AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 C'est moi qui te trouble ou ? [Axel, Tayson & Lukas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Invité
Invité
messages



MessageSujet: C'est moi qui te trouble ou ? [Axel, Tayson & Lukas] Jeu 10 Sep 2015 - 14:36



   
   Avec Lukas & my brother
   C’est moi qui te trouble ou ?

E
ncore une énième fête donnée chez mon frère en son absence, ce dernier m'ayant autorisé à ses risques et périls, à squatter chez lui ce week-end car il compte sur moi pour accueillir le dépanneur qui doit passer en matinée aujourd'hui. Putain !!! Aujourd'hui !!!! Merde, c'est ça l'origine des coups à la porte et ces coups de sonnette insistants depuis une bonne dizaine de minutes ?! Je m'extrais tant bien que mal de mon pieu en écartant une beauté brune allongée en travers de mon torse. Ah tiens ... y'a aussi une blonde à moitié affalée sur ma gauche. Je n’ai pas du m'ennuyer cette nuit ! Je n’en ai pourtant qu'un vague souvenir. Pas étonnant vu mon état de la veille.

Je suis tellement dans le coaltar que je descend carrément à poil au rez de chaussée dans l'empressement, pour aller ouvrir. Encore faut-il parvenir à m'y diriger entre les corps étalés à travers la pièce, certains dormant à même le sol, d'autres sur les sofas. Une fille me caresse la jambe en passant, l'air d'apprécier la vue. Pas pudique pour un sou, je file ouvrir sans chercher à me couvrir.

- Ouais ?

Le type face à moi devait s'attendre à tout sauf à ça. Je m'appuie un instant contre la porte en demandant C’est toi qui doit te coller après le pc de mon frangin ? Puis je m'appuie contre la porte pour la pousser et le laisser passer. Entre. Refermant derrière lui, j'ajoute. Fais pas gaffe au bordel et frais-toi un chemin derrière moi. Pas grave si t'écrases quelques mains au passage. M'étonnerait qu'ils sentent quelque chose de toute façon. Le salon est un véritable parcours du combattant. Il faut vraiment regarder où on met les pieds et je donne quelques coups de pieds pour pousser vite fait un bras ou une jambe étalée en travers du passage. C’est moi qui ouvre la voie et je lui indique de me suivre à l'étage, choppant au passage un fond de bière qui reste dans une bouteille pour la terminer. On grimpe les escaliers et on croise une poulette juste parée de dessous en dentelle. Elle glisse un instant sa main sur mon bras pour attirer mon attention et me glisse quelque chose à l'oreille. Un petit sourire nait au coin de mes lèvres à la délicieuse invitation qu'elle me formule. Mais on verra ça plus tard. Je me retourne un instant et regarde le mec. Jolie petite gueule d'ailleurs. Il semble légèrement perturbé ou troublé, je ne sais pas ... . Sûrement du fait que je sois à poil. Je le guide jusqu'à la piaule de mon frère et lui explique qu'il est absent pour le week-end et qu'il m'a chargé de montrer où se trouvait le pc. Tayson et le type ici présent ont semble-t-il parlé du problème au téléphone quelques jours plus tôt. Le mec est censé pouvoir dépanner sur place sauf si gros soucis caché et qu'il lui faut embarquer le pc en boutique.

- Dégagez de là bordel ! gueulais-je en voyant un couple endormi sur le lit de mon frangin en ouvrant la porte. Les deux jeunes filent illico de la pièce en ramassant leurs fringues et j'indique le pc au mec avant d'aller ouvrir la fenêtre pour aérer la pièce et apporter la lumière du jour. Il fait bon dehors. Une jolie journée à présager. Je le laisse deux secondes pour aller récupérer un calbute et enfiler un jean's en restant torse nu, puis je le rejoins et me laisse tomber sur le lit, étendu sur le dos, me frottant doucement les yeux pour tenter d'émerger. Puis je me redresse à demi et t'observe longuement. J’ai l'impression que ton regard a tendance à se tourner souvent dans ma direction mais c’est sans doute parce que tu dois te sentir observé. J’ai pas vraiment l'intention de dégager à vrai dire. Et quelque chose me dit que le léger trouble que j’ai cru avoir décelé chez toi n'était pas que le fait de ma nudité. J'me trompe ? Au fait tu permets que j'dise "tu" ? La question ne se pose pas alors que j'ouvre alors la conversation.

- Tu bosses pour quelle boite précisément ?

Je laisse échapper un bâillement. En bas, on peut entendre une porte se refermer et un peu de mouvement. Certains doivent s'être levés dans l'intention de partir ou de squatter encore un moment pour me taxer de quoi déjeuner. Enfin plutôt à mon frère car c’est sa baraque, même s'il a racheté la demeure familiale où j’ai toujours ma piaule telle qu’elle a toujours été, ainsi que sa bouffe et tous ses biens. En parlant de biens, on lui a déjà tirer un ou deux trucs via ce genre de soirées. Mais ça me passe au-dessus. A lui moins par contre.. Mais ce n'est pas ça qui m'a arrêté. J’en ai pour ainsi dire rien à foutre. Ouais, j’en suis pas à ma première fête organisée ici dans son dos. Pas qu'il soit vraiment d'accord, mais il ne semble savoir, malgré mes frasques, se défaire du parasite que je suis. Enfin bref, tout ça pour dire quoi déjà ? Ah tiens, t'as un joli ptit cul penché comme ça sous le bureau. Hum ... putain, voilà que j'matte le cul d'un mec. Faut vraiment que j'arrête la défonce. Mais ça m'amuse en un sens. Surtout si j’ai tout juste dans tes attitudes qui me laissent penser que je ne te laisse pas indifférent.

Je me redresse et viens à ta rencontre en me penchant légèrement au-dessus de toi, par-dessus ton épaule alors que tu es agenouillé devant la tour de mon frangin dont la carcasse est démontée pour voir ce qui cloche à l'intérieur.

- C’est quoi ton nom ? dis-je un petit sourire aux lèvres.

Penché sur toi de la sorte, mes cheveux retombent sur un côté de mon visage et je te glisse une fois que je sais ton prénom. Moi c’est Axel. Ou Romeo, au choix. Tu veux un café vu que t'as l'air d'en avoir pour un moment ? J'vais en préparer. Ma main glisse sur ton épaule et je quitte la pièce pour rejoindre la cuisine en bas avant de remonter avec deux tasses.





WILDBIRD


Dernière édition par Axel Manchester le Ven 23 Oct 2015 - 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
A. Lukas Ressler
jeune apprenti
92 $
92 messages
Mensonges : 92



MessageSujet: Re: C'est moi qui te trouble ou ? [Axel, Tayson & Lukas] Jeu 10 Sep 2015 - 22:07

Les gens n'avaient donc aucun respect pour les dépanneurs à domicile ? Ce n'était même pas dans ses cordes. En temps normal, il était derrière un comptoir, à conseiller des jeunes en quêtes de nouveautés ou des vieilles dames qui se demandait s'il y avait besoin de fil avec une souris Bluetooth. En clair, se déplacer, ce n'était pas sont truc, mais plus celui de l'unique collègue avec qui il partageait le job formidable de conseiller/réparateur en informatique dans l'unique boutique de la ville. Bon sang, c'était vraiment le monde à l'envers, monsieur était malade ce matin là alors c'était à lui de gérer. Parfois il se mordait les doigts de faire un tel job. Il avait une femme plein aux as, vivait dans un maison de rêve. Il avait une vie presque parfaite et avait un boulot de merde. Un jour il plaquerait cette passion pour se trouver quelque chose de plus... enrichissant. Et dire que son ancien copain lui avait toujours prédis un avenir radieux avec un job fantastique... Tu parles. Et le voilà qui sonnait. Une fois, deux fois, trois fois, quatre fois... Il usait son pouce contre la sonnette en râlant. Il pouvait être patient mais comme tout le monde, sa patience avait des limites. Et enfin, après une bonne dizaine de minutes à rester planté là dehors comme un imbécile, Lukas fut enfin accueillit par un... Type nu. Formidable. « Oh punaise... Chloé, sauve moi ! Je suis tombé chez un dingue... » Ou chez les dingues. Parce que de ce qu'il pouvait voir par dessus son épaule, ce cher nudiste n'était pas seul chez lui. « Me dite pas que je suis en plein réveil de... Non, n'y pense même pas Lukas, arrête de penser »

« Bonjour, heu, oui, c'est moi en effet. »

Et il entra, sans un mot de plus. Mal à l'aise, ce n'était pas exactement le mot pour décrire ce qu'il ressentait. En revanche, il avait peur d'être sérieusement tombé chez un type complètement barré. Des gens à poils, il en avait déjà vu. Il n'était plus un gamin, il savait ne pas rire et se foutre de la gueule des gens devant... Un tel spectacle. Bon sang, mas si sa femme le voyait comme ça... Elle, se moquerait carrément de lui. Au moins se soir, il en aurait une bonne à lui raconter ! Bon sang. Oui, il était parfaitement troublé. Par cette nana qui c'était jeté dans les bras de son... Client ? Par son client lui même qui semblait trouver ça parfaitement normal. Et bon sang, il pouvait pas... enfiler un slip ? Il ouvrit la porte de la chambre. Un couple fila de la pièce en pouffant et Lukas ne pu s'empêcher de lever les yeux au ciel. Et l'autre fonça dans son lit. Bon. Toujours sans rien dore -que pouvait-il dire de toute façon – Lukas se pencha sur la machine à problème. De temps à autre il jetait des coups d’œil à l'autre type, histoire de s'assurer qu'il était toujours de ce monde.

« Je bosse à Computer Story,» dit-il sans détacher les yeux de ses outils.

Bon sang mais c'était compliqué en plus leur affaire. Deux seconde splus tard, il sentait quelque chose juste au dessus de lui. Il tourna la tête et...

« Ah putain !»

Sursaut. Il se cogna la tête et lâcha un autre juron encore plus élégant. Il se frotta la tête en rageant intérieurement. Bon sang, mais il était obligé de le... Coller de la sorte ? Axel, Roméo... Bon sang... Un café... C'était quoi son délire là ? Le but c'était de le désaper à son tour ou... ?

« Lukas, répondit-il dit-il. Merci pour le café. »

Oui, deux minutes de pause sans monsieur cul-nu pour pouvoir enfin se concentrer sur son affaire.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: C'est moi qui te trouble ou ? [Axel, Tayson & Lukas] Ven 11 Sep 2015 - 12:55



   
   Avec Lukas & my brother
   C’est moi qui te trouble ou ?

A
première vue, on pourrait croire à une véritable orgie en passant dans le salon. Plus encore avec cette fille en dessous qui attire mon attention dans l'escalier et quelques autres en tenue légères étalées dans le salon. Il y a du y avoir quelques fricotages c'est certain, comme nous le prouve ce couple trouvé dans la chambre et le fait que je me sois retrouvé avec deux beautés dans mon pieu, mais l'idée qui pourrait tout aussi bien te planer dans l'esprit à voir tout ce monde à moitié comatant dans le salon n'est pas sans m'amuser. L'idée d'une orgie pourrait presque être amusante si c'était là mon tripe. C'est sans doute mieux que d'y voir là la triste réalité d'un mec de la trentaine qui organise des fêtes à l'arrache chez son frère et qui se déchire la gueule de toutes les manières possible. J'ai la chance d'avoir encore un peu de tenue. Façon de parler ... disons que j'ai sans doute l'air plus frais que les camés en bas qui comatent à même le sol, malgré le même cocktail explosif que eux comme moi, nous sommes mis dans la gueule hier soir. Quoi qu'il doit bien demeurer quelques personnes plus ou moins sobres dans ce genre de soirées. J'ai déjà croisé quelques filles qui ne touchaient pas à la drogue et qui se contentaient de bière. Fort heureusement dans un sens, car les poulettes défoncées au crac ne me donnent pas trop envie d'y toucher. A moins d'être encore plus défoncé qu'elles et de ne plus rien calculer. Ne plus rien calculer jusqu'à ne même plus savoir différencier les mecs des filles ... .

Tu vas rire mais ... le monde dans lequel je me complais, ces fêtes, la drogue, l'alcool, le sexe ... ces gens à moitié ruinés d'esprit qui ont perdu tout raisonnement cohérent ou tout brin d'intelligence, bref complètement à l'ouest, demeurent le genre de personnes qui m’agacent et me répugnent au-dessus de tout. Pour ma part, je ne me vois pas faire partie du lot. Je n'ai rien à voir avec eux. Je ne me vois pas comme un de ces foutus camés à la ramasse. Mais c'est peut-être juste une question de fierté au final. Je crois que j'arrêterais illico si on me disait que j'étais autant à la ramasse que la plupart d'entre eux.
Putain... pourquoi j’en suis arrivé là au juste ?! Bref, recentrons.

En descendant à la cuisine, je remarque depuis l'escalier qui débouche dans le salon que la plupart des squatteurs sont réveillés, et je les exhorte à dégager. Dehors dehors dehors ! La plupart s'y plient, d'autres trainent. On se croirait en unité Alzheimer vu le total déphasage de certains à qui il faudrait limite expliquer ce qu'est une porte et la manipulation visant à l'ouvrir en abaissant la poignée.
Le café coule quand je sens deux présences à côté de moi et que mes deux joues sont gratifiées d'une bise d'un côté et de l'autre par un baiser simultané de la part des deux filles qui se trouvaient un peu plus tôt dans mon pieu. Elles filent en me saluant et en me glissant un "A très bientôt" plein d'espoir. Je remonte quelques minutes plus tard, armé de deux tasses de café.
En rentrant dans la pièce, je dépose la tasse pour toi sur le bureau et me cale non loin, en sirotant tranquillement la mienne.

- Tu t'en sors ?

Je passe une main dans mes cheveux pour y remettre un peu d'ordre puis vais me caler un instant sur le rebord de la fenêtre en m'y hissant pour profiter de l'air frais matinal avant que la chaleur ne s'impose de nouveau. J'observe un peu dehors puis t'observe de nouveau. T'as l'air contrarié ou alors t'as du mal avec ce sur quoi tu t'appliques présentement.

- Si t'as besoin d'un coup de main, j'peux aider.

Là où est placée la tour, ce n'est pas évident d'y voir clair et encore moins pratique pour bouger. Malgré la lumière du jour s'invitant dans la pièce, je propose qu'on décale le bureau pour débrancher la tour et la poser carrément sur le bureau. Ça évitera de te baisser et tu verras mieux ce que tu fais. De fait, je viens sans forcément attendre ton accord et t'aide ainsi à dégager la tour de sous le bureau pour la mettre dessus.




WILDBIRD


Dernière édition par Axel Manchester le Ven 23 Oct 2015 - 12:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
A. Lukas Ressler
jeune apprenti
92 $
92 messages
Mensonges : 92



MessageSujet: Re: C'est moi qui te trouble ou ? [Axel, Tayson & Lukas] Dim 20 Sep 2015 - 18:42

De tout les jobs à domicile qu'il avait pu faire, celui ci battait des records en termes d’originalité, de gène, et de tout ce qui allait avec. Quand son employeur du jour le laissa souffler deux minutes, il ne pu s'empêcher d'apprécier cette soudaine solitude pour bosser. Certes, ce moment béni ne dura quelques instants, pas assez longtemps à son goûts, mais il en profita tout de même pour voir le gros du travail qui l'attendait. Bon sang, mais ils leur avaient fais quoi à cette pauvre machine ? Boum. Le bruit d'une tasse de café posé sur le bureau se fit entendre. Il rajuste ses lunettes – bon sang elle étaient vraiment sales – et attrapa la tasse pour boire une gorgée de café. Pas mauvais. Il remercia le dénommé Axel du regard et replongea dans ses pensés.

« Besoin d'aide... heu je... Oui pourquoi pas. M'aider à sortir ce truc de là et le poser sur le bureau ne serait pas de refus. »

Bon, concrètement il pouvait le faire tout seul, comme un grand, il avait des bras et les muscles qui allaient avec. Mais puisque Axel lui proposait gentiment son aide, il n'allait pas refuser au risque de passer pour le bougon de première (ce qu'il était) et l'insociable (ce qu'il pouvait être aussi).

« Ça vous arrive souvent... de faire ce genre de chose, enfin, de soirée ? »

Non parce qu'il était tout de même intrigué et épaté que les gens aillent à des soirée dans le genre. Il n'avait jamais été très libertin, ni adepte des trucs dans le genre. Ça, c'était plus Alex. Son ancien compagnon adorait faire la fête. Tout en lui restant fidèle ce qui n'était pas négligeable. Quand à sa femme... il la voyait mal faire ce genre de chose. Oh, il préférait de loin leur soirée à tout les deux. Depuis qu'il était avec elle, il avait su se poser. Trouver le calme et la paix. Parfois il n'en revenait pas d'être toujours avec elle. Et dire qu'à la base, elle était censé passer à travers la fenêtre. Il n'avait jamais pu le faire. Enfin, si, mais il n'en avait pas eu le courage. Il avait fait son choix. Alors qu'il s'était chargé de l'autre. « Remet toi au boulot Lukas, tout de suite... » s'ordonna t-il mentalement. Il passa une main dans ses cheveux encore en bataille et aida Axel à poser l'engin sur le bureau afin d'y voir plus clair. Oui décidément c'était mieux ainsi.

« Merci. Alors alors, qu'est ce qui ne va pas chez toi... »

Voilà qu'il recommençait à causer aux machines. Il en avait l'habitude, dans son magasin il était souvent seul et bosser dans le silence le gonflait plus qu'autre chose. Alors il s'était transformé en vraie pipelette face aux ordinateur, aux puces, aux tours ou autres machines dans le genre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: C'est moi qui te trouble ou ? [Axel, Tayson & Lukas] Jeu 1 Oct 2015 - 10:34



   
   Avec Lukas & my brother
   C’est moi qui te trouble ou ?

J
e crois d'ores et déjà pouvoir dire que tu t'es royalement planté en me posant la question suivante :

« Ça vous arrive souvent... de faire ce genre de chose, enfin, de soirée ? »

Je ne devrais t'en vouloir qu'à moitié, après tout, tu ne me connais pas. Mais voilà une réaction que je ne peux contrôler ou alors qu'à demi tandis que je rétorque spontanément sur un ton pour le moins agressif et limite prêt à te chopper par le col :

- Qu'est-ce que tu sous-entends par là plus exactement ?!

Ma voix est devenue plus rauque et on peut y sentir raisonner la colère qui couve au fond de moi. Mais cette colère s'évade très vite alors que je songe que ce n'est pas vraiment une insulte en fin de compte. Je poursuis ainsi sur un ton plus mesuré.

- Tu t'imaginais quoi ? Une putain d'orgie ? Rien à voir. Quoi que ma nuit n'a pas été déplaisante vu les deux poulettes que j'ai retrouvé dans mon pieu au réveil. Je bois une gorgée de café et me cales contre le bureau à côté de toi. Non c'était juste une fête, musique, alcool etc ... rien de tourné vers une orgie même si certains ont pris des libertés ... comme le couple qu'on a viré de la chambre en arrivant. Dommage collatéral disons. plaisantais-je.

Mon attention est attirée par un raclement de gorge provenant de la porte restée ouverte. La poulette de tout-à-l'heure croisée dans les escaliers est appuyée contre le chambranle et me fais signe de m'approcher avec une moue qui veut tout dire. Je la suivrais bien mais restons sérieux. M'étonnerait que le dépanneur en est pour très longtemps et le laisser là sans qu'il puisse ensuite venir me trouver pour m'informer de l'avancement ou autre, ne serait pas adéquat. Même si je m'en contrefous d'ordinaire, soyons raisonnable ce matin. Je fais donc signe à la miss de pas déranger maintenant et elle s'éloigne, l'air déçue mais visiblement décidée à m'attendre en allant s'installer dans la chambre en face, tandis que j'entends en bas la porte d'entrée se refermer dans un claquement. Puis une voix. On dirait que c’est celle de mon frangin. Putain, déjà de retour ? Il va péter un câble vu le foutoir extraordinaire qui règne en bas, sans compter sur les quelques personnes restantes qui comatent encore et que je n’ai sans doute réussi à faire dégager.


WILDBIRD


Dernière édition par Axel Manchester le Ven 23 Oct 2015 - 12:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: C'est moi qui te trouble ou ? [Axel, Tayson & Lukas] Mer 7 Oct 2015 - 8:42


You're a fuckin' Mess!

Axel & Lukas


Lorsque sa main vint toucher la poignée de la porte pour la déverrouiller, Tayson sut que quelque chose s'était... passé.
Non, ses vitres n'étaient pas cassées, sa maison n'était pas recouverte de papier-cul, et aucune grand-mère ne gisait morte devant chez lui. Néanmoins, cette impression était... viscérale.

Il avait dû s'absenter, pour des raisons qu'il préférait oublier, et avait demandé à son seul frère de veiller sur ce qui avait été leur maison familiale. L'endroit où tous deux avaient plus ou moins grandi, bien que "Brandon" avait plus fréquenté la rue que sa chambre.

Et, alors qu'il n'avait même pas encore fait un seul pas dans l'enceinte de sa demeure, Tay était déjà énervé. Oui, énervé.

Lorsqu'il poussa la porte, gentiment, comme craintif de découvrir l'antre d'un monstre, il eut un haut-le-cœur.

Une nana, assise dans le couloir en face de la porte l'observait, fumant, et pas de la nicotine. Elle avait de belles cernes, des cheveux sans sens, à moitié désaquée et paraissait être... ailleurs.

"Heeey....Tchô !"

"Tchô..."

Et il ferma la porte délicatement, mais apparemment, trop bruyamment pour la jeune femme, en plein trip, lui faisant sortir de leurs orbites les yeux car elle ne s'attendait pas à une telle agression sonore vu son état léthargique. Heureusement, elle n'avait pas crié. Il voulait pas que Brandon l'entende arriver. Aussi, Tayson  passa outre la jeune femme et observait le bordel qui gisait dans la baraque.

Des bouteilles vides, avec un petit fond, semi-pleines, pleines, traînaient dans un peu tous les coins, sauf dans la cuisine. La cuisine.... Le châtain déglutit... Par état de conscience, bien qu'effrayé, il se rendit dans ce lieu qui avait sans doute été le théâtre de grandes souillures. Lorsqu'il arriva devant son vitro Céram, il crut faire une attaque.

On avait cuit quelque chose, de salissant, et personne n'avait nettoyé derrière. Etant le maniaque qu'il était, et Axel sachant cela, Tayson prit cela comme une agression personnelle et dut aller illico se saisir du produit anti-crasse qu'il appliqua directement. Son regard se porta par hasard sur les hauteurs de la cuisine, et constata que.... c'était de la sauce tomate crâmée sur son vitro ceram. Car il y avait de la sauce tomate éclatée jusqu'en haut des poutres.

Comment ?

Il voulait pas savoir.

Soupirant, il desserra le nœud de sa cravate avec le col de sa chemise, retroussa ses manches, et banda ses muscles.

"Axel...."

Ce fut le seul mot qu'il fut capable de répéter en boucle en montant l'escalier. Il était certainement dans une chambre. Certainement, dans SA chambre. A mesure que ses pieds grimpaient les marches, son taux de tolérance baissait considérablement, et chaque bout de papier qu'il entrapercevait, chaque saleté qu'il apercevait, chaque bout d'absurdité qu'il entendait de gens qu'il ne connaissait nullement lui faisait gonfler un peu plus de haine sa veine temporale.

Veine temporale qui faillit éclater lorsqu'il entendit la voix rauque de son noiraud de frangin.

- Tu t'imaginais quoi ? Une putain d'orgie ? Rien à voir. Quoi que ma nuit n'a pas été déplaisante vu les deux poulettes que j'ai retrouvé dans mon pieu au réveil...... Non c'était juste une fête, musique, alcool etc ... rien de tourné vers une orgie même si certains ont pris des libertés ... comme le couple qu'on a viré de la chambre en arrivant. Dommage collatéral disons...

Un couple ?

Dans SA chambre ?

Tayson courut le reste d'escaliers qu'il avait à parcourir et s'engagea dans le couloir en trombes. Mais immédiatement, son regard se perdit face à une silhouette qui tourna la tête en sa direction en entendant le bruit qu'il faisait. Une jeune femme, svelte et grande, mince, petits seins, cheveux décoiffés du réveil, maquillage de la veille l'observait un instant. Elle reporta son regard et racla sa gorge, sans doute pour attirer l'attention de son frérot.

Ah non.

Tayson arriva d'un pas décidé, mais discret, pour surprendre son frère. Au même moment, la porte d'entrée claqua.

Le commercial entendit la voix de la meuf du couloir s'élever"Ahaha, c'est fuuuuun", et pensa qu'à ce moment, sa discrétion était morte.

Aussi, directement après, alors que la nana rejoignait la chambre d'amis malgré le regard accusateur de Tayson, ce dernier apparut au pas de la porte de sa chambre.
Directement, avant même d'observer quiconque se trouvait sur place, ses yeux fixèrent son...

Lit.

Les draps défaits, le coussin n'importe où, pas ordonné, des plis qu'il faudrait repasser. Et sans doute des traces suspectes de fluides humains !

Les mains du cadet se portèrent à son front qu'il frotta, comme si ça pouvait le calmer, mais il n'en fut rien. Il était autant en colère.

Brandon... Manchester....

Il prit une voix douce, calme et posée. Ce qui était le plus mauvais signe au monde.

Tu avais pour mission d'accueillir un technicien pour me dépanner.

Le trentenaire s'avança de deux pas dans la chambre sans quitter des yeux le sol.

Tu avais le frigo plein, de l'alcool pour éventuellement des potes et toi, la possibilité de mater une panoplie de films, d'utiliser les chambres d'amis pour les coups du soir............ Pas de soucis.

Tayson s'avança d'avantage, son regard se relevant à mesure qu'il approchait d'Alex.

Mais malgré toutes les pièces qui étaient à ta dispo, et à celle de tes potes, tu as décidé de laisser la mienne accessible....

Désormais, son visage était à deux centimètres de celui de son frère, et leurs yeux se fixaient intensément. Une certaine tension était palpable, et le cadet étant tant sur les nerfs, qu'il n'avait même pas réalisé qu'une troisième personne se trouvait dans la pièce. Aussi, il se permit de parler sans retenue.

Imagine que je vienne baiser dans ton appartement, dans ton lit. Peut-être même une copine à toi, ça te ferait plaisir, ça ?

Evidemment, il savait que la politique du "Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas que autrui te fasse", n'allait pas fonctionner des masses avec son frère.
Mais il avait toujours l'espoir vain que si, et attendait, fixé devant son frère, qu'il lui présente des excuses. Chose qui n'arriverait sans doute pas, et la suite allait s'avérer alors musclée.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: C'est moi qui te trouble ou ? [Axel, Tayson & Lukas] Ven 23 Oct 2015 - 12:07



   
   Avec Lukas & my brother
   C’est moi qui te trouble ou ?

L
a porte d'entrée en bas claque et une voix féminine s'élève depuis le couloir alors que je retourne mon attention dans cette direction. Putain, v'la le frangin ! Je suis déjà à moitié mort de rire devant son regard accusateur. Il y a cette lueur en même temps qui traduit combien il est encore une fois dépité de constater quel tour j'ai encore joué dans son dos. Sauf que là, il y a plus de bordel que d'ordinaire pour le coup ! La plupart du temps, il arrive un peu après la guerre. Soit la maison est vidée de toute présence, encore avec un peu de bordel ou carrément, que je lui laisse le soin de ranger ... soit il n'y a plus que moi, avachi tranquillou sur le canapé. Là pour l'occasion, y'a encore quelques pecnots dans la baraque et un bordel monstre qui oblige à chercher où poser les pieds vu les débris de bouteille entre autre. Et d'après l'état de la cuisine, je n'imagine que trop bien la crise qu'il va me taper ma petite fée du logis !
Et tu crois que je me sentirais mal ? Nope ! Axel égal à lui-même s'en amuse plus qu'autre chose. Les regrets c'est mauvais pour la santé !

Brandon... Manchester....

Quand t'es en colère, tu adores encore plus me les briser à m'appeler par mon vrai prénom. Pas vrai ?! Ta voix est un brin trop douce et posée pour être crédible. Ça signifie grosse colère. Et sans doute de la friture ! Je sens que je vais m'en prendre une ! Et ça m'éclate d'avance ! Ce pour quoi je réponds le plus tranquillement du monde, sourire insouciant aux lèvres :

- Yep frèro ?

Putain ça, ça va salement l'exaspérer !

Tu avais pour mission d'accueillir un technicien pour me dépanner.

- Yep, un technicien au joli ptit cul ici présent ! dis-je en m'écartant sur le côté pour que tu puisses le voir mais tu sembles ne pas remarquer sa présence dans le coin de la pièce ni même porter attention à ce que je viens de dire. Et alors que tu fais deux pas dans la pièce, le regard rivé au sol comme si tu cherchais à contenir ta colère, je demeure impassible et tout sourire.

Tu avais le frigo plein, de l'alcool pour éventuellement des potes et toi, la possibilité de mater une panoplie de films, d'utiliser les chambres d'amis pour les coups du soir............ Pas de soucis.

Mon sourire s'élargit. Je jubile d'avance face à ton gentil petit cirque tandis que tes vindicatives s'échappent de ta bouche tandis que ton regard se relève peu à peu au fil de cette douce mélodie à mes oreilles, sur moi. A croire que j'adore me faire gronder. Sûrement que j'ai manqué de recadrage plus jeune ... voir toute ma vie. Et ce, malgré les efforts de mon frère pour me mettre du plomb dans la tête.

Mais malgré toutes les pièces qui étaient à ta dispo, et à celle de tes potes, tu as décidé de laisser la mienne accessible....

- Tu sais comment c'est. Pis je me suis fais chopper par deux jolies nénettes. Même pas eu le temps de réfléchir, dis-je très fier.

Ton visage se trouve désormais à deux centimètres du mien sans que pour autant je ne bouge. Mon regard affronte le tien sans s'en détourner. On peut sentir une réelle tension entre nous. Il y a de quoi. En particulier de ton côté car je ne peux m'empêcher de demeurer je m'en-foutiste sur ce coup.

Imagine que je vienne baiser dans ton appartement, dans ton lit. Peut-être même une copine à toi, ça te ferait plaisir, ça ?

- Plutôt excitant comme fantasme ! Et des copines, j'en ai tellement. Tu viserais quel genre au juste ? J'peux te présenter de jolis ptits lots qui, crois-moi, valent le détour !

Je pose une main sur ton épaule et te tapote.

- Je sais que t'attends à des excuses de ma part, mais faut pas trop y compter.

Je me glisse à côté de toi et te souffle ensuite à l'oreille : Décoinces-toi sérieux et profites de la vie. C'est que du matériel. Bon certes, c’est encore toi qui va ramasser ce foutoir mais t'adores ça avoue ma ptite fée du logis. te provoquais-je alors.




WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: C'est moi qui te trouble ou ? [Axel, Tayson & Lukas] Sam 24 Oct 2015 - 17:15


You're a fuckin' Mess!

Axel & Lukas


Provocation, provocation... tout n'était qu'un subtil jeu de provocation pour Axel. Tayson avait tiqué à chaque réplique volontairement chieuse de son frérot face aux remarques des plus sérieuses qu'il lui faisait, mais il avait cependant tenu bon. La partie inférieure de sa mâchoire avait presque fusionné avec celle supérieure, tellement que ses propos l'avaient agacé, mais Tay savait se contenir assez sagement, bien que la moutarde lui montait au nez.  Axel se jouait de lui, en parlant du petit cul du technicien, dont Tayson en avait pour l'instant rien à foutre, et ne daigna d'ailleurs lui accorder aucun regard lorsque Brandon l'évoqua. Mais lorsque le rebelle eut la sage idée de se vanter du coup des deux nénettes... Une lueur autre s'alluma dans les yeux de Tayson. Une lueur d'interrogation et d'horreur mélangées.

Qu'est-ce qu'il lui racontait là ?? Réalité, ou mensonge taquin ?

C'était dur à dire, mais pas impossible que l'aîné se soit permis de s'envoyer en l'air dans le lit du cadet, mais c'était tout autant probable qu'il en rajoutait des couches pour voir jusqu'où Tayson serait prêt à aller pour prouver son mécontentement. Là, ses phallanges blanchissaient gentiment mais sûrement. La propreté et Tayson, c'était fusionnel. Penser qu'il y avait des résidus de bave et de sperme, DE SON FRÈRE, et de bave de minette, DANS SON LIT, commençait peu à peu à lui donner des sueurs froides de haine.

De plus, face à l'intimidation de Tay, Axel répliqua par une proposition. C'était .... pour pousser le vice jusqu'aux limites de l'acceptable pour le cadet. Axel et lui avaient passé leur vie à se côtoyer plus ou moins, et il serait tout autant dur à cacher au noiraud le goût prononcé pour les femmes de Tayson. Mais.... cette proposition tombait plutôt mal, et n'aida pas à faire redescendre la tension présente. Mais c'était sans doute pas le but du premier Manchester... Tayson le savait.

Ils se jaugeaient, tous les deux, leurs visages à deux centimètres l'un de l'autre. L'un avait un grand sourire accroché aux lèvres, l'autre crispait ses muscles masséters comme jamais. Un coup pouvait partir à n'importe quel moment... Le cadet en avait plus qu'envie, il était du genre à se bastonner, mais Axel tout autant. A la différence d'Axel, Tayson détestait ça, et le faisait parce qu'il ne savait pas comment gérer autrement sa colère. Pour celui premièrement nommé Brandon, c'était.... différent. Plus pervers. Il prenait du plaisir dans la confrontation.

Aussi, Tayson ne lui donnerait jamais ce plaisir.

Il relâcha la tension, alors que le fêtard posait une main sur son épaule, l'informant avec politesse d'abord que les excuses, il pouvait se les enfiler par l'orifice du bas (mais ça, c'était pas une surprise), puis il l'incita à avoir sa vision épicurienne de la vie.

A ce moment, la crise aurait pu être gérée.

Dans un scénario normal, Tayson aurait soupiré, aurait râlé, l'aurait traité de quelques noms d'oiseaux puis se serait fait un café en se posant tranquillement dans un coin.

Mais c'était sans compter Axel....

Alors que la tension diminuait, et que Tay se permettait de se détendre le string.......

Il y eut.... la crème de la crème, la cerise sur le gâteau, la goutte de gnôle fatidique qui fit déborder le café....

Bon certes, c’est encore toi qui va ramasser ce foutoir mais t'adores ça avoue ma ptite fée du logis.

S'il s'agissait d'une série animée japonaise, on aurait vu la veine temporale de Tayson exploser à cet instant précis.

Ma p'tite fée du logis...

*VLAM*

Le crochet de la droite était parti comme s'il avait été retenu tout ce temps par un élastique qui avait fini par céder.

La guerre avait commencé.

MAIS ELLE VA TE BOUFFER LA FÉE DU LOGIS !

- fut tout ce que dit Tayson alors qu'il sautait sur Axel.

Et la seule chose à laquelle il put penser à cet instant, c'était peut-être ses dernières paroles, et elles étaient même pas classes...

Le technicien pour sa part, venait de s'empêtrer passivement dans une satanée tempête de coups qui n'allait pas tarder à tout ravager sur son passage....
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: C'est moi qui te trouble ou ? [Axel, Tayson & Lukas] Ven 30 Oct 2015 - 11:01




Avec Lukas & my brother
C’est moi qui te trouble ou ?

J
e sais parfaitement comment te faire tourner en bourrique, comment t’agacer et te faire monter dans les tours. Et tu sais quoi fréro ? J'adore ça ! Putain, sérieux ! Je t'adore mec ! J'aime autant quand on se frite de la sorte que quand on partage ces instants de complicité plutôt rares en ce moment. Quoi que je trouve dans nos querelles une certaine complicité.
Tandis qu'on se jauge tous les deux, je m'amuse de voir tes traits se crisper là où mon sourire lui, s'étire. Le dépanneur risque de prendre ses jambes à son cou d'ici peu en laissant tout en plan derrière lui, vu la tension qui règne ici. Pour moi c'est un jeu sans importance. Pour toi fréro, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase et qui risque de te faire sortir de tes gonds d'ici quelques secondes. J'y prends du plaisir, tu le lis sur mon visage et ça te frustre d'autant plus. Pas vrai ? Mais comme je te connais, tu ne me feras pas ce plaisir. Pas si facilement. Dois-je mettre les bouchées double ?
Yes ! Et pour ça, il me suffit juste d'en rajouter une couche avec un truc pas spécialement recherché. Ni une attaque trop directe.

Bon certes, c’est encore toi qui va ramasser ce foutoir mais t'adores ça avoue, ma ptite fée du logis.

Ma p'tite fée du logis...

J'esquive de peu ton coup, ton poing me frôle juste la joue en me bousculant légèrement.

- Dommage, c'était joliment lancé, te narguais-je par rapport à ton joli crochet du droit bien qu'un brin loupé.

Je sautille légèrement sur place pour manifester mon excitation. Non stop ! J'parle pas de ça putain de merde !! T'as l'esprit mal placé !

MAIS ELLE VA TE BOUFFER LA FÉE DU LOGIS !

- Arrête, tu m'excites "ma chienne" ! dis-je alors que je me retrouve bientôt avec le frangin qui me bondit littéralement dessus alors que je suis écroulé de rire mais néanmoins réactif pour parer à tes coups.

Je suis étendu à même le sol sur le dos, toi au-dessus.

- Putain, tu m'émoustillerais presque installé comme ça, dis-je alors que tu te tiens menaçant, posté quasiment à califourchon sur moi et que mes mains se posent sur tes hanches pour souligner ce à quoi je fais allusion.

Je m'en ramasses une et choppe alors aussitôt l'un de tes bras, te déséquilibrant par une prise avant de te faire bouffer mon poing à mon tour. Plus de place aux répliques ni aux sourires. C'est devenu sérieux. Juste le temps qu'on se mette assez sur la gueule pour notre compte à chacun. Ce n'est qu'une fois debout qu'on cesse les hostilités après avoir manqué de rentrer en collision avec ce cher Lukas qui est là et subit bien malgré lui, n'ayant visiblement trouvé de possibilité de fuir cette pièce, cette maison voir même cette rue définitivement.

Et ce n'est que lorsque Tay et moi en avons fini avec cette querelle que le dépanneur peut se concentrer sur son boulot dans le calme alors que nous désertons la pièce. Il est temps pour moi de filer. T'as besoin de souffler un peu frangin et d'être tranquille chez toi malgré le boulot qui t'attend au vu du bordel chaotique qui règne ici. Mais avant de partir, je vais tout de même saluer Lukas, puis j'en profite pour lui glisser mon numéro et une tape sur les fesses. Il a un trop joli p'tit cul pour que je me prive de tenter ma chance ! Quoi qu'il en soit, je ressors de la maison en embarquant la poulette de tout-à-l'heure avec l'invitation qui va avec, laissant mon frangin maugréer après moi face à mon abandon de poste. Entendez par là le laisser se démerder avec le ménage. Ah et avec ce qui reste de squatteurs !

WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
-S
Sith sans humour
169 $
169 messages
Mensonges : 169



MessageSujet: Re: C'est moi qui te trouble ou ? [Axel, Tayson & Lukas] Dim 8 Nov 2015 - 20:19

Nouveau message


Expéditeur: Unknown
Destinataire: Axel Manchester
Message reçu, aujourd'hui.

Et bien, apparemment même pas besoin de ton petit cocktail habituel pour dévier de ta ligne de conduite. Si j'avais su qu'un petit informaticien pouvait autant te brancher... je serais venu plus tôt.
-S




Nouveau message


Expéditeur: Unknown
Destinataire: Tayson Manchester
Message reçu, aujourd'hui.

Bande de fillettes. Je ne pensais pas que c'était génétique ce genre de trucs mais faut croire que si. Pas que ça me dérange hein. Mais pour une meilleure expérience, tu devrais suivre la recette de ton frangin : poudre blanche ou seringue aiguisée et alcool. Ça l'a pas mal déridé à l'époque !
-S


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: C'est moi qui te trouble ou ? [Axel, Tayson & Lukas] Mer 9 Déc 2015 - 17:41


You're a fuckin' Mess!

Axel & Lukas


Loupé. Ce fut le mot qui poppa dans sa tête au moment où Axel se déplaça pour esquiver son attaque directe. Tayson avait presque oublié, que son frère était doué à ça. Avec le nombre de bastons qu'il avait régulièrement, pas étonnant qu'il était entraîné à parer les coups. Mais Tayson ne se laissera pas faire, il l'atteindrait, lui ferait cracher une ou deux dents, et le ferait amèrement regretter d'avoir transformé SA maison en un taudis sans nom. Et le fait de voir Axel sautiller d'excitation lui renforçait sa motivation quant à le voir assommé, gisant sur le parquet de sa chambre.


Aussi, il s'élança sur lui, le renversant de tout son poids. Le choc au sol fut abrupt, mais Axel ne sembla pas en avoir souffert. Il rigolait, mort de rire le frérot. Tayson se stoppa net, alors au-dessus de lui, totalement déboussolé. Certes, il avait l'habitude de voir son frangin prendre son pied à ce genre de choses, mais il se serait attendu à sa colère. A du répondant. A une vraie lutte. Pas à un... foutage de gueule.

Arrête, tu m'excites "ma chienne" !

Cette phrase... Et une veine temporale à Tay qui faillit éclater, de une !

- Putain, tu m'émoustillerais presque installé comme ça

Et une autre, une deuxième veine temporale. Et... les mains sur les hanches de Tayson. Une allusion de plus à quoi ? Au tempérament dépravé de son frère, ou du sien à lui ? Le trentenaire ne le supporta pas.

Et un coup de poing. Le choc fut fort. Tayson sentit la mâchoire d'Axel se fracasser contre son poing, et il en eut d'ailleurs mal.

Et ça, ça t'excite loulou ?"

Tay s'apprêta à frapper une seconde fois, mais il fut bloqué par son frangin qui prit aussitôt la maîtrise de lui, le renversant et lui assénant un coup de poing qui fit tourner la tête au cadet Manchester qui finit couché à terre instantanément.

Un peu groggy, il se releva, et constata que son frangin était déjà debout. Aussitôt, le plus jeune se mit en position de garde.

Ce fut pas très utile.

Axel toucha les fesses à un Lukas qui était apparemment trop absorbé par son staff pour avoir daigné prêté attention à eux, et s'en allait.

C'est ça, fuis tant que tu le peux !

Cria Tayson, alors qu'Axel s'en allait avec une donzelle.

Ce fut à cet instant particulier où l'employé communal sentit la poche intérieure de son tuxedo vibrer. Et... quelque chose était bizarre. Dans n'importe quelle situation, Tayson aurait ignoré son téléphone et aurait coursé Axel (ou plutôt se serait vautré sur son lit. Quoi que, vu les activités illicites commises sur ses draps, non). Mais... quelque chose .... en lui, un instinct, lui commanda de regarder qui diable lui écrivait.

Toujours en regardant l'encadrement de la porte de sa chambre, comme s'il avait l'espoir qu'Axel ait fait demi-tour, Tayson déverrouilla son téléphone et observa le message reçu

Ses yeux parcoururent le message très lentement, comme hypnotisés. Son coeur battit alors à la chamade. Quelque chose en lui se brisa. Cette sensation de sécurité qu'on avait quand on était chez soi, venait de s'évaporer pour le cadet Manchester qui transpirait alors. La douleur à son visage n'était désormais qu’illusoire comparé à la peur qui assaillit tout son organisme. Il avait... fichtrement, peur.

Ce message.... Il avait déjà reçu un message de -S. Il étant en compagnie d'Aaron. Il avait fui. Il avait prétexté quelque chose de stupide, et avait accouru chez lui, paniqué. Puis... il s'était raisonné. -S .... savait. Mais -S n'en ferait rien, n'est-ce pas ?

Or, en cet instant, il avait la preuve qu'il était désormais... pisté par -S. Son épiderme était contracté en une chair de poule. Il avait peur, il avait froid, et chaud tout en même temps. Et, instantanément, ses yeux balayèrent la pièce. Qui, qui diable aurait pu assister à la scène ?

Son regard tomba sur Lukas. Lukas... il travaillait toujours sur son PC. Etait-ce lui ? Tayson ne l'avait ni vu sortir son mobile, ni les observer pendant le combat ? Pourtant.........

"Dehors. Fichez le camp."

Le ton avait été sec, et froid. Sur la défensive en réalité. Sortant de la pièce en marche arrière, le coeur battant, le jeune Manchester observa dans le corridor les personnes présentes. Tous des visages inconnus, tous des gens dont il ne savait rien qui le regardaient avec moquerie. Etaient-ils tous au courant ? Etaient-ce les complices de -S ? -S en faisait-il directement partie ?

Tayson courut, et s'encoubla à ses propres pieds tellement il était paniqué. Se relevant, il poursuivit la course, dévala les escaliers et aperçut la silhouette imposante de son frangin en compagnie de la jeune fille de toute à l'heure. Cela pouvait tout aussi bien être elle.... -S....

AXEL !

Il voulut crier le nom avec autorité, mais en réalité, cela ressemblait plus à un cri déchirant. Il était désemparé. -S était dans leur maison. -S était parmi eux, et -S savait. Il savait ce que même son propre frère ignorait !
Il fallait que les deux frères s'en aillent. Et si Axel s'en allait avec cette jeune femme, et qu'elle le faisait à son tour disparaître dans la forêt ? Cette même forêt où....

Non, il était hors de question.

"Je t'en prie... Je.... suis désolé. Reste avec moi. Allons.... au bar. Toi et moi. Entre frères."

Tayson était peu désireux de dire que -S était dans la maison. Il avait peur de se retrouver entourer d'une trentaine de complices de -S.

Mais il avait encore plus peur qu'Axel parte seul avec cette gonzesse.

Il savait. C'était son frère, le mec qui vivait dangereusement, qui tabassait des chefs de gangs au CV lourd de meurtres, et qui causait avec la mafia comme on causait avec une vieille amie. Mais il était question de -S, un tueur, un masque, un inconnu qui sévissait dans Lewiston. Et... ils étaient pistés, désormais. Lui et son frère. Il ne fallait surtout pas qu'ils se séparent. Pas tout de suite, pas avant d'être en sécurité.

Le regard bleu de Tayson fixait celui tout autant bleu de son frangin, avec un désespoir sans fin. Les chamailleries et la frustration étaient désormais loin derrière. Tout ce qui comptait, c'était que son frère reste en vie. Qu'il reste avec lui. Car putain... il avait peur.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: C'est moi qui te trouble ou ? [Axel, Tayson & Lukas] Jeu 10 Déc 2015 - 13:55



   
   Avec Lukas & my brother
   C’est moi qui te trouble ou ?

A
vant que la situation ne s'envenime de trop et surtout pour te narguer un peu plus comme si je me foutais royalement des coups qu'on a pu s'échanger, je quitte tranquillement la pièce.

C'est ça, fuis tant que tu le peux ! cries-tu.

La fille de tout-à-l'heure semble m'avoir attendu et elle s'agrippe aussitôt à mon bras lorsque je passe près d'elle. Geste duquel je me libère vivement lorsque j'entends que je viens de recevoir un message.

- Deux minutes poupée, glissais-je à la fille, le regard rivé sur le message reçu tandis qu'elle insiste en me tirant par le bras, me disant qu'elle saura tourner toute mon attention sur elle d'ici quelques secondes.

Seulement, le trouble que m'impose le message en question ne m'incite qu'à une seule chose sur l'instant, la repousser et lui dire de dégager. S ... mais putain, comment il pourrait avoir assisté à la scène ?! Il ne peut s'agir de cette fille, ce n'est qu'une pauvre camée sans cervelle. Elle n'est même pas d'ici d'ailleurs, mais de la ville de l'autre côté de la Clearwater river. Et puis de toute façon, si c'est une complice qui aurait relaté les faits à S, elle a déjà filé et j'ai trop de doutes quant à cette hypothèse. Le message en soi n’est pas menaçant mais il ouvre sur de nombreuses questions. Se pourrait-il qu'il s'agisse de l'une des personnes ici présentes ?! Je fonce en bas en loupant quelques marches dans l'escalier. Certains se tournent vers moi, surpris. Pour le peu qu'il reste, le tour est vite fait. Je m'empare de quelques téléphones et leur re-balance après vérification. Mais il ne peut vraisemblablement s'agir de l'un des invités restant. Ils ne valent pas mieux que l'autre et S semble trop malin pour demeurer sur place. A moins qu'il n'use de ce culot en comptant justement sur une subtile comédie. Mais je ne crois pas, non. De toute façon, ça doit être en partie aussi là le but. Créer la panique et et me pousser à devenir parano. Non franchement, peu de probabilité qu'il soit ici. Mais peut-être l'a-t-il été un instant plus tôt avant de filer comme une ombre ?

L'arrivée de Lukas me sort de mes pensées. J'ai entendu mon frère lui crier de dégager. Je me demande pourquoi je n'ai pas stoppé le dépanneur. Il aurait tout aussi bien pu s’agir de lui. Je remarque dans l'instant que la fille n'a pas filé, elle a préféré se faire un dernier shoot avant de partir visiblement, et la voilà collée à moi. Putain de pot de colle ! J'entends du bruit à l'étage, une chute ? Puis des pas précipités. C'est Tayson. Il a l'air plus affolé que furieux.

AXEL !

Wouoh ! Qu'est-ce qui t’arrive au juste frangin ?! C'était quoi cette drôle de note dans ta voix ? Je te regarde l'air surpris. T'as l'air complètement désemparé et cette lueur de panique dans tes yeux me déstabilise un instant. Mais plus encore, la réaction qui s'en suit de ta part alors que tu me soumets une requête bien étrange.

"Je t'en prie... Je.... suis désolé. Reste avec moi. Allons.... au bar. Toi et moi. Entre frères."

- Depuis quand tu éprouves des remords ? soulignais-je étonné.

J’ai l'impression que tu es limite prêt à tomber à genoux sous le poids de je ne sais quelle affreuse nouvelle et je comprends alors aussitôt en soutenant ton regard qu'il est inutile d'insister. Je tends un bras vers toi comme pour t'offrir une forme de soutien, comme si tu étais prêt à tomber.

- Ok ok, du calme, on y va.

Je fais signe aux personnes restantes de dégager en leur indiquant la sortie et j'envoie bouler la fille qui s'accroche à moi comme une putain de sangsue. Une fois la maison vidée, nous nous dirigeons vers mon pick-up sans prononcer un mot. Tout comme je ne prononce la moindre parole durant tout la trajet qui nous mène à un coin tranquille où j’ai préféré nous arrêter avant d'aller dans quelconque fichu bar de la ville ou d'ailleurs. Présentement, nous voilà garés sur un emplacement de verdure en bord de la rivière Clearwater. C'est calme, peu de passage. Il s'agit d'une petite route qui mène en dehors de la ville en direction de Cherrylane. Je coupe le moteur et pose les mains sur le volant, lâchant un lourd soupir avant de me tourner vers toi.

- Dis-moi ce qui se passe frangin.

Tu as l'air tellement troublé. Tu m'en as presque fait oublier ce message de S. A croire que je suis pisté d'ailleurs. S connait certains secrets et dévoile parfois des choses plus ou moins dévastatrices, mais de là à venir s'incruster chez Tay et épier un fait aussi peu important, tout du moins à mes yeux, je n'en vois pas l'intérêt. A moins que ... après tout, c'est chez toi que j’ai organisé cette fête et si S ou un pseudo complice s'y trouvait vraiment, peut-être que c’est toi qui était visé à l'origine ? Et peut-être que tu as toi aussi reçu un message de cet enfoiré d'enfant de putain ?! Je ne préfère toutefois pas te présenter ces doutes avant que tu ne te sois exprimé, craignant que tu renonces ainsi à m'avouer ce qui t'as pris un instant plus tôt en rebondissant sur ce prétexte-ci.
Je pose une main sur ton épaule, l'air inquiet. C'est drôle comme ça dénote d'un coup par rapport à tout-à-l'heure dans ta piaule. Un instant qui n'est pas sans réveiller le souvenir de ton poing que je me suis royalement mangé. Tu n'as pas été en reste de ton côté, ça aurait d'ailleurs facilement pu aller plus loin. A croire qu'on était trop fatigués pour échanger plus de quelques coups avant de renoncer. On va toujours jusqu'au bout d'habitude. Je m'étonne moi-même d'avoir choisi cette plus douce provocation en quittant la pièce après ce retournement de situation. C'est jamais simple entre frangins, pas vrai ?


WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: C'est moi qui te trouble ou ? [Axel, Tayson & Lukas] Dim 13 Déc 2015 - 16:55


You're a fuckin' Mess!

Axel


 Son sang tambourinait dans l'ensemble de ses artères et veines. Il avait presque mal à la tête tant la pression et l'adrénaline lui pourrissaient ses sens. Il avait fichtrement peur. Peur qu'Axel se foute de sa gueule et le plante là, alors que leur maison abritait certainement -S à l'instant-même. Mais il n'en fut rien. Son frangin repoussa la camée de toute à l'heure qui l'envahissait de sa présence, et adressa sa main à Tayson. Le châtain en fut à la fois interloqué et soulagé. Il... aurait pensé avoir droit à un bras d'honneur, et ce fut une main tendue que lui offrit son noiraud de frère. Durant un instant, le trentenaire dut se retenir de ne pas laisser transparaître son soulagement par un grand soupir. Il descendit les escaliers, et suivit Axel, qui avait manifestement décidé de vider les lieux. Tayson était derrière lui, regardant sans cesse derrière son épaule, couvrant leurs arrières. Il s'attendait à quoi ? Il ne le savait pas. Un revolver dans son dos... Un couteau planté à l'arrière de son crâne. Il avait toujours autant peur, et cette maison, qui avait certes été témoin de tant d'horreur, mais quand même leur foyer, n'avait plus rien de familier désormais. C'était comme se retrouver en terrain inconnu. Axel aussi, avait la pression. Il pouvait le sentir. Il ne rigolait plus, ne plaisantait pas. Quand des invités faisaient les récalcitrants, Axel élevait sa voix forte et se faisait respecter instantanément. Il avait cette force, son frère, contrairement à lui, d'en imposer. Chaque visage que croisait Tayson marquait son esprit comme s'il s'agissait de leur traqueur en personne. Pourtant, la plupart des invités étaient plus des gamins de rue ou des fêtards du dimanche, à peine sorti de la majorité, qui n'avaient aucune idée de ce qui se passait. Aussi, il n'y eut pratiquement pas de résistance, et, rapidement, la maison fut vidée de toute personne.

Son frère autrefois dénommé Brandon s'avançait vers son pick-up, alors que Tayson refermait à clé derrière eux. Ses mains tremblaient et il eut de la peine à verrouiller la serrure. Mais quand le moteur ronronna, il parvint à fermer la porte, et rejoignit son frère à l'avant de la voiture, sans oublier de jeter encore quelques coups d'oeils incertains derrière lui. Il observait les fenêtres, s'attendant à y voir apparaître une silhouette. Mais... rien. Les rideaux tirés et le silence du quartier laissaient penser que plus personne n'habitait cette maison... Ni même la rue. De par la fenêtre de la voiture, Tayson observait le voisinage. Il n'avait jamais remarqué une telle quiétude en plein week-end. Les repas en famille sur les terrasses, les discussions bruyantes de ses voisins, les aboiements des chiens du quartier et les hurlements des enfants lui manquèrent alors soudainement. Tout paraissait... vide. Mort.

Quelque chose clochait...

Le moteur s'était alors arrêté de tourner. Axel avait parqué son pick-up près de la rivière de Clearwater, en bordure. Tayson n'avait pas réalisé qu'ils avaient fait autant de trajet. A vrai dire, la notion de temps et de l'espace étaient assez vagues. Il voyait un peu les choses en ralenti, tant son coeur tapait fort dans sa poitrine. Ce ne fut que lorsqu'Axel posa sa main sur son épaule qu'il se rendit compte qu'il lui avait posé une question depuis quelques secondes déjà. Le contact physique fit alors redescendre la pression petit à petit.

Ils étaient... saufs.

Le trentenaire s'enfonça dans son siège. Des gouttes de sueur perlaient sur son front et il lui fallut du courage pour affronter les yeux bleus de Brandon. Il se sentait redevenir un enfant. Dépendant de son grand frangin. Effrayé par lui, mais en même temps, se sentant en sécurité à ses côtés. C'était étrange comme sensation, et lui fit resurgir plein de souvenirs d'enfance qu'il avait pensé oubliés.

Brandon qui venait tabasser les adolescents du quartier, après qu'ils aient dépouillés Tayson de ses vêtements pour l'humilier.

Brandon qui l'escortait sur le chemin de l'école, pour s'assurer qu'ils ne recommenceraient pas.

Brandon qui lui foutait un coup de poing, alors tout jeune, pour l'empêcher d'aller dans la salle de bain, où leur mère pataugeait dans son propre sang... Les deux frères, leur soeur, et leur père, à la pêche, en train de s'ennuyer ferme, et de faire des bêtises, sous les beuglements du paternel.

"Je...."

En regardant le visage préoccupé de son frère, Tayson revint dix ans en arrière.

Puis... Les souvenirs s'estompèrent.

Il revint à la réalité de la voiture, à l'instant présent. Il devrait s'expliquer. Il ne savait pas par où commencer, que dire. Lui avouer, ce qui s'était passé il y avait de cela quelques années, avec Gregory ? Lui avoué la raison pour laquelle il se sentait pisté par -S ces derniers temps ? Non... c'était... inenvisageable.

Il savait que "Roméo", son surnom dans le milieu de son job, avait vécu pas mal de choses. Il savait aussi que de son côté, il avait dû en faire des atrocités. Mais pas à la hauteur de celle que Tayson avait faite... Axel ne le cautionnerait pas. Il le savait, il le pressentait. Et il ne pouvait se permettre de perdre. Pas après avoir perdu Kathrina, non....

"Je......"

Les mots peinaient à sortir de sa gorge. Aussi, Tayson se décida à parler autrement. Il déverrouilla son mobile, et le montra à Axel.

On put y voir l'historique des conversations entretenues avec - S, dont la première datait du 8 novembre, et la dernière remontait donc à une demi-heure.



Citation :
Expéditeur: Unknown
Destinataire: Tayson Manchester
Message reçu, 8.11.2015
Et question merde, tu t'y connais hein Tayson ? Mais dis-moi, comment résous-tu les choses de ton côté ? J'espère que tu ne les enterres pas, un simple coup de vent aurait si vite fait de mettre tout cela à jour. Conseil d'ami, brûle-les. Tu devrais t'habituer aux flammes, l'éternité risque d'être volcanique pour toi ! Et oui, tu peux avoir peur.
-S

Expéditeur: Unknown
Destinataire: Tayson Manchester
Message reçu, 11.12.2015
Bande de fillettes. Je ne pensais pas que c'était génétique ce genre de trucs mais faut croire que si. Pas que ça me dérange hein. Mais pour une meilleure expérience, tu devrais suivre la recette de ton frangin : poudre blanche ou seringue aiguisée et alcool. Ça l'a pas mal déridé à l'époque !
-S

Tayson laissa son téléphone à Axel. Il ne savait quoi dire, que faire. Il savait aussi que le premier message risquerait de susciter des interrogations, mais il serait prêt à y faire face, le plus important c'était que son grand frère sache, car lui aussi, paraissait concerné dans cette affaire. -S l'avait aussi surveillé après tout....


Au mois d'octobre, à l'Hôpital, avec Tim, il y a aussi eu un mot, laissé par -S, mais qui m'était pas adressé directement. Ca le concernait lui, le mettait en garde, comme quoi....... Bien pire que de se faire tuer par un taliban, ce serait de mourir d'une main amie....Méfie-toi, tu es en terrain ennemi ici et une guerre fait rage.

Il avait récité machinalement mot pour mot le message qui avait été laissé avec les fleurs à l'hôpital, tant il l'avait marqué. Tant il avait perturbé son sommeil et hantait ses journées.

Enfin, Tayson se décida à confronter le regard d'Axel, de ses yeux fatigués et... honnêtement paniqués.

-S a pris Tim pour cible. Il m'a pris moi pour cible... Et... j'ai les boules. Pour Tim. Pour moi....... Et les boules qu'il t'ait aussi pris comme cible....

Car comme il l'interprétait, à ce jour, Axel avait été visé, car - S avait évoqué son passé de toxicomane. - S savait pour Brandon et ses vices. Pour Tayson, ça signifiait clairement qu'il était pris dedans à son tour....

Il lui avait dit toutes ces informations, car il était persuadé qu'il valait mieux ne pas confronter -S seul. Et qu'à partir du moment où les deux étaient concernés, c'était un combat qu'ils devraient faire... ensemble.

Comme frères.

Non, c'était jamais simples entre frangins...

Heureusement que notre soeur est loin de ce bordel... punaise...

Il appuia sa tête contre le siège, et attendait les remarques de son frère. Ce qu'il en dirait, ce qu'il en penserait. Allait-il rire de tout ça, dédramatiser la situation, le faire rire. Ou au contraire, allait-il.... lui aussi prendre les choses au sérieux ? Le plus drôle, c'était que Tayson était incapable de le deviner, aussi, il attendait.... dans un silence qu'il ressentait comme pesant.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: C'est moi qui te trouble ou ? [Axel, Tayson & Lukas] Dim 20 Déc 2015 - 15:38




Avec Lukas & my brother
C’est moi qui te trouble ou ?

C
'est drôle comme tout semble de nouveau calme et serein, et pourtant malgré ça, il s'insinue cette impression. Plus qu'une impression d'ailleurs. Un véritable malaise. Si le texto reçu plus tôt m'a troublé, il n'avait rien de trop menaçant dans le contenu en lui-même. La seule menace qui s'y trouvait résidait dans le fait que S savait parfaitement ce qui se déroulait sur l'instant, et ce, dans cette chambre en particulier. Un invité ? Quelqu'un qui épiait de plus loin ? Qui dit distance dit matériel de surveillance et d'écoute ... . De bien grands moyens pour un jeu sans conséquences pour ma part. Du moins rien qui ne m'inquiète. Néanmoins, si le message me concernant n'avait rien de réellement notable, S a déjà frappé de plus vilains coups, et ce à travers toute la ville.

Quoi qu'il en soit, ton état m'inquiète. Je pose une main sur ton épaule. Tu es légèrement en sueur, ton regard est perdu dans le vide et tes traits marquent plus que de la contrariété. Il y réside néanmoins une certaine lueur de soulagement. Malgré mes mauvais côtés, tu sais que tu peux compter sur moi dans les cas difficiles.

"Je...."

C’est tout ce que tu parviens à esquisser avant de te perdre à nouveau dans tes pensées.

"Je......"

Je hausse un sourcil mais parvient toutefois à rester patient. Je t'ai bien assez secoué tout-à-l'heure. Toi aussi d'ailleurs à m'en jauger dans le rétroviseur centrale. Tu me tends soudain ton téléphone pour me montrer un message. Le premier datant de début novembre et tous sont de S. Putain, c'est quoi ce bordel ?!

Citation :
Expéditeur: Unknown
Destinataire: Tayson Manchester
Message reçu, 8.11.2015
Et question merde, tu t'y connais hein Tayson ? Mais dis-moi, comment résous-tu les choses de ton côté ? J'espère que tu ne les enterres pas, un simple coup de vent aurait si vite fait de mettre tout cela à jour. Conseil d'ami, brûle-les. Tu devrais t'habituer aux flammes, l'éternité risque d'être volcanique pour toi ! Et oui, tu peux avoir peur.
-S

Expéditeur: Unknown
Destinataire: Tayson Manchester
Message reçu, 11.12.2015
Bande de fillettes. Je ne pensais pas que c'était génétique ce genre de trucs mais faut croire que si. Pas que ça me dérange hein. Mais pour une meilleure expérience, tu devrais suivre la recette de ton frangin : poudre blanche ou seringue aiguisée et alcool. Ça l'a pas mal déridé à l'époque !
-S


Inutile de dire que cela suscite certaines interrogations chez moi. Je fais la relation entre ce message et celui que j’ai reçu de mon côté. Je comprends tout-à-fait de quoi S parle dans le second message. Ça ne me perturbe pas spécialement sur l'instant. C'est le tout premier qui date de novembre qui est plus sujet à ces interrogations.

- Putain mais t'as buté quelqu'un ou quoi ?! Brûler quoi, qui ?!!

Tu me fais signe de rester calme et de te laisser parler. J'appuie mes deux bras sur le volant, penchant la tête un instant en lâchant un lourd soupir avant de t'accorder de nouveau tout mon intérêt.

-Parle.

Au mois d'octobre, à l'Hôpital, avec Tim, il y a aussi eu un mot, laissé par -S, mais qui m'était pas adressé directement. Ca le concernait lui, le mettait en garde, comme quoi....... Bien pire que de se faire tuer par un taliban, ce serait de mourir d'une main amie....Méfie-toi, tu es en terrain ennemi ici et une guerre fait rage.

Tu récites le message qui semble avoir marqué ton esprit. "Une main amie". Le message insinue que mon frère visiblement ou un autre, mais chose moins probable vu l'impacte que ça semble avoir eu sur toi, pourrait menacer la vie de Tim. Tu me regardes si fixement à l'instant que mon regard se redirige dans le tien sans le lâcher et sans dire un mot. J'aimerais te demander où ce message est censé en venir mais je te laisse poursuivre.

-S a pris Tim pour cible. Il m'a pris moi pour cible... Et... j'ai les boules. Pour Tim. Pour moi....... Et les boules qu'il t'ait aussi pris comme cible....

Un instant de silence s'installe tandis que ça fuse dans mon esprit et sans doute tout autant dans le tien.

Heureusement que notre sœur est loin de ce bordel... punaise... dis-tu en appuyant t'appuyant contre l'appui-tête.

- Si S s'en prend à moi, crois bien que c'est sans doute hors de ces faits.

Je comprends toutefois l'implication possible. La liaison des faits. Mais je ne veux pas que tu te sentes coupable. Certainement pas pour moi. Les galères je connais et j'assume les emmerdes passées, présentes et à venir. C'est quelque chose qui ne me lâchera jamais.

- Je capte où tu veux en venir en me dévoilant tout ça mais laisse-moi m'en charger. Le seul qui a le droit de te nuire, c'est moi fréro.


Si quelqu'un doit se confronter à S, il est hors de question que ce soit toi, ni nous. Tu as trop à perdre. Moi non.


WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: C'est moi qui te trouble ou ? [Axel, Tayson & Lukas] Dim 20 Déc 2015 - 18:10


You're a fuckin' Mess!

Axel


En aucun cas... il se serait attendu à ça. Axel avait... eu une réaction, qui l'avait surpris. Ses yeux s'étaient écarquillés dans une surprise bien réelle alors qu'il avait lu les messages, et il avait sorti la phrase que Tayson aurait préféré ne pas entendre.

- Putain mais t'as buté quelqu'un ou quoi ?! Brûler quoi, qui ?!!

Tayson regarda au loin alors qu'il se mordait la lèvre inférieure. Le trentenaire demanda à Axel de se calmer du mieux qu'il le pût, sans trahir l'émotion qui l'envahissait. Si seulement il avait pu répondre à son grand frère en parfaite honnêteté, ce serait un sacré poids qui s'enlèverait de ses épaules. Or, ce n'était pas possible, jamais. Il le perdrait, il en avait peur, s'il lui disait la vérité qui se cachait derrière ce message.

Aussi, il y eut un silence, que le noiraud coupa pour permettre à Tay de continuer sa tirade.

Il lui avait tout expliqué, toutes ses interactions avec -S ces derniers mois, même avant, quand il avait revu Tim à l'hôpital. C'était... douloureux de penser qu'il y avait bien un homme, ou une femme, derrière tout ça qui savait...

- Si S s'en prend à moi, crois bien que c'est sans doute hors de ces faits.


Le crâne posé contre l'appui-tête, Tayson tourna la tête en direction de l'aîné Manchester, dont les coudes reposaient toujours sur le volant. Que voulait-il dire par là ?
En même temps, Axel ne lui avait pas demandé d'avantage concernant le premier message, aussi, Tayson hésitait à s'immiscer également dans les affaires de son frangin, de peur d'avoir le même retour.

Sans nul doute qu'Axel aussi avait vu, et dut faire des choses pour la bonne marche des affaires, de sa réputation, ou même de sa survie qui dépassaient l'entendement moral, et suffisaient à -S pour le prendre comme cible.

Cette pensée fit constater à Tayson que .... putain. Il méconnaissait son frère. Ils avaient beau avoir grandi dans la même famille, il demeurait un certain fossé entre eux. Fossé créé par le caractère rebelle et fougueux du garçon autrefois prénommé Brandon, qui avait choisi comme famille la rue plutôt qu'une maison habitée par une femme cruelle et malade... Leur papa leur avait permis de faire beaucoup de choses ensemble. Et, bizarrement, soudainement, Tayson se rappelait que..... en la présence de papa, les deux frérots ne se battaient jamais.

Si seulement papa était là...

Tayson fut reconnaissant que cette pensée ne se soit pas matérialisée en parole, il connaissait le tempérament de son frère, et à quel point la mort de leur père l'avait changé. Depuis lors, il évitait de l'évoquer, de peur de réveiller des douleurs qu'il désirait oublier.

Bien que l'heure était grave.
Mais à eux deux, ils sauraient gérer. -S, peu importe son sexe, sa fonction, ses moyens, restait un être humain, gérable par une balle en pleine tête. C'était grave, mais c'était la pensée de Tayson à cet instant qui commençait gentiment mais sûrement à se mettre en un mode survie. Il dormait avec un glock chargé sous son oreiller. Il avait repris sérieusement les entraînements de tir, et s'était même acheté une lunette à mille balles pour la monter sur le fusil d'assaut de leur père hérité lorsqu'il avait quitté ses obligations militaires....

L'heure était à la paranoïa.

Mais quelque chose dans le regard bleu de son frère le... toucha, le rassura, et avant même que Tay put formuler son idée, Axel l'avorta.

- Je capte où tu veux en venir en me dévoilant tout ça mais laisse-moi m'en charger. Le seul qui a le droit de te nuire, c'est moi fréro.

Silence dans la voiture.

Cette phrase eut l'effet d'une bombe pour Tayson qui avait été forcé de détourner le regard pour observer l'extérieur de la voiture durant un instant. Il observait les fourrées d'herbe et sentait l'émotion l'envahir mais il ne démontra rien.

Axel ... voulait gérer ça de son côté. Pour lui, ça restait des menaces, rien de concret, rien qui devrait réellement les inquiéter, c'était ainsi qu'il pensait. Tayson aurait pu penser pareil, si -S n'avait pas évoqué un secret vieux de 2012 qui avait changé à jamais ses nuits et ses journées. Il avait fichtrement peur, mais se sentait néanmoins.... en sécurité. Axel avait su le gonfler d'un certain courage et d'une énergie qu'il n'avait pas ressentie depuis le début de cette année.
Et alors que son regard était porté vers la nature, il ... sourit, de doux souvenirs étant remontés jusqu'à lui.

Leur père, qui les prenait à la pêche... Axel qui écoutait attentivement les consignes de son père et apprenait, alors que Tayson observait, et qui voulait participer aussi. Les deux qui se chamaillaient verbalement. Leur père qui les avait interdit de jurons, à condition que ce soit ceux du Capitaine Haddock, issu de la bande-dessinée qu'il adorait : Tintin.

Son sourire s'agrandit.

Lentement, le cadet reporta son attention sur Axel, toujours un léger sourire accroché au visage.

Bougre de sauvage d'aérolithe de tonnerre de Brest va...

... Tout irait bien. Tout irait bien. -S se trouvait désormais à des kilomètres de distance dans la tête de Tayson qui se sentait... mieux...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: C'est moi qui te trouble ou ? [Axel, Tayson & Lukas]

Revenir en haut Aller en bas
C'est moi qui te trouble ou ? [Axel, Tayson & Lukas]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» C'est moi qui te trouble ou ? [Axel & Lukas]
» Hope is Dead : Kira Takumi & Trouble VS Mina Luvia
» L'Histoire de Trouble or Misery .
» Axel Haire [Pouff']
» Axel H. Merrick || Nobody raise their voices [U.C.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: Saison 2 :: archives sujets terminés et abandonnés-