AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 #3121 - Home sweet home || ft. Marley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Caleb P. Baker
jeune apprenti
51 $
07/06/1955 $
51 messages
Mensonges : 51
Anniversaire : 07/06/1955


MessageSujet: #3121 - Home sweet home || ft. Marley Jeu 9 Juil 2015 - 16:36


Home sweet home

Caleb & Marley Baker


Encore une semaine passée loin de Lewiston. Il n'est pas rare pour Caleb de partir longtemps, mais ce voyage fut relativement court. Il a fait en sorte que ça le soit, pour ne pas laisser trop longtemps sa fille seule pour s'occuper de Joan. C'est un poids lourd à porter que le père et la fille, mais ils n'abandonneront pas l'une des leurs. Les Baker ont appris à rester souder avec le temps, bien que le père ait mis du temps à le comprendre. Il est parti en guerre contre le kidnappeur de ses filles, il ne l'a pas lâché, parvenant à lui faire payer ses actes. Mais il s'est passé bien trop d'années durant son absence, il a dû se racheter auprès de sa famille. Il sait qu'il a conquis le cœur de Marley petit à petit, devenant un pilier dans sa vie malgré les batailles que Caleb a menées pour obtenir le pardon de sa princesse. Il ne s'imagine plus vivre sans elle depuis qu'il est revenu, après avoir réglé son compte à ce criminel...
Mais il a pris goût à certaines choses peu louables, choses qu'il cache à sa famille. Il sait qu'ils sont grands mais ce n'est pas quelque chose que l'on avoue comme ça, surtout pas aux USA vu l'illégalité de la chose. Henry et lui ont renoué le lien, il serait dommage que l'aîné des enfants Baker prenne conscience de la dangerosité du métier de son père et fasse fuir les personnes qu'il chérit tant... Alors Caleb continue ses missions, tâchant de partir le moins longtemps possible, bien que certaines missions l'amènent en dehors du pays. Cette fois, il est allé à Seattle, non pas sur son bateau comme il le prétend, mais avec sa mercedes qu'il se garde bien de déclarer à ses proches. Il le pense bon père de famille, avec son véhicule familial, mais il n'en est rien.

Le bateau accoste et Monsieur Baker l'amarre solidement avant de faire un brin de ménage. Il s'occupe toujours bien de son bateau, il adore naviguer et aimerait tellement partir en vacances avec sa famille, loin de tout, en pleine mer. Il le fera peut-être un jour, mais dans l'état dans lequel se trouve Joan, c'est difficile de la déplacer ou de partager avec elle. Joan n'est plus ce qu'elle était. Pourtant, quand le couple s'est rencontré, tout était magique. Il se souvient du jour où il lui a demandé sa main. Elle avait rit, croyant à une blague, puis s'était stoppé un instant avant de se mettre à pleurer en réalisant le sérieux de la situation. C'est une chose qu'il n'oubliera jamais, bien qu'il ait voulu un temps se séparer de son épouse devenue dépressive et trop alcoolique pour qu'il le supporte. Ses missions au loin lui ont rendu la tâche facile, mais pas pour la femme qui s'est laissé dépérir jusqu'à ce que Marley la retrouve en train de faire une overdose.

La voiture se gare dans l'allée, c'est bon de revenir à Lewiston, dans ce joli quartier de Normal Hill. Il passe devant la maison des Savannah, comme à son habitude, rejoignant sa demeure. Il reste quelques minutes dans la voiture. Il lui fait toujours au moins trois minutes avant d'oser sortir, affronter le monde et prendre un autre visage que celui du tueur sans froid qu'il est en secret. Surtout pour sa fille. Il voit sa voiture à elle aussi et sait qu'elle est présente. C'est bon d'avoir un accueil comme celui-ci. L'homme ouvre enfin la porte et se dirige vers la maison. À peine a-t-il passé la porte qu'il entend la musique qui vient du salon. Au moins il est sûr qu'il y a quelqu'un. Se plantant, les bras croisés, dans l'encadrement de la porte de la cuisine, il voit sa fille en train de nettoyer derrière elle. C'est toujours un plaisir de la voir s'activer, c'est une bonne fille, Caleb à de la chance de l'avoir, elle sait tout faire dans une maison et quand il est absent, il a confiance. Il sait que tout sera en ordre. Elle prend soin de sa mère également, c'est parfait. Mais lorsqu'il est là, le père prend son rôle et s'occupe de sa princesse comme il se doit. Mais pour l'heure, il est temps de lui signaler sa présence. « N'oublie pas de frotter les joints. » dit-il, la surprenant de surcroît. Et lorsqu'elle tourne vers lui ses grands yeux bleus, le cœur de l'homme fond, le tueur dur redevient un nounours, plein d'amour. Il traverse la pièce pour se rapprocher de Marley et l'enlace tendrement. « Bonjour mon cœur. Tu 'as manqué. » dit-il en embrassant sa fille. Elle a l'air en forme, ce qui le rassure. Il s'inquiète toujours quand il part. Ses enfants sont devenu une source d'inquiétudes depuis le kidnapping des jumelles. Il tâche d'être un bon père et s'assure toujours qu'ils vont bien. Il doit d'ailleurs emmener Henry voir un match prochainement, peut-être que Josh viendra avec eux. Rien de tel qu'une soirée entre mecs pour que Caleb se sente encore jeune et dans le coup, proche de son fils après tout ce qui s'est passé. Mais pour l'heure, Marley était la chose la plus importante qui soit. Il devait lui offrir son cadeau. Oui, depuis son premier retour à la maison, il a pris l'habitude de lui rapporter quelque chose de ses voyages. Au départ, c'était parce que Marley faisait des caprices et le rejetait, il cherchait comme a acheté son amour. Maintenant, c'était devenu un petit rituel entre eux et ça les amusait beaucoup de voir le vieil homme ramener autant des bijoux que des chocolats ou autre chose toute bête. « Tu vas bien ? »

______________________________


« Ces violents plaisirs ont des fins violentes. »
William Shakespeare
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Marley A. Baker
Maître Jedi
87 $
02/02/1988 $
87 messages
Mensonges : 87
Anniversaire : 02/02/1988


MessageSujet: Re: #3121 - Home sweet home || ft. Marley Ven 17 Juil 2015 - 23:08


Home sweet home

with caleb baker


Encore une journée bien routinière. Ça n'a rien de surprenant. Marley est une fille de routine. elle se sent bien quand tout est fait dans l'ordre. Le levé, celui de sa mère, le petit déjeuner, la messe, puis le déjeuner, elle a fait la lessive, le linge sèche sur la corde, il sentira bon. Maintenant, elle nettoie la cuisine avant de commencer à préparer les dîner. Dans le salon, Louis Amstrong qui chante A Kiss To Build A Dream On, pas trop fort, juste assez pour que ça s'entende dans la cuisine et que son activité ne couvre pas. Elle nettoie le comptoir, frottant soigneusement des taches qui n'existent probablement pas. Elle ne pense pas à grand chose en particulier, mais à tout en même temps. Arty, sur son perchoir, joue avec un petit miroir avec une clochette. Parfois, Marley siffle quelques notes et Arty, docile, les répète.

- N'oublie pas de frotter les joints.

Elle a un hoquet de surprise et se retourne brusquement, mais elle a reconnu la voix. Heureusement, parce qu'elle pose ses grands yeux bleus sur un visage qui ne lui dit rien au premier abord. La main sur le coeur, elle expire.

- Papa ! Bon sang, je t'ai demander de faire du bruit quand tu entres ! s'exclame-t-elle d'un ton courroucé, mais qui disparaît dès que Caleb vient la serrer dans ses bras. Elle soupire et elle se dit qu'au moins, il a signalé sa présence en parlant, s'il était resté silencieux, elle lui aurait peut-être balancé quelque chose par la tête en le voyant, sans le reconnaître. Marley a toujours été nerveuse et un peu paranoïaque. Tu rentres tôt. C'est une constatation, elle ne s'attendait pas à la voir avant plusieurs jours encore. Tu m'as manqué aussi, dit-elle en se blottissant contre son papa, comme une petite fille.

Si elle va bien ? Elle prend un moment pour réfléchir à la semaine infernale qu'elle a passé avec sa mère, sujet aux crises de panique depuis que la tornade a abîmé la maison. D'ailleurs, il reste encore des panneaux pour boucher les fenêtres qui ont éclatées.

- Maman est de mauvaise humeur, elle a hâte de pouvoir voir dehors à nouveaux. Mais oui, je vais bien.

Oui, elle va bien.

______________________________

Marley Ariadne Baker


They paint a picture of perfect nowhere blue skies Within every lie there's a web of comfort For them, not me To win this twisted war inside me won't justify the pain They paint you a picture of perfect nowhere
Anastacia - Heavy on my heart

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Caleb P. Baker
jeune apprenti
51 $
07/06/1955 $
51 messages
Mensonges : 51
Anniversaire : 07/06/1955


MessageSujet: Re: #3121 - Home sweet home || ft. Marley Mar 21 Juil 2015 - 11:21


Home sweet home

Caleb & Marley Baker


Caleb sourit de voir sa fille le dévisager comme ça. Il sait qu'il est d'un naturel discret et ne fait que rarement du bruit, ce qui est pratique lors de ses missions, il peut passer partout sans être repéré. Mais auprès des siens, il agit de la même manière, une sorte de défaut professionnel. Au moins, il a pu l'observer avant de perturber son ménage quotidien. Il rit même de son air outré. « Désolé, je ne voulais pas t'interrompre. » se défendit l'homme en approchant de sa fille. Oui, pour une fois, il rentre tôt. C'est vrai que d'ordinaire, il se présente plus tard à la maison, mais le voyage fut plus rapide qu'il ne le pensait et sa voiture de fonction roule à la perfection depuis qu'elle a été refaite par un de ses amis du métier. Et puis, les limitations de vitesse, c'est pour les nazes comme on dit !
Il est heureux d'entendre qu'il a manqué à Marley, non pas qu'il apprécie ce sentiment de vide, mais comparé à toute l'enfance où elle refusait de le voir, c'est un soulagement d'entendre ces mots et de sentir sa présence aimante. Marley fait tout pour que la maison tourne en son absence, elle aide sa mère dans sa maladie et travaille dur pour gagner son pain quotidien, c'est admirable venant d'une jeune femme de son âge. Il aimerait la gâter plus, lui permettre de ne pas travailler et ainsi racheter ses fautes passées.

Caleb pose une question légitime à sa princesse, ce à quoi elle répond en premier sur l'état de sa mère bien-aimée. Il est vrai qu'elle est un sujet de préoccupation pour toute la famille. Lui a toujours refusé de la placer en institution, il ne veut pas qu'elle se retrouve entourée d'inconnus. Elle ne reconnaît peut-être plus ses proches, mais au moins elle reste dans un environnement familier, qui lui fait du bien, plus que des murs blancs d'hôpital. Ici, il y a de la vie. Enfin, il faudrait reconstruire quelques petites choses étant donné la tempête qui a frappé dernièrement. Caleb n'était pas là quand la tornade à frappé mais il a vu les dégâts causés à la télévision et en arrivant en ville. Tout n'est pas encore retapé et la cour arrière a besoin d'un bon coup de déblayage !
Marley, elle, va bien. Elle travaille dur. « Je suis là pour un moment, tu n'as plus à te soucier de rien. » lui confia-t-il, laissant entendre qu'il allait prendre le relais. C'est son rôle d'homme de la maison, de père de famille, de mari aimant. Il ferait n'importe quoi pour sa famille, histoire de se racheter.

« J'ai un petit quelque chose pour toi. » dit le père en sortant de son sac un petit paquet. Il sait que ça lui plaira, c'est une carafe en cristal comme elle les aime, dans laquelle était gravée la Space Needle de Seattle. Il lui tend le paquet délicatement et attend qu'elle l'ouvre. Il irait ensuite dire bonjour à Joan, son épouse.

______________________________


« Ces violents plaisirs ont des fins violentes. »
William Shakespeare
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Marley A. Baker
Maître Jedi
87 $
02/02/1988 $
87 messages
Mensonges : 87
Anniversaire : 02/02/1988


MessageSujet: Re: #3121 - Home sweet home || ft. Marley Dim 16 Aoû 2015 - 7:37


Home sweet home

with caleb baker



C'est toujours bien et rassurant de se blottir contre son père, même s'il n'est presque jamais là. C'est peut-être même encore mieux puisque c'est si rare. C'est quelque chose qu'elle n'a jamais oublier. Avoir eu si peur, avoir tout perdu, puis presque tout retrouver d'un coup. Tout cet amour concentré en quelques secondes, dans la chaleur des bras de son père, de sa mère et de son frère. Et elle en train de prendre une bonne et pure dose d'amour paternelle.

- Ah bon, c'est vrai ? Tu vas rester longtemps ? interroge-t-elle, incrédule. C'est quoi longtemps pour toi ? demande-t-elle, sans vraiment y réfléchir. Mais elle se rend rapidement compte que c'est pas très gentil. Je veux dire... combien de temps avant le prochain départ de ton navire ?

Mais son attention est détournée par son père qui fouille son sac. Oooooh, un cadeau ! Il lui a rapporté un cadeau ! Elle sait ce que c'est, c'est presque toujours la même chose. Elle a bien hâte de voir. Tandis que son père déballe le contenu de son sac, elle sautille à côté, impatiente. Puis il lui tend la boite, qu'elle prend avec une précaution infinie avant de la poser sur la table. Avec le regard brillant, elle déballe avec minutie, sans déchirer le papier, le cadeau de son papa.

- Oh, la Space Needle, murmure-t-elle avec ravissement.  Elle déballe la carafe et le bouchon qui doit la coiffer. Elle insère le bouchon. Space Needle, répète-t-elle dans un murmure avant de retirer le bouchon. Le tintement cristallin se fait entendre et son sourire s'accentue. Oh, t'as entendu ?

Elle adore le son du cristal, celui qui tinte. Elle a plusieurs carafe, des dizaines. C'est son père qui lui a rapporté la plupart. Elle glousse comme une gamine, avant de poser la carafe et, encore une fois, saute au cou de son papa chéri. Un baiser sur le front et elle reprend la carafe pour aller la poser parmi toutes les autres, sur la table de la bibliothèque.

- Merci, lance-t-elle avec bonne humeur.
- Merci ! répète Arthur Hastings.

______________________________

Marley Ariadne Baker


They paint a picture of perfect nowhere blue skies Within every lie there's a web of comfort For them, not me To win this twisted war inside me won't justify the pain They paint you a picture of perfect nowhere
Anastacia - Heavy on my heart

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Caleb P. Baker
jeune apprenti
51 $
07/06/1955 $
51 messages
Mensonges : 51
Anniversaire : 07/06/1955


MessageSujet: Re: #3121 - Home sweet home || ft. Marley Sam 19 Sep 2015 - 12:05


Home sweet home

Caleb & Marley Baker


Être  père implique une certaine responsabilité et un sens du devoir envers sa famille. Marley ignore les activités de son père et il ne compte jamais lui dire, ça la mettrait en danger. Alors il continue de dire qu'il part naviguer en mer avec ses collègues, n'ayant aucun mal à mentir. Nul ne saurait dire lorsqu’il ment mais le plus souvent, il est sincère avec sa fille. Elle est douce et fragile, une femme qui a besoin d'être entourée d'amour. Amour qu'il lui donne chaque fois qu'il est présent. Et cette fois, il restera quelque temps. Bien entendu, Marley se demande ce que ça signifie, puis qu'il emploie cette phrase à tout va. Caleb ne s'offusque pas de sa question, il sait qu'il est trop souvent absent et s'en veut de délaisser sa princesse. Un sourire triste passe un instant sur son visage mais il prend le pas de rassurer sa fille. « Au moins un mois, si rien ne se présente. » confie-t-il. Il peut toujours arriver qu'on le rappelle à ses obligations, mais il compte bien faire durer le plaisir le plus longtemps possible.

Pour ne pas rester sur cette note d'incertitude, le paternel sort de son sac son éternel cadeau à sa fille. Il adore lui rapporter un souvenir de ses « voyages » et une fois encore, la brunette pourra déposer une jolie carafe sur le buffet. Elle en a tellement qu'il lui faudrait une pièce entière pour les ranger, ce qui peut être à prévoir au vu de l'état de la maison. On pourrait agrandir un peu en faisant les travaux. L'objet semble lui plaire alors qu'elle le découvre. Caleb semble avoir encore une fois trouvé ce qui fait plaisir à son enfant et sourit en la regardant jouer avec le bouchon. Elle est adorable, comment monsieur Baker pourrait-il rester de marbre face à sa fille, même après toutes les horreurs qu'il a vu et qu'il a commises au cours des dernières semaines. C'est si bon de revenir à la maison. Il répondre à la question de Marley en lui souriant simplement. Une étreinte et la demoiselle remercie chaleureusement son père pour ce cadeau. Arthur Hastings en profite pour faire part de son contentement également. [color=royalblue]« Mais je t'en prie Arthur, c'est tout naturel. »[/colr] dit-il en allant lui donner un gâteau. Cet animal est impressionnant, il aimerait lui apprendre plus de mots.

Tandis que Marley part déposer sa nouvelle carafe dans la bibliothèque, son père en profite pour aller saluer son épouse chaque fois qu'il entre dans cette pièce, son cœur se serre. Joan n'est plus celle qu'elle était auparavant, elle ne le reconnaît pas, ne sourcille même pas en le voyant venir vers elle. C'est comme être un étranger aux yeux des siens. « Bonjour Joan. Je suis rentré. Tu vas bien ? » Il sait qu'elle ne répondra pas, mais il lui parle tout de même. Embrassant son front, il prend sa main un instant et peut sentir que son corps se détend quelque peu. Il passe quelques minutes avec elle, à lui raconter ses aventures en mer, puis se décide à aller défaire ses valises. Dans sa chambre, il reconnaît bien la patte de Marley qui a tout rangé de fond en comble. Cette petite ne s'arrête jamais ! Le sale dans la panière et le propre dans le placard, il ne s'embête pas trop pour ranger ce qu'il a. Il prend soin de dissimuler les preuves de son métier et une douche plus tard, voilà un papa tout neuf qui descend vers sa princesse. « Demain j'irais chercher de quoi terminer les réparations. Tu veux que je t'aide à quelque chose ? » demande-t-il alors, désireux de voir Marley se reposer un peu. Il prendra ses fonctions d'homme de la maison pour la durée de son séjour à Lewiston, s'attelant à rendre la vie plus belle à la prunelle de ses yeux. Il ira voir Henry également, voir comment se passe sa vie à lui aussi, s'il va bien et se remet de la perte de Juliet. C’était une femme remarquable, toujours souriante et pas la langue dans sa poche. Caleb l'aimait beaucoup.

______________________________


« Ces violents plaisirs ont des fins violentes. »
William Shakespeare
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Marley A. Baker
Maître Jedi
87 $
02/02/1988 $
87 messages
Mensonges : 87
Anniversaire : 02/02/1988


MessageSujet: Re: #3121 - Home sweet home || ft. Marley Sam 19 Sep 2015 - 19:48


Home sweet home

with caleb baker



Un mois peut-être ? Et il croit que ce sera assez ? Elle se contente d'esquisser un sourire, mais elle ne semble pas emballée par la réponse de son père. Un mois, ce n'est pas assez. Ce n'est jamais assez. Ils auront à peine assez de se composer une routine qu'il va repartir et elle devra tout reprendre sur ses épaules. C'est toujours comme ça. Mais tout de même, une mois, c'est quand même relativement long à comparé des dernières fois. Mais pour elle, ce n'est jamais adéquat. Des absences trop longues, des présences trop courtes. Non, ça ne va pas, mais elle ne va pas l'embêter avec ça maintenant. Elle l'embêtera lorsqu'il annoncera qu'il repart.

Ravie du cadeau qu'il lui offre, elle oublie pour le moment toutes ses doléances. Oh, une carafe. Elle adore les carafes. Surtout lorsqu'elles sont pleines, mais le tintement du cristal lui plait. Servie le vin ou un alcool dans une carafe, c'est pour elle la chose la plus distinguée au monde. Tandis qu'elle lave soigneusement la carafe, à l'eau très chaude, pour le laisser aucune trace, son père va voir sa mère. Elle les laisse seuls, en tête à tête. Un petit moment intime et à sens unique. Joan n'a presque plus d’interaction. Marley ne sait pas du tout à quel point sa mère est consciente de quoique ce soit. Les médecins non plus ne savent pas.

Elle laisse tomber le ménage de la cuisine pour le moment. De toute manière, elle l'a fait de fond en comble il n'y a pas si longtemps. Le hic avec Marley, c'est qu'elle est un peu maniaque de la propreté. Sa mère était une parfaite femme au foyer et de toute évidence, Marley a hérité de ce côté ménagère disciplinée qui croit que rien n'est plus parfait qu'une maison bien tenue et un mari comblé. Bien évidemment, côté mari, Marley ne peut que compenser en étant la parfaite fille à papa lorsqu'il est à Lewiston. Elle range les produits et va placer sa carafe là ou elle doit trôner. Sa collection est pas mal, se dit-elle en posant ensuite les yeux sur son paludarium abîmé. C'était pourtant un magnifique paludarium, mais les dégâts dans le salon on abîmé son oeuvre. Heureusement, si le verre est craquelé, la fissure n'a pas atteint l'eau et les quelques minuscules Tanichthys albonubes peuvent toujours y parader. Mais elle devra les transférer d'aquarium.. et tout le paludarium d'ailleurs, le temps que Caleb répare la paroi de verre. En attendant, elle a solidifié le verre avec une épaisse couche de duct tape gris argenté, ce qui gâche dramatiquement l'effet, mais elle n'a pas vraiment le choix.

Tandis que son père va défaire ses bagages, elle va chercher un aquarium libre et le pose près du paludarium abîmé. Faudra bien qu'elle s'y attelle sous peu. En profiter pour faire la réparation tandis que son père est là. Elle pourrait toujours demander à Saffron, mais elle préfère le faire avec son père. Il revient après un moment, douché et propre, en annonçant que le lendemain, il ira chercher des matériaux pour les réparations. Ah, parfait se dit-elle, elle se redresse, puisqu'elle était penchée sous un meuble pour atteindre la prise électrique, pour brancher le filtreur de l'aquarium. Elle jette un regard dégoutté vers son chef-d'oeuvre abîmé.

- Il faudrait aussi acheter du verre et du silicone pour remplacer l'arrière du paludarium. Je te dira précisément ce dont j'ai besoin demain matin. Lorsqu'il lui demande s'il peut l'aider à quelque chose, elle a un haussement de sourcil interrogateur. Bien sur que non. Papa, tu viens de rentrer, tu dois être fatigué, repose-toi, dit-elle en parfaite maîtresse de maison. Elle abandonne son activité du moment et se dirige vers les carafes qu'elle expose au salon, celles qui contiennent de l'alcool et prépare deux verres. Tu veux boire quelque chose ? Joan serait fière de la future parfaite épouse qu'elle a éduquée... enfin, à travers la brume de l'alcool elle plus souvent, mais Marley a bien apprit les leçons.

______________________________

Marley Ariadne Baker


They paint a picture of perfect nowhere blue skies Within every lie there's a web of comfort For them, not me To win this twisted war inside me won't justify the pain They paint you a picture of perfect nowhere
Anastacia - Heavy on my heart

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Caleb P. Baker
jeune apprenti
51 $
07/06/1955 $
51 messages
Mensonges : 51
Anniversaire : 07/06/1955


MessageSujet: Re: #3121 - Home sweet home || ft. Marley Mer 23 Sep 2015 - 17:38


Home sweet home

Caleb & Marley Baker


Se retrouver à la maison après des semaines d'absence n'a rien de comparable. Caleb se sent bien ici, comme un homme normal et plus ce tueur aux mains pleines de sang. Il ne sait jamais en revanche combien de temps il va passer auprès des siens, toujours trop cours à son goût, comme à celui de Marley qui lui fait une scène de ménage chaque fois qu'il prend son sac pour le mettre dans la voiture, signe de son départ plus qu'imminent. Il s'en veut de lui cacher la vérité, mais il ne souhaite pas la mettre en danger, il l'aime trop pour qu'il lui arrive du mal, pas encore une fois. Le traumatisme du kidnapping des jumelles est encore très présent dans l'esprit de l'homme, c'est ce qu l'a poussé à devenir tueur à gages, pour que les criminels ne se sentent plus en sécurité, que les familles puissent garder leurs enfants, et pour assouvir sa soif de sang... Madilyn lui manque énormément, chaque personne qu'il tue lui rappelle qu'il n'aura pas aussi souffert que sa pauvre enfant avant de mourir.

Mais pour ne pas attrister sa princesse, l'homme ne parle pas plus de son départ, il n'y a encore rien de prévu de toute manière, autant ne pas en parler pour le moment et profiter du temps passé ensemble. Caleb part voir son épouse avant d'aller se changer. Il a besoin de laver ses pêchés, de faire peau neuve pour cette nouvelle vie de couverture à Lewiston. Ici, il passe pour un pêcheur sans histoire, un homme qui donne tout pour sa famille et tente de les faire vivre au mieux. Il en impose et certains habitants le respectent et le craignent, mais personne ne s'imagine ce qu'il cache.
Le Baker ne tarde pas à rejoindre sa fille qui est cachée sous un meuble. Ça l'amuse beaucoup de la voir se tortiller pour se relever, elle qui ne reste jamais inactive. Cherchant à reprendre ses droits sur sa demeure, l'homme annonce qu'il s’attellera aux réparations de la maison dès le lendemain, pour le plus grand plaisir de la famille qui doit en avoir assez de vivre dans une moitié de maison. Marley a vu son paludarium souffrir de la tornade, celle-ci étant passée pile dans l'axe de la maison. Les dégâts ne seront pas trop difficiles à réparer pour un débrouillard comme lui, capable de refaire une maison entière à partir de rien. « Je devrais pouvoir t'arranger ça, oui. » dit-il en se plaçant près de la vitre fissurée, examinant l'étendue de la chose.

La demoiselle refusa en revanche qu'il l'aide à faire quoi que ce soit, lui intimant le repos. Le sourire de Caleb s'accentua, se moquant tendrement. « Je n'suis pas un vieux croulant Marley, et tu devrais te reposer tout autant ! » lui lança-t-il tandis qu'elle allait au salon lui proposer un verre. Marley était une jeune femme parfaite, une bonne maîtresse de maison. « Et toi, que veux-tu, mon ange ? » dit-il en se postant aux côtés de sa fille, comptant bien lui servir un verre plutôt que l'inverse. Entre eux, la complicité était grande. Bien qu'il ait eu du mal à conquérir le cœur de l'enfant, il avait à présent celui de la jeune femme et se sentait bien de ne pas être seul en rentrant chez lui.

______________________________


« Ces violents plaisirs ont des fins violentes. »
William Shakespeare
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Marley A. Baker
Maître Jedi
87 $
02/02/1988 $
87 messages
Mensonges : 87
Anniversaire : 02/02/1988


MessageSujet: Re: #3121 - Home sweet home || ft. Marley Sam 31 Oct 2015 - 23:39


Home sweet home

with caleb baker



Bien sur qu'il pouvait arranger tout ça. Son paludarium comme la maison. Il rénovait tout le temps la maison, depuis toujours. C'était bien la seule preuve tangible de la présence de Caleb dans cette maison. Il n'était jamais là, sauf pour la rénover, quelques mois par année, dispersés selon les semaines. Un père absent et une mère alcoolique. Marley avait bien de la veine. C'est ce qui se bouscule dans sa tête, un mélange de rancoeur, de solitude et pourtant de sincère amour pour ses parents. Elle aurait pu les détester. Elle aurait pu partir étudier loin, mais non, elle les aimaient tendrement et elle restait coincée à Lewiston. Elle rêvait de foutre le camp, mais elle était toujours ici. Ailleurs, elle serait encore plus seule qu'elle ne l'est maintenant. Au fil des ans, la maison avait changé, à mesure que Caleb la rénovait. Ça lui permettait d'avoir l,impression de ne pas rester tout le temps ici, enfermée entre ses quatre murs, dans les limites de la ville. Mais elle sait bien que tout ça est un simulacre d'évasion.

Et oui, ils avaient construit le paludarium tous les deux, il y a plusieurs années. Oui, il saura le réparer, et elle l'aidera. Une activité père fille, n'est-ce pas une merveilleuse idée pour faire semblant qu'on ne s'est jamais quitté ? Elle ne sait pas trop, mais au moins, elle a l'impression de profiter de chaque instants de sa présence à la maison. C'est le moins qu'elle puisse faire... pour ne pas devenir cinglée quand il est là. Il insiste pour lui servir un verre et plaide qu'elle doit se reposer aussi. Elle, se reposer ? Mais se reposer de quoi ?

- Mais papa, c'est pas moi qui ait passé tous ces jours en mer à pêcher. J'étais ici, c'est tout.

Elle secoue la tête et pousse son père et comme il ne répond pas, elle lui sert ce qu'il prend habituellement. Elle lui tend son verre et sourit, ravie de l'avoir devancé.

- Voilà, conclut-elle. Dans l'ordre des choses.

Bien évidemment, son ordre à elle est un peu particulier. Il n'y a qu'elle pour se retrouver dans l'ordre qu'elle a établit.

Dans le salon qui porte encore les cicatrices de la tornade, elle se laisse tomber sur le canapé et désigne à son père son fauteuil favori. Ils sont leur verre à la main ils peuvent bavarder.

- Allez, raconte-moi toutes ces semaines en mer. Tu dois en avoir des histoires de sirènes, d'îles au trésor et de pirates à raconter !

______________________________

Marley Ariadne Baker


They paint a picture of perfect nowhere blue skies Within every lie there's a web of comfort For them, not me To win this twisted war inside me won't justify the pain They paint you a picture of perfect nowhere
Anastacia - Heavy on my heart

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Caleb P. Baker
jeune apprenti
51 $
07/06/1955 $
51 messages
Mensonges : 51
Anniversaire : 07/06/1955


MessageSujet: Re: #3121 - Home sweet home || ft. Marley Lun 16 Nov 2015 - 11:58


Home sweet home

Caleb & Marley Baker


« Mais papa, c'est pas moi qui ait passé tous ces jours en mer à pêcher. » dit-elle alors, provoquant chez son père un sourire touché. Il aurait aimé lui dire que lui non plus, mais ce serait gâcher sa couverture. Elle s'inquiète quand il part pêcher, alors si elle découvrait la vérité sur lui, elle serait carrément paniqué et ne le laisserait plus jamais passer la porte de la maison ! Il ne répond pas, acceptant alors qu'elle s'occupe de lui. « Merci mon ange. » Marley est une fille très dévouée, elle aime ses parents et cherche à leur prouver chaque jour qui passe. Elle est parfaite dans son rôle d'aide à domicile pour Joan, bien qu'elle ne devrait pas assumer ce rôle seule. Mais les Baker ne veulent pas d'un étranger à l'intérieur de la maison, ils veulent le faire eux-même, mais Caleb n'est pas souvent là... Tout repose sur la brunette qui montre un courage sans bornes.



L'adorable Marley ne se laisse pas faire, elle profite de son statut de maîtresse de maison pour traiter son père comme un invité, lui offrant un verre et le laissant s'installer dans son fauteuil attitré. Il s'y installe et la brunette prend place à son tour. La scène est particulière, puisque la tornade à laissé des traces sur la maison, mais c'est une soirée de détente tout ce qu'il y a de plus normale qui s'entame. Marley réclame des histoires de marins, comme à son habitude et l'homme ne peut qu'obtempérer. Il commence alors le récit de ses aventures, toutes aussi fausses les unes que les autres, ais ses amis marins lui ont conté certaines choses qu'il peut aisément dire comme si cela lui était arrivé.

______________________________


« Ces violents plaisirs ont des fins violentes. »
William Shakespeare
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Caleb P. Baker
jeune apprenti
51 $
07/06/1955 $
51 messages
Mensonges : 51
Anniversaire : 07/06/1955


MessageSujet: Re: #3121 - Home sweet home || ft. Marley Lun 16 Nov 2015 - 11:58

Terminé

______________________________


« Ces violents plaisirs ont des fins violentes. »
William Shakespeare
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: #3121 - Home sweet home || ft. Marley

Revenir en haut Aller en bas
#3121 - Home sweet home || ft. Marley
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» #3121 - Home sweet home || ft. Marley
» Home Sweet Home [pv Bonnie]
» [Kawa - Ishigaki] Home, sweet home...
» 07. Home Sweet Home

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: The Town :: Normal Hill :: Quartier résidentiel :: 25th Street-