AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 Memories that bite [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Memories that bite [LIBRE] Jeu 10 Sep 2015 - 15:55


La pensée fait souffrir l'âme

??


Hells Canyon Forest
L’été arrivait tranquillement mais sûrement à sa fin. L’automne pointait le bout de son nez, transformant les magnifiques amas massifs verdoyants qu’étaient les arbres en moroses branches squelettiques, presque effrayantes.

Il était 21 heures et l’obscurité commençait à percer. Tayson était assis sur une souche, triste reste d’un arbre assassiné, de par la dangerosité qu’il représentait du point de vue des bûcherons. Ses yeux observaient les alentours, et paraissaient… loin. Très loin.

Il se rappelait.

De tout. Absolument tout.

Cette forêt, nommée à juste titre la Hell’s Canyon Forest, avait été le lieu d’événements autant marquants que traumatisants. Au final, elle était désormais devenue pour la ville de Lewiston le cimetière officiel, tant cette forêt avait été le refuge des cas de disparitions les plus étranges aux morts les plus suspectes.

Le trentenaire repensa à l’actualité de cet endroit, et à son histoire. Il avait joué un rôle au final. Il avait aidé à verser du sang sur ses terres, et avait peut-être contribué à les rendre maudites… Qui savait ?

Il se demanda un instant si ce n’était pas l’âme et la colère de Gregory qu’avaient transformé ce lieu, pourtant témoin de tant de moments d’enfance mémorables, en macabre zone où il était dangereux de s’aventurer seul.

Ce qu’il faisait d’ailleurs. Il ne s’était pas rendu compte de l’heure qui passait et savait qu’il était désormais neuf heures en entendant au loin le clocher sonner.

Il était … fatigué. Ses insomnies devenaient de plus en plus fréquentes. Auparavant, il avait au moins deux fois dans la semaine le sommeil léger, tant la fatigue le poussait à bout. Désormais, il n’arrivait plus à se reposer, de par aucun biais. Tayson était alors revenu en ce lieu, responsable de son traumatisme, pour y tenter d’y trouver une quelconque paix… Ou coup d’adrénaline… -S ferait-il une apparition ? Ce n’était pas à exclure, mais il ne comptait franchement pas là-dessus.

Alors pourquoi était-il là, assis, dans la solitude la plus totale, dans un lieu des plus sinistres ?
Peut-être recherchait-il le fantôme de son passé ? La rédemption ?

Il savait bien que non. Il ne reverrait plus jamais Gregory, et sa rédemption ne pourrait se faire que par l’éclatement de la vérité, chose qu’il ne se sentait pas capable de faire. Du moins, pas pour l’instant.

Un craquèlement de branches furtif l’obligea à sortir de ses pensées. D’instinct, il se retourna, se sentant soudainement épié et surveillé. Le trentenaire avouait que traîner dans de tels lieux, porteur de tant de légendes, en pleine nuit, n’avait pas de quoi apaiser son esprit. Mais il se convainquit d’être suffisamment brave pour ne pas regagner le chemin de la maison de suite. Il voulait… rester méditer un peu, remettant la faute du bruit soudain à un quelconque rongeur se promenant…


Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
816 $
15/09/1982 $
816 messages
Mensonges : 816
Anniversaire : 15/09/1982


MessageSujet: Re: Memories that bite [LIBRE] Dim 18 Oct 2015 - 1:49


Memories that bite

Tayson


Si on lui avait dit qu'elle se trouvait dans cette forêt aux abords si triste hier encore, elle ne l'aurait pas cru. Elle n'avait aucune envie d'y mettre les pieds plus que de nécessaire et le chemin pour rentrer de la réserve n'avait aucune similitude avec celui qui traversait le bois paisible. Et pourtant elle s'y trouvait. La paix. Une quête presque irréalisable après la révélation explosive concernant sa jeune soeur, Jordan. Elle lui laissait le temps et l'occasion de venir d'elle-même lui parler mais elle sentait de plus en plus que le premier pas devrait venir d'elle. Maggie avait simplement peur des conséquences d'une discussion imposée, de perdre sa soeur encore plus qu'au jour d'aujourd'hui.

Mais ce n'était pas elle qu'elle fuyait ainsi, loin de là. Si elle se retrouvait à couvert des arbres, dans l'obscurité naissante, c'était pour une raison bien plus ridicule. Même échapper aux journalistes était secondaire, bien qu'un des point ayant façonné sa marche jusque là. Non, il s'agissait là pour elle de rattraper ce que certains appelleraient une expérience de la vie. Il lui avait fallu trente et quelques années pour enfin trouver le courage, l'envie ou la bêtise, peu importe ce que c'était, d'acheter une de ces choses. Bâton de papier et herbes. Cigarette. Elle entendait sa petite voix se moquer en la voyant regarder la chose comme un animal dangereux ou comme une curiosité. Une discussion avec un employé du terrain de fouilles et le besoin soudain de tester cette chose. La voilà au milieu de nul part, sans témoin heureusement, prête à tenter l'expérience. Folle. Vraie sotte. Une vie saine pour un instant de bêtise. Elle voulait comprendre. Et quand Maggie ne comprenait pas quelque chose, ça en devenait une obsession.
Ridiculement, elle l'alluma et le porta à ses lèvres comme elle avait vu plus d'une fois diverses personnalités le faire. Rien. Âpre. Terne. Brûlant. Oh oui, brûlant. Elle écrasa aussitôt l'instrument d'une mort lente contre un arbre, remettant la chose dans sa boîte avec ses soeurs maudites. Non. Vraiment. Elle ne comprenait pas l'engouement pour ses choses et le bien que certains disaient en tirer. Son stress, elle l'évacuait à la salle de sport ou en toute autre activité ne nécessitant pas de finir sur un lit de mort avant l'heure.

Elle resta là, une demi-heure, peut-être une heure à se demander si Jordan était adepte des cigarettes, si elle finirait les fouilles dans les temps, si elle pouvait faire quoique ce soit pour la famille qui lui restait, si elle pouvait ignorer Adrian encore longtemps... Trop de réflexions pour un même soir. En plus, elle avait un horaire à respecter et quelques observations à faire avant de rentrer. Le froid la réveillant, lui faisant comprendre que la jupe n'était peut-être plus de saison sans au moins un bon collant et que le pull n'était sans doute pas de trop, la jeune femme rebroussa chemin. Un mouvement ou l'intuition, elle changea brusquement de cap, surprenant une présence derrière un duo d'arbres centenaires. Un homme. Elle n'était pas sûre de le connaître, ni de parfaitement discerner ses traits à la faible lueur de la nuit tombée depuis quelques temps. Elle resta là à observer la passivité de celui-ci avant de noter que les heures continuaient à s'écouler. Elle tenta d'éviter l'homme, devenant une ombre de la nuit en oubliant la discrétion. Bien. Elle passerait sans doute pour une voyeuse ou simplement un oiseau de nuit. A moins que l'homme soit un de ces superstitieux qui croient aux histoires pour enfants et à cette vieille femme au visage caché, parcourant la forêt. Décidée à se montrer puis à filer, elle avança calmement, avec un sourire très nettement innocent. "Bonsoir." Dit-elle comme la chose la plus naturelle du monde, comme s'il n'était pas déconcertant de croiser quelqu'un à cet endroit-ci, à cette heure-ci. "Belle soirée n'est-i...n'est-ce pas ?" Une reprise pas forcément nécessaire mais qui devenait une habitude. Cacher le travail d'une vie de parent pour lui apprendre un langage plus respectable que la moyenne et éviter ainsi des remarques sur sa fortune, chose qui n'arrivait, bien sûr, que si son nom était connu.

Par politesse, elle attendit la réponse de l'homme avant de continuer son chemin en direction des lumières de la ville.



HJ : Je me suis permise de répondre à ce petit rp que je viens de découvrir tout seul dans son coin. Si tu ne le souhaitais pas, aucuuuun soucis j'enlève le message
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Memories that bite [LIBRE] Dim 18 Oct 2015 - 14:24


La pensée fait souffrir l'âme

Margaret Stark-Mears


Lorsque les mouvements dans le bois derrière lui s'intensifièrent, et se rapprochèrent, il fut difficile à Tayson de contrôler son rythme cardiaque. En effet, ce dernier s'accélérait, gentiment mais sûrement, à mesure que le craquèlement des branches sèches à terre se faisaient de plus en plus proche. Le trentenaire serra les poings, se maudissant de ne pas avoir pris avec lui un couteau ou un quelconque objet contendant. Une brève image lui passa en un éclair, et il se voyait, lui, mort, le crâne ouvert par une attaque de derrière, et une silhouette sombre, derrière lui, dont ne pouvait distinguer qu'un macabre sourire. Dans une dernière éclipse, furtive, il revit les tâches de rousseur de Gregory, et son coeur s'emballa.

"Bonsoir"

Tayson s'était retourné, avec vivacité, comme s'il s'attendait à réellement recevoir un coup à l'arrière du crâne. Ses pupilles étaient dilatées par la peur et l'effroi, et son épiderme se contractait en une figurante chair de poule.

Alors ses yeux bleus croisèrent ceux d'une jeune femme, dans la pénombre, qui avait l'air plutôt sereine, bien qu'à une certaine distance de lui. Le cadet Manchester ignorait si elle avait perçu sa crainte, ou s'il avait éventuellement pu l'effrayer. De suite, les muscles du trentenaire se détendirent et il expira un bon coup, soulagé de trouver une silhouette féminine plutôt que masculine. La stupide confiance machiste, qui lui conférait un sentiment de supériorité, se disant que si cette dame avait des intentions malsaines, il serait en état de la neutraliser de par sa force physique.

Alors qu'il n'en savait strictement rien.

-S pouvait autant être une femme, qu'un homme, mais les gens nourrissaient la fantaisie que les atrocités commises ne pouvaient relever que d'un cerveau malsain masculin. Alors que, homme ou femme, le cerveau demeurait celui d'un être humain, avec l'ensemble des défaillances qui le composaient. Ca, Tayson l'ignorait. Il était trop sot, et trop habitué à se battre contre des hommes pour oser penser que la jeune femme en face de lui, qui entamait un début de conversation en commentant la beauté de la nuit, pouvait se révéler être une menace.

Aussi, sa garde s'endormit. De même que ses craintes.

Il ignorait si la demoiselle allait poursuivre sa route, et ne faisait que passer, juste pour se montrer, par politesse de ne pas l'effarer. Tay lui en fut reconnaissant, mais il ne sentait non plus d'humeur à se retrouver dans la solitude totale, surtout que la nuit était réellement arrivée. Le ciel autrefois obscur était désormais d'un noir intense, parsemé d'étoiles çà et là.

Ce fut pour cette raison qu'il eut une idée saugrenue, et illogique. Lui qui se méfiait naturellement de tout le monde, et qui ne se montrait jamais sous son jour faible, osa se montrer vulnérable.

"Une belle soirée, en effet.... Idéale pour essayer de semer les fantômes du passé. C'est aussi la raison de votre venue ici, je suppose ?"

Sans précaution supplémentaire, Tayson s'avança, faisant craquer sous son poids quelques ensembles de feuilles et de branches.

"Je m'appelle Tayson. Et, franchement, vous ne devriez pas rester seule, à une heure aussi tardive."

Etait-ce elle, réellement, qui ne devrait pas rester seule ? Non. Certainement que non. Les femmes ont souvent été une excuse aux hommes pour dissimuler leur propre faiblesse, et c'était ce que faisait Tayson. C'était lui, qui ne voulait pas demeurer dans le noir et seul. Lui qui n'était pas non plus motivé à rebrousser chemin en totale autonomie. Le moment bref où il avait eu ces images dans sa tête l'avait chamboulé, et il lui était difficile de recouvrer l'ensemble de ses esprits. Il avait besoin de compagnie.

La question était : est-ce que cette jeune femme accepterait ?

Il priait pour que oui.





Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
816 $
15/09/1982 $
816 messages
Mensonges : 816
Anniversaire : 15/09/1982


MessageSujet: Re: Memories that bite [LIBRE] Lun 19 Oct 2015 - 18:21


Memories that bite

Tayson


Elle aurait pu se douter que surgir de l'ombre aussi simplement que cela déclencherait des frayeurs. Elle n'en fut pas réellement surprise mais ne put empêcher un sourire, peut-être un brin moqueur de naître sur ses lèvres. Un homme grand et solide qui semblait avoir peur du noir. Ceci-dit, se rappela-t-elle, tout à chacun avait ses propres démons et les peur ne faisaient que rajouter à l'humanité d'une personne. Un fait qu'elle semblait rapidement oublier. Ne souhaitant pas plus animer une quelconque frayeur, elle enchaîna sur une simple phrase de politesse, notant d'ors et déjà que l'inconnu se détendait un peu. C'était à la foi une bonne chose et une mauvaise. Il ne se méfiait pas d'elle. Cela lui convenait autant que ça la dérangeait. Elle ne faisait pas peur, c'était un fait qui lui plaisait la plupart du temps et lui permettait de glisser plus facilement au travers de diverses situations et pourtant, elle aimait aussi savoir qu'elle dégageait autre chose qu'un climat rassurant. Idiot sans doute mais cela semblait gonfler son ego, sa fierté ou quoi que ce soit qui fut en cause.

Non désireuse à rester là, debout dans la fraîcheur du soir au milieu des arbres plus que nécessaire, elle pensait la conversation vite écourtée et chacun reprendrait sa route mais aurait-elle du s'en douter, toute question nécessitait réponse, et qui disait réponse disait bien souvent flot de paroles. Politesse encore, elle prêta attention à ce qui était dit, gardant une distance respectable, notant qu'elle ne connaissait pas du tout l'homme en face d'elle désormais assez détendu pour engager la conversation. Néanmoins, elle finit par le regarder surprise par sa question, se demandant ce qu'il entendait par les fantômes du passé. Immédiatement, elle fut sur ses gardes. C'était instinctif. Évoquer le passé, poser une question aussi anodine que celle-ci sur un potentiel passé qu'elle aurait à ressasser lui laissait un air suspicieux sur le visage. "Pas vraiment." Répondit-elle un peu trop sèchement. En compensation, elle offrit un sourire. Suspicieuse mais pas folle. Si l'homme n'avait rien à se reprocher, elle donnait une plus mauvaise impression qu'autre chose. Son rapprochement la laissa de marbre mais ses yeux observèrent les mouvements, cherchant à déterminer s'il était une menace. Qu'il croit être en sécurité et ne rien craindre d'elle ou bien de toute femme était une erreur et si jamais ... elle saurait lui remettre les idées en place.

Tayson.
Un nom pour un visage. Il n'en était pas moins un inconnu. Et si elle devait en juger par le manque d'informations sur un dénommé Tayson présent dans ses souvenirs, il devenait un inconnu d'autant plus suspect. Une mémoire à toute épreuve, elle se souvenait de chaque nom figurant sur la liste de -S. Chaque nom qui désignait une victime, un innocent. L'absence d'un nom amenait à deux conclusions. La première était simplement qu'il avait su échapper à l'emprise du maître chanteur d'une façon ou d'une autre, elle espérait simplement que ce n'était pas en faisant du mal à quiconque et la seconde ... il était un disciple de -S. Au fur et à mesure du temps passé, Maggie commençait à songer que l'entreprise du corbeau avait plus avoir avec une but sectaire qu'autre chose et se laissait dire qu'il n'y avait pas qu'un homme ou une femme derrière. Elle osait imaginer une organisation bien en place et des adeptes temporaires selon les "missions" du personnage public. Tayson était donc suspect. Mais n'en était pas pour autant menaçant. Au contraire. Si l'occasion se présentait enfin de rencontrer une personne liée à -S, elle se devait d'y prêter attention, d'engager la conversation, de demander ce qu'elle avait à l'esprit. Elle cherchait depuis un moment déjà des noms, des visages, des comptes en banque servant au matériel sans doute nécessaire à une telle entreprise mais elle n'avait pas les moyens de la police.
Si on lui demandait : elle n'avait aucune opinion sur -S. La vérité était plus simple. Elle avait besoin de -S. Cette personne utilisait ses semblables à diverses fins et elle à son tour, espérait se servir. L'anarchie dans toute sa splendeur.

Alors, simplement par prudence ou par désir de rayer ou entourer le prénom de Tayson sur la liste de suspect, elle continua la discussion. Ce qui était une soirée tranquille devenait de plus en plus tout autre chose. "Je m'en sors très bien seule habituellement mais merci pour le conseil." Sourit-elle gentiment. Il cherchait une femme fragile, il l'avait sans doute loupé en sortant de la ville. Néanmoins, ne souhaitant pas déclencher quelque chose qui irait à l'opposé de ses intentions, elle rentra dans un jeu qui ne la représentait pas. "Maintenant qu'on est là, ça ne vous dérangerait pas de retrouver le chemin de la ville ensemble ? A moins que vous préfériez rester seul ? Ce n'est pas toujours bon de ressasser le passé surtout au cœur de la nuit, ça amène rarement du bon." Se prit-elle à dire en réponse complète et un peu tardive de ses premières paroles. "Vous venez souvent ici le soir ?" Aussi sereinement que pouvait se dérouler la conversation, elle évita de donner son nom. La distance, bien que psychologique, lui paraissait donc toujours conservée en l'absence de présentations complètes.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Memories that bite [LIBRE] Ven 23 Oct 2015 - 11:12


La pensée fait souffrir l'âme

Margaret Stark-Mears




Pas vraiment.


La réponse fut sèche, et profonde. Elle eut comme l'effet d'un écho pour Tayson qui commençait à gentiment perdre le pied avec la réalité des choses. Et le pire, c'est qu'il ignorait pourquoi. Les faits s'étaient passés il y avait tant d'années, mais revenir en ce lieu de tant d'atrocités lui faisait susciter toujours des émotions qui le calmaient et le tranquillisaient d'abord, puis le traumatisaient et le rongeaient par la suite. Là, il en était à la deuxième étape. En temps normal, il se serait montré plus prudent, et aurait évité d'adopter un comportement aussi inquiétant.

inquiétant...

L'était-il vraiment ?

Il était capable de s'inquiéter lui-même, aussi, il avait nul doute qu'il était fort capable d'effrayer cette jeune femme venue sans doute se dégourdir les jambes par une promenade qu'elle avait espéré être tranquille.

Je m'en sors très bien seule habituellement mais merci pour le conseil."

Tayson recula d'un pas. L'intonation de la voix de la femme dont il ne connaissait toujours pas le nom n'était pas... agressive. Mais quelque chose... lui paraissait bizarre. Avec sa conception du comportement féminin, il trouvait déjà étrange de croiser une femme seule à une heure aussi tardive, au vu des récents événements. Un homme l'abordait, Tayson en l'occurrence, et elle répondait sèchement sans aucune crainte dans la voix. Soit c'était une personne avec un caractère très fort, soit une insouciante terminée. Tayson pourrait être -S... et elle n'en saurait rien.

A moins qu'une telle confiance pouvait venir du fait que... -S, c'était elle.

Quelque chose dans l'estomac du cadet Manchester se noua.

Et il n'eut plus la même certitude d'être celui le plus avantagé en cas de conflit...

Maintenant qu'on est là, ça ne vous dérangerait pas de retrouver le chemin de la ville ensemble ? A moins que vous préfériez rester seul ? Ce n'est pas toujours bon de ressasser le passé surtout au cœur de la nuit, ça amène rarement du bon."

Une phrase qui aurait pu passer pour une agréable invitation pour n'importe quel homme dans sa situation. Mais Tayson la sentit mal.

Très mal.

Quelque chose en lui lui criait de tourner les talons et de s'en aller. Mais il fit mine de rien, et tenta d'ignorer ce pressentiment intérieur, car il le jugeait sans réel fondement. -S....... n'était pas ici.... non.... bien que ses tripes l'indiquaient l'inverse.

C'est avec plaisir que je vous raccompagnerai en ville. Et ouais... ça m'arrive assez souvent... comme n'importe quel nostalgique. J'ai beaucoup joué ici, gamin.... avant.... quand... on n'entendait pas parler de -S....

Il ne cacha pas son mépris à l'annonce de ce surnom, et tenta de garder une certaine confiance vocale bien que cela fût dur pour lui. Aussi, il s'avança, faisant mine de rien, comme s'il avait croisé cette dame en plein après-midi, marchant d'un pas assuré.

"Alors allons-y.... Madame... Madame ?"

Demanda-t-il, sous-entendant sa curiosité à entendre son nom...




Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Elizabeth K. Ashe
Maître Jedi
1263 $
12/05/1978 $
1263 messages
Mensonges : 1263
Anniversaire : 12/05/1978


MessageSujet: Re: Memories that bite [LIBRE] Mar 19 Avr 2016 - 19:42

Abandonné, verrouillé et archivé.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: Memories that bite [LIBRE]

Revenir en haut Aller en bas
Memories that bite [LIBRE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: Saison 2 :: archives sujets terminés et abandonnés-