AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Privilégier les scénarios
Ceux-ci vous offrent des opportunités de jeu et de liens.
Ils permettent en plus bien souvent de compléter une famille.
Banque de Lewiston
N'oubliez pas de jeter un œil à la banque de Lewiston pour bénéficier des avantages et inconvénients
Et pensez que fin de mois signifie impôt sur le revenu et mise à jour des points !

 

 #10 Petite visite à l'improviste [Chris & Terrie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Terrie M. Austen
Droïde intelligent
1693 $
07/09/1987 $
1693 messages
Mensonges : 1693
Anniversaire : 07/09/1987


MessageSujet: Re: #10 Petite visite à l'improviste [Chris & Terrie] Ven 12 Juin 2015 - 21:29

Chris ∞ Terrance
Notre passion va nous nourrir et je vais retrouver le sourire dans le regard de tous les miens…

Chaque fois que le souvenir le plus sordide de ma vie se rappelle à moi – bien qu’il ne soit jamais bien loin depuis que je l’ai retrouvé – tout ce que j’ai ressenti cette nuit me revient aussi, et ne me lâche plus. Et je sais que ça ne partira plus jamais, je ne pourrais jamais m’en débarrasser. Je vais devoir vivre avec pour le reste de ma vie, comme des tas d’autres choses qui vont me revenir ou que je vais vivre. Mais aucune ne sera pire que celle-ci, j’en suis certaine. À défaut de pouvoir l’oublier, j’essaie présentement de le reléguer au second plan, parce que ma deuxième question n’a rien à voir avec cela, elle a un rapport avec le baiser que nous avons échangé dans l’après-midi. Un baiser un peu brutal et qui me laisse perplexe…

Jusqu’au dernier moment, je n’ai pas certaine que je poserai la question. Parce qu’une fois encore, je ne suis pas certaine que la réponse me convienne. D’ailleurs quelle réponse me conviendrait ? Je n’en ai pas la moindre idée pour être tout à fait honnête… Il faut dire que je n’ai pas retrouvé aucun souvenir de ce que nous avons pu vivre tous les deux. Je ne peux me fier qu’à ce que j’ai vécu avec toi l’année passée, et à ces frissons qui m’ont pris parfois quand ta peau effleurait la mienne… Je ne sais pas quelle réponse j’attends, ni laquelle je redoute… Je vis dans un brouillard qui m’exaspère, et j’ai bien besoin de le dissiper.

Finalement je pose la question, mais j’ai l’impression que c’est quelqu’un d’autre qui le fait. Mes lèvres ont bougé d’elles-mêmes alors que j’en étais encore à m’interroger moi-même si je la posais ou non… Quand je vois ton regard fondre dans le mien, j’ai l’impression que tu attendais cette question, et peut-être même que tu l’espérais, alors que moi-même je n’étais pas certaine de vouloir la poser. Tu tends une main vers moi dont je me saisis un instant pour me rapprocher de toi mais que je lâche assez rapidement puisque tu viens la glisser dans mes cheveux avant de me souffler quelques mots qui instantanément font accélérer les battements de mon cœur.
Tes lèvres retrouvent finalement les miennes, avec toute la douceur qui t’a fait défaut dans l’après-midi. Et je me surprends à te rendre ton baiser, avec une passion que je ne soupçonnais pas. J’ai la sensation que mon cœur va finir par sortir de ma poitrine tant il cogne fort contre elle, et un frisson parcoure mon corps sans en rater un millimètre carré. J’ai l’impression que mon corps tout entier réclame ça depuis tellement, bien plus longtemps que remontent mes souvenirs. J’ai raison de croire que si ma tête ne peut pas se souvenir, mon corps, lui, tout comme mon cœur, le peut. Ta main libre vient prendre la mienne, et nos doigts s’entremêlent à nouveau. J’ai d’abord l’impression que les tiens s’accrochent aux miens, avant de me rendre compte que je m’accroche tout autant à cette étreinte. Mon autre main vient se poser d’elle-même sur ta cuisse, mais tout comme l’autre elle semble plutôt s’accrocher à toi…

L’instant dure, jusqu’à que finalement nos lèvres se décollent les unes des autres… J’ai toujours cette impression que mon cœur va bondir hors de ma poitrine. Mais ce n’est pas parce que nos lèvres se sont séparées que je m’éloigne de toi, ni même que je n’éloigne mon visage du tien. Je me mords de nouveau la lèvre inférieure.

« Je ne suis pas sûre d’avoir bien compris la réponse. » Je souffle la réponse alors que je continue de mordre ma lèvre inférieure pour m’empêcher de sourire.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: #10 Petite visite à l'improviste [Chris & Terrie] Sam 13 Juin 2015 - 10:22




Petite visite à l'improviste.

 
Tes lèvres sur les miennes sont juste un déluge de sensations, une caresse à laquelle je ne résiste pas et qui s'intensifie au fil des secondes alors que nos langues s'entremêlent avec passion. J'aime la façon dont tu réponds à mon baiser, j'aime l'étreinte de tes doigts autour des miens et de nos corps qui cherchent toujours plus de proximité en suivant le degré d'intensité qui marque cette délicieuse joute entre nos lèvres. Je frémis tout entier à ce simple contact et plus encore lorsque ta main s'égare sur l'une de mes hanches. Mon corps tout entier te réclame, je sens un tourbillon impétueux s'emparer de moi tandis que mes mains remontent dans tes cheveux où elles se glissent pour en agripper quelques mèches avec cette passion teintée de douceur. Une douceur qui me quitte partiellement lorsque tu me glisses ces mots.

« Je ne suis pas sûre d’avoir bien compris la réponse. »

Mes pieds retrouvent aussitôt le sol tandis que je t'incite à reculer contre l'ilot central de la cuisine dans l'ivresse de l'instant avant de te soulever dans la foulée et t'installer sur ce dernier en écartant d'un geste tout ce qui s'y trouve et qui se fracasse alors au sol. Mes mains remontent en une caresse le long de tes bras que je guide sur mes flancs en les guidant par-dessous le tissu. Tes mains sur ma peau m'électrisent tout entier. Ce sont comme de petites décharges électriques qui ne font qu'intensifier le brasier toujours plus présent en moi. Mes lèvres parcourent ton cou et tes épaules tandis que je fais glisser le tissu le long de ces dernières. Elles échouent finalement dans le creux de ton décolleté tandis que dans un mouvement brusque, je te plaque plus encore contre moi d'un bras placé autour de tes hanches. Rapproche-toi encore. Oui comme ça, plus encore ... . Je veux caresser chaque parcelle de ta peau et te sentir frémir sous mes doigts.

Je suis noyé dans un flot de sensations et de pensées sur lesquelles je n’ai aucun contrôle. C’est tellement bon. Désespérément bon. Un véritable tumulte gronde en moi, exacerbé par la langueur qui habite chacun de mes gestes autant qu'elle n'est à demi également habitée par cette rage sourde qui couve elle aussi en chacune de mes caresses pour traduire toute l'ardeur que j'éprouve à ton contact. Je te désire à en crever. Plus rien d'autre ne compte que cet instant. Je perds toute raison. Tu me rends furieusement accro à ce tourbillon qui nous étreint et auquel je ne saurais trouver de cesse.



made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Terrie M. Austen
Droïde intelligent
1693 $
07/09/1987 $
1693 messages
Mensonges : 1693
Anniversaire : 07/09/1987


MessageSujet: Re: #10 Petite visite à l'improviste [Chris & Terrie] Sam 13 Juin 2015 - 13:31

Chris ∞ Terrance
Notre passion va nous nourrir et je vais retrouver le sourire dans le regard de tous les miens…

À peine ai-je décollé mes lèvres des tiennes que je ressens un manque indéniable que j’ai besoin de combler sans attendre. Je sais que j’ai envie de plus que tes mains qui s’entremêlent à mes cheveux tout en caressant la peau de mon cou, je sais que je veux plus encore que ce que tu viens de me donner. Ma respiration devient saccadée, je me sens comme oppressée par un désir dont je n’avais pas idée et que je ne parviens pas à contrôler. Tu descends de ton perchoir, et tu m’incites à reculer jusqu’à que je bute contre l’îlot central de ta cuisine. Chaque fois que ta peau effleure la mienne, chaque fois qu’elles entrent en contact de quelque manière que ce soit, je ressens une vague de chaleur qui m’envahit, et qui semble me contraindre un peu plus. Cette vague est d’autant plus forte lorsque tu me soulèves pour m’asseoir sur le plan de travail. La caresse de tes mains sur mon corps me fait alors frissonner, et tu guides les miennes contre ta peau.

Le moindre de tes contacts me rend fébrile… Ta peau contre la mienne, tes lèvres qui parcourent mon corps… Maintenant j’en suis certaine, je ne peux définitivement plus le nier. Si ma tête ne peut pas se souvenir, mon corps le peut. Je sais que c’est la première fois que nous cédons à ce désir, mon corps le sait. Et je sais aussi que ce désir n’est pas nouveau, qu’il est déjà présent depuis longtemps, sans qu’aucun de nous ne se soit laissé aller à l’écouter… Non, je n’ai pas tout perdu de toi, il me reste ce désir ardent, à défaut de tout ce qu’il me manque mais dont tu as le souvenir…

Avec force, tu me rapproches davantage de toi, ton bras m’enlaçant et me serrant contre toi. Une de mes mains s’accroche à nouveau à toi au niveau de ta hanche, alors que l’autre remonte dans une douce caresse le long de ton torse sous ton tee-shirt… Finalement me lèvres cherchent de nouveau les tiennes, jusqu’à les trouver pour t’embrasser de nouveau avec toute la passion et tout le désir qui m’envahissent. J’en éprouve un mal fou à respirer tant j’ai ce besoin inassouvi depuis bien plus longtemps que je ne peux m’en souvenir. Parce que c’est bien plus qu’une envie, plus qu’un désir, c’est un besoin qui demande à être comblé, et mon corps tout entier le réclame. Je n’ai rien ressenti de tel depuis mon réveil – et je suis certaine qu’avant cela non plus – je ne me suis pas sentie plus en vie qu’à cet instant où mon corps serré contre le tien te réclame plus que tout au monde. Je te veux… et je veux m’abandonner à toi…

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: #10 Petite visite à l'improviste [Chris & Terrie] Ven 19 Juin 2015 - 16:05



Petite visite à l'improviste.

  
Chaque fois que ta peau effleure la mienne, que tes lèvres se plaquent sur les miennes et que ton regard croisant le mien brille de la sorte, c'est comme des petites décharges électriques qui courent sous ma peau. Je savoure chacune d'elles. Et très vite, ce sont de véritables vagues de désir et de plaisir mêlés qui déferlent en moi et n’en font qu’encore plus grimper l'intensité qui monte furieusement entre nous et qui se traduit par nos gestes toujours plus hâtifs. Nos vêtements échouent bientôt sur le sol. La passion nous habite toujours plus férocement alors que ce n’est là que le début des hostilités. Hostilités délicieuses qui nous consument sur place jusqu'à ce que repus pour un temps, nous ne regagnons ma chambre pour nous laisser tenter par de nombreuses récidives jusqu'aux petites heures du matin. Je suis comblé entre tes bras. J'ai rarement partagé une telle magie. Y succomber avec toi ne traduit pas là que l'assouvissement d'un simple désir, ça va bien au-delà. Je veux encore de cette intensité, de cette passion dévorante entre nous. Je désire encore ta peau contre la mienne, tes caresses et tes baisers.

C’est bien là tout ce qui m'effraie. Jusqu'ici, je n’ai fais que rechercher du plaisir. Rien de sérieux, rien que je ne puisse trouver dans les bras d'une autre. Je ne me suis jamais soumis face à une addiction unique mais tu m'en offres une à toi toute seule et face à laquelle je me trouve quelque peu perdu. Tu risques toutefois de ne pas soupçonner le bouleversement que tu provoques en moi. Mes attitudes ne changeront probablement pas ou si peu. Je n’en montrerais sans doute rien. Quoi que ... . Je devrais sans doute me plier à certains efforts vu tout ce que tu représentes pour moi.

Je ne sais pas si tu t'es endormie ou si tu fermes juste les yeux en te laissant aller à quelconque rêverie. Il doit être trois heures et demi du matin passées. Nos mains sont toujours liées et nous sommes allongés l'un en face de l'autre. Peu importe si tu dors, je ne résiste pas à passer ma main dans tes cheveux. Je n’ai pas l'habitude de ces gestes tendres mais ils sont si naturels avec toi. Je me laisse aller à ces caresses, inlassablement. Mes doigts courent dans tes cheveux puis sur tes bras, tes épaules, s'attardent dans ton cou alors que je te caresse du dos de la main. Tu es tellement belle. Ton parfum m’enivre et je ne résiste plus à enfouir mon visage dans le creux de ton cou en sachant pertinemment que cette caresse accompagnée de mes baisers vont te réveiller. Peu importe, je veux encore te voir sourire en ouvrant les yeux sur moi. Je veux sentir l’étreinte de ta main sur la mienne. Je veux encore te tenir éveillée ... encore et encore.



made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Terrie M. Austen
Droïde intelligent
1693 $
07/09/1987 $
1693 messages
Mensonges : 1693
Anniversaire : 07/09/1987


MessageSujet: Re: #10 Petite visite à l'improviste [Chris & Terrie] Dim 21 Juin 2015 - 22:37

Chris ∞ Terrance
Notre passion va nous nourrir et je vais retrouver le sourire dans le regard de tous les miens…

J’ai l’impression d’assouvir plus qu’un désir, un véritable besoin, comme si j’en avais manqué des années durant, alors que ces mêmes années ne sont que poussières pour moi. Mon cœur qui bat si fort contre ma poitrine me donne la sensation que je reprends vie après avoir longtemps été qu’une âme errante dans l’ombre. Mes lèvres qui trouvent les tiennes, tes mains qui parcourent ma peau inlassablement, ton corps tout contre le mien, animent un brasier intérieur sur lequel je n’ai aucun contrôle, et qui n’a pas semblé vouloir s’éteindre à un quelconque moment, reprenant toujours avec plus d’ampleur face à une accalmie imminente… Si je ne me souviens pas d’avoir connu un tel plaisir avant mon coma, j’ai la sensation que néanmoins ce n’est pas le cas. Tout comme je ne me suis jamais sentie aussi vivante qu’à cet instant dans tes bras. C’est arrivé bien sûr, je n’ai pas passé un an à me sentir morte, mais… peut-être jamais aussi vivante que ce soir. Ou alors je me mens outrageusement, sans même m’en rendre compte. Je ne suis pas certaine de comprendre vraiment ce que je ressens en ce moment, et j’ai l’intime conviction que sans souvenir, je vais avoir du mal à le comprendre. Est-ce vraiment important présentement ? Je ne sais pas… je préfère profiter de ce moment que l’on partage, j’ai bien assez de questions en tête ces derniers temps pour ne pas en ajouter… et pourtant j’en ajoute…

Je ne trouve pas le sommeil auprès de toi – je ne le trouve jamais ceci dit – mais je ne le cherche pas non plus. J’ai seulement fermé les yeux, après le retour au calme, je crois tout de même que je somnole à défaut de dormir. Nos doigts sont restés emmêlés, comme si nous restions agrippés, par peur que l’autre ne s’enfuie… Peut-être que tu n’as pas tort, remarque. Dans certains cas, je suis du genre à fuir durant la nuit le lit qui m’a accueillie. Mais je n’avais pas dans l’idée de le faire cette fois. Non, je crois que je n’ai simplement pas envie de te lâcher. En ce qui te concerne, je ne sais pas cependant.

Finalement une de tes mains vient se glisser dans mes cheveux. Tu évites toujours – involontairement j’en suis sûre, puisque tu ne sais pas qu’elle est là – la cicatrice légèrement boursouflée de mon crâne, cachée sous mes cheveux. Si ça n’avait pas été le cas, j’aurai sûrement bougé pour que tu ne l’atteignes pas. Je ne sais pas exactement pourquoi. Je crois que c’est parce que je préfèrerais oublier qu’elle est là, mais je ne le peux pas alors je fais en sorte que personne ne sache qu’elle y est… Tu l’as évitée, alors je n’ai pas bougé, je reste à somnoler auprès de toi. Tes caresses me sortent progressivement de cette somnolence, elles me font légèrement frissonner. Finalement tu viens déposer des baisers dans le creux de mon cou, et tu me sors complètement de cette somnolence me tirant également un petit rire, alors que j’ouvre les yeux sur toi. Je mords à nouveau ma lèvre inférieure, comme pour m’empêcher de sourire mais ça ne fonctionne pas vraiment.

« Tu es insatiable. » Te dis-je avec le sourire.


code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: #10 Petite visite à l'improviste [Chris & Terrie] Sam 27 Juin 2015 - 11:31





Petite visite à l'improviste.

 

J'enroule quelques-unes de tes mèches autour de mes doigts tout en m'étonnant de me montrer aussi tendre et aussi songeur. Je me perds dans ta contemplation sans savoir si tu somnoles ou si tu dors vraiment. Qu'est-ce qu'il peut bien y avoir dans ta tête ? Quelles pensées, quels rêves te traversent l'esprit en ce moment ? Ressens-tu le même trouble que moi ? Es-tu agitée par ce même flot de pensées et de doutes ? Les miens se présentent plus comme des questions.
Tu sors doucement de tes songes alors que tu rouvres les yeux sur moi. Je t’accueille avec un sourire puis je viens déposer des baisers dans le creux de ton cou. Ton parfum est si doux. Il réveille en moi tant de choses à la fois. Il révèle aussi malgré tout une inquiétude qui nait de cette addiction que j'éprouve déjà face à ta présence dans ce lit. Ça fait si longtemps que je n'ai plus désiré garder une femme dans mon lit que ça me fait drôle dans le sens inverse. J'ai envie que ces instants durent indéfiniment. Et puis tu as cette moue qui me fait complètement craquer et qui me parcoure à elle seule d'une nouvelle vague de désir pour toi. Ça et ton sourire ... .

« Tu es insatiable. »

Je laisse échapper un soupir amusé. Mes lèvres s'étirent et je te fais alors basculer par-dessus moi.

- Complètement insatiable ... .

Nos corps s'unissent une nouvelle fois. La passion qui nous étreint est encore plus fougueuse que les précédentes. Et elle a raison du manque de sommeil qui planait au-dessus de moi depuis un moment. Un sommeil réparateur et calme qui me manquait depuis des lustres et que pas même le radio-réveil ne parvient alors une fois venue une certaine heure, à me tirer de mes songes. Je n’ai pas envie de penser à ce qui m'attend en cette journée. Je n’ai pas envie de retrouver cet état passé la veille alors que nous avons abordé ton accident. Mon côté franc et direct va sans doute être entravé par ce qui s’est produit hier. Je ne veux plus avoir à te mettre mal à l'aise et pourtant il me faudra en savoir plus. Je saurais néanmoins me démerder pour que ça ne t'atteignes pas et que tu n’en saches rien. Tu te révèles comme une faiblesse. Peut-être celle qui aura raison en partie de mon caractère. Va savoir. Je sais juste qu'en un sens, je déteste ça. Pourtant je ne le repousse pas.



made by MISS AMAZING.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Terrie M. Austen
Droïde intelligent
1693 $
07/09/1987 $
1693 messages
Mensonges : 1693
Anniversaire : 07/09/1987


MessageSujet: Re: #10 Petite visite à l'improviste [Chris & Terrie] Dim 28 Juin 2015 - 10:53

Chris ∞ Terrance
Notre passion va nous nourrir et je vais retrouver le sourire dans le regard de tous les miens…

Ma somnolence me poussait lentement vers un sommeil profond, mais tu en as décidé autrement. Depuis quand suis-je la première à m’endormir ? Peut-être parce que présentement je suis bien, vraiment bien, et que c’est tout ce dont j’avais besoin. Peut-être que tes bras me semblent plus protecteurs que tous les autres, et que je n’ai pas peur de m’endormir… Peut-être… Mais tu ne veux pas que je dorme et tu me sors de cette somnolence par des caresses et des baisers. Je ne trouve rien à y redire, sûrement parce que l’idée de ce qui va suivre me plaît, même si j’en profite pour te qualifier d’insatiable, sourire aux lèvres. Ce que tu ne contredis pas, alors que tu me bascules sur toi et que nous reprenons une fois de plus ce requiem de plaisir que j’ai tant voulu, je le sais. Ce moment charnel que nous partageons me ravive à nouveau, et je me surprends à ne pas vouloir lui trouver de fin… Une fin à laquelle nous arrivons cependant, avant de nous endormir alors que je demeure au creux de tes bras. J’ai beau ne pas vouloir l’admettre, ce sont tes bras qui m’enlacent qui m’ont permis de m’endormir si facilement, ils m’ont sécurisée. Si bien que j’ai dormi sans me réveiller pour t’abandonner.

Lorsque j’ouvre les yeux à nouveau, c’est le matin. Je suis toujours blottie contre toi, tes bras ne m’ont pas lâchée de la nuit semble-t-il. Le temps de vraiment me réveiller, je ne bouge pas, jusqu’à que mes yeux finissent par s’habituer à être ouverts. Je n’ai pas tellement envie de quitter tes bras, mais voilà que je me demande ce que je fais encore là. Ce n’est pas mon genre de rester… Est-ce parce que c’est toi ? J’éveille à nouveaux des pensées contradictoires, et j’ai du mal à me comprendre. Quoi qu’il en soit, peu importe si j’ai envie ou non de demeurer au creux de tes bras, parce qu’il me faut les quitter que je le veuille ou non. Lentement et délicatement pour ne pas te réveiller, je quitte tes bras… À l’instant où je le fais, j’ai bien conscience que je n’en ai pas envie. Je ne t’ai, semble-t-il, pas réveillé et je m’atèle déjà à me rhabiller même si mes yeux se perdent à te regarder encore endormi. J’arrive à m’égarer dans mes pensées alors que je te contemple.
Finalement je parviens à revenir à moi pour terminer de me rhabiller. Je ramasse mon tee-shirt sur le sol pour le remettre. Je l’enfile, et camoufle ainsi quelques cicatrices qui me restent de l’accident, comme celle de mon rein disparu, alors que je crois t’entendre remuer derrière moi…

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: #10 Petite visite à l'improviste [Chris & Terrie] Ven 3 Juil 2015 - 10:13




Petite visite à l'improviste.

 

Étalé de tout mon long sur le ventre, les bras placés sous le coussin et la tête enfouie dedans, je commence doucement à m'éveiller. Je me sens bien, encore bercé par les réminiscences de la veille et de la sensation encore présente de tes caresses et de nos corps étroitement enlacés quelques heures plus tôt. Il me semble t'avoir sentie bouger un instant et le bruit ténu de tes pas sur la moquette me tire alors plus sûrement de mes songes quelques secondes plus tard alors que j'ouvre doucement les yeux. Je te vois de dos et fais mine de dormir lorsque tu te retournes l'espace d'un instant. Je peux sentir ton regard qui s'attarde sur moi alors que tout est redevenu silencieux, puis tu sembles à nouveau finir de t'habiller. J'en profite lorsque tu te retournes de nouveau dos à moi pour me glisser discrètement hors des draps, me dirigeant vers le bout du lit à quatre pattes avec la démarche gracieuse d'un félin.
Tandis que tu te penches au sol pour récupérer ton haut, un sourire nait sur mes lèvres alors que j'ai tout à loisir de laisser glisser mon regard sur toute la longueur de tes jambes. Tu enfiles à la hâte ton t-shirt comme pour rapidement camoufler ces cicatrices que j'ai repérées hier soir. Puis tu sembles te rendre compte du mouvement derrière toi mais je ne te laisse pas le temps de réagir et je t'attire à moi en t'attrapant par les hanches pour te renverser aussitôt sur le lit.

Je te surplombe désormais avec ce sourire qu'on me voit rarement adopter. Je profite sans réfléchir d'un instant de tendresse. D'ordinaire, j'aurais filé depuis belle lurette si je n'avais été chez moi ou j'aurais fais mine de dormir pour te laisser filer. C'est tellement naturel que c'en est déstabilisant. Je suis rarement démonstratif après une nuit. Pour ne pas dire jamais. J'ai juste envie de me laisser porter sans me poser de questions, peu importe ce qui arrivera. Dans ces réflexions, mes lèvres elles, courent sur ta peau sans se perdre en chichi. Elles s'attardent sur ton cou et tes épaules un instant avant de terminer en un baiser fugace sur tes lèvres alors que je me redresse et quitte le lit pour aller en direction de la salle de bain.

- Tu connais la maison, prépares du café le temps que je me douche si tu veux bien.

Nous aurions pu partager cette douche ensemble mais ça risque de me rendre de nouveau d'autant plus insatiable. Je profite de la température qui règne déjà à cette heure pour me laver les cheveux et les laisser sécher à l'air libre une fois redescendu de l'étage. Je te retrouve sur le perron. Tu as laissé sortir Reise qui semble désormais ne plus vouloir se détacher de toi, collé contre tes jambes. Je viens déposer un baiser dans ta nuque en écartant tes cheveux sur le côté tandis que je te tends une viennoiserie avant de fourrer une bonne moitié de la mienne en bouche, repartant en cuisine pour préparer la gamelle de Reise qui me suis alors aussitôt en sentant venir l'heure de manger. Le soleil illumine peu à peu la cours et ses rayons remontent doucement sur la façade de la maison pour la dévorer de ses rayons lumineux qui s'infiltrent par la fenêtre de la cuisine. Quelques gouttes ruissellent le long de ma nuque et glissent dans mon dos ou sur mon torse nu en dévalant mes cheveux encore mouillés. Je nettoie rapidement sa gamelle d'eau puis la lui rempli à nouveau de flotte.

Nous voilà de nouveau tous les deux pour partager café et viennoiseries. Il fait déjà très chaud. Je sens que la chaleur cuisante du matin n'aura rien de comparable avec celle de l'après-midi.

- Quoi de prévu aujourd'hui ? Je peux te déposer en ville au besoin vu que je dois aller chercher ma sœur. Après si t'as rien de prévu, on peut se retrouver sur les coups de midi à la boutique, dis-je en t'expliquant alors que je dois bosser ce matin sur le nouveau panneau de bienvenue de la ville qui sera entièrement sculpté dans le bois et encadré de deux totems. Une commande de la ville qui a tenue à représenter ma tribu entre autres choses représentatives du coin.

Je ne saurais dire si j'en éprouve vraiment de l'honneur ou si je vois ça comme une insulte de par tout ce qu'on nous as fais subir dans l'ensemble depuis des siècles et qu'on nous fais encore subir en nous casant à part et en abusant de nouveau sur nos droits de propriétés à propos de nos terres. Ces terres qu'on nous a volées avant de nous parquer là où ils le voulaient bien. Et puis quand ça les arrange d'un point de vue culturel et touristique, nous voilà mis en avant ... . Soit, il y a des points positifs à cela, c'est ce qui m'a poussé à accepté la proposition. Et puis si ça n'avait été moi, ç'aurait été un autre. Au moins, j'ai pleine liberté concernant les représentations. Je peux évoquer l'histoire par ce biais sans censure, telle qu'elle est. Je n'aurais de toute façon accepté la moindre contestation face à mon travail.



made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Terrie M. Austen
Droïde intelligent
1693 $
07/09/1987 $
1693 messages
Mensonges : 1693
Anniversaire : 07/09/1987


MessageSujet: Re: #10 Petite visite à l'improviste [Chris & Terrie] Sam 4 Juil 2015 - 21:23

Chris ∞ Terrance
Notre passion va nous nourrir et je vais retrouver le sourire dans le regard de tous les miens…

J’allais encore m’enfuir, j’en suis certaine… Je ne suis pas sûre que j’en avais réellement envie, mais j’étais bien partie pour le faire. C’est ce que je fais toujours, en tout cas depuis que j’ai des souvenirs, mais je suis sûre que je le faisais déjà avant, même si tu dois l’ignorer puisque je ne t’ai jamais fait le coup encore. De ça  au moins je suis certaine, même sans souvenir, je sais que cette soirée que nous avons passée, et la nuit aussi, c’était une première. Une première que j’ai attendue, je le sais… J’ai du mal à comprendre tout ce qui m’arrive avec cette amnésie, en fait je n’y comprends presque rien. Comment puis-je ignorer presque tout de toi, de ce que nous avons vécu ensemble, mais quand même savoir… savoir que je tiens à toi, savoir que j’ai voulu ce que nous avons vécu hier et ce depuis longtemps sans même me l’avouer… J’ai besoin de comprendre, vraiment, et je n’y arrive pas. Pour le moment, je ne pensais qu’à fuir alors que vraiment, je doute en avoir envie pour une fois…
Alors lorsque tu te manifestes, m’empêchant de m’enfuir, j’ai un sourire qui se dessine sur les lèvres. Et je me retrouve de nouveau sur ton lit. Ce n’est pas pour me déplaire, c’est même tout le contraire. Tes lèvres viennent de nouveau trouver ma peau, et si tu insistes un peu, tu vas me redonner envie, mais tu sembles raisonnable ce matin. Après un rapide baiser sur mes lèvres, tu te décides à m’abandonner à mon sort pour une douche, me laissant pour directive de préparer le café.

Après avoir fini de m’habiller, je finis par descendre tandis que je t’entends filer sous la douche. Je m’occupe de préparer le café, et au moins je n’ai pas peur de croiser Sammy puisque j’ai pu constater son absence. Quelque part, je préfère qu’elle ne me croise pas ici ce matin et qu’elle s’imagine quelque chose… chose qui s’est effectivement passée ceci dit. Mais je ne sais pas comment Sammy réagirait à ma présence et à ce qu’il s’est passé entre son frère et moi, d’autant que je ne sais pas moins même comment prendre la chose et vers quoi nous allons, si nous allons quelque part… Je crois que je m’offre déjà des complications à me poser toutes ces questions. Je m’en pose bien assez comme ça et sur des sujets que je voudrais éviter.
Je chasse autant que possible les pensées qui me dérangent et je fais le café. Comme tu n’es toujours pas de retour, je me sers une tasse, et je viens me poser sur le perron avec Riese qui vient me demander les caresses qu’il n’a pas réclamées hier. « Je commençais à croire que tu me faisais la tête. » Lui dis-je. Il a l’air de réfuter l’accusation en redemandant des caresses et je souris. Il est aussi demandeur qu’Heimdall et Fenrir, qui doivent m’attendre d’ailleurs.

Mes yeux se posent alors sur la tasse de café que j’ai en main. Voilà que même ce café aussi me dérange. Hetty m’a bien dit que je déteste ça avant, et maintenant ça ne me dérange plus. Le fait que le café ne me rebute plus me pose un problème en effet… Tu me sors de cette nouvelle réflexion lorsque tu viens déposer un baiser sur ma nuque. Je souris sur le moment, puis tu disparais à nouveau après m’avoir donné une viennoiserie.
Lorsque tu reviens, Riese n’est pus là et j’imagine qu’il m’ange, ce glouton, un autre point commun qu’il a avec Heimdall et Fenrir. Tu me demandes ce que j’ai prévu aujourd’hui, à part travailler au cabinet vétérinaire, pas grand-chose, à moins qu’on ne m’appelle pour une garde à l’hôpital. Avec ce que je me noie dans le travail ces derniers temps, je suis capable de leu dire oui, même si je suis fatiguée… Et je sens que je vais continuer à m’y noyer encore un moment…

« Je vais travailler, au cabinet à priori. Mais je ne suis pas à l’abri d’un appel de l’hôpital. Je crois que j’ai passé plus de temps à faire des gardes à l’hôpital en tant qu’infirmière qu’à faire mon boulot de vétérinaire dans mon propre cabinet. » Mais je souris quand même, ça me convient de toute façon, sinon j’aurai déjà dit stop. Tu m’expliques ce que tu as à faire de ton côté, alors que tu m’as proposé qu’on se retrouve à ta boutique. J’ai l’impression que l’enseigne de la ville ne te fait pas tellement plaisir, et je crois que je comprends quelque part. Mais je souris quand même face ta réaction. « Tu es une chose typique que j’apprécie beaucoup. » Te dis-je en souriant.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
messages



MessageSujet: Re: #10 Petite visite à l'improviste [Chris & Terrie] Dim 5 Juil 2015 - 13:13




Petite visite à l'improviste.

 

Nous déjeunons tranquillement tandis que tu me fais part du programme de ta journée. Tu as toujours assuré concernant le boulot, sachant jongler entre les deux avec un dynamisme qui me laisse parfois encore coi. Tu ne perds jamais ton sourire quelque soient les difficultés ou même les événements par lesquels tu es passées tout récemment, et je t'admire en partie pour ça.

« Tu es une chose typique que j’apprécie beaucoup. »

Je dépose un baiser sur ta tempe à cette réflexion puis m’accroupis un instant près des marches du perron, tasse en main alors que je sirote mon café.

- Reise, attirais-je l'attention du chien qui est partie dans la cours. Je lui agite un bâton sous le nez puis lui lance. On joue un tout petit instant comme ça avant que je ne me penche sur ton mollet alors que tu te tiens debout près de moi et que je le mordille gentiment. Petite taquinerie de ma part de bon matin. Puis je me redresse et glisse une main sur ton épaule. On y va ?

Ça m'étonne toujours que tu te sois mise à apprécier le café, c'est la réflexion que je me fais en récupérant ta tasse vide pour aller la déposer avec la mienne dans l'évier de la cuisine. Je récupère mes clés dans l'entrée et te rejoins dehors. Nous grimpons en voiture. Reise saute à l'arrière et nous voilà partis sur le chemin sinuant à travers la Réserve. Et merde ! Je me tourne vers toi, Deux minutes, j’ai zappé un truc. Je fais marche arrière rapidement et retourne à la maison pour récupérer les papiers que je devais signer pour le collège concernant Sammy. De nouveau au volant du pick-up, je pose les dits papiers sur le tableau de bord de ton côté et j’en profite vu que je suis légèrement penché sur toi pour déposer un baiser sur tes lèvres en tournant ton visage vers le mien. Je ne sais pas au juste où ce genre de gestes vont nous mener, je les fais naturellement parce que j’en ai envie. Ça n’engage à rien même si je me pose pas mal de questions au fond.

Nous traversons la réserve. Les étendues vertes tout autour des maisons sont parcourues de fines gouttelettes de rosée qui brillent au soleil. Quelques habitants sont déjà dehors, j’en salue la plupart. L'un d'eux me fait d'ailleurs signe de m'arrêter en chemin.

- Tu peux me déposer un peu plus bas à l'entrée ? me demande-t-il en s'accoudant à la portière de mon côté dont la vitre est baissée. Il te remarque et te glisse également un salut avec un petit sourire en coin.

- Pas de problème ! rétorquais-je.

Il grimpe à l'arrière du pickup, sur la partie remorque comme il le fait le plus gros du temps alors qu'il m'arrive de le déposer en bas près de la route principale lorsque j'emmène Sammy au collège. C’est là-bas qu'il attend le camion qui viens le récupérer en chemin pour son boulot. Une fois ce dernier déposé, je lui fais signe et bifurque en direction de la ville. J'adore cette route entourée de sapins immenses. Je prends un instant ta main dans la mienne pour y déposer un baiser alors que nous arrivons un peu plus tard en ville, puis je te dépose devant ton boulot. Tu descends et te penches à la vitre. Je te lance un "à plus tard" puis file chercher Sammy chez Jo.
Là-bas je partage un café avec elles et ces deux-là ne sont pas sans remarquer ce sourire à mes lèvres. Elles se regardent d'un air entendu, l'air d'avoir remarqué et d'avoir limite compris les raisons de ce rictus inhabituel. Ce n'est toutefois que sur le chemin du collège, une fois seul avec Sam que cette dernière m'en touche un mot. Mais je ne pipe pas mot, ce qui la frustre et qui nous conduit à une petite chamaillerie une fois arrivés sur le parking de l'école. On se file des coups tout gentiment et elle me menace même de sécher les cours pour me tirer les vers du nez, malheureusement pour elle, je descends du véhicule et la bascule sur mon dos comme un sac à patates pour la conduire tout droit dans l'entrée du bâtiment. Ou comment faire une arrivée tout sauf discrète par Chris Crow.



made by MISS AMAZING.

Revenir en haut Aller en bas
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Penny E. Ribbs
Maître Jedi
3200 $
25/12/1987 $
3200 messages
Mensonges : 3200
Anniversaire : 25/12/1987


MessageSujet: Re: #10 Petite visite à l'improviste [Chris & Terrie] Dim 5 Juil 2015 - 19:44

Terminé et verrouillé.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
messages



MessageSujet: Re: #10 Petite visite à l'improviste [Chris & Terrie]

Revenir en haut Aller en bas
#10 Petite visite à l'improviste [Chris & Terrie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Une petite visite (feat. Iris Shepard)
» Une petite visite chez le médecin [PV Archange et Jessie]
» Viens lui rendre une petite visite {Nathou}
» "Une Petite Visite de Courtoisie" [Libre]
» Petite visite en échange d'un service ... [PV Keiko L. Pan (PNJ) et Haruko L. Pan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEVER TELL ™ :: Saison 2 :: archives sujets terminés et abandonnés-