai toutefois pas renoncé à entendre le murmure de ta voix muée par le désir et je te défis un instant après m'être glissé en toi en me retirant alors après un bref instant pour te pousser à me le dire.
Je suis d'autant plus doux par la suite, nos corps s'étreignant inlassablement. Je sais que tu risques de regretter au matin, tu regrettes même sans doute déjà depuis un moment. Mais peu importe. D'ici peu, je redeviendrais Axel et non Brandon.

Vient le moment de se tirer du lit. Les rayons du soleil tapent sur le velux placé juste à hauteur de nos têtes, il semble qu'il va faire encore doux pour la saison. Je me retourne sur le ventre, nichant mon visage dans l'épaisseur de la couette. Mon bras gauche frôle le tien. Je mets du temps avant d'émerger complètement. J'ai une atroce envie d'être câlin avec toi, j'adore ce genre d'instants tendres au réveil mais il n'est plus question de ça entre nous. Tu risques de te braquer autant que je le ferais moi-même en d'autres compagnies. Je finis par me lever et vais me doucher sans un mot. Il fait si clair dans la salle de bain qu'il m'est inutile d'allumer la lumière. Je me regarde dans le miroir un instant. Il règne un chaos infernal dans mes cheveux. Je passe une main sur mon visage, il va falloir que je me rase après la douche. L'eau chaude me fait un bien fou, je m'y attarde longuement. Sortant de la pièce un instant plus tard, je m'attends à voir l'appartement désert mais finalement, on se retrouve dans la cuisine alors que j'ai seulement pris la peine de passer un jean.

- P'tit dej ? lançais-je en commençant à préparer du café et à farfouiller dans le placard pour récupérer un paquet de biscuits.

Tu finis par me demander ce que j'ai fais de ma vie durant tout ce temps. Je grimpe debout sur le canapé pour ouvrir les fenêtres et me pencher un instant à l'extérieur. Puis j'étouffe un bâillement en m'installant en tailleur sur le sofa, commençant à te raconter un peu.

- Et bien et bien, je suis devenu le parasite que t'as actuellement sous les yeux. Je me démerde avec quelques petits taffs par ci par là, entre autres. J'imagine que tu vois très bien ce que signifie le entre autre. J'en fais toujours autant voir à mon frangin. Ce crevard est passé secrétaire à la Mairie, t'y crois ?! Je te raconte ensuite deux-trois anecdotes qui se sont passées de marquantes ici et mes frasques auprès de mon frangin, mes fêtes etc. Puis je poursuis sur mon départ durant une longue période de Lewiston. Je suis parti un temps de cette foutue ville. J'ai parcouru une partie du pays en bécane, sans vraiment savoir où j'allais. Je me suis laissé porter, j'ai fais quelques boulots à la con en chemin et j’ai fais pas mal de rencontres sympa. A l'occasion, c'est quelque chose que je veux refaire. Dans un sens, ne pas avoir de boulot fixe permet de pouvoir partir quand je veux et autant de temps qu'il me plait. J’ai encore pas mal de coins à découvrir. Je finis par te raconter quelques mésaventures et rencontres que j’ai faites en chemin. Appelons ça des mauvaises rencontres qui m'ont permis de me défouler et d'avoir le plein d'adrénaline. Aventureux toujours ! Et toi, dis-moi tout de ton côté. Qu'as-tu fais tout ce temps, où tu es allée ? Des histoires d'amour notables ?



© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Sam 26 Déc 2015 - 21:59


So long time


La lumière du velux inonde le lit. Je te sens bouger. Ton bras frôle mon bras. Merde je me suis endormie. Putain je ne devrais pas être dans ce lit ! N’importe lequel mais pas le tien. Tu te lèves et disparait dans la salle de bain. J’entends la douche couler. Je sors du lit et enfile un tee shirt. Je passe la main dans mes cheveux pour les ordonner. Je ne peux m’empêcher de jeter un œil dans la pièce où tu es. Tu es de dos. L’eau ruisselle sur tes muscles. Je décide de trouver la cuisine. Elle donne sur un salon, je parcours ta bibliothèque du bout des doigts.

- P’tit dej ?

Je sursaute surprise et je hoche la tête.

- Fais couler le café j’arrive dans dix minutes

Je file prendre une douche. Je m’arrête devant le miroir un instant. Les marques de la vielle se masqueront aisément sous le maquillage. Ma joue n’a pas enflée. Je m’habille et redescend. Tu farfouilles dans tes placards tandis que le café a fini de couler. Tu remplis deux tasses et te diriges vers le sofa.

- Tu es devenu quoi depuis le centre de détox ?

Tu t’installes en tailleur et commences à me raconter ce que tu as fait. Je m’appuie vers la fenêtre attentive à tout ce que tu dis.

- Et bien et bien, je suis devenu le parasite que t'as actuellement sous les yeux. Je me démerde avec quelques petits taffs par ci par là, entre autres. J'en fais toujours autant voir à mon frangin. Ce crevard est passé secrétaire à la Mairie, t'y crois ?!

Tu me racontes quelques-unes de tes frasques et autres beuveries ainsi que les misères que tu fais subir à ton frère. Je me souviens que tu as une sœur et un frère mais je ne revois pas vraiment leur visage. Tout cela me parait si loin.

- Je suis parti un temps de cette foutue ville. J'ai parcouru une partie du pays en bécane, sans vraiment savoir où j'allais. Je me suis laissé porter, j'ai fais quelques boulots à la con en chemin et j’ai fais pas mal de rencontres sympa. A l'occasion, c'est quelque chose que je veux refaire. Dans un sens, ne pas avoir de boulot fixe permet de pouvoir partir quand je veux et autant de temps qu'il me plait. J’ai encore pas mal de coins à découvrir.

Rencontres sympas… hum j’imagine, pour ça on peut te faire confiance ! D’ailleurs c’est probablement pour une rencontre que tu n’es pas venu au rendez vous que tu m’avais fixé. Ma colère monte. Je serre les dents.

- Et toi, dis-moi tout de ton côté. Qu'as-tu fais tout ce temps, où tu es allée ? Des histoires d'amour notables

- histoire d’amour je répète tes mots avec un rictus ironique soit fier de toi tu as été le seul et unique que ce terme pourrait concerner, tu m’as appris à ne pas avoir de sentiment

Je pars me resservir une tasse de café pour éviter ton regard. Regard qui doit surement exprimer une certaine satisfaction. Je me retourne ayant repris un peu de contenance.

- et pour résumer ces dix dernières années… ben je me suis faite larguée… j’ai eu…. Enfin bref je suis partie à New York et depuis je sillonne les routes vivant de petites arnaques. Je ne pensais pas que tu serais resté ici. J’ai toujours cru que tu partirais loin de cette ville

J’aurais surtout cru que tu m’avais guéri des sentiments. J’enrage ce n’est pas vrai. J’en éprouve encore pour toi malgré ce que tu m’as fait.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Lun 28 Déc 2015 - 16:06




So long time



J'en viens à te raconter ce que j'ai fais lorsque j'ai quitté un temps Lewiston pour parcourir une partie du pays en bécane. Multipliant quelques petits boulots en chemin ça et là à travers les différents États et faisant de fait, pas mal de rencontres sympa. Je n'imagine que trop bien ce que tu penses à ce moment-là. Je poursuis sur le fait que c'est toujours un truc qui me botte de repartir ainsi sur les routes et que la sensation de liberté est juste grisante.

- Et toi, dis-moi tout de ton côté. Qu'as-tu fais tout ce temps, où tu es allée ? Des histoires d'amour notables

- Histoire d’amour. Tu répètes mes mots avec un rictus ironique comme si tu avais du mal à avaler la pilule. Soit fier de toi tu as été le seul et unique que ce terme pourrait concerner, tu m’as appris à ne pas avoir de sentiment.

Tu pars te resservir dans la cuisine sans que je n'ai le temps de répliquer. En même temps, je risque sans doute de dire un truc con, vaut mieux s'abstenir. J'éprouve une certaine fierté, c'est clair mais tes propos révèlent que je t'en ai salement fait baver pour ainsi te fermer à ça. J'aimerais pouvoir dire que je regrette mais ça sonnerait faux, et avouons-le, je tire en effet une putain de satisfaction à être l'unique. Mon regard te suit alors que tu es derrière le comptoir de la cuisine ouverte sur le salon.

- Et pour résumer ces dix dernières années… ben je me suis faite larguée… j’ai eu…. Enfin bref je suis partie à New York et depuis je sillonne les routes vivant de petites arnaques. Je ne pensais pas que tu serais resté ici. J’ai toujours cru que tu partirais loin de cette ville.

Je tique sur le "j'ai eu" suivi du bref comme si tu avais manqué de balancer un truc aussi douloureux qu’embarrassant. Je rebondis toutefois dans un premier temps sur tes derniers propos.

- Depuis quand tu verses dans l'arnaque ? Du moins, comment t'es tombé dans ce genre de combines ? m'étonnais-je. Et tu espérais réellement ne pas me recroiser ici ? dis-je en venant m'accroupir à tes pieds alors que tu es revenue t'asseoir. J'attrape tes mains et joue avec en les agitant doucement entre les miennes. Fais pas cette tronche furax, je sais que t'es revenue pour moi. Le truc, c'est que tu te refuses à le croire.




© TITANIA

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Lun 28 Déc 2015 - 17:23


So long time


- Depuis quand tu verses dans l'arnaque ? Du moins, comment t'es tombé dans ce genre de combines ? me dis tu apparemment surprisEt tu espérais réellement ne pas me recroiser ici ?

Tu t’agenouilles devant moi et prends mes mains pour jouer avec. Pourquoi faut-il que tu sortes toujours un truc qui va m’irriter ? Non mais tu es sérieux ? Depuis quand tu t’occupes de ce que font les autres.

- Mais sérieusement qu’est que ça peut te foutre ce que je fais ? Tu veux te recycler ? le deal te lasse ? J'essaye de retirer doucement une de mes mains  et ne pas recroiser ton chemin était un souhait sincère n’en doutes pas

Au fond de moi je savais que te revoir me troublerait trop.

Fais pas cette tronche furax, je sais que t'es revenue pour moi. Le truc, c'est que tu te refuses à le croire.

Bah voilà tu recommences ! Revenue pour toi ? Puis quoi encore. Ferme la! Je te regarde avec un air furax comme tu le soulignes. Je retire vivement mes mains et me redresse. La colère monte.

- Va te faire foutre ! Tu as déjà suffisamment joué avec moi par le passé. Ne me prends pas pour une conne

Je choppe la veste serrant les poings et descends l’escalier vers la porte
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel]

Revenir en haut Aller en bas
So long time [Cassandra & Axel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Brazava ♦ Long time no see...
» long time no see. ➢ CRASHWOOD. {pv. crash}
» It's Been A Long Time [with Faith] (RP MIS EN PAUSE)
» MEGHAN ♔ Forever is an awfully long time
» Long time ago (Aloysia&Sebastian)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: Saison 2 :: archives sujets terminés et abandonnés-