AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 A step too far...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Invité
Invité
messages



MessageSujet: A step too far... Ven 25 Sep 2015 - 16:03


a step too far…



Lily & Axel


J’ouvre les yeux. Merde, je suis où ? Et qu’est-ce que je fous quasiment nue dans un lit inconnu ? Un ronflement à mes côtés me tire de mes réflexions. Je me tourne vers le corps de dos. Je reconnais immédiatement la chevelure. Oh non je n’ai pas fait ça ! Les souvenirs de la soirée précédente affluent à mon cerveau.

- Dégages d'ici et fais attention la prochaine fois que tu me croises.

Pourquoi n’ai-je pas suivi ce que tu m’avais dit ?

Je ferme un instant les yeux. Comment ai-je pu aller aussi loin ? J’avise ma robe et ma veste au sol ainsi que mon string qui a atterri sur mes bottes. Je ne suis vêtue que de mon soutien-gorge et de mes bas. J’enfile le plus silencieusement possible ma robe. Je regarde autour de moi, les reliefs de nos excès de la vielle sont toujours visibles. Ta bouteille de whisky, quelques comprimés et des lignes de poudre blanches sur la table basse me prouvent que tout cela n’est pas un cauchemar mais bien ma réalité.

Mais revenons à hier ! Tout a commencé lorsque je me suis rendue à la réserve. En vérité je devrais plutôt dire que ça a débuté avant-hier, après la soirée en boite de nuit, j’étais restée malgré une appréhension dans les bras de Chris mais un appel de mon manager m’avait contraint à partir quelques jours à Seattle. A mon retour la situation à Lewiston était différente. S.- était passé par là et pas mal de secrets s’étaient ébruités. Concernant les Crows, sammy se retrouvait en famille d’accueil et Chris était suspecté de violence. Aucune accusation légalement mais les flics était un peu trop présents. Ca me rappelait trop de mauvais souvenir, j’étais repartie très vite chez moi et à mon retour la maison était vide. Les voisins me dirent qu’ils avaient vu chien et maitre avec un sac partir.

Donc me voilà à la réserve, seule, sans comprendre pourquoi il ne m’a pas appelé. Il m’en veut peut être de ne pas l’avoir soutenu hier ? Puis il ne répond pas au téléphone ! Ça finit par m’irriter. Il faut que je détende. Je reprends la voiture que j’ai louée en attendant de m’en offrir une nouvelle. Direction Lewiston, je m’arrête devant une maison que je fréquente parfois. Mon interlocuteur habituel n’y travaille plu. Et merde ! Sérieux ? Tout le monde me laisse tomber aujourd’hui ? La femme qui m’accueille à chaque fois parait légèrement défoncée mais après une longue hésitation elle me sort de contacter Roméo de sa part dans le quartier Est de Lewiston. Je ne sais pas trop quoi faire, d’un côté je veux me détendre et d’un autre coté je déteste avoir à faire à de nouvelle tête pour ce genre de transaction. Je fais le tour de la résidence. C’est bizarre, je suis venue dans ce coin il y a quelques temps. Oui c’est ça avec Chris… la moto ! Je me gare devant l’adresse que l’on m’a donnée. J’ouvre le portail d’un pas mal assuré regardant aux alentour, il doit être presque vingt heure, les gens sont chez eux. Mon regard est attiré sur le côté de la maison, une bécane est garée ! C’est la moto que nous avions emprunté. Coïncidence que je vois comme un signe à aller de l’avant. Je monte et me dirige vers l’appartement. Pas de nom mais le numéro cloué sur la porte correspond.
Je frappe, le bruit d’une fête raisonne derrière le numéro. Je secoue la tête, non trop de bruit surement trop de monde, c’est une mauvaise idée, je dois partir. Je recule d’un pas, la porte s’ouvre, un mec qui rigole me salue et me demande ce que je viens faire ici.

- Je suis venue voir Roméo de la part de Wellsie

Il me pousse à l’intérieur. Puis il se retourne vers la cohue et braye quelque chose. Je reste statufié dans brouhaha et la cohue de ce salon bondé de monde. Bah pour la discrétion je repasserais. Un revendeur avec autant de témoins ce n’est pas courant. A moins que ce soit le nom de Wellsie qui m’ait donné le privilège d’entrer ici.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: A step too far... Jeu 1 Oct 2015 - 12:27



   
   Avec Lily Vincenzo
   A step too far

Q
uartier est de Lewiston. De la musique qui résonne par-delà les murs d'un appartement. Un chaos infernal pour les voisins, un chaos extatique pour le résident et ses convives ... .
Pour le peu de voisins qui sont actuellement présent dans l'immeuble, on ne devrait pas être emmerdés ce soir, et si un seul ose venir me les casser, il devrait redouter et savoir à quoi s'attendre. Dylan et moi, on s'éclate un peu à l'écart de la fête pour l'instant. Comment ça tu sais pas qui est Dylan ?! C'est mon meilleur pote, chérie. Tu te demandes où est l'intérêt d'une fête si on se fout à l'écart ? Disons juste pour l'ambiance. Du moins, pour le moment. J'aime que ça gravite autour de moi, qu'il y ait de l'ambiance, que ça bouge. Et puis on ne reste pas cloitrés tout du long. La fête ne fait que débuter. On avait envie de se refaire une partie de Silent Hill depuis le temps qu'on songeait à se refaire la série de jeux. Le temps que ça chauffe à côté et que ça démarre vraiment.
Il y a pas mal de passage dans le couloir, je laisse aller et venir sans vraiment porter d'attention. Jamais personne n'a osé me voler chez moi, au contraire de chez mon frangin chez qui il n’est pas rare qu'on tire quelques trucs par ci par là lorsque j'organise des fêtes chez lui dans son dos et en son absence. Celui qui s'est déjà avisé de me voler par le passé, s'en rappelle encore. Il doit avoir mal rien qu'à la simple évocation de mon nom.

- Va nous chercher des bières et de quoi grignoter, lançais-je à Dylan tandis que je suis à fond dans le jeu.

Il se lève un instant pour aller chercher de quoi puis revient un temps plus tard accompagné. Je suis affalé sur le sofa de la salle de jeux et ne lève pas les yeux tandis que Dylan s'affale contre moi et me glisse à l'oreille que le petit lot qui l'accompagne est venu pour moi. Le bordel qui résonne depuis le salon et alentours pousse à devoir élever la voix pour s'entendre. Dylan se redresse pour aller fermer la porte. C'est là que je relève les yeux et que je reconnais le fameux joli ptit lot. Je lâche un soupir.

- Qu'est-ce que tu fous là toi ? J't'avais pas dis de pas chercher à recroiser mon chemin ?! Je fais signe à Dylan de quitter la pièce et je me lève après lui pour verrouiller la porte derrière lui et m'assurer que tu ne te fasses pas la malle. Nous voilà seuls.

Je passe une main sur ma joue, comme pour souligner que je me rappelle la baffe que tu m'as collé la dernière fois et face à laquelle je n’ai pu réagir assez vite ... ou n’ai pas cherché à réagir.

- Je t'ai laissé filer l'autre fois mais crois-moi, cette fois-ci, tu t'en sortiras pas si aisément p'tit chat. dis-je en me dirigeant nonchalamment vers toi avant de te pousser sur le sofa et de te grimper dessus à califourchon tandis que tu y est installée en position assise. Mes mains glissent aussitôt sur ton décolleté que j'écarte pour avoir un meilleur aperçu. Tu vois bien que t'es accro ? soulignais-je par la simple preuve de ta venue. Quant à savoir comment tu m'as trouvé, ça reste à découvrir.

Je te bloque les poignets alors que tu esquisses un geste et les plaque contre le dossier du canapé. T'es vraiment trop bandante. Et tu sais quoi ? C’est toi qui réveille cette violence en moi. Tu me rends à ce point fou que j'en deviens féroce dès que t'es dans les parages. C’est physique, quasi viscérale. Je te désire tellement que tu m'en rends proprement fou furieux.


WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: A step too far... Sam 3 Oct 2015 - 13:09


a step too far…



Lily & Axel


Le mec se tourne vers moi et me fait signe de le suivre. Il laisse courir ses yeux sur mes courbes. Je souris gentiment, vu la robe courte et moulante que je porte, je serais hypocrite si je m’en offusquais. Il passe derrière moi me désignant le chemin, je sens son regard, je pourrais en être flattée mais là ça m’agace je veux juste acheter un truc et repartir… pas envie de jouer. Nous entrons dans une pièce. Dans mon esprit une alarme se déclenche digne d’une alerte incendie. Ma tête me hurle de fuir mais mes pieds ne réagissent pas comme collés au sol. La personne qui m’a accueilli, s’affale dans un canapé déjà occupé par un autre mec ! Je déglutis, j’ai reconnu immédiatement son interlocuteur. Cette carrure, ces cheveux… Axel ! Et avec ma petite robe rouge je me fais l’impression d’être un drapeau qu’on agiterait devant un taureau mais je suis trop tétanisée pour ressortir de ce piège.

Piège dont les mâchoires acérées se referment implacablement quand tu relèves la tête et m’aperçois. Tu soupires. Merde, fuis ! Fuis ! mais non je n’y arrive toujours pas. Mon sourire s’est effacé en une micro seconde dès que je t’ai aperçu. Tu fais un signe à ton pote, il sort. Tu te lèves, passe dans mon dos. Je n’ose ou n’arrive pas à me retourner pour voir ce que tu fais. J’entends la porte se fermer.

- Qu'est-ce que tu fous là toi ? J't'avais pas dit de pas chercher à recroiser mon chemin ?!

Je me retourne effrayée mais je sens aussi la colère monter. Je m’en veux d’être venue et je t’en veux de m’agresser à chaque fois. Je veux juste un cachet et me casser.

- Je suis venue voir Roméo de la part de Wellsie dis je une seconde fois d'une voix mal assurée

Tu passes ta main sur la joue que j’ai giflée la dernière fois. Menace ? La colère s’amplifie. Tu t’avances calmement et me pousse sur ton canapé

- Je t'ai laissé filer l'autre fois mais crois-moi, cette fois-ci, tu t'en sortiras pas si aisément p'tit chat.

Tes mains glissent sur ma poitrine. Mon rythme cardiaque s’accélère. Je ne saurais dire si c’est dû à la peur ou à la rage que tu fais naître en moi

- Tu vois bien que t'es accro ?

Je mets mes mains en avant pour te repousser. Tu me choppes les poignes et les enserrant d’une main tu les plaques contre le canapé. Je fronce les sourcils, ton torse est trop près de moi. S’il y avait une once de peur en moi elle s’est muée en rage. De toute façon peur de quoi ? Quoique tu me fasses je m’en fous ! Il est parti sans moi, il m’a abandonné !

- T'es vraiment trop bandante. Et tu sais quoi ? C’est toi qui réveille cette violence en moi. Tu me rends à ce point fou que j'en deviens féroce dès que t'es dans les parages. C’est physique, quasi viscérale. Je te désire tellement que tu m'en rends proprement fou furieux.

- T’es un fou furieux de nature dis je furieuse d’être ainsi maintenue et suis venue pour planer pas pour m’envoyer en l’air et surement pas avec toi

Ma voix cette fois n’a pas faibli. Je t’explique que c’est mon ancien fournisseur qui m’envoie puisque tu as repris son territoire. Et souhaitant une transaction discrète, elle s’est permis de me donner une adresse personnelle. Je me rends compte en te disant tout cela que mon cœur bat toujours aussi et que même si je me fous de tout j’ai quand même un peu peur.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: A step too far... Jeu 8 Oct 2015 - 10:56



   
   Avec Lily Vincenzo
   A step too far

L
a frayeur sur ton visage m'excite d'avantage lorsqu'elle se mue en colère. Cette même colère que tu as éprouvé la dernière fois que l'on s'est vus et que tu as très vite regrettée. Je te demande ce que tu es venue foutre ici et tu déclares d'une voix mal assurée :

- Je suis venue voir Roméo de la part de Wellsie

- Wellsie ...
glissais-je songeur. Très bien. Superbe coïncidence qui nous relie désormais. Je n'aurais pas cru que tu étais le genre de fille à consommer ce type de produit mais autant dire que ça m'arrange. Je passe ma main sur la joue que tu as giflé la dernière fois pour souligner que je n’ai pas oublié. Puis je m'avance calmement mais très sûr de moi, et te pousse sur le canapé derrière toi avant de grimper sur toi et t'entraver.

- Je t'ai laissé filer l'autre fois mais crois-moi, cette fois-ci, tu t'en sortiras pas si aisément p'tit chat.

Douce menace qui franchit la barrière de mes lèvres ... mais sans doute beaucoup moins douce pour toi. Mes mains elles, sont une caresse. Une caresse imposée mais non sans douceur derrière leur fermeté.

- Tu vois bien que t'es accro ?

Tu tentes de me repousser mais j'attrape tes poignets pour les plaquer contre le dossier. Je veux faire naitre un certain désir en toi. Un désir né de notre proximité et du trouble que je suis certain de faire naitre en toi si je me fie à ce petit quelque chose dans ton regard. Un désir né de la rage et d'autant plus vif de ce simple fait.

- T'es vraiment trop bandante. Et tu sais quoi ? C’est toi qui réveille cette violence en moi. Tu me rends à ce point fou que j'en deviens féroce dès que t'es dans les parages. C’est physique, quasi viscérale. Je te désire tellement que tu m'en rends proprement fou furieux.

- T’es un fou furieux de nature me dis-tu pleine de cette fureur qui me rend d'autant plus fou. Pas faux chaton. et suis venue pour planer pas pour m’envoyer en l’air et surement pas avec toi.

- C'est pourtant là un moyen bien moins dangereux pour planer.

Ces mots sont glissés à ton oreille mais tu sembles décidée à ne pas te laisser submerger par un quelconque trouble. Tu poursuis ainsi sur les raisons qui t'ont menées ici en expliquant que ton ancien fournisseur t'envoie puisque j'ai récupéré son territoire. La transaction est censée être discrète. Bon point sur lequel je vais pouvoir jouer.

- Discrétion assurée si tu fais en sorte qu'elle le demeure, glissais-je alors que mes doigts glissent dans le creux de ton décolleté. On dirait du chantage mais c'est là un vilain jeu de ma part. Je me redresse soudain en t'ôtant toute inquiétude sur mes intentions. Je ne vais pas te toucher. Je peux aller très loin parfois mais pas à ce point ... du moins, il me semble. Je vais récupérer ce que tu es venue chercher après quelques mots échangés à ce propos et une fois récupéré le floose. Une fois de retour dans la pièce, j'agite le produit sous tes yeux, un sourire joueur aux lèvres. Petite condition en plus. Enfin condition ... disons plutôt que tu n'as pas le choix. Je serais désormais ton seul et unique fournisseur.

Que ce soit clair. Je me rassois gentiment à tes côtés, décidé à m'offrir de mon côté un petit plaisir.

- Reste. dis-je d'une voix ferme alors que je te sens prête ou décidée à partir.

L'instant d'après, je me laisse glisser dans le fond du canapé. Détendu un maximum. Je suis sur un putain de nuage. Tu en profiterais pour filer sur l'instant que je ne saurais te retenir. Je me demande vaguement où est passé Dylan. Il a du se trouver une pépète. J'en ai une vraiment jolie à mes côtés et que je risque désormais de voir régulièrement. Je me demande à quoi tu touches ou as déjà touché. On pourrait s'amuser ensemble ou du moins planer ensemble. Une fois gagné ta confiance un minimum, je suis certain qu'on pourrait s'envoyer en l'air sur tous les plans tous les deux.
Alors que tu sembles tout aussi détendue que moi sous les effets de ce que tu as pris, je t'attire contre moi en passant un bras autour de tes épaules plus délicatement qu'aucun geste que j'ai pu avoir auparavant envers toi. Et je me contente juste de ça. Rien de plus, rien de déplacé. Juste t'avoir contre moi. C'est bon ce genre de contact, non ? Juste sentir quelqu'un contre soi. Juste pour te faire un peu plus craquer encore.


WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: A step too far... Ven 9 Oct 2015 - 11:55


a step too far…



Lily & Axel



- C'est pourtant là un moyen bien moins dangereux pour planer.

Je répliquerais bien mais je réalise que je m’en fous de tes remarques je veux juste un ou deux cachets. Je sais bien que ça ne me fera pas planer mais ça me détendra suffisamment. Ta réflexion me trotte dans la tête pourtant. Je me rends compte que je ne me suis jamais éclatée au lit en planant et ce n’est pas à vrai dire une expérience qui m’attire. Lorsque je recherche une montée rapide de dopamine je pense amphét’ mais pas sexe… et pourtant ! Ta voix me sort de mes pensées.

- Discrétion assurée si tu fais en sorte qu'elle le demeure

Discrétion ! je souris et je hoche la tête au moins pour cette remarque je suis à plus de cent pour cent d’accord. Tes doigts courent toujours dans mon décolleté et mes poignets sont toujours maintenus. Tu me relâche d’un coup et te relève. Je sens les battements de mon cœur revenir à la normale. Je respire un grand coup et à ta demande je t’indique que je voudrais des amphétamines en comprimés. Je te tends des billets et tu sors de la pièce. Je me redresse, je tire sur le bas de ma robe qui était un peu trop remonté lors de notre échange un peu brusque. Je devrais filer pourtant si cette fois mes pieds sont de nouveau opérationnels, je ne bouge. Je me rassois calmement attendant ton retour qui ne tarde pas. Tu me tends un petit sachet jouant avec un instant.

-Petite condition en plus. Enfin condition ... disons plutôt que tu n'as pas le choix. Je serais désormais ton seul et unique fournisseur.

- ok mais jamais ailleurs qu’ici. Je ne suis pas une grosse consommatrice, en général cette quantité me suffit pour un mois voir plus

Tu te réinstalle sur le canapé sors un petit sachet de poudre bleutée avec une petite paille. Tu trempes ton doigt dedans et puis le passe sur tes gencives. Tu refermes le sachet tandis que je mets précautionneusement les petites pilules que tu m’as fournies dans une boite personnelle. Je repose le sachet plastique vide.

- Reste me dis tu un peu comme un ordre

Je bous ! Je n’ai qu’une envie c’est de hurler mais ayant déjà testé je sais que ça ne servirait à rien et que je n’aurais pas le dessus. Je pourrais partir mais ta phrase et accompagné d’un geste qui me retient. Tu me tends le petit sachet. J’hésite ! Je suis sure que c’est une mauvaise idée… d’un autre côté, je n’ai rien de mieux à foutre ce soir… et les soirs d’après d’ailleurs. Une larme roule sur ma joue, je l’essuie rageusement. Tu sembles être parti dans un autre monde. Oh puis merde ! Je me lève prenant un boitier cd qui traine et qui a surement dû servir quelquefois à cet usage. Je me rassois. Je pose délicatement le produit formant une fine ligne puis je l’aspire. Je referme sachet et m’appuie sur le dossier du canapé. Une décharge me parcoure suivi de micro décharges. Ton bras passe doucement dans mon dos et je pose ma tête sur ton épaule. Mes idées s’embrouillent de plus en plus. Je reste ainsi un moment puis je me relève, retire mes chaussures.

Ton sourire est comme une invitation à revenir près de toi. Je me réinstalle à tes cotés. Je m’allonge les jambes repliées, la tête posée sur tes jambes. La pièce semble disparaitre sous mes pieds faisant place à une grande forêt. J’ai l’impression de sentir les essences de pins. Tu sembles être là, un peu flou. Un frisson de peur parcourt mon corps. Il y a un grand craquement dans les bois. Tu me tiens la main. La nuit est tombée. J’ai l’impression que mon corps est agité de soubresaut. Une ombre apparait entre les arbres. Je recule, je ne sens plus ton contact. Tu as disparu. Encore un qui m’abandonne. Mes yeux sont rivés sur l’ombre. Un grondement me déchire les tympans. Terrifiée, je tente de fuir et je tombe. Je me retourne toujours à terre, mon nez saigne. Je lève le regard un grizzly se tient dressé devant moi.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: A step too far... Sam 10 Oct 2015 - 11:21



   
   Avec Lily Vincenzo
   A step too far

J
e ne suis que très peu conscient de ce qui se passe autour si ce n'est que tu te ré-installes à mes côtés après t'être levée. Finalement, tu sembles tenter ta chance face à ma proposition un peu plus tôt. Je t'attire contre moi d'un bras placé autour des épaules. J'ai l'impression de te sentir vibrer tout contre moi. Ce sont sans doute les mêmes secousses qui m'ont parcouru plus tôt et me parcourent encore tels des frissons proches de l'impression d'extase. Ton contact est chaleureux et réconfortant. Je me sens bien. Libéré de toute once de violence, je deviens doux comme un agneau. On pourrait venir me chercher des noises sur l'instant que je serais plutôt enclin aux free hugs. J'ai l'impression d'avoir les yeux fermés et pourtant ils sont bien ouverts. Tout tourne autour mais l'impression n’est pas désagréable, c'est comme si je planais sans avoir plus de prises sur rien. Voilà sans aucun doute pourquoi on parle de planer.

Et puis tu t'écartes un instant pour retirer tes pompes. Je t'observe. Chacun de tes mouvement me parait saccadé, loin, flou mais j'arrive encore à esquisser un sourire avant que tu ne t'allonges alors la tête sur mes jambes. Tes cheveux semblent comme autant de tentacules de soie. Leur contact est si doux. Je plonge dans le trouble, un trouble riche de sensualité où je te vois danser devant moi ... pour moi ... . Envoûtant ... . Mais la réalité me submerge alors que quelque chose attire mon attention et me tire de ce tourment délicieux.
Ton corps semble agité de légers soubresauts qui se renforcent alors que je reprend peu à peu conscience. Ma main glisse sur ton front comme pour te calmer et t'empêcher de trembler. Tu gémis comme en proie à un mal. C'est là que je réalise et qu'un semblant de raison m'alerte alors sur ton état. Tu es brûlante, tu trembles et ton nez saigne. Et merde ! Pas maintenant putain !!! Me fais pas un coup pareil ! J'appelle Dylan en poussant la voix. Un bref instant , la panique m'étreint alors que je crains toutes sortes de possibilité, mais il déboule alors et je lui somme de faire dégager tout le monde illico. Il comprend aussitôt la situation en jetant un regard sur toi et ne pose pas de questions. Je m'empresse de mon côté de te transporter entre mes bras jusqu'à la salle de bain. Le meilleur moyen de faire baisser ta température est de te faire prendre une douche froide. Pas le choix. Il faut agir rapidement.

- Putain me joue pas un tour pareil ! vociférais-je comme si j'étais sûr que tu m'entendes.

Je te dépose dans la baignoire délicatement et ouvre l'eau, m'emparant dans un même temps d'une éponge de douche pour mouiller ton visage et la presser contre ton front. Au bout d'un moment, tu sembles avoir baissé en température mais tu n'es toujours pas revenue à toi. Dylan est venu s'assurer entre temps que ça allait mieux. Et je suppose qu'il a du aller se poser dans le salon ou la salle de jeux.
L’inquiétude née pour toi a écarté toute pensée lubrique à la découverte de ton corps. Et tu reposes désormais nue dans le lit de la chambre d'amis où je t'ai installée après t'avoir séchée. Première fois que je borde ainsi quelqu'un et que je me montre pour le moins aux petits soins. Ce ne sont pas les regrets qui m'y poussent. J'ai proposé, tu as décidé.

Tu sembles désespérément calme désormais. Si paisible. Je te laisse un instant pour aller trouver Dylan qui est avachi endormi sur l'un des fauteuil du salon, télécommande prête à lui échapper des mains. Je récupère cette dernière et attrape un plaid tout près pour lui balancer en vrac dessus. De mon côté, je ne tarde pas à te rejoindre dans la chambre, me posant à tes côtés, dos calé contre la tête de lit. Je préfère me trouver là à ton réveil.

WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: A step too far... Sam 10 Oct 2015 - 19:10


a step too far…



Lily & Axel


Le grizzly me domine de toute sa hauteur. Mes yeux sont rivés sur ses monstrueuses pattes. Une seule d’entre elles pourrait me broyer. Il vocifère. Mon corps tremble terrifié et je n’arrive pas à contrôler ces soubresauts. L’animal charge sa patte m’éjecte contre un arbre ou je ne sais quoi. Ma vue se brouille. Je tente d’appeler au secours mais ma gorge semble serrée et seuls quelques gémissements en sortent. L’ours revient sur moi, je me sens ballottée en tous sens. Je perds conscience. Je reviens à moi dans un ruisseau. La bête tourne autour de moi, je ne vais pas survivre. J’ai peur. Je m’évanouis de nouveau.

Ma tête résonne lorsque j’ouvre les yeux. J’ai fait un étrange rêve. J’étais dans la forêt et je me faisais attaquer par un ours. Merde tout me revient la poudre bleue, Axel, la fête ! C’était quoi ce bad trip. En attendant je ne suis pas seule dans ce lit et je suis complètement nue. Les questions se bousculent dans mon esprit. Tu sembles endormi. Il y a un tee shirt posé sur la table à côté de moi. Je l’enfile pour couvrir ma nudité. Mes yeux se posent sur ton torse et j’observe tes nombreux tatouages cherchant leur signification. Je m’étire, tous mes muscles sont douloureux. Je passe la main dans mes cheveux, ils sont mouillés. Hum voilà pourquoi je suis nue, une douche ou bain. Je hésite entre me lever et me rendormir un peu je suis si fatiguée. Je n’ai pas à faire ce choix, tu t’éveilles. Je souris un peu gênée.

- Merci pour le tee shirt et désolée pour cette nuit te dis-je penchant légèrement la tête un air navré… je ne sais pas trop ce qui s’est passé, je n’avais jamais fait de mauvais trip

Etonnament malgré ma nuit agitée, je me sens bien dans ma tête. Je suis peut être encore sous l'effet d'un psychotrope. N'importe quoi! La dose que j'ai prise était trop faible. Mon sourire est sincère. Contrairement à l’attitude que je connais de toi, tu sembles différent, si différent. Tu me fais signe de m'approcher, j'obeis docilement. Je ne saurais dire pour quelles raisons mais j'ai confiance. Tu poses doucement tes mains sur mon front et mes joues puis tu affiches un air satisfait. Au bout d'un moment, tu me propose un café. Je t’observe interloquée.

- Je ne te voyais pas en infirmier. je te chuchote avec un sourire taquin.

Nous rejoignons la cuisine. Un autre homme a fait du café. Tu me le présente, un certain Dylan. Je sens son regard sur moi. Je réalise soudain que je porte juste un tee shirt. Je tire sur le bas du vetement qui est déjà limite plus long que la robe que je portais la veille.

- euh je vais peut être aller m’habiller ?

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: A step too far... Mer 14 Oct 2015 - 10:56



   
   Avec Lily Vincenzo
   A step too far

M
es yeux s'entrouvrent sur toi alors que les premiers rayons de soleil envahissent la pièce et la baignent d'une atmosphère rassurante. Tu as passé le t-shirt que j'avais laissé pour toi. Ton sourire est significatif de la gêne qui te trouble. Nous sommes tous les deux dans le même lit, c'est vrai. Si tu te poses des questions, je risque de laisser planer le doute juste pour t'enquiquiner.

- Merci pour le tee shirt et désolée pour cette nuit ... je ne sais pas trop ce qui s’est passé, je n’avais jamais fait de mauvais trip

- Aucun problème, me contentais-je de dire avant de m'étirer et de me redresser. Tu m'as fichu une sacrée frayeur mais tout va bien now.

Désormais assis sur le bord du lit, je me retourne un instant vers toi pour voir ce sourire plus apaisé naitre sur ton visage. T'es loin d'être un monstre au réveil. Je ne regrette pas que tu sois venue.

Mes propos prêtent quelque peu à confusion mais soit. Je n'ai pas perdu mon côté joueur. Je te fais signe d'approcher tandis que je me penche un peu et tu le fais visiblement sans la moindre once d’inquiétude. Je porte une main à ton front avant de glisser les deux sur tes joues. Ta peau est d'une douceur extrême, si bien que je prolonge un peu ce contact. Je t'adresse un sourire rassuré puis te propose d'aller déjeuner. Tu sembles surprise par ma douceur.

- Je ne te voyais pas en infirmier.

Ton air taquin me donne envie de fondre sur tes lèvres. Mais chut ... pas trop vite. J'attrape ta main dans la mienne et nous rejoignons la cuisine. Dylan est debout et s'emploie déjà à faire du café. Je te le présente. Son regard sur toi manque de me faire exploser de rire, j'ai bien conscience que tu es nue sous ce t-shirt. Ça m'amusait jusqu'à ce que tu t'en rendes compte ou plutôt que mon imbécile de pote ne te le fasse remarquer par son regard un peu trop soutenu. Adorable cette façon dont tu tentes d'allonger le t-shirt un peu plus sur tes cuisses. J'adresse un regard à Dylan qui veut tout dire et une fois que tu file t'habiller, je lui donne une claque sur l'arrière du crâne.

- Imbécile.

- Désolé mec mais j'ai complètement bloqué dessus.

- La prochaine fois, abstiens-toi, glissais-je par taquinerie même si certes, je ne me serais pas privé du spectacle de voir le bout de tissu remonter sur ses jolies cuisses lorsque tu te serais assise ma jolie.




Te voilà de retour, fini le temps de fantasmer. Nous buvons un café en discutant tranquillement. Je me suis décidé à préparer des gaufres. Merci les pâtes toutes prêtes ! En fouillant dans les placards, je ne trouve plus de Nutella et seulement un restant de sucre.

- Dylan, mission pour toi. Il se ramène vers moi et je lui confie la tâche d'aller à la supérette pas loin pour ramener de quoi agrémenter tout ça. Une fois ce dernier parti, je laisse un instant la pâte reposer et mets de la musique dans le salon. Tu es installée à genoux sur le canapé, observant à demi penchée par la fenêtre ouverte. Tes cheveux remuent sous la légère brise qui s'engouffre par l'ouverture. Mes yeux glissent sur toi autant que mes mains le désirent de leur côté, mais je me contente de m'approcher et de déposer un baiser sur le sommet de ta tête avant de glisser ma main dans la tienne et de te faire danser au milieu du salon avec moi sur "Only Girl" de Rihanna. Son rythme m'entraine malgré le fait que je sois encore à demi embrumé dans une danse proche avec toi, aussi lascive qu'elle ne se plie malgré tout au rythme de la musique à ma façon. Le contact de ton corps contre le mien alors que j'ai passé un bras dans le bas de ton dos me rend plus friand encore et plus aventureux dans les mouvements alors que bientôt, l'une de tes jambes se glisse légèrement entre les miennes dans le mouvement pour mieux marquer les ondulations.

Il y a quelque chose de magique sur l'instant ou plutôt d'électrisant qui se disperse néanmoins lorsque le morceau se termine et que je dépose un baiser sur le dos de ta main avant de rejoindre la cuisine. La musique elle, continue de résonner à travers l'appartement, elle s'évade par la fenêtre ouverte. Le soleil s'invite comme attiré par la mélodie, elle inonde la pièce de rayons intenses qui créent une sorte de barrière en plein milieu du salon par une large raie de lumière. Tu te trouves de l'autre côté et tu baignes dans une sorte de halo qui m'attire de nouveau vers toi. Une attraction à laquelle je tente de résister si je veux éviter de te sauter littéralement dessus. Putain, je vais avoir besoin d'une douche froide. Mon regard se pose plus souvent sur toi, te dévorant littéralement, qu'il ne s'occupe de la cuisson des gaufres. Ah ! Revoilà Dylan. Je lui confie le soin de poursuivre ma tâche pour rejoindre la salle de bain avant que je ne me laisse envahir par mes pulsions. Perdre le contrôle maintenant alors que je gère bien jusqu'ici serait une vraie cata. Si d'ordinaire, je ne me pose pas de questions quand je veux une fille et que j'agis sans me soucier des conséquences, le jeu de séduction qui me pousse à ainsi vouloir te "chasser" ne me permet pas de faire n'importe quoi. C'est grisant d'ainsi parvenir à te séduire malgré la quasi révulsion que j'ai du t'inspirer au départ.

A ma sortie de la douche, tout est prêt pour déjeuner. C'est un pur régal. Dylan lance les hostilités avec le sucre glace et je fais d'autant plus le con en m'amusant à envoyer du sucre glace au large dans vos deux directions. Pour me faire pardonner, je me glisse à quatre pattes sur le canapé où tu es installée et je viens passer un coup de langue là où il réside un peu de sucre sur l'intérieur de ton poignet, terminé par un baiser délicat sur ce dernier. Mon sourire traduit "pardonne-moi ma bêtise" et il se fait aussi craquant que possible.

- Hey, tu viens me lécher moi aussi ? balance Dylan pour déconner depuis le fauteuil où il est installé tandis que je regagne le mien.

Les rires s'élèvent dans la pièce puis nous rentamons la discussion et parlons de ce qu'on va faire aujourd'hui. Vu qu'il n'y a plus rien de bon à grailler dans les placards ni le frigo, je propose à mon pote que nous nous rendions sur le marché. Et puis je te regarde.

- Fais-moi plaisir, reste manger avec nous.

Je t'apprends que ce soir, on compte encore faire la fête mais l'après-midi sera consacrée à la détente. On risque de jouer à des jeux vidéos et de peut-être aller faire un tour pour profiter du soleil. Ce serait extra que tu restes. Dis oui !

Dylan s'y met aussi pour t'inciter à rester. Tout ça est promesse d'une journée vraiment sympa.

WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: A step too far... Ven 16 Oct 2015 - 10:29


a step too far…



Lily & Axel


Tu me proposes quelques fringues à enfiler. Je redescends un peu plus vêtue. L’odeur du café embaume la pièce. Je me fais servir une tasse tandis que tu farfouilles … à la recherche de je ne sais quoi ! Je t’observe un moment. Tu finis par sortir un paquet pour faire des gaufres puis tu recommences à fouiller dans les placards et finit par sortir un fond de sucre glace. Tout comme je ne t’imaginais pas en infirmier je ne t’imagine pas plus en cuisinier ! Tu demandes à Dylan d’aller faire quelques courses. Je m’installe sur le canapé et ouvrant la fenêtre je le regarde partir. Tu finis ta préparation culinaire et reviens dans le salon en mettant de la musique. Le vent souffle sur ma peau. Je sens ta présence se rapprocher. Tu déposes sagement une bise sur mon front à ma grande surprise. Je ne m’attendais pas à cette douceur de ta part mais je ne souhaitais pas non plus que tu sois agressif comme d’habitude.

Apres ce sage baiser tu prends ma main. Je me laisse faire suivant l’impulsion du moment. Mon corps s’enhardit suivant le rythme. Ta main glisse petit à petit dans mon dos, nos corps sont l’un contre l’autre. Au fil de la musique, ils s’imbriquent un peu plus. Je glisse une jambe entre les tiennes et j’imprime des ondulations lascives du bassin. Je ne cherche rien, je me laisse juste aller. La chanson semble m’avoir transporté ailleurs, ce n’est pas le axel d’il y a quelques jours, ce n’est pas moi et mes déceptions et obligations. Puis tout se brise en un instant lorsque la chanson se finit. Tu embrasses le dos de ma main. Tu repars en cuisine. J’avise mon sac posé dans un coin. Je prends un comprimé dedans puis je retourne tournoyer sur la musique. L’odeur des gaufres en cours de cuisson s’élève dans l’air. J’ai l’impression que ton regard court sur moi et je me rends compte que ça ne fait naitre aucune crainte, aucune gêne un peu comme si tout m’était égal.

Dylan revient avec un sac et prends le relais pour la cuisson tandis que je te vois te diriger vers la salle de bain. Je me love de nouveau sur le canapé. Je devrais partir, je n’ai rien à faire ici ! Et d’ailleurs je n’ai rien à faire tout court… alors ici ou ailleurs… autant ne pas être seule à ressasser des pensées moroses et s’amuser. À ton retour nous déjeunons, les gaufres sont croustillantes à souhait. Puis tout se bouscule, Dylan te lance du sucre glace et tu ripostes à ton tour tu envoies la poudre sucrée un peu partout. Une légère bise les fait voleter dans la pièce comme des micro flocons de neige. La neige tombe et tu viens sur le canapé. Tu prends mon poignet, lèche le sucre et y dépose un autre baiser. Tu souris. Là je suis gênée, une légère tension intime commence à naitre, du moins c’est l’impression que j’en ai. Dylan fait une réflexion et nous éclatons de rire faisant retomber la tension. Vous parlez du déroulement de votre journée…. La possibilité d’aller au marché pour faire à manger. En dehors des pancakes je ne cuis rien alors votre conversation m’indiffère jusqu’à ce que vous me proposiez de vous suivre.

- Fais-moi plaisir, reste manger avec nous.

Je hoche la tête je ne sis pour quelle raison. Un peu comme si une petite voix m’avait dit de le faire

- Ce serait extra que tu restes. Dis oui !

Tu m’expliques que vous comptez jouer, peut-être vous promener et refaire une fiesta le soir. Même Dylan incite pour que je me joigne à vous. Je souris.

- ok j’accepte avec un petit haussement d’épaule.

Je sais que ce n’est pas une bonne idée pourtant comme par rébellion c’est une idée qui me plait. Nous montons dans un pick up qui m’est légèrement familier. A ma demande tu me dépose sur le campus pendant que vous vous rendez sur le marché tout proche. Je branche mon téléphone et je consulte ma messagerie au cas où mon téléphone aurait oublié de me l’indiquer. Je prends une bonne douche, enfile une nouvelle robe et des bottes. Et je vous rejoins tandis que vous choisissez des viandes et des charcuteries. Vous m’accueillez tous deux avec sourire et bonne humeur. De retour chez toi, j’explore les rayonnages de ta bibliothèque tandis que vous cuisiner. Je prends un livre et feuillette quelques pages. Puis tu viens vers moi me faire goûter votre plat.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: A step too far... Ven 23 Oct 2015 - 11:11




Avec Lily Vincenzo
A step too far

N
ever Never de Korn résonne à plein volume dans l'habitacle de la voiture tandis que la route défile. Dylan et moi marquons le rythme de nos mains tout en remuant gentiment sur la musique. Tu demandes à ce qu'on te dépose sur le campus pour récupérer quelques affaires et nous nous entendons pour nous retrouver sur le marché tout proche. A peine déposée, Dylan me glisse :

- Si tu lui mets pas le grappin dessus, j'te garantis que moi j'le ferais !

- Tentes ta chance ... le menaçais-je à demi amusé.

- Encore une qui va passer à la trappe aussitôt le jour levé !

- Tu peux dire toi, t'es pareil que moi à ce niveau-là ! répliquais-je.

- Non mais sérieux, elle a l'air d'en avoir dans la tête. C’est le genre de fille qui mérite qu'on se penche vraiment dessus, tu crois pas ?

- Je confirme. Elle en a en grande partie dans la caboche mais une poulette reste une poulette et ce sont les plus intelligentes qui sont les plus chieuses. Plus elles sont vives d'esprit, plus elles t'en font voir. Non merci les manipulatrices ou celles qui pètent plus haut que leur cul avec leur répartie à deux balles.

- Hey doucement Romeo ... faut toujours que tu t'enflammes.

- Je m'enflamme pas connard ! lâchais-je.

- Abruti !

- Pédale ! soulignais-je avec un large sourire.

Nos rires fusent un instant alors que je m'apprête à me garer sur une place à ma portée. Nous entamons le marché en déambulant à travers les étales tranquillement. Ça sent bon. J'aime l'ambiance de ce genre d'endroits, c'est agréable et animé. Et puis à cette heure, ça commence à être un peu moins fréquenté, ce qui évite de se retrouver à devoir avancer au ralentis dans une masse ininterrompue de gens.

- Tu crois qu'elle va mettre une de ces jolies petites robes ? me glisse Dylan alors que nous nous trouvons devant viande et charcuterie qui donnent l'eau à la bouche. Je prends deux poulets rôtis et de la charcuterie, te remarquant alors approcher.

- Juge par toi-même, glissais-je avec un sourire mutin aux lèvres, à mon pote.

Nos deux regards se tournent vers toi, charmés. Je file un coup de coude à Dylan alors qu'il fait claquer sa mâchoire comme lorsque lui et moi trouvons une fille appétissante.

- She's mine. Definitely. confirmais-je à Dylan l'air de dire que ma décision est prise. Pas touche en somme.

Je m'abstiens de tout commentaire sur ta tenue. Je sais d'avance que ça peut autant te ravir que t'offusquer. Nous déambulons encore un moment à travers le marché, discutant de choses et d'autres, nous amusant un instant devant une étale de vieux jouets, le temps de retomber en enfance quelques minutes. Il y a également des animaux à la fin du marché et nous y restons un court instant alors que Dylan a trouvé ma réplique parfaite en la personne d'un lapin. Plutôt joli d'ailleurs. Puis nous retournons à l'appartement. Dylan et moi nous mettons aussitôt en cuisine tandis que tu explores les rayonnages de ma bibliothèque. Ouais, on croirait pas à me voir mais j’ai toujours aimé lire. On peut surtout y trouver du fantastique et des thriller entre autres livres plus sérieux. Ça touche à du Masterton, Koontz, King, Tolkien, Lovecraft ... . C'était là mon seul moyen d'évasion étant petit. A la maison y'en a pas mal aussi. Enfin chez mon frangin puisque la maison est désormais à lui. Hum ... pensons à autre chose. Tout ça me fait songer au passé et je n'aime pas trop ça. Il y a trop de calme ici. Ça fait du bien mais là pour le coup, je dois me changer les idées. Putain, c'est fou comme une brève pensée de quelques secondes suffit à me foutre limite les nerfs.

Je lance un regard dans ta direction. Tu es penchée en avant, observant toujours divers bouquins en ma possession. Je retrouve mon calme. J'ai envie de venir me coller contre ton joli p'tit cul mais tu risques de pas trop apprécier.

- Dégage de là deux minutes, soufflais-je à Dylan histoire de pouvoir être cinq minutes tranquille avec toi. Je m'approche et t'attire gentiment par la main jusqu'à la cuisine.

- Goûte-moi ça.

J'ai préparé des pâtes fraiches fourrées au fromage pour accompagner les poulets rôtis et préparer une sauce à la crème pour aller avec. Tu sembles apprécier et il demeure une petite trace sur le coin de ta bouche que j'efface du bout du pouce avant de le porter à mes lèvres.

- J'approuve également, c'est délicieux. confirmais-je. Tu t'attendais pas à ce qu'une saloperie comme moi sache aussi bien cuisiner, pas vrai ?!

Je dépose un bisou sur ta joue et poursuis ce que j'étais en train de faire. Dylan ne tarde pas à revenir dans la cuisine un instant plus tard. Tout comme nous ne tardons pas à nous mettre à table. La télévision joue en fond sur une chaine de clips musicaux qui repassent le MTV Unplugged in New York de Nirvana. Ça faisait longtemps que je n'avais plus entendu certains morceaux. L'ambiance demeure sympa et détendue entre nous.
L'après-midi, nous décidons de jouer un peu aux jeux vidéos ensemble. On s'éclate bien jusqu'à ce qu'on vienne frapper à la porte.

- Rien à foutre, ils repasseront, dis-je sans savoir qui vient me voir.

Mais les coups à la porte se font plus insistant.

- Putain ! On avait pas répète aujourd'hui ?! balance soudain Dylan.

Je réfléchis deux secondes et je me redresse. En effet. Putain, j'avais complètement zappé. Dylan t'explique que lui et moi avons récemment remonté le groupe de rock qu'on avait au lycée après avoir retrouvé un pote à nous qui était bassiste. Je file lui ouvrir à lui et un autre pote qui l'accompagne tandis que toi et Dylan rejoignez le salon après avoir coupé le jeu. Pas sûr qu'une répète t'intéresse fort, aussi j'hésite à repousser. J'aimerais bien que tu restes à notre petite fête de ce soir et n'aimerais pas te voir filer avant sous le prétexte d'un quelconque ennui. Et puis on avait prévu de se faire une balade dans l'aprem donc je te laisse le choix en te prenant à part après t'avoir présenté nos deux visiteurs, t'attirant dans une pièce plus loin, un bras autour de tes épaules.


WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: A step too far... Lun 2 Nov 2015 - 19:08


a step too far…



Lily & Axel


Je suis perdue dans les bouquins. Certains me sont complétement inconnu… trop vieux et d’autres plus familiers. Je ne t’imaginais pas spécialement lire mais si je t’avais imaginé lecteur, il est vrai que thriller, suspense, horreur cadrent bien avec le peu que je connais de toi. Mon esprit me lance de nouveau des alertes et me conseille de fuir. Je n’ai pas le temps d’approfondir la question. Je sens ta présence et tu me prends la main pour m’entrainer dans la cuisine.

- Goûte-moi ça

Tu me présentes une cuillère en bois couverte d’une sauce crémeuse. J’entrouvre les lèvres et déguste le savoureux échantillon que tu y fais pénétrer. Je hoche la tête pour signifier que j’apprécie. Ta main monte vers mon visage. Mon cœur s’accélère. Tu poses un doigt sur la commissure de mes lèvres. Tu récupères une petite trace de la dégustation. Tu suces ton doigt.

- J'approuve également, c'est délicieux. Tu t'attendais pas à ce qu'une saloperie comme moi sache aussi bien cuisiner, pas vrai ?!

Je secoue la tête, passe la langue sur mes lèvres en évitant ton regard. Tu poses une bise sur ma joue et retourne à tes casseroles. Ma gorge se noue. Dylan revient dans la cuisine. Nous nous mettons à table. Je me demande ce que je fous là mais d’un autre coté c’est plus agréable que de se morfondre toute seule. La musique qui sort de la télé est un vieux concert d’un groupe disparu. Ce n’est décidément pas un endroit où je devrais rester. Je devais à peine avoir trois ou quatre ans lors de ce unplugged et vous deux apparemment ça vous évoque une foule de souvenirs.

Après le repas nous nous installons dans le salon, vous vous semblez être deux gamins qui se chamaillent en permanence. Une compétition se déclenche pour savoir lequel gagnera la partie puis vous me montrez comment jouer. Je remporte quelques parties mais surement plus car vous me laissez l’avantage que par mon aisance au jeu. Je suis bien plus adroite au dessin. Une personne frappe à la porte, tu râles, ça insiste.

- Putain ! On avait pas répète aujourd'hui ?! balance soudain Dylan.

Tu vas ouvrir tandis que Dylan me raconte que vous avez remonté le groupe que vous aviez au lycée. Tu me présentes vos deux amis puis tu m’entraines à l’écart. Tu m’expliques que tu avais oublié votre répétition mais comme tu aimerais que je sois des votre ce soir tu me laisse le choix. Si je le souhaites tu es prêt à annuler votre programme pour que nous allions nous promener sinon je peux vous regarder et nous irons nous balader plus tard. Tu es si différent de l’autre fois… Je reste perplexe un moment ne sachant que te répondre.

- Si tu me files un truc pour être dans l’ambiance, je vous écoutes jouer puis on ira se promener apres si on a le temps te dis je avec un clin d’oeil
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: A step too far... Sam 7 Nov 2015 - 10:38




Avec Lily Vincenzo
A step too far

L
es autres ont déjà commencé à installer le matériel en faisant de la place dans le salon. D'ordinaire on répète dans un endroit adéquat mais en ce moment, pas le choix. On se fait plaisir avec des reprises qu'on apprécie. Des morceaux lourds de sens pour moi, emplis de rage et de frustration auxquelles je m'identifie à travers certains morceaux de Korn, et auxquelles je laisse libre cours à travers ma voix. C'est un moyen pour moi de me défouler là aussi. L'écriture de chansons l'est aussi mais j'ai tendance à détester ce que j'ai écris après relecture. Ce n'est de toute façon pas là une priorité. Si nous avons remonté ce groupe, c'est pour pouvoir jouer et nous faire plaisir, pas forcément pour créer nos propres morceaux même si on se prête régulièrement à l'exercice par plaisir ou par envie d'improvisation.
Je te regarde alors que tu es installée non loin. Mes mots glissent vers toi, souligné par mon regard soutenu et le contenu de mes paroles. Sunspots de Nine Inch Nails.


She turns me on, she makes it real
Elle me fait planer, elle le rend vrai
I have to apologize, for the way I feel
Je dois m'excuser pour ce que je ressens

My life it seems has taken a turn
Ma vie semble avoir pris une autre direction

Why in the name of God would I ever want to return ?
Pourquoi au nom de Dieu voudrais je faire demi-tour ?

Peel off our skin we're gonna burn what we were to the ground
Pèle ta peau, nous allons brûler ce que nous étions en surface

Fuck in the fire and we'll spread all the ashes around
Foutre ça dans le feu et nous disperserons les cendres

I want to kill away the rest of what's left and I do, yes I do
Je veux supprimer le reste de ce que j'étais et je le fais

She turns me on, she makes it real
Elle me fait planer, elle le rend vrai

I have to apologize, for the way I feel
Je dois m'excuser pour ce que je ressens

And nothing can stop me now
Et rien ne peut m'arrêter maintenant

And there is nothing to fear
Et il n'y a plus rien à craindre

And everything I'd ever want
Et tout ce que j'ai toujours voulu

Is inside of here
Est ici à l'intérieur


"She turns me on, she makes me real" m'évoque la drogue et tout ce que tu provoques en moi depuis hier soir. L'excitation, le défis. "And nothing can't stop me now" c'est cette envie de te chasser, te séduire, m'amuser, tout ce face à quoi je ne saurais m'arrêter. Quand à l'évocation de la chanson et de ces changements, détruire ce que j'étais avant et redevenir quelqu'un de bien, ce n'est que leurre. Un leurre difficile à attraper. Un leurre qui t'es destiné, juste pour souligner cette nouvelle facette que tu vois de moi. Te prendre au piège. Crois-tu réellement que j'ai changé ? Ou que j'étais juste dans une sale passe qui me rendait à ce point exécrable pour devenir le plus doux des agneaux ensuite ? Leurre, leurre, LEURRE !!!


On ne voit pas le temps passer. Les morceaux s'enchainent. Je suis plein d'attentions pour toi, portés sur les regards, les sourires. Le ciel s'obscurcit au contraire de nos morceaux qui deviennent moins sombres et plus entrainant. Synonyme de la fête qui va suivre.
Nous nous retrouvons bientôt de nouveau tous les trois ... pour si peu de temps. Juste quelques instants pour se défoncer tranquille avant que nous ne soyons envahis.
Ça démarre aussitôt. L'ambiance est là à peine les premiers arrivés. Je me préoccupe de certains dans le lot, j'esquive les filles qui pensent avoir inévitablement droit à un tour dans mon lit, ainsi que celles qui jouent de charme. Je suis censé n'avoir d'yeux que pour toi. Tu dois voir et croire. Croire que ta seule présence efface tout parasite autour. Tu dois voir que je ne vois que toi. Tu dois sentir mes mains sur toi alors que je t'entraines pour danser tout contre ton corps. Ressens les choses comme je les ressens ... . Succombe.

WILDBIRD

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: A step too far... Dim 8 Nov 2015 - 21:23


a step too far…



Lily & Axel


Tu ne me réponds pas et tu me tends le petit sachet à la poudre bleutée au bout d’un moment. Je promets d’y aller avec modération cette fois. Je disparais dans la salle d’eau et quand je reviens le salon a été transformé. Les meubles repoussés, je m’installe sur le canapé, je replie mes jambes sous moi et je me laisse porter par la musique. Les airs me sont vaguement connus mais je n’étais même pas née à la formation de certains de ces groupes. Ma tête se détend. Je commence à planer un peu. Je sens ton regard rivé sur moi ou plutôt sur mon corps. J’oublie presque où je suis. D’ailleurs quelle importance, le mec que j’aimais m’a larguée lâchement alors autant s’éclater. J’humidifie mon doigt, je le trempe dans le sachet et suce mon doigt du bout de la langue.

Je laisse ma tête aller en arrière puis je reporte mon attention sur toi. Mes yeux rencontrent les tiens tu viens d’entamer une chanson. Ton regard soutenu me fait comprendre que tu cherches à faire passer un message. J’essaye de me concentrer sur ta voix et les paroles. Je dois être un peu défoncée. C’est plutôt agréable. Allez je dois me concentrer. Je me raccroche à ton regard acier, tes paroles parlent de vouloir changer, d’un soleil qui te brule les yeux ? tout ce que tu veux est ici ? … sérieux tu parles de moi ? je te souris, enfin je crois. Mon corps semble léger et gourd à la fois. Mon esprit semble hyper actif et complètement déconnecté de la réalité. Votre répétition s’éternise. Tes sourires, tes regards, tes gestes sont tous pour moi. J’adore. Je m’excuse et retourne me détendre un moment dans la chambre en prenant un livre. Lorsque je redescends le salon est de nouveau en place. Dylan m’offre un café. Tu es installé sur le canapé et tu te défonces.

Peu de temps après tes invités arrivent. Je me retrouve bientôt dans un brouhaha infernal. Tu salues quelques personnes. Je suis avec un groupe me balançant au rythme des notes. Je sens bientôt tes mains sur mes hanches. J’ondule tout contre ton corps, jeu dangereux, tu n’as nul besoin que je t’excite ou te provoque. Ton jeu est clair depuis le début d’après-midi. Et là je t’ai vu esquiver des femmes souvent plus âgées que moi que tu aurais pu avoir sans effort. . D’ailleurs je balaye la pièce, d’un regard brumeux, je dois être la plus jeune des invitées. Je sens ta main descendre sur le haut de mes cuisses. Un doigt court sur l’ourlet de ma robe. Je te défie du regard. Je ne devrais pas. Je le sais mais je m’en fous je suis trop loin déjà.

- offre-moi autre chose. Je te chuchote à l’oreille

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: A step too far... Jeu 12 Nov 2015 - 11:27




Avec Lily Vincenzo
A step too far

T
u nous a quitté un moment durant la répétition pour aller te poser dans une autre pièce au calme. Et à ton retour, je suis en train de me défoncer tranquillement, poussant "Roots Bloody Roots de Sepultura" à fond, tandis que Dylan t'invite à le suivre en cuisine pour t'offrir un café. Je ne cherche même pas à jeter un œil sur ce qu'il fait ou s'il cherche à te charmer dans mon dos. Je n'ai d'yeux que pour ma came sur l'instant et sur l'effet que ça me procure.

Je suis complètement déconnecté le temps que du monde débarque. Je ne sais même pas si j'ai graillé quelque chose entre temps. Dylan aurait aisément pu t'embarquer dans ma piaule pour te sauter que je ne l'aurais même pas remarqué. J'ai l'impression de glisser dans la pièce et non de marcher. C'est comme si tout autour m'apparaissait en mouvements saccadés. Et puis les effets s'amenuisent légèrement après un temps et je fais le tour de quelques personnes avant de me mêler à la foule pour danser. Je te trouve bientôt et je me glisse dans ton dos, plaçant mes mains sur tes hanches pour onduler tout contre toi. Les filles esquivées un peu plus tôt ont toutes le regard sur toi. Il est déjà arrivé que ça se fritte pour si peu mais la plupart du temps, elles décident de s'y mettre à plusieurs pour rejoindre mon lit. Comme ça, pas de jalouses. Je dois dire que j'aime bien cette méthode !

Te concernant, je ne veux aucun parasite autour. Si tu veux être toute à moi, tu le seras. Ma main descend le long de ta cuisse. Mes caresses n'ont rien d'innocent. Un doigt court sur l’ourlet de ta robe alors que tu me fais désormais face. Tu me défies du regard. De ce regard brumeux qui me montre que je pourrais faire n'importe quoi de toi.

- Offre-moi autre chose. me chuchotes-tu à l'oreille.

- Inutile de le demander ...

Le désir qui me possède pourrait aller jusqu'à me pousser à t'avoir pour moi ici même, au milieu de cette foule dense. Je ne connais rien de plus excitant. Mais je veux t'avoir toute à moi. Je m'assure juste de pousser ton désir à son paroxysme avant de nous éloigner de la foule. Je veux littéralement te faire tomber à genoux devant moi, de désir. Je veux que tu te traines à mes pieds comme une chienne. Une position dans laquelle nous ne tardons pas à nous retrouver alors qu'on se retrouve un instant à quatre pattes face à l'autre, nous toisant d'un regard brûlant de ce même désir ardent qui couve en nous depuis un moment et qui va bientôt trouver son aboutissement de la plus délicieuse façon qui soit.
Je suis tellement déchiré que je t’incite à me suivre dans une autre pièce en marchant à quatre pattes, sur les genoux, de façon lascive, imitant un félin. Je veux jouer avec toi à un jeu féroce. Je veux te dévorer tout ce qu'il reste de la nuit.


WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: A step too far... Ven 20 Nov 2015 - 11:05


a step too far…



Lily & Axel



La danse m’entraine. J’ai l’impression d’avoir des regards envieux posés sur moi mais je délire peut être. De toute façon la musique créait une protection contre ce qui m’environne à moins que ce ne soit ce que j’ai pris plus tôt qui me donne de drôles de sensations. Puis je m’en fous, tes mains sont toujours sur moi. Euh c’est les tiennes au moins ? Je me retourne ton regard est brillant. A moins il y a quelqu’un qui a envie de moi ! Et merde j’espérais que Chris ne revienne pas dans mon esprit. Il faut que je reprenne un truc. Les gens autour de moi dansent décidemment n’importe comment. Je tourne sur moi-même puis mon équilibre semble me fausser compagnie. Je sens tout à coup des bras forts. Je lève les yeux. Ton regard bleu acier qui m’avait fait flipper, a un côté rassurant. Je pose mes mains sur ton torse.

Il y a un peu moins de monde dans le coin où tu m’entraines. Je prends rapidement un peu de poudre. Tu me dis un truc que je ne saisis pas. Je regarde tes lèvres bouger, elles ont sur mon esprit un pouvoir attractif. Je me dresse sur la pointe des pieds et t’embrasse. Je ne sais pas trop comment mais je me retrouve à quatre pattes te faisant face. Euh j'ai l'impression d'avoir eu un trou de mémoire. Comment me suis-je retrouver là ? oh puis quelle importance. Mon sang semble fluide dans mes veines. J’entends les battements de mon cœur dans mes tempes. L’excitation du jeu monte en moi. On se tourne autour un instant. Il fait horriblement chaud.

Je suis dans une chambre… euh ça fait longtemps ? Non quelques minutes... Tu as un suçon sur l’épaule… c’est moi qui ai fait ça ? euh peut être des heures alors...Je tourne la tête, nous sommes seuls ici. La fête dans les autres pièces est encore bien active. Tu attires mon attention en me causant te demandant peut être si je te refais pas le sale plan de la veille. Tes mains sur le haut de mes fesses me font l’effet d’être des charbons ardents. Je te souris taquine.

- l’effet est grisant. J’adore.

Tu tends la main vers la table de nuit proche. Je regarde plus loin il y a de la poudre blanche sur la table basse quand est-ce que tu as pris un rail ? Surement quand nous sommes entrés dans la chambre. Un cadavre de bouteille de whisky traine à côté de sa sœur à demi entamée. Ta main passe sous mon menton. Tu déposes un peu de poudre bleutée sur ton corps. Mon sourire s’élargit. Je lape le mélange, ça fait comme de l’acide sur ma langue. Ta main passe derrière ma nuque et tu m’attires pour un baiser fougueux. Nos ébats deviennent farouches, purement sexuel. Je me sens bien.

J’ouvre les yeux. Putain je suis où ? La lumière du jour me brule les yeux. Et qu’est-ce que je fous quasiment nue ? Oh merde je n’ai pas fait ça ! Les souvenirs des jours précédents affluent à mon cerveau.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: A step too far...

Revenir en haut Aller en bas
A step too far...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» One step ahead
» Team Omega Pharma Quick-Step
» Sean ✖ Step in the car and I'll take you down for the ride.
» Etixx-Quick Step
» Etixx-Quick Step

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: Saison 2 :: archives sujets terminés et abandonnés-