AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 Quand les ombres se dissipent enfin... (ouvert à tous)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Terrie M. Austen
Droïde intelligent
1693 $
07/09/1987 $
1693 messages
Mensonges : 1693
Anniversaire : 07/09/1987


MessageSujet: Quand les ombres se dissipent enfin... (ouvert à tous) Dim 26 Juil 2015 - 18:05

Terrie & Cie
The Shadows vanish…

Les yeux clairs de Terrie peinaient à s’ouvrir, mais l’intense mal de crâne qui l’avait conduite jusqu’aux urgences se rappelait à elle, la tirant de son sommeil forcé en raison de la forte douleur. Malgré la vision trouble, Terrie put identifier qu’elle se trouvait dans une chambre d’hôpital. La brune avait l’impression qu’un marteau piqueur lui tapait sur les tempes, et ne parvenait pas à éclaircir sa vision. Terrie chercha à se redresser un peu, remuant enfin dans ce foutu lit d’hôpital, se rappelant alors comment elle était arrivée ici.
Des souvenirs l’avaient assaillie, en très grand nombre. Comme les fois précédentes, Terrie avait commencé par avoir mal à la tête, sa vision s’était troublée et son nez s’était de nouveau mis à saigner. Mais cette fois-ci, il n’avait pas été le seul, elle avait également saigné des oreilles, et ses yeux avaient fini injectés de sang. De très nombreux souvenirs étaient revenus à Terrie, en un temps très limité. Le mal de crâne de Terrie s’était accentué, sa vision était de moins en moins claire jusqu’à qu’elle tombe finalement inconsciente. La suite se passait maintenant…

La jeune femme se redressa, malgré le mal de tête qui ne semblait pas être passé durant son temps d’inconscience. Les deux chiens de la brune sont d’ailleurs présents, malgré qu’ils soient interdits dans l’enceinte d’un hôpital, personne n’a dû réussir à les virer, et Heimdall et Fenrir ont probablement refusé de quitter leur maîtresse. Quand elle remue, les deux canidés l’imitent, et recherchent des caresses. « Je vous aime, mais c’est pas le moment… » Gémit Terrie dont le mal de tête ne semble pas vouloir partir. Les deux chiens se recalent contre leur maîtresse, couchés sans bouger. « Hé Terrie ! Tu es réveillée ! » Betty est un brin trop enthousiaste, tout du moins elle parle trop fort. L’infirmière et collègue de Terrie lui assure aller chercher le médecin, afin qu’il lui explique ce qu’il s’est passé… Oh Terrie sait bien ce qu’il s’est passé, mais elle ne dit rien. Un certain nombre de minutes passe, puis une conversation entre le médecin et sa patiente, avant qu’elle ne se retrouve finalement seule à nouveau…

Un peu de morphine endort de nouveau Terrie pour une heure ou deux… Mais lorsqu’elle se réveille, elle n’est pas seule dans sa chambre…

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
E. Danny J.-O'Reily
apprenti féroce
530 $
27/07/1986 $
530 messages
Mensonges : 530
Anniversaire : 27/07/1986


MessageSujet: Re: Quand les ombres se dissipent enfin... (ouvert à tous) Dim 26 Juil 2015 - 18:52

Terrie & Cie
The Shadows vanish…

Très sérieusement, je ne sais pas pourquoi je me suis assise à côté du lit. Je ne sais même pas pourquoi j'ai décidée d'entrer dans sa chambre quand je l'ai vu. Pour une fois que je ne viens pas à l'hosto pour une blessure personnelle. Rohan est tombé en déchargeant quelques caisses au club et il s'est accidentellement ouvert la main. J'ai donc décidée de le prendre moi-même pour se faire soigner. Vous vous demandez sans aucun doute comment j'ai finis par me retrouver ici? En fais, quand je me retrouvais à attendre le retour de mon ami quand j'ai entendu cette infirmière dont j'ai cassée le nez du frère il y a quelques temps dire que Terrie se trouvait dans une chambre inconsciente. Je n'ai pas pu résister. Je voulais savoir si elle allait bien et ce qui c'était passé. J'ai donc fais un peu le tour pendant un certain temps avant de finalement trouver sa chambre. Quand je suis entrée, elle dormait profondément ... avec deux chiens autour d'elle. Ça m'a franchement surpris au début de voir les deux bêtes dans la chambre étant donner qu'on se trouve tout de même dans un hôpital et qu'en général les chiens ne sont pas admis sauf sous bonnes raison. Ils m'ont jetés un drôle de regard quand je suis entrée. J'ai levé les mains pour leur montrer que je ne voulais rien faire de mal à leur maîtresse. « C'est bon les gars, je ne lui veux pas de mal. Je voulais juste savoir si elle allait bien. » Je suis restée à la porte sans bouger pendant quelques instant avant qu'ils ne me donnent finalement l'autorisation d'entrer dans la pièce. Je laisse sortir ma respiration. Je ne savais même pas que je la retenais avant maintenant. J'avance prudemment dans la pièce. Ce n'est pas que j'ai peur des chiens ou quoi que se soit dans le genre, c'est juste que j'ai une très bonne idée de quoi ces animaux peuvent être capable quand on menace leur maître.

Sous le regard attentif des deux chiens, je m'assis dans le fauteuil à côté d'elle. Je me demande pourquoi je me suis assis. Je veux dire, c'est un peu flippant non? Après tout, je suis une totale étrangère maintenant pour Terrie. J'ai encore des sentiments, je crois que je vais toujours en avoir un peu pour elle parce qu'elle m'a apprit à m'accepter comme je suis. Je réalise soudain, qu'elle est sans doute mieux que je ne sois pas présente quand elle ouvre les yeux. Ça risque d'apporter plus de confusion qu'autre chose. Cependant, avant de partir pour la laisser, je fouille dans la poche intérieur de ma veste de cuir noir et j'en sors une chaîne en argent très simple. Terrie me l'avait offert pour notre première anniversaire comme un couple. Je la dépose sur la table prêt d'elle. C'est peut-être un au revoir pour le moment ou un adieu pour toujours. Qui sait... mais je crois que je viens de décidé que je dois finalement laisser une partie de mon passé et Terrie en fait partie. Je suis sur le point de partir quand je la vois s'agiter dans son lit et ouvrir les yeux. Moi qui ne voulait pas qu'elle me voit ici... c'est raté. « Salut... j'étais sur le point de partir... Je ne voulais pas te réveiller. » Bravo... vraiment qu'elle belle manière de démarrer une discutions. Pourquoi je m'exaspère autant parfois? Allez savoir.


code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Terrie M. Austen
Droïde intelligent
1693 $
07/09/1987 $
1693 messages
Mensonges : 1693
Anniversaire : 07/09/1987


MessageSujet: Re: Quand les ombres se dissipent enfin... (ouvert à tous) Dim 26 Juil 2015 - 19:53

Terrie & Cie
The Shadows vanish…

Lorsque Terrance se réveille de nouveau après une heure ou deux de sommeil forcé par un peu de morphine, son mal de crâne n’est toujours pas parti. Le médecin a raison, la surabondance de souvenirs retrouvés en un temps trop court l’a profondément mise à mal.  En l’espace de quelques secondes, Terrie a retrouvé tant de souvenirs détaillés que son cerveau, même en suractivité, n’a pas réussi à suivre. L’intensité électrique de son cerveau a grandement augmenté, provoquant l’explosion de petits vaisseaux sanguins d’où le sang perdu par Terrie, pour finalement la mener vers l’inconscience. Peut-être que le cerveau de Terrie a trouvé ses limites…

Les yeux de Terrie s’ouvrent au moment où une personne qu’elle n’identifie pas de suite s’arrpête à quitter la pièce. Mais parce que Terrie a remué et s’est réveillée, la blonde inconnue ne part plus. Terrie reconnaît finalement Danny, qui lui avoue qu’elle s’apprêtait à partir, ne voulant pas la réveiller. Des souvenirs d’elle lui sont revenus…
Dans l’appartement de Terrie, les deux jeunes femmes se disputent faussement au sujet d’un film qu’elles regardent. « Tu sais que j’ai raison, c’est pour ça que tu râles, » lui lance Danny avec un sourire. Agacée, Terrie lui répond un « La ferme » boudeur, juste avant de l’embrasser.
Quelqu’un tambourine à la porte de l’appartement de Terrie, en criant. La jeune femme vient ouvrir pour découvrir le père de Danny, en colère, lui brandissant une courte lettre. « Qu’est-ce que c’est que ça, hein ?! » Terrie découvrait que Danny avait choisi de partir après que la brune ait décidé de stopper leur histoire. Une dispute éclate, durant laquelle Terrie avoue sa colère envers Danny, qui a refusé d’assumer leur relation, et le fait qu’elle se fiche bien de savoir où elle est partie…
Terrie récupérait son courrier, avant de monter les escaliers et de rejoindre son appartement. Elle y découvrait une carte postale, qu’elle prie le temps de lire jusqu’à la signature de Danny. Un sourire triste s’était dessiné sur son visage avant qu’elle ne lâche la carte postale dans la poubelle… Plus tard pourtant, elle la reprenait avant de la coincer sous un aimant de son frigo.


« Je me souviens de toi… enfin… je me souviens de certaines choses en tout cas. » Avoue Terrie, sur un ton neutre. La brune ne sait pas bien comment réagir. De toute évidence, elle a aimé Danny, et cette dernière ne lui a pas vraiment rendu avant de partir. Il lui manque encore des éléments, c’est certain, mais avec ses souvenirs contradictoires, Terrie ne sait pas trop quelle attitude abordait avec elle.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
E. Danny J.-O'Reily
apprenti féroce
530 $
27/07/1986 $
530 messages
Mensonges : 530
Anniversaire : 27/07/1986


MessageSujet: Re: Quand les ombres se dissipent enfin... (ouvert à tous) Dim 26 Juil 2015 - 20:22

Terrie & Cie
The Shadows vanish…

Je me maudis intérieurement pour ne pas être partie plus tôt. Je suis nerveuse et le fais qu'elle soit maintenant réveiller et me regard me rend encore plus mal à l'aise. Elle doit se demander ce que je fais ici après tout on s'est croisé quoi deux fois depuis mon retour et je dois avouer que les deux fois furent le genre de rencontre que j'aimerais très franchement oublier parce que je n'étais pas à mon meilleur, mais aussi je doute que je lui ai donner une bonne impression de ma personne.  Je fais alors ce que je fais toujours quand je suis nerveuse depuis tout jeune, je me frotte la nuque avec les deux mains tout en regardant partout sauf elle. Les chiens me semblent d'ailleurs beaucoup plus intéressant soudainement. Son sont d'ailleurs de beaux animaux et ils semblent très attacher à Terrie. C'est un bon point qu'elle est ces deux là pour veiller sur elle. Quand elle me dit se souvenir de moi, je suis surprise et je ne peux pas le cacher. Je fronce les sourcils un instant alors que je ne sais pas trop quoi lui répondre. Le ton de sa voix me laisse penser que ce n'est pas nécessairement de bon souvenirs qu'elle a. Une partie de moi est un peu blessé de voir une telle neutralité sur son visage. Je glisse la main vers le bureau pour reprendre la chaîne que j'y ai laissée avant de parler sans pouvoir la regarder dans les yeux. « Ce n'est pas les souvenirs les plus heureux de nous deux, n'est-ce pas? » Je joue avec la chaîne un instant avant de reprendre la parole. « J'ai fais beaucoup d'erreur dans ma vie, mais celle que je vais toujours regretté le plus c'est de ne pas m'avoir montrer digne de toi. J'ai foiré les choses entre nous et je t'ai fais du mal. Je le regrette vraiment. Tu peux me crois ou pas, je ne t'en voudrai pas au contraire, je peux comprendre, mais je t'ai vraiment aimée Terrie. Tu as été la première personne que j'ai aimée dans toute ma vie et je vais toujours continué à t'aimer même si tu ne t'en souviens plus. »

J'ai envie de pleurer, mais je ne veux pas... pas devant elle et pas maintenant. Il y a beaucoup de chose que je dois dire et j'ai l'impression que je ne pourrais plus lui dire après ça. Peut-être parce que je n'aurai plus le courage de la revoir ou elle ne voudra peut-être plus me revoir. Je sais que je dois le faire, je lui dois bien un peu d'honnêteté, non? « Tu sais que je n'ai jamais compris ce que tu voyais en moi. Je veux dire, je ne suis pas futé... j'étais même le contraire au lycée. Je n'ai jamais été doué en rien d'autre que me faire mal... ou faire du mal aux gens il faut croire. Tu m'as offert cette chaîne quand nous avons fêté notre premier anniversaire comme un couple. Tu m'as dis que je devais arrêté de voir ce que les gens voulaient voir de moi et commencer à me voir comme une bonne personne... comme la personne que tu aimais. J'ai eue envie de revenir tellement de fois après mon départ, mais je me suis dis que tu étais mieux sans moi. Tu méritais quelqu'un qui pouvait s'accepter ce que moi je ne pouvais pas faire parce que je me détestais à l'époque. » Je serre les dents et lève finalement les yeux vers elle. « Je suis désolée d'être qui je suis, d'être une personne lâche ou de ne pas avoir pu te montrer combien je t'aime. Je suis désolé que tu es souffert à cause de moi. Je suis désolé pour avoir mit autant d'années à revenir pour te demander pardon et je suis désolé de le faire maintenant, mais j'ai l'impression que je n'aurai aucune chance de le faire après. » Je lui offre un pauvre sourire alors que je tend la chaîne vers elle.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Saffron O'Leary
Maître Jedi
549 $
06/04/1972 $
549 messages
Mensonges : 549
Anniversaire : 06/04/1972


MessageSujet: Re: Quand les ombres se dissipent enfin... (ouvert à tous) Mar 28 Juil 2015 - 4:17

Quand les ombres se dissipent enfin...

Terrie et ses amis.. ou pas.


Saffron garde un oeil jaloux sur Terrie. Gus le lui a demandé, mais le coup d'oeil est toujours agréable, alors il le fait avec plaisir. Et il peut même le faire en toute discrétion ou au contraire, avec exubérance. Il est infirmier après tout et il est sans doute celui qui a le plus d'heures de travail par semaine. Enfin, quand il en a envie. Terrie a une chambre privée. De un, parce que Michael Spencer a menacé de mettre ses gros yeux méchants. De deux parce que Chatwood a payé la chambre en double. De trois parce que c'était mieux comme ça, avec les chiens. Hetty a promit qu'ils ne dérangerait pas mais qu'ils DEVAIENT rester. Saffron pousse la porte avec son entrain habituel. C'est ce qui plait aux gens. Saffron sourit et il est enthousiaste. C'est ce dont on a besoin à l'hôpital.

Voir Terrie à l'hôpital n'a rien d'anormal, mais habituellement, elle porte l'uniforme, pas la jaquette bleue pâle de l'hôpital. Il marque un temps d'arrêt à la porte parce qu'elle a de la compagnie. Alors parce qu'il respecte tout de même un minimum d'intimité, il se contente d'un sourire et d'un hochement de tête. L'air de rien, avec une professionnalisme presque parfait, surtout parce qu'il est toujours trop souriant, il entre dans la chambre et inspecte les niveaux et données des divers appareils branchés sur Terrie. Il note tout avec un sourire et une aisance sérieuse.

- Hum... désolé de vous déranger dit-il avec beaucoup de compassion. Terrie, si tu veux quoique ce soit, tu bip. Le goûté sera servit dans à peu près 20 minutes. Je reviendrai te le porter., dit-il d,un ton délicat et presque serein. Saffron pose les yeux sur Danny et la salue également d'un sourire. Danny, bonne journée.

Et comme il est arrivé, il se dirige vers la sortie de la chambre.

______________________________

Saffron Light O'Leary


« I have sometimes been wildly, despairingly, acutely miserable, racked with sorrow, but through it all I still know quite certainly that just to be alive is a grand thing. » - Agatha Christie
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Terrie M. Austen
Droïde intelligent
1693 $
07/09/1987 $
1693 messages
Mensonges : 1693
Anniversaire : 07/09/1987


MessageSujet: Re: Quand les ombres se dissipent enfin... (ouvert à tous) Mar 28 Juil 2015 - 22:00

Terrie & Cie
The Shadows vanish…

Un trop « grand » nombre de souvenirs a assailli Terrie. Bien que son cerveau ait une activité supérieure à la normale, il n’est pas parvenu à traiter la masse colossale d’informations qui lui a été envoyée. L’hypermnésie de Terrie l’a dotée de souvenirs incroyablement détaillés, et il s’agit là d’une quantité infiniment grande d’informations. Face à cette surcharge, qui constitue pourtant qu’une part infime de ce que Terrie a perdu, son cerveau s’est retrouvé submergé, et la brune est tombée inconsciente. Même si Terrie a retrouvé un nombre bien plus grand de souvenirs que lors de ses précédentes crises, c’est encore trop peu… Trop peu pour comprendre tout ce qu’il y a à comprendre, que ce soit la nature de certaines relations, ou la façon dont elle en est arrivée là dans sa vie… Oui, c’est encore trop peu, mais Terrie ne peut pas se plaindre, c’était déjà mieux qu’avant et plus, ça aurait pu lui être fatal, mais cela, elle se gardera bien de le dire. Ils doivent déjà tous être inquiets, inutile d’en rajouter, quoi que…

Des souvenirs retrouvés, il y en a de Danny. La brune comprend un peu mieux ce qui la lie à la blonde, même s’il reste encore de très nombreuses inconnues. Terrance avoue à Danny qu’elle se souvient de certaines choses. Honnêtement, elle se souvient qu’elles ont été ensemble, qu’elle l’a aimée, et qu’elles se sont quittées en mauvais termes… pour le reste c’est encore beaucoup de brouillard. Danny n’a pas de mal à savoir que ce ne sont pas forcément des souvenirs heureux, et finalement la jolie blonde se lance dans un grand monologue… Terrie ne l’interrompt pas une seule fois, elle écoute attentivement, et elle comprend un peu plus, même sans souvenir. Elle sait que Danny est sincère, elle le voit dans son regard, dans le ton qu’elle emploie… Lorsque Danny a finalement dit tout ce qu’elle voulait, Terrie demeure silencieuse malgré elle. Ce n’est pas qu’elle n’a rien à dire, mais elle reste un peu sous le choc de tant de révélations, et elle regarde finalement la chaîne que lui tend Danny.

Terrie s’apprêtait à prendre la parole, lorsque Saffron débarque finalement, pour faire son travail. Honnêtement, Terrie préférerait que ce soit un autre que lui. Elle n’oublie pas qu’il est, et à qui il rend des comptes, et même s’il se montre compatissant et amical, Terrie demeure méfiante, c’est un O’Leary. Il s’excuse de déranger, tandis que les deux chiens de Terrie ne le lâchent pas des yeux, eux non plus ne veulent pas le voir ici, et ils le surveillent jusqu’à qu’il parte.
Terrie attend qu’il soit parti, avant de regarder de nouveau Danny. « Je te l’ai offerte, c’est pas pour que tu me la rendes. » Commence-t-elle, elle marque une petite pause. « J’ai pas assez de souvenirs pour… te répondre… vraiment correctement… mais je sais que tu me manquais, et je sais que je t’aimais… Je… pour plus de détails c’est encore impossible, mais… ne repars pas… Peut-être qu’on… peut-être qu’on peut encore être amies, au moins… si tu veux… »

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
E. Danny J.-O'Reily
apprenti féroce
530 $
27/07/1986 $
530 messages
Mensonges : 530
Anniversaire : 27/07/1986


MessageSujet: Re: Quand les ombres se dissipent enfin... (ouvert à tous) Jeu 30 Juil 2015 - 8:21

Terrie & Cie
The Shadows vanish…

Je suis à bout de souffle quand je finis de parler et je réalise alors que pas une seule fois elle ne m'a couper. Elle s'est contentée d'écouter tout simplement ce que j'avais à lui dire. D'un côté, je suis heureuse d'enfin pouvoir tout lui dire sans devoir me battre pour aller jusqu'au bout parce qu'elle veut parler ou un truc dans le genre. Mais d'un autre côté, son silence est un peu inconfortable. Même si Terrie a plusieurs manies ou agit comme la femme que je me souviens, elle n'a pas tout ces souvenirs et d'une certaine manière elle n'est peut-être pas totalement la femme de qui je suis tomber amoureuse autre fois... et que j'aime toujours un peu.... beaucoup... enfin c'est flou je crois bien et je ne sais pas trop vraiment. Tout ce que je suis certaine c'est que j'ai toujours de l'affection pour elle. Pour le moment, c'est tout ce qui compte et c'est aussi le plus important dans toute cette histoire non? Je regarde la chaine qui pend au bout de mes doigts entre elle et moi avec une certaine appréhension. Si un instant plus tôt j'étais prête à la laisser tout simplement sur la table sans un mot et partir, maintenant la situation me semble différente. Je n'ai jamais été vraiment douée pour parler de sentiments et je le fais d'ailleurs rarement, voir jamais ce qu'on m'a d'ailleurs souvent reprocher par le passer. Je ne suis pas franchement une femme sentimentale... c'est des choses qui arrive non? Certaines femmes ne le sont tout simplement pas alors que d'autres le sont trop. Ça étonne, mais c'est comme ça. Vous pouvez penser que c'est parce que j'ai été élevé par mon père et sans modèle féminin ou un truc dans le genre, je m'en fiche royalement en fin de compte. Mais malgré tout, je crois que l'honnêteté peut parfois vous apportez plus de réconfort même si au début elle vous cause une grande douleur. J'ai assez jouée les lâches, il est temps pour moi d'avoir un peu de courage.

Je recule rapidement dans mon siège quand j'entends quelqu'un entré dans la pièce. Je suis un peu surprise de voir nul autre que Saffron devant moi. Bon, je savais parfaitement qu'il travaillait lui aussi ici, mais je ne m'attendais pas pour autant à le voir débarquer alors que je me trouvais là. Il semble sincère dans son soucis envers Terrie. Ni moi, ni elle ne parlent alors qu'il se trouve dans la pièce. Il fait son boulot d'infirmier et prévient que la nourriture lui sera servit dans peu de temps. Je lui accord un faible sourire quand il me salut, mais je ne dis rien. J'espère qu'il gardera le fait qu'il m'a vu ici pour lui ou je devrai inventer une excuse quelconque pour expliquer pourquoi je me trouvais dans la chambre de Terrie. Je soupire en me disant que je vais y réfléchir plus tard. Je me rend compte que les chiens sont bien plus méfiant à l'encontre de Saffron qu'ils l'ont été envers moi. C'est sans doute un bon signe et sa me soulage. Quelques instants après qu'il est quitté la pièce, Terrie prend la parole. Je souris un peu quand elle me dit qu'elle ne veut pas la chaine en retour et qu'après tout elle me l'avait donnée pour une raison. Je joue avec celle-ci alors que c'est mon tour d'écouter ce qu'elle a à dire. J'ose de nouveau la regarder en face quand elle me dit que je lui manquais, qu'elle m'aimait et qu'elle ne veut pas que je reparte de nouveau. C'est un soulagement d'une certaine manière. Je sais cependant que si elle m'avait demandé de quitter la ville, pour elle je l'aurais sans doute fait sans hésiter et parce que je lui devais bien ça aussi. Je ne peux retenir un vrai sourire franc d'apparaître sur mon visage quand elle me demande si nous pourrions être amies. Ça fait plaisir à entendre ce genre de chose, vraiment plaisir. Je crois que je n'ai pas été aussi heureuse depuis un certain temps. Je suis heureuse parce que sans le savoir avec sa seule proposition, Terrie me débarrasse d'un démon que je traîne et elle m'offre une chance de me faire pardonner. « Je ne pourrais jamais te dire non et puis je suis heureuse que tu veules m'avoir de nouveau comme amie. C'est plus que ce que je pouvais espérer. Merci Terrie. » Beaucoup plus même. Je lui souris sincère et me lève de ma chaise la chaîne serrer dans ma main comme si c'est la chose la plus précieuse au monde. Je tente d'enlever la petite larme sur le coin de mon œil sans qu'elle ne le remarque. J'hésite quelques secondes, mais finalement je pose ma main sur son épaule et la serre doucement. « Si tu as des questions ou qu'il y a quelques choses... appel-moi, je tenterai de te répondre ou de t'aider du mieux que je le peux. J'espère qu'on va se revoir bientôt Terrie. Prend soins de toi. » Je me retourne pour quitter la chambre en la regardant une dernière fois le coeur battant dans ma poitrine comme jamais.

code by Silver Lungs


Dernière édition par E. Danny J.-O'Reily le Sam 8 Aoû 2015 - 22:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: Quand les ombres se dissipent enfin... (ouvert à tous) Ven 31 Juil 2015 - 10:14


Quand les ombres se dissipent.


Je quitte la boutique après en avoir terminé avec mon dernier client. Il est temps pour moi de passer te voir à l’hôpital en cette fin de journée. J'ai choisi ce moment pour ne pas me retrouver parmi d'autres visiteurs. Peu importe si à mon arrivée, l'une des infirmières à l’accueil me dit que les heures de visite sont terminées. J'insiste en m'imposant et pas de la façon la plus polie ni raisonnable. Je compte bien aller te voir, c'est une heure pour le moins raisonnable, nous ne sommes pas encore en soirée et tu as déjà eu la visite des infirmière et ton dîner. Dîner que j'imagine fort peu appétissant , ce à quoi j’ai pallié en t'apportant de la bonne cuisine. Face à ma détermination, l'infirmière lâche prise et me laisse enfin venir te voir.
Lorsque j'entre dans la chambre, je cache derrière moi un présent qui m'amuse beaucoup intérieurement. C’est d'ailleurs la première chose que je te tends en venant te saluer.

- Une petite miniature de ta légende préférée ... dis-je en te présentant l'ours en peluche que je t'ai trouvé quelques temps plus tôt.


Je me penche sur toi et dépose un baiser sur ton front. Ah et j’ai pensé à ton petit ventre, fis-je remarquer en te montrant le repas cuisiné par mes soins que j’ai apporté avec moi. Je prends de tes nouvelles, m’inquiétant de l'impacte psychologique qui a suivi par rapport à ta mémoire. Je reste debout à tes côtés puis je dépose un peu plus tard un petit objet en bois sculpté par mes soins entre tes mains. Un petit totem animal, un ours lui aussi qui correspond à ton signe astrologique.
Je m'attarde juste quelques minutes pour discuter mais comme promis à l’accueil, je ne reste pas trop longtemps, et l'infirmière vient d'ailleurs s'en assurer en faisant irruption dans la pièce. Je reviendrais te voir sous peu, à moins que tu ne sois déjà sortie. Tu me préviendras si c'est le cas. Et si besoin d'un chauffeur à ta "remise en liberté", n'hésite pas.
Un nouveau baiser suivi d'un sourire et me voilà parti. Je n’ai jamais été du genre à m'imposer des heures durant, encore moins auprès de quelqu'un ayant besoin de repos. J'imagine que certaines visites ne manquent pas d'être épuisantes. Certains te posent sans doute des tas de questions. Moi je préfère faire des visites courtes mais efficaces, si l'on peut dire.

- Garde bien ce mini moi, te lançais-je en sortant de la chambre en désignant l'ours en peluche.

Spoiler:
 


©flawless
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Terrie M. Austen
Droïde intelligent
1693 $
07/09/1987 $
1693 messages
Mensonges : 1693
Anniversaire : 07/09/1987


MessageSujet: Re: Quand les ombres se dissipent enfin... (ouvert à tous) Ven 13 Nov 2015 - 17:56

Terrie & Cie
The Shadows vanish…

Les deux jeunes femmes, anciennes amantes, passent quelques instants seules. Terrance n’est pas capable de se souvenir de tout (son cerveau n’aurait probablement pas tenu face à davantage de souvenirs d’ailleurs), mais le brouillard commence à se dissiper, les ombres se retirent. La brune a alors quelques souvenirs de la blonde, des bons et des moins bons, elle ne peut pas retracer toute leur histoire, mais elle sait qu’elle a aimé Danny, et qu’elle lui est restée chère malgré le temps qui a passé et malgré d’autres choses dont elle n’a toujours pas le souvenir. Leur échange demeure bref, mais intense en émotions, autant d’un côté que de l’autre, même si Terrie semble moins touchée, ce n’est qu’un air. En réalité, Terrie est aussi bouleversée par les souvenirs qu’elle retrouve, pas forcément en mal. C’est assez compliqué à expliquer. Alors que leur conversation se termine, Danny la prend un instant dans ses bras, et Terrie se sent réchauffée par cette étreinte brève. La brune offre un dernier sourire à Danny, qui lui dit au revoir, promettant qu’elle sera là si Terrie a besoin d’elle.

« J’appellerai. » Promet-elle à Danny qui la quitte.

De nouveau seule dans sa chambre, Terrie se rendort pendant une bonne demi-heure, avant d’ouvrir de nouveau les yeux. Malgré son état qui nécessite du repos, l’hôpital apparaît comme une prison à Terrie, en tant que patiente en tout cas. La jeune femme y travaille très souvent, et lorsque c’est pour le travail, elle ne se sent pas comme un oiseau en cage. Quand bien même son mal de tête persiste, Terrie élabore un plan d’évasion, parce que cette chambre d’hôpital est une horreur sans nom, surtout avec Saffron qui risque de repasser à un moment. Un soupir s’échappe quand un nouveau visiteur fait son entrée.
Instantanément Terrie retrouve un sourire sincère. Chris a un pouvoir dont il n’a probablement pas idée, mais il dissipe totalement l’horreur que représente toute cette chambre pour Terrie. Il est tout ce dont elle avait besoin présentement, rien de plus, rien de moins.

« Je me souviens pas que tu sois si poilu que ça. » Répond-t-elle moqueuse, en comparant l’ours en peluche et Chris. Elle lui a dit des centaines de fois, c’est un ours mal léché, elle s’en souvient maintenant, ce n’est plus seulement Sammy qui le lui a raconté.

L’arrivée de Chris a un impact des plus bénéfiques, même le mal de tête de Terrie semble se dissiper. La pensée positive très certainement. Peu importe le temps qu’il restera, ce sera bien trop court aux yeux de Terrie. À dire vrai, elle est à deux doigts de lui demander de la faire sortir d’ici, mais elle sait qu’il refusera, parce que cela concerne sa santé. Ils tiennent l’un à l’autre, c’est évident, et il ne la mettra pas en danger malgré les supplications qu’elle pourra émettre. La preuve en est avec cet ours en peluche, et le plat qu’il lui a préparé.

« Oh merci, »  lâche-t-elle avec un soulagement presque démesuré. C’est de notoriété publique, la nourriture à l’hôpital est immonde, mais comme Terrie l’a dit à beaucoup de patients, c’est un hôpital, on ne cherche pas à ce que les gens reviennent.

Ils discutent un moment, et comme prévu le temps passé en présence de Chris est trop court pour Terrie. Elle a envie de plus de mots, de plus de sourires et de baisers…

« Je comptais un peu sur toi pour me kidnapper en réalité, » avoue-t-elle.

Alors qu’il la laisse, Terrie lui sourit une dernière fois. Elle serre dans sa main le totem qu’il lui a fait, et peu de temps après qu’il ne soit parti, elle se rendort une fois de plus.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Saffron O'Leary
Maître Jedi
549 $
06/04/1972 $
549 messages
Mensonges : 549
Anniversaire : 06/04/1972


MessageSujet: Re: Quand les ombres se dissipent enfin... (ouvert à tous) Sam 16 Jan 2016 - 16:37

Terminé et verrouillé

______________________________

Saffron Light O'Leary


« I have sometimes been wildly, despairingly, acutely miserable, racked with sorrow, but through it all I still know quite certainly that just to be alive is a grand thing. » - Agatha Christie
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: Quand les ombres se dissipent enfin... (ouvert à tous)

Revenir en haut Aller en bas
Quand les ombres se dissipent enfin... (ouvert à tous)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Break-out : Quand tout vol en éclat... [Ouvert à tous les agents]
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]
» Cours de Philosophie (Ouvert à toutes et à tous !)
» ouvert à tous !!!!!
» Quand la légende tombe enfin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: The Town :: Normal Hill :: Hôpital St Joseph-