AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 Under the rain[Axel & Lily]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Under the rain[Axel & Lily] Dim 23 Aoû 2015 - 11:28


       
Under the rain

       

Foutu temps de pluie. Je suis calé contre la fenêtre depuis maintenant une bonne demi heure, observant l'orage qui gronde en cette fin d'après-midi. Je tourne en rond comme un lion en cage depuis ce matin. Je me traine quelques emmerdes en ce moment qui ne font qu'amplifier ma mauvaise humeur et me mettent sur le fil du rasoir sur le plan psychologique. Je suis en manque de tout, complètement à cran. La plupart de mes potes sont partis en vacances. C'est l'emmerde royale. Et pas une nénette potable aux environs pour s'amuser un peu. Je ne peux même pas compter sur quelques ex. Tout me parait fade. Ça m'agace putain ! Et ce satané frigo qui demeure désespérément vide. Pas envie d'aller faire des courses. Je devrais peut-être aller me ravitailler chez mon frangin en douce, ça m'éviterait de me faire chier.

Finalement, je sors alors que la pluie bat encore son plein. Je suis trempé en point de temps. Je grimpe dans le Nissan et prend la direction de chez Tayson. Manque de pot, quand j'arrive, il est là. Non seulement, il est à la maison mais il a du monde. Rien qui ne m'arrête vraiment ... en revanche, son accueil à me voir débarquer de la sorte et trempé jusqu'aux os n'est pas pour l'enchanter. Il me barre le passage, me refusant l'entrée de cette foutue baraque qui au passage même si elle est désormais à lui, demeure toujours la maison familiale. Ça fuse dans mon esprit et l'agacement monte en moi. Comment ça il ne peut pas me laisser entrer ? Comment ça c'est pas le moment ? Dis que t'as honte ?! Tu sais quoi, garde-les tes précieux invités ! Évite-leur de voir quel minable frangin tu te cognes ! Ces pensées me traversent l'esprit mais ne franchissent pas la barrière de mes lèvres. Je dois avoir encore un semblant de bon sens mais ce n'est que partie remise pour les lui faire entendre. Je me fais ainsi foutre à la porte quasi direct sans avoir même pu poser un pied à l'intérieur.

- Mais vas-y enfoiré !!! Ferme-moi la porte au nez ! Putain de bâtard !!

Je donne un coup de pied dans la porte et me casse furax. Vive l’accueil ! Bon, l'option course ne peut désormais être esquivée. Toutefois, je décide de m'introduire en douce par l'arrière de la maison pour aller lui tirer du fric dans sa putain de cagnotte planquée dans la cuisine. Je compte rapidement les billets. Ça devrait faire l'affaire. J'entends des bruits de pas provenant du salon. Il a du m'entendre mais je dégage la piste avant qu'il n'arrive et remonte dans la bagnole pour dégager aussitôt.
Musique à fond, et malgré mon chapardage, toujours sur les nerfs après la façon dont il m'a foutu à la porte, je me défoule en prenant la route en direction de la sortie de la ville. Je suis en rade, il me faut de l'essence. La pluie et l'orage ont cessé mais la route est gaugée d'eau. Roulant à vive allure, je dépasse les quelques bagnoles qui se trainent devant moi. Puis une moto se profile quelques mètres plus loin sur ma voie. Putain la poulette a l'air canon. Personne en face, je me place à sa hauteur en mordant sur la ligne discontinue du milieu et abaisse la vitre côté passager pour lui faire signe et lui brailler des propos plutôt flatteur à son encontre. Elle n'a toutefois pas l'air d'apprécier et je lui adresse alors un doigt d'honneur avant de ralentir et me placer derrière elle. Je me plais un instant à la faire chier en lui collant au train puis je la dépasse soudain en l'éclaboussant copieusement au passage d'une flaque conséquente. Mauvaise action du jour bonjour ! Je peux pas encadrer ces nénettes qui se la jouent comme des dures à cuire.

La station service approche et j'y bifurque. Il y a quelques voitures devant moi. Faudra aussi que j’en profite pour me prendre des clopes. Je ne fais néanmoins pas gaffe lorsque je descends du Nissan pour m'apprêter à prendre de l'essence, qu'elle vient de débarquer elle aussi tout près. Il y a quelques voitures aux deux pompes à côté de la mienne et d'autres arrêtées sur le parking de la boutique de la station service qui fait également petite supérette. Je lance un regard amusé dans la direction de la fille qui semble se pointer vers moi d'un pas décidé en m'adressant déjà des propos peu glorieux. Je ne peux retenir un rire. Un rire dont j'aurais sans doute du m'abstenir vu la baffe qu'elle s'apprête à me coller, rire qui disparait bien vite alors que je m'embrase comme une trainée de poudre face à ce geste. Mais je retiens son poignet à temps et le serre fort. Sans doute un peu trop vu la légère grimace qu'elle esquisse.

T'allais faire quoi là ??!! Hein ! T'allais faire quoi !!! vociférais-je vraiment furieux qu'elle ose chercher lever la main sur moi. Les insultes et les reproches ça passe mais ça non ! Ça me rappelle aussitôt lorsque ma mère un soir, dans sa folie, m'en a collé une et que je la lui ai rendue.

Je la plaque contre l'aile arrière du Nissan contre laquelle elle se trouvait déjà pratiquement, faisant rempart de mon corps en la surplombant d'un air menaçant. La mâchoire crispée et le regard furibond, mes yeux se hasardent toutefois un instant dans les siens. Putain la vache, elle est belle ! Enfin si on vire la boue qui macule son visage. Quoi que ça a un petit quelque chose d'excitant. Cette fille, la boue, cette expression de colère sur son visage.
Apparemment, notre altercation attire un curieux et unique courageux ... . Les autres observent de loin, n'osant s'approcher. Bande de minables !

- Touchez pas à la p'tite dame ! tente d'intervenir un mec propre sur lui, visiblement la quarantaine.

- Dégage fils de putain ou j'te refais le portrait ! le menaçais-je à son tour.



       
(c) AMIANTE



Dernière édition par Axel Manchester le Dim 30 Aoû 2015 - 10:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Under the rain[Axel & Lily] Dim 23 Aoû 2015 - 21:37


Under the rain



Lily & Axel


Je quitte Portland dans un gros bus au coloris acier. La pluie dessine des traits sur les vitres. Je les observe pensivement. Je note mentalement les futures tâches qui m’attendent à Lewiston. Je me sens de plus en plus à l’étroit à Parrish House. Mes derniers shooting se sont avérés plutôt fructueux, je devrais en profiter pour déménager. Mon MP3 me transporte d’un coup vers d’autres horizons avec sa chanson (lien) 

*(voir traduction en bas si envie)
I'm a flame
Shot of fire
I'm the dark in need of light
And we touch, you inspire
Will it change in me tonight
So take me up, take me higher
There's a world not far from here
We can die in desire
Or we can burn in love tonight

Our hearts are like, firestones
When they strike, we feel the love
Sparks of light, they ignite our bones
When they strike, we light up the world

Une bonne nouvelle m’attend dès mon arrivée en ville. Mon nouveau jouet m’attend. Je passe rapidement dans ma chambre, jette mon sac et fonce à la boutique. Je regarde le bolide attentivement. Mon doigt suit les chromes de la fourche. J’ai profité d’un joli contrat pour m’offrir cette moto et la faire customizer. Le temps dehors n’a rien qui inspire à une excursion mais j’ai bien trop envie de sentir défiler la route. J’ai envie de sentir sa puissance. J’ai envie de parader avec elle. Puis surtout j’ai envie de m’évader, oui c’est ça, j’ai une furieuse envie de m’éclater. Je remonte dans ma chambre, j’enfile un body en dentelle noir, un pantalon noir moulant, des bottes hautes et un blouson noir. Je me détaille rapidement dans le miroir… parfait, je ferais des envieuses parmi mes ex amies du bahut si elles me voyaient.

La pluie a cessé pour mon plus grand plaisir. Je m’arrête, ça doit bien faire une petite heure que je roule. Je m’étire, détends les muscles puis je remonte. Je remets mon casque, je tente de rabattre la visière elle semble coincée… et merde… tant pis je me souviens avoir croisé une station essence, ils pourront surement m’aider. Le moteur vrombit et je repars, la pluie a certes cessé mais je slalome entre les flaques boueuses pour éviter les éclaboussures. Je roule de plus en plus vite : 55 miles, 60 miles, 75 miles je stabilise. Puissant, grisant mais je sais qu’une seule erreur me serra fatale, je décélère et redescends à 55 miles. Un véhicule se place à ma hauteur et roulant sur les deux voies, baisse la vitre passager. Il hurle je ne sais quoi, je jette un regard rapide, pauvre type ! Je fixe de nouveau la route l’ignorant superbement.

Le type freine et se place derrière moi, il fout quoi, merde ! Son parechoc est trop près je me retourne rapidement, je lui ferais bien un geste indécent mais il ne m’en laisse pas le temps. Sa voiture me double, je n’ai pas le temps de slalomer, une grosse vague boueuse me bloque la vue. Je reste concentrée, ma roue part légèrement en spinning. Je me gare sur le bord. Je m’ébroue, je m’essuie un peu le visage. Il faut vraiment que je répare cette visière. J’espère que l’espèce de connard aura une misère ça lui apprendrait ! Si je n’avais pas su maîtriser mon bébé je serais surement partie dans le décor.

J’arrive enfin à la station-service, je suis furieuse mais je me contrôle… ou pas. Putain cette caisse c’est la voiture de l’autre con, je m’avance avec une rage brûlante vers le type.

« espèce de connard, tu as eu ton permis dans une braderie »

Il rigole mais il se fout de qui ? De moi ? Je boue. Par réflexe de colère, je le gifle. Mon geste est arrêté net avant que ma main rencontre sa joue. Mon poignet est dans un étau de fer. Mes yeux lanceraient des éclairs si nous étions dans un film mais là ils expriment juste ma fureur en étant plus bleu que vert. Je grimace. Sa main me broie douloureusement. Je le dévisage l’emmerdeur. Il a un physique attractif, il me fait penser aux guerriers d’Odin en plus moderne.

T'allais faire quoi là ??!! Hein ! T'allais faire quoi !!! dit-il apparemment furieux.

L’étau s’est un peu desserré mais il me maintient toujours. Il doit faire une tête de plus que moi, je devrais me raisonner mais non ! Mon sang ne fait qu’un tour il m’a coincé contre l’arrière de son véhicule. Je tente avec mon autre main de lui faire lâcher mon poignet. Mon cœur s’accélère, je déteste sa façon bestiale et menaçante de me dévisager.

- Touchez pas à la p'tite dame ! tente d'intervenir un client

- Dégage fils de putain ou j'te refais le portrait ! réplique t il

Les autres clients reculent ou baissent le regard. J’ai l’impression d’être un chaton qu’on tient par la peau du cou. Je sors les griffes malgré la peur qui m’étreint.

« Eh mec c’est parce que tu es impuissant que tu te plais à faire mal aux femmes ? Ça te fait jouir ? Connard » je parle tout bas, pas convaincue que je dois dire ça mais c’est sorti tout seul.

Je sens mon poignet se libérer tandis qu’il rigole ! Je ne sais pas s’il se moque de moi ou si la situation l’amuse. Mais je réagis par réflexe et lance mon genou. Il esquive avec une aisance troublante comme s’il avait pu deviner mon geste et sa main me choppe le cou cette fois. Je me retrouve de nouveau acculée contre le Nissan. Ma respiration se fait haletante plus par peur, sa poigne est ferme mais il ne serre pas, il me bloque et maîtrise complètement la situation. Cette fois ci je suis vraiment un chaton qu’on tient par le cou. Je réalise qu’il lui serait facile de serrer et m’étrangler. Je déteste être à sa merci, je déteste avoir peur, je déteste ces larmes qui se mettent à couler tandis que de mes deux mains je tente désespérément de le faire lâcher. Puis la pluie commence à tomber doucement se mêlant à l'eau salée sur mon visage et nettoyant la boue qui me reste encore.


traduction des paroles:
 


Dernière édition par Lily Vincenzo le Sam 5 Sep 2015 - 0:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Under the rain[Axel & Lily] Jeu 3 Sep 2015 - 10:02


     
Under the rain

     

L'étau de ma main autour de ton poignet se relâche un peu. Coincée entre moi et la voiture, je te maintiens toujours, te toisant de ce regard bestial qui suffirait presque à lui seul à te dissuader de recommencer. C'est sans doute moi le plus en tord certes mais tu as fais l'erreur de vouloir lever la main sur moi. Et non baby, tu peux oublier les "on ne touche pas à une femme" avec moi. A partir du moment où tu répliques, aucune raison qu'il n'y ai pas de réponse. Je ne peux pas voir ce genre de poulette qui croit pouvoir se la jouer en agressant un mec tout en sachant que la plupart ne répliqueront pas à cause de ce principe à la con ! Et ouais, t'as tout faux p'tit chat. Dommage pour toi. Je jubile rien qu'à voir ta charmante bouille de connasse imprégnée de cette peur. Malgré le monde autour, tu dois savoir que la plupart des gens sont lâches et qu'ils observeront sans oser intervenir. Ah tiens, il semble y avoir encore quelques braves dans le lot. Un type s'approche et balance une réplique qui manque bien de me faire mourir de rire. Je l'envoie se faire foutre et il perd alors tout semblant de courage tandis que tous les autres font à nouveau mine de rien ou lancent des regards en douce.

« Eh mec c’est parce que tu es impuissant que tu te plais à faire mal aux femmes ? Ça te fait jouir ? Connard » me provoques-tu encore d’une voix basse qui traduit peu de certitude.

Mon regard se pose à nouveau sur toi.

- Ta réplique m'amuse beaucoup, c'est si cliché de la part d'une poulette de balancer ce genre d'idioties, dis-je sur un ton aussi amusé qu'agacé par si peu d'esprit ou disons de répartie.

Tu sais quoi ? C'est ce genre d'attitudes entre autre, qui me poussent à éviter à tout prix les relations longues. Même les relations qui débutent sur de la foutue passion ou qui semblent empreintes de ce brin de magie dont on devient vite accro, ne sont que du vent. C'est super au début mais vous les poulettes, avez vite fait de tout gâcher en montrant votre vrai visage une fois que vous nous pensez acquis. Toutes des chieuses au final, sans un brin de cervelle dans le crâne.
Je manque de me prendre ton genoux alors que je t'ai relâché mais j'esquive avec souplesse au dernier moment tandis que toute ma fureur s'impose de nouveau à toi et que je te choppe vivement par le cou. De nouveau acculée contre le Nissan, je me sens presque frémir rien qu'à lire la peur dans tes yeux. Ta respiration se fait haletante. Putain, tu m'exciterais presque.

- Constate autour de toi que personne ne viendra à ton secours et choisis la bonne option.

Ma poigne est ferme mais je ne serre pas. Le but n'est pas de t'étrangler.

- Alors p'tit chat ? Tu comptes me servir une nouvelle de tes si subtiles provocations ? Ou tu veux jouer encore un moment ? Tu dois deviner sans doute fort bien cette lueur malsaine dans mon regard. Joue avec moi baby. Je peux être bien moins désagréable selon où ça nous mène ... . dis-je de façon pour le moins explicite. Encore une provocation et je trouverais une autre utilité à ta jolie petite bouche.

Ah voilà. Ça j'aime. Ces larmes qui se mettent à couler le long de tes joues font naitre un doux sourire sur mes lèvres. Tu regrettes p'tit chat ? Ma main quitte ton cou pour emprisonner ton menton tandis que je tourne ton visage dans un mouvement vif et que je donne un grand coup de langue sur l'une de tes joues.

- Dégages d'ici et fais attention la prochaine fois que tu me croises.


     
(c) AMIANTE



Dernière édition par Axel Manchester le Dim 6 Sep 2015 - 9:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Under the rain[Axel & Lily] Sam 5 Sep 2015 - 0:36

[quote="Lily Vincenzo"]

Under the rain



Lily & Axel



« Eh mec c’est parce que tu es impuissant que tu te plais à faire mal aux femmes ? Ça te fait jouir ? Connard » dis je d'une voix basse et peu assurée.

Ton regard est de nouveau posé sur moi. Merde pourquoi j’ai sorti ça ? Un léger frémissement me parcourt. Ton regard est froid mais tu libères mon poignet avec un sourire carnassier.

« Ta réplique m'amuse beaucoup, c'est si cliché de la part d'une poulette de balancer ce genre d'idioties. »

Une poulette ? Non mais ! je ne sais si tu te moques de moi ou si la situation t’amuse ? Mais ça m’exaspère et je réagis par réflexe. Je lance mon genou vers ton entre jambe mais tu esquives avec une aisance troublante. Ta main m’entoure le cou. Tu me bloques toujours contre la voiture. La peur m’envahit doucement et ma respiration se fait de plus en plus haletante plus. Cette fois ci je suis vraiment un chaton qu’on tient par le cou. Je réalise qu’il te serait facile de serrer ta main et m’étrangler.


« Constate autour de toi que personne ne viendra à ton secours et choisis la bonne option. »

Ta poigne est ferme mais tu ne serres pas, tu m’as acculée et maîtrise complètement la situation. Je déteste cette impuissance.

« Alors p'tit chat ? Tu comptes me servir une nouvelle de tes si subtiles provocations ? Ou tu veux jouer encore un moment ? Joue avec moi baby. Je peux être bien moins désagréable selon où ça nous mène ... Encore une provocation et je trouverais une autre utilité à ta jolie petite bouche. »

Je tente avec mes deux mains de te faire relâcher. Je hais être à ta merci, je déteste avoir peur. Puis je déteste ces larmes qui roulent sur mon visage. La pluie commence à tomber et élimine les dernières traces de boue sur mon visage. Oh puis cet air content de m’avoir maitrisée et ces expressions : p’tit chat, baby, un peu trop familier m’irritent. Surtout vu les sentiments haineux, ou peut être juste colériques, que je nourris à ton encontre. Tu souris avec de nouveau cet air un peu bestial et tu relâches ton étreinte autour de mon cou. Mes mains suivent le mouvement et retombent le long de mon corps. Puis c’est mon menton que tu emprisonnes tournant mon visage. Puis je sens ta langue remonter sur ma joue.

« Dégages d'ici et fais attention la prochaine fois que tu me croises. »

Je te regarde toujours aussi furieuse mais je baisse les yeux. Pas rassurée du tout, je m’écarte de ton emprise. Je frotte énergiquement ma joue imbibée de ta salive. Faire attention si je te recroise ! je recule à ta dernière menace. Mon esprit est toujours aussi bouillonnant de colère. J’ai bien du mal à contenir cette rage furieuse qui gronde comme un volcan à l’intérieur de moi. Le geste est plus fort que ma raison. Je donne énergiquement un coup dans le pneu avant et je grimace quand mon pied ressent l'impact douloureusement. Quelques minutes plus tard, la petite pluie cesse de tomber. Je jette un œil autour de moi. Les clients présents évitent mon regard, je fulmine : bande de lâches. Je ne me retourne pas pour vérifier mais je me sens toujours oppressée, tu dois toujours avoir le regard sur moi. Je remonte sur mon deux roues malgré un bruit légèrement troublant. C’est surement la situation tendue qui me fait entendre des bruits suspect. Je reprends la route, laissant peu à peu à l'asphalte le soin d'éroder ma colère.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Under the rain[Axel & Lily] Dim 6 Sep 2015 - 10:02


Under the rain




Ton regard semble autant rempli de haine envers moi que de cette peur sans nom qui te glace le sang et te piège en position de faiblesse face à moi. Je te provoque d'autant plus à mon tour par de petits surnoms et ce sourire particulièrement malsain et emplit d'égo sur mes lèvres. Je pousse l'agacement jusqu'à te lécher la joue comme pour plus encore t'humilier, souligné d'une douce menace.

Alors que tu peux enfin t'écarter, ton regard furieux finit par s'abaisser. Je peux aisément deviner combien la rage bouillonne en toi et tous les efforts que tu dois présentement faire pour la contenir. T'es plutôt canon avec cet air de tigresse forcée de se plier. Je jubile. Ta colère se traduit néanmoins par un petit geste de rébellion qui semble t'échapper alors que tu donnes un coup dans le pneu avant. Je suis tellement hilare lorsque tu grimaces sous la douleur de l'impact que je ne réplique pas et te laisse t'éloigner. Inutile de poursuivre la leçon même si je me serais bien amusé avec toi encore un peu. Je t'ai dis de faire attention si je te recroisais, mais il m'apparait que ce serait quelque chose de pas si désagréable. L'idée de te tourmenter à notre prochaine rencontre me ravit presque d'avance.

Le temps de faire le plein et je reprends la route. J'en oubliais presque les courses avec tout ça. Je roule un peu plus tranquillement cette fois-ci. Tiens ... si je parlais de te recroiser, je ne songeais pas si tôt alors que je remarque ta bécane sur le bord de la route. Tu sembles avoir des difficultés avec ta moto mais je passe lentement à ta hauteur et te fais un signe de la main pour te narguer avant de poursuivre ma route. Et puis au bout d'un ou deux kilomètres, je me décide finalement à faire demi tour pour revenir vers toi avec une petite idée en tête.

- En rade, chérie ? J'propose de te dépanner si tu m'offres une petite compensation. dis-je tout sourire en m'arrêtant à ta hauteur sur ma propre voie.

C'est sans surprise que tu m'envoies bouler face à ma vilaine proposition. Quoi ?! Toi aussi tu trouves ça déplacé et insultant ?! Putain les femmes ... ! Finalement, je fais demi tour un peu plus loin pour pouvoir me garer sur ton côté.

- Allez grimpe, j'plaisantais.

Je ne tarde pas à descendre pour pouvoir mettre ta bécane à l'arrière du pick-up tout en te demandant ce qui cloche. Appelez ça un élan de bonté de ma part ... ou plutôt un subtile stratagème qui s'élabore doucement dans mon esprit et qui risque d'être long mais bénéfique à la longue si je parviens à mes fins. Une façon de prouver que même dans les pires situations, je suis certain, en jouant une gentille comédie laquelle je distillerais savamment au fil de mon petit jeu, je peux encore parvenir à charmer n'importe quelle fille même parmi les plus récalcitrante ou haineuse envers moi.


(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Under the rain[Axel & Lily] Mer 9 Sep 2015 - 23:02

[quote="Lily Vincenzo"]

Under the rain



Lily & Axel



Je sens les douces vibrations de mon engin lorsque les kilomètres courent sous mes roues. Les paysages qui défilent, finissent par me détendre. Ma rage s’étiole fort vite sur le bitume. Les pins font place à des plaines, des plaines font place à une forêt lorsque les bruits suspects recommencent. Vaguement inquiète je décide de me mettre sur le bas-côté. Et merde, qu’est-ce qu’il y a encore ? Ce n’est pas mon jour ! Je repense à ta phrase, me méfier si je recroise ton chemin…pourvu que je n’ai jamais cette désagréable occasion. Je fais quelques pas autour de la moto, à quoi bon ? Je n’y connais rien à la mécanique. Puis cette fichue route est limite déserte, jolie mais peu empruntée depuis la mise en place de la voie express. Je me déplace de quelques mètres autour de la moto cherchant à capter un réseau sans grand succès.

Le soleil a remplacé la pluie. Il commence à faire limite chaud. Je retire ma combinaison de cuir pour la laisser un peu sécher. Peut-être que la moto repartira une fois moins mouillée ? Ou pas ? Je m’allume une cigarette. Un moteur… j’entends un véhicule, je tends le pouce pour faire de l’auto stop. Je reconnais tout à coup le véhicule. Un frisson me parcourt, tu passes lentement devant moi. Je n’y crois pas ça me poursuit cette poisse ! Tu repasses à peine quelques minutes après dans l’autre sens. Je serre les dents.

« En rade, chérie ? J'propose de te dépanner si tu m'offres une petite compensation. » me dis tu en souriant

CONNARD ! La rage qui m’avait quitté, revient avec une rapidité fulgurante.

« Faudrait qu’on me paye cher pour t’offrir une compensation quelconque ! »

Je regrette tout aussi mes paroles mais je n’ai pu les réfréner

« Sérieux tu n’as trouvé personne d’autre à harceler aujourd’hui ou quoi ? Tu vas me pourrir toute la fin de journée ? »

Tu redémarres. Ouf ! Je regarde autour de moi, il pourrait m’arriver n’importe quoi ici. Personne pour me secourir… de toute façon personne n’a réagi à la station, ça n’y changerait pas grand-chose. Je te vois faire demi-tour. Merde, une boule nait au fond de ma gorge. Tu te ranges sur le côté devant moi.

« Allez grimpe, j'plaisantais. »

J’hésite quelques secondes mais d’un autre côté, j’admets que ça m’arrangerait. J’esquisse un sourire poli. Tu descends de ton véhicule, je recule directement d’un pas. Tu mets la bécane dans ton pick up en me demandant ce qu’elle a… non mais sérieux mec ? Un connard m’a éclaboussé et depuis y a un bruit suspect puis tu crois que j’accepterais ton aide si je savais ce qu’elle a ? Je m’abstiens de tout commentaire qui pourtant me brule les lèvres. Et j’y arrive je hausse juste les épaules en lâchant

« Je ne sais pas trop elle a fait un bruit étrange depuis la station essence »

Tu regardes rapidement l’engin et me propose de monter. Pas très à l’aise, je m’installe le plus loin possible de toi. Mon poignet a senti passé l’étreinte et je ne tiens pas à ce qu’une autre partie de mon corps subissent ce genre d’étreinte. Tu me demandes où je vais et je te propose de déposer à l’université. Je demanderais à Chris d’y jeter un œil et s’il faut je l’emmènerais au garage. Une chanson passe sur le poste je jette des coups d’œil furtif vers toi. Tu sembles moins agressif que tout à l’heure, tu n’esquisses aucun geste menaçant Je finis par me détendre un peu tout en restant méfiante. Tu me demandes mon nom et ce que je faisais dans le coin tout en te présentant.

« à vrai dire, je suis mannequin et comme j’avais passé une sale journée de shooting. Je voulais juste me détendre. Lily Vincenzo » avec un sourire un peu plus sincère « et toi ? Peu de personne prenne cette route »

J’essaye de rester calme, tu sembles n’esquisser aucun geste hostile mais la rage ou la crainte que tu m’inspires me font rester sur mes gardes.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Under the rain[Axel & Lily] Jeu 10 Sep 2015 - 15:56


     
Under the rain

     


« Allez grimpe, j'plaisantais. »

J'embarque ta bécane à l'arrière du pick-up en usant d'une pointe d'ironie. J'imagine trop bien comme tu dois bouillonner. Tiens, c'est un semblant de sourire ça, me semble-t-il ? Qui tient certes plus de politesse forcée que d'autre chose mais est-ce déjà un début.

« Je ne sais pas trop elle a fait un bruit étrange depuis la station essence »

Debout sur la remorque, j'y jette un coup d’œil sans en dire plus puis cale ton engin avant de sauter à terre et de refermer le panneau arrière. Tu sembles toujours aussi hésitante et mal à l'aise. Pas étonnant. Tu te tiens le plus à l'écart une fois sur le siège passager et je te laisse tranquille ... au moins pour un instant. Tu m'indiques où tu veux te rendre. Direction l'université. Toute agressivité a disparue de mes traits aussi vite qu'elle s'était manifestée. Manson joue en fond. Je peux sentir quelques-uns de tes regards sur moi et en croisant l'un d'eux, je te demande tranquillement comment tu t'appelles et ce que tu fichais dans le coin.

« A vrai dire, je suis mannequin et comme j’avais passé une sale journée de shooting. Je voulais juste me détendre. Lily Vincenzo »

Tu me sors ça un peu raide mais avec un sourire qui semble un peu plus sincère ou rassuré. Je ne souligne pas le fait que ton nom de famille ne m’est pas inconnu. Tout le monde ici connait ce nom à cause de l'affaire des disparus. « et toi ? Peu de personne prennent cette route »

- Moi c'est Axe. Je dois me coltiner des foutues courses parce que mon imbécile de frangin n'a pas voulu me dépanner. Un enfoiré de première. J'déteste la famille ... te dis-je alors que je me penche légèrement pour chopper mon paquet de cigarettes. Je m'en allume une et t'en offre au passage en poursuivant : J'adore ce type de route tranquille et j'adore ce coin. Ça offre l'occasion de drôles de rencontres. Je lâche un soupir amusé en te regardant. Plutôt de charmante rencontre, glissais-je en me forçant à lâcher des excuses pour mieux jouer le jeu dans la seconde qui suit. Je suis vraiment désolé pour tout-à-l'heure. Une putain de galère qui m'est tombé dessus quand je t'ai croisé sur cette route. Et pas des moindre.

Je t'adresse un sourire et adopte un petit air craquant qui veut dire "je sais, ça n'excuse pas mon comportement mais tu veux bien me pardonner ?" Une phrase que je formule finalement la seconde suivante en te tendant une main amicale pour que tu tapes dedans. Tu permets que je t'invite à boire un café pour me faire pardonner ? je tire une bouffée sur ma cigarette, un sourire d'autant plus large sur mes lèvres. Allez dis oui ... .

Ce petit air charmant suffit parfois à lui seul à abaisser les barrières. Et finalement, ça semble marcher parce qu'un moment plus tard, nous déposons la moto à l'endroit désiré et nous prenons la direction d'un café en nous y rendant à pied.

- Tu disais plus tôt que tu étais mannequin. Mais visiblement étudiante également si je ne me trompe ? commençais-je une fois tous deux installés.



     
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Under the rain[Axel & Lily] Jeu 10 Sep 2015 - 21:36


Under the rain



Lily & Axel


- Moi c'est Axe. Je dois me coltiner des foutues courses parce que mon imbécile de frangin n'a pas voulu me dépanner. Un enfoiré de première. J'déteste la famille ...

Je te regarde un peu surprise par ton appréciation fraternelle et je sursaute lorsque tu te penches pour attraper un paquet de cigarettes dans la boite à gants devant mes genoux. Tu m’en proposes une que je prends hésitante et je me reprends. Entre ton attitude à la station essence et celle de maintenant il y a une telle différence que j’en suis un peu perplexe ne sachant quoi en penser

- J'adore ce type de route tranquille et j'adore ce coin. Ça offre l'occasion de drôles de rencontres. dis-tu en poussant un soupir Plutôt de charmante rencontre

Mes joues rosissent et je m’en veux de cette réaction physique. Non mais c’est quoi ce délire pourquoi sa flatterie me fait de l’effet ? C’est un barbare... Mon attitude m’agace, ce n’est pas la première fois que l’on me flatte tout de même. J’allume ma cigarette et j’ouvre la vitre. Le paysage qui défile, absorbe mon attention.

- Je suis vraiment désolé pour tout-à-l'heure. Une putain de galère qui m'est tombé dessus quand je t'ai croisé sur cette route. Et pas des moindre.

Je me retourne vivement vers toi… des excuses ? Alors celle-là je ne m’y attendais pas. Tu me souris apparemment avec gentillesse, limite avec un côté charmeur. Tu serais plutôt craquant si tu ne t’étais pas comporter comme un gros connard plus tôt dans l’après-midi. Une galère... hum, je présume intérieurement que tu avais dû la chercher. Cependant je ne résiste pas à te gratifier d’un sourire plus sincère cette fois.

- Tu permets que je t'invite à boire un café pour me faire pardonner ? Me demandes tu en tendant ta main pour que je tape dessus Allez dis oui ...

Je penche la tête amusée et tape ta main.

- Pourquoi pas… Peut-on déposer ma moto avant ? Il y a un petit café-pub sympathique pas très loin.

Je t’indique où déposer la machine et où te garer. Le parvis fourmille d’activité comme à son habitude. Je fais signe à un jeune homme et après quelques indications, je lui donne les clés.

- c’est eux qui s’en occupent d’habitude ils trouveront surement vite la panne, je te montre une devanture plus loin. C’est de ce café dont je t’ai parlé.

Je ne sais si c’est le fait d’être dans une zone connue ou ton attitude plus amicale mais ma colère et mes hésitations se sont complètement envolées. Je marche tranquillement en ta compagnie jusqu’au café. Nous nous installons, l’établissement est fort calme à cette heure-ci. Il s’anime plutôt le soir. Je te propose un coin un peu à l’écart.

- Merci de m’avoir ramené en ville dis-je en souriant.

- Tu disais plus tôt que tu étais mannequin. Mais visiblement étudiante également si je ne me trompe ? me demandes tu

- je vais entamer ma troisième année de licence de l’histoire de l’art… le mannequinat est éphémère et j’aime le dessin.

Tout en te répondant je me demande pourquoi je te confie tout ça… Tu as l’air si différent du type qui a failli me briser le poignet. J’arriverais presque à croire que c’est moi qui ai imaginé cet incident. Je te demande dans quoi tu bosses et nous continuons à discuter un moment de tout et rien.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Under the rain[Axel & Lily] Ven 11 Sep 2015 - 18:00


Under the rain




Chacun des sourires que tu m’adresses semble de plus en plus sincère et le reflet de moins d'animosité à mon encontre. Tu cèdes à mon invitation par un geste complice auquel je t'invite, et on se retrouve alors un moment plus tard dans un petit café-pub à l'ambiance vraiment sympa où nous nous installons à une table tranquille dans un coin. Les banquettes sont confortables, il n'y a pas trop de monde encore mais quelques clients arrivent peu à peu.

- Merci de m’avoir ramenée en ville.

- Pas de quoi. Je te devais bien ça. Je saurais pas te dire ce qui m'a pris tout-à-l'heure, encore désolé. Sérieux, je suis pas du genre à me confondre en excuses et même à m'excuser tout court mais si je veux que ça prenne, autant mettre le paquet, en demeurant toutefois subtile, sans en faire trop. Je vire aussitôt sur un autre sujet. Tu disais plus tôt que tu étais mannequin. Mais visiblement étudiante également si je ne me trompe ?

- Je vais entamer ma troisième année de licence de l’histoire de l’art… le mannequinat est éphémère et j’aime le dessin.

- Licence en histoire de l'art ... soulignais-je pensif et presque admiratif en remuant mon café. Les longues études, ce n'était pas vraiment pour moi. J'ai lâché prise très vite. Tu ne tardes pas à me demander ce qu'il en est de mes activités. Disons que je multiplie les petits jobs. Ça me permet de pouvoir me barrer à ma guise et de parfois parcourir le pays en trouvant n'importe quel job à ma portée sur la route.

Calé confortablement contre le dossier de la banquette, un bras étalé sur la longueur du dossier, je me penche sur la table et appuie mon menton sur mes mains croisées, plongeant mon regard dans le tien.

- T'as déjà voyagé ? J'imagine un peu avec ton job de mannequin, non ?

La conversation se poursuit sur le thème puis je te demande.

- T'aimerais faire quoi plus tard dans l'idéal ? demandais-je pour connaitre de façon plus précise tes objectifs et ce que tu aimerais faire le plus, que ce soit à portée ou non.

La conversation est fluide entre nous et on nous apporte bientôt de petits apéritifs à grignoter à ma demande. Je laisse mon café une fois terminé pour une bière aromatisée aux fruits rouges. Autour de nous, les conversations vont bon train. Je me sens bien. J'en ai oublié les courses. Tant pis, tu es le seul objectif important pour l'heure. Je reviens sur le sujet de la moto que tu as confié un peu plus tôt à des connaissances à toi qui, selon tes dires, sauront la remettre en état. A propos de ta bécane, laisse-moi te dédommager, glissais-je en me penchant légèrement sur le côté pour attraper ta veste et glisser quelques billets dans la poche intérieure. Puis j'attrape ensuite délicatement ton poignet posé sur la table, celui-là même que j'ai martyrisé cet après-midi, et y dépose un baiser sans te lâcher des yeux. Faible compensation pour ce que j'ai fais mais on dit que les baisers les plus délicats peuvent soigner n'importe quel mal.


(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Under the rain[Axel & Lily] Mer 16 Sep 2015 - 20:28


Under the rain



Lily & Axel



- Licence en histoire de l'art ...

Ton air pensif m’irrite de suite mais je n’en montre rien. Encore un qui pense les mannequins doivent être cons. Je regarde l’horloge derrière sans faire vraiment attention à l’heure qu’il est. Je déteste les clichés que les gens peuvent avoir. J’aurais juste envie d’être loin en forêt ou ailleurs. Le bruit de la cuillère sur les parois de la tasse me sort de mes pensées.

- Les longues études, ce n'était pas vraiment pour moi. J'ai lâché prise très vite.

Ah j’ai peut être mal interprété ta réaction. Je me radoucis, décidément je ne sais quoi penser de toi.

- Et toi tu bosses dans quoi ?

- Disons que je multiplie les petits jobs. Ça me permet de pouvoir me barrer à ma guise et de parfois parcourir le pays en trouvant n'importe quel job à ma portée sur la route.

Tu sembles t’installer de plus en plus confortablement. Tu poses ton menton entre tes mains et me regarde dans les yeux.

- T'as déjà voyagé ? J'imagine un peu avec ton job de mannequin, non ?

Je secoue la tête. Peut-être un jour ? Je ne sais plus trop si je veux quitter ou non Lewiston. Je souris et te réponds négativement t’expliquant que je n’ai jamais quitté le pays, juste Portland et Seattle.

- T'aimerais faire quoi plus tard dans l'idéal ?

La question me laisse perplexe. A moins que ce soit ton regard qui finit par me troubler. Non. A vrai dire j’ai toujours fait un pas devant l’autre sans trop me confronter à mon avenir. Le serveur nous apporte des grignotis apéritifs ainsi que deux boissons. Une bière aromatisée, choix original, je n’ai jamais vu

- A vrai dire je ne sais pas trop ! Avant…. Je me tais quelques secondes mes pensées dérivent sur Clea.  Je voulais être archéologue ! Maintenant je ne sais pas vraiment, peut être guide touristique ou dans un musée. Il y a des moments où j’ai juste envie de rouler et d’arrêter n’importe où !

- A propos de ta bécane, laisse-moi te dédommager, me dis tu doucement en mettant des billets dans mon blouson.

Non mais voilà que tu recommences ! J’ai l’air si pauvre que ça ! Je boue mais tu ne me laisses pas le temps de répliquer. Tu prends mon poignet doucement cette fois, je frissonne. Je ne sais pas trop si c’est par frayeur ou autre chose. Un peu stupéfaite je ne cherche même pas à retirer mon poignet. Tu y déposes un baiser.

- Faible compensation pour ce que j'ai fait mais on dit que les baisers les plus délicats peuvent soigner n'importe quel mal.

Tu affiches toujours un sourire. Un sourire qui serait presque charmeur. Je reprends mes esprits, je retire lentement mon poignet, bien trop lentement d’ailleurs ! Je penche la tête sur le côté. Je prends une grande inspiration mais ma gorge reste serrée.

- Euh tu fais quoi ? Je peux payer mes réparations ! puis ma voix se fait plus hésitante et je n’ai pas besoin d’être soignée.

Ce changement de comportement me trouble, je n’y comprends rien. Entre le connard de cet après-midi et le type devant moi la brèche est de plus en plus large. Puis j’ai un petit ami, oui c’est ça ! Je ne suis pas vraiment célibataire… enfin je crois. Penser à Chris me redonne ma contenance. Malgré tes yeux clairs qui semblent observer le moindre de mes mouvements, la moindre de mes réactions, je demande avec un air amusé.

- tu dragues souvent les personnes que tu as essayé d’étrangler ? J’ai déjà rencontré pas mal de mec mais un comme toi, j’avoue que c’est une première.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Under the rain[Axel & Lily] Ven 18 Sep 2015 - 9:50


Under the rain




Tu me laisses déposer ce baiser délicat dans le creux de ton poignet en faible compensation pour la façon dont je l'ai martyrisé plus tôt sous ma poigne lorsque nous nous trouvions à la station service. Il y a un sacré écart entre la situation passée et présente. Et même s'il s'agit d'un jeu pour moi, il n’est pas sans me troubler. A moins que ce ne soit la beauté de tes sourires. Tu sembles ailleurs un instant, je ne saurais traduire ce qu'il y a dans ton regard, mais lorsque tu sembles retrouver tes esprits, tu retires alors ton poignet doucement, dans un geste lent comme si quelque chose en toi se refusait à rompre le contact. Je peux toutefois ressentir ce brin de tension qui plane encore au-dessus de nous. Il ne tient qu'à un fil de tout gâcher comme s'en traduit ta réaction retardataire.

- Euh tu fais quoi ? Je peux payer mes réparations ! Et je n’ai pas besoin d’être soignée.

Tes paroles ont pris un départ presque véhément avant de s'éteindre d'une voix faible. Je vois bien que je te trouble. Puis tu sembles retrouver contenance alors que je te fixe toujours dans les yeux sans dire un mot, un rictus léger sur les lèvres. Rictus qui appelle une question de ta part sur le ton de l'amusement comme si tu cherchais à dissiper le léger malaise de la situation précédente.

- Tu dragues souvent les personnes que tu as essayé d’étrangler ? J’ai déjà rencontré pas mal de mec mais un comme toi, j’avoue que c’est une première.

- Toujours miser sur l'originalité ! te glissais-je l'air de dire que j'ai au moins réussi à me démarquer des autres de façon efficace.

C'est d'ailleurs le moins que l'on puisse dire. Mais ce petit jeu commence toutefois à me rendre impatient et je me décide à la jouer direct en me penchant vers le milieu de la table et en attrapant tes mains, lesquelles j'enserre doucement entre les miennes.

- J'aimerais te faire oublier mon vilain comportement ... Je glisse une main sous ton menton pour t'attirer un peu plus près de moi alors que mon visage est déjà plutôt près du tien. J'ai quelques répliques en tête mais finalement, plutôt que de te servir de douces paroles, je préfère sceller mes lèvres aux tiennes. Ou du moins tenter de le faire car tu n'y es pas forcément favorable et bien entendu, mon moi profond ressurgit et se manifeste de nouveau par ma poigne alors que ma main glisse sur ton cou pour t'empêcher de reculer ou de t'écarter, avide de ce contact auquel je refuse que tu te dérobes.


(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Under the rain[Axel & Lily] Sam 19 Sep 2015 - 8:04


Under the rain



Lily & Axel



- Tu dragues souvent les personnes que tu as essayé d’étrangler ? J’ai déjà rencontré pas mal de mec mais un comme toi, j’avoue que c’est une première.

- Toujours miser sur l'originalité ! me dis tu avec un air satisfait.

La situation précédente m’avait mis mal à l’aise mais cet air satisfait m’agace un peu… beaucoup même. Les gestes suivants m’irritent encore plus. Tu glisses une main sous mon menton. Non mais tu fais quoi là? Mon esprit se révolte mais les événements se précipitent trop vite pour que j’y réagisse avec un raisonnement correct.

- J'aimerais te faire oublier mon vilain comportement ...

Je te regarde les yeux écarquillés. Tes lèvres se rapprochent dangereusement. Je tente de reculer et là tout s’accélère ! Je ne sais pas quel sentiment arrive en premier au tréfonds de mon être : colère, surprise, peur ou rage. Lorsque j’essaye d’esquiver ta main remonte m’enserrant la gorge. La situation me rappelle vaguement l’après-midi et la douleur qui en a résulté. Mon cœur s’est accéléré. Je ne bouge plus et je sens la chaleur de tes lèvres sur les miennes. Malgré que la crainte que tu sois plus brusque encore, ma raison n’arrive pas à contenir la fureur qui bouillonne en moi. Je suis sure que mon visage et mon regard ont un air furieux. Je te repousse en me relevant utilisant mes bras. Ta prise n’est pas si serrée et le contact se rompt. Ma main te propose un autre contact que tu n’as pas vu venir. Une gifle atterrit sur ta joue, bien moins fort que tu le mériterais. Je jette l’argent que tu avais mis dans ma poche sur la table.

- Connard. dis je faiblement un peu par crainte d'une réaction que je n'arriverais pas à esquiver

A mon grand soulagement tu ne fais rien, peut être t'attendais tu à ce que je tombe dans tes bras? Je te tourne le dos pour sortir et passant devant le comptoir. Je fais signe que tout va bien au barman. Les clients dont certains me connaissent te regardent. Certains surpris et d’autres amusés, c’est vrai que ce n’est pas la première fois dans ce café que je réagis aux avances d’une personne un peu trop familière pourtant je n’ai pas la réputation d’une farouche ! Je te jette un dernier regard. Ma main masse délicatement ma gorge, plus par réflexe que par nécessité. Tu n’as pas serré assez fort pour que ce soit douloureux mais en frottant par-dessus ça me donne l’impression d’effacer tes traces de mon cou. Tu avais raison sur un truc au moins : « fais attention la prochaine fois que tu me croises. ». C’est vrai qu’il aurait mieux valu que je ne te recroise pas.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Under the rain[Axel & Lily] Sam 26 Sep 2015 - 11:37

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Penny E. Ribbs
Maître Jedi
3200 $
25/12/1987 $
3200 messages
Mensonges : 3200
Anniversaire : 25/12/1987


MessageSujet: Re: Under the rain[Axel & Lily] Dim 27 Sep 2015 - 11:14

Terminé et verrouillé.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: Under the rain[Axel & Lily]

Revenir en haut Aller en bas
Under the rain[Axel & Lily]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Under the rain[Axel & Lily]
» [Fiche d'île] Amazon Lily
» Fiche de Rain Maniko
» Alvéole De Lily-Miel...
» Lily Black

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: Saison 2 :: archives sujets terminés et abandonnés-