AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 So long time [Cassandra & Axel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Invité
Invité
messages



MessageSujet: So long time [Cassandra & Axel] Jeu 1 Oct 2015 - 16:09



So long time


Un Casino à quelques kilomètres de Lewiston. Un lieu que je fréquente pour mes affaires car un certain type de clientèle y afflue tout en me permettant une certaine discrétion pour mes transactions. Le genre de clientèle plus ou moins friquée qui change de ces épaves de camés que je croise la plupart du temps. Un tel lieu permet des rencontres parfois intéressantes. Mais pas autant que celle à laquelle je ne me serais jamais attendu ici, et qui me prend au dépourvu rien qu'à sa vision.

Ce soir, je suis juste venu y faire un tour pour m'acheter des clopes dans ce bar chic faisant partie du complexe qui non seulement abrite un Casino mais une boite de nuit, un hôtel ainsi qu'un Spa, ah et une salle d'arcade où j'adore aller faire un tour de temps en temps. Le tout est très classe. Quant au bar, tant qu'à y prendre des cigarettes, je m'y installe pour prendre un verre. J'aime bien ce lieu. Très chic, très classe. C'est en revenant d'un dîner avec une petite salope de richarde qui m'a finalement laissé tomber en sortant du restaurant, soit disant que j'étais trop entreprenant, que j'ai décidé de m'arrêter en chemin. A cette heure tardive, difficile de trouver un bureau de tabac. Et puis, il font ici un cocktail dont je raffole mais qui est traitre. C'est sans doute mieux d'ailleurs. M’enivrer plutôt que de céder à l'envie d'aller chopper cette petite pute pour lui faire ravaler ses mots.
Pour le coup, je m'étais habillé plutôt classe. C'est drôle, je tire plus de poulettes lorsque je suis habillé à l'arrache que quand je fais un effort vestimentaire. Tu le crois ça ? A croire que ça ne me va pas. En parlant de ça, revenons-en justement à cette vision aussi bouleversante que délicieuse que j'ai entre-aperçu un peu plus tôt en arrivant. Une histoire qui remonte à loin elle et moi. Ça remonte à quelques années auparavant. J'avais la vingtaine. Et je suis certain qu'il s'agit d'elle ... de toi. Cassandra. Ça fait combien de temps ce qui s'est passé entre nous ? J'ai agis comme un vrai enfoiré avec toi à l'époque. Comme je l'ai toujours fais. Pas d'attache. Juste de l'amusement. Dans le passé comme dans le présent. Même si je dois avouer que j'avais un sacré béguin pour toi à l'époque. Cette putain de cure de désintox à laquelle on m'a contraint à l'époque s'est transformée en pure magie dès lors où j'ai croisé ton chemin.
Toi et ta petite bouille, toujours aussi craquante hier qu'aujourd'hui d'après ce que je peux constater alors que tu passes plus loin dans cette tenue qui me donne juste envie de te croquer sur place. J’ai décidément bien choisi ma soirée vu le thème auquel semble se plier la plupart du personnel féminin. Ça craint, ça me donne des envies de lapin !!
Bizarre comme tu sembles tracer tout droit, le regard fixé au sol. On croirait que tu cherches à éviter quelqu'un. Et si tu m'avais vu ? Je t'ai remarqué un temps plus tôt à mon arrivée, t'as très bien pu me voir aussi. Hmmm si tu m'as effectivement vu et que ton visible stress et empressement  est né de ma présence, j'ai bien envie de jouer un peu.

Je termine ainsi mon verre et quitte le bar pour déambuler à travers les allées du complexe, à ta recherche. Tout en discrétion. Ah te voilà ! Mon cœur cogne subitement à tout rompre. Tu ne me vois pas. Tu marches droit devant à quelques mètres. Me tournant le dos. Je me rapproche peu à peu, sans me presser. Tu me fais un effet de dingue. Ça va se payer ... Je n'aime pas être pris au dépourvu et qu'on me trouble de la sorte.
Au détour d'un couloir à l'éclairage tamisé et à la fréquentation quasi déserte, je t'attrape par le bras et t'entraines dans le recoin juste dans l'angle, hors de vue.

- Charmé de te revoir dans le coin ... tu m'aurais presque manqué tite bouille, glissais-je en soulignant d'un regard expressif qui veut dire "rien qu'à te voir vêtue de la sorte". Mmmh cette tenue de lapin, très sexy !

Mes doigts glissent sous ton menton pour te forcer à ne pas quitter un seul instant mon regard. Puis je dépose un baiser sur ta joue. Résiste-moi si tu veux, crache-moi ta rancune au visage si elle persiste encore depuis toutes ces années, il est trop tard pour toi, petit lapin. Tu es capturée. Tout comme mon attention envers toi.




© TITANIA


Dernière édition par Axel Manchester le Lun 5 Oct 2015 - 16:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Lun 5 Oct 2015 - 17:26


So long time


Mais qu’est que je fous là ? Lewiston ne m’a rien apporté de bon… bien au contraire. Et pourtant je ne sais pour quelle raison mais j’ai souhaité que l’on s’y arrête quelques jours. Je n’ai eu aucune difficulté à me faire employer en qualité de croupière au Clearwater River Casino. Le complexe est des plus spacieux et plutôt luxueux, je devrais pouvoir m’y faire un peu de fric pour aller à Long Beach. Ça fait longtemps que je n’ai pas vu la mer. Je regarde mon reflet dans le miroir… ça aussi ça faisait longtemps, je suis de nouveau blonde, c’est étrange de voir ce visage dans cette ville… J’ai l’impression de faire un bon dans le passé. Je retouche mon maquillage, un peu plus de rouge !

Je me suis trouvée un hôtel avec WiFi et piscine sur la 21st à Lewiston, assez loin de Clarkson, de mon ancienne maison et de ma tante. Je fronce les sourcils, Shirley qui ne perd rien pour attendre ! Je passe rapidement la main dans mes cheveux pour me calmer avant de me garer au travail. Dès mon arrivée, j’apprends que je dois remplacer une employée malade au bar. Et merde ! Je suis d’habitude aux tables de jeu, lieu d’observation que je privilégie, il permet d’observer les clients, leur accompagnants, les sommes qu’ils misent même si je n’ai pas encore trouvé de cible intéressante. Le patron pour qui j’avais bossé en tant que barmaid une décennie auparavant m’explique que je servirais en salon VIP. Ah mais voilà qui pourrait être avantageux ! Je souris immédiatement et commence à préparer mon matériel de service. J’accroche une énième fois en trois jours la queue de lapin de mon costume. Le casino afin d’accueillir dignement des représentant du magazine Play boy, nous avait habillé en bunnies pour quelques jours. Chaque coloris de costume correspondait au service où nous étions, j’étais passé de coloris plutôt discret à un rouge bien vif pour la soirée.

J’avais fini ma préparation et aidait au bar en attendant que les clients du salon VIP que l’on m’avait attribué arrivent. Payée au pourcentage, je savais utiliser mes atouts pour faire consommer. Mon visage s’était paré d’un large sourire. Ce sourire se figea sans disparaitre dès que mon regard remarqua une silhouette dans le hall d’accueil. C’est impossible pas lui, je me retourne, essayant de reprendre mon calme. Je sens mes poumons qui manquent d’air, mon cœur bat à la chamade, ma respiration est plus haletante. Je fais signe à une autre barmaid et file prendre ma pause. Je passe comme un coup de vent sur un coté du hall. Je me retrouve vite dehors essayant de reprendre mon souffle. Mes poumons me brulent cherchant à aspirer des goulées d’air. Ma respiration redevient peu à peu normale. Putain, c’est quoi ce délire ! Je peste contre moi-même ce connard ne peut pas me mettre dans cet état. Je m’assieds sur les marches et me fume une cigarette.

Je repasse par les loges en reprenant mon service. Se repoudrer le nez, une touche de rouge, un coup de brosse et c’est parti. Je me fous complétement que tu sois là. Je suis une pro et rien ne me détournera de mon objectif. Je regarde mon reflet qui affiche un sourire déterminé. Un videur vient m’avertir que mes clients arrivent. Je ressors des loges. Un rapide regard alentour m’apprend que tu n’es plus au bar. Avec un peu de chance, tu es tout simplement parti t’éclater ailleurs. Tu es surement parti draguer une femme qui sera abandonnée dès le lendemain. Je secoue la tête, rester concentrer, je travaille. Je baisse les yeux chassant les souvenirs de mon amant au loin dans mon esprit. Je longe rapidement les couloirs. Au détour de l’un d’eux, je sens qu'on enserre mon bras. Je ne l'avais pas venu venir ce coup-là. Je suis entraînée dans un recoin. Même si j’avais eu les yeux clos j’aurais reconnu ton odeur. Je ne te résiste pas, cette fragrance si familière est toujours autant attirante.

- Charmé de te revoir dans le coin ... tu m'aurais presque manqué tite bouille,

Mon bol d'air tout à l'heure m'a fait du bien mais ta proximité déclenche un rythme cardiaque plus soutenu que je n'arrive pas à contrôler. Ma gorge se serre. Tu as glissé tes doigts sous mon menton, je ferme les yeux une seconde et soupire. Mon regard rencontre le tien. Tes yeux ont toujours ce coloris acier envoutant. Tu as l'air satisfait de l'effet produit, ça non plus ça n'a pas changé ! Je sens tes lèvres déposer une bise sur ma joue. Je baisse les yeux. Je hausse les épaules. Tu as assez joué avec moi à l’époque.

- Je dois retourner bosser, des clients m'attendent et j'ai déjà pris ma pause!

Je relève les yeux. Je prends ta main pour l’éloigner de mon cou et fais un pas en arrière te tournant le dos. Je n’arrive pas à lâcher ta main. Je me retourne et te regarde froidement ou peut être rageusement. Je ne saurais analyser toutes les émotions qui en un instant embrasent mon esprit : colère, envie, rage, regret, désir, plaisir, haine…

- je t'avoue que j'espérais ne pas te revoir!

Mue par un élan que je ne peux refréner. Je m’approche plus près de toi, je sens la chaleur de ton corps. Mes lèvres effleurent les tiennes. Contact toujours aussi agréable que dans mes souvenirs. Mon regard s’attriste. Je soupire

- adieu ...my fawn dis je murmurant, ton pseudo étant arrivé sur mes lèvres sans que je ne le veuille.

Je laisse ma main glisser le long de la tienne et je rompt le contact. Comme si une bise hivernale venait de souffler, un frisson me parcourt. Je m'éloigne d'un pas rapide vers les salons VIP, sans me retourner malgré l'envie qui me taraude.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Jeu 8 Oct 2015 - 10:10



So long time



Tu cherches à t'esquiver mais je ne suis pas décidé à me dégager. Peu m'importe que tu doives retourner bosser. Je n'ai jamais été raisonnable, pourquoi le serais-je maintenant ? Quoi que cette option risque probablement de me griller auprès de toi si je veux démarrer un nouveau jeu. Je devrais songer à te laisser filer ... au moins pour un moment. Je te laisse ainsi faire, te laissant le loisir de t'éloigner sans t'opposer de résistance. J'ai sans doute bien fait puisque ainsi libre, c'est toi qui finalement te retourne un instant comme indécise. Tu peux me jeter ton déplaisir au visage, je connais ton trouble, je le vois et je le ressens. Et alors que tu me glisses que tu aurais espéré n'avoir jamais à me revoir, j'esquisse un sourire satisfait. Mais la suite m'enchante plus encore alors que tu t'approches à nouveau de moi et que tes lèvres effleurent les miennes dans une caresse qui me fait plus d'effet que je ne l'aurais présagé. Douce caresse qui me rappelle tous nos baisers échangés à l'époque. Nos lèvres se séparent, ce contact a été si bref. Ton regard et ce soupir de ta part me troublent. Plus encore ces mots qui franchissent la barrière de tes lèvres en un adieu auquel je ne saurais me plier.

- adieu ...my fawn

Ma main aimerait retenir la tienne mais tu m'as touché. Je demeure un instant immobile. Il a suffit d'un mot et d'un regard pour me retirer toute réaction sur l'instant. Qu'est-ce qu'il m'arrive au juste ?! Je te regarde t'éloigner et plus tes pas creusent cette distance entre nous, plus je retrouve contenance. Le trouble se dissipe. Tu crois pouvoir gagner à ce jeu ? Tu crois pouvoir te passer de moi ou m'écarter de ta route ? Tu te trompes chaton. Tu te trompes lourdement. Un brin d'excitation me gagne alors que je ne songe plus qu'à divers moyens de t'enquiquiner maintenant que je t'ai trouvée.

Je n'en perds pas le nord pour autant tandis qu'une de tes collègue passe près de moi avec un sourire charmant. Elle aussi est en tenue de "lapinou". Ils devraient songer à adopter ce thème plus souvent. Mon regard la parcoure sans s'en détacher. Les choses ne seront pas si évidentes avec toi et je ne suis pas du genre à me refuser à des loisirs en parallèle. Le sourire de la miss est des plus engageant tandis qu'elle se retourne vers moi. Et ce n'est que quelques minutes plus tard que je m'arrange pour me retrouver avec elle. Je suis la délicieuse brune jusque dans une petite pièce à l'ambiance tamisée. Ça aide d'avoir des connaissances dans le coin. Grâce à cela, j'ai certains privilèges. Il suffit de s'adresser et de bosser avec les bonnes personnes.
Et tandis que je me trouve avec cette jolie petite poulette, je songe à ce que tu m'as dis tout-à-l'heure. "Des clients m'attendent". Je ressentirais presque un brin de jalousie à l'idée que tu offres toi aussi ce genre de services.
Quand j'ai décidé qu'une fille était à moi, elle peut bien l'être pour ainsi dire pour toujours. Et même si toi et moi ne nous étions plus revus avant ce soir, mon petit côté possessif pourrait bien se manifester de façon démesurée. En bon parasite et emmerdeur que je suis, ton fawn comme tu me l'a doucement glissé, et c'est sans doute ce surnom qui a en partie fais ressurgir le passé, n'a d'autre choix que de céder à ce que tu as su animer en un si bref instant.
Je ne devrais pourtant pas chercher à t'enquiquiner de la sorte mais l'envie est irrésistible et je ne suis pas raisonnable. Tu dois t'en douter, n'est-ce pas ... ?



© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Jeu 8 Oct 2015 - 22:38


So long time



Je rentre dans le salon, un large sourire aux lèvres mais mon esprit est resté légèrement troublé par cette malencontreuse rencontre, ces souvenirs qui ont ressurgi. Je m’en serais bien passé ! C’est étrange au bout de plus d’une dizaine d’années de voir l’effet que tu peux me faire. J’observe les gestes de mes deux clients, apparemment des hommes d’affaires. Des costumes sur mesure, une alliance, les cheveux probablement teints pour l’un deux, je mémorise comme à mon habitude les divers détails. Mais je n’arrive pas complétement à te sortir de ma tête. Les clients commandent deux whiskies et suppléments. Je tente de contacter ma collègue. Sans succès, je vais devoir me débrouiller seule ! Nous travaillons souvent à deux pour que les clients aient toujours une hôtesse à leur service. Et un client satisfait signifie des pourboires.

Je ressors vivement et en colère. Je ne suis là que pour le fric, cette conne va m’en faire perdre ce soir. Je tombe dessus au détour d’un couloir en me rendant à la salle de vidéo surveillance où est mon patron la plupart du temps. Je lui demande de retourner s’occuper de mes clients. Après une discussion privée avec le gérant, j’apprends que la seule façon de satisfaire la demande de mes clients est de te trouver. Décidément ce n’est pas ma soirée. Je scrute les écrans de la salle et je finis par te repérer sortant d’un salon inoccupé. Qu’est-ce que tu foutais là ? Tu réajustes ta veste et remet de l’ordre dans ta tignasse. Non ! Sérieusement tu n’as pas fait ça ? Je secoue la tête un sourire narquois. En fin de compte tu as pris quelques années mais tu n’as pas changé.

Je me dirige vers là où la caméra t’a vu. Je vois ta silhouette de dos, la colère est toujours tapie au fond de moi mais elle est mêlée d’une pointe d’envie peut être même de jalousie. Tu te retournes. Je me racle la gorge tachant de regagner mon self control. Tes yeux ont sur moi ce pouvoir attractif qui m’agace. J’affiche un pâle sourire.

- Axel, j’ai besoin de tes compétences.

Ce revirement de situation semble t’amuser. J’enrage. C’est peut être ça mon soucis cette rage, colère que je n’ai jamais pu exprimer. J’avais peut être besoin de revenir à Lewiston pour passer à autre chose.

- Mes clients souhaitent… je ne finis pas ma phrase, ton regard soutenu me trouble Suis moi s’il te plait.

Je me rends compte que je n’ai qu’une envie c’est d’être plus près de toi. C’est si illogique, tu m’as blessée, tu viens probablement de t’envoyer en l’air et pourtant tout mon corps te désire. Je fais taire rapidement mes sentiments de mon mieux. Avant d'entrer dans le salon, je te chuchote à l'oreille :

- puisque je t’ai « presque » manqué, j’insiste sur le presque avec un ton froisé, soit presque gentil, pas d’esclandre… ces clients sont bons payeurs.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Sam 10 Oct 2015 - 12:17



So long time


S'il y a des prestations qui s'arrêtent aux strictes limites qu'elles imposent face à certains clients dont j'imagine que bon nombre seraient d'avance dégoûtées d'avoir ainsi à devoir faire leur petit show et se plier à de plus ou moins gentilles requêtes, il semble qu'avec un peu de charme, on peut outrepasser certaines limites. Avec ma jolie brune, je n'ai visiblement besoin de suggérer quoi que ce soit ... . Délicieuse. Je ne regrette décidément pas ma venue ici. J'ai toutefois déjà profité de deux hôtesses pour moi seul mais je n'étais pas assez sobre pour en profiter aussi pleinement que je l'aurais souhaité à ce moment-là. Mmmhh rien que l'idée me grise. C'est une véritable aubaine que tu travailles ici. Je sais que je peux aisément demander à t'avoir un jour dans l'une de ces room VIP. Toi et une autre. Certainement cette jolie brune attentionnée ici présente. Aisé d'exiger certaines choses auprès du patron vu les services rendus. Cependant, c'est quelque chose que je préparerais pour une autre fois. C'est grisant d'avance de t'imaginer en duo avec elle. Elle ou une autre tant que tu en fais partie.

Il me faut toutefois quitter mes songes, laisser filer la brune et quitter cette pièce. Je remets un peu d'ordre à ma tenue et mes cheveux en sortant puis déambule tranquillement dans le coin lorsque je tombe à nouveau sur toi. Ou plutôt, c'est toi qui tombe sur moi. Tu te racles la gorge comme perturbée de m'avoir de nouveau en face mais je comprends rapidement qu'il ne s'agit pas d'un hasard. Tu es venue à ma rencontre pour me demander un service qui semble te refroidir d'avance.

- Axel, j’ai besoin de tes compétences.

Un sourire amusé se dessine sur mes lèvres.

- Ah oui ? dis-je tout fier. Je présage aussitôt de quel type de service tu parles.

De ton côté, tu sembles enrager.

- Mes clients souhaitent… Tu te stoppes, visiblement troublée par mon regard soutenu. Suis moi s’il te plait.

- Tes "clients" ... glissais-je sur un ton à demi amusé et demi insultant qui souligne presque que je vois en ces termes une référence aux prostituées. De luxe devrais-je ajouter.

Je marche légèrement en retrait derrière toi pour laisser tout loisir à mes yeux de te contempler. Nous nous rapprochons d'un salon. Avant d'entrer, tu me chuchotes à l'oreille :

- puisque je t’ai « presque » manqué Tu sembles froissée vu le ton employé, soit presque gentil, pas d’esclandre… ces clients sont bons payeurs.

- Tu sais que je ne concède jamais à rien si c'est à sens unique, glissais tel un avertissement en retirant délicatement la clé haute en signification placée autour de ton cou. Je retiens néanmoins le fait évident de t'avoir vexée un peu plus tôt. Oublie cet adverbe, ce n'était qu'une formule enjolivée, fis-je référence au presque. Je me glisse contre toi avant d'entrer le premier en te glissant : je t'adore dans cette tenue ... Ma main glisse le long de ta hanche et mon sourire taquin s'évanouit doucement pour laisser place à une expression plus neutre face aux deux types qui se trouvent dans la pièce une fois à l'intérieur. Ah tiens, ma petite brune. Elle m'adresse un sourire et un clin d’œil que tu sembles calculer. Fais-moi grâce d'un brin de jalousie, j'adore ça, songeais-je tandis que je traite avec les deux bonhommes. En évoquant ce sentiment d'ailleurs, je dois dire que tout sentiment m'a abandonné en voyant la tête de ces deux là. J'éprouverais plus de la pitié. Comment en es-tu arrivée là au juste ? Mouais ... plutôt facile à deviner en fin de compte. Vous êtes toutes attirées par le fric, quelque soit le moyen pour en obtenir. Ça aurait presque tendance à me décevoir de ta part, et en même temps ça m'excite. Une excitation née de ce que j'imagine de ce genre de situation en ma propre compagnie. Tu aimerais sans doute avoir à faire à plus de mecs dans mon genre. Physiquement parlant. Quoi que mentalement aussi si l'on considère que si parfois je peux me montrer lourd ou lubrique, c'est toujours avec un semblant de classe. Ça passe mieux avec les types qui ont de la gueule, je présume.

Mon attention est attirée par l'un des clients qui t'attire sur ses genoux. Je me rappelle tes mots. Sois sage en somme ... . Mmmhhh j'ai des envies bien moins sages tout d'un coup. Mon sang bouillonne par un double trouble. Si tu dois être la chose de quelqu'un, je veux que tu sois la mienne.




© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Sam 10 Oct 2015 - 17:56


So long time



- Tu sais que je ne concède jamais à rien si c'est à sens unique, me dis tu

Oh bien sûr que si tu concèdes lorsque c’est à sens unique… du moment que ce soit dans ton sens. Tes doigts s’aventurent vers ma gorge, je m’immobilise. Tu décroches la chaine qui retient une clé autour de mon cou. Certaines hôtesses acceptent de faire des extras avec les clients selon le client et les sommes. Notre seul signe distinctif lors de cette période bunnies étaient les clés. Je me demande pendant une seconde comment tu l’as su mais en fin de compte je ne préfère pas le savoir. Tu t’excuses plus ou moins pour le « presque manqué ». Voilà qui est surprenant. Axel qui émet un semblant d’excuse, je ne connaissais pas ce visage. Je ne sais ce qui me trouble le plus : ta présence, que tu aies pris ma clé ou alors que ce jeu me plaise !  N’importe quoi, je dois me ressaisir.

- je t'adore dans cette tenue ... me chuchote tu

Tu passes devant moi, ta main s’égare sur moi, je frissonne à ce doux contact. Ton sourire taquin et tu es fier de toi ? Je secoue discrètement la tête. Tracy relève la tête tout sourire et fais un clin d’œil dans notre direction. Oh putain, non ! Sérieusement de toutes les barmaids du casino, tu te tapes ma partenaire attitrée ! Je coule un regard en biais vers toi et passant à tes côtés, je te chuchote d’un ton acerbe.

- Et y a pas que moi que tu aimes dans cette tenue apparemment !

Tu t’avances vers nos clients leur proposant diverses marchandises. Ils me rappellent à leur côté. Je traduis les termes un peu trop techniques de mon mieux. Si j’avais su que mon apprentissage des langues servirait un jour à jouer les assistantes d’un dealer ça m’aurait surement fait rire. Ayant trouvé quelque chose à leur gout il te propose de t’installer sur des fauteuils un peu plus loin en angle. Je lève les yeux vers le plafond. « Rien ne va plu » c’est l’expression que je sors en tant que croupière parfois et ça correspond bien à cette soirée. Je n’aime pas vraiment que le hasard s’en mêle lorsque je bosse mais là je n’ai pas vraiment le choix. Tandis que tu t’éloignes, le client à l’alliance prend mon poignet pour que je me penche. Il me murmure une demande. Je rigole doucement et m’installe sur ses genoux. Tracy, quant à elle, travaille au corps le second client et lui propose de la suivre. Ils se lèvent et s’éloignent.

Mon client dépose de la poudre sur la naissance de mes seins dépassant du décolleté de ma tenue. Je rejette mes cheveux en arrière puis penche la tête. Je sens la respiration de l’homme sur ma poitrine. Sensation étrange mais je ne saurais dire ce qui me trouble : ce souffle sur moi, ta présence et ton regard car tu dois surement me regarder. Toi ici, ton naturel possessif ne guère apprécier que les mains d’un autre soit sur moi. Je me souviens de tes interventions lorsque les infirmiers ou autres mâles m’approchaient de trop près. D’ailleurs à bien y penser c’est peut être ça qui me trouble que tu sois jaloux à moins que ce ne soit la crainte que tu réagisses. Une fois fini, l’homme me sourit. Il doit avoir plus de la cinquantaine. Il me redresse gentiment et me demande d’inviter mon ami. J’affiche un sourire narquois, j’avance vers toi nonchalamment.

- Je crois qu’il pense que nous sommes amants et il t’invite à jouer au poker avec lui. Dis-je souriante et changeant de ton j’ajoute. Son partenaire est parti avec la tienne.

Je te fixe attendant une réaction à cette accusation. Mais sérieusement je m’attends à quoi ? Puis je veux quoi ? Tandis que tu te lèves rejoindre le client, je récupère un jeu de carte.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Mer 14 Oct 2015 - 11:44



So long time


Ma main s'égare sur toi, un sourire taquin et fier se glisse sur mes lèvres tandis que tu secoues discrètement la tête comme si tu cherchais à empêcher tout trouble de te posséder. Une fois dans la pièce, tu ne manques pas de remarquer l’œillade de la part de Trace. "Trace" parce que ça sonne mieux à mes oreilles. Elle a adoré un instant plus tôt ... glissé à son oreille.
Tu passes à mes côtés en chuchotant des mots qui me ravissent, peu en importe le ton.

- Et y a pas que moi que tu aimes dans cette tenue apparemment !

D'autant plus ce qu'il y a dessous, confirmais-je très fier en émettant un léger cliquetis de bouche.

Je m'avance au devant des clients pour leur proposer diverses marchandises tandis que tu les rejoins également pour une toute autre sorte d'affaire. J'évite de trop m'attarder sur les mains baladeuses. On m'invite à rester après coup. J'adore me rincer l’œil mais dans ce cas-ci, il va me falloir un brin de self contrôle. Un peu plus que je ne l'aurais même pensé en réalité. Ça doit être ce foutu costume ... . Tout ce manège a tendance à me pousser moi aussi à la consommation et je ne m'en prive pas. C'est mon produit après tout. Trace travaille au corps l'autre client sans manquer de jouer du regard, entre autres gestes ou mimiques dans ma direction. De ton côté, l'autre Fritz a glissé une requête inconnue à ton oreille et qui t'as fait rire comme une de ces bécasse sans cervelle. Ce genre de type adore entendre les filles glousser à tout va comme des greluches. Moi ça m'agace.
Je ne manque pas de calculer l'opération. Il dépose un peu de poudre au niveau de ton décolleté histoire de sniffer le produit à même ta peau. Très excitant, je peux en témoigner pour l'avoir fais nombre de fois. Putain ça me fout littéralement le feu. Le désir autant que mon naturel possessif prennent le dessus. Je me refais une ligne pour le coup.

Ça me fait drôle d'ainsi éprouver ce sentiment doublement amplifié par rapport à la possession que j'exerce sur les autres par jeu et par désir de domination. C'est moi qui doit te troubler, pas le contraire. Entendu ?! Me frustrer pourrait se révéler dangereux. Quand j'y pense, tu n'as jamais vraiment été placée face à cette part d'ombre qui prédomine en moi depuis nombre d'années. A l'époque où nous nous sommes connus et fréquentés, j'étais tout en charme. Je ne me rappelle pas t'avoir jamais agressée, juste blessée par mon comportement et mes écarts. Tu dois être la seule à pouvoir se targuer même si tu ne le sais pas, que j'ai vraiment su ce que voulait dire s'amouracher de quelqu'un.

Ces pensées se dispersent alors que ton client semble vouloir me faire prendre part au jeu. Tu te diriges vers moi d'un pas nonchalant avec ce sourire narquois que j'aimerais voir disparaitre.

- Je crois qu’il pense que nous sommes amants et il t’invite à jouer au poker avec lui.

Enfoiré de fils de pute !! Moi qui songeait à une putain d'orgie ! Quoi que selon ce qu'il y a à remporter, ça pourrait se révéler intéressant.

Son partenaire est parti avec la tienne.

- Tout se remplace, p'tit bout. glissais-je comme pour te rabaisser par ce terme.

Je me redresse sans me préoccuper plus que ça de toi et vais rejoindre le client. La seule chose que j'espère étant qu'il ne me tape pas la causette. Je n'aurais pas autant de patience que ça.




© TITANIA

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Ven 16 Oct 2015 - 14:55


So long time


– d’autant plus ce qu’il y a dessous. me dis tu fièrement

Je hurle intérieurement ! Connard ! et la moue rageuse qui s’affiche sur mon visage disparait fort vite pour reprendre le sourire de la barmaid. Puis je m’occupe de nouveau des clients. Ils achétent ta marchandise. Tracy part avec un des clients et le second consomme ton produit à même ma peau avant de t'inviter à un poker. Je te cingle d'une réflexion pour me venger de ta remarque plus tôt mais tu m'en sors une plus froissante encore.

- Tout se remplace, p'tit bout. me glisse tu

Tu sembles satisfait de ta réplique. Ça me fait l’effet d’une gifle. Si seulement c’était vrai ! Tout ne se remplace pas… J’affiche mon sourire commercial. Et comme un automate je prends les cartes, les jetons et le tapis. Je vous laisse discuter de la valeur de la blinde. Mon client me commande une boisson. Je reviens avec son verre et un cocktail comme celui que tu avais commandé plus tôt dans la soirée. L’avantage de ta remarque est que la petite Cassandra retourne au fond de ma tête laissant Cassy reprendre le dessus. Je suis là pour bosser, je veux de l’argent et me casser… ou autre chose ? Mon esprit est confus… en fin de compte je suis peut être revenue pour des raisons que je n’ose m’avouer.

La partie commence. Je redeviens croupière rôle que je maitrise. En dehors de quelques mots nécessaires, vous ne parlez pas seuls les clips vidéos diffusés sur un des murs agrémentent la partie. Je descelle deux paquets neufs, je les prépare et je commence la distribution. Vous vous jaugez un moment avant chaque tour de mise. J’ai l’impression d’observer un combat où chaque adversaire attend la faille de l’autre pour lui sauter dessus. Les mises sont remportées un coup par toi un coup par lui… Les cartes ne sont en faveur d’aucun de vous deux, seuls votre capacité à mentir finira par vous départager. L’allemand remporte trois mises de suite, je te regarde cachant au mieux mon étonnement. Qu’est-ce que tu manigances ? Il te propose de changer les enjeux et me commande de nouveau des boissons. Lorsque je reviens à la table, vos regards sont posés sur moi. Je fais une moue interrogative. Le client sort une grosse liasse de billets et la pose sur la table. Okay ! Étonnant mais prévisible. Marié ou pas, les hommes que je côtoie sont rarement fidèles. Je te vois farfouiller dans ta poche et tu poses à ton tour un objet sur la table. Il s’agit de la clé que je portais. Ma gorge se serre puis la froideur de Cassy revient. Je ne souffle pas un mot et mon visage se fige avec un sourire des plus professionnels. Je dépose les boissons et distribue la nouvelle partie.

Je ne saurais dire quelle émotion prédomine : énervement car tu sembles croire que je t’appartiens, déception car j’espérais que tu me gardes pour toi… d’un autre coté c’était avant que je comprenne que tu avais couché avec ma partenaire. Oh eh qu’est ce je fous ? Ma réussite et ma survie tiennent à ce que je ne laisse aucune émotion m’atteindre. Je dois me ressaisir !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Ven 23 Oct 2015 - 11:34



So long time


C'est drôle comme tu sembles parfaitement t'appliquer à ton rôle sans une once de trouble. Lequel je devine pourtant fort bien lorsque nos regards se croisent trop longuement. Tandis que tu prépares les paquets de cartes, je jubile d'avance à l'idée de te remporter tel un trophée. Putain ma belle, si tu es toute à moi, tu pourrais autant le regretter que te le remémorer jusqu'à la fin des temps.
Le duel débute. Je me concentre. Je ruse. Et ça fonctionne à merveille. Ton regard s'arrête un instant sur moi alors que je relève brièvement les yeux sur toi l'espace d'une infime seconde. Tu sembles un brin étonnée. Tu dois comprendre que je manigance quelque chose. Tu me connais ... . Tu m'as déjà vu jouer avec quelques types qui se trouvaient en cure avec nous il y a quelques années de cela. Les enjeux n'étaient pas les mêmes, toutefois. Ce soir, c'est plus sérieux pour moi que si je misais une somme importante d'argent. Et puis, si je remporte au final, je gagne doublement vu la liasse que ce fritz a posé sur la table. Ça pourrait tout aussi bien me rapporter quelques ennuis. On sait que les perdant, quand il s'agit de grosse somme, ne sont pas franchement décidés à laisser voir leur argent leur filer si facilement entre les doigts. Encore moins la fille qui va avec. Peu importe. J'ai ma parade.

Le temps défile. Je jubile ... . Limite à en trembler d'excitation. Rien qu'à ramasser cette liasse et récupérer ta clé. Inutile de faire de vieux os ici. Je te récupère sans te laisser le temps de dire quoi que ce soit.

- Le boulot est terminé ma jolie ! dis-je en t'embarquant avec moi hors de la pièce.

Maintenant, place à mes propres règles et propres désirs. Peu importe où elles sont pourtant censées s'appliquer. Peu importe le lieu.
Nous rejoignons la voiture malgré tes réticences et je dois te glisser.

- Fais ce que je te dis. Ce type ou plutôt ces deux fritz vont difficilement avaler la pilule. Si tu veux éviter qu'ils retournent les alentours à notre recherche et pousser à foutre le bordel avec la surveillance, autant jarcter vite fait d'ici.

Certes, je prends pas mal de liberté, et ça te vaudra sûrement des remontrances. A moi également j'imagine. Mais je m'en tape royalement. Avec tout ce que je me suis balancé dans les naseaux, je suis plus à deux réflexions près, à la con.

- Conduis-nous là où tu voudras, te dis-je en te filant le volant. Tu comprends que je pouvais pas te laisser avec ce sale crevard.

Rien n'est dit sur ce que je compte faire de toi. Mais tu dois savoir que chercher à me filer entre les doigts risque d'être LA mauvaise option.



© TITANIA

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Dim 1 Nov 2015 - 10:52


So long time


Ils me jouent MOI ! Je n’arrive pas à décider si je dois en être flattée, énervée ou juste si je devrais m’en fiche. En attendant par réflexe conditionné je souris et distribue. Je jette un œil de ton coté de temps en temps. Tu as l’air satisfait de toi ce qui n’augure rien de bon. J’essaye de deviner ce que tu manigances. La musique des clips vidéo fredonne un vieil air qui me rappelle notre rencontre. Je t’avais déjà vu jouer à la clinique, d’ailleurs je me demandais à l’époque si tu ne trichais pas.

J’examine les options. Je suis perdante à cent pour cent. Pourquoi donc a-t-il fallu que tu sois là ce soir ? T’avais pas une pouf à baiser quelque part ? Je contiens ma rage intérieurement. Si mon client remporte la mise j’aurais une jolie somme dans les poches demain matin, voir plus car ils sont présents encore trois jours mais tu risques de t’interposer. Je t’avais laissé prendre la clé pour que tu me fiches la paix et qu’il n’y ait pas de scandale. La roue avait tourné du mauvais côté. Je soupire discrètement. Et si tu gagnes… ben ça ne me rapporte rien… si probablement des ennuis.

Tracy revient avec son client. Elle observe rapidement la scène et semble comprendre les enjeux. Elle entraîne son client un peu plus loin. Une autre serveuse la rejoint et elle en profite pour sortir. Probablement une pause, je m’en grillerais bien une aussi. Merde ça fait déjà si longtemps que ça que vous jouez au moins deux heures. Je vous observe un instant tous les deux. Je n’avais pas encore remarqué, vos pupilles sont dilatées. Oh non ! si la plupart des clients des salons VIP ont un comportement social correct avec ce que vous avez pris j’ai de sérieux doutes. Ça sent les ennuis. Je me retourne, Tracy n’est pas encore revenue, il faut que je l’informe qu’elle puisse en calmer un si besoin. Je n’ai pas le temps de prévoir un autre plan. Tu attrapes mon poignet.

- Le boulot est terminé ma jolie !

J’essaye de te faire lâcher sans succès. La colère monte. « ma jolie ». Tu crois que je t’appartiens ou quoi ? Tu as perdu ce droit le jour où tu m’as abandonné. Mon sourire est figé tandis que tu me fais traverser l’établissement jusqu’au parking. Trop de monde pour un scandale. Tu m’entraines vers ta voiture.

- arrêtes !

- Fais ce que je te dis. Ce type ou plutôt ces deux fritz vont difficilement avaler la pilule. Si tu veux éviter qu'ils retournent les alentours à notre recherche et pousser à foutre le bordel avec la surveillance, autant jarcter vite fait d'ici.

« fais ce que je te dis » Je fulmine. Je grimace. Sérieux tu crois vraiment que je vais t’obéir ? Je n’ai pas le temps de te poser la question, tu me tends les clés de ton véhicule. Super ! Tu es déchiré mais parfaitement conscient de tes incapacités. Un cocktail dangereux, réaction imprévisible mais tu es assez conscient pour mener tes réactions à terme même les plus absurdes. Je plisse les yeux scrutant tes réactions comme si je pouvais deviner ce que tu as dans la tête ? Quoi que réflexion faite je ne suis pas sure de vouloir le savoir. En attendant tu montes côté passager, je vais pour m’installer lorsque je repère ma collègue.

- attends !

Tu sembles vouloir objecter puis tu suis mon regard. Tu souris. Connard ! mais vu ton état je sais pertinemment que t’abandonner-là ne résoudra pas mes problèmes voir l’inverse. Il faut que je quitte le casino pour ce soir.

– accordes moi deux minutes je reviens

Tu allumes ton poste radio. Je me dirige vers Tracy lui explique la situation. Je frissonne ma tenue de service n’est pas adaptée à ce temps automnal. Elle me tend son manteau, me proposant l’argent qu’elle a. C’est vrai que je ne peux pas retourner chercher mes affaires. Son regard se porte sur toi

– ne t’en approches pas Tracy. Je t’aurais averti

Je ne sais pas trop si je lui dis ça par jalousie ou bien pour la protéger car tu n’en feras qu’une bouchée. Un peu des deux je pense. Elle hoche la tête. Je te rejoins et je m’installe derrière le volant. Je démarre me dirigeant vers la ville. Tu parles d’une soirée. Je ne peux pas regagner ma chambre. Je n’ai pas de fringue et va falloir que cire des pompes ou autre chose pour faire passer la pilule de ce soir !

- Conduis-nous là où tu voudras. Tu comprends que je pouvais pas te laisser avec ce sale crevard.

Mais de quoi je me mêle ? Je bous. Je ne réponds rien. Je vois un drugstore, je me gare sur le parking. Ils vendent de tout dans ce genre d’endroit. Je trouve aisément une veste et un jean. A mon retour tu écoutes toujours la musique. Je me demande si tu t’es envoyé une autre dose, tu sembles détendu ce qui m’irrites d’autant plus. Je redémarre. Lorsque je voulais me changer les idées j’allais vers Clearwater et là marcher dans l’eau fraîche me fera le plus grand bien. L’aube ne se lèvera pas avant quatre bonne heures. Je me gare sur un bord de route désert surplombant la rivière. Je m’assieds sur le parapet. Tu ouvres la portière. Je n’ai pas prononcé un mot depuis que j’ai pris le volant. Putain dans quel merdier tu m’as foutu ! Je me retourne agressive

– Tu avais besoin de me faire chier ? Tu ne crois pas que tu as fait assez de dégâts dans ma vie ? Qu’est-ce que ça pouvait te foutre que je sois avec lui ou un autre ? Je me redresse tu savais comment je gagne mon fric lorsque tu m’as vu là bas ! Tu attends quoi de moi ?

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Jeu 5 Nov 2015 - 15:39



So long time



Continues de te débattre poussin, j'aime quand tu me résistes. Rien ne pourra m'empêcher de faire ce que je veux de toi. Dans une certaine limite, rassures-toi. Quoi que ... tu as encore le don de me rendre proprement fou et de me faire approcher dangereusement des limites que je ne suis pas censé franchir. Les aurais-je déjà franchi quand j'y songe ? Il me semble avoir dérapé une fois. Peu importe ... pour moi ... mais sans doute pas pour elle. Je ne sais plus son nom. Elle avait juste des yeux et un corps à se damner.
Quant à toi, je te laisse filer un instant alors que je suis perdu dans un flot de pensées. J'allume la musique et monte le volume à fond. J'oublie en une fraction de seconde ce qui s’est passé plus tôt. J'oublie le danger. Je commence à perdre toute pensée logique là où l'adrénaline m'avait fait recouvrir ma vivacité d'esprit un instant plus tôt. Now we die de Machine Head ampli l'habitacle. Je kiffe les dernières minutes de ce putain de morceau quand ça devient plus mélodieux à 4 minutes 50. Elle me prend littéralement aux tripes. Je m'en ferais limite exploser les tympans. C'est tripant !
Puis je bascule lentement. Ma tête appuyée contre la vitre. Mon regard se tourne dans ta direction. Tu parles à ... merde c'est quoi son nom à ma petite brune déjà ? Mouais, peu importe, elle était putain de baisable. Vraiment trop bonne. Merde ! Vous les filles, vous êtes vraiment bonnes qu'à ça, pas vrai ?! En dehors et si on vous fréquente trop longtemps, vous n'êtes que des garces sans cervelles. De parfaites petites pétasses qui n'en ont qu'après la baise et le fric !

Tiens te revoilà. Tu tiens parole. J'en attendais pas moins. T'es accro et tu le sais. Ça te frustre ma pétasse ? Malgré tout ça et toutes ces années, tu reviens vers moi. Peu importe mon comportement, tu sais que je n’ai rien à voir avec les autres, pas vrai ? Tu pourras fréquenter qui tu voudras, des années durant. Tout te semblera insipide à côté de moi. Moi, tu ne me remplaceras jamais, quelque soit la distance que tu cherches à mettre entre nous. De mon côté, je pourrais aisément t'oublier. C’est ce que j'ai fais. Mais une fois en ta présence, il y a ce quelque chose qui parvient toujours à avoir raison de moi. Je ne me l'explique pas. Tu a quelque chose d'attractif semble-t-il, comme à l'époque. Quelque chose qui persiste. Et pourtant, tu es comme toutes ces autres foutues salopes. Tu auras beau chercher à te démarquer que ça te trahirais immanquablement un jour ou l'autre. J’ai vu ta façon de masquer tes émotions pour adopter un masque de neutralité. Tu joues bien la comédie, chérie. Mais moi je sais. Je sais que je te bouleverse. Je sais que j'ébranle ta subtile comédie jusque dans ses fondations. Tout comme je sais que je saurais toujours te pousser à t'interroger sur toi, sur ce que tu ressens. Ne suis-je pas le seul à pouvoir le faire ? Alors cesse ta PUTAIN DE COMÉDIE avec moi bébé !!! Fais-le avec moi, juste avec moi avant que je ne prenne un malin plaisir à te détruire. Tout comme j'aurais du plaisir à te tourmenter, à te baiser et à te rendre plus accro encore.

Mes poings se serrent, mes yeux demeurent clos une grande partie du trajet. Je me laisse transporter par la rage salvatrice qui brûle en moi. C’est putain d'excitant, bébé. Tu n'imagines pas ce que ça me procure. Je crois que j'aime la souffrance, la colère et la haine. Je la provoque, je m'en nourris et je me détruis.
Toi aussi tu dois enrager, mais d'une rage somme toute plus douce en cet instant.

Tu stoppes la voiture dans un coin de verdure en bordure de la Clearwater river. La route surplombe la rivière. Tu t’assois un instant sur le parapet. Je t'observe puis j'ouvre la portière, manquant presque de glisser le long de cette dernière en restant à demi appuyé dessus. Je ne crois pas que tu ai prononcé un mot durant tout le trajet, ou alors j'étais vraiment trop out pour t'entendre sur l'instant. Mais tu te retournes tandis que je me tourne sur le siège pour poser les pieds à terre, la tête quelques secondes plongée entre mes mains avant de te regarder.

– Tu avais besoin de me faire chier ? Tu ne crois pas que tu as fait assez de dégâts dans ma vie ? Qu’est-ce que ça pouvait te foutre que je sois avec lui ou un autre ? Tu te relèves. Tu savais comment je gagne mon fric lorsque tu m’as vu là bas ! Tu attends quoi de moi ?

- Ferme là bébé ... tu veux ? dis-je d'une voix volontairement moqueuse. Je tends le bras et tente de te chopper mais c’est loupé. Je me redresse alors à mon tour et te plaque contre l'aile avant du véhicule. Je veux que tu la ferme et qu'on profite du bon temps à passer ensemble sans que tu me gonfles avec tes questions. C'est simple, non ? dis-je avant de te soulever pour te mettre en position assise sur le capot et me glisser entre tes jambes, mes lèvres se scellant aux tiennes avant de te mordre gentiment la lèvre tandis que mes doigts eux, agrippent tes cheveux et te forcent à basculer un peu plus en arrière.




© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Mer 11 Nov 2015 - 9:47


So long time


- Ferme là bébé ... tu veux ? me dis tu d’un ton moqueur

Je n’en ai rien à foutre de ce qu'il veux ! Je me dirige vers toi gardant mon calme. Tu tends un bras pour m’attraper, je recule d’un pas alerte. Erreur, ta réaction ne se fait pas attendre et tu quittes ton siège. Je me retrouve bloquée contre l’aile du véhicule.

- Je veux que tu la ferme et qu'on profite du bon temps à passer ensemble sans que tu me gonfles avec tes questions. C'est simple, non ?

Tu m’assieds sur le capot. Je sens mon corps frémir délicieusement et mon esprit est toujours furieux. Je me souviens de quel amant tu es. Ton corps contre le mien m’empêche toute fuite. Mon regard doit exprimer la colère qui anime mon esprit, je ne te quitte pas des yeux. Le défier est la plus mauvaise idée que j’ai. Tu m’embrasses un peu brutalement mordillant ma lèvre. Ta main dans mes cheveux m’oblige à basculer un peu en arrière. Ma raison ne me sert plus à grand-chose, une force s’empare de moi sans que je puisse me raisonner. Mes jambes enserrent ta taille. Tu représentes le genre de douleur que je recherche inconsciemment comme si ça me donnait l’impression d’être en vie. Je sens un combat intérieur se dérouler. Tout mon corps se rebelle contre mon esprit qui me dit de fuir, de me sauver.

- Arrête s’il te plait dis-je doucement caressant ta joue.

Tu ne bouges pas. Ma colère s’est envolée, elle reviendra surement. Là seuls résident les souvenirs de nos ébats d’antan. Je ferme les yeux un instant. J’essaye de descendre du capot, ton corps me bloque toujours mais ta main a relâché mes cheveux. Je me penche gardant toujours la main sur ta joue, je t'embrasse doucement et je te souris. Je soupire et te regarde.

- Tu comptes faire quoi ? me forcer ? me cogner ? tu ne seras pas le premier dis-je avec une pointe d’amertume.

J’aimerais dire tu seras le dernier. Je sais que si je repars sur les routes ça ne sera pas le cas. Peut-être est-ce pour cela que Lewiston m’a attiré sans raison logique. Tourner la page, changer de vie. Je ne sais pas à quoi m’attendre de toi. Jusqu’ici je m’en étais tirée avec quelques bleus et une cicatrice mais personne n’avait ton regard. Une lueur de férocité un peu bestiale palpite dans le bleu glacial de tes yeux. Je doute que tu puisses être violent sans raison mais je ne te connais plus. Puis de toute façon je ne te crains pas enfin pas physiquement du moins. Je m'en fous un peu d'ailleurs de ce qui peut m'arriver. Le corps guérit de presque tout. Là j’ai juste envie que tu me laisses descendre et de marcher dans l’eau froide de la rivière. Il faut que j’arrive à reprendre le cours de mes pensées, me laisser déborder par des émotions est un mauvais plan.



Dernière édition par Cassandra O'Maley le Ven 13 Nov 2015 - 11:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Jeu 12 Nov 2015 - 10:01



So long time



Je peux te sentir frémir contre moi. Ça te frustre n'est-ce pas ? Parce que tu es toujours en colère contre moi mais en même temps, je sais pertinemment que je t'inspire toujours du désir. Difficile de lutter contre la raison, n'est-ce pas ? Ce baiser, tu le partages autant que moi derrière tes réticences. Tes jambes se nouent autour de ma taille comme pour mieux me le prouver malgré toi.

- Arrête s’il te plait me dis-tu doucement en me caressant la joue comme si c'était là presque une supplication.

Je ne bouge pas. Je souris juste en nichant mon visage dans le creux de ton cou. Ta façon de me le demander me charme plus encore. L'instant est empli de douceur, comme pour mieux te rappeler ce que ça a été entre nous. Mais je me laisse bientôt moi-même piéger par ce jeu alors qu'une des chansons qu'on aimait bien à l'époque de la cure me ramène en arrière et me rappelle la magie passée et pas mal de souvenirs. Pas que je sois nostalgique mais ça a un drôle d'effet sur moi.

- Tu comptes faire quoi ? me forcer ? me cogner ? tu ne seras pas le premier.

Tes paroles n'ont bizarrement pas de prise sur moi, je te refais face et je pose un doigt sur tes lèvres pour t'inciter à te taire et écouter la musique en t'indiquant d'être attentive à cette dernière.

- Ça te rappelle quelque chose ? dis-je avec un doux sourire.

Toute agressivité m'a quitté ou du moins, ce qui se traduisait par la façon dont je m'imposais à toi il y a encore un instant. C'est quelque chose que je ne contrôle pas vraiment et ça doit te déstabiliser mais ce sont les aléas de ma personnalité avec lesquels les autres doivent faire, tout comme moi. Chercher à travailler sur ça ? Aller consulter un psy ? Non merci. Ce quelque chose qui déraille en moi me plait en quelque sorte. Pourquoi changer ? Pourquoi trouver les raisons de ce qui déconne et de ce qui nourrit cette colère en moi ? Ça ne servirait qu'à me replonger dans un passé dont je veux à tout prix m'éloigner.
Quoi qu'il en soit, je suis loin de tout pour l'heure, happé par des souvenirs qui tracent sur mes lèvres un sourire mutin. Je te soulève soudain entre mes bras et je nous conduis à la rivière, menaçant de te jeter à la flotte. C'est bon de sentir tes bras se resserrer autour de moi.

- J'suis certain qu'un petit bain dans cette eau glaciale ne peut pas te faire de mal. m'amusais-je.

Je te regarde, toujours le même sourire aux lèvres.

- J'y renonce si tu m'offres un baiser enfiévré. Un vrai baiser ... sans retenue.




© TITANIA

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Ven 13 Nov 2015 - 12:15


So long time



Tu poses un doigt sur mes lèvres pour me faire taire. Tu sembles attendre quelque chose de moi. J’ai perdu mon sourire. La seule chose qui semble résider en moi à cet instant est l’agacement. L’agacement que tu aies foutu ma soirée en l’air. L’agacement d’être là. L’agacement d’avoir toujours des sentiments pour toi. Je n’aurais pas dû m’arrêter à Lewiston, foutu passé, foutu souvenir. Mon attention se reporte sur toi.

- Ça te rappelle quelque chose ? me demande tu

J’écoute la musique.Super, on continu rayon nostalgie Et bien sur la machine se remet en route tout seule. Les courses dans les couloirs, les cachettes où on faisait l’amour, les crises de fous rires, les regards complices. Je secoue négativement la tête. Mais pourquoi j’ai dit non ? un peu comme si quelqu’un avait fait de moi une marionette, le secouement de tete s’est fait malgré moi. On s’en fout des souvenirs . Je perds de plus en plus le contrôle. Non pas maintenant ! Ton sourire n’a plus rien de carnassier ou méchant. Tu sembles plutôt d’humeur joueuse. Tu me soulèves et me porte vers la rivière. Je t’entoure de mes bras

- J'suis certain qu'un petit bain dans cette eau glaciale ne peut pas te faire de mal.

En plein mois de novembre, je ne suis pas sure de résister à une bonne grippe voir pire. Je secoue la tête. Je resserre un peu plus mes bras autour de ton cou.

- Je ne préfère pas tester. Repose moi, s‘il te plait dis-je affichant un pale sourire

Mon regard passe de ton sourire enjoué à ta gorge. ça serait si simple, un coup bien porté dans son cou et une partie du passé qui me hante s’évaporera . Non cette partie-là du passé est trop présente pour s’effacer si aisément.

- J'y renonce si tu m'offres un baiser enfiévré. Un vrai baiser ... sans retenue.

Je te regarde surprise. Un baiser passionné je ne sais même plus ce que ça veut dire. Mais je sais fort bien le faire croire à mes partenaires puis vu les sentiments qui bouillonnent en mon for intérieur, ça ne devrait pas être bien compliqué. Mes bras se desserrent, je passe mes mains dans tes cheveux. Tes yeux sont rivés dans les miens, si tu y cherches un sentiment tu verras juste l’abime sans fond que tu y as laissé. Mes lèvres effleurent les tiennes. Je ferme les yeux. Nos langues se mélangent. Un larme discrète roule sur ma joue, je l’essuie tout aussi discrètement. Je le hais. Il faut vraiment que je me détende. Tu laisses mes pieds toucher le sol. Je retire mes chaussures et mon jean. La lune éclaire suffisamment pour voir les obstacles. Je fais une dizaine de pas, ne me mouillant même pas jusqu’au cheville. L’eau est glacée et les tensions premières s’évacuent pour laisser place à une grosse fatigue. Je m’appuie sur un rocher près de la berge. Tu t’approches dans mon dos, j’ai l’impression de sentir la chaleur de ton corps. Je frissonne. Le froid ou l’envie ? Me laisser aller à un corps à corps ? Non non. Calme, juste un contact pas de sentiment !

- Tu veux faire quoi ?

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel] Sam 14 Nov 2015 - 11:03



So long time


Ton sourire a disparu. Qu'est-ce qu'il se passe dans ta petite tête ? Dans la mienne, c'est un désordre constant. J'oscille entre rage et douceur et je n'ai aucun contrôle sur ça. Je comprends que ça puisse prendre au dépourvu. C'est drôle comme mon esprit peut être influencé par la moindre chose, comme cette chanson qui me ramène loin en arrière.

- Ça te rappelle quelque chose ?

Tu prêtes l'oreille puis tu finis par déclarer que non d'un mouvement négatif de la tête. J'en doute ... quant à moi, ça me rappelle nos échappées en douce en plein milieu de la nuit, nos rigolades et nos moments de passion dans les endroits les plus improbables ou les plus risqués. Sans compter les fois où on filait se servir en douce en cuisine en mode grands mômes qui s'amusent à s'imaginer dans un jeu d'aventure avec des obstacles imaginaires. Han et le coup où j'ai défoncé le distributeur de sucreries et qu'on a semé des paquets de biscuits au large entre autres barres chocolatées sur le chemin pour rejoindre la chambre tant on n'arrivait difficilement à tout contenir entre nos bras. Je n'y avait pas été de main morte en brisant la vitre avec ce que j'avais trouvé pour y parvenir. Le lendemain matin, les emballages menaient tout droit à ta piaule et on a du effacer les traces sur les coups de quatre ou cinq heures du mat à l'arrache. Le jour où ils ont ramené un nouveau distributeur, on étaient pliés de rire.

Quoi qu'il en soit, j'ai soudain un coup de booste et je te soulève entre mes bras pour te porter jusqu'à la rivière. Tes bras se resserrent autour de moi tandis que je te menace faussement de te jeter à l'eau. Je peux aller très loin mais pas de là à prendre un tel risque. Pas avec toi. Mmmhh quoi qu'à y réfléchir, je pourrais me proposer de venir te soigner si tu te choppais une bonne grippe après coup. Mais restons raisonnable. Je me plie donc gentiment à ta requête en te reposant doucement après que tu ai cédé à celle que je t'ai formulé dans la foulée.
La façon dont tu m'as embrassé reste encore marquée même si j'imagine que tu t'y es quelque peu forcée, tout comme en même temps je sais que tu as apprécié.

Une fois libre de tes mouvements, tu retires tes chaussures et ton jean. Le halo de la lune souligne les obstacles là où nous nous trouvons. Je contemple un instant son reflet sur les eaux. Tandis que tu fais quelques pas, je vais récupérer mon paquet de clope dans la voiture. Puis je te rejoins près du rocher où tu t'es installée. Je m'approche dans ton dos et glisse mes bras autour de toi en posant ma tête sur l'une de tes épaules.

- Tu veux faire quoi ?

- Je te l'ai déjà dis, il me semble ... . suggérais-je d'une voix douce.



© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: So long time [Cassandra & Axel]

Revenir en haut Aller en bas
So long time [Cassandra & Axel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» It's been a long time without you my friend. [SHUNZEI]
» long time no see. ➢ CRASHWOOD. {pv. crash}
» It's Been A Long Time [with Faith] (RP MIS EN PAUSE)
» MEGHAN ♔ Forever is an awfully long time
» Long time ago (Aloysia&Sebastian)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: Saison 2 :: archives sujets terminés et abandonnés-